La Croix d’Argent et Dracula – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 4

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 4 : Cauchemar de la première affaire du matin

Partie 4

Avec la balle tirée à travers l’oreiller, la véritable affaire avait été cachée aux autres invités de l’auberge.

Quelques minutes plus tard, une employée de l’auberge était venue déplacer de la literie et avait découvert un garçon zombie, qui avait été battu à mort au point d’en être méconnaissable. Ainsi, de nouvelles anecdotes étaient nées à propos de cette pièce au passé ombragé.

« Ce n’est pas bien ! Je n’ai rien fait de mal ! Elles m’ont forcé et m’ont poussé au sol…, » le zombie, ou plutôt, le garçon continuait à murmurer des paroles de façon incompréhensible, cherchant de l’aide auprès des autres.

Effrayée par son apparence, la jeune femme s’était précipitée hors de la pièce. Dorénavant, la chambre ne servait qu’à entreposer la literie et aucun autre invité n’y avait été autorisé.

« C’est génial, cette nourriture-là ! Manger de temps en temps de la “nourriture japonaise”, c’est pas mal ! » s’écria Rushella.

Rushella suivait essentiellement un régime occidental, en particulier en mangeant du pain le matin. Actuellement, elle était heureuse de prendre de grosses bouchées et de savourer un petit-déjeuner de style purement japonais.

« Hmm, bien que ce soit très simple, ils prêtent beaucoup d’attention aux détails. La soupe miso est aussi délicieuse, » Mei était en train de goûter la soupe miso à petites gorgées.

Le lieu du petit-déjeuner se trouvait être dans la salle de réception. À part Touko, tout le monde était assis sur des coussins en position de seiza, savourant le petit-déjeuner simple, mais exquis.

« Je suppose que je devrais faire de la soupe miso de temps en temps. On dirait que les hommes aiment ce genre de cuisine, » déclara Kirika alors qu’elle savourait la soupe miso avec minutie.

Parce que ses talents de cuisinière étaient assez avancés, elle parlait avec une expression très sérieuse.

« Le petit-déjeuner a toujours été pour moi une affaire décontractée. Ça fait longtemps que je n’ai pas mangé aussi somptueusement, » Eruru appréciait sa nourriture avec satisfaction.

À première vue, une atmosphère harmonieuse semblait planer au-dessus de la table du petit-déjeuner.

Cependant, un certain garçon était loin de cette atmosphère harmonieuse, assis sur le côté, dans son coin, prenant son petit-déjeuner. « ... je ne passerai plus jamais la nuit dehors avec vous, les folles. »

Hisui avait juré ça avec une résolution présente dans son cœur puis il mangea silencieusement son riz.

Grâce à sa constitution, ses hémorragies internes s’étaient arrêtées et ses blessures avaient été guéries. Cependant, les blessures causées par les frappes brutales d’Eruru étaient toujours présentes dans son cœur.

Le visage raide, il se préparait à rentrer chez lui, marchant vers la gare routière voisine avec toutes les autres personnes.

Il restait encore une demi-heure avant l’arrivée du bus, alors ils s’étaient tous assis sur le banc et avaient regardé le ciel sans rien faire.

« Ça n’a pas porté ses fruits…, » Mei avait rompu le silence, soupirant et penchant la tête vers le bas.

Bien que les émotions de Rushella et Kirika n’aient pas été affichées clairement sur leurs visages, on pouvait encore voir un certain sentiment de découragement de devoir revenir les mains vides.

« Désolée, c’est ma faute si je ne me souviens pas…, » déclara Touko tout en inclinant la tête et en affichant une expression pleine d’excuses.

Parce qu’elle était déjà intangible et éphémère, elle avait l’air encore plus transparente lorsqu’elle avait prononcé ces mots.

« Non, ce n’est pas votre faute, Touko-san. Cependant... Quelle est la situation réelle, Kariya ? Vous avez dû découvrir quelque chose derrière mon dos, n’est-ce pas ? Vous avez choisi cette auberge parce qu’elle était déjà liée à l’affaire depuis longtemps, n’est-ce pas ? » En entendant Hisui parler, tout le monde s’était tourné vers Eruru.

Eruru avait haussé les épaules tout en regardant Hisui d’un regard aiguisé.

« Vous avez toujours été aussi curieux. Oui, à part le prix bon marché, j’ai choisi l’auberge pour la raison que vous avez indiquée, » répondit Eruru.

« Si vous nous l’aviez dit plus tôt, nous aurions pu vous aider en demandant autour de nous ? Ce genre de choses est plus facile avec plus de personnes, » déclara Hisui.

« C’est vrai, Eruru-chan, Senpai et Hi-kun mis à part, je vous aurais aidé si vous me l’aviez demandé. Cela aurait certainement aidé, » Mei avait essayé d’aider, mais Eruru n’avait pas apprécié le geste.

« Dès le départ, ce n’était pas une enquête officielle, alors je ne devrais pas impliquer d’autres personnes. Vous devriez considérer ça comme une chance de passer la nuit dehors et de respirer un peu de bon air, » répondit Eruru.

« Vous pensez peut-être que c’est approprié, mais ce n’est pas juste pour Touko-san. Bien, quels sont vos résultats ? Avez-vous obtenu quelque chose ? » demanda Hisui.

« ... C’est regrettable. J’ai demandé s’il y avait des invités étranges ou des événements bizarres à l’heure de la mort de Touko-san... Mais il semble qu’ils n’en avaient aucune idée. De plus, il y a eu un soudain épisode de pluie abondante qui a duré quelques jours à l’époque. La mer était très agitée et l’auberge n’avait pas beaucoup de clients, » répondit Eruru.

« Pluie forte... ? » déclara Touko avant de fermer les yeux et de froncer les sourcils.

Avec une expression complexe, elle semblait se concentrer et chercher dans ses souvenirs.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Vous souvenez-vous de quelque chose ? » demanda Hisui.

« ... » Mais Touko n’avait pas répondu.

Elle était restée silencieuse, réfléchissant désespérément à l’instant où elle avait perdu la vie il y a dix ans.

Personne n’avait essayé de lui demander quoi que ce soit d’autre et ils s’étaient simplement tournés pour la regarder.

Qu’est-ce qu’elle avait vu ou entendu exactement ?

C’était ce que tout le monde voulait désespérément savoir.

Finalement, Touko avait parlé avec sérieux. « Pluie abondante... C’est vrai, il pleuvait. Ce jour-là... Le jour de ma mort... Sur le bateau, face au vampire, il s’était soudainement mis à pleuvoir ! La mer est devenue turbulente et une tempête est arrivée, le bateau aussi... Il s’est violemment penché. Ce vampire s’est caché dans le cercueil... Probablement à cause de ça. Puis le bateau a perdu la stabilité et a fini... ! »

« Oh, je vois. Une tempête, hein... Une pluie abondante et inattendue... Mais pour être honnête, ce point…, » avait déclara Mei avant de croiser les bras et de réfléchir.

Tous les autres avaient fait de même.

Un instant plus tard, Eruru avait fait valoir son point de vue. « En effet, ce point n’est peut-être pas un fait décisif. Mais il nous donne plus ou moins une idée claire de la situation à l’époque. Touko-san elle-même n’a aucun souvenir d’avoir enfermé le vampire dans le cercueil et de l’avoir envoyé dans la mer parce qu’elle était déjà morte avant ça. Cependant, le cercueil et ses restes ont été retrouvés au fond de la mer. Cela s’est passé très probablement après sa mort. Les vagues ont submergé le bateau et l’ont coulé. Avec cela, même si Touko-san ne l’avait pas fait elle-même, le bateau et le cercueil ont coulé dans les profondeurs la mer. »

En entendant son analyse logique, tout le monde avait acquiescé d’un signe de tête.

Cependant, ces déductions n’avaient pas éclairci la racine du mystère.

« Soudainement emportée par les vagues... Dans ce cas, le vampire devrait toujours être dans le cercueil, mais le fait est qu’il ne l’était pas. De plus, le cercueil ne pouvait pas être ouvert de l’intérieur. Si les souvenirs de Touko-san sont corrects, alors le cercueil est soudainement tombé à la mer et il n’a pas eu la chance de s’échapper. Ce qui s’est réellement passé…, » Hisui s’interrogea sur ce mystère.

À côté de lui, Rushella parlait comme si elle regardait un imbécile. « En parlant de ce vampire, ce type n’a aucune idée de la façon de prendre des précautions. Non seulement il avait un bateau, mais il a aussi pris la mer, mais il n’a pas pensé à améliorer son cercueil ? »

« En l’améliorant... Vous voulez dire ajouter des éléments imperméables ou permettant de flotter... Ce genre d’améliorations ? » demanda Kirika.

Rushella hocha la tête en réponse à la question de Kirika.

En tant que seule utilisatrice de cercueil, Rushella semblait avoir ses propres idées sur la construction de cercueils.

« Quand nous, vampires, dormons, bien que les futons ou les lits suffiraient, pour obtenir un sommeil vraiment réparateur, un “cercueil” est nécessaire. Surtout quand on est fatigué. Inversement, l’absence d’un cercueil serait un problème assez troublant pour nous. Combiné à la perte d’une réserve de sang frais, cela diminue considérablement notre pouvoir, » expliqua Rushella.

« Après tout, pour les vampires, les cercueils sont un moyen de récupérer les pouvoirs spirituels. C’est précisément à cause de cela qu’ils consacraient beaucoup de temps et d’argent à la construction d’un cercueil pour produire un chef-d’œuvre propice à leur goût. Pour faire face aux ennemis qui les attaquent dans leur sommeil, certains vont même jusqu’à installer divers pièges et mécanismes, » Eruru avait montré nonchalamment sa grande connaissance.

Dans le but d’exterminer les vampires, elle avait parfaitement compris ces zones.

« En effet, prenez par exemple mon cercueil. Non seulement il peut flotter sur l’eau, mais si vous le fermez, il peut aussi empêcher l’eau d’y pénétrer. En tant que vampire, il faut insister sur ces exigences de base pour nos cercueils. Mais penser que ce vampire utiliserait quelque chose sans améliorations et même l’apporterait en mer, c’est complètement idiot, » déclara Rushella alors qu’elle se moquait avec fierté pour montrer sa propre supériorité.

Probablement offensée par l’expression de son visage, Mei l’avait abattue. « Oui, peut-être que votre cercueil va bien même s’il tombe dans l’eau... Mais à quoi bon ne pas y entrer avant d’aller à la mer ? Vous vous êtes clairement fait jeter à la mer par cette Oogami hier soir, mais vous vous vantez. »

« Grrrrrrr... ! » Frappée dans un endroit douloureux, Rushella n’avait pas d’autre choix que de se taire.

« C’est à coup sûr un vampire. N’aurait-il pas des pouvoirs spéciaux ? Comme... dans les légendes, ils peuvent se transformer en brume ou en un essaim de chauves-souris. Même si quelqu’un leur donne un coup de pied, ne voleront-ils pas comme un poisson mort avant de finir dans un état si pitoyable, n’est-ce pas ? » demanda Mei.

« Vous êtes vraiment bruyante, alors taisez-vous ! Ce que vous dites, on ne peut pas le faire ! » s’écria Rushella.

« Eh~~~~ êtes-vous vraiment un “Véritable Ancien” ? » demanda Mei.

« Sanglots, sanglots, sanglots... »

Vaincue lors de cette bataille verbale, Rushella avait commencé à pleurer.

Hisui n’avait pas pu supporter cette vue alors il avait tendu une main secourable. « Les pouvoirs spéciaux des vampires sont hérités de leurs parents ou transmis de maître à serviteur. Bien qu’il existe des capacités standards comme la force physique et les Yeux Mystiques partagés par tous les vampires, d’autres types de pouvoirs spéciaux doivent venir du “Véritable Ancien” à la racine de leur lignée. De plus, chaque Véritable Ancien a ses propres pouvoirs distincts. Quant à Rushella, elle n’est qu’une Véritable Ancien sans l’un des pouvoirs que vous avez mentionnés. »

« C’est vrai ! Nous, les vampires, nous avons des forces et des spécialités différentes ! » s’écria Rushella.

« Très bien. Ah ! Mais cela veut dire qu’il y a plus d’un “Véritable Ancien”, n’est-ce pas ? Je me demandais si tous les vampires ne descendraient pas d’un seul vampire, » demanda Mei.

« Cette hypothèse existe. Mais si c’était le cas, tous les vampires auraient les mêmes pouvoirs, bien que leur force soit différente, de sorte que cela ne fonctionne pas. L’entité connue sous le nom de Véritable Ancien est certainement présente en plusieurs exemplaires dans l’histoire. Bien sûr, vous pouvez probablement les compter sur une main, » répondit Hisui.

« Eh bien, c’est vrai. Si elle était vraiment la racine de tous les vampires, ne serait-elle pas une femme mariée qui a sucé le sang d’innombrables humains, avec des tonnes de descendants ? » demanda Mei.

« Q-Qu’est-ce que vous racontez !? Je n’ai jamais... » Rushella avait légèrement grogné, jetant des regards furtifs sur Hisui.

Manifestement, son visage était tout rouge.

« N’a-t-il pas dit que c’était une hypothèse ? À part les domestiques, je n’ai jamais eu l’impression que vous étiez un vampire qui avait un mari, qui faisait ce qu’il fallait pour concevoir des bébés, ou qui donnait naissance à un enfant au sang pur. C’est impensable, » déclara Mei.

« C-C’est vrai, même sans souvenirs, ce genre de choses... Je ne l’ai jamais fait ! » s’écria Rushella.

« Comment le saurais-tu ? Même un amant serait parfaitement normal…, » déclara Mei.

« N-Non, jamais !! » Rushella avait réfuté cela haut et fort, puis elle s’était tue. Elle avait jeté de nouveau des regards furtifs sur Hisui, mais il s’étirait simplement en semblant s’ennuyer.

« D’accord, j’ai compris maintenant. Donc c’est ainsi que cela marche. En dehors des capacités standards, si ces différents pouvoirs de légende sont utilisables en fonction de la lignée d’un vampire... Maître ou parents, c’est finalement décidé par le “Véritable Ancien”, n’est-ce pas ? » demanda Mei.

« C’est exact. Il y a peut-être des vampires qui peuvent se transformer en brouillard ou en chauve-souris…, » dès qu’il avait dit cela, Hisui s’était tu.

Une pensée lui avait traversé l’esprit.

Un cercueil vide.

Une tempête soudaine.

Des pouvoirs spéciaux.

Un vampire calme et se sentant sûr de lui.

Et aussi... aussi dépêche-toi et souviens-toi.

Réfléchis bien.

Rappelle-toi tout ce qui s’est passé jusqu’à présent.

Trouve ce qui est inhabituel.

Il doit y avoir quelque chose, un indice manqué.

Depuis le début de l’incident, cherche tout, depuis la rencontre de Touko, tout ce qui s’est passé.

« Q-Qu’est-ce qui t’arrive ? » demanda Rushella avec inquiétude.

À ce moment, Hisui avait croisé son regard avec elle. Puis Hisui avait rapproché son visage, se touchant presque pour que leurs lèvres se touchent.

« Qu’est-ce que tu fais !? » s’écria Rushella.

« J’ai maintenant compris, » Hisui avait murmuré une réponse qui ne répondait pas à sa question puis il s’était levé.

Le bus était arrivé par hasard à ce moment-là.

« Dépêchons-nous et revenons rapidement, sinon, il serait trop tard, » cria Hisui.

« Qu’avez-vous compris ? » demanda Eruru solennellement. Hisui avait ces flashs d’inspiration de temps en temps, elle les connaissait mieux que quiconque.

Mais Hisui avait légèrement secoué la tête.

« Ce ne sont que des spéculations à ce stade. J’ai une théorie, mais aucune preuve. Je m’inquiète peut-être trop, bien que ce soit mieux si je me trompe et qu’il n’y a rien. Mais en regardant comme j’ai été malchanceux ce matin, j’espère que la mauvaise fortune ne se propagera pas ici, » déclara Hisui.

« ... Qu’est-ce que vous essayez de dire ? » demanda Eruru.

« Parlons dans le bus. Avant que je n’explique la moindre chose, dépêchez-vous de contacter la Section des Enquêtes Surnaturelles, et assurez-vous que tout le monde va bien, » déclara Hisui.

« Je les contacte maintenant. Mais quelles instructions dois-je donner ? » demanda Eruru.

« C’est très simple. Mise en quarantaine immédiate du cercueil, » répondit Hisui.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire