La Croix d’Argent et Dracula – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 4

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 2 : La Confusion du Pourpre

Partie 4

Tard dans la nuit — Reina se dirigeait vers un dépanneur.

Normalement, ce n’était pas le bon moment pour sortir.

Cependant, il se trouve qu’elle avait eu du mal à dormir cette nuit-là. De plus, il n’y avait plus rien à boire à la maison. Dans tous les cas, pour diverses raisons, elle était sortie ce soir.

Comme ses parents étaient absents de la maison à cause du travail, Reina était libre de sortir le soir.

Le dépanneur le plus proche de chez elle n’était qu’à cinq minutes à pied. Il y avait encore beaucoup de piétons la nuit et il y avait peu de risques d’être ainsi touché par la délinquance.

Néanmoins, cette nuit-là, la route était déserte.

L’air glacial lui avait piqué le corps, ce qui avait fait que Reina se sentait particulièrement isolée.

Après avoir acheté quelque chose à boire au dépanneur, elle était vite retournée chez elle.

Mais sur le chemin, une grande ombre l’avait dépassée, lui éraflant l’épaule avec la sienne.

« Oh, mon Dieu, » l’autre personne l’avait remarquée en premier et s’était arrêtée en se retournant.

En entendant quelqu’un l’appeler, Reina s’était aussi retournée.

Elle se souvenait encore de ce beau visage.

Elle l’avait vue un peu plus tôt aujourd’hui lors de la journée portes ouvertes de l’école. Celle avec Hisui — probablement une parente éloignée d’Hisui.

Mais en la rencontrant la nuit, elle donnait une impression complètement différente de celle de la journée. Sa séduction était d’un niveau supérieur.

La pression invisible émise par tout son corps faisait reculer Reina.

« ... »

En trébuchant légèrement, Reina avait failli tomber.

Elle avait tendu la main pour s’appuyer contre le mur de béton à sa droite, parvenant ainsi à maintenir son équilibre. Mais malheureusement, il y avait eu une petite fissure sur le mur. Le béton tranchant avait coupé la peau de sa paume, provoquant un petit saignement.

« ... »

Même un chien aurait de la difficulté à le détecter, peut-être ne pourrait-on même pas parler de l’odeur du sang.

Néanmoins, la femme sous ses yeux l’avait senti.

La lumière cramoisie était présente dans ses yeux alors elle s’était approchée de Reina.

« Est-ce que ça va ? » demanda la femme.

Souriante, elle étendit son bras mince semblable à de la porcelaine. Mais au lieu de regarder la main de Reina, les yeux de la femme fixaient la goutte de sang frais.

En léchant ouvertement ses lèvres cramoisies, ayant clairement des arrière-pensées, elle s’approcha de Reina.

« Je peux dire d’après l’odeur... Vous êtes vierge. S’il vous plaît, donnez-moi un peu de votre sang, » malgré le langage poli, son ton de voix était semblable à celui d’un ordre.

Tout le corps de Reina s’était figé, trop effrayé pour bouger d’un pouce.

Alors qu’elle était regardée par ces yeux pourpres, son corps semblait s’être enraciné à cet endroit.

Cependant, Reina se souvenait de ce regard.

Ces yeux ressemblaient un peu à ceux de Rushella... Non, c’était bien avant ça. Alors qu’elle cherchait dans ses souvenirs, elle pensait à la scène qui s’était passé la veille du festival sportif.

Non, en remontant encore plus loin, c’était le premier jour d’école où elle avait vu Hisui pour la première fois.

À l’époque, elle était aussi dans ce genre d’environnement sombre, et en y repensant, c’était parce que quelqu’un l’avait appelée, puis — .

Le passé terrifiant refaisait faiblement surface dans son esprit, puis disparaissait comme l’éclatement d’une bulle de savon.

Les souvenirs chaotiques se confondaient dans sa conscience, l’empêchant de remarquer la femme devant elle qui avait essuyé la goutte de sang de son doigt et s’était approchée de sa blessure.

Tel un gentleman, cette beauté avait saisi la main de la jeune fille avec révérence, en approchant ses lèvres de là.

Avant qu’une scène aussi lubrique ne puisse s’actualiser, elle fut interrompue par un autre adorable intrus.

« Ça s’arrête là, » cria une autre voix.

Miraluka se retourna pour voir Eruru debout là avec une expression solennelle.

« Kariya... — san... ? » Reina marmonnait ça en se sentant étourdie.

« Les filles ne devraient pas sortir seules à cette heure-ci. Dépêchez-vous de rentrer à la maison maintenant, » Eruru l’encourageait à rentrer vite chez elle.

Bien que ces mots s’appliquaient tout aussi bien à elle, le ton de la voix d’Eruru ne lui permettait pas de répondre.

Alors qu’elle était encore hésitante, Reina restait enracinée sur place.

Elle était totalement perdue dans cette situation, mais les sombres bruits provenant des souvenirs du passé resonnaient dans son cœur.

Ne voulant pas qu’Eruru soit rattrapée, cette idée lui vint à l’esprit. « Umm... »

« Vite ! » hurla Eruru avec force, bloquant le reste des paroles de Reina.

La camarade de classe — Reina avait regardé avec inquiétude les deux femmes qui se faisaient face, puis elle s’était inclinée et avait rapidement pris congé.

Dès que Reina fut hors de vue, Eruru visa la bouche du canon de l’Argentum sur Miraluka.

« Pourquoi avez-vous sorti un jouet si effrayant ? Ai-je fait quelque chose ? » demanda Miraluka.

« Il n’y a pas de pitié pour les vampires qui sont sur le point de boire le sang humain, » déclara Eruru.

« Je ne pensais pas boire son sang, » répliqua Miraluka.

Tout en évitant Eruru, Miraluka ramena secrètement le dos de sa main qui avait essuyé le sang de Reina à l’endroit où sa peau était craquelée.

Comme de la terre desséchée qui absorbait de l’humidité, la goutte de sang avait rapidement été aspirée dans la peau, s’infiltrant dans la fissure de sa paume.

La peau avait instantanément retrouvé son état impeccable. Cependant, cela n’avait duré qu’un bref instant. Une fois le sang séché, la fissure avait refait surface.

« Même le sang frais d’une vierge ne suffit pas, hein ? » déclara Miraluka.

« ... Qu’est-ce que cela signifie ? Je le savais, vous ne pouvez pas aller contre votre nature de vampire et vous êtes surtout obsédée par le sang d’une vierge pure, c’est ça ? » demanda Eruru.

« Si vous parlez de préférences, je préfère le sang masculin. De plus, surtout quand il s’agit du sang d’un héros vaillant ou sur le point de mourir. Sans attachements persistants, le goût est très spécial, » déclara Miraluka.

« Comme c’est dégoûtant. En fin de compte, vous n’êtes rien de plus qu’une vampire, » déclara Eruru.

« Ce n’est pas quelque chose que je veux entendre de vous, fille de John, » répliqua Miraluka.

L’intention meurtrière avait instantanément brûlé dans les yeux d’Eruru. Elle avait augmenté la pression de son doigt contre la détente.

« Ne prononcez plus jamais ce nom devant moi..., » cria Eruru.

 

 

« On ne peut pas changer sa nature, tout comme moi. En parlant de ça, vous rencontrer ici n’est pas une coïncidence, n’est-ce pas..., » demanda Miraluka.

« Je suis venue vous interroger sur la situation parce que vous êtes devenue de plus en plus suspicieuse. Vous avez collecté de grandes quantités de sang, n’est-ce pas ? La quantité est beaucoup trop grande pour la soif d’un vampire. Comme vous aimez tant le sang frais, il est peu probable que vous accumuliez autant de sang à la fois. Quel est votre objectif ? Aussi, pourquoi êtes-vous revenue ? » Eruru avait soigneusement estimé la distance qui les séparait en posant ses questions.

Même si l’adversaire était un Véritable Ancien, une balle dans la tête ou dans le cœur avec une balle d’argent produirait quand même une blessure critique.

Mais ça ne servirait à rien si elle esquivait.

