Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 5 – Chapitre 147

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 147 : Delphina, la milliardaire

J’avais placé Delphina sur le lit et je m’étais revétu de l’aura sombre tel un manteau.

Puis j’avais fait surgir une main de cette aura, et j’avais attrapé sa tête et avais « tirer ». J’avais senti quelque chose bouger, et j’avais fait sortir cette chose sombre qui était l’intérieur de Delphina.

{Tu sembles t’y être habitué depuis la première fois.}

« Eh bien, un petit peu. »

{Au contraire, il semblerait que tu y étais habitué dès le départ. As-tu déjà fait quelque chose de similaire avant ça ?}

« Hmm ? Ah, c’est un peu comme faire sortir l’intérieur d’un escargot. »

J’avais cherché dans mes souvenirs après en avoir été questionné par Éléanore. C’était un peu différent, mais d’après ce que je ressentais quand je le faisais, c’était la chose la plus proche qui me venait à l’esprit.

{Kukuku, quelle comparaison unique ! Je suis vraiment désolé pour cette femme qui est comparée à un escargot.}

« C’est toi qui m’as forcé à faire une comparaison. »

J’avais légèrement tapoté Éléanore avec un doigt, et un son clair et beau avait retenti dans toute la pièce.

J’avais laissé revenir en moi l’aura sombre après ça. L’ombre que j’avais sortie du corps de Delphina flottait dans les airs et volait dans la pièce comme un ballon se déplaçant selon un courant d’air.

Cette chose s’était également approchée de Delphina, mais elle n’avait pas été la posséder (elle avait essayé, mais je l’avais arrêtée), et elle avait donc flotté dans la zone. Finalement, elle semblait graduellement se fondre dans l’air avant de disparaître totalement sans laisser la moindre trace.

{On dirait qu’il ne retourne pas dans son hôte précédent.}

« Cela semble être le cas. »

{Cela ressemble beaucoup à cette chose que tu avais retirée de cet homme. Et c’est également la même chose avec ces types que tu as rencontrés jusqu’à maintenant. Ceci devrait donc être décrit comme de la prolifération, et non pas une division d’une même masse.}

« Tu dis que la même chose naîtrait de l’intérieur d’un humain à moins qu'il été nettoyé d'une certaine manière ? »

{De la façon dont la situation se présente, oui.}

« Donc cela serait inutile si elle n’était pas éradiquée en une fois, hein. »

{Ou peut-être, éradiquer la source qui existe quelque part devrait suffire.}

« Est-ce qu’une telle source existe vraiment ? »

{Cela devrait être le cas.}

J’avais l’impression qu’Éléanore roulait des yeux en se moquant de moi.

{Cela semble avoir été mis en place intentionnellement. Cela ne devrait pas être naturel.}

« Comme tu l’avais fait autrefois, hmm. »

{Hmm}

Éléanore ne l’avait pas confirmé ou nié, mais il semblerait que c’était bien le cas. Ce serait encore plus convaincant si elle pouvait le dire parce qu’elle l’avait déjà fait.

« Nous allons extirper cette source dès que possible. »

{Je savais que tu dirais cela.}

Le rire d’Éléanore qui semblait approuver ce que je disais résonnait dans ma tête.

Après un moment, Delphina s’était réveillée.

Elle avait ouvert les yeux et avec des yeux légèrement vides, elle regarda autour d’elle.

« Monsieur... Kakeru. »

« Tu t’es réveillé, hein. Comment vas-tu ? »

« ... Je suis toujours vivante, hein ? »

« Tu es peut-être déjà morte, et cela pourrait déjà être le monde souterrain. »

« S’il vous plaît, arrêtez de plaisanter. Il n’y a aucune chance que quelque chose vous arrive et que vous tombiez dans le monde souterrain. Comme vous êtes là, cela doit toujours être le monde mortel. »

« Comme c’est naïf. »

« Que voulez-vous dire ? »

« J’ai peut-être trouvé un procédé et j’ai envahi le monde souterrain que tu connais ? »

« Je vois. C’est vrai. C’est tout à fait possible. »

Delphina avait soulevé son corps en souriant.

Son teint n’était pas si bien que ça, mais ce n’était pas si horrible qu’avant. C’était comme si elle venait de se remettre d’un léger rhume.

« ... Entendu ? »

« Hein ? »

« Avez-vous entendu l’histoire de cet homme ? »

« Pas du tout. Il a perdu sa conscience après que cette chose sombre soit sortie de lui. Et depuis, il ne s’est toujours pas réveillé. »

« Est-ce vrai... »

« Le connais-tu ? »

« Je ne l’avais rencontré qu’une fois dans le passé. Alors, tout au plus, je pourrais le considérer comme une simple connaissance. »

« De quoi s’agit-il ? Ce sou au sujet duquel il faisait toute une histoire. Est-ce bien l’unité d’argent d’Aegina ? »

« Oui. »

Delphina sourit avec le sourire le plus faible qu’elle m’ait montré jusqu’à maintenant.

« Moi, j’ai été une fois mise en vente pour 1 sou. Et pour couronner le tout, je n’avais pas été achetée. »

« Je vois. Cet homme était quelqu’un qui avait échoué à t’acheter à ce moment-là, n’est-ce pas ? »

« Exacte. »

« Ce type, quel gaspillage il avait fait. S’il t’avait achetée pour 1 sou à ce moment-là, il l’aurait multiplié des millions de fois. »

« Je me demande si cela aurait vraiment été le cas »

Delphina sourit gracieusement.

Elle m’avait regardé en souriant, alors qu’elle était restée silencieuse.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » lui demandai-je.

« Monsieur Kakeru »

Elle avait appelé mon nom, avec un ton grave qu’elle n’avait jamais montré jusqu’à maintenant, et avec des yeux fermes et provocants.

« Pourquoi voulez-vous m’acheter ? »

« Parce que tu es une femme capable »

« Mais pourquoi le faire vu que vous pouvez m’obtenir sans m’acheter ? »

{Kukuku, après tout, son cœur était tombé à tes pieds depuis si longtemps.}

J’avais légèrement poussé Éléanore avec un doigt. Ne détruis pas l’atmosphère.

« Pourquoi, vous accommodez-vous de cette règle que j’ai faite, et essayez-vous de m’acheter ? Pourquoi faites-vous cela ? Pourquoi n’utilisez-vous pas la force ? Pourquoi, n’essayez-vous pas de m’obtenir en contournant le problème ? »

« Parce que tu es une femme capable. »

« Eh ? »

J’avais répété les mêmes mots, et Delphina m’avait regardé en étant abasourdie et sans voix.

« Je ferais l’amour avec des femmes capables tant qu’elles sont des femmes agréables. C’est pourquoi je m’accommoderais de toutes leurs règles. Personne ne mange sa nourriture crue, car tout le monde sait que c’est délicieux quand elle est cuite. »

« Juste pour cette raison... vous vous accommodez avec cette condition gênante ? »

{Elle est consciente que c’est problématique.}

J’avais fait taire Éléanore d’un coup de doigt, car elle ne pouvait absolument comprendre l’ambiance en cours.

« Oui, c’est vrai. »

« Monsieur Kakeru... »

Delphina m’avait regardé.

Delphina Avare (croqueuse d’argent) Lanmari.

Ce n’était pas comme si elle n’avait jamais douté de la façon dont elle vivait. Et bien qu’elle traitait l’argent comme un tout, elle comprenait aussi que « l’acheter avec tous ses atouts » n’était qu’une entorse insignifiante.

Mais même ainsi, elle ne pouvait pas s’arrêter.

Il y a des moments où elle pensait qu’elle devrait s’arrêter. Cela n’avait fait que s’amplifier depuis qu’elle avait rencontré le porteur de l’Épée Démoniaque, qui avait volé sa pureté ainsi que son cœur.

Il s’agissait de la première fois qu’elle voulait reprendre ses mots. Elle avait également pensé que, tout comme les autres femmes, gémir sous un homme inconditionnellement pouvait aussi être plein de charme.

Malgré tout, elle était devenue encore plus têtue, pensant qu’elle devait être une femme qui épouserait le porteur de l’Épée Démoniaque

Delphina oscillait entre l’enfer de son entêtement et ses vrais sentiments.

Ces entêtements et ses vrais sentiments, ils étaient sur le point de devenir un.

« Kakeru. »

« Oui ? »

« Voulez-vous vraiment m’acheter ? »

« C’est ce que je prévois. »

« Peu importe combien cela coûterait ? »

« Tout à fait. »

« Même si je résiste à cela et que j’augmente encore plus mes actifs ? »

« Plus tu seras une femme puissante, mieux ce sera »

« Je... vais vraiment résister, vous savez ? »

« N’étais-tu pas sérieuse jusqu’à maintenant ? »

« Avoir une vague idée de la manière de gagner des profits, et générer des profits afin d’acquérir des bénéfices est différent. »

« Je vois. »

Je ne comprenais pas vraiment, et même s’il s’agissait de la même conversation que nous avions faite auparavant, le sérieux que j’avais pu ressentir de Delphina était complètement différent.

Elle gagnerait plus de profits pour être achetée plus cher possible.

Elle me demandait. « Cela ira ainsi de plus en plus loin si je fais de mon mieux. Mais puis-je le faire de mon mieux ? »

Ma réponse était évidente.

« Fais-le sérieusement »

« Vous êtes vraiment une personne étrange. »

« Vraiment ? C’est tout à fait normal. »

« Et qu’en est-il si je demande votre coopération ? »

« La coopération ? Qu’est-ce que c’est, dis-le-moi. »

« Voulez-vous m’acheter ? Dix mille sous pour chaque nuit. »

Delphina me regarda droit dans les yeux.

Ses yeux étaient terriblement sérieux.

« C’est comme si tu parlais à la manière des prostituées »

« Alors cela serait plutôt comme une prostituée de luxe ? Avec dix mille sous, vous pourriez acheter dix mille filles de la périphérie avec ça pour une nuit. »

« Si je paye avec de l’argent, ça deviendra aussi ton atout, n’est-ce pas ? »

« Tout à fait. Et du même coup, je serais capable de diminuer votre fortune. »

« La différence va grossir avec tes gains et mes pertes, hein »

Intéressant. Comme je l’avais pensé, Delphina était intéressante.

Et... c’est une femme capable.

Elle était différente de mes autres femmes, mais c’était une femme compétente.

Je la voulais de plus en plus.

« Qu’est-ce que vous en pensez ? »

« Je t’achèterai. »

« Vraiment ? »

« Tout à fait. Viens à moi à tout moment si tu veux te vendre. »

« Kakeru, vous êtes... vraiment une personne étrange »

Alors que Delphina murmurait ça, elle avait des yeux qui semblaient complètement engoués.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Bonjour et merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre.

  4. Merci pour le chapitre

  5. Je signale un s en trop en fin de chapitre :

    Elle gagnerait plus de profits pour être achetée plus cher possible''s''.

Laisser un commentaire