La Croix d’Argent et Dracula – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 4

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 2 : Recette de la Sorcière

Partie 4

Il s’agissait en quelque sorte d’une étrange sensation.

Ma conscience est dans le brouillard. Mon corps n’écoute pas non plus mes ordres, pensa Rushella. C’était comme si tout mon corps était ligoté avec des chaînes, mais en même temps, c’était différent des chaînes sacrées d’argent que j’avais déjà expérimenté.

À la place que le corps soit lié depuis l’extérieur, la chaîne semblait être produite à l’intérieur du corps.

En utilisant des termes humains, cela ressemblerait probablement à une maladie comme une grippe.

Mais il était complètement inutile de considérer une telle possibilité, car c’était tout simplement impossible.

Bien que les vampires puissent être blessés, le concept de maladie n’existait pas pour eux.

Si l’on devait vraiment forcer une comparaison, seul le désir de sang frais comptait pour quelque chose comme ça.

Même s’il s’agissait d’un phénomène ressemblant à l’instinct, il n’était pas déraisonnable de le considérer comme une maladie. Et si le sang n’était pas aspiré, le sentiment de fatigue du corps augmenterait.

Néanmoins, ce matin, elle s’en était déjà nourrie. Et à midi, cela avait peut-être été une infime quantité, mais cela avait quand même compté comme une deuxième fois.

En ce qui concerne le volume, cela devrait amplement suffire, mais son corps donnait l’impression d’être sans force.

Que m’arrive-t-il ? Que se passait-il ? pensa-t-elle.

Alors que des questions tourbillonnaient dans son esprit, un parfum doux pourrait être senti en ce moment. Il s’agissait d’un arôme envoûtant qui était si fort qu’il donnait des maux de tête.

« Que se passe... ? » murmura Rushella.

Comme si elle était guidée par l’odeur, Rushella s’était assise sur le lit. Elle avait d’abord examiné son environnement et elle constata qu’elle était actuellement dans une pièce inconnue.

Le mobilier de la chambre était blanc et propre, avec de nombreuses armoires remplies de médicaments. Il y avait des rideaux qui séparaient les lits, et même si elle n’avait jamais été là auparavant, elle savait que cela devrait être l’infirmerie.

En cherchant dans ses souvenirs, la dernière image qu’elle avait était qu’elle avait été tenue dans les bras de Hisui.

Il est probablement à côté de... Rushella regarda à la droite du lit avec ce faible espoir en tête.

Ce qui entra dans son champ de vision fut seulement le rideau blanc qui marquait les frontières entre les lits.

À travers le rideau, on pouvait voir la silhouette d’une personne.

À ce moment-là, une bouffée de cet arôme arriva jusqu’à elle. Cela ressemblait à la combustion de l’encens. De la fumée pourpre pourrait être vaguement vue flottante en haut du rideau.

« Qui êtes-vous... ? » demanda Rushella.

« Faible vampire, vous n’êtes pas digne de connaître mon nom, » la voix ressemblait en même temps à celle d’une vieille femme et d’une jeune fille. À travers le rideau, l’apparence de l’autre personne ne pouvait pas être discernée. Pas même sa silhouette ou les contours de son visage étaient apparents.

« Comment osez-vous me parler de cette manière ? Dépêchez-vous de vous montrer ! » Rushella rugit et tendit la main afin de tirer le rideau. Mais même si ses mots étaient intimidants, ses mouvements étaient lents. L’arôme perturbait ses pensées.

« ... » Elle resta sans voix. Après avoir tiré le rideau de côté... elle vit qu’il n’y avait personne.

Seul un bougeoir qui semblait très ancien avec une bougie violette brûlait. Sa flamme flamboyait doucement.

« Pourquoi... ? » Rushella murmura et remarqua en même temps que quelqu’un était derrière elle.

Puis, se retournant rapidement, elle trouva cette « personne » debout dans le coin de la pièce.

En se basant sur l’apparence, elle devrait être une femme, mais Rushella ne pouvait pas être complètement certaine. Tout cela était probablement dû à ses pensées confuses, et au fait que l’intégrité du corps de la personne était vêtue d’une étrange robe rouge, exposant seulement le visage qui était tourné vers Rushella. Sa tête était également recouverte d’une capuche qui, non seulement masquait son regard, mais rendait son expression impossible à lire.

« ... Votre tenue est vraiment pittoresque, » déclara Rushella. « À l’époque où nous, les vampires, dominions le monde, il y avait beaucoup de personnes qui vous ressemblaient, exposant une merveilleuse magie. Tout ça est présent dans ma mémoire. »

« C’est exact... Je suis une rénovatrice des arts perdus, » déclara l’autre personne. « Cependant, il n’est pas nécessaire que votre race soit ici. Pourquoi êtes-vous revenue ? Pourquoi... êtes-vous dans cette école ? »

« Qui sait ? Je voudrais aussi demander, qui suis-je en réalité ? » déclara Rushella.

« Ne plaisantez pas..., » elle sortit une main hors de sa robe, aussi blanche que de la neige. Même si son âge ne pouvait pas être déterminé par sa voix, cette peau appartenait clairement à une femme dans la fleur de l’âge.

Elle avait une sphère noire de la taille d’une bille dans sa main et l’avait lancé sur Rushella.

« ... ! » Instinctivement, Rushella avait réalisé le danger. Rushella avait glissé sa main à l’intérieur de sa jupe. Quand elle portait son uniforme, c’était là qu’elle gardait son épée courte favorite.

Avant que la sphère n’arrive sur elle, elle frappa avec son épée afin de l’intercepter. Au moment où la lame heurta la sphère, de minuscules étincelles s’étaient éparpillées alors que des flammes violettes semblaient sortir de là.

« Quoi... !? » s’exclama Rushella.

Les flammes violettes n’étaient pas grandes et elles avaient rapidement disparu dans l’air. Mais ce qui accompagna la hausse de l’intensité du parfum fut un engourdissement des cinq sens de Rushella.

« Cet arôme... Comme tout à l’heure... Mais plus fort... C’est quoi ? » demanda Rushella.

« Pour l’instant, appelez-moi juste — Sorcière, » répliqua-t-elle. « Votre race n’est pas la seule qui vit dans la société moderne. »

« Je vois... un vestige des anciens lanceurs de sorts ! Mais pourquoi me traitez-vous comme une ennemie ? » demanda Rushella.

« C’est vous qui avez pénétré dans mon territoire, » répondit la sorcière. « Fichez le camp d’ici et retournez à l’endroit d’où vous venez. Sinon — je vais vous exécuter ici. »

Puis, tout en laissant ces mots derrière elle, la sorcière fit pivoter son corps recouvert de sa longue robe et sauta par la fenêtre.

Rushella voulait lui courir après, mais son corps léthargique ne pouvait pas suivre sa volonté.

L’arôme de plus en plus intense dans la pièce rendait ses paupières de plus en plus lourdes.

Tout en serrant les dents, Rushella ne put rien faire alors que sa conscience s’enfonçait dans les ténèbres.

***

La leçon d’économie domestique avait pris fin, et maintenant, c’était une réunion en classe.

« ... Donc, la salle de biologie semble avoir un spécimen manquant. J’ai entendu dire qu’il s’agissait d’un objet précieux envoyé en cadeau par l’un des anciens professeurs, » la voix enfantine de Jyuri, la plus impropre possible pour l’enseignement, retentissait. Dans la classe. « Si quelqu’un le trouve, remettez-le à un enseignant ~. Vous devez vous demander à quoi cela ressemble. C’est semblable à ceci, conservé dans un bocal, immergé dans du formaldéhyde. La forme ressemble un peu au ginseng. Alors, s’il vous plaît, aidez-nous à le chercher. »

Peut-être parce que personne n’était intéressé par le sujet, aucun des étudiants n’avait porté une attention particulière à cette affaire.

Normalement, les leçons n’avaient presque jamais eu lieu dans la salle de biologie. Cet endroit était essentiellement équivalent à une salle de stockage. Et très probablement, en raison du conseil étudiant, ou plutôt, de l’enquête de Kirika, cette pièce allait disparaître.

« Alors le cours se conclura maintenant, » avec sa voix mignonne, Jyuri avait déclaré la conclusion des cours d’aujourd’hui.

Les élèves avaient commencé à quitter la classe les uns après les autres, partant pour rentrer chez eux ou pour se rendre à leur club. D’autre part, Mei et Eruru étaient restées dans la classe.

« ... Alors Eruru-chan, pourquoi Rushella s’est-elle sentie mal ? » demanda Mei.

« ... Je ne suis pas sûre, » répondit Eruru. « Et aussi, Sudou-san, pourriez-vous s’il vous plaît arrêter de m’appeler “Eruru-chan” ? Je suis dans la même année que vous ! »

Eruru parla tout en poussant ses lunettes, tandis que Mei protestait obstinément. « Qu’importe ? Ne me faites pas participer aux distinctions sociales stratifiées de la police. Au fait, où est Hi-kun ? »

« Il est allé voir Rushella, » répondit Eruru. « Elle est après tout une vampire, donc je ne crois pas que ce soit quelque chose de sérieux... alors, pourquoi est-il si inquiet ? »

Pendant les cours de l’après-midi, Eruru avait beaucoup réfléchi sur ça.

Si elle se sentait simplement souffrante, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter, mais pour une vampire, la chance de cela soit quelque chose d’essentiel était proche de zéro.

En d’autres termes, elle devait avoir mangé quelque chose qui avait provoqué des symptômes anormaux dans son corps de vampire.

« Avant que les symptômes apparaissent, qu’est-ce qu’elle a mangé... ? Pour commencer, il y avait le sang de Kujou-san, et cela, c’est quelque chose qui est sans danger, » déclara Eruru. « Et en plus, comme il prend en considération le fait que son sang est bu par Rushella, il évite même de manger de l’ail, n’est-ce pas ? »

« C’est vrai, » répondit Mei. « Ce type semble avoir gravé son identité de serviteur jusqu’à la moelle. Alors ça doit être la soupe épaisse ? Mais je l’ai trouvé assez savoureuse, donc, pas de problème de ce côté-là. »

« C’est la seule chose à considérer, » déclara Eruru. « Mais nous avons nous-même apporté les ingrédients et la base de la soupe a été achetée au marché. Les assaisonnements peuvent varier d’une personne à l’autre, mais cela ne devrait pas poser de problème. Naturellement, de l’ail n’a pas été rajouté à ça, n’est-ce pas ? »

« Bien sûr que non, » répondit Mei. « Hi-kun était très attentionné, et d’ailleurs, la fille elle-même l’aurait sûrement remarqué. Et à une telle distance, même votre sens de l’odorat peut remarquer cela, n’est-ce pas Eruru-chan ? »

« ... Effectivement, » répondit Eruru. « On dirait que la raison de son malaise doit sûrement être présente dans cette salle de classe d’économie domestique. Mais qu’est-ce qui peut bien lui causer ça... »

Eruru commença à sérieusement réfléchir à ça, alors que Mei la regardait avec une expression éloquente.

« ... Qu’y a-t-il ? » demanda Eruru.

« Pas grand-chose. Je suis juste surprise que vous réfléchissiez si sérieusement à propos des vampires, et c’est quand même l’objet de votre plus grande haine. Si cela s’était passé il y a longtemps, Eruru-chan, vous auriez sûrement dit que les vampires devraient juste mourir et que c’était tout ce qui m’importait... Ai-je raison ? N’avez-vous pas été influencé par Hi-kun ? »

« A-Arrêtez de vous moquer de moi ! Ce n’est pas du tout ce que vous pensez..., » Eruru murmura et évita son regard alors que Mei continuait à la regarder avec amusement. « Je-je m’inquiète tout simplement pour le problème en lui-même ! »

« Le problème en lui-même ? » demanda Mei.

« ... Les humains allaient bien, mais seule la vampire présentait des symptômes, » expliqua Eruru. « Si tout ça a été fait délibérément, alors quelqu’un doit posséder des connaissances et des compétences spécialisées pour cibler les créatures surnaturelles. »

« ... »

« Si cette personne visait seulement à détruire une créature surnaturelle, il n’y a pas trop de raisons de s’inquiéter, » continua Eruru. « Cependant, ce pouvoir... est très dangereux, extrêmement dangereux... »

Puis, voyant qu’Eruru était devenue silencieuse, Mei était également devenue sérieuse.

Après être passée à son expression solennelle, elle avait offert des encouragements en tant que collaboratrice externe de la Section des Enquêtes Surnaturelles. « Je vais vous aider, mais pas gratuitement. »

« Aucun indice précis n’a encore été trouvé, » déclara Eruru. « En tout cas, nous devrions également aller rejoindre Kujou-san. Je suis aussi un peu préoccupée par son état de santé. »

Eruru se leva de son siège. En même temps, un étrange visiteur était arrivé dans la classe.

Tout en faisant de mignons miaulements, un chaton noir s’était glissé dans la pièce.

« Oh mon dieu, quel mignon chaton ! Es-tu perdu ? » déclara Mei. Puis elle tendit la main vers le chaton noir alors qu’il essayait de le sortir de la pièce.

Elle s’était approchée du chat noir se trouvant devant eux.

Eruru ne faisait que regarder cette scène avec désinvolture, mais en se remémorant la scène d’hier, elle parla immédiatement afin d’arrêter Mei. « Arrêtez-vous... Éloignez-vous de lui ! »

« Hein !? » s’exclama Mei. Alors qu’elle tournait la tête, le chat noir apparut à côté de son visage. Il avait instantanément sauté sur son épaule.

En voyant de tels mouvements, il semblait être en apesanteur. Mei et Eruru avaient été prises de court par cet acte.

À ce moment-là, une voix provenant du chat avait clairement atteint leurs oreilles. « Vous deux... êtes-vous aussi les compagnons du vampire ? »

Les deux filles se regardèrent sous le choc.

Incontestablement, une voix humaine provenait de la bouche du chat. Elle ressemblait à celle d’une femme âgée totalement mélangée avec celle d’une jeune fille. Le seul fait certain était que cela provenait d’une femme.

« Si vous êtes les compagnons du vampire, hâtez-vous et partez d’ici ! Ou sinon... » continua le chat.

« Ou sinon !? » demanda Eruru.

Eruru s’était lentement approchée afin d’attraper le chat. Dans le pire des cas, elle n’hésiterait pas à utiliser les balles de son arme sacrée bien-aimée, Argentum. Il s’agissait d’une arme remplie avec des balles d’argent, et bien que sa spécialisée soit les vampires, elle était tout de même très efficace contre d’autres créatures surnaturelles.

« La mort, » le chat se moqua d’elles.

C’était clairement le corps d’un chat, mais le visage ressemblait à celui d’un humain. Il affichait ce qui semblait être les expressions humaines.

Face à ce regard plein de confiance, même Eruru et Mei sentirent un lambeau de terreur malgré leur courage inébranlable.

À l’instant suivant, le chat sauta depuis l’épaule de Mei et il cracha quelque chose vers le sol. Puis il avait quitté la salle de classe avec des enjambées rapides et fugaces.

« Qu’est-ce que c’était... à l’instant ? » demanda Mei.

« ... »

« Il a parlé, n’est-ce pas... ? Cela pourrait-il être, un chat-démon ? Ou l’esprit d’un chat ? » demanda Mei.

« Non, ce n’est probablement qu’un chat tout à fait ordinaire, » répondit Eruru. « La seule chose spéciale le concernant est que c’est un “familier”. Ou vous pourriez aussi l’appeler un messager. »

« Quoi... !? Eh, alors est-ce de la ventriloquie !? » demanda Mei. « Est-ce que quelqu’un en coordination avec les mouvements du chat a parlé en se tenant à proximité !? Où quelqu’un a-t-il effectué un tour de magie ? »

« Il y a certainement un truc et une astuce pour ça, mais ce n’est vraiment pas un tour de magie, » répondit Eruru.

Eruru avait attrapé un mouchoir et avait ramassé ce que le chat avait craché. Il s’agissait d’un ancien morceau de parchemin.

Après avoir étalé le parchemin qui avait été plié à plusieurs reprises, elles virent le même cercle magique dont Hisui avait été témoin hier, mais il s’agissait là d’une version de petite taille.

Eruru avait vite compris en raison de la légère puanteur provenant de là qu’il avait été fait avec du sang.

Il y avait aussi un léger arôme d’actinidia polygama [1] ainsi que diverses herbes.

« Est-ce... une chute ? Quoi !? Cela me donne l’impression d’être magique. Et le fait d’utiliser un chat noir comme un familier, c’est fondamentalement comme..., » commença Mei.

« “Sorcière”... Vous avez raison, » l’énoncé de ce mot par Eruru envoya un frisson dans la colonne vertébrale de Mei. « Nous devrions nous dépêcher et aller rejoindre Kujou-san. Une enquête doit commencer dès que possible. »

« Allons-y... ! » s’écria Mei.

Les deux filles se précipitèrent hors de la salle de classe et elles avaient couru vers l’infirmerie.

Notes

  • 1 actinidia polygama : Actinidia polygama est une espèce dioïque de lianes de la famille des Actinidiaceae. L’espèce se trouve en Asie de l’Est, plus particulièrement en Chine et au Japon. On la trouve principalement dans les zones boisées montagneuses du Japon. Connu sous le nom de Vigne d’Argent.
    Du fait de certaines substances, certains chats sont comme drogués par les feuilles d’actinidia polygama. Elles sont aussi utilisées comme sédatifs pour les lions (dans certains zoos).
    Les feuilles d’actinidia polygama peuvent aussi être consommées en infusion ou après avoir été roulés puis séchées, avec un effet stimulant désiré : le nom japonais Matatabi (マタタビ?) désigne littéralement « Voyage de nouveau », c.-à-d. on est de nouveau capable de voyager après en avoir pris.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire