La Croix d’Argent et Dracula – Tome 4 – Chapitre 6 – Partie 2

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 6 : Le Dernier Coureur

Partie 2

« ... Idiot. » Rushella grogna, errant derrière le bâtiment de l’école.

Les élèves, les enseignants et les parents étaient tous rassemblés sur le terrain de sport en ce moment, alors personne n’était venu dans cette salle de classe.

Hisui... était probablement encore là-bas.

Franchement.

Rushella le savait trop bien dans son cœur.

Elle le savait depuis le début.

Même si elle ne l’avait pas accepté, même si c’était une personne ordinaire... Il y a longtemps, et jusqu’à ce jour, le cœur d’Hisui avait toujours appartenu à Miraluka.

Pendant qu’elle marchait comme ça, les larmes tombaient naturellement hors de ses yeux.

C’était impossible à arrêter.

Rushella ne pouvait que se couvrir le visage avec ses deux mains.

Alors qu’elle pressait ses doigts pour sceller ses larmes dans les paupières de ses yeux, elle se réprima désespérément.

Au bout d’un moment, elle avait baissé les mains, mais sa vision était brouillée par les larmes.

Puis une masse sombre était apparue devant elle, et c’était quelque chose d’assez sombre pour déformer les rayons de lumière.

Vêtue d’une cape noire, la grande ombre ressemblait vraiment à quelque chose dans le style vampire, dégageant une aura qui teignait les alentours de cette petite couleur rouge comme du sang.

Ses longs cheveux noirs ressemblaient à un morceau d’obscurité qui était poli puis peigné en fils tandis que ses lèvres pourpres étaient encore plus rouges que le sang frais.

Le plus inoubliable de tous était cette peau d’un blanc pur, surpassant toute la création de ce monde.

Elle semblait avoir appliqué un agent de blocage de la lumière, car sa peau présentait un lustre subtil, bloquant la lumière du soleil.

C’était censé être une armure artificielle qui réduisait la beauté d’un vampire.

Mais la beauté absolue de sa peau n’en souffrait pas du tout.

Que ce soit ses lèvres ou ses cheveux noirs, tout était si parfait.

Pour résumer son visage en une phrase, c’était un beau visage né des ténèbres.

C’était la même beauté que celle de Rushella, mais elle était plus raffinée. Il s’agissait de la beauté de la maturité.

Jusqu’à maintenant, Rushella avait vu beaucoup de beautés.

Bien que les différences de beauté variaient d’une personne à l’autre, leur classement en trois, six ou neuf rangs dépendait peut-être des préférences personnelles.

Mais cette femme devant elle était sans doute plus belle qu’elle.

Et plus précisément, il y avait une différence fondamentale dans leur nature.

Devant cette femme, c’était au mieux une mignonne petite fille — Rushella ne pouvait s’empêcher de ressentir un sentiment de défaite.

« ... Qui êtes-vous !? » demanda Rushella.

« Je suis l’une des vôtres, dans tous les sens du terme, » déclara l’autre.

Son visage s’était rapproché ainsi que ses lèvres rouge sang.

Même en tant que camarades de sexe féminin, elles produisaient un sentiment de convoitise chez le spectateur, si séduisant qu’il l’obligeait à sucer ses lèvres.

La femme ouvrit légèrement les lèvres, exhalant une haleine douce.

Dès qu’elle avait senti cette odeur, Rushella ressentit des vertiges intenses.

« Qu’est-ce que... vous... faites !? » s’écria Rushella.

« J’ai essayé un jouet que j’ai obtenu. Mais il est déjà épuisé, » déclara l’autre.

Avec sa main en porcelaine, elle écrasa le petit flacon dans sa main, le transformant en poudre de verre éparpillée sur le sol.

« C’est le sosie, hein... Pas possible, je suis... ! » s’écria Rushella.

« Vous êtes une vampire. Dans un certain sens, les vampires ne peuvent pas être considérés comme des entités complètes, ils sont des existences intermédiaires entre le corps physique de chair et le corps spirituel. Par conséquent, vous ne deviendriez pas comme cette fille ou ce garçon. C’était juste que votre vraie nature serait complètement exposée, » déclara l’autre.

« ... ! ? »

« Avez-vous soif ? » demanda l’autre.

Elle avait tendu la main pour caresser la gorge de Rushella qui de son côté s’était effondrée sur le sol. Avec des ongles aiguisés, elle s’était agrippée à sa peau.

« Je comprends... cette soif qui rend fou. Pour un vampire, c’est pour ainsi dire l’enfer. Il vaudrait mieux s’y habituer. Il vaudrait mieux accepter n’importe quel sang dégoûtant, même s’il est très bas. Mais pas vous. Parce que vous avez bu le sang d’Hisui, vous êtes déjà habituée à ce sang parfumé et vous le tenez pour acquis, » déclara l’autre.

« Qui... êtes-vous !? » s’écria Rushella.

L’autre n’avait pas répondu.

Puis elle était partie loin de Rushella.

« A-Attendez... ! » cria Rushella.

Même si elle savait que c’était inutile, Rushella avait quand même tendu la main vers elle.

Son autre main était appuyée sur sa propre gorge, parce qu’une soif terrifiante montait en flèche en elle.

Un désir irrépressible s’était répandu dans tout son corps.

C’était comme avec Hisui et Reina, avec leur moi intérieur qui s’était libéré.

Mais les vampires ne pouvaient pas faire la même chose.

Cela allait simplement montrer le vrai moi caché à l’intérieur d’eux.

La lutte entre la raison et l’instinct.

Rushella avait crié comme si elle vomissait du sang et avait appelé celui qu’elle désirait. « Hisui... ! »

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire