La Croix d’Argent et Dracula – Tome 3 – Chapitre 3

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 3 : Camp de formation d’été

†††

Chapitre 3 : Camp de formation d’été

Partie 1

Un autobus roulait actuellement le long d’une autoroute le long de la rive.

Cet itinéraire d’autobus public était utilisé normalement par peu de passagers et fonctionnait selon un horaire très élargi. On disait même qu’il était sur le point d’être fermé. Cependant, la rangée arrière de l’autobus était exceptionnellement animée aujourd’hui.

Un jeune androgyne était accompagné de quatre beautés exceptionnelles... non, plus exactement, il y en avait cinq.

« Êtes-vous sûre de la destination ? Votre mémoire est-elle exacte ? » demanda Hisui.

« Oui, l’endroit où je l’ai rencontré était bel et bien la plage qui se trouve devant moi, » répondit le fantôme.

S’il y avait eu d’autres passagers à proximité, ils se seraient sûrement sentis surpris par la conversation d’Hisui... ou plutôt, ses marmonnements qui semblait être dit pour lui-même.

Assis au bout des sièges de la rangée arrière, Hisui s’adressait actuellement au siège vide collé à la fenêtre qui était à côté de lui.

L’espace libre était suffisant pour qu’une personne puisse s’asseoir.

Le contenu de la conversation semblait superficiel et dénué de sens, mais ce n’était pas le cas pour Hisui et les autres personnes présentes à l’arrière.

Naturellement, celle qui était assise sur le siège vide était Touko.

À part l’entourage d’Hisui, personne ne pouvait la voir. Profitant des vacances d’Hisui et de ses amis, Touko les conduisait à la plage près de la ville de Seidou.

Selon elle, les membres du Club de Recherches Occultes auxquels elle avait participé avant... ces filles... avaient d’abord rencontré le vampire ici.

Pourquoi tout le groupe d’Hisui est-il venu ? La recherche de la cause nécessiterait une explication en commençant par la série de questions effectuées par la présidente du club, Rushella.

Le vampire qui était apparu il y a dix ans, la mort de Touko, le mystère du cercueil... Pour clarifier tout cela, la première chose qu’ils avaient faite avait été de questionner Touko en détail.

Rushella avait donc décidé d’ouvrir une enquête. Selon ses propres termes, l’« interrogatoire » avait immédiatement commencé.

Puis, pour une raison inconnue, Hisui avait reçu l’ordre de prendre des notes avec le dos tourné vers les filles.

« Hé, la composition de cette scène est très étrange. Je suis sûr que vous êtes influencé par ces films policiers. D’ailleurs, Kariya n’a-t-elle pas un ordinateur, donc ce que je fais est complètement inutile ? Ne puis-je pas rejoindre l’équipe d’observation ? » demanda-t-il.

« Tu fais du bruit, alors tais-toi ! Cet “interrogatoire” est absolument essentiel ! Alors, dépêche-toi d’appeler cette Touko quand tu le voudras... pour un interrogatoire approfondi. Et si le besoin se fait sentir, commande de la nourriture à emporter. Et cette fille-là peut préparer des collations pour le thé ! » Rushella avait désigné Kirika pendant qu’elle parlait.

En passant, Kirika et Mei se tenaient sur la ligne de touche, observant à une certaine distance de sécurité.

« Hé ! De quel genre de conneries parles-tu ? L’interrogatoire que tu as décrit sonne comme l’ère Shouwa du siècle dernier... Et même si tu commandes du katsu-don à emporter, Touko-san ne peut pas..., » commença Hisui.

Elle ne peut pas le manger parce que c’est un fantôme…, sentant qu’une telle déclaration serait inappropriée, Hisui avait avalé ses mots.

Mais Touko avait souri avec des yeux brillants.

« Même si je ne peux pas le manger, si vous me l’apportez, il y a une sorte de... sentiment de satisfaction. C’est probablement ce qu’on appelle se rassasier juste en regardant ? Quand j’étais vivante, je n’ai jamais compris comment fonctionnaient les offrandes présentées aux dieux dans les sanctuaires, mais maintenant que je suis morte, j’ai l’impression de les recevoir. Quand les morts reçoivent des offrandes de leurs proches qui visitent leurs tombes, ils doivent être très heureux, je suppose que oui ? » déclara Touko.

« ... je vois, » déclara Hisui.

En voyant son sourire éclatant, Hisui avait renoncé à ridiculiser Rushella. Son impression sur les fantômes avait également été complètement renversée.

« Et puis il y a le vampire qui vous a mordu. Où l’avez-vous croisé ? » La façon dont l’interrogatoire n’avançait pas avait probablement rendu Eruru impatiente, alors elle avait posé sa propre question.

Touko était redevenue sérieuse et était revenue sur le sujet principal. « La première fois... C’était la nuit à la plage. Nous avons menti aux autres et nous avions dit que c’était une séance d’étude en groupe... Mais j’ai couru pour ce rassemblement. Bien qu’il n’y avait pas de but clair... Comme tous nos parents étaient très stricts, nous voulions peut-être nous rebeller et partir à l’aventure. Cela explique probablement notre enthousiasme pour tout ce qui était occulte. Puis... nous l’avons rencontré. Son apparence... Je n’arrive plus à me souvenir clairement. Mais il devrait être très beau. Tout le monde s’est approché de lui comme s’il était hypnotisé... »

« Votre groupe était probablement sous le contrôle des yeux mystiques. Puisque vous êtes un fantôme, le flou dans la mémoire ne peut être évité. Si les fantômes gardaient leur santé mentale et se souvenaient clairement de leurs souvenirs de l’époque où ils étaient vivants, les choses ne seraient pas si ennuyeuses. Sans parler de l’effet des yeux mystiques. Alors... Que s’est-il passé ensuite ? » demanda Eruru.

Touko avait alors répondu. « Il nous a enseigné beaucoup de choses, comme la magie, les créatures surnaturelles, toutes sortes de choses... À l’époque, je pensais seulement qu’il était familier sur ce sujet, mais en y pensant maintenant, c’est sans doute parce que c’était un vampire. Des phénomènes occultes, il pouvait les provoquer à volonté... Tout le monde était fasciné par lui. Puis l’un après l’autre, ils ont disparu... »

Les souvenirs de Touko avaient incité Hisui à se souvenir de quelque chose d’il y a quelques jours.

Les étudiants qui étaient auparavant membres du Club de Recherches Occultes étaient tous maintenant dans des lieux inconnus. Ils étaient soit disparus, soit transférés dans une autre école... Bien que les cas n’aient pas tous été confirmés, si l’histoire de Touko était vraie, très probablement, ils avaient tous été mordus sans exception.

« Pour un vampire vivant dans le monde moderne, il est très difficile de respecter les rituels anciens, ce qui exige de se nourrir des victimes, une à la fois, à des intervalles de plusieurs jours. Les risques de découverte sont très élevés et s’il ne veut pas avoir de descendants, le fait de les tuer produira des cadavres. Et cacher des cadavres demande des efforts. Cependant, plus un vampire est de haut rang, plus ils adhèrent obstinément à ces rituels. Il a probablement compté sur le contrôle mental des yeux mystiques pour que les filles se retirent graduellement de la société. Ça a dû lui prendre beaucoup d’arrangements gênants, » sur la base de son enquête sur les membres du club, combinée à ses propres connaissances, Eruru avait offert ses déductions concernant le vampire.

Touko acquiesça d’un signe de tête avant de répondre. « Je crois que oui... Ça devrait être comme ça. Avant de m’en rendre compte, parmi toutes les personnes qui l’ont rencontré à la plage, j’étais la seule qui restait. Non pas que je sois narcissique... Mais je pense qu’il m’aimait le plus. C’est pour ça qu’il m’a gardé pour la fin... Quand il était sur le point de me vider de mon sang, c’est ce qu’il a dit. »

La salle de classe était remplie d’une atmosphère lourde et sombre.

Le fait de demander à une personne décédée ce qu’elle avait vécu dans ses derniers instants... Y avait-il quelque chose de plus insensible et cruel que cela ?

Toutes les personnes présentes avaient compris la peur ressentie par ceux qui avaient été mordus par les vampires. De plus, il s’agissait d’une fille impuissante de leur propre groupe d’âge. Même Eruru était à court de mots.

Afin de rechercher la vérité, Hisui avait pris la parole pour en assumer la responsabilité. « Alors... comment était-ce quand vous avez été mordue ? En d’autres termes, les circonstances de votre mort, Touko-san. Comment avez-vous scellé le vampire dans le cercueil ? »

Tout le monde se tournait vers Hisui.

Ils avaient tous hésité sur la question de savoir s’il fallait parler, mais quelqu’un devait poser la première question. Hisui s’était avancé pour assumer le rôle.

Après un bref moment de silence, Touko continua. « Il m’a invité. Il m’a demandé si je voulais aller à la plage. Il avait préparé un bateau. Il m’a alors demandé si je voulais faire une promenade en bateau... »

« Un rendez-vous avec un vampire sur un bateau, hein ? Vous invitant même s’il craint clairement l’eau, il doit être soit un imbécile totalement ignorant, soit un vampire de haut niveau. Alors, avez-vous accepté, Touko-san ? » demanda Hisui.

« Je n’étais pas contrôlée par lui. Bien sûr, j’ai probablement été influencé dans une certaine mesure... Mes compagnons étaient partis, donc j’ai senti quelque chose de louche. Probablement par instinct de conservation, j’ai pu résister. Plus tard, j’ai découvert que c’était un vampire, alors je... ! » répondis Touko.

« Vous avez délibérément accepté l’invitation, dans l’espoir de venger vos amis… N’est-ce pas ça ? » demanda-t-il.

Touko hocha la tête.

Afin de se venger de ses amis, cette brave fille avait défié le vampire... Cependant, la réalité était dure et impitoyable.

« J’ai fait beaucoup de préparatifs, comme des piquets de bois et une croix. Cependant, il les enleva et les jeta à la mer... Puis il a sucé mon sang. Ma conscience est devenue floue, et peu à peu... je n’ai pas pu résister. Cependant, même ainsi... J’ai rassemblé mes dernières forces restantes et je me suis jetée sur lui ! Alors il... » Touko s’était serrée dans ses bras alors qu’elle disait ça.

Elle voyait sûrement l’image du vampire gravée dans ses yeux juste avant sa mort ainsi que ses rires moqueurs, regardant les humains avec dédain. Son beau visage était rempli de rires moqueurs lorsqu’il la regardait fixement.

« Il était complètement nonchalant. Après que je me sois écrasée sur lui, il en a profité pour se cacher dans son cercueil. Ce cercueil était sur le bateau depuis le début. Il avait bu un peu de vin avant, donc il était peut-être un peu ivre... Mais je crois qu’il est entré dans le cercueil intentionnellement. Il se moquait de moi : “vous vouliez ce résultat, alors j’ai réalisé votre souhait”... ! Mais je ne pouvais plus m’en soucier, alors j’ai couru et j’ai fermé le couvercle. J’ai enroulé des chaînes partout, puis..., » commença Touko.

« Vous l’avez poussé dans la mer... N’est-ce pas ? » Hisui avait décrit la fin, mais Touko secoua négativement la tête.

Elle avait alors répondu. « Non... Ma mémoire s’arrête là. Ma vue est devenue complètement sombre et je ne m’en souviens plus. Il est probable... que je suis morte à ce moment-là. Avant de pouvoir le pousser dans la mer, j’ai poussé mon dernier souffle... probablement. Quand je suis revenue à la raison, dix ans s’étaient écoulés et vous êtes apparu juste devant moi. »

« ... Je vois, » après un bref soupir, Hisui rassembla ses pensées et essaya de déduire la vérité du récit de Touko.

Cependant, il y avait encore trop peu d’informations connues de lui.

« Touko-san est morte... Mais le cercueil est tombé dans la mer. Ainsi, le vampire était-il enfermé à l’intérieur ? Non, le cercueil était vide... Où s’est-il échappé ? En tant que vampire, il ne devrait pas y avoir de problème... Mais le cercueil n’a pas été endommagé... Les chaînes étaient également intactes... Qu’est-ce qui s’est passé ? » Hisui regarda dans le vide et parla lentement.

Eruru avait aussi croisé les bras et s’était penchée en arrière pour contempler.

Voyant les deux autres agir ainsi, Mei, qui observait tranquillement, leva la main avec une expression hésitante.

« Excusez-moi... Ce serait peut-être un peu grossier de ma part de dire cela, mais peut-on vraiment faire confiance au témoignage de Touko-san... » ?

« « « ... » » »

Voyant que tout le monde avait tourné son regard vers elle, Mei avait évité le contact visuel. Elle devait s’attendre à ce résultat, mais elle s’était sentie obligée d’en parler. Elle n’avait pas accepté de plein gré ce rôle de méchant, mais c’était une question que tout le monde devait sûrement se poser.

« Ce n’est pas comme si Touko-san inventait tout, » continua Mei. « Mais ceux qui sont affectés par les yeux mystiques ne peuvent pas agir de leur propre volonté, et surtout maintenant qu’elle est devenue un fantôme, ses souvenirs de ses jours lorsqu’elle était vivante sont encore plus incertains, n’est-ce pas ? Je pense qu’on ne peut pas prendre ça comme une vérité, n’est-ce pas ? »

« ... Vous avez raison. C’est vrai que je ne me souviens pas des détails, et maintenant que vous m’en parlez, je..., » Touko avait perdu confiance.

Son corps immatériel, ou plutôt transparent, était devenu encore plus transparent, presque comme si elle était sur le point de disparaître.

Rushella avait débloqué l’impasse avec une seule déclaration. « Détails insignifiants et inutiles. Comme j’ai dit que nous enquêtons, je ne reviens pas sur ma parole ! »

« Euh ! Mais…, » Hisui voulait dire quelque chose, mais Rushella avait tendu son index pour l’arrêter.

« D’ailleurs, si nous ne croyons pas ce que dit cette Touko, il n’y a nulle part où commencer, » déclara Rushella. « Supposons qu’elle mente complètement. Le vampire est détruit ou peut-être parti à un endroit très lointain, ou même qu’il n’y a pas de vampire... Mais supposons que cela soit le cas, alors il n’y a pas de problème, n’est-ce pas ? » La dernière question de Rushella s’adressait à Eruru.

Assise sur le côté, Eruru avait été surprise par l’opinion de Rushella, mais elle avait quand même hoché la tête avant de répondre. « En effet. Bien qu’il serait regrettable que les recherches s’avèrent infructueuses, il serait préférable qu’aucun vampire ne menace les gens. Si nous sommes les seuls à enquêter, il n’aura pas été question d’avoir gaspillé l’argent des contribuables... »

« Vous voyez, j’ai raison ? S’il n’existe pas, il n’existe pas. S’il existe, des contre-mesures doivent être prises. Quoi qu’il arrive, nous devons trouver la vérité. Alors vous pourrez... “Passez à la suite”, c’est ça ? » Rushella fixa Touko, qui hocha légèrement la tête à son tour.

Hisui avait remarqué de légères larmes dans les coins de ses yeux.

« Eh bien, l’interrogatoire est terminé. Arrêtons les bavardages. Qu’allons-nous faire maintenant ? » demanda Rushella.

« Probablement... recueillir de l’information. Nous devons également vérifier si son témoignage est digne de confiance et recueillir des informations détaillées sur le vampire. De plus, afin d’aider sa mémoire à revenir à un état plus précis, nous pourrions essayer de visiter des scènes avec des liens forts avec elle..., » répondit Eruru.

« Très bien, d’abord nous irons... à la plage où elle a rencontré le vampire pour la première fois ! Pas d’objections ! » déclara Rushella avec force.

Normalement, cela se terminait sur l’une des proclamations vaniteuses de Rushella que personne n’avait écoutées. Mais ce jour-là, tout le monde avait souri et avait acquiescé d’un signe de tête.

...

Et actuellement, Hisui et compagnie était à la plage pour la suite des événements.

†††

Partie 2

Après être descendus de l’autobus, ils avaient marché sur une courte distance avant d’arriver sur une vaste plage. Cet endroit était autrefois une petite station balnéaire, mais aujourd’hui, cette zone était totalement désertée.

Une installation très bien équipée pour les activités aquatiques avait été construite ici simplement parce que le transport était pratique. Mais même par une journée chaude et ensoleillée comme aujourd’hui, où l’on apprécierait vraiment une bonne baignade, il n’y avait personne ici.

Ils avaient été accueillis avec l’agréable surprise d’avoir une plage pour eux tous seuls. Mais naturellement, le groupe d’Hisui était venu ici dans un but différent.

Il était clair que ce n’était pas leur but.

Cependant, sous ses yeux...

« Hé, n’est-ce pas bizarre ? Pourquoi êtes-vous toutes en maillot de bain ? » demanda Hisui.

Aux côtés d’Hisui, des beautés avaient, l’une après l’autre, effectuées une entrée très glamour.

En passant, Rushella avait fait un voyage spécial afin d’acheter un maillot de bain, traînant Hisui au centre commercial, car elle voulait qu’il l’accompagne pour cette tâche.

« Oh mon Dieu ! Maintenant que j’y pense, n’est-ce pas de la faute de Hi-kun ? Il a déjà tant de possibilités avec nous, mais il est toujours obsédé par les idoles de l’héliogravure, » tout en disant cela, Mei s’était penchée vers lui.

Étant donné sa silhouette voluptueuse et sa peau lisse et douce, on ne pourrait pas l’associer au monstre original et laid de Frankenstein.

Son maillot de bain noir était un microbikini, couvrant sa poitrine extrêmement ample et les zones inférieures. Les points critiques étaient à peine dissimulés, mais elle n’avait pas vraiment l’intention de les cacher. Elle exsudait même une sorte d’aura « venez ici et regardez ».

« Non, non, comme je l’ai dit, c’était un malentendu de la part de Touko-san ! Il se trouve que le manga que je lisais avait une idole en héliogravure sur la page couleur, d’accord ? Je ne regardais pas l’idole, je voulais juste vérifier s’il y avait des pages en couleur pour les séries manga quand je suis passé à cette partie ! » s’écria Hisui.

Hisui avait fui l’assaut des seins gigantesques de Mei alors qu’il se souvenait de la conversation dans la salle de classe du club.

Comme les membres du club étaient essentiellement des filles, Touko s’était rapidement liée d’amitié avec elles.

Ce n’était pas le problème.

Cependant, leurs sujets de conversation...

« Comment est Hi-kun quand il est seul à la maison ? » demanda Mei.

« J’ai entendu dire qu’il cohabite avec Dracula-san... Pouvez-vous me donner plus de détails ? » demanda Kirika.

Mei et Kirika avaient alors cherché dans la vie privée d’Hisui avec une grande curiosité.

Comme Touko était dans le même groupe d’âge, elle s’était engagée avec joie dans ces conversations et avait tiré le meilleur parti de ses dons de harceleur, leur fournissant des nouvelles sensationnelles sans arrêt.

« Voyons voir... Il reste enfermé dans sa chambre, à lire des magazines avec des idoles en héliogravure sur la couverture ! En plus, il y a des seins géants ! » annonça Touko.

« Oh, je le savais, il les aime toujours ? » demanda Mei.

« De toute façon, vous appartenez déjà à cette catégorie…, » déclara Touko.

« Mumumu ! Et bien, il m’a déjà ! » déclara Rushella.

... D’une façon ou d’une autre, même Rushella s’était jointe à la mêlée… avec des motivations plutôt étranges.

« Je refuse absolument de perdre. Je triompherai de ces femmes qui ne savent qu’exposer leur dos et leur décolleté, afin qu’il ne pose ses yeux que sur moi ! » avait-elle alors annoncé.

« ... En effet, maintenant que les vacances estivales approchent, je dois le séduire avec mon maillot de bain, » déclara quant à elle Mei.

« Je pensais à acheter un nouvel ensemble. Ah, ce n’est pas comme si je faisais ça juste pour le montrer à Kujou-kun…, » murmura Kirika.

Il semblerait qu’à l’insu d’Hisui, quelque chose approchait de lui dans son angle mort.

Puis ce jour était arrivé.

« ... Hé, c’est vraiment bizarre. Ai-je tort ? Pourquoi suis-je obligée de m’habiller comme vous, les filles ? » Hisui était en plein dans une période de plaintes continues depuis qu’il avait été forcé de se changer en maillot de bain.

Comme il n’avait pas de maillots de bain décontractés, il avait été forcé d’acheter un maillot de bain rouge pendant le shopping. Pour être honnête, il ne voulait pas du tout cette couleur, mais malheureusement, cela avait été acheté à la très imposante et violente recommandation de Rushella.

« Ne serait-il pas agréable... de passer du temps comme ça à l’occasion ? De plus, Touko-san ne va pas se souvenir de tout son passé en restant confinée à la maison, » déclara Kirika.

« Ouais... Je suppose…, » répondit-il finalement.

Kirika s’était largement penchée pendant qu’elle lui parlait, amenant Hisui à entrer en état d’alerte. Elle portait un maillot de bain monokini violet d’une seule pièce.

Bien que moins révélateur que le bikini de Mei, le dos de Kirika avait ainsi été entièrement exposé. Les découpes latérales du tissu avaient tracé de larges courbes, soulignant encore plus les lignes de sa taille étroite, produisant un sex-appeal différent de celui de Mei.

Combiné avec son attribut mûr, l’acte de Kirika de se pencher en avant... c’était quelque chose de plutôt irrésistible.

« Pourquoi fuyez-vous ? » demanda Touko.

« Je ne m’échappe pas... Hein, Touko-san ? » demanda Hisui.

Entendant la question de Touko, Hisui se retourna... pour la retrouver derrière lui.

Elle était apparemment capable de contrôler mentalement sa tenue vestimentaire. Par conséquent, elle s’était changée en maillot de bain pour s’adapter à la situation.

Elle avait choisi un maillot de bain typique des écoles. C’était un maillot de bain bleu-marine pour l’école. De plus, il y avait une bande de tissu blanc portant le nom « Touko » sur sa poitrine.

 

« Touko-san, même si vous ne les imitez pas avec de telles astuces, vous êtes déjà très attirante, vous savez ? Vous êtes mince, vous avez un tempérament doux et gracieux, votre buste est aussi... au niveau de Senpai, » Hisui regarda au loin alors qu’il parlait, un soupçon de solitude était présent dans sa voix.

Pourquoi les choses sont-elles comme ça ?

« Hé, attendez un peu ! Arrêtez de me regarder avec des yeux emplis de pitié ! » s’écria Touko.

« Mais ce n’est pas une leçon de natation effectuée à l’école…, » déclara Hisui.

« Je ne peux porter que ce type de maillot de bain ! Parce que ma famille était trop stricte, ils n’autorisaient pas d’autres types…, » expliqua Touko avec ressentiment, se tordant les mains.

Malgré le soleil brûlant, Hisui avait senti la température de l’air chuter soudainement. Espérons que ce ne soit que son imagination. Il y avait une sensation terrifiante autour de lui.

« Hé, arrêtez ça, Touko-san... N’utilisez pas vos talents de malédiction ainsi ! » s’écria Kirika.

« Très bien, si je me concentre sur mon imagination, je suis sûre de pouvoir mettre un maillot de bain à mon goût... Oui, comme celui de Sudou-san… ! » déclara Touko.

« Désolée, mais on ne peut pas avoir ça. L’attrait produit par vous deux ferait éclater la guerre, on ne peut vraiment pas avoir ça sur le dos ! » répondit Kirika en riant.

« C’est vrai, si tout le monde continue à en révéler plus, Hi-kun sera sûrement forcé de se pencher en avant pour cacher son état ❤, » en disant cela, Mei avait saisi le bras d’Hisui puis elle avait pressé la main d’Hisui contre sa poitrine.

En fait, Hisui était déjà sur le point de se pencher en avant. Cependant, il avait ignoré ses sens par pure volonté.

Il s’était alors mis à crier en raison des actes de Mei. « Comme si quelqu’un voulait... Hé, peux-tu lâcher mon bras ? »

« Me demandant de lâcher prise... Pourquoi ne pas simplement serrer si fort ton bras afin qu’il se casse ❤ ? » demanda Mei.

« Effrayante ! Venant de toi, ça ne ressemble pas du tout à une blague ! Après tout, tu en es parfaitement capable ! » répliqua Hisui.

« Oh, mon Dieu, n’ai-je pas toujours été sérieuse ? » demanda Mei.

« Franchement…, » commença Hisui.

« Si tu ne veux pas que ça arrive, alors joue correctement avec moi. OK, voilà un ballon, alors jouons au volley-ball de plage ? Celui qui ne retourne pas le service doit participer à un jeu de punition, d’accord ? » demanda Mei.

Mei s’était avancée sur la place, avait ramassé le ballon et s’était préparée à commencer le jeu. Sans filet ni limites, jouer avec des règles aussi simples s’était avéré encore plus amusant.

« ... Bon sang, ne fais pas tout ce que tu veux avec ta force, OK ? » demanda Hisui.

« D’accord ❤, » répondit Mei.

Puis ils avaient tous deux commencé à jouer au volley-ball de plage.

Dans un coin, un certain personnage les regardait avec rancune.

Auparavant, Hisui avait installé un parasol sur la plage et placé un tapis pour elle. Après cela, tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de rester assise dans l’ombre, impuissante.

Cette fille se transformerait en cendres si elle était frappée par le soleil brûlant de cette journée.

À savoir, cette vampire.

Ou plutôt... Rushella.

« Sanglots sanglot sanglot sanglot sanglot Sanglot~~~ dire que j’ai acheté ça pour le porter à cette occasion.… , » Rushella avait entraîné Hisui dans une excursion de magasinage spécial pour acheter ce bikini.

Ayant été informée au préalable, Rushella avait choisi un maillot de bain particulièrement étroit afin de rivaliser avec Mei.

En particulier, le tissu fragile de son haut était vraiment incapable de s’acquitter de la responsabilité de cacher les généreux fruits qu’était sa poitrine.

Parce que Hisui avait mentionné qu’il n’aimait pas les couleurs excessivement fantaisie, Rushella avait choisi un maillot de bain de couleur claire pour être du bon côté... Cependant, elle avait oublié qu’elle ne supportait pas l’exposition au soleil.

En regardant sa rivale en pleine déconfiture, Mei avait pris soin de jeter un regard vantard quand à sa victoire tout en jouant au volley-ball, causant encore plus de mécontentement chez Rushella.

« Traître. De penser qu’il s’amuse tant avec cette fausse…, » Rushella bouda alors qu’elle fixait Hisui du regard avec ressentiment.

Mais Hisui était pleinement engagé dans le jeu de volley-ball et complètement inconscient de tout ça.

Alors que des larmes étaient arrivées aux yeux de Rushella, Kirika s’était approchée de l’ombre du parasol avec un haussement d’épaules.

« Franchement... Qu’est-ce que vous faites ? Si vous êtes une vampire, faites plus attention à la lumière du soleil, d’accord ? » déclara Kirika.

« Vous faites du bruit alors fermez-la…, », mais il n’y avait pas de vigueur dans ce qu’elle disait.

Pendant ce temps, Rushella traçait des cercles avec son doigt sur le tissu.

« ... D’accord ! Restez immobile et ne bougez pas, » déclara Kirika après un soupir, puis elle sortit une pommade blanche et l’appliqua sur le corps de Rushella.

« Arrêtez tout de suite. Que faites-vous !? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Rushella qui haussait la voix.

« Il s’agit d’un agent bloquant la lumière. Les vampires devraient tous le savoir, n’est-ce pas ? C’est une pommade pour bloquer la lumière du soleil. Les versions modernes sont maintenant fabriquées à l’aide de la science, mais elle provient de sorcières comme moi, inventées à la demande des vampires. Si vous l’appliquez sur votre peau, il bloquera la lumière du soleil au moins pour la durée de cette visite à la plage. Ne vous inquiétez pas, c’est inoffensif pour la peau, » Kirika avait expliqué tout cela alors qu’elle appliquait la crème solaire sur tout le corps de Rushella.

Rushella était restée silencieuse jusqu’à ce qu’elle casse le silence entre elles.

« Euh... Hmm, » murmura Rushella.

« Oui ? » demanda Kirika.

« Euh, Hmm... Merci... Outch…, » déclara Rushella.

Probablement parce qu’elle n’avait jamais remercié, Rushella s’était mordu la langue par accident.

Kirika avait réfréné l’envie de rire et avait poursuivi sa tâche. « Si vous voulez remercier quelqu’un, alors remerciez Kujou-kun. Il a dû tenir compte de ce produit pour votre peau quand il m’a demandé de faire les préparatifs. »

« Eh... ? » Rushella avait été prise par surprise par cette annonce.

Kirika avait continué sa tâche puis elle avait sorti un atomiseur pour pulvériser quelque chose dans ses cheveux.

« Hé, qu’est-ce que vous faites !? N’allez pas vaporiser des trucs merdiques ! » demanda Rushella.

« C’est aussi un type d’agent bloquant la lumière. Les cheveux sont également considérés comme une partie de la peau et doivent être soigneusement protégés. Sinon, ils se transformeraient en poussière sous la lumière du soleil, » expliqua Kirika.

« ... Hmmmm... »

« Comme je l’ai dit, celui que vous devriez remercier est Kujou-kun. Vos cheveux dont vous êtes si fiers faisaient également partie de sa demande. J’ai seulement considéré la peau à l’origine, mais j’aurais oublié les cheveux s’il ne me l’avait pas rappelé, » déclara Kirikia.

« ... » Rushella ne savait plus quoi dire.

Silencieusement, elle avait alors regardé Hisui jouer joyeusement au volley-ball.

« D’accord, c’est fait. Pourquoi n’allez-vous pas vous joindre à eux ? » demanda Kirika.

« ... Oui, » déclara-t-elle avant de se lever.

Rushella se tenait maintenant à la limite de l’ombre et de la lumière du soleil. Elle n’avait jamais marché sous le soleil sans parasol. La peur avait saisi son cœur lorsqu’elle était arrivée à ce moment-là.

Si Kirika avait des intentions malveillantes, elle serait brûlée par la lumière du soleil au moment où elle aurait fait le premier pas. Cependant... Elle n’avait pas faibli.

« Hmm... Euh, » murmura Rushella.

« Oui ? » demanda Kirika.

« ... Merci, » déclara Rushella, mais cette fois, elle ne s’était pas mordu la langue.

Avec un visage rouge vif, Rushella se précipita hors de l’ombre du parasol.

Comme elle recevait la lumière directe du soleil pour la première fois, elle remarqua qu’il faisait plus chaud que sous un parasol. Néanmoins, elle se sentait tout à fait à l’aise.

« D’accord, Hisui, dépêche-toi et laisse-moi aussi participer ! » déclara Rushella.

Elle s’était précipitée avec beaucoup d’enthousiasme... Mais le match de volley-ball était déjà terminé.

Mei était actuellement allongée sur une serviette de plage sur le sable. Avec son haut détaché. À côté de Mei se trouvait Hisui, qui appliquait à contrecœur de la lotion solaire sur son corps.

 

« Qu’est-ce que vous faites tous les deux !? » s’écria Rushella.

« J’ai perdu et j’ai dû accepter le jeu de la punition. Elle m’a fait mettre de la lotion sur elle, » expliqua Hisui.

« Tout à fait. Ce jeu érotique est totalement consensuel, » annonça Mei.

« Ne l’appelle pas jeu érotique ! » s’écria Hisui.

« Le perdant n’a pas le droit de se plaindre. Dépêche-toi de l’appliquer correctement et partout, » Mei avait tiré la main d’Hisui vers son aisselle.

C’était un jardin envoûtant révélé par le maillot de bain non noué. À savoir, le flanc exposé.

*Boing*, le bout des doigts d’Hisui avait touché quelque chose.

« Ahh, mmm, Hi-kun, arrêtes de me chatouiller comme ça…, » murmura Mei sur un ton langoureux.

« Arrête de faire de tels bruits lubriques ! Je n’ai rien touché... Rien du tout... ! » déclara Hisui.

« ... J’ai déjà retiré ma main, mais pourquoi tes doigts sont toujours là ? » demanda Mei.

« ... Grrrrrrrrrrr !! » Rushella avait libéré des grognements de colère de sa gorge alors qu’elle avait soulevé ses poings pour frapper Hisui. « ... Traître ! »

« Wowww, attends, ça fait vraiment mal ! Arrête ! » cria Hisui.

« Hey hey hey, qu’est-ce que tu fais…, » en disant cela, Mei s’était levée. Bien entendu, elle n’avait pas remis son haut.

Hisui avait détourné son regard par réflexe... mais il avait été impossible pour lui de ne pas les voir.

Les lourds fruits étaient surmontés d’une petite zone de couleurs tendres où des fruits plus petits, exquis et beaux formaient une saillie.

Mei n’avait fait aucun effort pour se cacher. À la place, elle avait gonflé sa poitrine et avait permis aux autres d’admirer la vue.

Pendant ce temps, Rushella était en train d’écraser l’arrière de la tête d’Hisui aussi fort qu’elle le pouvait dans le sable.

Ceci avait eu pour résultat l’effacement forcé des images séduisantes du disque dur que représentait l’esprit d’Hisui, avec en prime un effet spécial produisant l’apparition d’une multitude d’étoiles.

« Traître !!!! Tu oses avoir une liaison ici ! » cria Rushella.

« N-Non... C’est un accident… C’est toi qui... !! » répliqua Hisui.

Avant qu’il ne puisse s’expliquer, l’attaque-combo de Rushella l’avait frappé. Assise sur le corps d’Hisui, elle n’arrêtait pas de le marteler.

« Que faites-vous... ? » demanda Kirika.

« Ah ! Senpai, vous êtes arrivé au bon moment ! Vite et arrêtez cette fille... » supplia Hisui.

« C’est d’accord... Mais après ça, pourriez-vous m’aider à mettre de la crème solaire ? » Tout en disant cela, Kirika avait tourné son dos exposé vers Hisui.

C’était ainsi que la force des coups de Rushella avait augmenté en proportion.

« S-Senpai... S’il vous plaît, n’ajoutez pas d’huile dans le feu... ! » demanda Hisui.

« Tu fais du bruit, alors tais-toi ! Je vais te frapper si fort que tu n’auras plus jamais d’aventures !! » cria Rushella.

†††

Partie 3

Tout comme le sable de la plage, la peau pâle d’Hisui était normalement blanche comme la neige, mais maintenant, ils étaient tous les deux teints en écarlate. Eruru s’était éloignée des disputes ineptes et se tenait maintenant tranquillement près de la mer.

Elle portait un maillot de bain d’une seule pièce avec une jupe à volants et des motifs décoratifs. Cela convenait très bien à sa petite silhouette. Cependant, elle n’avait pas du tout l’intention de nager.

Elle avait simplement regardé tranquillement l’eau de mer qui arrivait avec les vagues qui se brisaient régulièrement sur ses pieds.

Son corps frissonnait légèrement comme si elle supportait quelque chose.

Comme Rushella, elle craignait l’eau de mer.

En tant que descendante d’un vampire et d’un humain... un dhampir, elle avait hérité des faiblesses des vampires.

Ils craignaient l’« eau vive ».

Cela s’appliquait surtout aux sources naturelles d’eau, et encore plus à l’eau de mer qui contenait du sel purificateur. Entrer dans ces plans d’eau signifierait une noyade instantanée.

Bien que cette faiblesse soit moins grave que pour les véritables vampires, les dhampires étaient essentiellement des non-nageurs.

S’il fallait énumérer les exceptions, seule une brève baignade dans une piscine d’eau chaude peu profonde pour les enfants du primaire serait possible.

Eruru connaissait cette propriété de son corps mieux que quiconque.

Mais actuellement au bord de l’eau... Elle ne voulait pas accepter son corps maudit.

Elle voulait surmonter la faiblesse autant que possible.

Elle faisait ça en commençant par la confrontation avec l’eau de mer.

En ajustant sa respiration, elle avait calmé son esprit et avait détendu son corps...

« ... Combien de temps allez-vous rester là ? » demanda Touko à son oreille.

Ses paroles étaient accompagnées d’une légère expiration.

Le souffle d’un fantôme ressemblait à une rafale d’air froid, envahissant l’oreille d’Eruru au milieu de son état nerveux.

« Eek ... ! »

Le froid qui parcourait le long de sa colonne vertébrale avait fait frissonner Eruru et elle avait perdu l’équilibre.

Avant qu’elle ne puisse se résoudre, son petit corps était déjà tombé à la mer. Après ça, une vague soudaine la frappa.

« ~~~~... !!! »

Alors qu’elle était incapable de faire un bruit, Eruru avait été engloutie par l’eau de mer.

Pour une personne normale, ce ne serait rien d’autre qu’une expérience excitante dans les vagues. Mais pour elle, c’était un impact semblable à celui d’un tsunami.

« Que dois-je faire... !? Hé, que quelqu’un se dépêche et vienne m’aider ! » cria Touko.

Hisui et les autres avaient entendu les appels à l’aide de Touko.

À part Rushella qui craignait l’eau de mer, les autres s’étaient précipités.

Heureusement, Eruru avait été secourue et ramenée à terre avant qu’elle ne subisse un contact excessif avec l’eau de mer.

Avec ses lèvres violettes, son corps n’arrêtait pas de trembler alors qu’elle était allongée sur la plage

« N’est-ce pas mauvais pour elle d’être comme ça ? On dirait que... elle a arrêté de respirer ! » déclara Mei.

En entendant le commentaire de Mei, Hisui s’était rendu compte des mesures d’urgence à prendre immédiatement.

« Dans un moment comme celui-ci, ne devrait-on pas commencer par la réanimation cardio-respiratoire ? Hmm…, » déclara Hisui.

Qui allait le faire... Hisui jeta un coup d’œil aux personnes présentes.

Rushella et Mei... Non. Leur force excessive pourrait finir par faire plus de mal que de bien, peut-être même arrêter définitivement le cœur.

Kirika... Non. Elle était calme et douce, mais elle ne semblait pas savoir comment faire une RCR.

Touko... Hors de question. Parce qu’elle ne peut pas du tout établir de contact physique.

« On dirait que je vais devoir le faire..., » murmura-t-il.

Hisui lui-même ne se souvenait que de la méthode approximative. Il avait essayé de se rappeler ce qu’il avait appris dans le manuel d’éducation physique.

Posant une main sur l’autre, il les plaça sur le centre de la poitrine d’Eruru.

Puis sans hésitation, il appuya sur le sternum...

« Où est-ce que vous touchez là !? » Dès que la main d’Hisui était entrée en contact avec cette douce sensation, Eruru s’était réveillée.

Immédiatement après ça, elle s’était levée et avait frappé Hisui.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Il s’agit d’une urgence... Je n’avais pas le choix… »

Avant que Hisui ne puisse terminer, Eruru s’effondra à nouveau.

Ce n’était guère inattendu. Elle avait subi un choc et s’était mise en colère dès qu’elle s’était réveillée.

« Pourquoi s’est-elle à nouveau arrêtée de respirer ? Bon sang... ! » déclara-t-il.

... C’est pourquoi Hisui avait recommencé à faire des compressions thoraciques.

« Hé, où est-ce que vous me touchez ? » demanda Eruru avant qu’elle s’assoie et qu’elle le frappe encore une fois.

Et elle s’était encore effondrée.

Cela s’était répété plusieurs fois jusqu’à ce qu’Eruru se réveille finalement complètement.

Après avoir repris le contrôle de sa respiration, elle avait ri en se moquant d’elle-même et avait détourné son visage.

« ... Allez-y et riez de moi. Vous voulez rire, n’est-ce pas ? Se noyer dans une eau si peu profonde, allez-y et riez si vous voulez, tout le monde !? » demanda Eruru.

« Je ne vais pas en rire. En plus, vous m’avez vraiment blessé avec tous ces coups de poing. Combien de fois allez-vous me frapper avant de vous calmer… ? » répondit Hisui.

Après avoir été battu par Rushella tout à l’heure, Hisui était aujourd’hui grièvement blessé. Mais le traumatisme psychologique d’Eruru devait être bien pire.

« Kariya-san... ne sait pas nager ? Et c’est vraiment à un degré très extrême... Peut-être vaut-il mieux appeler ça une phobie ? » demanda Kirika avec curiosité. Touko semblait également perplexe.

Rushella avait déjà vu à travers l’identité d’Eruru il y a longtemps, alors que Mei le savait probablement même si elle n’en avait jamais parlé. Les deux autres n’en avaient aucune idée.

« Tout le monde a... quelque chose qu’ils ne savent pas bien faire. Venez ici, et séchez-vous d’abord. Le soleil se couche, alors habillez-vous plus chaudement, » déclara Hisui.

« Pas besoin... d’avoir pitié de moi. Vous pouvez parler à tout le monde de mon état, je m’en fiche…, » alors qu’il lui séchait ses cheveux, Eruru chuchota à Hisui suffisamment faiblement pour qu’il fût le seul à pouvoir l’entendre.

Mais Hisui avait rejeté ça avec douceur. « Si vous pensez que vous causez des ennuis à tout le monde, dites-le vous-même. Sinon, arrêtez de faire tout le temps des histoires quant à votre héritage. »

« ... »

Hisui avait continué à poser son regard sur Eruru qui avait baissé la tête puis il se tourna vers Touko.

« Alors... Touko-san, vous souvenez-vous de quelque chose ? » demanda Hisui.

« Non. L’emplacement est bon, c’est sûr, mais sinon…, » répondit Touko.

« ... Alors nous devrions tenter ailleurs notre chance. Et si on se renseignait dans le quartier ? » demanda Hisui.

« Il se fait tard, laissez-moi prendre la relève. J’ai déjà réservé une auberge pour moi, » déclara Eruru.

« Mais vous ne pouvez pas enquêter si je ne viens pas, n’est-ce pas ? » demanda Touko.

Entendant la suggestion d’Eruru, Touko se désigna elle-même.

En effet, il y avait peu de choses à enquêter si elle n’était pas présente, mais... Elle hantait actuellement Hisui.

« Alors Hisui-kun devrait venir. Nous poursuivrons l’enquête avec nous trois, » suggéra Touko avec innocence.

Mais cette proposition avait fait plisser les magnifiques sourcils des trois autres filles.

« ... Je ne peux pas revenir en laissant mon serviteur sans surveillance. En plus, je suis la présidente du club. Je vais vous superviser jusqu’à ce que l’enquête soit terminée ! » déclara Rushella.

« Eruru-chan va avoir du mal à vous garder, laissez-moi vous aider ? » demanda Mei.

« Des étudiants plus jeunes errant à l’extérieur la nuit... Inacceptable ! En tant que responsable, je dois les accompagner. C’est simplement en tant que camarade de classe supérieure, et en tant que vice-présidente du conseil des étudiants, juste pour que vous le sachiez ! » déclara Kirika.

Les trois filles avaient choisi les raisons pour lesquelles elles avaient choisi de venir avec eux.

En les regardant toutes les trois, Hisui, qui prévoyait à l’origine de rentrer chez lui, n’avait d’autre choix que de soupirer vers le ciel.

« ... Donc on reste ici pour la nuit ? » demanda-t-il.

 

☆☆☆

Après cela, le groupe avait décidé d’aller prendre des chambres dans l’auberge voisine.

Grâce à Eruru, le choix de l’auberge avait immédiatement été décidé. Pour le dire franchement, cette auberge ressemblait plus à une maison d’hôtes. Et aussi, en raison de cet afflux soudain d’invités, toutes les filles avaient dû rester dans la même chambre.

Le seul garçon... Hisui avait pris l’autre chambre. Mais en raison de la soudaineté de leur arrivée, l’auberge avait d’abord dû ranger et préparer la chambre. Hisui n’avait pas d’autre choix que de visiter pour commencer la chambre des filles.

Après le repas, les membres du groupe étaient allés prendre un bain l’un après l’autre.

Comme par hasard, Rushella avait été la dernière à prendre son bain. Puis, trouvant Hisui et Mei vêtus d’yukatas dès qu’elle était retournée dans la pièce, son visage avait été instantanément saisi de déplaisir.

« Qu’est-ce que vous faites tous les deux ? » demanda Rushella.

« Faire… ? » demanda Mei.

Mei était assise sur un coussin pendant que Hisui était assis derrière elle. Il tenait un peigne et un sèche-cheveux dans ses mains.

« Faire, c’est “faire”, hein ? » demanda Mei sur un ton amusé.

« Arrêtez avec tes blagues cochonnes ! Comme tu peux le voir par toi-même, je sèche ses cheveux. Parce que ce sèche-cheveux est un peu faible, ça devrait aller plus vite si je l’aide à le faire, » répondit Hisui.

Pendant qu’il s’occupait à réprimander Mei et à expliquer à Rushella, les mains d’Hisui continuaient d’être occupées à sécher les cheveux de Mei.

En le regardant utiliser le sèche-cheveux, alors qu’il la peignait habilement, Rushella n’avait trouvé aucun signe d’intention indécente.

Bien qu’elle ne soit pas complètement satisfaite, Rushella s’était assise à côté d’eux.

« Je n’aurais pas pensé que vous laisserez un homme toucher avec ces mains vos cheveux si facilement. Ne savez-vous pas que les cheveux d’une femme, c’est sa vie ? Si j’étais vous, je ne le permettrais jamais, » déclara Rushella.

« En effet, pour toucher les cheveux, il faut surmonter certaines résistances... J’ai entendu ce dicton. Cependant, cela indique l’intimité dans ma relation avec Hi-kun…, » répondit Mei.

« Va te bercer d’illusions. Je ne suis qu’un volontaire ici. Pourrais-tu ne pas bouger ainsi ? » demanda Hisui.

« Très bien. Cependant, les compétences de Hi-kun sont vraiment bonnes. Il les sèche si vite et je me sens si à l’aise..., » Mei déclara ça et se pencha en arrière vers Hisui, détendant son corps et profitant de l’expérience.

En effet, du point de vue de l’observateur, les doigts fins d’Hisui peignaient les cheveux, les tirant parfois légèrement, les étalant à d’autres occasions, les séchant rapidement. Et de temps en temps, il effectuait aussi des massages au niveau de la tête et des épaules.

« Wôw, ça fait vraiment plaisir…, » murmura Mei.

« Oh vraiment ? Je le fais juste par habitude. Je m’inquiétais même de ce que je ferais si tu criais soudainement au harcèlement sexuel. C’est vraiment devenu l’une de mes habitudes, » déclara Hisui.

« Franchement, tu pourrais même ouvrir un salon de beauté... Au fait, comment es-tu devenu si doué pour sécher les cheveux ? C’est peut-être un peu grossier de ma part de dire ça, mais Hi-kun, tu n’es pas si attentionné à propos de tes cheveux, n’est-ce pas ? » demanda Mei.

En regardant le regard d’extase de Mei, les autres avaient entendu sa question et s’étaient penchées pour écouter avec intérêt.

Hisui avait simplement répondu sans émotion et avec indifférence. « Parce que j’ai souvent fait ça pour mon parent adoptif. Elle m’a souvent demandé de peigner ses cheveux, de les sécher et de l’aider à prendre soin d’elle... »

Cette réponse disait à Rushella envers qui Hisui avait l’habitude de prendre soin de ses cheveux, ou plutôt, était supposé en prendre soin.

Le vampire qui l’avait élevé... Miraluka.

Mei avait semblé aussi comprendre la complexité inattendue de l’histoire d’Hisui. Profitant du vent chaud, elle avait posé une question qui allait droit au cœur du sujet. « C’est cette vampire, hein... Bien que je ne devrais pas dire ça, ne pouvait-elle pas se coiffer elle-même ? »

« Je lui ai dit la même chose plusieurs fois... Mais après tout, elle n’a pas de reflet dans le miroir..., » répondit Hisui.

Cela avait incité toutes les personnes présentes à se souvenir des caractéristiques des vampires.

Miroirs, verre, surfaces d’eau... Chaque objet réfléchissant n’avait pas réussi à produire des images d’un vampire.

En d’autres termes, les cosmétiques et les soins capillaires représentaient un défi de taille.

« Je vois, qui a vraiment besoin de l’aide des autres... Ah, donc, elle ne pouvait pas non plus aller dans un salon de beauté, car elle n’aura pas de reflet dans le miroir, » déclara Mei.

« Oui... Bien qu’il y ait le contrôle mental à l’aide des Yeux Mystiques, il faudrait quand même réserver le salon en entier. De plus, si la quantité d’hypnose n’est pas contrôlée avec soin, cela pourrait être désastreux. Alors elle l’a fait par elle-même. Et elle a fini avec de si longs cheveux. C’est probablement la raison pour laquelle elle ne se maquillait pas beaucoup. D’accord, c’est fait, » Hisui avait terminé sa tâche et avait éteint le sèche-cheveux.

Alors qu’ils avaient été séchés méticuleusement, les cheveux de Mei semblaient être le chef-d’œuvre d’un coiffeur professionnel, scintillant d’un doux lustre.

Apparemment, elle ne plaisantait pas quand elle avait dit que c’était agréable. Elle était allongée sur le sol alors que le délice apporté par le bain était encore présent sur son corps, et son visage semblait dire qu’elle était au paradis.

« A-Alors, Kujou-kun... Pourriez-vous aussi m’aider... à le faire ? » Bizarrement, Kirika avait levé la main et avait demandé ça.

Bien que ses cheveux ne soient pas aussi longs que ceux de Mei, ils étaient encore très humides parce qu’elle était revenue du bain juste avant Rushella.

« Euh, bien sûr... Mais Senpai, j’ai l’impression que vous n’aimeriez probablement pas que les garçons fassent ce genre de choses. Êtes-vous vraiment d’accord avec ça ? » demanda Hisui.

« Hmm, eh bien, hum... Ce n’est pas comme si j’autorisais quelqu’un d’autre à le faire..., » murmura-t-elle. Kirika avait rougi, mais Hisui ne discernait pas ses intentions.

Toucher les cheveux était dans un certain sens plus difficile que de toucher la peau... Mei avait dit quelque chose comme ça plus tôt.

« Au fait, je me demande parfois si vous avez une bonne pour faire ça à la maison afin de s’occuper par exemple de sécher votre corps, » demanda Hisui.

« Qu’est-ce que c’est que cette question !? Comme mes parents sont souvent absents de la maison, oui, j’ai un serviteur pour aider à la maison. Mais je m’occupe encore de ce genre de chose ! Je n’autorise personne à entrer dans ma chambre…, » répondit Kirika.

« Oh wôw, ils existent vraiment. Une dame de grande classe de bout en bout, » déclara Hisui.

« De toute façon, c’est hors de propos. Alors... ne voulez-vous pas ? » bougeant ses doigts, Kirika leva les yeux et supplia Hisui.

Pour quelqu’un qui ne connaissait pas le véritable visage de la vice-présidente, la voir perdre son comportement sévère habituel devait être assez choquant.

« Non, cela me convient si cela vous convient, Senpai, » répondit-il.

« Eh bien, merci…, » Kirika se retourna et confia ses cheveux à Hisui.

Hisui avait commencé à tranquillement travailler sur les cheveux, ce qui avait fait que Rushella, dont l’humeur était déjà mauvaise au début, avait manifesté encore plus de mécontentement sur son visage, en grognant avec ses lèvres qui indiquaient qu’elle boudait.

« Hmpff, pourquoi tout le monde est-il si peu scrupuleux ? Prendre la vie d’une femme à la légère…, » elle murmura ça pendant un certain temps, mais ni Hisui ni Kirika ne l’entendit.

Rougissante, Kirika discutait avec Hisui au sujet de ses cheveux. « Mes cheveux ont des pointes fourchues, n’est-ce pas ? Est-ce que ce serait... ennuyeux pour vous ? »

« Oh, pas du tout. Je pense que vos cheveux sont très jolis, » répondit Hisui.

« ... V-Vraiment ? S-S’il vous plaît, allez plus loin lorsque vous me massez... Veuillez masser plus longtemps…, » demanda-t-elle.

« Ouais, le travail du Conseil des Étudiants doit être assez fatigant~~~, » répondit Hisui en frottant les épaules de Kirika avec ses doigts minces.

Juste à côté d’eux, Rushella grinçait ses dents avec une intention meurtrière présente. Cependant, les deux autres ne l’avaient pas remarquée.

« Comme c’est gentil, j’en voudrais aussi en avoir un..., » sans parler d’un massage, Touko n’était pas capable de prendre un bain. Elle murmura ça dans l’admiration.

À ce moment, les cheveux de Kirika avaient aussi fini de sécher et une autre cliente était couchée dans un paradis extatique. Mei dormait encore là où elle s’était couchée plus tôt.

« D’accord, c’est fait, » annonça Hisui.

« Hmph... En regardant ton expression embarrassée, tu dois le faire juste pour avoir la chance de toucher les filles, pas vraie ? » demanda Rushella.

« J’ai désespérément supprimé ces sentiments, d’accord !? » répliqua Hisui.

« ... Cependant, tes compétences semblent assez bonnes... Eh bien, euh... Si tu le veux vraiment, quoi qu’il arrive... je pourrais t’autoriser à aussi le faire avec mes cheveux ? » demanda Rushella d’une manière éprouvante alors qu’elle montrait ses beaux cheveux.

Cependant, Hisui secoua la tête dans l’agacement après avoir soupiré. « Oublie ça. Je n’ai pas fait cela depuis longtemps et j’en ai même fait deux d’affilée. Mes mains sont fatiguées. Cela demande tellement d’énergie. En plus, tes cheveux ne sont-ils pas déjà secs ? »

Dès qu’il avait terminé, le visage d’Hisui avait dit bonjour au coup de poing de Rushella.

« Aïe, qu’est-ce que…, » cria Hisui.

« Abruti…, » Rushella grogna.

Contrairement à ses crises d’émotion habituelles, son ton calme emplie de tristesse avait rendu Hisui perplexe.

Sans dire un mot, Rushella avait quitté la pièce.

Elle allait probablement quitter l’auberge... Mais au lieu de se précipiter follement à travers la porte, elle avait simplement marché normalement.

À l’intérieur de la pièce tranquille, le bruit des pas de Rushella à l’extérieur sonnait particulièrement fort.

« Qu’est-ce qui ne va pas à nouveau avec son cerveau... !? N’êtes-vous pas toutes d’accord ? » Hisui avait cherché à obtenir l’accord des filles.

Mais personne ne l’avait regardé.

« Eh... Qu’est-ce que c’est que cette atmosphère ? » demanda Hisui.

« C’était totalement de ta faute, Hi-kun, » répondit Mei.

« Je ne peux pas nier le rôle de Sudou-san et le mien là-dedans, mais c’est vous qui êtes responsable, Kujou-kun, » répondit Kirika.

« Hisui-kun, vous feriez mieux d’aller vous excuser, » déclara Touko.

Non seulement Mei et Kirika, mais même Touko avait fait une remarque. Bien qu’elle soit un fantôme du même âge, et peut-être parce qu’elle avait passé une décennie à dormir sous la mer, elle semblait particulièrement mûre.

« Eh... Quelle est la situation maintenant ? » demanda Hisui.

De nouveau assiégé de toutes parts, Hisui regarda vers sa dernière source d’espoir... Eruru.

Parce qu’elle avait été la première à entrer dans le bain, ajouté au fait que sa coiffure était courte, les cheveux d’Eruru avaient séché il y a longtemps et elle avait simplement regardé sans rien pendant tout ce temps. Maintenant, elle l’avait fixé comme si elle regardait des ordures : « Dépêchez-vous de mourir. »

« Vous n’êtes pas sérieuse... N’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Désolée, mais s’il vous plaît, ne me regardez pas. Votre regard fait baisser ma valeur en tant qu’être humain, » répliqua Eruru.

« Pourquoi est-ce que vous me traitez comme... ? » commença à demander Hisui.

Hisui avait reçu un coup dur. Il se retourna et regarda le trio se tenant sur le côté.

Sans communication entre elles préalable, elles avaient toutes pointé la porte en même temps.

En d’autres termes, « Dépêchez-vous et partez. »

« … Est-ce le résultat final ? Franchement, je veux vraiment aller dormir…, » déclara Hisui.

« Dormez tant que vous le voulez. Je vous accorderai le sommeil éternel en utilisant ma force, » déclara Mei.

« Faites attention à ce que je ne vous maudisse pas avec des cauchemars, » répliqua Kirika.

« ... N’est-il pas dit qu’en voyageant, on peut rencontrer la paralysie du sommeil, envoûté par les lits hantés ? » répliqua Touko.

Face aux visages souriants de la femme artificielle, de la sorcière et du fantôme, le garçon sans défense n’avait pas d’autre choix que de se résigner à son sort.

« Je reviens tout de suite, » déclara Hisui.

« « « Faites attention à vous !! » » » répondirent toutes les filles.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire