La Croix d’Argent et Dracula – Tome 4 – Épilogue

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Épilogue

« ... Est-ce raisonnable ? Je suis si fatigué que je me suis effondré, mais je suis quand même obligé de rester ici et de nettoyer le site du festival. Est-ce raisonnable ? » demanda Hisui.

« Arrête tes conneries et travaille vite. Franchement, pourquoi est-ce que je dois..., » Rangetsu grogna en portant le cadre de la tente vers la zone de stockage.

Le festival sportif s’était terminé sur une note positive. Il ne restait plus qu’à nettoyer en rangeant les tentes, les chaises, le matériel de sonorisation, etc.

Les membres du Conseil des Étudiants avaient nettoyé une partie et laissé le reste à la vice-présidente Kirika afin qu’elle s’en occupe.

Et ainsi, les membres du club de recherche du surnaturel et Rangetsu aidaient Kirika à faire le nettoyage.

De plus, Touko les acclamait tout simplement, bougeant sa bouche, mais pas ses mains.

Comme le coucher du soleil approchait à grands pas, en tant que fantôme, Touko devenait exubérante.

« Alors, Touko-san, j’ai une question très simple. Où étiez-vous pendant le festival sportif ? Erriez-vous à l’école pendant tout ce temps ? » demanda Hisui.

« Bien sûr que non. J’ai bien regardé chaque événement... Ah, » répondit Touko.

« C’est stupide de ma part de penser à compter sur vous, » répondit Hisui.

« Parce que je veux profiter du printemps de la jeunesse... Pendant la course de relais, je courais à vos côtés, n’avez-vous pas remarqué ? » demanda Touko.

« Effrayant ! Si les parents prenaient des photos, ils finiraient sûrement avec des photos de fantômes !! » s’exclama Hisui.

« Ne vous inquiétez pas, je suis très photogénique ! Bien qu’il finisse un peu flou, seule une partie de mon corps apparaît sur la photo..., » répondit Touko.

« Hmm, veuillez choisir l’une des options suivantes : trouver un exorciste ou participer à l’une de ces émissions paranormales à la télévision. Je vous en supplie, s’il vous plaît, faites profil bas dans ce genre d’événement, » déclara Hisui.

Hisui chassa l’esprit errant avec déplaisir, s’immergeant dans son travail.

Le coucher du soleil était presque là quand le nettoyage avait été achevé et que le Club de Recherche du Surnaturel et Rangetsu avaient finalement pu partir.

« Franchement, je suis mort de fatigue. Mon seul salut est que demain est échangé avec aujourd’hui pour donner un temps de repos..., » déclara Hisui.

« Oui, c’est l’heure de se détendre ! » s’exclama Rushella.

« On ne peut pas se détendre avec vous dans les parages, n’est-ce pas ? Dis, Hi-kun, veux-tu profiter de cette occasion pour vivre avec moi ? » demanda Mei.

« Je vous conseille d’abandonner, Sudou-san. S’il regardait quand vous vous changiez, ne dites pas que je ne vous avais pas prévenue, d’accord ? » déclara Eruru.

« Attendez une seconde, je ne peux pas ignorer ça... Que s’est-il passé quand Kujou-kun était chez Kariya-san ? » demanda Kirika.

« Bon sang, c’est juste un changement de vêtements. Il m’a déjà vue ainsi, vous savez ? » Rangetsu s’interposa dans la discussion d’une manière séduisante.

Mais la faction des quatre filles secoua froidement la tête. « « « « Personne ne se soucie de vous ! » » » »

« Quel genre de traitement est-ce ? Quelle valeur donnez-vous à mon corps nu ? » demanda Rangetsu.

« Pour être honnête, je trouve Kariya plus belle à voir, » déclara Hisui.

« Qu’est-ce que vous avez dit ? » demanda Eruru.

« Rien, » répondit Hisui.

En sentant le ton de la voix d’Eruru aussi froid que la lame d’un couteau, Hisui avait accéléré ses pas afin d’aller hors des portes de l’école.

Au moment où tout le monde quittait l’école, et qu’ils étaient sur le point de rentrer chez eux...

Elle était venue.

L’obscurité la suivait, alors que la voûte de la nuit descendait à ses ordres.

Tout le monde ressentait une aura inhabituelle.

Petits animaux, oiseaux, insectes... Les présences de toutes les créatures avaient disparu.

Vêtue d’une cape, la grande dame marchait dans la rue. Comme s’ils craignaient l’arrivée d’un monarque, comme s’ils lui ouvraient un chemin, toutes les créatures s’enfuirent loin d’elle.

« C’est vous... ! » Rushella avait dégainé une dague.

Elle n’avait pas encore parlé au groupe d’Hisui de la rencontre précédente.

Mais même si elle n’en avait pas parlé, tout le monde avait remarqué le changement inhabituel dans l’environnement.

Mei, Eruru, Kirika, Rangetsu, elles étaient toutes entrées en position de combat.

Une seule personne, Hisui, était restée enracinée au sol, en état de choc.

Hisui avait reconnu ce visage magnifique, sans pareil, se détachant clairement de la couleur de la nuit.

Aucune photo.

Aucune vidéo.

Les dessins ne pouvaient pas recréer sa beauté.

Les miroirs ne pouvaient pas refléter son apparence.

Seul le souvenir pouvait enregistrer son visage incomparable.

« Rebonjour, » elle souriait légèrement alors qu’elle lui déclara ça.

Comme une tendre mère. Comme une sœur aînée espiègle. Comme une amoureuse séduisante.

Alors qu’elle semblait planée, elle s’approcha d’Hisui.

Jusqu’à ce que sa main gracieuse et élancée caresse la joue d’Hisui, alors que personne n’avait réagi face à cela.

Et parce que son action était trop naturelle et en raison du regard sur le visage d’Hisui qui indiquait qu’il était presque sur le point de fondre en larmes.

« Ne le touchez pas ! » Seule Rushella était entrée en action.

Tenant son poignard à l’envers, elle avait poignardé vers le bras de la femme !

Mais la femme restait insouciante, sans s’inquiéter, se tenant là comme si elle n’existait pas.

Le laser venant des yeux de Mei avait été neutralisé sans effort par le geste de sa main.

La malédiction de Kirika était complètement inefficace contre elle.

La balle d’Eruru avait été bloquée sans danger par sa main.

Rangetsu chargea, mais s’effondra sur le sol après une légère poussée de sa part.

« Miraluka... ! !? » Finalement, Hisui avait crié son nom.

Le nom de la personne qu’il aimait, celle qui l’avait élevé.

Le nom de la personne qui était avant ça décédée.

« Pourquoi es-tu... !? » demanda Hisui.

« Comme ton environnement est devenu vivant. Eh bien, est-ce que c’est ce qu’on appelle la croissance ? Comme je me sens seule, mais en même temps aussi enchantée... Mais méprisable. »

Ces paroles avaient été prononcées par elle à la fois en tant que mère, sœur et amante, couvrant toutes les identités « féminines ».

Ses yeux cramoisis étaient particulièrement remplis d’hostilité envers Rushella.

« Imposteur et échec. Vous n’avez pas le droit de boire le sang de mon Hisui. Disparaissez maintenant, » déclara Miraluka.

« ... Qu’est-ce que tu racontes ? Tu es l’imposteur... Miraluka est déjà... ! » s’écria Hisui.

« Y crois-tu vraiment ? Mon immortalité... ainsi que l’impossibilité de te quitter, de te jeter au loin. Ne devrais-tu pas le savoir mieux que moi ? » demanda Miraluka.

Hisui se tut.

Elle avait raison.

Un vampire avec la vie éternelle et la jeunesse, et en plus, un Véritable Ancien.

Elle n’aurait pas pu mourir.

Mais elle était vraiment morte.

Pour lui.

« Puisque tu es vivante, pourquoi... ? » demanda Hisui.

« Moi aussi, je suis très confuse. Un jour, toi et moi devrons nous dire adieu l’un à l’autre. C’est comme ça entre les humains et les vampires. Cependant... En raison de l’infestation d’un parasite, je ne peux pas rester à l’écart, » déclara Miraluka.

Ses lèvres pourpres s’approchaient du cou d’Hisui.

Arrêtez... Tout le monde avait appelé pour l’arrêter.

Rushella avait tendu la main.

Mais Hisui lui-même était impassible.

La langue cramoisie s’étendait de ses lèvres et léchait légèrement.

Puis elle s’était déplacée vers ses lèvres.

Un léger baiser, puis une séparation rapide et immédiate.

« Vous devez être épuisé aujourd’hui. Rentrez chez vous et reposez-vous bien. Laissons la discussion pour la prochaine fois... Une bonne et longue conversation. »

« Attends... Hé ! » s’écria Hisui.

Miraluka ignora Hisui et se tourna vers Rushella.

« Aujourd’hui, je comprends enfin complètement. Bien sûr, vous êtes l’imposteur. Sans parler d’un vrai ancêtre, vous n’avez même pas le droit de vous appeler un parent de sang, » déclara Miraluka.

« ... Qu’est-ce que vous racontez !? Je... ! » commença Rushella.

« Vous n’êtes personne. Vous n’avez pas de famille, pas d’amis, et encore moins de domestiques. C’est naturel, parce que vous n’êtes qu’une poupée, née de rien, » déclara Miraluka.

« ... !? »

« Si vous étiez un Véritable Ancêtre, dans ce genre de nuit, tout le monde devrait se prosterner devant vous en tant que sujets. En êtes-vous capable ? Vous ne pouvez pas. De plus, pouvez-vous restreindre votre désir de sang ? Bien que personne ne puisse échapper au destin du sang, je suis au moins des centaines, des milliers de fois supérieurs à vous. Un vampire qui ne peut pas se retenir est pire qu’un insecte, et encore moins qu’un humain, » déclara Miraluka.

« Salope... ! »

« Vos désirs finiront par tuer Hisui. Il était temps que vous vous en rendiez compte, » déclara Miraluka.

C’était ses derniers mots.

Avec un battement de cape, Miraluka se retourna et s’en alla. Personne ne l’avait poursuivie.

À l’origine, on s’attendait à ce qu’il la poursuive avec certitude, mais même Hisui s’était effondré sur le sol, vidé de ses forces.

« C’est quoi ce bordel... ? Qu’est-ce que c’est que ce bordel !? »

Personne ne pouvait répondre.

Personne ne savait comment c’était arrivé ainsi.

Le groupe avait traîné là un moment avant de partir.

 

☆☆☆

 

De retour à la maison, Hisui était encore sous le choc.

Il ne s’était pas changé, mais il s’était simplement allongé sur le canapé du salon, les yeux fixés au plafond. Puis Rushella s’était mise sur lui.

« Tu es si lourde, » déclara Hisui.

« Si bruyant, tais-toi ! Arrête de penser à cette femme ! C’est si scandaleux, de s’embrasser directement..., » répondit Rushella.

« C’est une démone qui embrasse. Elle a déjà pris mes premier et deuxième baisers il y a longtemps. Soupir, je ne comprends vraiment pas... Je ne vais plus y penser, je vais me coucher maintenant, écarte-toi s’il te plaît, » demanda Hisui.

« Non, » Rushella s’était déjà changée en chemise habituelle et gardait Hisui bien au sol.

Afin de ne pas le laisser s’échapper, elle pressa sa poitrine voluptueuse contre lui.

« Hé, pousse ça sur le côté, » demanda Hisui.

« Non ~ ! » répondit Rushella.

Elle plaça les bras et les jambes contre lui et se frotta le visage contre la poitrine d’Hisui.

En effet, il lui manquait vraiment les airs dignes d’un Véritable Ancien, c’était sûr.

« ... Pourquoi régresses-tu en enfant dès que tu t’en tiens contre moi ? » demanda Hisui.

« ... Je ne sais pas, donc crois-tu que cette femme... ? » demanda Rushella.

Les yeux de Rushella brillaient déjà de larmes.

Hisui sourit ironique et étendit la main, la plaçant sur la tête de Rushella.

« Je l’ai déjà dit, mon esprit est dans un super désordre. Même si c’est vraiment elle et qu’elle est toujours en vie, ce que je veux d’abord exprimer, c’est la colère afin d’exiger qu’elle explique les choses clairement. Aussi... Bien qu’elle t’ait insultée à fond, tu n’es pas aussi fort qu’un Véritable Ancien, et tu manques un peu d’apathie, tu sais ? » déclara Hisui.

Rushella ne parla pas, se contentant de marteler Hisui.

En effet, elle montrait des signes de régression vers l’enfance.

Un corps voluptueux, des souvenirs perdus, une innocence enfantine.

« C’est ma faute, d’accord, arrête ça. Je n’ai pas non plus l’intention de te mettre dehors, » déclara Hisui.

« ... »

« Dans le pire des cas, je devrai quitter cet endroit et vivre seule. De toute façon... Je vais lui parler, parler de toutes sortes de choses. Alors... Quoi ? Hé ! Rushella ? » demanda Hisui.

En un rien de temps, Rushella dormait déjà.

Son visage endormi semblait détendu et paisible, alors que son buste massif était plaqué contre le corps d’Hisui, se soulevant de haut en bas avec sa respiration.

« Finir avec ça, hein ? » murmura Hisui.

Hisui avait également abandonné l’idée de s’attaquer aux problèmes qu’il avait à l’esprit et avait choisi de dormir.

Après tout, le lendemain était un jour de libre et il allait être réveillé à nouveau par ses crocs... Eh bien, cela non plus n’aurait pas pu être évité.

Après tout... Cela ne pouvait plus être séparé de sa vie quotidienne.

Parce que ce genre de vie quotidienne était devenu une réalité.

L’aube était arrivée le lendemain et Rushella s’était réveillée la première comme d’habitude.

Mais elle n’avait pas sucé son sang.

Elle s’était simplement approchée du visage d’Hisui.

« Encore un visage qui dort si mal, » murmura Rushella.

Rushella frotta leurs visages ensemble, mais Hisui ne se réveilla pas.

« Je le sais sans avoir besoin que cette femme me le dise, » ses yeux étaient remplis de détermination alors qu’elle murmura ça.

En effet, comparé à ce genre de femme...

Comparé au genre de femme qui vivait simplement avec Hisui dans le passé...

Elle comprenait mieux Hisui.

Je m’inquiète pour la sécurité d’Hisui, pensa-t-elle.

Hier, Hisui avait encore failli perdre la vie à cause d’elle.

C’était ce qui s’était passé la dernière fois et la fois d’avant.

Cela allait sûrement se reproduire à l’avenir.

Le fait de rester à ses côtés, de sucer son sang, et combattre ceux qui avaient comploté pour lui faire du mal.

Et ainsi — .

Ce matin, aujourd’hui, le baiser d’un vampire n’était pas nécessaire.

À la place, elle lui avait donné un vrai baiser.

Rushella pressa doucement ses lèvres sur les lèvres d’Hisui.

C’était peut-être la première et la dernière fois qu’elle ferait un vrai baiser.

Hisui était resté endormi.

Après avoir séparé leurs lèvres, Rushella avait souri face à son visage endormi et elle déclara. « J’ai passé un bon moment. »

C’était son adieu.

Des larmes s’infiltraient dans ses yeux souriants, mais personne ne le savait.

Rushella se leva lentement et partit sans revenir.

 

☆☆☆

 

« ... Hein, Rushella ? »

Quand Hisui ouvrit les yeux, Rushella était absente.

Bien qu’il ait trouvé étrange que le soleil soit déjà haut, Hisui avait quand même pris l’habitude de déjeuner.

Il avait finalement compris.

La présence de Rushella avait complètement disparu.

En fouillant sa chambre, il avait vu que le cercueil avait disparu.

Hisui avait appelé Mei et Eruru... Mais personne ne savait où se trouvait Rushella.

Comme le disait le proverbe, les gens ne chérissent les choses qu’une fois qu’ils les ont perdues.

Et ce matin d’automne, la vie lycéenne d’Hisui Kujou avait été libérée de son destin pourpre.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre ! Aaaah vivement la suite !!

Laisser un commentaire