La menace d’une balle d’argent était suffisante pour intimider ou coincer un vampire moyen, mais étant donné que Miraluka était son adversaire, Eruru ne pouvait pas se retirer indemne sans un seul tir.

« Ai-je besoin d’une raison pour repartir ? Qu’est-ce qu’il y a de mal à rentrer à la maison ? Et qu’y a-t-il de si étrange à ce qu’un vampire désire du sang frais ? » demanda Miraluka.

« Je ne suis pas si naïve que j’accepterais tout ce que vous et Kujou-san dites au premier abord. Le retour d’un vampire qui aurait dû mourir... Je vois, ce n’est pas rare du tout. Mais que vous reveniez même quand ce Kujou-san croyait fermement en votre destruction, alors c’est impossible. Qui diable êtes-vous ? » demanda Eruru.

« Mon Dieu ! Faites-vous vraiment confiance à mon petit ? » demanda Miraluka.

« ... ! »

Le visage d’Eruru était devenu rouge.

Miraluka sourit et continua. « Hisui a dit que j’étais détruite et vous l’avez cru. Mais quand je reviens, vous me soupçonnerez. Et maintenant, vous pointez votre arme sur moi. Pourquoi ça, petite fille ? Même si je suis un imposteur, que gagnez-vous à me tirer dessus avec votre arme ? Pour qui faites-vous ça, petite fille ? »

« La ferme... ! » cria Eruru.

Eruru avait appuyé sur la détente.

La trajectoire légèrement déviée de la balle reflétait son agitation intérieure.

La balle à grande vitesse avait quand même toujours été tirée vers le front entre les yeux de Miraluka.

Mais cela n’avait pas frappé.

Sans esquiver, Miraluka avait levé la main droite devant elle, dissipant sans effort la puissance de la balle d’un simple mouvement de poing, en attrapant facilement la balle.

« Bonnes compétences. On dirait qu’il y a du mérite à l’idée que les dhampires font les meilleurs chasseurs de vampires, » déclara Miraluka.

« Ce n’est que de la superstition. Ils ont inventée des raisons plausibles de se débarrasser naturellement de ce sale travail sur ceux qui ont du sang sale dans les veines... ! » s’écria Eruru.

« Dans ce cas, pour qui vous battez-vous ? Même méprisée par la population, serez-vous du côté des humains ? Ou peut-être, en ce moment même... Vous battez-vous pour ce garçon ? » demanda Miraluka.

« Taisez-vous !! » cria Eruru.

Eruru avait levé la main droite, essayant de poursuivre avec une autre attaque, mais Miraluka avait tendu la main gauche et l’avait saisie comme si elle essayait d’écraser la main d’Eruru avec la poignée de l’arme.

Sans montrer aucune crainte, Eruru avait appuyé en même temps sur la détente.

Mais le résultat avait été le même. Même en tirant à bout portant, la balle était toujours arrêtée par la main droite de Miraluka.

« Splendide talent, en effet. Cette fois, vous avez visé le cœur sans hésitation. Mais vous vous êtes mise à fond pour me détruire..., » déclara Miraluka.

« “Vous devez rêver si vous voulez opposer ces capacités de troisième ordre à un Véritable Ancien”... C’est ce que vous voulez dire ? Ça ressemblerait vraiment à un méchant typique, » déclara Eruru.

« Un méchant, dites-vous ? Est-ce un crime pour un vampire de vouloir du sang frais ? » demanda Miraluka.

« Qu’essayez-vous de faire à Sera-san cette fois — ci ? » demanda Eruru.

« Rien. J’ai rencontré une jeune vierge et je voulais tester l’efficacité de son sang. C’est tout, » répondit Miraluka nonchalamment.

Eruru fronça les sourcils et réprima son comportement.

Un volume inexplicablement important de sang. Ce serait trop si on s’en servait comme source de nourriture.

Alors dans quel but ?

Tester l’efficacité du sang ?

Pour quoi faire ?

À part boire, quel autre but qu’un vampire aurait-il pour le sang ?

De son point de vue de dhampir, Eruru réfléchissait au but de Miraluka. Normalement, elle n’essaierait jamais de penser de cette façon.

Mais avant qu’elle ne parvienne à une conclusion, c’était au tour de Miraluka de demander.

« Où est ce vampire appelé Rushella ? » demanda Miraluka.

« Pourquoi demandez-vous ça ? Je le savais, sa disparition a quelque chose à voir avec vous ! » s’écria Eruru.

« Vous inquiétez-vous pour un vampire ? » Miraluka avait lâché sa question, incapable de supprimer le sourire moqueur sur son visage.

Eruru ne s’attendait pas à dire quelque chose comme ça. Bien qu’elle se sentait mal à l’aise, elle avait continué à poser des questions. « Dépêchez-vous de répondre à ma question. Pourquoi êtes-vous curieuse d’en savoir plus sur elle... ? Et quelles sont exactement ses origines ? »

« Je l’ai déjà dit, c’est une imposture. Mais pour l’instant, j’aimerais la localiser pour tester quelque chose. Une candidate remplaçante compte comme une option, » répondit Miraluka.

« ... ! ? »

Eruru exerça plus de pression sur la gâchette sous son doigt.

La main gauche de Miraluka continuait à la saisir fermement.

Cette force massive n’avait donné à Eruru d’autre choix que de grincer des dents dans une grimace. La force de Miraluka pénétrait profondément dans ses os.

Malgré cela, Eruru avait désespérément essayé d’appuyer sur la gâchette. Au même moment, Miraluka était entrée en action.

Avec ses quatre doigts réunis, la frappe de ses ongles aiguisés frappa froidement.

L’arme de poing et les griffes tranchantes, des armes pour infliger des blessures mortelles se croisèrent.

Néanmoins, une voix plate avait mis fin à cet échange de mêlée.

« Arrêtez ça. »

Les deux filles levèrent les yeux vers le son.

Hisui se tenait devant eux.

Vêtu d’un pyjama, il était sorti de la maison avec seulement une veste placée sur le dessus.

Expirant un souffle blanc, Hisui se tenait debout dans l’air glacial sous le ciel nocturne.

« Je n’arrive pas à croire que tu n’aies pas honte de te battre dans la rue malgré ton âge. Arrête de faire des ennuis aux voisins, » cria Hisui.

Bien que son ton de voix soit faible et plat comme d’habitude, le visage d’Hisui était sérieux.

En voyant son camarade de classe se battre contre la parente qui l’avait élevé, il ne pouvait pas rester les bras croisés et ne rien faire.

« Rôder dehors la nuit n’est pas quelque chose que tu devrais faire. Fais gaffe ou tu seras arrêté pour être rééduqué, » déclara Miraluka.

« As-tu le droit de dire ça ? N’est-ce pas toi qui m’emmenais faire des promenades tous les jours quand j’étais jeune ? Aussi, lâche-la maintenant. En tant que grand Véritable Ancien, arrête de t’abaisser au niveau d’un enfant dhampir, d’accord ? » déclara Hisui.

Face à Miraluka, Hisui n’avait pas du tout reculé.

Se faire donner des remontrances par elle était un événement quotidien pour lui et il ne pouvait pas laisser Eruru seule.

Même quand il n’avait aucune chance de gagner.

« Pourquoi es-tu venu ici ? Ce n’est pas courant pour moi de sortir la nuit ? Je n’arrive pas à croire que tu m’aies suivi exprès. Je me rappelle encore comment tu as couru dans les rues, en pleurant, en me cherchant parce que tu étais trop seul la nuit quand tu étais petit. Depuis, ce doit être la première fois, » déclara Miraluka.

« ... Ne révèle pas simplement mon passé embarrassant avec désinvolture ! N’importe quel enfant aurait peur s’il se réveillait pour se retrouver seul au milieu de la nuit ! Franchement, dépêche-toi et fous-moi la paix. Eruru, vous aussi arrêtez de pointer cette chose effrayante sur ma famille, » déclara Hisui.

Eruru n’avait pas fait de compromis même après avoir entendu les conseils d’Hisui.

« Elle essayait de boire le sang de Sera-san. C’est vous qui devriez la tenir en laisse. Ne laissez pas votre famille effrayante errer dehors, » déclara Eruru.

« ... Ce qu’elle a dit est-il vrai ? » Hisui posa la question à Miraluka avec un scepticisme partiel.

Miraluka répondit simplement avec nonchalance. « J’admets que je m’intéresse au goût du sang, mais je ne boirai pas à la fille qui est assise à côté de toi en classe. J’ai simplement emprunté un peu de sang et elle saignait déjà avant. Tu peux vérifier sa blessure si tu ne me crois pas. »

« ... Ce qu’elle a dit. Une morsure, c’est définitivement un non, mais il n’y a pas de problème si elle n’a bu qu’un peu de sang qui s’est écoulé, non ? Bien que ça ait l’air un peu laid. Au fait, le saignement s’arrêtera plus vite si la blessure est léchée par un vampire. C’est le même principe que pour les morsures au cou qui ne saignent pas, » déclara Hisui.

« Aucun de ces faits n’est pertinent ! De toute façon, de quel côté êtes-vous ? » cria Eruru.

Eruru se couvrit frénétiquement la bouche de la main gauche après que ces mots lui eurent échappé.

De tels mots n’étaient pas censés être prononcés.

Cela lui demandait de choisir entre elle et sa mère nourricière, et en temps normal, elle ne devrait pas le forcer à prendre une telle décision.

Et aussi, elle traitait ainsi Hisui comme un ami, et comme un soutien — Elle n’avait jamais considéré rien de tout cela auparavant.

Cependant, Hisui ignora les accusations d’Eruru et se gratta la tête paresseusement, répondant indifféremment. « S’il y a quoi que ce soit, je suis du même côté que vous deux. Mais c’est vraiment ennuyeux que vous vous battiez dans la rue. Comme le dit le proverbe, on ne peut pas applaudir d’une seule main. Vous méritez tous les deux d’être punis. »

Hisui soupira de nouveau et leva devant lui l’objet qu’il portait sur son dos.

En connaissant parfaitement son poids, il avait enfoncé sa pointe pointue dans le sol.

L’épée de la croix sacrée, la Lame de Tzara.

Pour éviter d’attirer l’attention, il l’avait enveloppée dans un linge. Mais Miraluka et Eruru avaient instantanément remarqué la véritable identité de l’épée sacrée en raison de sa forme en croix.

Malgré les différences énormes entre les vampires et les dhampires, il s’agissait d’une arme mortelle qui pouvait neutraliser leurs pouvoirs régénérateurs et même causer une mort instantanée.

« Vous avez toutes les deux peur de ça, n’est-ce pas ? Je n’ai même pas besoin de l’utiliser comme une lame. Si vous voulez voir son apparence ou écouter son son, n’hésitez pas à continuer, » déclara Hisui.

Tout en touchant le tissu recouvrant la surface de la lame Tzara, Hisui avait formé un poing de l’autre main.

Le fait d’exposer la croix les frapperait toutes les deux. Au moins, ça leur ferait arrêter de se battre.

Même si elles fermaient les yeux pour éviter la vue, il pouvait utiliser la croix comme diapason en la frappant avec son poing pour produire une résonance. Son pouvoir destructeur équivaudrait à un chœur chantant des hymnes à l’oreille d’un vampire.

Quoi qu’il arrive, il avait réussi à arrêter le combat.

Mais c’était en supposant qu’Hisui mette ses menaces en action.

Elles avaient toutes les deux des corps qui surpassaient de loin les humains. Elles pouvaient réduire la distance sans effort pour arrêter Hisui.

Cependant, ce faisant, elles s’exposeraient aux attaques de l’autre adversaire.

Le trio se retenait l’un et l’autre, figé et immobile.

Dans cette impasse tendue, l’aînée Miraluka avait été la première à faire un compromis.

« Quel coureur de jupons ! En mettant de côté l’impostrice, je n’arrive pas à croire que tu aies craqué pour une dhampire. Je ne me souviens pas avoir enseigné ça à un tel enfant, » déclara Miraluka.

« Arrête de faire des déclarations trompeuses. En plus, je ne me serais pas impliqué avec des vampires et des dhampires si je n’avais pas été élevé par toi, » répliqua Hisui.

Miraluka se moqua malheureusement de la réponse et se retira du côté d’Eruru.

« Je ne rentre pas à la maison pour les prochains jours. Pas besoin de cuisiner pour moi, » déclara Miraluka.

« ... »

Sans réponse, Hisui se dirigea vers Eruru. C’était pour la protéger, mais c’était aussi pour l’empêcher de la poursuivre inutilement.

Miraluka se retourna et ses contours se fondirent dans l’obscurité de la nuit avec un battement de sa cape.

Eruru voulait la poursuivre, mais Hisui l’avait attrapée.

« Ne la suivez pas. Vous ne pouvez pas gagner, » déclara Hisui.

« Mes balles fonctionnent. Avez-vous vu comme sa main droite était brûlée ? » demanda Eruru.

« Ouais, » répondit Hisui alors que son visage s’assombrissait.

Certes, avant le départ de Miraluka, il avait remarqué l’état inhabituel de sa paume.

À en juger par la situation, Hisui en avait instantanément déduit qu’elle avait arrêté une balle avec sa main.

Puisqu’elle avait utilisé sa main pour bloquer une balle brûlante, souffrir d’un certain niveau de brûlures n’était que naturel. De plus, c’était une solution miracle. En plus de la chaleur pure, il devait également produire une douleur fulgurante pour les vampires.

« ... Mais elle l’a bloqué, non ? Que pouvez-vous faire à une adversaire qui peut arrêter les balles à mains nues ? Vous n’allez absolument pas gagner dans un combat comme celui-ci, » déclara Hisui.

Bien que les capacités physiques d’un dhampir surpassent de loin celles des humains, elles étaient encore loin de celles d’un vampire pur.

Si la parente-vampire était d’une classe bien supérieure à celle du vampire ennemi, il pourrait y avoir une chance si le dhampir se déchaînait. Mais contre un Véritable Ancien la nuit, les espoirs de victoire seraient bien trop faibles.

« Alors, êtes-vous capable de la vaincre ? Utiliser votre épée pour lui transpercer le cœur ou lui couper la tête, c’est peut-être une chance de victoire. Mais êtes-vous capable de faire ça ? » demanda Eruru.

« ... Pourquoi dois-je faire quelque chose d’aussi sanglant ? » demanda Hisui.

Hisui évita de répondre puis il se mit à réfléchir aux actions de Miraluka ce soir.

« Au fait, pourquoi êtes-vous ici ? Quelqu’un vous a-t-il averti dans un rêve ? » demanda Eruru.

« Je n’arrivais pas à dormir, alors je suis descendu et j’ai senti du sang, » répondit Hisui. « En allant jeter un coup d’œil au sous-sol, j’ai découvert qu’elle était partie, laissant un pot rempli de sang. Il y avait beaucoup trop de sang pour que cela soit pour boire et en plus, elle ne boit pas non plus de sang comme ça. Trouvant les choses bizarres, je suis venu la trouver. Et juste pour être sûr, j’ai apporté la lame de Tzara pour le cas où les choses se passaient comme ça. Qu’est-ce qui s’est passé ? »

« Je vous l’ai déjà dit. Elle voulait simplement du sang vierge sur un coup de tête... Cela ne semble pas non plus normal. Et aussi..., » déclara Eruru.

« Aussi ? » demanda Hisui.

Elle avait aussi demandé où se trouvait Rushella. Mais pour une raison inconnue, Eruru n’avait pas pu se résoudre à en parler.

De plus, le fait qu’elle enquêtait sur Miraluka au sujet des grands volumes de sang livrés à cette ville — elle ne voulait pas non plus en parler à Hisui.

« R-Rien. Dans tous les cas, si elle essaie de boire à nouveau du sang humain, je tirerai. S’il vous plaît, n’intervenez pas, » déclara Eruru.

« ... »

« Vous... devriez vous mettre du côté des humains, » tandis qu’Hisui gardait le silence avec un regard solennel, Eruru ajouta ça sans le regarder.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire