Kuma Kuma Kuma Bear – Tome 2 – Chapitre 45

***

Chapitre 45 : L’ours devient un marchand de rang F

La guilde marchande était tout autant remplie qu’hier. Je ne voulais pas penser que tout cela était à cause de moi.

En pataugeant dans la foule, j’avais remarqué que Tiermina était aussi là. Nos regards s’étaient croisés.

« Yuna ? »

« Salut, Tiermina. Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que tu fais ici ? »

« Je suis venue voir s’ils avaient du travail à la guilde des marchands. »

« Tu cherches un travail ? »

« Oui, en fait j’espérais être réintégrée comme aventurière, mais la famille a mis son veto. Comme je sais lire, écrire et compter, j’ai pensé que je pourrais peut-être trouver un emploi qui s’oriente davantage vers cela, alors je suis venu voir si la guilde des commerçants avait un emploi. »

D’autres marmonnaient dans la foule : « Elle savait lire et écrire… »

« Et faire des maths… »

« Tiermina, serais-tu vraiment intéressée à travailler pour moi ? »

« Pour toi, Yuna ? »

« J’ai en quelque sorte lancé une nouvelle entreprise. Tu me sauverais la vie si tu pouvais m’aider. »

J’avais besoin de quelqu’un pour gérer les œufs et être un intermédiaire avec la guilde des marchands.

« Alors, en quoi consiste le travail ? »

« Je ne suis pas sûr de pouvoir l’expliquer ici… »

Il y avait beaucoup de commerçants dans les environs. C’était pénible de faire tout cela, mais je l’ai fait venir à la maison ours pour que personne n’entende parler de mon projet d’œufs.

« Alors, qu’est-ce que tu fais ? »

J’avais donné à boire à Tiermina, puis je lui avais expliqué en quoi consisterait le travail. Je lui avais raconté comment l’orphelinat gardait les kokekkos et comment ils pondaient les œufs. Je lui avais dit que je voulais vendre les œufs à la guilde des marchands.

« Quand tu dis que tu veux que je gère les choses, tu veux dire que tu veux que je gère les kokekkos ? Je n’ai jamais vraiment élevé d’oiseaux avant. »

« Les orphelins géreront les oiseaux. Je pensais que tu gérerais les ventes à la guilde des marchands. »

« Et par ventes, tu veux dire ? »

« J’étais sur le point d’aller à la guilde des commerçants pour leur proposer un contrat de vente des œufs. Je pensais que tu pourrais t’occuper de la gestion, des finances, de l’inventaire et du contrôle des coûts. Je voudrais que tu t’assures que nos livres sont bien tenus et tout ça. »

Même en en parlant, c’était tellement pénible. Si Tiermina n’acceptait pas mon offre, je devrais tout faire moi-même.

« Je comprends ce que tu dis, mais ça semble être une grosse affaire. Tu es sûr de vouloir me laisser tout ça ? »

« De toute façon, je ne connais pas beaucoup de gens dans cette ville, et je sais au moins quel genre de personne tu es. »

Quand je lui avais expliqué mon raisonnement, Tiermina souri.

« Ok, j’ai compris. J’accepte le poste. Tu t’es déjà assez occupé de mes filles et moi comme ça, et je pensais retourner travailler, je te suis donc reconnaissante de m’avoir donné cette opportunité. »

Directeur commercial acquis ! Mon travail devenait de moins en moins pénible.

Comme j’avais fini de parler avec Tiermina, j’étais retournée à la guilde des marchands pour lancer l’activité de production d’œufs. Elle débordait encore de monde. C’était toujours la même histoire. Attendre à l’entrée de la guilde des marchands comme je l’avais fait l’autre jour. Je les avais surpris à marmonner sur « l’ours ». Ils me firent un passage à ma vue.

« Yuna, tu es incroyable. »

Tiermina semblait stupéfaite à cette vue. Peut-être qu’elle ne savait pas ce qui s’était passé avec la vipère noire ?

J’étais entré dans la guilde et j’avais jeté un coup d’œil à la réception. Il y avait plusieurs personnes. J’avais essayé de chercher Milaine, mais on aurait dit qu’elle n’était pas là. C’était peut-être son jour de congé ? En fait, j’espérais trouver quelqu’un que je connaissais. Quand j’avais fait la queue aux bureaux à contrecœur, quelqu’un m’avait appelé par derrière.

« Oh, Yuna. Qu’est-ce qui t’amène ici aujourd’hui ? Et qui est-ce ? »

Je m’étais retourné, Milaine était derrière moi.

« Pourquoi m’avez-vous surprise ? »

« J’étais dehors pendant ma pause. Pourquoi êtes-vous venu à la guilde des marchands ? »

« J’avais quelque chose à vendre, donc je voulais t’en parler. »

« Et ce quelque chose, c’est ? »

Les yeux de Milaine brillaient. Excuse moi, pensais-je, c’est terrifiant.

« Dans ce cas, parlons dans une autre pièce. »

Milaine s’était accrochée à moi et m’avait traînée au loin. Tiermina nous suivi derrière.

« Alors, de quoi vouliez-vous parler ? »

Nous étions dans une petite pièce privée. Il y avait un grand bureau entouré de chaises. Nous nous étions assis en face de Milaine, j’avais sorti les œufs de mon stockage d’ours.

« Ce sont des œufs kokekko ? »

« J’aimerais commencer à vendre ces œufs. Pouvez-vous m’aider ? »

« Combien en voudriez-vous en vendre, en moyenne ? »

« Pour l’instant, entre dix et vingt par jour, mais plus tard, j’espère en avoir dans les bons jours jusqu’à mille. »

« Mille ? Comment pouvez-vous en récolter autant ? »

« En élevant des kokekkos. »

« Vous élevez des oiseaux… est-ce que c’est lié au terrain autour de l’orphelinat ? »

J’avais expliqué mon business plan.

« Alors, pensez-vous qu’il serait possible de vendre les œufs régulièrement ? »

« Voyons voir. Cela dépendra du prix, mais c’est possible. »

« Je vous laisse le choix du prix. »

Laisser le spécialiste faire ce qu’il savait faire le mieux était la bonne chose à faire. De toute façon, je ne savais pas combien valaient les œufs.

« Vous êtes sûr que c’est ce que vous voulez ? »

« De quoi faut-il s’inquiéter ? »

« Vous ferez baisser le prix si vous inondez le marché d’œufs. Il n’y a pas besoin de faire des efforts pour augmenter le nombre en circulation… »

« J’ai plusieurs raisons de faire cela, mais je veux que les gens ordinaires puissent manger des œufs. De plus, je pense que les gens finiront par comprendre que c’est l’orphelinat qui fournit les œufs. Les gens seront moins enclins à essayer de voler beaucoup d’œufs bon marché que quelques œufs coûteux. Ce serait aussi plus sûr pour les orphelins. De plus, s’ils sont moins chers, nous aurons beaucoup plus de repas à base d’œufs. »

Milaine et Tiermina avaient semblé surprises par mon explication. Apparemment, quel que soit le monde dans lequel vous vivez, exploiter une entreprise sans trop se soucier de votre marge bénéficiaire n’était pas très répandue.

Nous avions discuté toutes les trois et rédigé un contrat. Chaque jour, quelqu’un viendra chercher les œufs dans le poulailler près de l’orphelinat. Nous laisserons la fixation des prix à la guilde. Après tout, ce serait un problème s’ils étaient trop chers et ne se vendaient pas. La guilde fournirait des restes de légumes pour l’alimentation. Cela soulagerait Liz. Tiermina se chargerait essentiellement de la livraison. Nous garderions le secret sur la manière dont les œufs avaient été obtenus et sur les personnes qui les produisaient. En outre, nous avions écrit un certain « quelque chose » pour la dernière clause.

« Ce contrat est-il acceptable ? »

« Oui, c’est bon. »

« Eh bien, je vais vous inscrire à la guilde des commerçants, alors si vous voulez bien me permettre de voir votre carte de guilde. »

« Vous voulez que je m’inscrive ? »

« En général, vous devez être enregistré auprès de la guilde si vous voulez faire des affaires légitimes. »

J’aimerais qu’elle ne me regarde pas comme si elle disait « même les petits enfants savent ça. »

« Alors, vous avez seulement besoin que je m’inscrive ? »

« J’ai bien peur d’avoir aussi besoin d’inscrire Tiermina. Quand ils feront des transactions avec les œufs, ils devront vérifier vos cartes de guilde. »

« Dans ce cas, je peux utiliser la carte que la guilde des aventuriers m’a faite ? »

« Oui, toutes les cartes de guilde sont fondamentalement les mêmes. Nous ne faisons qu’ajouter des informations à la carte, afin que vous puissiez utiliser la même que celle que vous avez créée à la guilde des aventuriers. »

Tiermina et moi avions remis nos cartes de guilde à Milaine. Après les avoir prises, Milaine s’était dirigée vers un panneau de cristal dans le coin de la pièce, y avait placé les cartes et les avait traitées. Cela avait pris quelques minutes.

« Je devrais expliquer comment la guilde des commerçants et ces cartes fonctionnent. »

J’avais vérifié la carte.

Nom : Yuna

Âge : 15 ans

Classe : Ours

Rang d’aventurier : D

Rang de marchand : F

Comme d’habitude, ma classe était toujours Ours.

« Tout comme le rang d’aventurier, le rang de marchand indique votre niveau de marchand. Plus vous montez en grade, plus votre crédibilité augmente. Par conséquent, lorsque vous faites des affaires dans une nouvelle ville, un rang plus élevé vous donne un traitement préférentiel. »

« Traitement préférentiel ? »

« Par exemple, ces villes peuvent vous permettre de louer de meilleurs terrains, de vous présenter aux personnes dont vous avez besoin ou de vous procurer de meilleurs matériaux, car vous semblez être un bon investissement. »

Je vois, pensais-je. Donc ma réputation augmente avec mon rang. C’est à peu près la même chose pour les aventuriers.

« Au fait, comment puis-je augmenter mon rang ? »

« Tu augmente ton rang en contribuant à la guilde. Pour faire simple, c’est en fonction de la somme que vous percevez en impôts. »

C’était assez simple.

« Cela s’applique également à toute ville où vous allez, mais vous devrez obtenir l’autorisation de commercer à la guilde des marchands de cette ville. Si vous faites des affaires sans autorisation, vous finirez par être pénalisé, alors soyez prudente. »

En gros, ils ne voulaient pas que je fasse des affaires arbitrairement. De toute façon, je n’avais pas l’intention de m’installer dans un magasin ou quoi que ce soit d’autre en ce moment.

« De plus, comme pour la guilde des aventuriers, vous pouvez déposer de l’argent ici. Vous devez savoir que l’argent que vous déposez à la guilde des aventuriers est combiné avec le montant que vous déposez ici. Vous pouvez également retirer de l’argent auprès de l’une ou l’autre guilde. »

J’avais reçu la même explication à la guilde des aventuriers, mais je n’avais pas utilisé cette fonction. J’avais le stockage d’ours et la fortune que dieu avait convertie pour moi. Cent millions de yens supplémentaires ne feraient pas de différence si vous en aviez déjà dix milliards.

« Comment voulez-vous que nous gérions le règlement pour les œufs ? Voulez-vous que nous le fassions en liquide ? Préférez-vous déposer l’argent dans votre carte ou dans celle de Tiermina ? »

« Veuillez le déposer chez Tiermina », avais-je dit sans hésiter.

« Attends une seconde. Tu veux dire que tu déposes tout l’argent chez moi ? », a dit Tiermina.

« Eh bien oui. J’ai besoin de payer ton salaire et celui des enfants, en plus il y aura probablement des dépenses. Ce serait dommage pour moi de préparer tout l’argent à chaque fois. »

« Bien que je sois heureuse que tu me fasses confiance, je préfère ne pas être responsable de ce qui pourrait éventuellement se transformer en une grosse somme d’argent. »

« Dans ce cas, que se passe-t-il si nous décidons d’une somme d’argent fixe ? Et si nous ne déposions que le montant dont Tiermina aurait besoin dans sa carte et que nous mettions le reste sur la vôtre, Yuna ? »

« On peut faire ça ? »

« Oui, nous le faisons souvent pour les commerçants qui ont des personnes distinctes responsables du stock et de la gestion des salaires. »

Après avoir décidé du montant dont nous avions besoin pour les salaires de Tiermina et des enfants, et pour toutes les dépenses nécessaires, nous avons décidé que le reste serait déposé sur ma carte.

Comme nous avions compris comment nous allions faire avancer les choses, j’avais quitté la guilde. Si j’avais besoin de faire autre chose, je pouvais revenir plus tard. J’avais donné gratuitement à Milaine les œufs que j’avais apportés aujourd’hui pour que les précieux clients de la guilde puissent les essayer. Je devais d’abord absorber des frais avant de pouvoir commencer à en tirer profit.

Laissant la guilde derrière nous, nous nous étions rendus à l’orphelinat pour présenter Tiermina et parler de notre prochaine étape. En gros, j’avais demandé à la directrice de gérer l’orphelinat comme d’habitude. Je lui remettais les salaires que les enfants gagnaient et lui demandais de prendre les dispositions nécessaires pour leurs besoins. J’avais demandé à Liz de s’occuper des enfants et, bien sûr, j’avais décidé de ce que je lui paierais. J’avais demandé à Tiermina de gérer les œufs et l’argent. Je voulais qu’elle soit le visage des opérations quand je traitais avec la guilde des commerçants.

Quant à moi ?

Je ne lèverais même pas le petit doigt.

J’avais fait le poulailler et les murs, j’avais attrapé les oiseaux et j’avais passé le contrat avec la guilde. Je n’avais plus aucun rôle, sauf celui d’attraper plus d’oiseaux. Etant donné le fait que les attraper tous près du village serait problématique, j’allais plus loin pour me procurer les autres.

C’est pourquoi nous avions augmenté le nombre de kokekkos que nous avions à trois cents. Nous avions même fait naître quelques poussins à partir des œufs pour les élever.

Puis un jour, le seigneur Cliff m’avait rendu visite.

« Bienvenue, Seigneur Cliff. Qu’est-ce qui vous amène ? »

Je l’avais au moins accueilli poliment.

« Yuna, j’ai quelque chose à vous demander. »

« Qu’est-ce que ça pourrait être ? »

« Pourquoi ne vendez-vous pas d’œufs à la famille Fochrosé ? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire