Kuma Kuma Kuma Bear – Tome 1 – Chapitre 4

***

Chapitre 4 : L’ours agonise après s’être vu dans le miroir

Après avoir dévoré mon repas, on m’avait conduite dans une chambre au deuxième étage. Fina m’avait sauvé la vie — je devais m’assurer que je la remerciais correctement.

« Le bain est libre, vous pouvez y entrer. Mais ne tardez pas, car d’autres personnes vont attendre. », dit Elena

« J’ai compris. »

« Le petit déjeuner est servi de six à huit heures. Notez-le bien, car nous ne pouvons pas vous servir si vous êtes en retard. »

Après avoir plus ou moins tout expliqué, Elena était retournée en bas, me laissant seule dans la chambre. Ce n’était qu’une chambre pour une personne, donc ce n’était pas si grand que ça. Il y avait juste un lit et un petit bureau. Mais comme toutes mes affaires étaient dans mon inventaire, c’était plus que suffisant pour moi seule. En regardant autour de la chambre, j’avais remarqué qu’il y avait un miroir au mur. J’avais refait le tour de la pièce.

C’était embarrassant. Il n’y avait aucun doute là-dessus, j’étais habillée comme les filles de salon le font parfois chez elles. J’étais tellement gênée de me promener dehors en ressemblant à ça que j’avais pensé ne pas le faire demain.

J’avais pris mon courage à deux mains et je m’étais regardée à nouveau dans le miroir. Il y avait quelque chose d’étrange dans mon reflet.

« C’est mon vrai visage… »

Dans WFO, les avatars des joueurs avaient tous les mêmes contours de visage, mais vous pouviez changer leurs couleurs de cheveux et leurs coiffures. Mon avatar avait des nattes argentées, mais pour l’instant, j’avais de longs cheveux noirs raides qui atteignaient mes hanches. Une ermite comme moi n’allait pas vraiment se donner la peine d’aller chez le coiffeur, mes cheveux étaient donc de plus en plus longs. Les arranger me dérangeait trop, alors je les avais laissés pousser.

Le miroir reflétait mon vrai visage, ma vraie couleur de cheveux et ma vraie coiffure. Je m’étais souvenue que mon avatar mesurait dix centimètres de plus que moi, mais quand j’avais revérifié, j’avais vraiment la même taille que dans la vraie vie.

Mais je n’étais pas naine. J’étais juste un tout petit peu plus petite que la moyenne, vraiment.

Vraiment.

Même si je ne voulais pas l’admettre, vu que j’étais physiquement moi-même ici, je savais que ce n’était pas vraiment le monde du jeu. La confirmation que c’était réel me fit commencer à paniquer, jusqu’à ce que je réalise qu’il n’y avait pas de quoi paniquer.

Je n’avais pas de parents ou d’amis géniaux, personne qui me manquerait. La seule chose qui me restait dans le monde réel était l’argent que j’avais gagné grâce aux actions, et d’après la lettre du dieu de cet endroit, il avait converti cet argent en monnaie de ce monde. Les seules choses que je regrettais d’avoir perdues de mon monde précédent étaient le divertissement et la nourriture, mais il y avait probablement des choses amusantes dans ce monde, et la nourriture à l’auberge était excellente. Si je voulais redevenir une recluse, je le pouvais. Malheureusement, ce monde n’avait ni internet ni télévision, donc ce serait ennuyeux.

Mais si je considérais le monde comme un jeu, cela pourrait valoir la peine de voyager et de s’amuser.

Quand j’y avais pensé de cette façon, je commençais à me faire à l’idée.

Je me suis dit : « D’accord, je vais me préparer pour demain en prenant un bain et en me couchant pour la nuit. »

Quand j’étais allée prendre mon bain, j’avais enlevé les gants d’ours et le pyjama dans le vestiaire. Tout ce que j’avais sous eux, c’était mes sous-vêtements et mon soutien-gorge, ce qui voulait dire…

C’était tout ce que je portais quand je me promenais en ville. Donnes-moi au moins une chemise ! m’étais-je dit. En y réfléchissant, je n’avais pas de sous-vêtements pour me changer, je devrais donc en acheter. J’avais retiré ma paire actuelle… et quelque chose attira mon attention.

J’avais lentement déroulé mes sous-vêtements.

« Mais qu’est-ce que… »

Mes sous-vêtements portaient des ours, un blanc et un noir. Le dieu qui m’avait amenée dans ce monde était-il vraiment un ours ?

« Je préfère ne pas trop y penser. »

Le bain me laissa un sentiment de rajeunissement. Les longs bains étaient interdits, alors j’en étais sortie plus tôt que d’habitude. Je n’avais pas de vêtements de rechange, alors j’avais essayé de remettre les sous-vêtements et les vêtements d’ours de tout à l’heure.

« Je suppose que j’ai des courses à faire demain. »

Je m’étais soudainement souvenue de quelque chose. La description du pyjama m’avait dit que si je l’inversais du côté blanc, je retrouverais mon endurance. Afin de pouvoir voir si cela était vrai, j’avais fait exactement cela, et je l’avais mis en marche. L’effet était remarquable. Je pouvais me sentir guérie. Mon corps s’était rempli de chaleur de l’intérieur.

J’étais retournée dans ma chambre et je m’étais glissée sous les couvertures pour me reposer de la fatigue de cette journée. J’avais trouvé cela agréable et confortable.

« Bonne nuit », avais-je dit, même si personne ne pouvait l’entendre.

Je m’étais réveillée tôt, peut-être parce que je m’étais couchée tôt. Et à cause des effets de l’ours blanc, je n’étais pas du tout fatiguée. La perspective de garder l’équipement de l’ours devenait de plus en plus attrayante. Peut-être était-il maudit.

Si seulement il avait au moins l’apparence d’un ours cool.

Apparemment, j’avais un peu de temps à tuer avant le petit déjeuner. J’avais affiché mon écran d’état.

Nom : Yuna

Âge : 15 ans

Niveau : 3

Compétences : Langue du monde fantaisiste, alphabétisation du monde fantaisiste, stockage extra-dimensionnel des ours

ÉQUIPEMENT

Main droite : gant de l’ours noir (non transférable)

Main gauche : Gant de l’ours blanc (non transférable)

Pied droit : Chaussure de l’ours noir (non transférable)

Pied gauche : Chaussure de l’ours blanc (non transférable)

Vêtements : vêtements de l’ours noir et blanc (non transférables)

Sous-vêtements : Sous-vêtements d’ours (non transférables)

J’avais obtenu un équipement encore plus bizarre.

Sous-vêtements d’ours

Ils ne se saliront pas, quel que soit le nombre de fois qu’ils sont utilisés.

Un excellent article qui ne retient ni la sueur ni les odeurs.

Il grandit avec l’utilisateur.

Un équipement idéal pour une recluse ! J’étais particulièrement reconnaissante que les sous-vêtements grandissent avec moi. Je n’avais pas beaucoup de poitrine, mais j’en aurais certainement besoin au moment où j’aurai un grand porte-bagages à l’avenir. Je n’aurais pas à redimensionner mes sous-vêtements tout le temps.

Quand je descendais pour le petit-déjeuner, Elena essuyait les tables avec un chiffon à poussière.

« Bonjour. »

« Bonjour ! Puis-je manger ? »

« Oui, vous pouvez. »

Elena me regarda fixement.

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Vous êtes en blanc aujourd’hui. Ça vous va bien », me dit-elle avec un beau sourire.

Je n’étais pas gênée parce que je n’étais plus un ours noir, mais changer maintenant serait ennuyeux, j’avais donc juste pris mon petit-déjeuner dans les vêtements de l’ours blanc. Le pain et la soupe étaient délicieux.

En rentrant dans ma chambre, j’avais remis mes vêtements d’ours noir et je m’étais mise à faire une liste des choses à faire ce jour-là :

1) Acheter des vêtements de rechange (y compris des sous-vêtements).

2) Se procurer une pièce d’identité (aller à la guilde des aventuriers).

3) Acheter du matériel (je veux une épée).

4) Rassembler des informations (peut-être dans une bibliothèque ou une librairie).

5) Découvrir à quel point je suis forte (ces loups étaient faciles à tuer).

J’avais demandé à Elena où se trouvait la guilde des aventuriers, et je découvris que c’était le bâtiment situé à côté de l’endroit où Fina et moi étions allées vendre les loups. J’aurais beaucoup de mal à m’identifier, alors j’avais décidé d’y aller en premier.

À ma grande surprise, j’étais tombée directement sur Fina en sortant.

« Yuna, bonjour. »

« Fina, de quoi as-tu besoin ? »

« Je voulais te remercier encore une fois, et je me demandais comment était l’auberge. »

« C’était super. La nourriture est délicieuse, et je suis ravie qu’ils aient un bain. De toute façon, je reste pour les dix prochains jours. »

« Je suis contente que tu l’aimes. »

« Tu as réussi à t’en sortir, Fina ? »

« Oui ! J’ai demandé à ma mère de prendre les herbes. Alors, où vas-tu, Yuna ? »

« Je vais à la guilde, et puis je pensais aller faire un tour en ville », avais-je dit.

« Puis-je aller à la guilde avec toi ? »

« Ça ne me dérange pas, mais je vais juste me faire faire des papiers d’identité. »

« Je vais aussi aller à la guilde pour vérifier s’il y a du travail à la boucherie. »

« Travail à la boucherie ? »

« Je t’ai dit que je faisais du travail à la boucherie hier, non ? Celui qui me donne ce travail est M. Gentz. »

« M. Gentz ? »

« Oui, l’homme qui nous a acheté les morceaux de loup hier. Parfois, les aventuriers ramènent beaucoup de monstres sans les dépecer. Quand ça arrive, j’aide. C’est pour ça que je vais toujours m’enregistrer à la première heure tous les jours. »

« Oh, tu as bien dit quelque chose comme ça hier. »

Cette petite fille a un travail à la boucherie : dépeçait-elle les monstres ? Je suppose que ça avait du sens dans un monde fantaisiste. Je parie que personne ne s’en soucie…

« M. Gentz veille toujours sur moi. »

Peut-être que c’est un pédophile…

« Je crois que M. Gentz aime ma mère. »

Peut-être que j’ai juste l’esprit un peu détraqué. Supposer le pire des gens à partir des preuves disponibles était une mauvaise habitude pour moi.

Fina parla de M. Gentz et de sa mère alors que nous revenions vers la bâtisse où nous avions vendu les loups. Inutile de dire que j’étais la cible de tous les regards !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire