Kuma Kuma Kuma Bear – Tome 3 – Chapitre 65

***

Chapitre 65 : Le livre illustré : L’ours et la fille (2)

J’avais besoin de réfléchir à l’objet de l’histoire. Bien sûr, un thème sur les ours conviendrait bien, étant donné que la gamine ne voulait pas me laisser partir (un ours). Mais est-ce que je connaissais un livre d’images qui contenait des ours ? Le seul auquel je pouvais penser était l’ours qui apparaissait dans ce conte de Kintaro. La seule autre chose à laquelle je pouvais penser était cette chanson « Bear in the Woods ». J’avais essayé d’inventer des choses de mon enfance, mais j’avais réalisé qu’il n’y avait aucun moyen de se souvenir de choses dont on ne connaissait pas l’existence. Tout ce que j’avais pu faire, c’était de construire mon histoire sur la base d’une personne qui m’était proche et cher.

J’avais commencé à dessiner une fille.

Mlle Flora regardait à mes côtés. Elle s’émerveillait peut-être du fait que je dessinais, puisqu’elle était silencieuse. J’avais calqué la fille sur Fina. C’était plus facile de dessiner quand on avait une muse.

« Elle ressemble exactement à Fina, non ? »

« Eh bien, c’est parce que ça lui est vraiment arrivé. »

« Oh, c’est vraiment arrivé ? »

Fina, qui était le sujet de cette histoire, était loin, buvant nerveusement un truc que la bonne lui avait donné. Je supposais que normalement, un roturier n’aurait pas l’expérience de se faire préparer son thé par une bonne. J’avais terminé plusieurs feuilles de papier. Finalement, j’étais arrivée à la scène où l’ours (moi) faisait une apparition.

« Quel adorable ours ! »

J’avais dessiné un ours typique de dessin animé (jouant mon rôle). Celui qui faisait une apparition n’était pas moi, mais en fait un vrai ours de dessin animé.

J’aurais vraiment aimé avoir des couleurs, mais je pensais que je faisais un assez bon travail avec juste du noir et du blanc. Peut-être que la prochaine fois, j’essaierais de chercher des stylos de couleur.

« Whoa… »

Les yeux de Mlle Flora scintillèrent en regardant le dessin de l’ours.

« Quoi qu’il en soit, c’est la première fois que je vois des dessins aussi mignons. »

« Est-ce vraiment le cas ? »

« Je connais beaucoup d’artistes, mais je n’ai jamais vu de tels dessins auparavant. »

J’avais fini de dessiner la scène de la rencontre entre la fille et l’ours.

« Qu’est-ce qui arrive à la fille ? » me demanda Lady Flora.

« J’attends avec impatience le moment où je la dessinerai. »

« Alors, dépêche-toi de le dessiner, dépêche-toi ! »

J’avais commencé à dessiner les scènes suivantes. Après cela, j’avais fini les dessins sur plusieurs autres feuilles. J’avais dessiné la scène finale où la fille retournait dans sa ville et l’ours rentrait dans les bois, finissant ainsi le livre illustré.

« C’est fait… »

Il ne m’avait fallu que quelques heures pour dessiner ce qui était à peu près un tour de force. Je suppose que c’était ce à quoi il fallait s’attendre, étant donné que je n’étais pas une auteur de livres illustrés professionnelle. J’avais organisé les feuilles et les avais remis à Mlle Flora.

« C’est pour moi, Mlle ours ? »

« Je suppose que je serais plutôt contente si tu le lisais. »

« Merci, Mlle ours. »

Elle prit le livre avec joie.

« C’est bien, Mlle Flora. Je ferai relier ceci plus tard pour que les pages ne se séparent pas. »

Mlle Flora était absorbée par mon livre illustré. Le plus important était qu’elle soit heureuse. Je n’avais pas utilisé mes capacités d’ours, mais mes propres pouvoirs pour le dessiner à ce moment-là. J’avais l’impression que c’était la première fois que mes propres capacités étaient réellement utiles dans ce monde. Alors que j’étirais les muscles de mon dos et que je relâchais mes épaules, on frappa à la porte. Une femme de ménage entra.

« Lady Flora, c’est l’heure du repas. »

« Et si nous sortions aussi ? »

Ellelaura s’était levée. Je lui avais emboîté le pas.

« Tu rentres déjà à la maison, Mlle ours ? »

Quand Ellelaura avait dit à Lady Flora que nous partions, Lady Flora s’était accrochée à mes vêtements.

« Uhh, Mlle Flora, je reviendrai encore. »

« Le feras-tu vraiment ? »

« Je serai à la capitale pendant un certain temps, donc je reviendrai. »

« D’accord, je vois. »

Sa petite main lâcha mes vêtements.

« Fina, nous partons. Tu ne peux pas rester blanche comme un linge pour toujours. »

« Y-Yuna ? »

Fina était revenue à la réalité. C’était comme si elle était dans un tout autre monde jusqu’à maintenant. Je m’étais dit que Fina s’évanouirait si elle savait ce qu’il y avait dans le livre d’images, j’étais donc restée silencieuse.

Nous avions quitté Mlle Flora et le parc du château. En fin de compte, les seuls endroits que nous avions pu voir étaient le terrain d’entraînement des chevaliers et la chambre de la princesse, mais j’avais eu ma dose de château. J’avais des doutes sur le fait que Fina elle-même l’appréciait. Lorsque nous étions retournés à la maison d’ours, Noa était assise devant l’entrée principale. Lorsqu’elle nous remarqua, elle se leva et prit une pose furieuse.

« Où étiez-vous tous ? ! »

« Au château. »

Je lui avais donné une explication simple de la matinée.

« Maman ! Pourquoi vas-tu quelque part sans me le dire ? S’il te plaît, emmène-moi. »

« Mais tu ne veux pas te réveiller. De plus, nous avons décidé que nous irions au château après mon arrivée, donc il n’y avait pas moyen de t’inviter. », répondit calmement Ellelaura

« Tu aurais pu revenir à la maison ou faire quelque chose. S’il te plaît, ne me laisse pas en dehors. »

« Alors tu devrais te réveiller tôt et en pleine forme. »

« Argh… d’accord. Mais, s’il te plaît, fais en sorte de me réveiller vraiment la prochaine fois. »

« Je le ferai si tu ne me dis pas “juste un peu plus longtemps” dans ton sommeil. »

Noa était devenue rouge vif et s’était tue.

« Mais je ne peux pas croire que tu saches que nous serions ici. »

« Surilina a dit que tu marmonnais à propos d’une pizza quand tu es partie, maman. J’ai tout de suite su où tu étais allée. Mais quand je suis arrivée ici, il n’y avait personne autour. J’aimerais aussi avoir une autre pizza. »

« Eh bien, je vais en faire, tu pourrais me donner un coup de main ? »

Je m’étais dirigée vers le four à pierre et j’avais commencé à préparer la pizza. En fait, les ingrédients que j’avais préparés hier étaient encore dans la réserve d’ours, tout ce que j’avais donc à faire était de les mesurer, de mettre la garniture et de la faire cuire. J’avais terminé la préparation, le four commença à se remplir de chaleur et j’avais mis la pizza au four.

« Ça sent bon. »

« J’aimerais manger quelque chose d’aussi délicieux que ça tous les jours. »

« Tu vas devenir grosse. »

« Ça fait grossir ?! »

« Oui, vu qu’il y a beaucoup d’huile. Tu devrais en manger tout au plus quelques fois par mois. Et si tu en manges trop, tu t’en lasseras, alors il vaut mieux pratiquer la modération. »

Mais ce n’était pas comme si vous vous ennuyiez si vous aviez beaucoup de garnitures. Je devrais faire des recherches dans la capitale royale et chercher à nouveau d’autres ingrédients. La quête de riz, de soja et de miso continuait… La pizza avait fini de cuire, je l’avais donc sortie du four. Je l’avais découpée en quatre portions puis j’avais fait le service.

« Alors, je commence. »

« C’est chaud, alors fait attention », j’avais prévenu Ellelaura qui la mangeait pour la première fois. Ce ne serait pas bon si elle se brûlait.

« Oh ! C’est chaud ! Mais c’est très bon. »

Elle laissa le fromage s’étirer tout en le savourant.

« Oui, c’est délicieux », dit Fina.

Pendant que tout le monde mangeait, je m’étais préparée à en faire cuire une autre. Hier, nous nous étions gavés en essayant de manger deux pizzas à quatre. Nous étions encore quatre aujourd’hui, mais comme Ellelaura était adulte, j’avais pensé que deux seraient parfaites.

« Yuna, je peux le faire », Fina se proposa pour me donner un coup de main entre deux bouchées.

« Tu peux continuer à manger, Fina. Je vais finir ça tout de suite. »

« Mais… »

« Ne t’inquiète pas. »

« D’accord. »

Fina semblait s’excuser. Mais elle n’avait pas besoin de l’être. J’avais fini de préparer la deuxième pizza et j’avais mangé avec eux jusqu’à ce que la pizza soit cuite. Deux pizzas s’étaient avérées être la quantité idéale en présence d’un adulte. Ellelaura avait également une opinion favorable de la pizza.

« Je veux quelque chose de rafraîchissant maintenant. »

« Dans ce cas, voulez-vous du pudding pour finir le repas ? »

« Je vais en manger un ! » cria Noa tout en levant la main.

« Du pudding ? Qu’est-ce que ça peut être ? »

« C’est un aliment doux et délicieux. »

Noa commença à expliquer à ma place.

C’était plus facile de le montrer à Ellelaura, alors j’avais sorti les puddings de ma réserve d’ours.

« Est-ce du pudding ? »

« Un pour chacun d’entre vous. »

Il ne me restait plus qu’un petit stock de pudding. J’en avais mangé plusieurs sur le chemin vers la capitale et depuis que nous étions arrivés ici. Je manquais aussi d’œufs, car je les avais utilisés pour préparer les repas. Peut-être que je retournerais à Crimonia pour en acheter ?

« Qu’est-ce que c’est ? La pizza était merveilleuse, mais ce pudding est aussi délicieux ! Je pense que les gens l’achèteraient si tu te lançais dans les affaires. »

« Si tu avais un magasin, j’en achèterais tous les jours. »

Le parent et les enfants m’avaient félicitée en tandem. L’ouverture d’un magasin serait peut-être réalisable si nous avions plus d’oiseaux pour pondre, mais combien d’oiseaux avons-nous encore ? J’avais laissé Liz et Tiermina s’occuper de tout ça, je ne le savais donc pas vraiment. Une fois de retour à Crimonia, il faudrait que je pose la question.

Il semblerait qu’Ellelaura et Noa voulaient plus de pudding, mais je ne pouvais pas être aussi généreuse avec mon stock, alors elles devaient se débrouiller sans. Ce ne serait pas bon pour elles d’en faire trop de toute façon.

« Yuna, merci pour aujourd’hui », dit Ellelaura.

« Faire une excursion au château était amusant pour moi aussi. Merci beaucoup. »

Ce n’était pas un mensonge. J’avais eu plus qu’assez de plaisir à voir l’intérieur du château, même si cela avait failli causer un anévrisme à Fina. Je ne pensais pas qu’on m’appellerait dans la chambre de la princesse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire