La Croix d’Argent et Dracula – Tome 2 – Chapitre 6

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 6 : Dracula contre la Sorcière

†††

Chapitre 6 : Dracula contre la Sorcière

Partie 1

 Au moment où Rushella et Mei étaient arrivées à l’école, les cours avaient déjà pris fin.

Après avoir emballé ses affaires, Reina avait quitté la salle de classe vide.

Saisissant cette opportunité, Rushella lui avait parlé en se tenant derrière elle.

« Vous êtes ici, jeune fille ! » s’exclama Rushella.

« Hmm ? »

À l’instant où Reina se retourna, elle fut percée par le regard cramoisi de Rushella. Il s’agissait de ses Yeux Mystiques possédés par tous les vampires et capables d’hypnotiser les humains.

En tant que prestigieux Véritable Ancien, Rushella possédait des yeux portant un pouvoir magique absolu, lui permettant d’obtenir facilement des informations à partir des réponses de sa cible.

Eruru avait seulement permis à Rushella de venir ici parce qu’elle était consciente de ce fait.

En principe, Eruru hésitait à utiliser les « Yeux Mystiques » pour enquêter, mais pour Hisui, elle n’avait d’autre choix que de le permettre.

« Répondez-moi... Êtes-vous la Sorcière ? » demanda Rushella.

Reina hocha négativement la tête.

« Eh bien ! Pourquoi avez-vous mélangé des feuilles de mandragore dans la cuisson la dernière fois... ? » continua Rushella. « Pourquoi diable l’avez-vous fait... ? »

Rushella avait déjà entendu de Mei les résultats des investigations d’Eruru.

Par conséquent, elle s’était précipitée afin de découvrir la vérité.

« C’était simplement... un petit sort, » Reina murmura avec un regard creux.

« ... !? »

Même quand une personne était contrôlée par les Yeux Mystiques, cela n’entraînait pas une perte totale d’émotions.

L’expression de Reina avait affiché de la tristesse.

« Bien que ce livre d’images ait été confisqué, je... me souviens encore... autrement dit, la recette de la décoction magique... donc, pourvu que j’utilise ça, Kujou-kun allait sûrement... encore plus..., » balbutia Reina.

Encore plus..., elle avait pris une éternité, mais n’avait toujours pas fini sa phrase.

Peut-être même qu’elle-même ne l’avait pas encore pleinement réalisée.

C’était le simple fait que son cœur avait été volé cette nuit-là, par le chevalier qui avait apporté son épée et l’avait sauvée du vampire.

De l’admiration ou bien était-ce de l’engouement... ? Peut-être afin de vérifier ses propres sentiments, elle avait décidé d’utiliser ce sort secret impliquant des herbes.

Un petit sort secret... que toutes les adolescentes touchées par l’amour auraient à un moment ou à un autre utilisé pour une telle situation.

« C’est assez..., » Rushella s’éloigna de Reina.

Alors que Reina s’effondrait avant de s’asseoir par terre, Rushella lança un regard de pitié avant de poursuivre son chemin.

« ... Était-ce assez ? Peut-être que poser plus de questions pourrait révéler quelque chose..., » demanda Mei.

« C’est assez, » déclara Rushella. « Si elle voulait me faire du mal, elle aurait dû le faire pendant la journée. Mais ce jour-là, cette fille m’a accompagné jusqu’au coucher du soleil et elle ne m’a jamais rien fait de mal. C’est suffisant pour prouver son innocence. »

« Je vois..., » Mei sourit en suivant Rushella dans les couloirs.

Leur prochaine destination... la salle du personnel.

Horie Jyuri, professeur titulaire, était dans un coin de la pièce, face à un ordinateur.

Vraisemblablement fatiguée du travail, elle avait enlevé ses lunettes et se frottait les yeux.

Rushella lui tapota l’épaule par-derrière.

Jyuri se retourna par réflexe.

À l’instant suivant, elle avait été percée par la lumière des Yeux Mystiques.

« Répondez-moi... Êtes-vous la Sorcière ? » demanda Rushella.

« ... Peut-être..., » répondit Jyuri.

Rushella et Mei échangèrent des regards de surprise.

Maintenant l’effet des Yeux Mystiques cramoisis, Rushella avait continué l’interrogatoire.

« Que voulez-vous dire par là... ? Expliquez-le clairement ! Pourquoi votre nom était-il sur ce résumé !? Qui êtes-vous !? Quel était le sujet du Club de Recherches Occultes ? » demanda Rushella.

« Nous avons étudié... Les sept mystères... et les légendes... Ensuite, on a cherché à entrer en contact avec la sorcière... Cependant, nous étions trop impliqués... Je me suis retirée... À mi-chemin... Mais les autres étudiants..., » répondit Jyuri.

« Dites, pourquoi le discours de l’enseignant est-il fragmenté ? Êtes-vous sûre que votre pouvoir fonctionne ? » demanda Mei.

« Mes Yeux Mystiques ne sont pas omnipotents, » répondit Rushella. « Si la personne ne sait pas ou a déjà oublié, alors aucune réponse ne peut être obtenue. Les souvenirs profondément enfouis peuvent prendre beaucoup de temps à être récupérés. Dépêchez-vous et continuez à expliquer ! »

« Les autres étudiants..., » continua Jyuri. « Je ne suis pas sûre non plus... Après le transfert des écoles... Nous avons perdu le contact... Il y avait aussi des enfants qui ont disparu... Sorcière ? Devenue sorcières... ? La vraie sorcière... Ou peut-être, tué par la sorcière... ? »

« Qui est la sorcière ? ... N’est-ce pas vous !? » Complètement indifférente au regard des autres, Rushella avait saisi le col de Jyuri et demanda.

Désireuse de recevoir une réponse, Mei ne l’avait pas arrêtée.

Un autre étudiant dans la salle des professeurs s’était avancé pour intervenir.

« Hé, qu’est-ce que vous deux faites au professeur !? » Kirika s’était impliquée.

En tant que vice-présidente du conseil étudiant, elle était allée dans la salle du personnel pour des affaires officielles.

Posant sur une table la pile de livres qu’elle portait dans ses bras contre sa poitrine, la vice-présidente regarda Rushella et demanda.

Naturellement, elle était devenue la prochaine victime des Yeux Mystiques.

« ... Vous pourriez être impliqué dans l’incident du cours de cuisine. Répondez-moi, êtes-vous une sorcière ? » demanda Rushella.

« Non... Qu’est-ce que c’est... ? » Kirika avait immédiatement perdu son comportement orgueilleux habituel, répondant alors qu’elle secouait la tête.

Rushella avait fait claquer sa langue et avait fait signe avec son menton pour que Kirika parte. « Alors, partez d’ici ! Vous n’êtes plus nécessaire ici. »

De manière instable, Kirika avait quitté la salle du personnel.

Après avoir confirmé que la vice-présidente était partie, Rushella se tourna à nouveau pour interroger Jyuri... mais la foule rassemblée augmentait de plus en plus.

« Hey... Pouvons-nous sortir un peu ? » demanda Mei. « Après tout, utiliser des Yeux Mystiques pour contrôler tout le monde serait trop difficile. D’ailleurs, l’enseignante ne semble pas être une sorcière... »

« ... » Rushella avait l’air très mécontente, mais elle n’avait pas d’autre choix que de laisser là Jyuri et de quitter rapidement la salle du personnel.

Puis elle avait couru à toute vitesse dans les couloirs et dans la cour de l’école.

Mei l’avait poursuivi tout le long du trajet et elle lui avait demandé en haletant. « Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Nous n’avons pas d’autres suspects. Ce n’est pas pratique d’utiliser les Yeux Mystiques pour interroger tous ceux qui sont impliqués dans l’école, n’est-ce pas ? »

« J’ai un plan ! » Rushella avait dégainé son épée courte préférée et avait tenu le bord contre son poignet.

« Hey, qu’est-ce que vous avez l’intention de faire ? » demanda Mei.

Rushella ne répondit pas, mais s’égratigna le poignet avec l’épée courte, produisant une ligne rouge.

Des gouttelettes de sang s’étaient échappées de la plaie et avaient coulé sur le sol.

Ignorant les lois de la physique, les taches de sang sur le sol s’étaient rassemblées pour former un emblème mystique.

C’était la preuve de son identité de « Véritable Ancien ».

Un doux parfum émanait du sang frais, obligeant Mei à se couvrir la bouche.

Je me sens obligée de le boire. Pensa Mei.

Si elle ne s’était pas retenue, il était très probable qu’elle l’aurait déjà fait.

Si elle continuait à sentir l’odeur du sang, elle perdrait probablement toute raison.

« En tant que “Véritable Ancien”... Mon sang est très doux, » déclara Rushella. « Tellement doux que n’importe qui aurait soif, voulant boire, et cela sans exception. »

Rushella avait souri sans crainte.

Comme pour prouver ce qu’elle venait de dire, ils avaient commencé à se rassembler dans la cour de l’école.

Dans cette école presque vidée de ses occupants humains... il existait des êtres avec un sens de l’odorat plus vif envers le sang par rapport aux humains, et maintenant ils se rassemblaient autour d’elle.

Chiens.

Chats.

Insectes.

D’innombrables animaux se rassemblaient ici en un essaim.

Rassemblés par ce désir de sang, ils s’agenouillèrent devant elle.

La vue inhabituelle rendit Mei muette tandis que Rushella souriait.

Utilisant ses yeux cramoisis, elle annonça à ses fidèles sujets qui s’étaient précipités auprès d’elle.

« Écoutez bien, vous tous..., » avait-elle commencé.

***

Un rêve.

En fait, j’avais des rêves tous les soirs, même si le fait de me souvenir ou non était une tout autre question. Mais récemment, j’avais soudainement réalisé des rêves dont je me souvenais des détails et ils étaient pour la plupart désagréables.

Évidemment, la raison était parce que... j’avais rêvé de mon parent adoptif.

Dans le rêve d’aujourd’hui, c’était cette scène particulière pendant le dîner.

Elle m’avait demandé de verser un peu de son vin préféré. Elle avait apprécié le parfum libéré du riche liquide violet alors qu’elle avait élégamment bu du verre.

« Tu sembles vraiment aimer le vin. Est-ce parce que tu es une vampire et que le vin ressemble au sang ? »

« Probablement. Mais peut-être que la principale raison est que cela me rappelle cet homme qui a appelé le vin “ceci est mon sang !” »

Ce parent adoptif disait des choses étranges de temps en temps.

Comme attendu d’une sage dans les voies du monde, elle était bien versée dans l’art de la communication implicite.

« Qu’est-ce que tu racontes ? »

« Rien que de vieux souvenirs qui datent de deux mille ans dans le passé. C’était un homme bon. Peut-être que c’était pour ça que je ne pouvais pas le vaincre, même en tant que vampire. »

« Je suis complètement perdu là. Et lui, était-il un bel homme ? »

« Ses longs cheveux et sa barbe lui allaient très bien. Mais le plus louable... était son esprit noble. Hisui, combien penses-tu que cet homme vaudrait si on devait lui fixer un prix ? »

« Comment les personnes peuvent-elles être mesurées avec le prix ? »

« Trente pièces d’argent, c’était son prix. À la lumière de son influence sur le monde futur, ce prix était vraiment une aubaine. C’était bien trop bon marché. Mais le problème ne réside pas dans l’argent, mais dans la philosophie de vie de cet homme. Très probablement, je suis devenu proche de lui parce que je respectais son état d’esprit. »

...

« ... »

« Par conséquent, Hisui, tu dois aussi devenir un homme bon. Même si tu devais être vendu pour trente pièces d’argent, tu dois sauver ceux qui souffrent autour de toi. »

***

« ... Que diable essayes-tu de me dire... ? »

Hisui s’était réveillé dans une chambre de malade quasi vide.

Il avait arraché les tubes reliés à son corps et s’était levé de façon instable.

« Sérieusement, tu es déjà morte, et pourtant tu me sermonnes toujours même dans mes rêves... Suis-je vraiment si peu fiable ? »

Hisui se changea afin de porter ses propres vêtements décontractés qui reposaient sur la table puis il marcha tranquillement vers la porte.

Le sang s’était écoulé continuellement depuis son poignet droit bandé.

Il était sur le bord... Au bord de la mort en raison d’une trop importante perte de sang.

Sa pression artérielle, et son pouls étaient tous à leurs limites.

C’était précisément à cause de cela qu’il s’était éveillé en ce moment même.

Il s’était réveillé afin d’obtenir un corps qui pourrait encore être actif même sous les effets d’une malédiction. Il s’était réveillé dans un corps résilient qui pourrait rivaliser avec n’importe quels vampires... le mode Anti-Drac...

« Je sais, d’accord... Ce genre de questions... Si je devais compter sur les filles... Absolument... Tu me gronderais sans fin. »

Traînant son corps qui gisait à la porte de la mort, Hisui quitta la chambre de malade.

En quittant le bâtiment, il s’était traîné dans un taxi... Et il était retourné à la maison.

Pendant ce temps, il avait contacté Mei par téléphone portable.

Bien que sa main ne semblait plus suivre les ordres, il parvient quand même à composer le numéro. Heureusement, Mei avait également très rapidement pris son téléphone.

« Hi-kun !? Hey, ça va ? » demanda Mei.

« Parlons de cela plus tard... Où est Rushella ? » demanda Hisui.

« Ah, elle est actuellement... C’est sérieux ! Tous ces animaux se sont réunis... Ah, mais maintenant au moins nous connaissons l’identité de la sorcière..., » répondit Mei.

« Les Yeux Mystiques ont été utilisés, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Hein... ? » s’exclama Mei.

« Elle a dû utiliser ses Yeux Mystiques pour enquêter. Dépêche-toi et indique-moi le résultat et la situation là-bas, » demanda Hisui. « Ne néglige aucun détail, même le plus petit. »

« ... »

« S’il te plaît..., » demanda Hisui.

« J’ai compris, » déclara Mei.

Après avoir obtenu toutes les informations nécessaires, Hisui avait raccroché.

Les pièces du puzzle étaient maintenant toutes rassemblées. La seule action restante consistait à les assembler.

†††

Partie 2

Un peu après ça, Eruru avait appris que Hisui avait disparu.

Puis immédiatement après ça, elle en avait déduit qu’il devait être rentré à la maison sur la base des rapports de témoins oculaires, alors elle avait sauté dans une voiture de police pour se précipiter jusqu’à la maison de Hisui.

« Kujou-san !? » cria-t-elle.

L’entrée n’était pas fermée à clé et Eruru s’était précipitée à l’intérieur.

Personne n’avait répondu, alors elle avait décidé de chercher d’abord au sous-sol, et comme prévu, Hisui était là.

Il se tenait devant l’épée sainte en forme de croix, et il avait l’air de confesser ses péchés.

Agenouillé devant la croix encastrée dans le sol, Hisui appuyait son front contre une pierre précieuse rouge vif.

« Qu’est-ce que vous faites... ? » Comme il lui était impossible de regarder directement la croix, Eruru n’avait pas d’autre choix que de demander avec son visage détourné.

« Je réfléchis... Je fais des déductions. Il s’agit de l’endroit où je peux le mieux me concentrer, » Hisui tourna la tête pour répondre. Actuellement, une sorte de tatouage se trouvait autour de son cou, et sa forme ressemblait à des épines.

Eruru avait déjà vu cette scène.

« Êtes-vous actuellement... ? Arrêtez ça immédiatement, votre état actuel s’apparente à la luminosité finale d’une bougie juste avant qu’elle ne s’éteigne. Même si vous vous réveillez, vous ne retardez votre mort que de quelques instants ! »

« C’est bien assez... vraiment assez. Je dois concentrer le sang restant à ma disposition, ici, » dit-il en tapant doucement sur ses tempes.

La quantité de sang circulant dans le cerveau prenait normalement quinze pour cent du volume de sang total du corps.

En utilisant le mode Anti-Drac afin de contrôler le flux sanguin, il avait été capable d’augmenter la proportion et le taux de circulation.

Utilisant toute la puissance de son sang restant, il avait tout offert à son cerveau.

« Si j’utilise cette opportunité pour réfléchir, je devrais pouvoir obtenir une réponse satisfaisante. Laissez-moi trouver la sorcière..., » déclara-t-il.

« Quelle idiotie êtes-vous en train de dire... ? Il ne reste plus de temps. Essayez-vous de rendre les efforts des filles vains ? » demanda Eruru.

« Si c’est ce que vous pensez, alors dépêchez-vous de retourner à l’hôpital. J’ai oublié de prendre quelque chose, » déclara Hisui.

« Hein !? » s’exclama Eruru.

« Aidez-moi à la récupérer, » demanda Hisui.

À ce moment-là, Eruru avait réalisé les intentions de Hisui.

Hochant légèrement, elle se retourna et se dirigea vers les escaliers. « ... S’il vous plaît, ne faites rien d’imprudent. »

« Je suis déjà imprudent, » déclara Hisui.

Après le départ d’Eruru, Hisui concentra son esprit une fois de plus sur sa tâche.

Il avait mobilisé tous les nerfs de son corps afin de confirmer toutes les informations à sa disposition.

Il avait exploré toutes les possibilités. Ignorant toutes les conséquences... il avait concentré son sang dans son cerveau autant que possible.

Le sang avait traversé ses vaisseaux sanguins. Son cœur battait à sa limite, suivant un rythme rapide.

Quelques instants plus tard... en réalité, c’était juste une pensée extrêmement brève, un éclair illumina son esprit.

« ... Donc c’est ce qui se passe, » murmura-t-il.

Renvoyant le flux sanguin à la normale, il avait permis à son sang de retourner à son torse.

Hisui avait poussé avec ses bras tout en soutenant son corps instable avec la croix. Après ça, il avait sorti la lame de Tzara du sol et l’avait portée sur ses épaules.

Puis, il était sorti de la maison en marchant mètre après mètre tout en ressentant de la douleur.

En sortant de l’entrée, juste au moment où il traversait la cour... Eruru revint en toute hâte.

Derrière elle se trouvait un véhicule d’escorte utilisé pour le transport des prisonniers.

« Quel gros taxi... ! » s’exclama Hisui.

« Si vous voulez transporter cette épée, ce type de véhicule serait le plus pratique. Mais ne laissez pas cette épée trop près de moi, » demanda Eruru.

Hisui hocha la tête avant de se placer sur un siège du véhicule.

***

J’étais encore à l’école.

Qui sait si c’était une bonne ou mauvaise chose ?

En tout cas, il était très probable que je serais bientôt localisée.

Au début, seul un chien errant était entré dans la classe et avait commencé à aboyer follement.

Ces hurlements semblaient presque avoir invoqué ses compagnons.

Puis, comme s’il transmettait des ordres, on entendait les cris des chiens et des chats tout autour de moi.

Des essaims d’insectes pouvaient être vus volants à l’extérieur de la fenêtre, emplissant le ciel.

Je n’avais pas tout de suite compris la situation.

Ce qui s’était passé dans les environs, je n’avais pas la moindre idée.

Mais dès que j’avais entendu des pas, des pas uniques et presque inaudibles d’un vampire, j’avais compris les raisons derrière tout ça.

Peu importe, je pouvais le dire vu ce que j’entendais, j’avais été découverte.

En donnant des ordres à ces petits animaux, elle avait réussi à me localiser.

Maintenant que j’y avais pensé, les sorcières étaient vraiment liées aux animaux de multiples façons.

Le familier que j’avais envoyé à Mei Sudou et Eruru Kariya, ainsi que le chat que j’avais utilisé pour avertir Hisui Kujou m’était revenu en mémoire.

Pour les questions concernant les animaux, demander directement aux animaux était le plus efficace.

En utilisant les Yeux Mystiques pour dominer les animaux qui étaient en relation intime avec la Sorcière, les animaux qui avaient vu la Sorcière avaient docilement indiqué l’identité de la Sorcière. Mon emplacement actuel était dans tous les cas diffusé par les aboiements de chiens.

Cela dit, en premier lieu, je n’avais aucune intention de me cacher.

Cet endroit était une fois leur salle d’activités de club, mais je l’avais maintenant prise. La vampire... Rushella Dahm Dracula avait ouvert la porte et s’était précipitée dans la pièce alors qu’elle était suivie par son compagnon, Mei Sudou.

« Êtes-vous... la sorcière ? » demanda Mei.

En entendant la question de Mei, j’avais souri et j’avais répondu. « Très certainement. Alors que vous êtes la vampire et son compagnon. »

« Comment osez-vous faire du mal à mon serviteur ? » demanda Rushella. « Je vais vraiment vous faire regretter ça ! Kirika Uno. »

« C’est bien ça... Laissez-nous régler cela, vampire, » répondis-je.

En effet, j’avais souri face à mes ennemies.

***

« La vice-présidente est la sorcière !? » La conclusion de Hisui avait causé une grande surprise chez Eruru.

« C’est vrai, même si je n’ai aucune preuve, » déclara Hisui.

« Mais j’ai entendu du rapport de Sudou-san que sous l’influence des Yeux Mystiques, elle a dit qu’elle n’était pas une sorcière, donc..., » répliqua Eruru.

« Les Yeux Mystiques sont inefficaces contre elle, » répondit Hisui. « De la même manière que nous l’avons découvert lors de votre recherche, elle est préparée. Mais Rushella ne l’a probablement pas remarquée. »

« ... Je vois. Voulez-vous dire qu’elle a prétendu qu’elle était sous l’influence des Yeux Mystiques, et qu’elle a menti ? » demanda Eruru.

« Exactement, » répondit Hisui. « Bien que les Yeux Mystiques soient très pratiques, si quelqu’un prétend être sous leur effet, il est en fait assez difficile à le voir. Mais les Yeux Mystiques ont dû fonctionner sur la représentante de classe et le professeur. »

« Comment pouvez-vous être si sûr ? » demanda Eruru.

« Pour la représentante de classe, c’est juste comme Rushella l’a dit, » répondit Hisui. « Si elle était la coupable, alors toutes ces choses qu’elle a faites étaient futiles et trop artificielles. Cependant, j’ai toujours des doutes concernant l’incident avec la mandragore. »

« Sudou-san n’a pas dû le mentionner..., le pourquoi elle a ajouté cela dans le repas ? » demanda Eruru.

Il semblait que même pendant un tel état d’urgence, Mei était toujours très attentionnée envers Reina.

Naturellement, elle avait compris le cœur d’une jeune fille amoureuse.

« Qu’est-ce que c’est ? Elle faisait secrètement quelque chose à mon insu ? » demanda Hisui.

« ... Ce n’est rien d’important. S’il vous plaît, continuez. Et l’enseignante ? » demanda Eruru en retour.

« Rushella et Mei ont suivi vos conseils utiles et l’ont prise par surprise, » répondit Hisui. « De plus, c’est arrivé pendant qu’elle avait retiré ses lunettes. Bien qu’il soit possible pour les personnes d’échapper aux Yeux Mystiques à travers la résistance mentale, cela nécessite une condition préalable majeure... être préparé... “Je vais faire face aux Yeux Mystiques, très bien, je vais me concentrer en préparation.”... ce genre de préparation mentale est nécessaire. Rushella la prit par surprise par-derrière à ce moment-là. Peu importe la force de sa volonté mentale, elle aurait succombé. »

« Je vois, » répondit Eruru. « Qu’est-ce que c’était à propos des lunettes ? Sans tenir compte des lunettes de soleil, des lunettes ordinaires et des lentilles de contact ne devraient pas entraver la puissance des Yeux Mystiques. Êtes-vous en train d’insinuer que les lunettes de l’ennemi ont subi un traitement spécial ? » Eruru tapota ses lunettes et demanda.

« C’est ma conjecture, » répondit-il. « Les talismans sont inutiles, les barrières sont impraticables. Pour échapper aux Yeux Mystiques, appliquer un traitement spécial aux lunettes qui se tiennent entre les yeux serait la meilleure stratégie. Si cela était fait, même des rencontres inattendues avec des Yeux Mystiques pourraient être bloquées. Mais l’enseignante avait enlevé ses lunettes à ce moment-là. Cela dit, il est possible que ces lunettes fussent simplement des leurres et qu’elle portait des lentilles de contact... mais je pense que c’est aller trop loin. »

« Je suis d’accord, » répondit Eruru. « Avec ce processus d’élimination, cela ne laisse que la vice-présidente. Cela signifie qu’elle porte des lentilles de contact, même si c’est seulement de la spéculation. Qu’en est-il des autres indices ? Et comment a-t-elle réellement empoisonné Rushella ? »

« La vice-présidente visite fréquemment la salle de préparation pour le cours d’économie domestique. Elle doit avoir fait quelque chose à l’avance à la nourriture ou à la boisson que nous avions, » répondit Hisui.

« Nous avons déjà étudié cette possibilité. Les résultats ont montré que rien n’était empoisonné, non ? » demanda Eruru.

Les deux personnes avaient déjà vérifié cela... mais Hisui n’était pas d’accord.

« Nous avons manqué une chose. N’a-t-elle pas dit quelque chose comme “j’aide l’enseignante à préparer l’eau utilisée pour cuisiner” ? » demanda Hisui.

Eruru se souvint soudain de leur conversation qu’ils avaient eue à l’époque.

En effet, elle avait mentionné cela la dernière fois.

« Le cours de cuisine nécessite de l’eau provenant de la cruche, » expliqua Hisui. « Normalement, la préparation est aussi simple que d’ajouter des glaçons à l’eau minérale, alors pourquoi aurait-elle besoin de se préparer vraiment très à l’avance ? Cela pourrait être fait simplement avant le cours. Sur la base de ce qui a été dit à l’époque, le professeur d’économie domestique a demandé à la vice-présidente de l’aider à préparer ça et à mettre l’eau dans le réfrigérateur parce que la vice-présidente connaissait bien les herbes et était très familier avec la préparation de l’eau. »

« Qu’en est-il de l’eau... ? » demanda Eruru. « Êtes-vous en train de dire que des substances extraites d’herbes ont été ajoutées ? Que l’eau que votre groupe utilisait pour cuisiner avait été mélangée avec la décoction de la sorcière ? »

« Si c’est le cas, il aurait été immédiatement remarqué par le goût... c’est ce que nous avons appris de vos recherches, » répondit Hisui. « Mais considérez ces maisons de gâteaux occidentaux ou les restaurants avec un meilleur service, vous devez avoir vu ces pots d’eau avec des citrons ou des herbes flottant dans eux. »

« Ah oui, je l’ai vu quelques fois..., » répondit Eruru.

« C’est ce qu’on appelle l’eau aromatisée aux plantes, non ? » demanda Hisui. « Comme les herbes utilisées en cuisine, elles peuvent être ajoutées à l’eau afin d’ajouter une légère saveur distinctive. Ce n’est pas du tout au niveau d’un jus de fruits, c’est encore plus ou moins fondamentalement de l’eau. La plupart des gens pensent simplement que c’est bon quand ils le boivent. Afin d’éviter de susciter des soupçons lorsque les gens buvaient de l’eau, la vice-présidente a dû consacrer beaucoup d’efforts. Même moi, je n’ai rien remarqué. Cependant, en raison des herbes dans l’eau, cela a provoqué une réaction indésirable dans le corps d’un vampire. Cela devrait être quelque chose comme ça. »

« Je vois..., » comprenant comment tout l’incident s’était produit, Eruru hocha la tête avec emphase.

« Et aussi, à l’époque où la vice-présidente a vu mon bras qui avait été griffé par le chat, elle m’a conseillé : “Méfiez-vous de l’infection”, » continua Hisui. « Mais j’utilisais des bandages pour cacher la plaie, donc la plupart des gens s’attendaient à une entorse ou une ecchymose à la place, non ? Mais dans son cas, elle le savait déjà... Elle savait comment j’étais blessé. »

« Autant que je ne veuille pas l’admettre, ce sont des déductions assez brillantes, » répliqua Eruru. « Nous n’avons aucune preuve physique, mais étant donné tous ces faits, nous avons seulement besoin d’enquêter sur son environnement. Ou lui demander en personne. Cependant, pourquoi êtes-vous si pressé ? Pourquoi ne pas nous laisser ça ? »

Tout au long de la conversation, le visage de Hisui devint de plus en plus hagard.

Quelque chose l’inquiétait encore plus que sa propre vie.

« Si nous ne nous dépêchons pas... Quelque chose de grave va arriver. Rushella fera sûrement quelque chose d’imprudent, » répondit Hisui.

†††

Partie 3

« Êtes-vous la sorcière... ? Alors, comment Hisui peut-il être guéri ? » demanda Mei.

« Pensez-vous vraiment que je vais vous le dire ? Vampire et vos semblables, fichez le camp de cette école. Et vous aussi, » répliqua Kirika.

« Je comprends maintenant... Alors je ne me retiendrai pas, » déclara Rushella.

L’affrontement entre les deux était imminent.

Kirika était vêtue de la robe rouge qu’elle avait déjà portée avant.

Ayant réalisé qu’elle était suivie, elle avait déjà fait des préparatifs.

Plutôt que d’être réfugié dans un coin sans aucun endroit où fuir, elle s’était placé son terrain de chasse pour pouvoir tuer des vampires.

« Quoi ? Cette odeur est..., » Mei avait remarqué le parfum vénéneux qui remplissait la salle de classe.

L’odeur qui avait immobilisé Rushella la dernière fois était libérée des bougies parfumées brûlantes dans les quatre coins de la pièce.

« C’est bien ça... C’est une odeur que les vampires craignent. Qu’allez-vous faire ? » demanda Kirika en souriant sans peur.

Mais Rushella avait commencé à bouger tout en étant complètement imperturbable face à cette odeur.

Voyant que sa mobilité n’était pas affectée, Kirika réalisa alors ce qui se passait.

La jeune femme... retenait simplement sa respiration.

Avec une frappe éclair de l’épée courte, la lame était venue trancher l’avant du corps de la sorcière. Instantanément, une longue incision avait été faite sur la robe.

Le corps ainsi exposé de Kirika était vêtu d’une tenue noire.

Cette couleur était représentative du mal des sorcières. Toutes les parties vitales de son corps étaient enveloppées de cuir noir qui ressemblait à des bandages couverts d’incantations magiques. Le reste de sa peau était de couleur normale et exposée à la vue de tous.

Sur sa peau se trouvait un éclat huileux brillant et glissant.

Quelque chose était étalé sur elle.

Complètement indifférente à tout ça, Rushella chargea à nouveau Kirika sans lui laisser le moindre répit. Comme si elle jouait avec elle, Kirika courait librement et sans encombre dans la salle de classe.

Ce genre de vitesse était si rapide... que même Mei ne pouvait pas la rattraper.

« Connaissez-vous l’onguent de la sorcière ? » demanda Kirika. « Une décoction secrète appliquée sur le corps dans le but de voler. Mais en réalité, elle ne produit pas un tel effet miraculeux. Mais c’est plus que suffisant pour rester loin de vous... »

Kirika n’en croyait pas ses yeux.

Rushella se rapprochait d’elle jusqu’à arriver devant elle très facilement. Ces yeux flamboyaient d’une lumière cramoisie. Les Yeux Mystiques.

Bien que les lentilles de contact de Kirika aient bloqué les effets des Yeux Mystiques...

Apparemment, en raison de la puissance excessive des yeux, les lentilles avaient commencé à se fissurer, ce qui avait amené Kirika à trouver son champ de vision fragmenté et brisé.

Comme il n’y avait pas de place pour les négociations et que les Yeux Mystiques ne fonctionnaient pas... Rushella décida de recourir à la succion du sang.

« Vous ne pouvez pas ! » cria Mei.

Les mots d’avertissement de Mei avaient été ignorés par Rushella. Rushella était comme un cheval déchaîné.

« Non..., » la peur s’était répandue sur le visage de Kirika.

Il n’émanait plus d’elle la présence d’une sorcière, elle était maintenant simplement une fille ordinaire.

Malgré les larmes qui montaient dans les yeux de Kirika, Rushella dévoila sans pitié ses crocs et les tendit vers le cou de Kirika.

« ... !! » Un visiteur inattendu avait fait irruption à travers le seuil de la porte.

Rushella ferma par réflexe les yeux et relâcha Kirika.

Une croix.

Quelqu’un avait lancé une croix massive. Et cela avait permis à sa proie si cruciale de s’échapper.

Rushella sentit le contact de Kirika disparaître de ses griffes.

« Ne vous interposez pas ! Si nous ne nous dépêchons pas, Hisui... ! » cria Rushella.

Pour éliminer l’ennemi, Rushella avait frappé avec son épée afin de poignarder l’intrus.

Vint ensuite la sensation de la lame entrant dans la chair et un léger gémissement.

« Idiote~ »

Même après avoir entendu cette voix, Rushella était restée dans un état de désorientation et n’était pas revenue à elle.

Son esprit était totalement submergé par Hisui.

Ces pensées et sentiments combinés avec ses instincts de vampire, la transformant en une bête sauvage qui ne savait qu’anéantir les ennemis se tenant devant elle.

Dans l’instant suivantes, ses lèvres furent scellées.

Dès que Rushella réalisa que ses lèvres étaient pressées contre les lèvres d’un autre, elle sentit un goût familier se répandre dans sa bouche.

Le goût du sang.

C’était le goût de sang auquel elle s’était habituée, le premier sang qu’elle avait goûté après s’être réveillée dans les temps modernes.

La sensation du sang riche et épais avait permis à Rushella de retrouver sa santé mentale.

« Ah...! » ayant secrètement peur à l’intérieur d’elle, Rushella ouvrit les yeux.

Les lèvres qui verrouillaient les siennes étaient celles de Hisui.

Celui qui se tenait devant Kirika afin de la protéger n’était nul autre que lui. Quant à l’épée courte de Rushella, elle avait été poignardée dans la poitrine d’Hisui.

« Vous... Pourquoi ? » demanda Rushella.

Hisui n’avait pas répondu, ou plutôt, il ne pouvait pas répondre, car il s’était effondré sur place.

« Pourquoi ? » redemanda Rushella.

En larmes, Rushella enlaça la tête de Hisui, caressant légèrement sa tête.

« C’est... cela a fonctionné comme je le pensais. Un pack de transfusion sanguine fabriqué à partir de mon propre sang... Kariya l’a apporté ici pour moi, c’était vraiment une bonne décision, » murmura-t-il.

« ... !? »

« Elle a dit que parce que mon groupe sanguin est si rare, je devrais en stocker en cas de besoin si par exemple j’avais des blessures inattendues. Oh eh bien... Je suppose que cela fonctionne aussi comme stockage de nourriture pour toi, » déclara Hisui.

« Toi... ! » Le visage de Rushella était couvert de larmes.

Hisui avait ressorti avec soins ses mots. « C’est bon... Parce que comme tu peux le voir, j’avais ceci dans ma poche de poitrine. »

Hisui avait tenu le petit pot contenant les cendres des restes de Miraluka. L’épée courte de Rushella avait percé le pot, provoquant la dispersion des cendres dans l’air.

« C’est ta précieuse..., » murmura Rushella.

« C’est bon. Je prévoyais à l’origine de l’utiliser comme un porte-bonheur... Mais dans ce cas, j’ai déjà ça, » répondit Hisui.

Hisui avait sorti une pièce d’or.

Un souvenir ayant une signification extraordinaire.

C’était la pièce d’or qu’il avait reçue de Rushella le premier jour où elle avait emménagé chez lui.

« Comment cela peut-il arriver, ce genre de chose... ! » s’exclama Rushella.

« ... Au fait, il y a quelque chose d’important à ne pas oublier... Pourquoi allais-tu sucer le sang de quelqu’un en dehors de moi... ? » demanda Hisui. « Je te détesterais si tu fais ça. »

« Mais, mais, tu étais déjà... ! » répondit Rushella.

« Eh bien, je suis à peine vivant. Tu devrais avoir quelque chose à dire, n’est-ce pas ? » Hisui regarda directement Rushella. Utilisant ses dernières braises de vie, il lui demanda ça.

Rushella hocha la tête à plusieurs reprises alors que des larmes coulaient de ses yeux.

« ... solé, » dit-elle.

« Je ne peux... pas t’entendre..., » répondit Hisui.

« Désolée..., » déclara Rushella.

Les larmes avaient jailli comme s’il s’agissait de la rupture d’un barrage. Alors que Rushella répétait ce mot, elle enfouit son visage contre la poitrine de Hisui.

Hisui avait forcé sa gorge à faire sortir une phrase fragmentée alors qu’il parlait à Kirika qui regardait fixement les deux autres. « Donc c’est ça... Eh bien, vous pouvez lui pardonner... N’est-ce pas... Elle s’est excusée... à présent... »

« Vous... Qu’est-ce que vous êtes... ? » répliqua Kirika.

« Je suis juste un humain et non pas un vampire, d’accord ? Vous étiez celle qui a fait une erreur. Eh bien... Être vu avec une vampire qui me mordait le cou... Un malentendu est tout simplement normal. Je suppose que pour un producteur de pommade de sorcière comme vous... Mon manque de peur pour le soleil n’allait pas vous convaincre de mon innocence. »

Effectivement.

Tout était un malentendu.

Toute personne suffisamment attentive réalisera naturellement l’identité de Rushella.

Il va sans dire qu’étant donné la relation inséparable entre Hisui et Rushella, combiné avec le fait qu’elle avait sucé son sang devant Kirika, il était naturel pour elle de conclure que Hisui était un monstre baptisé par le sang maudit.

« Basé sur la personnalité de Senpai, si vous aviez découvert qu’il y avait des vampires à l’école... Vous prendriez sûrement des mesures pour les exterminer, » continua Hisui. « Surtout que vous êtes une sorcière possédant ce pouvoir. Mais quand même, c’était assez étrange. Pourquoi avez-vous tué des chats ? Pourquoi avez-vous incinéré le condensé ? Et la mandragore... Pourquoi le planter dans le parterre de fleurs ? »

« C’est..., » commença-t-elle.

« Sans rapport... avec Rushella, » continua Hisui. « Je suppose que c’était un avertissement pour certains utilisateurs amateurs de magie noire. Senpai, vous avez consacré votre cœur et votre âme à l’école depuis longtemps. Je n’avais jamais réalisé la vérité pendant tout ce temps sans jamais penser que Senpai serait une sorcière maléfique. C’est pourquoi c’est seulement maintenant que j’ai décidé... »

Hisui avait compris.

Basé sur la manière de penser de Kirika, ainsi que sur les différents fragments de preuves, il savait qu’elle n’était pas une chasseuse de vampires, mais une autre sorte d’existence.

« La cause de l’incident... est probablement le document du Club de Recherche Occulte, » continua-t-il. « Bien que cela ne compte pas comme un grimoire, il y avait quelques sortilèges inscrits dessus. Ce livre a fini par être lu par quelqu’un et le fou a essayé d’appliquer les connaissances écrites dans le livre. Cela a abouti au début au corps des deux premiers chats. Les chats morts ont été trouvés non seulement par Kariya, mais aussi par vous, Senpai. Vous vouliez arrêter cette personne. Vous vouliez donner un avertissement. C’est pourquoi vous avez jeté cette magie pour que les autres en soient témoins. Puisque vous êtes une sorcière authentique, naturellement le sort a réussi. Ensuite, vous vous attendiez à ce que la personne ait peur après avoir approché le chat et qu’il décide de ne plus toucher à la magie. Eh bien ! Il s’est avéré que c’était moi qui suis entré dans votre piège. »

« ... C’est vrai. Voyant quelqu’un faire quelque chose de si terrible, je ne pouvais pas me tenir à l’écart sans rien faire... ! c’est pourquoi..., » répliqua Kirika.

« ... Par coïncidence, vous avez trouvé un chat qui avait été écrasé par un véhicule en mouvement, alors vous avez jeté de la magie dessus, » déclara Hisui. « Quand j’ai entendu l’histoire de Rushella, je l’avais trouvé assez étrange. Quelqu’un qui a fait quelque chose de si cruel n’aurait pas le cœur d’offrir des fleurs. En fait, c’était vous, Senpai, qui aviez offert des fleurs aux chatons, n’est-ce pas... ? »

« ... »

« Vous avez aussi fait quelque chose pour que la personne la voie. Pour qu’ainsi, la prochaine fois elle soit effrayée... Un peu de magie jetée dessus. Mais désolé, je suis devenu l’heureux gagnant cette fois si aussi, » continua Hisui.

« Vous... ! » s’exclama Kirika.

« Comme pour la mandragore... C’était probablement un accident. Horie-sensei a dit quelque chose comme... Un spécimen avait disparu. Était-ce la... mandragore ? » demanda Hisui. « L’héritage d’une sorcière, probablement laissé par ces gens du Club de Recherche Occulte. Senpai, vous devez l’avoir volée et détruite afin qu’il ne soit pas vu par les autres, non ? »

« ... C’est vrai. Mais j’ai simplement jeté la “fleur”. Comme je suis négligente..., » répondit Kirika.

« ... Puis un imbécile l’a ramassé et l’a planté dans le parterre de fleurs en tant qu’expérience, » expliqua Hisui. « En fin de compte, j’étais celui qui l’a sorti de là. Ce genre de truc enfantin n’aurait pas pu être fait par une vraie sorcière. Après cela, la représentante de classe l’a vu par hasard et pour une raison inconnue, elle a placé des feuilles dans la cuisine en tant qu’herbes. »

La voix de Hisui devint de plus en plus faible.

Il était vraiment à ses limites. La lueur de la bougie de la vie scintillait et était sur le point de s’éteindre.

« Vous... Qui êtes-vous vraiment... ? De toute évidence, vous êtes juste un humain ordinaire, mais pourquoi... !? » demanda Kirika.

« Qui sait ? Je comprends que vous voulez protéger l’école contre les vampires... Mais ce n’est pas nécessaire de le faire avec Rushella. Et aussi... Pouvez-vous nous permettre d’utiliser cette pièce ? Je mets ma vie en jeu ici en échange, » demanda Hisui.

Tout le monde restait silencieux.

Et les signes de vie disparaissaient rapidement du visage de Hisui.

« Bien que je veuille pouvoir exprimer mes griefs envers vous... Mais maintenant... Je n’en ai plus la force... Je ne peux vraiment pas continuer... Et si je dis quelque chose de haineux avant de mourir... Ce serait un peu... Donc, s’il vous plaît... Ne faites... pas attention à moi, » en finissant de dire cela, Hisui s’était effondré.

Laissant ses derniers mots insignifiants, ses dernières pensées étaient toujours prévenantes envers les autres.

L’esprit de Rushella était totalement vide alors qu’elle regardait fixement son serviteur.

D’autre part, Mei était entrée en action. « Dépêchez-vous... Dépêchez-vous et donnez-nous l’antidote ! Vous devez l’avoir avec vous, n’est-ce pas !? »

Elle s’était précipitée vers Kirika qui avait finalement été ramenée à ses sens de son état de stupeur.

« Dépêchez-vous et donnez-le-nous... Rapidement ! » Eruru pressa le canon de son arme contre la tempe de Kirika et cela même si elle savait que cette arme n’était pas autorisée à tirer sur des humains. Mais pour Hisui, c’était la seule chose qu’elle pouvait faire.

« Ah, oui. J-Je l’ai ! » Kirika avait finalement retrouvé son sang-froid et leur avait donné un petit pot contenant un liquide transparent.

Rushella l’avait instantanément arraché des mains, avait ouvert le couvercle et avait versé le liquide dans sa propre bouche sans hésitation. Puis elle l’avait transmis à Hisui au travers de sa bouche.

Dépêche-toi et réveille-toi !!

Pendant ce long baiser, elle avait prié du plus profond de son âme.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire