La Croix d’Argent et Dracula – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 1

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 2 : La Confusion du Pourpre

Partie 1

La nuit était remplie de silence.

L’éclat de la pleine lune tombait à la surface de l’eau, réfléchissant la douce lumière de la lune, semblant presque teindre les vagues d’une couche de sérénité.

Un manoir occidental de style rétro se dressait sur le rivage légèrement saillant de la mer, tandis que le bruit rafraîchissant des vagues se brisait au loin.

Ce type de maison particulière pouvait paraître un peu comique, mais il s’agissait d’une maison de soins palliatifs entièrement équipée.

Construite intentionnellement au bord de la mer, cette luxueuse maison de soins palliatifs appartenait de toute évidence à quelqu’un de riche.

Néanmoins, son propriétaire n’avait pas devant elle beaucoup de temps pour en profiter.

Parce que dans un avenir proche et prévisible, elle était destinée à partir aux cieux.

Et il était vraisemblable que la vieille dame avait bien compris ce fait. Assise près de la fenêtre, en train de tricoter, elle regardait la mer dehors avec une tendre expression sur son visage.

Ayant vécu jusqu’à ce jour, elle était totalement en paix avec le monde et n’avait désormais plus aucune crainte. Personne ne valait la peine d’être détesté. Elle n’avait pas non plus de plaintes contre le destin. Tout en écoutant les vagues tranquilles, elle tricotait en silence.

Un visiteur soudain interrompit la nuit tranquille.

Le son primitif des vagues jouait une élégante sérénade.

Voyant des pas gracieux s’approcher, la vieille dame — Welfica — sourit cordialement et ouvrit la fenêtre.

« Ça fait longtemps, jeune fille vampire, » déclara Welfica.

Son regard se déplaça là où la reine de la nuit se tenait silencieusement.

Le teint blanc comme neige apparaissant dans l’obscurité était stupéfiant.

Des lèvres pourpres.

Des yeux pourpres.

Rushella Dahm Dracula.

« Ma petite-fille s’inquiète pour vous. N’avez-vous pas disparu soudainement ? » demanda Welfica.

La grand-mère de Kirika — et maître dans les arts de la magie — avait déjà entendu parler de la disparition de Rushella.

Sa petite-fille lui avait demandé de lui transmettre toute nouvelle. Malgré cela, Welfica ne s’attendait pas à ce que Rushella vienne seule.

« J’ai quelque chose à vous demander, » tout en gardant une certaine distance de Welfica, Rushella avait parlé.

Elle semblait avoir perdu du poids. La fatigue sur son visage était également assez profonde.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Welfica.

Les mains de Welfica avaient continué sa tâche pendant qu’elle répondait à Rushella.

Son attitude décontractée avait un peu surpris Rushella.

« Alors vous êtes prête à me répondre. Je pensais que vous contacteriez d’abord votre petite-fille, » déclara Rushella.

« Vous seriez partie si j’avais fait ça... Ou même essayer de m’arrêter, en utilisant la force aussi, n’est-ce pas ? » demanda Welfica.

Réalisant que Welfica avait prédit son plan, Rushella n’avait pas eu d’autre choix que de cacher sa main droite, tenant son poignard habituel derrière son dos.

« Combattre un vampire dans la nuit serait un peu trop pour ces vieux os. Alors, qu’aimeriez-vous demander ? » demanda Welfica.

« À propos de moi, » déclara Rushella en se désignant.

Avec la pleine lune derrière elle, la fille à l’air délicat demanda douloureusement. « Qui suis-je ? »

Cette question était remplie d’une douleur déchirante.

Il s’agissait d’un sentiment de perte découlant du fait de ne jamais posséder une personnalité au départ plutôt que de la perdre.

Sans aucune preuve pour témoigner de son sens de soi, l’existence de Rushella était si transparente qu’elle avait failli disparaître dans l’obscurité de la nuit.

En voyant cette fille du même âge que sa petite-fille, Welfica secoua la tête en s’excusant.

« Je n’ai pas de réponse. Qui vous êtes : est une question que vous et le garçon à vos côtés devriez savoir, n’est-ce pas ? » demanda Welfica.

« Cette femme m’a traitée d’impostrice, » déclara Rushella.

Naturellement, Rushella n’avait pas accepté la réponse superficielle et avait évoqué la vérité déchirante.

« Si ce qu’elle dit est vrai, alors qui suis-je ? » demanda Rushella. « Une personne sans nom prétendant être un Véritable Ancien ? Alors comment cela peut-il expliquer le symbole du sang frais ? Pourquoi n’ai-je pas de souvenirs ? Pourquoi ai-je dormi jusqu’à récemment ? Pourquoi — . »

« Pourquoi l’avez-vous rencontré ? C’est ce que vous voulez savoir, n’est-ce pas ? » demanda Welfica.

Welfica sourit légèrement

Son visage délicieux et souriant avait fait que Rushella ne savait plus quoi faire, se taisant.

Mais bientôt, elle secoua la tête pour réfuter la suggestion de Welfica.

« Taisez-vous... Je l’ai déjà oublié, » déclara Rushella.

« Alors pourquoi êtes-vous venue ici ? Si vous avez déjà coupé toute communication avec lui, alors ce serait mieux si vous ne me voyiez pas, » répondit Welfica.

« ... Parce qu’il n’y a personne d’autre à qui je peux le demander. J’ai essayé de chercher mon origine par moi-même. Ces chercheurs et historiens occultes, quels qu’ils soient, j’ai utilisé les Yeux Mystiques pour les faire parler, mais je n’ai jamais eu de réponse satisfaisante. Je n’y peux rien, mon seul choix était de venir vous voir, » déclara Rushella.

 

 

« Je vois. Mais je suppose que je vais vous décevoir. La dernière fois, je vous ai déjà dit tout ce que je savais, » déclara Welfica.

« Les Véritables Anciens ne sont plus... Le dernier Véritable Ancien était Miraluka, n’est-ce pas ? Dans ce cas, qui suis-je ? » demanda Rushella.

« Pourquoi ne pas lui demander directement ? » demanda Welfica.

« ... ! » Rushella avait fait un regard conflictuel.

En effet.

Ce serait certainement le moyen le plus rapide.

Celle qu’elle devrait trouver en premier était Miraluka.

« J’ai appris par l’intermédiaire de Kirika qu’elle est déjà revenue. Elle est actuellement chez Kujou-kun... Au contraire, elle est actuellement chez elle, » déclara Welfica.

« ... »

Le visage de Rushella indiquait qu’elle était devenue en colère.

Serrant désespérément les poings, elle serra les dents.

« J’avais l’habitude de penser que le mot “mort” était la chose la plus éloignée qu’on puisse lui associer... Comme on pouvait s’y attendre, elle est toujours en vie. N’est-ce pas parfait ? Ça vous donne aussi une raison d’y retourner, » déclara Welfica.

« Comme si quelqu’un voulait..., » murmura Rushella.

Rushella n’avait pas été en mesure de rejeter totalement cette notion.

Welfica continua, essayant de la convaincre. « Supposons que moi ou quelqu’un d’autre connaissions la vérité de votre identité et nous vous le disions — mais même alors, vous ne trouverez toujours pas le salut. »

« Comment le sauriez-vous ? » demanda Rushella.

« N’importe qui le saurait après avoir vécu si longtemps, même si je ne suis qu’un humain éphémère. Vous souhaitez simplement découvrir votre passé afin de combler le vide dans votre cœur. Mais en vérité, peu importe qui vous êtes, le présent ne changera pas, » déclara Welfica.

« Quelle différence ça fait si j’y retourne ? » elle murmura ça avec indifférence.

Parce qu’elle avait déjà pris sa décision dans son cœur.

Si elle devait revenir sans vergogne maintenant que les choses étaient arrivées à ce point, elle n’aurait pas décidé de disparaître en premier lieu.

« Ça finira par répéter la même chose. C’est mieux que je ne sois pas là, surtout avec cette femme. On ne se reverra plus, » déclara Rushella.

« Comme vous êtes pessimiste. La dernière fois que je vous ai vue, l’éclat du jour se répandait sur tout votre corps, presque comme si vous n’étiez pas un vampire, » déclara Welfica.

« ... »

« Suivez votre propre choix, mais ne le regrettez pas. Cependant, vous devriez faire un peu plus attention à prendre soin de votre corps, n’est-ce pas ? » demanda Welfica.

« De quoi parlez-vous ? » demanda Rushella.

Voyant Rushella jouer les idiots, Welfica tendit sa main gauche vers elle.

Il y avait une petite goutte de sang sur son index gauche.

C’était une petite blessure piquée par l’aiguille à tricoter qu’elle tenait sous son bras.

La goutte de sang, qui s’infiltrait par la peau, avait provoqué un changement dans les yeux de Rushella.

Ils étaient devenus pourpres.

Ses narines frémissaient alors qu’elle dénudait ses crocs aiguisés.

Poussée par instinct, Rushella se sentit obligée d’approcher Welfica. Avec beaucoup de difficulté, elle s’était arrêtée, s’était couvert le nez et la bouche, puis avait reculé.

« Désirant le sang de quelqu’un d’aussi vieux et décrépit que moi... Vous devez évidemment avoir soif. Kirika m’a dit que vous n’aviez pas emporté les réserves de sang de Kujou-kun. Je n’arrive pas à croire que vous vous soyez vraiment abstenu de boire la moindre goutte de sang pendant tout ce temps ? » demanda Welfica.

« ... »

Rushella n’avait pas répondu. Se serrant dans ses bras, elle s’était agrippée désespérément, ses ongles creusant profondément dans sa chair, s’efforçant le plus possible de contrôler sa respiration.

« Vous devriez comprendre. Aucun vampire ne peut échapper au destin du sang. Opposer votre instinct ne fera que tuer votre esprit. Pourquoi êtes-vous si têtue ? » demanda Welfica.

« ... Qui sait, » répliqua Rushella.

Rushella avait finalement retrouvé la raison. S’éloignant de Welfica, elle se tenait encore plus loin.

« Désolée de vous avoir dérangée. Si possible, ne parlez pas de ma visite à Hisui et aux autres, » demanda Rushella.

« Je ne peux pas vous le promettre. Si son amie ne revient pas, Kirika sera triste, » déclara Welfica.

« ... » Rushella n’avait rien dit de plus.

Faisant demi-tour, elle sauta d’un bond, sauta par-dessus un immeuble et courut vers le bas de la colline.

Comme on pouvait s’y attendre d’un vampire la nuit, cette vitesse était extraordinaire.

Il n’y avait aucun espoir de la pourchasser. Contacter le groupe d’Hisui n’avait plus aucun sens.

Avec une légère tristesse, Welfica la regarda partir, puis retourna à sa tâche.

Les alentours étaient vite redevenus silencieux alors que la nuit noire devenait encore plus sombre.

L’aube était encore très loin.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre ! Franchement quelle volonté... Je suis bouche-bé, y a franchement rien de mieux que les vampires !

Laisser un commentaire