La Croix d’Argent et Dracula – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 4

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 5 : Mon sang

Partie 4

« « Ah ! » » Les deux individus s’exclamèrent en regardant l’autre.

Puis il y avait eu un moment de silence.

Hisui fut le premier à briser le silence en se mettant à parler. « ... Où es-tu allée ? »

« Ce ne sont pas tes affaires, » les paroles de Rushella étaient mordantes.

Elle n’avait pas l’air différente de quand elle était sortie, sauf qu’elle tenait maintenant un sac de papier brun dans ses bras.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Hisui.

« C-C’est... Je suis de retour du “shopping” ! » répondit Rushella.

« Donc tu as même appris un nouveau mot comme celui-là..., » déclara Hisui.

« Qu’est-ce que tu es en train de faire !? Et pourquoi es-tu ici !? » demanda Rushella.

« Cela, c’est ma question, » répliqua Hisui.

Sous le réverbère, ils se regardaient l’un et l’autre.

Alors qu’ils étaient tous deux sur le point de parler simultanément...

Un riche et dense arôme sucré avait rempli leur environnement.

C’était si épais que l’air avait été teinté d’une couleur rose, et ce gaz semblait porter du poison.

Hisui sentit instinctivement le danger et examina frénétiquement son environnement.

La nuit, la rue était dépourvue d’autres personnes, à l’exception des contours d’une silhouette dans une robe rouge de conception ancienne, qui se tenait tranquillement debout.

Dans sa main droite, elle tenait un petit couteau dont le tranchant brillait. Et dans sa main gauche se trouvait une petite bouteille, la source apparente de l’arôme.

« Est-ce que ça pourrait être... Êtes-vous la Sorcière ? » demanda Hisui.

« Fais attention... Cette tenue et cette fragrance, je m’en souviens !! » s’écria Rushella.

La silhouette s’approcha lentement de la paire. Hisui et Rushella étaient devenus de plus en plus sur leur garde.

Ensuite, la Sorcière avait agi d’une manière inattendue. Bien que plus lent qu’un vampire, elle était encore beaucoup plus agile que Hisui.

« ... ! »

Alors que les deux personnes là regardaient avec inquiétude, elle fouilla dans sa robe avec sa main gauche et sortit une nouvelle bouteille.

Cette bouteille était légèrement plus grande que la précédente et était juste assez grande pour reposer sur sa paume. Il contenait un liquide aussi rouge que du sang frais.

La Sorcière avait jeté la bouteille à leurs pieds.

Ils n’avaient pas été directement frappés par le projectile ayant réussi à se déplacer avant ça. Ainsi, la bouteille s’était simplement brisée contre le sol.

Au moment où ils avaient remarqué l’odeur qui en résultait, c’est seulement alors que Hisui et Rushella avaient réalisé que la Sorcière avait l’intention de produire cette odeur plutôt que de les frapper directement.

Les contes de fées racontaient que des lézards et des grenouilles séchés au soleil étaient cuits dans des chaudrons pour concocter des potions de sorcières. Actuellement, le gaz toxique se trouvant devant eux était en train de recréer une potion secrète des sorcières légendaires.

Hisui fronça les sourcils et couvrit frénétiquement sa bouche et son nez.

Malgré la puanteur écrasante, il n’y avait pas d’effet grandement débilitant.

Il devrait être capable de le supporter. Mais à côté de lui, Rushella semblait plutôt malade. Appuyant sa main contre sa poitrine, elle s’était effondrée sur un genou.

« Qu’est-ce que... si déplaisant... ! » s’exclama-t-elle.

« Hé, vas-tu bien !? Ressaisis-toi !! » s’écria Hisui.

« Qu’en est-il de l’odeur... il s’agit d’une potion magique que j’ai cuisinée avec du sang dans une recette secrète ? » demanda la sorcière. « Ne me blâmez pas, mais c’est votre sens aigu de l’odorat qui a intensifié la puanteur désagréable. En particulier, votre réaction envers le sang devrait être plus importante. »

« C’est... un poison ciblant les vampires ? » demanda Rushella.

« C’est exact... Même votre race sera rendue immobile pendant un moment après l’inhalation. C’est bien... assez pour moi !! » cria la Sorcière avant de passer à l’action.

Afin de protéger Rushella qui était incapable de se mouvoir, Hisui s’était placé devant elle.

« Attendez, stop... ! » Les cris de Rushella étaient futiles.

La Sorcière avait le visage masqué par le capuchon, révélant seulement le sourire empli de tentation qui pendait au coin de ses lèvres.

Elle avait alors frappé avec sa lame tranchante.

La lame avait entaillé le bras de Hisui qui protégeait une Rushella dans un état de vulnérabilité.

« ... Huuuunnn ! » Hisui avait ressenti une douleur aiguë.

Cependant, la blessure n’était pas très profonde.

À l’origine, il avait l’intention de lancer une contre-attaque avec son autre main, mais son opposante avait attrapé son poing. Sans aucun doute, la sensation sur son poing ressemblait à celle d’une femme, mais il y avait une sorte de pommade donnant une sensation glissante.

« Vous souhaitez la protéger... Dans ce cas, vous serez d’abord “maudit” à sa place ! » s’écria la sorcière.

Tout en faisant tournoyer la lame, elle taillada le bras de Hisui, laissant une traînée cruelle et sanglante qui ressemblait à un texte.

Hisui ne pouvait pas du tout le déchiffrer, mais il était sûr que c’était des « mots » d’une langue.

« C’est... que se passe-t-il... ? » se demanda-t-il.

La blessure était peu profonde... mais Hisui s’était immédiatement effondré.

« Salope... !! » cria Rushella.

Rushella s’était finalement libérée des effets de la potion et avait brandi son épée courte préférée.

Puis elle avait activé ses Yeux Mystiques.

La lumière cramoisie avait pénétré la Sorcière, la plaçant sous sa domination absolue.

« Reste docilement là... Regarde-moi prendre soin de toi personnellement ! » déclara Rushella.

Mais complètement imperturbable, la Sorcière avait simplement fait claquer ses lèvres.

« Pff... votre serviteur vous a sauvé, » s’exclama la sorcière.

Réalisant que la situation n’était pas en sa faveur, la sorcière se fondit dans l’obscurité et se retira.

Une autre raison pour laquelle elle s’était retirée était probablement parce qu’elle avait senti quelqu’un approcher.

Mais c’était simplement la conclusion de cette chasse particulière.

« Soyez-en sûre, je vais vous détruire la prochaine fois. Fichez le camp... Vampire !! » cria la sorcière.

« ... !! »

Rushella était totalement réticente quant à accepter le résultat, mais elle n’avait d’autre choix que de voir la sorcière s’échapper devant ses yeux.

Frénétiquement, elle se précipita vers Hisui et le prit dans ses bras.

« Ressaisis-toi ! Avec ta constitution, cette blessure mineure ne devrait même pas être un problème, n’est-ce pas !? » demanda Rushella.

« Ce n’est pas censé... Mais... le saignement ne veut pas s’arrêter... Que se passe-t-il... ? » déclara Hisui.

« Soit fort ! Tout ton sang n’appartient qu’à moi... Ne le gaspille pas à le laisser couler ainsi !! » s’exclama Rushella.

Les mots de Rushella étaient arrogants comme toujours, mais le ton de sa voix indiquait qu’elle était déjà en train de sangloter.

« Pourquoi, pourquoi m’as-tu protégée !? Tu sais, je suis une vampire !? Je suis immortelle ! De plus, c’est actuellement la nuit... Tu es le plus grand des idiots ! » s’écria Rushella.

« Tais-toi... Le fait d’être un vampire ou un humain n’a aucune importance. C’est quelque chose... que je devais faire..., » Hisui était toujours conscient, mais il trouvait qu’il était extrêmement difficile de parler.

Quelque chose d’invisible, plus terrifiant que la blessure, érodait son corps.

« Aussi, ne devrais-tu pas... avoir quelque chose à dire, à la place... ? Dis-le... correctement... pour moi... Tu n’as qu’à... faire cela en premier..., » finissant sa phrase avec beaucoup de difficulté, Hisui s’évanouit.

« Hé... Que se passe-t-il ? Ressaisis-toi !! » Rushella avait pleuré hystériquement alors qu’elle secouait le corps de Hisui dans son étreinte.

Mais il ne s’était pas réveillé.

***

Le lendemain... dans une chambre de l’hôpital Seidou.

Hisui avait été transporté à l’hôpital le plus proche de la scène. Ce lieu était également étroitement associé à la « Section des Enquêtes Surnaturelles » à laquelle Eruru appartenait.

Après avoir transporté Hisui dans ses bras, Rushella avait raconté à Eruru et à Mei ce qui s’était produit et elles avaient immédiatement appelé une ambulance pour lui.

Afin de garantir une paix absolue, Hisui était en quarantaine dans la même pièce où Reina avait autrefois été confinée.

Cela impliquait qu’il ne souffrait d’aucune maladie ordinaire.

En réalité, le corps de Hisui n’avait qu’une petite égratignure... et il devrait normalement guérir instantanément et être sorti de l’hôpital.

Cependant, il était resté inconscient.

Sous la supervision d’Eruru, Hisui avait subi toutes sortes de tests. D’un autre côté, Rushella et Mei avaient obtenu un congé quant à l’école et avaient attendu tranquillement à côté de lui afin de connaître les résultats.

Assis sur le banc devant sa chambre, les visages des deux filles étaient remplis de chagrin.

« Les résultats des tests sont sortis. La blessure n’est pas sérieuse. Compte tenu de sa constitution, il aurait dû guérir il y a longtemps. Cependant, il continue à saigner sans arrêt. Quant à la raison... le couteau a probablement été empoisonné, » Eruru tenait la fiche du patient dans une main alors qu’elle déclara ça aux deux filles. Son visage était tout aussi solennel.

« Poison... ? Que diable... ? » demanda Mei.

« Basé sur l’analyse du poison, son ingrédient principal est la mandragore. Naturellement, c’est la partie la plus puissante de la plante... la racine. C’est très probablement la racine manquante de la fleur que nous avons trouvée dans le parterre, » Eruru avait répondu à la question de Mei avec un ton lugubre alors qu’elle feuilletait les papiers.

« Le poison de la mandragore est plus efficace lorsqu’il est ingéré par voie orale, » continua-t-elle. « À condition que le poison soit correctement préparé, la cible, même un vampire, serait immobilisée pendant un certain temps. Mais en raison du goût, il est extrêmement difficile de le faire boire à un vampire sans qu’il le remarque. D’où le fait qu’il soit enduit sur le couteau. En outre, il ne s’agit pas purement d’un “poison”, mais d’un moyen de placer une “malédiction”. »

« Malédiction... que voulez-vous dire par là ? » demanda doucement Rushella.

Elle était la cible initiale prévue de la malédiction. Mais Hisui avait souffert de ça à la suite de l’avoir protégée.

« Des saignements sans interruption, » répondit Eruru. « Peu importe comment nous essayons d’étancher la blessure, le sang continue à couler. Ceci est probablement une malédiction destinée à neutraliser des vampires. Un simple poison ne peut pas vaincre un vampire, mais en faisant saigner ses blessures sans arrêt, un vampire peut être affaibli en permanence. Pour un vampire, le sang est la source de la vie et la racine de son pouvoir. Même si la perte de sang à grande échelle ne mènera pas à la mort, un vampire sera toutefois immobilisé. Puis saisissant l’occasion, un coup mortel peut être porté... c’était probablement le plan de la sorcière, non ? »

« Comme il vise un vampire... Que se passe-t-il quand il est utilisé sur un humain ? » demanda Rushella.

« Le résultat est le même, » répondit Eruru. « Cependant, les dommages sont naturellement beaucoup plus importants contre un humain. Plus précisément, un humain saignait rapidement jusqu’à sa mort. La seule raison pour laquelle Kujou-san vit encore est grâce à sa constitution qui lui confère une régénération et une hémoptysie supérieures, offrant ainsi une certaine résistance à la malédiction. »

Parce que c’était Hisui, il pouvait encore le supporter pendant un petit moment. Mais la mort était simplement une question de temps.

« Bien sûr, nous avons essayé des transfusions, mais pour une raison inconnue, son groupe sanguin ne cesse de changer, rendant tous les groupes sanguins incompatibles, » continua Eruru. « Ceci est probablement une sorte de malédiction produite par le poison. En d’autres termes, une fois qu’il saigne, il n’y a pas d’espoir de guérison. Même maintenant, la perte de sang vide lentement sa vie goutte à goutte. Si cela continue..., il n’a probablement plus qu’un jour à vivre. »

Les paroles d’Eruru étaient complètement sans émotion. Mais son visage était rempli de souffrance.

Mei était de même.

Seule Rushella se détourna sans expression et marcha vers l’ascenseur. « Quel mec stupide ! Il n’est même pas conscience de lui-même en tant que serviteur ! »

« Hé, vous allez vraiment trop loin ! » Mei se précipita et la retint par l’épaule.

Mais Rushella n’avait pas regardé en arrière. Seules ses épaules tremblaient sans arrêt.

« Pour qu’il meure et abandonne ses devoirs de prendre soin de moi, c’est complètement impardonnable ! Rester vivant pour me servir est la plus grande prérogative d’un serviteur ! » déclara Rushella.

« ... » Sentant les véritables sentiments de Rushella, Mei resta silencieuse.

Cette fois, Eruru avait pris la parole et avait fait une suggestion. « Sur la base de toutes les informations que j’ai rassemblées chez Kujou-san, il y avait un point important... la sorcière qui a créé un poison possède certainement l’antidote correspondant. Celui qui maudit les autres sait toujours comment lever la malédiction. Trouver la sorcière et la traduire en justice... est maintenant le seul moyen de sauver Kujou-san. »

« ... »

« Et aussi... Lorsque vous utilisez les Yeux Mystiques, vous devez d’abord perturber la concentration de la cible, » continua Eruru. « Peu importe la force mentale qu’elle possède, tant que vous la prenez par surprise, même votre pouvoir peut la rendre impuissante. »

« ... Je le sais, » déclara Rushella avant de rentrer dans l’ascenseur.

Alors que Mei regardait Rushella partir, Eruru l’avait mise en garde. « J’espère que vous pourriez rester à ses côtés afin de l’aider. L’ennemie doit être attrapé vivante, sinon cela ne servirait à rien. Maintenant que Kujou-san n’est pas disponible, quelqu’un doit la soutenir. »

« Pas de problème, » répondit Mei. « Je compte sur vous pour me mettre au courant de la situation, Eruru-chan. »

« Très bien... Je vais continuer mes recherches afin de voir s’il y a d’autres solutions, » répondit Eruru.

Alors que les trois filles poursuivaient leurs objectifs respectifs, elles priaient dans leurs cœurs pour la sécurité de Hisui.

Avec sa vie à la croisée des chemins, la survie de Hisui était encore incertaine.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire