La Croix d’Argent et Dracula – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 1

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 1 : La Réunion de Monstres

Partie 1

« ... Au fait, je ne me souviens pas avoir autorisé ce genre de club ? » Le quatuor agissait comme d’habitude dans la « salle des activités du club », quand une fille vint soudainement dans la pièce avant de déclarer cela.

Regardant avec dédain le quatuor surpris, elle continua à parler d’une manière encore plus impitoyable. « Alors, s’il vous plaît, renoncer à cet endroit dès maintenant. Réalisez-vous que vous occupez illégalement une salle de classe ? »

« Pourquoi ? Pourquoi mon club n’est-il pas autorisé ? Tout ce qui nous manque, c’est de confirmer le nom et la description des activités, n’est-ce pas vraie !? » Demanda Rushella.

« Permettez-moi de vous dire ceci, » répliqua-t-elle. « Dans ce cas, vous ne qualifiez même pas ce groupe de passe-temps, et encore moins de clubs ! »

Avant que les trois autres puissent même répliquer, la fille avait déjà répondu à Rushella directement en leur nom.

Cette personne exsudait une aura de dignité qui différait de Rushella. Avec des cheveux légèrement ondulés enroulés derrière sa tête, elle était vêtue de son uniforme d’une manière à la mode, mais strictement conforme aux règles. Une existence que tout le monde dans l’école connaissait.

La Vice-Présidente du Conseil des Étudiants, Kirika Uno.

Ayant rejoint le conseil des élèves en première année, elle était maintenant une étudiante de deuxième année du lycée. Aux dernières élections, elle avait été en mesure d’accéder au poste de vice-présidente.

D’après le bref échange d’introduction, il était évident que sa personnalité était dure, intransigeante et dévouée. En conséquence, le manque total de soutien de la part des étudiantes avait entraîné sa perte automatique du poste de présidente. Mais en même temps, en raison de sa combinaison de beauté, de talent et de ses manières originales, son taux d’approbation parmi les étudiants masculins aurait été le plus élevé dans l’histoire de l’école.

Parmi les membres actuels du Conseil des Étudiants, en raison du fait qu’elle était la seule à avoir de l’expérience dans tout le conseil et de sa personnalité d’homme d’affaires, les rumeurs avaient spéculé comme quoi elle était le vrai patron dans le groupe.

Face à son annonce impitoyable, Rushella avait été la première à s’opposer.

« Que se passe-t-il !? » demanda-t-elle. « Pourquoi ne pouvez-vous pas approuver notre club !? »

« Que se passe-t-il là ? Parce qu’il n’y a pas de trace de demander sur les papiers. D’ailleurs, comment envisagez-vous même d’envoyer une demande sans nom ni contenu confirmé ? » demanda Kirika. « N’est-ce pas des questions qu’il faut réglé avant de demander l’approbation ? En outre, réalisez-vous les défis à surmonter pour la création d’un club à partir de zéro comme vous le faites là ? Même si vous êtes approuvée, vous finirez par devenir à coup sûr un groupe de passe-temps sans classe pour leur club ni budget. »

Une explication totalement exacte.

Même sans sa dignité d’élève plus âgée ainsi que celle de vice-présidente du Conseil des Étudiants, son raisonnement était sans faille.

« Mmmmmmm... Vous osez me parler de cette manière, » répliqua Rushella.

« Excusez-moi, mais elle nous informe avec de bonnes informations, » déclara Hisui. « Au fait, as-tu même rempli la demande ? Selon le bon sens, le nom et les activités ne devraient-ils pas être confirmés avant que le club soit créé ? »

L’interrogation de Hisui avait fait que Rushella affichait une expression mécontente.

« Je l’ai déjà dit au principal ! » répliqua Rushella. « Je courus à son bureau et déclarai : “Je vais créer un nouveau club !” Puis, avec un regard vide, il a répondu : “Tout ira selon vos désirs...” et il l’a approuvé ! »

« Il est clair que tu as utilisé tes “Yeux Mystiques” pour le forcer à accepter ! » répliqua Hisui. « C’est encore pire que de jouer avec le système ! »

« Tais-toi ! Si le directeur est déjà d’accord, il n’y a pas de problème, pas vrai !? » dit Rushella.

« Je dis ça, mais même si nous le faisons à ta façon... L’effet des “Yeux Mystiques” ne dure qu’une journée, n’est-ce pas ? » demanda-t-il. « Se frayer un chemin jusqu’au lycée avant de devoir courir jusqu’au bureau du directeur afin d’utiliser les Yeux Mystiques chaque jour serait trop long. C’est pourquoi j’ai demandé à Kariya de prendre soin de la paperasse... »

« Hmm... Eh bien, le club ne peut pas être traité de la même manière, » répliqua Rushella.

« Vous devez créer le club correctement selon les règles de l’école, » Eruru avait affirmé ça sans expression. « Ce serait trop visible si on se mêlait de cette affaire. Et même que ce serait gênant pour nous si votre zone de déplacement s’étendait après l’école, nous ne pouvons pas vous aider dans cette affaire. »

Dans des circonstances normales, elle parlait rarement au groupe, mais ses mots étaient toujours impitoyables.

Après tout, elle ne fréquentait cette école que pour surveiller Rushella et Hisui.

 

Appartenant à une division non divulguée du Département de la police métropolitaine, en tant que consultante spéciale de la Section des Enquêtes Surnaturelles et expertes en combat contre les vampires... voici l’identité d’Eruru Kariya.

En entendant le rejet catégorique d’Eruru, Hisui ignora la moue de Rushella et n’eut d’autre choix que de tenter des négociations avec Kirika.

« Et donc, en mettant de côté l’affaire concernant le club... pourquoi êtes-vous venue ici ? » demanda-t-il

« Même si notre école a été touchée dans le passé par la baisse du taux de natalité et par la baisse des tendances du nombre d’étudiants, les inscriptions ont augmenté au cours des dernières années en raison du réaménagement de la station dans la zone, » dit-elle. « Cela en soi ne pose aucun problème. Mais en même temps, le problème des clubs opérant avec un manque de transparence a progressivement fait surface. Ma visite d’aujourd’hui pourrait être décrite comme faisant partie de mon enquête. »

« ... Que voulez-vous dire ? » demanda-t-il.

« Les clubs de sport sont fondamentalement corrects, mais nous avons des problèmes pour recenser le nombre de clubs culturels et de groupes de loisirs ainsi que leurs membres, » dit-elle. « Certains d’entre eux sont dissous dans la réalité et pourtant ils continuent à avoir un budget alloué. Il y a aussi des cas chaotiques de groupes de passe-temps en plusieurs exemplaires effectuant des activités similaires. Et encore plus outrageusement, il y a des clubs dont les activités et l’existence sont encore inconnues. Étant donné la malveillance de ces personnes, on pourrait facilement détourner le budget du club de l’école sous le couvert d’autres clubs. »

« ... je vois. C’est vraiment un problème, » dit-il.

« Beaucoup d’enseignants qui étaient autrefois conseillers de club ont quitté l’école pour diverses raisons telles que la retraite ou l’abandon, » continua-t-elle. « Pour être honnête, l’administration de l’école n’a aucun moyen de connaître la situation réelle de tous les clubs. Par conséquent, le Conseil des Étudiants a décidé de mener une enquête. Comprenez-vous maintenant ? »

« ... Je comprends, » dit-il.

Il n’y avait clairement aucune place pour des négociations.

Manipulé avec négligence, ce problème pourrait finir par faire de l’école entière leur ennemi.

« Même si les salles de classe peuvent être actuellement inutilisées, compte tenu de l’augmentation du nombre d’étudiants qui va aller en augmentation, nous devons commencer à les gérer afin qu’elles puissent être distribuées de manière logique selon les besoins, » dit-elle. « Ou peut-être, une fois l’enquête sur les clubs terminée, les salles de classe peuvent être retournées à l’administration de l’école, pour être assignées à des clubs officiellement reconnus. Dans tous les cas, nous ne pouvons pas vous laisser utiliser cette salle de classe pour des activités complètement improductives d’un groupe qui ne se qualifie même pas comme étant un club. »

« ... Faible humaine, » murmura Rushella. « Vous osez parler de cette manière à un vampire exalté telle que moi... Eh bien ! Grâce à mes Yeux Mystiques, vous m’obéirez ! »

Face à l’attaque verbale de Kirika, Rushella qui avait gardé le silence tout ce temps murmura soudainement ces horribles mots.

Alarmé, Hisui lui tira frénétiquement la main et essaya de l’apaiser.

« Idiote, arrête-toi là..., » dit-il. « Même si tu l’obliges à faire ça en maintenant, elle va revenir, n’est-ce pas ? »

« C’est exactement comme Kujou-san l’a déclaré, » dit Eruru. « Même si vous utilisez les Yeux Mystiques pour contrôler seulement elle, il y aurait trop de cibles une fois que tout le Conseil des Étudiants et le personnel enseignant seront en mouvement. En outre, l’effet des Yeux Mystiques ne dure pas assez longtemps, ce qui entraîne un cercle vicieux. N’êtes-vous pas d’accord avec ça ? Et si vous le gérez mal, vous pouvez même exposer votre identité. »

Eruru avait pu contenir la rage de Rushella avec ces paroles emplies de raison.

Étant incapable d’objecter, Rushella n’avait d’autre choix que de rester immobile, serrant son poing.

« ... Comme je l’ai dit avant, si vous n’avez pas d’autres questions, s’il vous plaît, dépêchez-vous et... » déclara Kirika.

« Ha ! Senpai, attendez ! » Juste au moment où Kirika était sur le point de mettre fin à la conversation, Mei entra dans la discutions. « Nous comprenons l’actuelle situation. Mais n’est-ce pas méchant de nous jeter comme ça ? Même si un club non officiel ou un groupe de passe-temps non reconnu par l’école n’est pas correct, mais honnêtement, bien que nous semblions accompagner notre présidente de club qui est un peu malheureuse en ce qui concerne le cerveau, alors que nous prétendons nous engager dans des activités de club, en réalité, tout ce que nous faisons est de discuter entre nous. »

« Hé... !! » cria Rushella. « Je ne comprends pas ce que vous voulez dire par là, mais parlez-vous en mal de moi ? »

Ignorant les dents terrifiantes de Rushella qui grinçait derrière elle, Mei continua. « ... Inversement, ce que nous faisons ne cause de problèmes à personne. Il n’y a pas de règle interdisant aux élèves de bavarder dans les salles de classe après l’école, n’est-ce pas ? »

Complètement improductif.

Stupide à l’extrême.

Absolument inutile.

Dits d’une manière simple, ils étaient en train de tuer le temps.

C’est précisément à cause de cela, ils n’étaient liés par aucune règle.

Mei s’opposait à l’utilisation de la tragique vérité, un acte de réalisme impitoyable.

Au moins, jusqu’à ce que la classe ait un but officiel... ils voulaient rester ici.

Vraisemblablement, voyant à travers les intentions de Mei, Kirika avait détendu le ton de sa voix et avait répondu. « ... C’est vrai. En effet, il n’y a pas de telle règle. Cependant, les règles conseillent : “les élèves qui n’ont rien à faire doivent rapidement quitter l’école”, mais l’application de ce genre de chose est inutile. Plutôt que d’obéir à des règles sans signification, il serait plus utile de les améliorer. »

« Vous êtes d’accord, n’est-ce pas ? Alors nous pouvons... » déclara Mei.

« ... La raison pour laquelle je suis venue ici aujourd’hui n’est pas seulement dans le but d’enquêter sur les clubs et l’utilisation en classe. La semaine dernière, la boîte à plaintes du Conseil des Étudiants a été remplie de lettres anonymes concernant cette classe vide après l’école. »

« Des lettres anonymes... Qu’ont-elles dit ? » Hisui avait été le premier à demander alors que le quatuor était tombé dans la perplexité.

Kirika les avait regardés comme si elle les avait regardé grandir, puis avait continué. « Laissez-moi voir... La première lettre... une beauté plantureuse avait poussé un étudiant mince sur le sol, puis avait léché son cou avec sa langue... Il s’agissait d’un rapport d’un témoin oculaire. D’autres ont mentionné des occurrences d’acte de mordre et de lécher son cou, ou des situations hardcores qui rivalisent avec les films étrangers. »

« Qu’est-ce que vous racontez... !? » s’écria Rushella. « Dans ce lieu d’apprentissage, qui aurait osé commettre de tels actes malsains et immoraux !? »

« Je suis désolé, mais ils parlent à coup sûr de toi, » murmura Hisui. « Ceci doit être au moment où la classe d’éducation physique enseignait le basketball dans la salle de gym où tu n’avais donc pas à te soucier de la lumière du soleil. Par conséquent, tu étais dans un état d’esprit très élevé, en disant que “je suis fatiguée et que je veux boire du sang ! Alors, dépêche-toi et laisse-moi sucer ton sang !” Après l’école, tu es venue pour un gros repas de sang, tu te souviens ? »

Rushella avait montré une grande indignation alors qu’Hisui avait répliqué ça avec étonnement.

Même si cette salle de classe était relativement éloignée et peu fréquentée, en raison de la résistance désespérée de Hisui, il était possible que les personnes soient venues voir ce qui causait le bruit.

« Il y a plus que ça, » déclara Kirika. « Une beauté avec une queue de cheval, dépassant de loin les lycéennes quant à la sensualité, qui a guidé la main d’un étudiant mince vers sa poitrine, ses cuisses et même sa jupe. Ce corps séduisant était assis sur lui comme si elle faisait une danse ou quelque chose dans le genre. »

« Wôw... Pour que quelque chose comme ça se produise dans une école, » rétorqua Mei. « Cette personne doit être encore pire qu’une nymphomane ! »

« Je suis désolé, mais elle parle à coup sûr de vous, » dit-il à Mei. « Ce doit être au moment ou vous m’avez dis. “Une fois par mois, il y a toujours cette période où je suis consumée par le désir” et que vous vous jetez sur moi, n’est-ce pas ? Cette force et cet élan m’ont presque écrasé alors que je ne pouvais plus respirer, et que vous avez essayé de prendre ce jour-là ma virginité, n’est-ce pas ça ? »

Alors que Mei affichait de l’exaspération, Hisui rétorqua ça avec un visage tordu.

Grâce à l’arrivée de Rushella, sa virginité était restée intacte. Après cela, les étincelles de la guerre avaient été allumées entre les deux filles. La scène était comme un tournoi afin de gagner le trône de la créature surnaturelle la plus forte. Il était possible que les personnes soient venues voir ce qui causait ce raffut.

« En outre ! Un étudiant mince a été aperçu alors qu’il se faisait battre avec férocité par une étudiante encore plus mince et plus petite que lui, » déclara Kirika. « Malgré les excuses et les appels à la pitié de l’étudiant, la jeune fille continua sans relâche à le frapper, finissant même par le piétiner. »

« Comme c’est effrayant !! », s’exclama Eruru. « Eh bien ! Étant donné que la victime de l’agression est quand même vue comme un homme, jusqu’à quel point est-il totalement inutile et incompétent ? »

« Je suis désolé, mais elle parle à coup sûr de vous, » dit-il à Eruru. « Ça devait être au moment où j’essayais d’empêcher Rushella et Sudou de se disputer et qu’elles m’ont envoyé voler avant que vous vous acharniez sur moi. Car j’avais fini par toucher votre poitrine en raison d’un coup du destin irrésistible. C’était totalement un accident, mais vous m’avez battu sans montrer la moindre pitié, vous vous en souvenez maintenant ? »

Hisui rétorqua ça avec son visage complètement pâle.

Il pouvait se souvenir de ses cris emplis de douleur, il était donc possible que des personnes viennent voir la cause de ce bruit.

« Il y a aussi de nombreux cas similaires à ceux de “Riajuu Kujou doit mourir.”. “Kujou est un idiot.” “Je ne suis pas jaloux de lui !” En outre, il y avait même des personnes qui disaient “Au fait, ne seriez-vous pas d’accord avec le fait qu’Hisui soit plutôt mignon ?” “Pour être franc, si je devais être seul avec cet enfant... ce serait dangereux.” “Franchement... le genre compte-t-il réellement ?” et des “Hé... pouvez-vous le faire... avec moi ?” Ce genre de choses, » déclara Kirika.

« Effrayant !! » s’exclama-t-il. « Hey, qu’est-ce que c’est que ces dernières choses !? Quel genre d’attitude est-ce envers moi !? Bien sûr, je ne veux pas être l’ennemi public, mais ces regards sont encore plus terrifiants ! Qui sont ces personnes qui se plaignent ainsi de moi !? »

« Afin de protéger la vie privée de chacun, aucun de ces détails ne peut être divulgué, » dit-elle.

« Hé hé hé ! Ma virginité est en jeu ici ! » s’exclama-t-il. « D’ailleurs, n’est-ce pas aussi une mauvaise chose pour votre Conseil des Étudiants !? »

« Mis à part les relations hétérosexuelles impures, les règles de l’école ne disent rien sur les relations homosexuelles impures, » répondit-elle. « En ce qui concerne les questions de comportement liées à “H” et “L”, la position officielle du conseil étudiant est une politique de non-ingérence. »

Le dernier coup de Kirika avait complètement détruit les espoirs de Hisui.

S’effondrant afin de s’asseoir sur le sol, impuissant, il se prit la tête entre ses deux mains.

Sans même le regarder, Kirika continua de parler sans pitié aux trois autres qui étaient enracinés sur place.

« En tout cas, je vous interdis d’utiliser cette salle de classe, » dit-elle. « Si vous voulez participer aux activités du club, vous devez respecter les règles de l’école à la lettre : rassembler au moins cinq membres, confirmer le nom et les activités du club, puis aller le faire valider par le conseiller pédagogique et enfin présenter une demande au Conseil des Étudiants. Nous ferons ensuite un examen minutieux, nous veillerons à ce qu’il n’y ait pas de chevauchement avec d’autres activités de club, et nous assurerons que cela soit un thème positif. Ce n’est qu’à ce moment-là que le processus d’approbation officiel commencera. C’est tout ce que j’ai à dire, d’autres questions ? »

« ... Aucune, » Hisui répondit avec tristesse au nom de tout le groupe.

En réalité, ni Mei ni Eruru n’avaient été très affectées par ça.

Seule Rushella avait le visage empli de dégoût.

« Eh bien, vous devez immédiatement quitter cette salle. Si vous n’avez rien à faire, s’il vous plaît, veuillez rapidement quitter l’école, » déclara Kirika.

Concluant avec une grande solennité, la vice-présidente du Conseil des Étudiants, Kirika Uno, quitta la pièce.

Et ainsi, avant même qu’il ne puisse commencer officiellement, le club faisait déjà face à une crise liée à sa dissolution.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire