La Croix d’Argent et Dracula – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 3

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 4 : Cauchemar de la première affaire du matin

Partie 3

Afin de rester inconscient de son environnement, il s’était couvert la tête d’une couverture.

« Alors bonne nuit à vous. Faites de beaux rêves. »

« ... Je n’oublierai pas ça. »

Grommelant sous une couverture, Hisui avait fermé les yeux avant de se diriger lentement vers le pays des rêves.

Qui savait si c’était une bénédiction ou une malédiction, mais Hisui s’était rapidement endormi.

Il était probablement épuisé par ce qui s’était passé.

Il n’y avait pas eu de cauchemars. Il ne s’était pas non plus réveillé au milieu de la nuit. Il avait dormi pendant toute la nuit et le matin était directement arrivé.

Bien qu’il n’avait pas déclenché d’alarme sur son téléphone cellulaire, il s’était quand même réveillé à l’heure habituelle.

Et comme d’habitude, une sensation de chaleur et de douceur avait été présente sur sa poitrine.

Un parfum sucré.

La sensation de son cou mordu.

Ainsi qu’une douleur aiguë.

En ouvrant les yeux, il avait trouvé Rushella couchée sur lui alors qu’elle buvait du sang dans son cou.

« ... Tu fais même ça pendant un voyage !! » s’écria Hisui.

« Arrête d’être si bruyante, tu fais du grabuge tôt le matin, » répliqua Rushella.

Elle avait probablement récupéré après une nuit de repos, car l’expression de Rushella n’avait rien révélé des blessures qu’elle avait subies la nuit précédente.

Comme d’habitude, elle l’enlaçait étroitement, prenant son repas quotidien.

« Aïe... !! Merde, tu en suces trop cette fois-ci !! » s’écria Hisui.

« Tu fais du bruit, alors tais-toi ! J’ai reçu un coup de pied de cette femme et je suis tombée dans la mer, non !? Donc maintenant, j’ai besoin de boire jusqu’à satiété ! Reste tranquille et ne fais pas d’histoires ! » déclara Rushella.

« Je ne veux pas !! » s’écria Hisui.

« Regarde-moi te remettre à ta place... !! », s’écria Rushella.

Un garçon et une fille, tous deux habillés en yukatas, luttaient l’un contre l’autre.

Ce genre de vêtements était très susceptible de s’ouvrir.

En fait, le haut des vêtements d’Hisui avait déjà été défait par la main de Rushella quand elle l’avait saisi au cou, laissant sa poitrine grande ouverte, presque à moitié nue.

Et à la suite des luttes d’Hisui, les vêtements de Rushella étaient devenus un peu... désordonnés.

Et pour couronner le tout, parce que c’était la première fois qu’elle portait des vêtements de style japonais, la ceinture n’était pas attachée solidement.

Par conséquent, lorsque Hisui s’était débattu avec ses bras et ses jambes, il avait accroché le col ce qui avait fait glisser la partie supérieure de l’yukata de Rushella.

« Ah... Désolé, » déclara-t-il immédiatement.

Une poitrine généreuse avait bondi sous ses yeux.

Peut-être parce qu’ils passaient la nuit dehors, ou peut-être parce qu’elle ne portait pas la chemise d’Hisui comme elle le faisait d’habitude à la maison, il était heureux que Rushella porte un soutien-gorge pour une fois.

Même enveloppés dans un soutien-gorge blanc en dentelle, ses seins avaient attiré toute l’attention d’Hisui par leur volume écrasant.

 

« Tu n’as pas le droit de regarder !! » s’écria Rushella.

Ses mains gauche et droite s’étaient relayées pour délivrer une série de gifles, transformant la tête d’Hisui en un tambour à hochet.

Naturellement, l’effort intense de Rushella avait aussi fait vaciller et secouer sa poitrine d’un côté à l’autre, sans interruption.

L’instinct d’un homme avait conféré à Hisui une vision stupéfiante malgré le mouvement rapide de sa tête. En oscillant intensément dans toutes les directions, ses yeux capturaient des images claires du fruit suspendu en dessus de lui.

« J’ai déjà dit, tu n’as pas le droit de regarder !! » cria Rushella.

« Alors, commence par te couvrir ! » répliqua-t-il.

« Tu es bruyant, alors tais-toi !! » cria Rushella.

Dans une tentative de cacher sa poitrine exposée, Rushella avait directement pressé sa poitrine contre la poitrine d’Hisui.

Oui, elle était cachée maintenant, mais cela avait causé de nouveaux problèmes.

« Hey hey, Rushella... Pourrais-tu arrêter ça ? Pressée comme ça, c’est vraiment... Bien qu’il y avait une serviette de bain qui nous séparait la dernière fois... Je suis à moitié nue avec la poitrine nue aujourd’hui, même avec ton soutien-gorge entre les deux, c’est vraiment désastreux..., » s’écria Hisui.

« Qu’est-ce qu’il y a de si désastreux pour toi !? La seule chose que je vois, c’est le sang dans tout ton corps qui se précipite et se concentre dans ta partie inférieure. Pourquoi !? » demanda Rushella.

Rushella pouvait lire le flux sanguin d’une personne qu’elle touchait. Elle avait donc répliqué ça après l’avoir analysé.

En effet, tout le sang de son corps y convergeait. Même si ce n’était pas son intention, c’était également le matin.

Et il y avait même quelqu’un qui pressait ses seins contre lui.

Oh les malheurs d’un homme.

« Euh, désolé... Parlons de boire du sang et de s’excuser pour une autre fois. Peux-tu arrêter de me bloquer avec tes jambes ? Avec ta belle peau, c’est très désastreux pour moi d’être pris entre ces belles jambes lisses..., » déclara Hisui.

« Quel genre de bêtises déclares-tu en ce moment !? Il faut d’abord boire du sang ! Quand j’en aurai fini avec ton sang, et couvert tes yeux, alors je replacerais mes vêtements et je partirai ! » déclara Rushella.

« Pouvons-nous discuter un peu plus de cette séquence... ? » demanda Hisui.

« Tellement bruyant, tais-toi !! » cria Rushella.

Ne pensant qu’à mordre son cou et à boire du sang, Rushella avait pressé son corps avec plus fort contre afin d’empêcher Hisui de s’échapper.

Les deux individus étaient étroitement enchevêtrés l’un avec l’autre, avec seulement une couche de tissus entre les deux.

« Hé, sérieusement... C’est très mauvais..., » murmura-t-il.

Rushella se léchait les lèvres alors qu’elle s’approchait de lui.

Hisui avait fermé les yeux avant de tomber dans le désespoir. Il avait concentré ses pensées sur le fait d’essayer d’amener la partie inférieure désobéissante à se calmer un petit peu.

Mais, juste à ce moment, un sauveur était soudainement arrivé.

La couverture recouvrant les bas du corps d’Hisui et de Rushella était en vérité bombée par quelque chose que les deux n’avaient pas remarqué jusqu’à maintenant.

« « Hein... !? » » s’écrièrent les deux.

Sous leur regard surpris, le renflement s’était tortillé comme une chenille géante — Puis Mei était sortie de là.

« Euh !?? Quand es-tu arrivée ici ? » demanda Hisui.

« Je suis arrivée plus tôt que cette fille ! En fait, je planifiais un assaut nocturne lorsque le moment serait parfait, mais j’ai fini par trop dormir. Alors maintenant c’est l’aube ❤ cela en ferait une “attaque matinale”, n’est-ce pas ? » demanda Mei.

« Vous et vos agressions ! Qu’est-ce que vous préparez maintenant ? » demanda Rushella.

« Oh mon Dieu, n’est-ce pas évident ? Allons-y. Cible trouvée. Fabriquons un bébé ! » s’écria Mei.

Mei avait souri d’une manière séduisante et s’inséra dans une situation intime entre ces deux personnes.

Mais plutôt que de porter un yukata, elle avait ce qu’on pourrait décrire comme une nuisette. Ce sous-vêtement translucide était naturellement resté fidèle à son excellente tradition de design sobre et érotique.

« ... Alors, pouvez-vous vous écarter ? » demanda Mei.

« À qui demandez-vous de vous écarter ? Ce type est à moi ! » répliqua Rushella.

Sur le corps d’Hisui, une bataille entre une vampire et une humaine artificielle était sur le point de commencer. Mais avant que la bataille puisse officiellement commencer, Mei avait offert un compromis fort étonnant.

« Bon. Que pensez-vous d’un compromis ? Puisque nos objectifs sont différents, partageons les choses. Allez-y et sucez le sang venant du cou de Hi-kun pendant que j’apprécie sa moitié inférieure..., » proposa Mei.

« Je vois... C’est vrai, je veux pouvoir remettre en état mes vêtements plus vite. Si nous le faisons ensemble, le fait de maîtriser ce type sera beaucoup plus facile !! » déclara Rushella.

« Comment pourriez-vous vous allier toutes les deux pour faire ça !? Hé, arrêtez ! » cria Hisui.

« Pas de problème, détends-toi..., » déclara Mei.

Mei avait enlevé volontairement la couche extérieure de sa nuisette et la jeta de côté.

Sa silhouette bien développée était devenue exposée sous les yeux d’Hisui.

Un buste massif au niveau de celui de Rushella et ses cuisses et fesses qui étaient vraiment très voluptueuses.

Hisui avait clairement vu tout cela auparavant, mais la nature stimulante de ses vêtements était bien trop excitante.

De plus, visant le bas de son corps, Mei s’était mise à ramper à quatre pattes... C’était comme un léopard femelle prête à sauter sur sa proie.

Mais ce n’était pas fini.

Si cela n’avait été qu’une stimulation visuelle, alors Hisui aurait pu encore gérer et réfréner ce qui arrivait en lui.

Mais en plus, Mei avait sorti une arme encore plus dévastatrice.

Hisui ne savait pas si c’était par hasard ou par dessein.

Peut-être le don de Dieu ou le sacrifice du Diable.

Ses fesses voluptueuses étaient pointées droit vers le visage d’Hisui.

Et bien, même ainsi, il pouvait encore réussir à maintenir une once d’équilibre mental. Il avait alors désespérément rassemblé ses dernières forces, et avait ainsi décidé de détourner son visage.

Cependant, peut-être parce qu’elle passait une nuit loin de chez elle ou parce qu’elle pensait toujours à concevoir des bébés à chaque instant... Sur ses fesses, il y avait ce qu’on appellerait des sous-vêtements de la victoire.

C’était un string rose.

Le minuscule morceau de tissu, enfoui dans la vallée de son postérieur, n’avait pas du tout couvert la présence écrasante de ces hanches en âge de procréer.

Conservant une épaisse couche de graisse, ce luxuriant derrière était lisse et scintillant.

Voyant l’objet fatal se balancer devant ses yeux, le cerveau d’Hisui avait court-circuité. C’était un miracle que du sang n’eût pas jailli de son nez. Il ne pouvait pas endurer plus longtemps.

Abandonnant la dignité et la chasteté d’un être humain, Hisui avait fermé les yeux.

« ... Vous devriez bien vous tenir !! » Une voix froide avait fait ouvrir les yeux d’Hisui.

C’était... Kirika.

En effet, il ne menait pas une bataille perdue d’avance dans l’isolement. La vice-présidente n’était-elle pas là aussi ?

« Senpai, je suis si content que vous soyez là... Dépêchez-vous d’éloigner ces deux-là... » commença Hisui.

Alors qu’Hisui relayait un message d’aide, il réalisa instantanément que quelque chose n’allait pas.

La voix de Kirika venait de l’intérieur de la pièce, et non pas de la porte.

« ... Où êtes-vous ? » demanda-t-il.

« Non, hum... Vous voyez, vous n’avez pas de fenêtre, alors je me disais qu’il devait y avoir un énorme manque d’aération ici, et je me demandais si vous auriez soif, alors j’ai fait du thé aux herbes... Du thé froid. Mais je vous ai trouvé endormi... Alors avant même de m’en rendre compte, j’attendais dans un coin de la pièce..., » Kirika avait timidement levé une tasse et avait expliqué la situation.

Elle était vêtue d’un yukata convenable avec ses cheveux attachés à derrière de la tête, ce qui correspondait parfaitement à sa tenue japonaise et c’était vraiment très féminin.

Mais ce qu’elle avait fait était au même niveau que les actions de Rushella et de Mei.

En d’autres termes... Elle était arrivée encore plus tôt que ces deux-là.

Et admirait la scène de son visage endormi pendant tout ce temps, tout en cachant complètement sa présence. Malgré l’absence de malice, elle était encore pire que les deux autres.

Une soi-disant harceleuse innocente.

« Non, non, non, c’est terrifiant ! Vous n’auriez pas pu poser la tasse et partir ? Laissez un mot ou quelque chose ! » demanda Hisui.

« Oh, c’est vrai..., » répondit Kirika.

Ce n’est qu’en entendant le rappel d’Hisui qu’elle s’en était rendu compte. On dirait que la fille collet monté, innocente et intelligente avait été un peu lente à comprendre la situation dans ce domaine.

« ... Ça aussi, cela a du sens. Hé, regardez-vous, vous deux, qu’est-ce que c’est que cette tenue !? Quoi qu’il en soit, dépêchez-vous et éloignez-vous de Kujou-kun... ! » s’écria Kirika.

« Hé... Senpai, n’aimeriez-vous pas vous joindre à nous ? » Mei avait secoué ses fesses séduisantes pendant qu’elle parlait.

Dans une telle situation, il serait plus pratique de recruter Kirika comme alliée.

« Me joindre à vous... Ce n’est pas comme... J’ai aussi..., » balbutia Kirika.

« Rushella veut du sang, je veux sa partie inférieure, et vous savez, le visage de Hi-kun... est toujours libre, » déclara Mei.

Kirika avait dégluti après l’avoir entendue, puis avait regardé le visage d’Hisui. Ses yeux avaient l’air un peu dangereux.

« Euh, hum... Senpai ? » demanda Hisui.

« C-C’est vrai... Ce genre de chose, cela ne devrait pas être si direct... Il faut respecter un enchaînement naturel…, » déclara Kirika.

« Vous n’avez pas besoin de faire directement du bouche-à-bouche. Et les joues ou le front ? Senpai, vous êtes un quart britannique... Cela ne compterait que comme un salut, n’est-ce pas ? » demanda Mei.

« C-C’est vrai. Ce ne serait qu’une salutation matinale…, » Kirika s’était convaincue et avait pris position à côté du visage d’Hisui.

Puis, tout en soulevant le visage d’Hisui dans ses mains, ses lèvres —

« Hey, hey, Senpai, c’est un peu... Il est clair que vous étiez la seule en qui j’avais confiance ! » s’écria Hisui.

« Ne bougez pas... c’est juste, hum... Un salut britannique, c’est juste un salut ! » répondit Kirika.

« L’Empire Britannique a-t-il vraiment ce genre de tradition... ? » demanda Hisui.

« Parce que vous luttez, vous avez touché accidentellement mes lèvres, mais c’est juste un accident... !! » répliqua Kirika.

« Vous l’avez fait exprès !! Arghhh — j’en ai assez !! » s’écria Hisui.

Hisui avait rassemblé toutes ses forces, essayant de repousser les trois filles. Mais il était impuissant.

En particulier — sa moitié gauche.

« ... Hein ? »

Un bras translucide était actuellement en train de chevaucher son bras gauche. Et pour être plus précis... tout son corps se chevauchait avec un corps translucide.

« T-Touko-san !? » s’écria Hisui.

« Oui, bonjour, » depuis l’intérieur de son corps, le fantôme avait sourit avec innocence. Elle était occupée dans son état possédé alors qu’elle était toute joyeuse.

« Qu’est-ce que vous essayez encore ? » s’écria Hisui.

« Hisui-kun... Je suis morte avant d’avoir eu la chance de savourer une romance. Avant de mourir, je pensais avoir rencontré un homme bien, mais j’ai fini par être tuée par un vampire, » expliqua Touko.

« Oui, mes condoléances... Nous faisons tous de notre possible pour votre bien, » déclara Hisui.

« Alors qu’est-ce que l’amour ? Que signifie le fait de grandir et de devenir une adulte... ? J’aimerais en faire l’expérience en utilisant votre corps, » déclara Touko.

« C’est trop bizarre, c’est un corps d’homme !? Même si vous en faisiez l’expérience, ce ne sera pas comme cela aurait dû être !? D’ailleurs, quelle sorte d’amour est-ce là ? C’est clairement de la luxure dans le cas présent ! Bien que Rushella ne soit même pas dans le domaine de la luxure ! » s’écria Hisui.

« Je veux devenir adulte ! » annonça Touko.

« Trouvez quelqu’un d’autre pour ça ! » s’écria Hisui.

Les supplications d’Hisui étaient tombées dans l’oreille d’une sourde. Touko avait ainsi continué à occuper son corps.

Comme son côté gauche ne l’écoutait pas, pouvoir offrir la moindre résistance était sans espoir.

Les crocs tranchants s’étaient enfouis profondément dans son cou.

La main luxuriante s’étendait entre ses jambes.

Les lèvres s’approchaient de son visage.

Le fantôme se faufilant dans son corps.

Adieu, mes diverses choses précieuses.

Avant qu’une goutte de larmes ne puisse glisser sur le visage d’Hisui, une certaine personne était entrée par la porte, accompagnée d’une voix froide et familière. « Vous êtes trop bruyants. Que faites-vous tôt le matin ? Le petit déjeuner est prêt... »

En voyant la scène à l’intérieur de la pièce, le visage d’Eruru s’était figé.

Un groupe de filles entourant un Hisui à moitié nu.

Rushella était également à moitié nue alors qu’elle pressait son buste géant contre lui, suçant du sang en provenance du cou.

Mei, vêtue de sous-vêtements pervers et dépravés, envahissait son entrejambe.

Tenant le visage d’Hisui dans ses mains, Kirika rapprochait ses lèvres de plus en plus près.

Touko s’appuyait de près contre le corps d’Hisui. La scène ressemblait à celle d’un lit avec un homme et ses maîtresses.

Cette scène d’une complexité infernale était complètement incompréhensible pour Eruru, plongeant son esprit dans un état d’effondrement.

Cependant, son esprit s’était rapidement rétabli. Prenant un oreiller à proximité, elle avait sorti son pistolet sacré préféré Argentum de son yukata et elle avait dirigé le canon vers Hisui.

« Euh... Kariya-san, donc vous gardez votre arme près de vous, peu importe ce que vous portez... Cet oreiller que vous tenez, est-ce censé être un silencieux ? » demanda Hisui.

« Adieu, » déclara froidement Eruru.

« Hé, attendez, je suis la victime... ! » cria Hisui.

Avant de pouvoir s’expliquer, Eruru avait déjà appuyé sur la gâchette.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre ! Pauvre Hisui...

Laisser un commentaire