La Croix d’Argent et Dracula – Tome 4 – Chapitre 6 – Partie 3

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 6 : Le Dernier Coureur

Partie 3

« Désolé, je suis en retard. C’est ma faute de nous avoir mis à la dernière place…, » déclara Hisui.

Hisui était revenu de la piste de relais et s’était dirigé vers Mei et Eruru, inclinant la tête afin de s’excuser.

Il avait à peine réussi à revenir à temps pour prendre sa place de coureur pour la deuxième étape de la course, se précipitant sur la piste pour recevoir le témoin et courir à toute vitesse.

La classe d’Hisui avait déjà pris du retard avec le premier coureur, donc à cause de l’étape lente faite par Hisui, ils étaient maintenant à la dernière place.

« ... Ne t’inquiète pas, c’est bon. Au fait... Ton état de santé va-t-il mieux ? » demanda Mei.

« Je ne mourrai pas. Ah, mais je veux vomir, » répondit Hisui.

« Pourquoi tenez-vous votre ventre après avoir couru une si courte distance ? C’est bien trop faible de votre part, » les réprimandes d’Eruru étaient parfaitement raisonnables.

Bien qu’Hisui ne soit pas en parfaite santé, il courait vraiment d’une manière horrible.

En plus, il se serrait le ventre en ce moment même.

« Ça n’a pas été facile d’attraper mon sosie. La représentante de classe a aussi été retrouvée, bien qu’elle ait perdu la possibilité de participer au relais. Fin heureuse, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Eh bien... Je suppose, » répondit Mei.

« Alors il ne reste que Rushella, n’est-ce pas ? » demanda Eruru.

Mei et Eruru avaient déjà joué leur rôle et se reposaient sur le côté maintenant.

Elles s’étaient toutes les deux tenues en retrait, donc la classe d’Hisui allait finir bonne dernière.

Et la différence était assez grande.

« Hé... N’est-il pas presque temps pour elle de venir ? Et nous devons choisir une nouvelle étape finale... Dans ce genre de situation, quelqu’un doit courir deux fois, non ? » demanda Hisui.

« Ils en discutent en ce moment même. Oh, elle arrive, elle est là, » déclara Mei.

Mei avait montré l’autre côté de la piste circulaire.

Chaque étape de la course de relais des classes était un demi-circuit autour de la piste — de là, les coureurs devaient se séparer, et le suivant se tenait debout sur les côtés opposés de la piste, attendant que le témoin passe dans leur main.

Et à ce moment, c’était au tour de Rushella de se tenir sur la ligne de départ.

Parce qu’ils étaient loin derrière les autres classes, Rushella se tenait là, seule.

« Dieu merci, elle est enfin venue. Je peux voir les résultats de son entraînement... Hé, il n’y a pas quelque chose qui ne va pas ? » demanda Hisui.

Hisui avait été le premier à remarquer la situation inhabituelle.

Même de loin, il voyait très clairement.

Rushella tremblait de partout, se serrant désespérément dans ses bras.

Sur les mains qui se serraient dans les bras, les ongles étaient exceptionnellement longs.

« Hé... Elle a l’air vraiment assoiffée. N’est-elle pas une “Véritable Ancien”... ? Ne peut-elle pas le supporter un peu... ? » demanda Mei.

« Je ne connais pas les détails de son état, mais il s’agit clairement d’une urgence. Bien que j’hésite à faire une scène en public... Il n’y a pas le choix maintenant, » l’éclat d’Argentum avait déjà flashé dans la main d’Eruru.

Cachée derrière Mei, elle avait essayé d’être aussi discrète que possible. Si nécessaire, elle allait tirer.

« Hé, arrêtez ça... À quoi pensez-vous !? » s’écria Hisui.

« C’est ma réplique. Ne comprenez-vous pas la situation après avoir vu à quoi elle ressemble... ? C’est clairement un état anormal. Vous devriez savoir très clairement ce qu’est un vampire assoiffé, non ? » demanda Eruru.

« ... »

C’était le destin du sang auquel aucun vampire ne pouvait échapper.

Quand la soif de sang atteignait son paroxysme, ils perdaient toute rationalité et se transformaient en bêtes se nourrissant de sang frais.

Hisui regarda Rushella avec anxiété, puis il lui révéla un sourire.

Le coureur avant que Rushella lui tendît la main en lui passant le témoin.

Alors... Rushella l’avait attrapé.

Bien que sa main tremblait quelque peu, elle l’avait attrapé correctement.

« ... Vous voyez, les résultats de l’entraînement se voient, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« S’il vous plaît, arrêtez de vous sentir impressionné par ce qui est sans importance. » Eruru l’avait réprimandé strictement. À côté d’elle, Mei avait aussi un visage solennel.

Néanmoins, Hisui les avait ignorées et s’était tourné vers ses camarades de classe proches qui avaient aussi fini de courir.

« Désoler tout le monde. Je prends la dernière étape. Après tout, vous n’avez toujours pas décidé, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Eh ~ ~ ~ ? »

« Ce n’est pas très bon, n’est-ce pas ? »

« Bien qu’être dernier soit horrible, abandonner dans le désespoir est un peu… »

« Dites, vos maux d’estomac ont cessé ? »

... On dirait qu’il y avait eu beaucoup de grognements.

Hisui connaissait très bien sa position dans la classe.

Tout comme Hisui était désemparé face à ça, une voix de derrière l’avait aidé.

« Laissez ça à Kujou-kun, » déclara une voix féminine.

Il s’était retourné et il avait alors vu Reina.

Sa jambe droite était enveloppée dans des bandages pendant qu’elle parlait avec le sourire. Rangetsu la soutenait.

« C’était à l’origine ma responsabilité... Kujou-kun, je compte sur vous, » déclara Reina.

« ... Merci, » Hisui avait accepté la demande de Reina et s’était dirigé vers la ligne de départ.

Et depuis que Reina avait pris la parole, les autres n’avaient pas eu d’objections... alors ils avaient regardé Hisui en silence.

Et alors... Rushella était arrivée.

Bien que la lumière du soleil soit intense, elle courait beaucoup trop lentement.

Alors qu’elle luttait désespérément contre l’impulsion présente à l’intérieur de son corps, elle atteignait ses limites.

Après tout, Hisui était sous ses yeux.

Le sang désiré était à portée de main.

« Hisui... ! » Tout en l’appelant en même temps, Rushella se lécha les lèvres.

Sa vitesse de course avait soudainement augmenté.

Le témoin dans sa main devenait difficile à tenir.

Son autre main, vide, se dirigea vers la chair et le sang qu’elle désirait depuis longtemps.

Mei s’était préparée, recueillant la lumière du soleil dans ses yeux.

Eruru avait levé l’arme.

Rangetsu avait pris position comme une bête carnivore et féroce.

Mais Hisui avait agi plus vite qu’elles, plus vite que quiconque.

En violation des normes des courses de relais, il s’était précipité vers Rushella.

Puis, pour éviter que les autres ne voient son apparence horrifiante, il avait étendu les bras et l’avait serrée dans ses bras.

Hisui avait mis son cou de manière proactive vers la bouche de Rushella, la laissant boire son sang.

Sans faire un bruit, il avait enduré toute la douleur.

Le fait de courir simplement vers l’autre pour enlacer la fille qui s’effondrait en raison d’un épuisement total — c’est sûrement ce que les spectateurs avaient vu.

Tous les yeux de l’école étaient rivés sur eux.

Dans une durée trop courte qu’on pourrait appeler un instant, Hisui chuchota à l’oreille de Rushella : « La boîte à lunch était délicieuse. »

« ... ! »

La lumière de la rationalité éclairait maintenant les yeux de Rushella, en raison des paroles d’Hisui ou du sang d’Hisui... Les deux raisons étaient certainement responsables.

L’existence d’Hisui avait réussi à sauver l’esprit de Rushella, au bord de l’effondrement.

« Si je devais dire quelque chose, tu en es encore à un stade de développement. Franchement, pourquoi l’omelette ressemble à ça et le steak de hamburger est cru, c’est complètement ahurissant, » demanda Hisui.

« Tu fais du bruit... La ferme…, » déclara Rushella.

Rushella protesta d’une voix tremblante. Sa main délicate se serrait désespérément dans le dos d’Hisui pour éviter de tomber.

 

 

« M-Mais l’effort a failli me tuer... J’ai été traitée comme une idiote par cette fille. Je me suis coupé la main, et je me suis levée tôt…, » déclara Rushella.

« Je sais, je sais. Maintenant, tu peux comprendre une partie de ma douleur, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Si bruyant... Dans tous les cas, c’est Miraluka qui est la meilleure... ! » déclara Rushella.

« Tu es plus importante que cette personne morte, » répliqua Hisui.

Ces paroles avaient fait que toute la force s’était écoulée hors du corps de Rushella.

Elle était déjà au bord des larmes.

Peu importe l’époque, les mots doux étaient la forme la plus facile de guérison instantanée.

Même entre un vampire et un humain... c’était pareil.

Le témoin avait glissé de la main de Rushella.

Mais juste avant qu’il ne touche le sol, Hisui l’avait attrapé.

« Désolé, je vous laisse cette fille, » déclara Hisui.

Puis, Hisui repoussa doucement Rushella, la confiant à Rangetsu.

Rushella avait l’air d’avoir quelque chose à dire, mais Hisui avait délibérément ignoré son regard et avait touché son cou.

Son hémorragie s’était arrêtée.

Mais le corps qui vampirisait tout à l’heure était gravement anémique.

Et tout à l’heure, Rushella craignait d’avoir bu d’une manière imprudente.

En fait, il était difficile de se tenir debout avec ce corps qui avait subi une perte de sang excessive.

Néanmoins, c’était ce qui lui avait permis de faire ce qui n’était habituellement pas possible.

« Eli Eli lama sabachthani …! » accompagné par des battements de cœur de plus en plus forts, Hisui avait chanté l’incantation.

Le symbole noir ressemblant à des épines était apparu sur son cou.

Il n’y avait pas d’inquiétude même si d’autres étudiants le voyaient.

Après tout, cela n’allait que brièvement transparaître dans leurs souvenirs, alors qu’il passerait devant leurs yeux.

Le Mode Anti-Drac venait d’être activé.

Et instantanément, les contours d’Hisui s’étaient estompés.

Les seules personnes qui pouvaient le voir étaient Rushella et les filles, les créatures surnaturelles.

Et ainsi, Hisui avait tout le long de la piste couru à la vitesse de l’éclair.

La distance avec les autres classes se rétrécissait...

À l’origine, la distance était assez importante pour être désespérant, mais il avait réduit la distance en un clin d’œil.

 

« Si vite... Kujou-kun est trop rapide !! Il a croisé trois personnes à la fois ! »

 

La voix énergique d’une personne avait été entendue, relayant l’exploit héroïque d’Hisui sur la piste.

Il s’agissait de Kirika qui avait arraché le mégaphone, alors qu’elle était si émotive que ses joues étaient écarlates.

Après l’annonce en direct, les acclamations s’étaient multipliées alors que toute l’école concentrait son regard sur Hisui.

C’était bien ça.

Après ça, personne ne se souviendrait de la scène avec Rushella qui s’était déroulée tout à l’heure.

Bien que cela aille à l’encontre de la philosophie d’Hisui quant au fait d’avoir une vie scolaire ordinaire...

« De temps en temps, je suppose que c’est bon, » Hisui soupira et entra dans la dernière ligne droite, la partie droite de la piste.

Le dernier coureur de l’étape à la première place était juste devant, à quelques mètres de là.

« Je sais que ça compte comme de la triche, alors pardonnez-moi, » déclara Hisui.

« Il ne reste plus qu’une seule personne à passer ! Kujou-kun, tu es trop incroyable ! » cria Kirika dans le mégaphone.

Cependant, la vitesse d’Hisui avait chuté d’un coup.

De plus, tout le regard de toute l’école s’était porté sur Kirika.

Alors que son visage était rouge, elle était retournée à sa place au Conseil des Étudiants.

Alors... Comme si ses nerfs tendus s’étaient brisés, Hisui avait ralenti encore plus.

En un rien de temps, le symbole sur son cou avait disparu.

« Ah, ce n’était après tout pas bon, » en laissant ces derniers mots, Hisui avait franchi la ligne d’arrivée, tombant vers l’avant.

Naturellement, il était deuxième.

« Espèce de grand idiot ! Je n’arrive pas à croire que tu n’aies pas réussi à être le premier après être allé si loin ! Cela ne fait-il pas de mon entraînement un gâchis ? » s’écria Rushella.

« N’en dis pas plus…, » demanda Hisui.

Hisui n’avait pas la force de discuter avec une Rushella déraisonnable.

S’il n’attendait pas tranquillement que son sang se rétablisse, ou s’il ne recevait pas rapidement une transfusion sanguine, sa vie serait vraiment en danger.

« Eh bien... Peu importe, je te pardonne, » tout en disant cela, Rushella enlaça Hisui, lui serrant la tête entre ses seins.

« Ah ! Hé, c’est mon boulot ! Poussez-vous sur le côté ! » Mei avait aussi fini par l’enlacer.

Se faire écraser par deux paires de seins géants n’était pas une plaisanterie. Hisui sentait sa conscience s’envoler au loin.

Merde merde merde merde merde merde merde merde merde merde merde, super merde hyper merde.

Cependant, il n’y aurait pas de regrets à mourir comme ça, alors que sa conscience devenait lointaine.

Ses camarades de classe, en particulier les garçons, le fixaient d’un regard meurtrier.

Eruru et Rangetsu avaient les yeux remplis de mépris.

Pour une raison inconnue, Reina était en larmes.

Finalement, abusant de l’autorité publique à des fins privées, Kirika avait saisi le mégaphone spécifiquement et avait crié. « Hé, là-bas ! Vite, sortez de la piste une fois que vous avez fini de courir ! »

« ... Eh bien, peu importe. Oh, mon Dieu, je n’ai vraiment plus de sang…, » murmura Hisui.

« Ah, hé, ne dors pas ! Ressaisis-toi ! » s’écria Rushella.

Quelques minutes plus tard, Hisui avait été transporté à l’infirmerie.

Après cela, il avait reçu une transfusion du sang livré par Eruru, allongé sur le lit en écoutant le discours de clôture. C’est ainsi que le festival sportif d’Hisui s’était finalement terminé.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire