La Croix d’Argent et Dracula – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 3 : Camp de formation d’été

Partie 2

Après être descendus de l’autobus, ils avaient marché sur une courte distance avant d’arriver sur une vaste plage. Cet endroit était autrefois une petite station balnéaire, mais aujourd’hui, cette zone était totalement désertée.

Une installation très bien équipée pour les activités aquatiques avait été construite ici simplement parce que le transport était pratique. Mais même par une journée chaude et ensoleillée comme aujourd’hui, où l’on apprécierait vraiment une bonne baignade, il n’y avait personne ici.

Ils avaient été accueillis avec l’agréable surprise d’avoir une plage pour eux tous seuls. Mais naturellement, le groupe d’Hisui était venu ici dans un but différent.

Il était clair que ce n’était pas leur but.

Cependant, sous ses yeux...

« Hé, n’est-ce pas bizarre ? Pourquoi êtes-vous toutes en maillot de bain ? » demanda Hisui.

Aux côtés d’Hisui, des beautés avaient, l’une après l’autre, effectuées une entrée très glamour.

En passant, Rushella avait fait un voyage spécial afin d’acheter un maillot de bain, traînant Hisui au centre commercial, car elle voulait qu’il l’accompagne pour cette tâche.

« Oh mon Dieu ! Maintenant que j’y pense, n’est-ce pas de la faute de Hi-kun ? Il a déjà tant de possibilités avec nous, mais il est toujours obsédé par les idoles de l’héliogravure, » tout en disant cela, Mei s’était penchée vers lui.

Étant donné sa silhouette voluptueuse et sa peau lisse et douce, on ne pourrait pas l’associer au monstre original et laid de Frankenstein.

Son maillot de bain noir était un microbikini, couvrant sa poitrine extrêmement ample et les zones inférieures. Les points critiques étaient à peine dissimulés, mais elle n’avait pas vraiment l’intention de les cacher. Elle exsudait même une sorte d’aura « venez ici et regardez ».

« Non, non, comme je l’ai dit, c’était un malentendu de la part de Touko-san ! Il se trouve que le manga que je lisais avait une idole en héliogravure sur la page couleur, d’accord ? Je ne regardais pas l’idole, je voulais juste vérifier s’il y avait des pages en couleur pour les séries manga quand je suis passé à cette partie ! » s’écria Hisui.

Hisui avait fui l’assaut des seins gigantesques de Mei alors qu’il se souvenait de la conversation dans la salle de classe du club.

Comme les membres du club étaient essentiellement des filles, Touko s’était rapidement liée d’amitié avec elles.

Ce n’était pas le problème.

Cependant, leurs sujets de conversation...

« Comment est Hi-kun quand il est seul à la maison ? » demanda Mei.

« J’ai entendu dire qu’il cohabite avec Dracula-san... Pouvez-vous me donner plus de détails ? » demanda Kirika.

Mei et Kirika avaient alors cherché dans la vie privée d’Hisui avec une grande curiosité.

Comme Touko était dans le même groupe d’âge, elle s’était engagée avec joie dans ces conversations et avait tiré le meilleur parti de ses dons de harceleur, leur fournissant des nouvelles sensationnelles sans arrêt.

« Voyons voir... Il reste enfermé dans sa chambre, à lire des magazines avec des idoles en héliogravure sur la couverture ! En plus, il y a des seins géants ! » annonça Touko.

« Oh, je le savais, il les aime toujours ? » demanda Mei.

« De toute façon, vous appartenez déjà à cette catégorie…, » déclara Touko.

« Mumumu ! Et bien, il m’a déjà ! » déclara Rushella.

... D’une façon ou d’une autre, même Rushella s’était jointe à la mêlée… avec des motivations plutôt étranges.

« Je refuse absolument de perdre. Je triompherai de ces femmes qui ne savent qu’exposer leur dos et leur décolleté, afin qu’il ne pose ses yeux que sur moi ! » avait-elle alors annoncé.

« ... En effet, maintenant que les vacances estivales approchent, je dois le séduire avec mon maillot de bain, » déclara quant à elle Mei.

« Je pensais à acheter un nouvel ensemble. Ah, ce n’est pas comme si je faisais ça juste pour le montrer à Kujou-kun…, » murmura Kirika.

Il semblerait qu’à l’insu d’Hisui, quelque chose approchait de lui dans son angle mort.

Puis ce jour était arrivé.

« ... Hé, c’est vraiment bizarre. Ai-je tort ? Pourquoi suis-je obligée de m’habiller comme vous, les filles ? » Hisui était en plein dans une période de plaintes continues depuis qu’il avait été forcé de se changer en maillot de bain.

Comme il n’avait pas de maillots de bain décontractés, il avait été forcé d’acheter un maillot de bain rouge pendant le shopping. Pour être honnête, il ne voulait pas du tout cette couleur, mais malheureusement, cela avait été acheté à la très imposante et violente recommandation de Rushella.

« Ne serait-il pas agréable... de passer du temps comme ça à l’occasion ? De plus, Touko-san ne va pas se souvenir de tout son passé en restant confinée à la maison, » déclara Kirika.

« Ouais... Je suppose…, » répondit-il finalement.

Kirika s’était largement penchée pendant qu’elle lui parlait, amenant Hisui à entrer en état d’alerte. Elle portait un maillot de bain monokini violet d’une seule pièce.

Bien que moins révélateur que le bikini de Mei, le dos de Kirika avait ainsi été entièrement exposé. Les découpes latérales du tissu avaient tracé de larges courbes, soulignant encore plus les lignes de sa taille étroite, produisant un sex-appeal différent de celui de Mei.

Combiné avec son attribut mûr, l’acte de Kirika de se pencher en avant... c’était quelque chose de plutôt irrésistible.

« Pourquoi fuyez-vous ? » demanda Touko.

« Je ne m’échappe pas... Hein, Touko-san ? » demanda Hisui.

Entendant la question de Touko, Hisui se retourna... pour la retrouver derrière lui.

Elle était apparemment capable de contrôler mentalement sa tenue vestimentaire. Par conséquent, elle s’était changée en maillot de bain pour s’adapter à la situation.

Elle avait choisi un maillot de bain typique des écoles. C’était un maillot de bain bleu-marine pour l’école. De plus, il y avait une bande de tissu blanc portant le nom « Touko » sur sa poitrine.

 

« Touko-san, même si vous ne les imitez pas avec de telles astuces, vous êtes déjà très attirante, vous savez ? Vous êtes mince, vous avez un tempérament doux et gracieux, votre buste est aussi... au niveau de Senpai, » Hisui regarda au loin alors qu’il parlait, un soupçon de solitude était présent dans sa voix.

Pourquoi les choses sont-elles comme ça ?

« Hé, attendez un peu ! Arrêtez de me regarder avec des yeux emplis de pitié ! » s’écria Touko.

« Mais ce n’est pas une leçon de natation effectuée à l’école…, » déclara Hisui.

« Je ne peux porter que ce type de maillot de bain ! Parce que ma famille était trop stricte, ils n’autorisaient pas d’autres types…, » expliqua Touko avec ressentiment, se tordant les mains.

Malgré le soleil brûlant, Hisui avait senti la température de l’air chuter soudainement. Espérons que ce ne soit que son imagination. Il y avait une sensation terrifiante autour de lui.

« Hé, arrêtez ça, Touko-san... N’utilisez pas vos talents de malédiction ainsi ! » s’écria Kirika.

« Très bien, si je me concentre sur mon imagination, je suis sûre de pouvoir mettre un maillot de bain à mon goût... Oui, comme celui de Sudou-san… ! » déclara Touko.

« Désolée, mais on ne peut pas avoir ça. L’attrait produit par vous deux ferait éclater la guerre, on ne peut vraiment pas avoir ça sur le dos ! » répondit Kirika en riant.

« C’est vrai, si tout le monde continue à en révéler plus, Hi-kun sera sûrement forcé de se pencher en avant pour cacher son état ❤, » en disant cela, Mei avait saisi le bras d’Hisui puis elle avait pressé la main d’Hisui contre sa poitrine.

En fait, Hisui était déjà sur le point de se pencher en avant. Cependant, il avait ignoré ses sens par pure volonté.

Il s’était alors mis à crier en raison des actes de Mei. « Comme si quelqu’un voulait... Hé, peux-tu lâcher mon bras ? »

« Me demandant de lâcher prise... Pourquoi ne pas simplement serrer si fort ton bras afin qu’il se casse ❤ ? » demanda Mei.

« Effrayante ! Venant de toi, ça ne ressemble pas du tout à une blague ! Après tout, tu en es parfaitement capable ! » répliqua Hisui.

« Oh, mon Dieu, n’ai-je pas toujours été sérieuse ? » demanda Mei.

« Franchement…, » commença Hisui.

« Si tu ne veux pas que ça arrive, alors joue correctement avec moi. OK, voilà un ballon, alors jouons au volley-ball de plage ? Celui qui ne retourne pas le service doit participer à un jeu de punition, d’accord ? » demanda Mei.

Mei s’était avancée sur la place, avait ramassé le ballon et s’était préparée à commencer le jeu. Sans filet ni limites, jouer avec des règles aussi simples s’était avéré encore plus amusant.

« ... Bon sang, ne fais pas tout ce que tu veux avec ta force, OK ? » demanda Hisui.

« D’accord ❤, » répondit Mei.

Puis ils avaient tous deux commencé à jouer au volley-ball de plage.

Dans un coin, un certain personnage les regardait avec rancune.

Auparavant, Hisui avait installé un parasol sur la plage et placé un tapis pour elle. Après cela, tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de rester assise dans l’ombre, impuissante.

Cette fille se transformerait en cendres si elle était frappée par le soleil brûlant de cette journée.

À savoir, cette vampire.

Ou plutôt... Rushella.

« Sanglots sanglot sanglot sanglot sanglot Sanglot~~~ dire que j’ai acheté ça pour le porter à cette occasion.… , » Rushella avait entraîné Hisui dans une excursion de magasinage spécial pour acheter ce bikini.

Ayant été informée au préalable, Rushella avait choisi un maillot de bain particulièrement étroit afin de rivaliser avec Mei.

En particulier, le tissu fragile de son haut était vraiment incapable de s’acquitter de la responsabilité de cacher les généreux fruits qu’était sa poitrine.

Parce que Hisui avait mentionné qu’il n’aimait pas les couleurs excessivement fantaisie, Rushella avait choisi un maillot de bain de couleur claire pour être du bon côté... Cependant, elle avait oublié qu’elle ne supportait pas l’exposition au soleil.

En regardant sa rivale en pleine déconfiture, Mei avait pris soin de jeter un regard vantard quand à sa victoire tout en jouant au volley-ball, causant encore plus de mécontentement chez Rushella.

« Traître. De penser qu’il s’amuse tant avec cette fausse…, » Rushella bouda alors qu’elle fixait Hisui du regard avec ressentiment.

Mais Hisui était pleinement engagé dans le jeu de volley-ball et complètement inconscient de tout ça.

Alors que des larmes étaient arrivées aux yeux de Rushella, Kirika s’était approchée de l’ombre du parasol avec un haussement d’épaules.

« Franchement... Qu’est-ce que vous faites ? Si vous êtes une vampire, faites plus attention à la lumière du soleil, d’accord ? » déclara Kirika.

« Vous faites du bruit alors fermez-la…, », mais il n’y avait pas de vigueur dans ce qu’elle disait.

Pendant ce temps, Rushella traçait des cercles avec son doigt sur le tissu.

« ... D’accord ! Restez immobile et ne bougez pas, » déclara Kirika après un soupir, puis elle sortit une pommade blanche et l’appliqua sur le corps de Rushella.

« Arrêtez tout de suite. Que faites-vous !? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Rushella qui haussait la voix.

« Il s’agit d’un agent bloquant la lumière. Les vampires devraient tous le savoir, n’est-ce pas ? C’est une pommade pour bloquer la lumière du soleil. Les versions modernes sont maintenant fabriquées à l’aide de la science, mais elle provient de sorcières comme moi, inventées à la demande des vampires. Si vous l’appliquez sur votre peau, il bloquera la lumière du soleil au moins pour la durée de cette visite à la plage. Ne vous inquiétez pas, c’est inoffensif pour la peau, » Kirika avait expliqué tout cela alors qu’elle appliquait la crème solaire sur tout le corps de Rushella.

Rushella était restée silencieuse jusqu’à ce qu’elle casse le silence entre elles.

« Euh... Hmm, » murmura Rushella.

« Oui ? » demanda Kirika.

« Euh, Hmm... Merci... Outch…, » déclara Rushella.

Probablement parce qu’elle n’avait jamais remercié, Rushella s’était mordu la langue par accident.

Kirika avait réfréné l’envie de rire et avait poursuivi sa tâche. « Si vous voulez remercier quelqu’un, alors remerciez Kujou-kun. Il a dû tenir compte de ce produit pour votre peau quand il m’a demandé de faire les préparatifs. »

« Eh... ? » Rushella avait été prise par surprise par cette annonce.

Kirika avait continué sa tâche puis elle avait sorti un atomiseur pour pulvériser quelque chose dans ses cheveux.

« Hé, qu’est-ce que vous faites !? N’allez pas vaporiser des trucs merdiques ! » demanda Rushella.

« C’est aussi un type d’agent bloquant la lumière. Les cheveux sont également considérés comme une partie de la peau et doivent être soigneusement protégés. Sinon, ils se transformeraient en poussière sous la lumière du soleil, » expliqua Kirika.

« ... Hmmmm... »

« Comme je l’ai dit, celui que vous devriez remercier est Kujou-kun. Vos cheveux dont vous êtes si fiers faisaient également partie de sa demande. J’ai seulement considéré la peau à l’origine, mais j’aurais oublié les cheveux s’il ne me l’avait pas rappelé, » déclara Kirikia.

« ... » Rushella ne savait plus quoi dire.

Silencieusement, elle avait alors regardé Hisui jouer joyeusement au volley-ball.

« D’accord, c’est fait. Pourquoi n’allez-vous pas vous joindre à eux ? » demanda Kirika.

« ... Oui, » déclara-t-elle avant de se lever.

Rushella se tenait maintenant à la limite de l’ombre et de la lumière du soleil. Elle n’avait jamais marché sous le soleil sans parasol. La peur avait saisi son cœur lorsqu’elle était arrivée à ce moment-là.

Si Kirika avait des intentions malveillantes, elle serait brûlée par la lumière du soleil au moment où elle aurait fait le premier pas. Cependant... Elle n’avait pas faibli.

« Hmm... Euh, » murmura Rushella.

« Oui ? » demanda Kirika.

« ... Merci, » déclara Rushella, mais cette fois, elle ne s’était pas mordu la langue.

Avec un visage rouge vif, Rushella se précipita hors de l’ombre du parasol.

Comme elle recevait la lumière directe du soleil pour la première fois, elle remarqua qu’il faisait plus chaud que sous un parasol. Néanmoins, elle se sentait tout à fait à l’aise.

« D’accord, Hisui, dépêche-toi et laisse-moi aussi participer ! » déclara Rushella.

Elle s’était précipitée avec beaucoup d’enthousiasme... Mais le match de volley-ball était déjà terminé.

Mei était actuellement allongée sur une serviette de plage sur le sable. Avec son haut détaché. À côté de Mei se trouvait Hisui, qui appliquait à contrecœur de la lotion solaire sur son corps.

 

« Qu’est-ce que vous faites tous les deux !? » s’écria Rushella.

« J’ai perdu et j’ai dû accepter le jeu de la punition. Elle m’a fait mettre de la lotion sur elle, » expliqua Hisui.

« Tout à fait. Ce jeu érotique est totalement consensuel, » annonça Mei.

« Ne l’appelle pas jeu érotique ! » s’écria Hisui.

« Le perdant n’a pas le droit de se plaindre. Dépêche-toi de l’appliquer correctement et partout, » Mei avait tiré la main d’Hisui vers son aisselle.

C’était un jardin envoûtant révélé par le maillot de bain non noué. À savoir, le flanc exposé.

*Boing*, le bout des doigts d’Hisui avait touché quelque chose.

« Ahh, mmm, Hi-kun, arrêtes de me chatouiller comme ça…, » murmura Mei sur un ton langoureux.

« Arrête de faire de tels bruits lubriques ! Je n’ai rien touché... Rien du tout... ! » déclara Hisui.

« ... J’ai déjà retiré ma main, mais pourquoi tes doigts sont toujours là ? » demanda Mei.

« ... Grrrrrrrrrrr !! » Rushella avait libéré des grognements de colère de sa gorge alors qu’elle avait soulevé ses poings pour frapper Hisui. « ... Traître ! »

« Wowww, attends, ça fait vraiment mal ! Arrête ! » cria Hisui.

« Hey hey hey, qu’est-ce que tu fais…, » en disant cela, Mei s’était levée. Bien entendu, elle n’avait pas remis son haut.

Hisui avait détourné son regard par réflexe... mais il avait été impossible pour lui de ne pas les voir.

Les lourds fruits étaient surmontés d’une petite zone de couleurs tendres où des fruits plus petits, exquis et beaux formaient une saillie.

Mei n’avait fait aucun effort pour se cacher. À la place, elle avait gonflé sa poitrine et avait permis aux autres d’admirer la vue.

Pendant ce temps, Rushella était en train d’écraser l’arrière de la tête d’Hisui aussi fort qu’elle le pouvait dans le sable.

Ceci avait eu pour résultat l’effacement forcé des images séduisantes du disque dur que représentait l’esprit d’Hisui, avec en prime un effet spécial produisant l’apparition d’une multitude d’étoiles.

« Traître !!!! Tu oses avoir une liaison ici ! » cria Rushella.

« N-Non... C’est un accident… C’est toi qui... !! » répliqua Hisui.

Avant qu’il ne puisse s’expliquer, l’attaque-combo de Rushella l’avait frappé. Assise sur le corps d’Hisui, elle n’arrêtait pas de le marteler.

« Que faites-vous... ? » demanda Kirika.

« Ah ! Senpai, vous êtes arrivé au bon moment ! Vite et arrêtez cette fille... » supplia Hisui.

« C’est d’accord... Mais après ça, pourriez-vous m’aider à mettre de la crème solaire ? » Tout en disant cela, Kirika avait tourné son dos exposé vers Hisui.

C’était ainsi que la force des coups de Rushella avait augmenté en proportion.

« S-Senpai... S’il vous plaît, n’ajoutez pas d’huile dans le feu... ! » demanda Hisui.

« Tu fais du bruit, alors tais-toi ! Je vais te frapper si fort que tu n’auras plus jamais d’aventures !! » cria Rushella.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire