La Croix d’Argent et Dracula – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 3 : Camp de formation d’été

Partie 3

Tout comme le sable de la plage, la peau pâle d’Hisui était normalement blanche comme la neige, mais maintenant, ils étaient tous les deux teints en écarlate. Eruru s’était éloignée des disputes ineptes et se tenait maintenant tranquillement près de la mer.

Elle portait un maillot de bain d’une seule pièce avec une jupe à volants et des motifs décoratifs. Cela convenait très bien à sa petite silhouette. Cependant, elle n’avait pas du tout l’intention de nager.

Elle avait simplement regardé tranquillement l’eau de mer qui arrivait avec les vagues qui se brisaient régulièrement sur ses pieds.

Son corps frissonnait légèrement comme si elle supportait quelque chose.

Comme Rushella, elle craignait l’eau de mer.

En tant que descendante d’un vampire et d’un humain... un dhampir, elle avait hérité des faiblesses des vampires.

Ils craignaient l’« eau vive ».

Cela s’appliquait surtout aux sources naturelles d’eau, et encore plus à l’eau de mer qui contenait du sel purificateur. Entrer dans ces plans d’eau signifierait une noyade instantanée.

Bien que cette faiblesse soit moins grave que pour les véritables vampires, les dhampires étaient essentiellement des non-nageurs.

S’il fallait énumérer les exceptions, seule une brève baignade dans une piscine d’eau chaude peu profonde pour les enfants du primaire serait possible.

Eruru connaissait cette propriété de son corps mieux que quiconque.

Mais actuellement au bord de l’eau... Elle ne voulait pas accepter son corps maudit.

Elle voulait surmonter la faiblesse autant que possible.

Elle faisait ça en commençant par la confrontation avec l’eau de mer.

En ajustant sa respiration, elle avait calmé son esprit et avait détendu son corps...

« ... Combien de temps allez-vous rester là ? » demanda Touko à son oreille.

Ses paroles étaient accompagnées d’une légère expiration.

Le souffle d’un fantôme ressemblait à une rafale d’air froid, envahissant l’oreille d’Eruru au milieu de son état nerveux.

« Eek ... ! »

Le froid qui parcourait le long de sa colonne vertébrale avait fait frissonner Eruru et elle avait perdu l’équilibre.

Avant qu’elle ne puisse se résoudre, son petit corps était déjà tombé à la mer. Après ça, une vague soudaine la frappa.

« ~~~~... !!! »

Alors qu’elle était incapable de faire un bruit, Eruru avait été engloutie par l’eau de mer.

Pour une personne normale, ce ne serait rien d’autre qu’une expérience excitante dans les vagues. Mais pour elle, c’était un impact semblable à celui d’un tsunami.

« Que dois-je faire... !? Hé, que quelqu’un se dépêche et vienne m’aider ! » cria Touko.

Hisui et les autres avaient entendu les appels à l’aide de Touko.

À part Rushella qui craignait l’eau de mer, les autres s’étaient précipités.

Heureusement, Eruru avait été secourue et ramenée à terre avant qu’elle ne subisse un contact excessif avec l’eau de mer.

Avec ses lèvres violettes, son corps n’arrêtait pas de trembler alors qu’elle était allongée sur la plage

« N’est-ce pas mauvais pour elle d’être comme ça ? On dirait que... elle a arrêté de respirer ! » déclara Mei.

En entendant le commentaire de Mei, Hisui s’était rendu compte des mesures d’urgence à prendre immédiatement.

« Dans un moment comme celui-ci, ne devrait-on pas commencer par la réanimation cardio-respiratoire ? Hmm…, » déclara Hisui.

Qui allait le faire... Hisui jeta un coup d’œil aux personnes présentes.

Rushella et Mei... Non. Leur force excessive pourrait finir par faire plus de mal que de bien, peut-être même arrêter définitivement le cœur.

Kirika... Non. Elle était calme et douce, mais elle ne semblait pas savoir comment faire une RCR.

Touko... Hors de question. Parce qu’elle ne peut pas du tout établir de contact physique.

« On dirait que je vais devoir le faire..., » murmura-t-il.

Hisui lui-même ne se souvenait que de la méthode approximative. Il avait essayé de se rappeler ce qu’il avait appris dans le manuel d’éducation physique.

Posant une main sur l’autre, il les plaça sur le centre de la poitrine d’Eruru.

Puis sans hésitation, il appuya sur le sternum...

« Où est-ce que vous touchez là !? » Dès que la main d’Hisui était entrée en contact avec cette douce sensation, Eruru s’était réveillée.

Immédiatement après ça, elle s’était levée et avait frappé Hisui.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Il s’agit d’une urgence... Je n’avais pas le choix… »

Avant que Hisui ne puisse terminer, Eruru s’effondra à nouveau.

Ce n’était guère inattendu. Elle avait subi un choc et s’était mise en colère dès qu’elle s’était réveillée.

« Pourquoi s’est-elle à nouveau arrêtée de respirer ? Bon sang... ! » déclara-t-il.

... C’est pourquoi Hisui avait recommencé à faire des compressions thoraciques.

« Hé, où est-ce que vous me touchez ? » demanda Eruru avant qu’elle s’assoie et qu’elle le frappe encore une fois.

Et elle s’était encore effondrée.

Cela s’était répété plusieurs fois jusqu’à ce qu’Eruru se réveille finalement complètement.

Après avoir repris le contrôle de sa respiration, elle avait ri en se moquant d’elle-même et avait détourné son visage.

« ... Allez-y et riez de moi. Vous voulez rire, n’est-ce pas ? Se noyer dans une eau si peu profonde, allez-y et riez si vous voulez, tout le monde !? » demanda Eruru.

« Je ne vais pas en rire. En plus, vous m’avez vraiment blessé avec tous ces coups de poing. Combien de fois allez-vous me frapper avant de vous calmer… ? » répondit Hisui.

Après avoir été battu par Rushella tout à l’heure, Hisui était aujourd’hui grièvement blessé. Mais le traumatisme psychologique d’Eruru devait être bien pire.

« Kariya-san... ne sait pas nager ? Et c’est vraiment à un degré très extrême... Peut-être vaut-il mieux appeler ça une phobie ? » demanda Kirika avec curiosité. Touko semblait également perplexe.

Rushella avait déjà vu à travers l’identité d’Eruru il y a longtemps, alors que Mei le savait probablement même si elle n’en avait jamais parlé. Les deux autres n’en avaient aucune idée.

« Tout le monde a... quelque chose qu’ils ne savent pas bien faire. Venez ici, et séchez-vous d’abord. Le soleil se couche, alors habillez-vous plus chaudement, » déclara Hisui.

« Pas besoin... d’avoir pitié de moi. Vous pouvez parler à tout le monde de mon état, je m’en fiche…, » alors qu’il lui séchait ses cheveux, Eruru chuchota à Hisui suffisamment faiblement pour qu’il fût le seul à pouvoir l’entendre.

Mais Hisui avait rejeté ça avec douceur. « Si vous pensez que vous causez des ennuis à tout le monde, dites-le vous-même. Sinon, arrêtez de faire tout le temps des histoires quant à votre héritage. »

« ... »

Hisui avait continué à poser son regard sur Eruru qui avait baissé la tête puis il se tourna vers Touko.

« Alors... Touko-san, vous souvenez-vous de quelque chose ? » demanda Hisui.

« Non. L’emplacement est bon, c’est sûr, mais sinon…, » répondit Touko.

« ... Alors nous devrions tenter ailleurs notre chance. Et si on se renseignait dans le quartier ? » demanda Hisui.

« Il se fait tard, laissez-moi prendre la relève. J’ai déjà réservé une auberge pour moi, » déclara Eruru.

« Mais vous ne pouvez pas enquêter si je ne viens pas, n’est-ce pas ? » demanda Touko.

Entendant la suggestion d’Eruru, Touko se désigna elle-même.

En effet, il y avait peu de choses à enquêter si elle n’était pas présente, mais... Elle hantait actuellement Hisui.

« Alors Hisui-kun devrait venir. Nous poursuivrons l’enquête avec nous trois, » suggéra Touko avec innocence.

Mais cette proposition avait fait plisser les magnifiques sourcils des trois autres filles.

« ... Je ne peux pas revenir en laissant mon serviteur sans surveillance. En plus, je suis la présidente du club. Je vais vous superviser jusqu’à ce que l’enquête soit terminée ! » déclara Rushella.

« Eruru-chan va avoir du mal à vous garder, laissez-moi vous aider ? » demanda Mei.

« Des étudiants plus jeunes errant à l’extérieur la nuit... Inacceptable ! En tant que responsable, je dois les accompagner. C’est simplement en tant que camarade de classe supérieure, et en tant que vice-présidente du conseil des étudiants, juste pour que vous le sachiez ! » déclara Kirika.

Les trois filles avaient choisi les raisons pour lesquelles elles avaient choisi de venir avec eux.

En les regardant toutes les trois, Hisui, qui prévoyait à l’origine de rentrer chez lui, n’avait d’autre choix que de soupirer vers le ciel.

« ... Donc on reste ici pour la nuit ? » demanda-t-il.

 

☆☆☆

Après cela, le groupe avait décidé d’aller prendre des chambres dans l’auberge voisine.

Grâce à Eruru, le choix de l’auberge avait immédiatement été décidé. Pour le dire franchement, cette auberge ressemblait plus à une maison d’hôtes. Et aussi, en raison de cet afflux soudain d’invités, toutes les filles avaient dû rester dans la même chambre.

Le seul garçon... Hisui avait pris l’autre chambre. Mais en raison de la soudaineté de leur arrivée, l’auberge avait d’abord dû ranger et préparer la chambre. Hisui n’avait pas d’autre choix que de visiter pour commencer la chambre des filles.

Après le repas, les membres du groupe étaient allés prendre un bain l’un après l’autre.

Comme par hasard, Rushella avait été la dernière à prendre son bain. Puis, trouvant Hisui et Mei vêtus d’yukatas dès qu’elle était retournée dans la pièce, son visage avait été instantanément saisi de déplaisir.

« Qu’est-ce que vous faites tous les deux ? » demanda Rushella.

« Faire… ? » demanda Mei.

Mei était assise sur un coussin pendant que Hisui était assis derrière elle. Il tenait un peigne et un sèche-cheveux dans ses mains.

« Faire, c’est “faire”, hein ? » demanda Mei sur un ton amusé.

« Arrêtez avec tes blagues cochonnes ! Comme tu peux le voir par toi-même, je sèche ses cheveux. Parce que ce sèche-cheveux est un peu faible, ça devrait aller plus vite si je l’aide à le faire, » répondit Hisui.

Pendant qu’il s’occupait à réprimander Mei et à expliquer à Rushella, les mains d’Hisui continuaient d’être occupées à sécher les cheveux de Mei.

En le regardant utiliser le sèche-cheveux, alors qu’il la peignait habilement, Rushella n’avait trouvé aucun signe d’intention indécente.

Bien qu’elle ne soit pas complètement satisfaite, Rushella s’était assise à côté d’eux.

« Je n’aurais pas pensé que vous laisserez un homme toucher avec ces mains vos cheveux si facilement. Ne savez-vous pas que les cheveux d’une femme, c’est sa vie ? Si j’étais vous, je ne le permettrais jamais, » déclara Rushella.

« En effet, pour toucher les cheveux, il faut surmonter certaines résistances... J’ai entendu ce dicton. Cependant, cela indique l’intimité dans ma relation avec Hi-kun…, » répondit Mei.

« Va te bercer d’illusions. Je ne suis qu’un volontaire ici. Pourrais-tu ne pas bouger ainsi ? » demanda Hisui.

« Très bien. Cependant, les compétences de Hi-kun sont vraiment bonnes. Il les sèche si vite et je me sens si à l’aise..., » Mei déclara ça et se pencha en arrière vers Hisui, détendant son corps et profitant de l’expérience.

En effet, du point de vue de l’observateur, les doigts fins d’Hisui peignaient les cheveux, les tirant parfois légèrement, les étalant à d’autres occasions, les séchant rapidement. Et de temps en temps, il effectuait aussi des massages au niveau de la tête et des épaules.

« Wôw, ça fait vraiment plaisir…, » murmura Mei.

« Oh vraiment ? Je le fais juste par habitude. Je m’inquiétais même de ce que je ferais si tu criais soudainement au harcèlement sexuel. C’est vraiment devenu l’une de mes habitudes, » déclara Hisui.

« Franchement, tu pourrais même ouvrir un salon de beauté... Au fait, comment es-tu devenu si doué pour sécher les cheveux ? C’est peut-être un peu grossier de ma part de dire ça, mais Hi-kun, tu n’es pas si attentionné à propos de tes cheveux, n’est-ce pas ? » demanda Mei.

En regardant le regard d’extase de Mei, les autres avaient entendu sa question et s’étaient penchées pour écouter avec intérêt.

Hisui avait simplement répondu sans émotion et avec indifférence. « Parce que j’ai souvent fait ça pour mon parent adoptif. Elle m’a souvent demandé de peigner ses cheveux, de les sécher et de l’aider à prendre soin d’elle... »

Cette réponse disait à Rushella envers qui Hisui avait l’habitude de prendre soin de ses cheveux, ou plutôt, était supposé en prendre soin.

Le vampire qui l’avait élevé... Miraluka.

Mei avait semblé aussi comprendre la complexité inattendue de l’histoire d’Hisui. Profitant du vent chaud, elle avait posé une question qui allait droit au cœur du sujet. « C’est cette vampire, hein... Bien que je ne devrais pas dire ça, ne pouvait-elle pas se coiffer elle-même ? »

« Je lui ai dit la même chose plusieurs fois... Mais après tout, elle n’a pas de reflet dans le miroir..., » répondit Hisui.

Cela avait incité toutes les personnes présentes à se souvenir des caractéristiques des vampires.

Miroirs, verre, surfaces d’eau... Chaque objet réfléchissant n’avait pas réussi à produire des images d’un vampire.

En d’autres termes, les cosmétiques et les soins capillaires représentaient un défi de taille.

« Je vois, qui a vraiment besoin de l’aide des autres... Ah, donc, elle ne pouvait pas non plus aller dans un salon de beauté, car elle n’aura pas de reflet dans le miroir, » déclara Mei.

« Oui... Bien qu’il y ait le contrôle mental à l’aide des Yeux Mystiques, il faudrait quand même réserver le salon en entier. De plus, si la quantité d’hypnose n’est pas contrôlée avec soin, cela pourrait être désastreux. Alors elle l’a fait par elle-même. Et elle a fini avec de si longs cheveux. C’est probablement la raison pour laquelle elle ne se maquillait pas beaucoup. D’accord, c’est fait, » Hisui avait terminé sa tâche et avait éteint le sèche-cheveux.

Alors qu’ils avaient été séchés méticuleusement, les cheveux de Mei semblaient être le chef-d’œuvre d’un coiffeur professionnel, scintillant d’un doux lustre.

Apparemment, elle ne plaisantait pas quand elle avait dit que c’était agréable. Elle était allongée sur le sol alors que le délice apporté par le bain était encore présent sur son corps, et son visage semblait dire qu’elle était au paradis.

« A-Alors, Kujou-kun... Pourriez-vous aussi m’aider... à le faire ? » Bizarrement, Kirika avait levé la main et avait demandé ça.

Bien que ses cheveux ne soient pas aussi longs que ceux de Mei, ils étaient encore très humides parce qu’elle était revenue du bain juste avant Rushella.

« Euh, bien sûr... Mais Senpai, j’ai l’impression que vous n’aimeriez probablement pas que les garçons fassent ce genre de choses. Êtes-vous vraiment d’accord avec ça ? » demanda Hisui.

« Hmm, eh bien, hum... Ce n’est pas comme si j’autorisais quelqu’un d’autre à le faire..., » murmura-t-elle. Kirika avait rougi, mais Hisui ne discernait pas ses intentions.

Toucher les cheveux était dans un certain sens plus difficile que de toucher la peau... Mei avait dit quelque chose comme ça plus tôt.

« Au fait, je me demande parfois si vous avez une bonne pour faire ça à la maison afin de s’occuper par exemple de sécher votre corps, » demanda Hisui.

« Qu’est-ce que c’est que cette question !? Comme mes parents sont souvent absents de la maison, oui, j’ai un serviteur pour aider à la maison. Mais je m’occupe encore de ce genre de chose ! Je n’autorise personne à entrer dans ma chambre…, » répondit Kirika.

« Oh wôw, ils existent vraiment. Une dame de grande classe de bout en bout, » déclara Hisui.

« De toute façon, c’est hors de propos. Alors... ne voulez-vous pas ? » bougeant ses doigts, Kirika leva les yeux et supplia Hisui.

Pour quelqu’un qui ne connaissait pas le véritable visage de la vice-présidente, la voir perdre son comportement sévère habituel devait être assez choquant.

« Non, cela me convient si cela vous convient, Senpai, » répondit-il.

« Eh bien, merci…, » Kirika se retourna et confia ses cheveux à Hisui.

Hisui avait commencé à tranquillement travailler sur les cheveux, ce qui avait fait que Rushella, dont l’humeur était déjà mauvaise au début, avait manifesté encore plus de mécontentement sur son visage, en grognant avec ses lèvres qui indiquaient qu’elle boudait.

« Hmpff, pourquoi tout le monde est-il si peu scrupuleux ? Prendre la vie d’une femme à la légère…, » elle murmura ça pendant un certain temps, mais ni Hisui ni Kirika ne l’entendit.

Rougissante, Kirika discutait avec Hisui au sujet de ses cheveux. « Mes cheveux ont des pointes fourchues, n’est-ce pas ? Est-ce que ce serait... ennuyeux pour vous ? »

« Oh, pas du tout. Je pense que vos cheveux sont très jolis, » répondit Hisui.

« ... V-Vraiment ? S-S’il vous plaît, allez plus loin lorsque vous me massez... Veuillez masser plus longtemps…, » demanda-t-elle.

« Ouais, le travail du Conseil des Étudiants doit être assez fatigant~~~, » répondit Hisui en frottant les épaules de Kirika avec ses doigts minces.

Juste à côté d’eux, Rushella grinçait ses dents avec une intention meurtrière présente. Cependant, les deux autres ne l’avaient pas remarquée.

« Comme c’est gentil, j’en voudrais aussi en avoir un..., » sans parler d’un massage, Touko n’était pas capable de prendre un bain. Elle murmura ça dans l’admiration.

À ce moment, les cheveux de Kirika avaient aussi fini de sécher et une autre cliente était couchée dans un paradis extatique. Mei dormait encore là où elle s’était couchée plus tôt.

« D’accord, c’est fait, » annonça Hisui.

« Hmph... En regardant ton expression embarrassée, tu dois le faire juste pour avoir la chance de toucher les filles, pas vraie ? » demanda Rushella.

« J’ai désespérément supprimé ces sentiments, d’accord !? » répliqua Hisui.

« ... Cependant, tes compétences semblent assez bonnes... Eh bien, euh... Si tu le veux vraiment, quoi qu’il arrive... je pourrais t’autoriser à aussi le faire avec mes cheveux ? » demanda Rushella d’une manière éprouvante alors qu’elle montrait ses beaux cheveux.

Cependant, Hisui secoua la tête dans l’agacement après avoir soupiré. « Oublie ça. Je n’ai pas fait cela depuis longtemps et j’en ai même fait deux d’affilée. Mes mains sont fatiguées. Cela demande tellement d’énergie. En plus, tes cheveux ne sont-ils pas déjà secs ? »

Dès qu’il avait terminé, le visage d’Hisui avait dit bonjour au coup de poing de Rushella.

« Aïe, qu’est-ce que…, » cria Hisui.

« Abruti…, » Rushella grogna.

Contrairement à ses crises d’émotion habituelles, son ton calme emplie de tristesse avait rendu Hisui perplexe.

Sans dire un mot, Rushella avait quitté la pièce.

Elle allait probablement quitter l’auberge... Mais au lieu de se précipiter follement à travers la porte, elle avait simplement marché normalement.

À l’intérieur de la pièce tranquille, le bruit des pas de Rushella à l’extérieur sonnait particulièrement fort.

« Qu’est-ce qui ne va pas à nouveau avec son cerveau... !? N’êtes-vous pas toutes d’accord ? » Hisui avait cherché à obtenir l’accord des filles.

Mais personne ne l’avait regardé.

« Eh... Qu’est-ce que c’est que cette atmosphère ? » demanda Hisui.

« C’était totalement de ta faute, Hi-kun, » répondit Mei.

« Je ne peux pas nier le rôle de Sudou-san et le mien là-dedans, mais c’est vous qui êtes responsable, Kujou-kun, » répondit Kirika.

« Hisui-kun, vous feriez mieux d’aller vous excuser, » déclara Touko.

Non seulement Mei et Kirika, mais même Touko avait fait une remarque. Bien qu’elle soit un fantôme du même âge, et peut-être parce qu’elle avait passé une décennie à dormir sous la mer, elle semblait particulièrement mûre.

« Eh... Quelle est la situation maintenant ? » demanda Hisui.

De nouveau assiégé de toutes parts, Hisui regarda vers sa dernière source d’espoir... Eruru.

Parce qu’elle avait été la première à entrer dans le bain, ajouté au fait que sa coiffure était courte, les cheveux d’Eruru avaient séché il y a longtemps et elle avait simplement regardé sans rien pendant tout ce temps. Maintenant, elle l’avait fixé comme si elle regardait des ordures : « Dépêchez-vous de mourir. »

« Vous n’êtes pas sérieuse... N’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Désolée, mais s’il vous plaît, ne me regardez pas. Votre regard fait baisser ma valeur en tant qu’être humain, » répliqua Eruru.

« Pourquoi est-ce que vous me traitez comme... ? » commença à demander Hisui.

Hisui avait reçu un coup dur. Il se retourna et regarda le trio se tenant sur le côté.

Sans communication entre elles préalable, elles avaient toutes pointé la porte en même temps.

En d’autres termes, « Dépêchez-vous et partez. »

« … Est-ce le résultat final ? Franchement, je veux vraiment aller dormir…, » déclara Hisui.

« Dormez tant que vous le voulez. Je vous accorderai le sommeil éternel en utilisant ma force, » déclara Mei.

« Faites attention à ce que je ne vous maudisse pas avec des cauchemars, » répliqua Kirika.

« ... N’est-il pas dit qu’en voyageant, on peut rencontrer la paralysie du sommeil, envoûté par les lits hantés ? » répliqua Touko.

Face aux visages souriants de la femme artificielle, de la sorcière et du fantôme, le garçon sans défense n’avait pas d’autre choix que de se résigner à son sort.

« Je reviens tout de suite, » déclara Hisui.

« « « Faites attention à vous !! » » » répondirent toutes les filles.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire