Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 3 – Chapitre 80

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 80 : La deuxième fois

J’avais l’impression que cela faisait un moment que j’étais arrivé dans la pièce de la loterie.

Ceux qui étaient présents étaient Hikari, moi, et Éléanore qui ne pouvait que se transformer en forme humaine qu’ici.

Hikari enlaçait sa mère Éléanore après avoir dit : « Me voici ! »

« Waaa〜 » les yeux d’Hikari brillaient.

« Que se passe-t-il ? » demanda Éléanore. Cette fille, le coin de ses yeux s’adoucissait, et le ton de sa voix devenait doux quand elle était en contact avec Hikari.

Mais elle se mettrait en colère si je lui en faisais la remarque, donc je n’allais rien dire.

« Regarde, regarde, les cheveux d’Hikari, » déclara Hikari.

« Tes cheveux ? » demanda Éléanore.

« Oui ! Les cheveux d’Hikari, ils sont maintenant de la même longueur que ceux de ma maman ! » déclara Hikari.

J’avais regardé les deux filles qui étaient collées l’une contre l’autre.

L’apparence humaine d’Éléanore ressemblait beaucoup à celle d’une enfant, et bien qu’elle soit très petite, ses cheveux étaient très longs, et ils atteignaient l’arrière de ses genoux.

Et apparemment, les cheveux de Hikari atteignaient eux aussi l’arrière de ses genoux.

Et vu que la longueur de leurs cheveux était maintenant les mêmes, Hikari était très heureuse.

« Je suis contente pour toi, » déclara Éléanore.

« Oui ! Je vais faire en sorte qu’ils soient toujours ainsi, » déclara Hikari.

« Ça ne me dérange pas si tu fais ça. Mais Hikari, tu devrais changer de coiffure et ainsi devenir encore plus belle, » déclara Éléanore.

« Non, car ressembler à ma maman est la meilleure des choses possibles ! » répondit Hikari.

« Vraiment ? » demanda Éléanore.

Le regard d’Éléanore devient de plus en plus empli d’amour. Elle caressait la tête de Hikari qui l’enlaçait fermement.

La mère l’Épée Démoniaque et sa fille, elles étaient vraiment liées.

« Hmm... combien de fois devrais-je vous le dire ? » J’avais entendu la voix de la femme du personnel qui se tenait un peu loin de moi.

Elle levait souvent les yeux vers le plafond puis nous observait.

« Pourriez-vous ne pas étaler votre lien familial non standard ici ? » demanda-t-elle. « Nous sommes vraiment troublés quand vous faites ça. »

« S’il vous plaît, pourriez-vous le supporter un peu plus longtemps ? Il s’agit du seul endroit où Hikari peut agir ainsi avec elle, » dis-je.

« Ne m’appelle pas “elle” ! » Éléanore avait protesté... mais, son regard était très doux.

Et Hikari qui faisait un câlin à Éléanore faisait un visage souriant à souhait. Franchement, elle était 777 fois plus mignonne qu’Éléanore.

Est-ce que la femme du personnel pensait ça, car elle avait regardé le sourire de Hikari, puis elle avait annoncé. « Oh franchement, je ne peux rien faire face à ça. Alors c’est d’accord si cela ne dure pas trop longtemps. »

« Désolé, » dis-je.

« Plutôt que de parler de ça... Aujourd’hui, il s’agit du dernier jour pour la loterie limitée, » la femme avait repris son calme et avait déclaré ça.

« C’est déjà le dernier jour, cela s’est écoulé si vite ! » dis-je.

« Eh oui, c’est déjà la fin. Cher client, vous n’êtes pas venu récemment. Étiez-vous occupé ? » demanda la femme.

« Oui, on peut le dire ainsi, » dis-je.

« Ce sera le dernier jour pour acquérir cette compétence, alors s’il vous plaît, faites de votre mieux pour l’obtenir, » répondit-elle.

Je m’étais senti gonflé à bloc en entendant que c’était le dernier jour, car tout comme ce que la femme avait dit, je voulais vraiment l’obtenir.

Le nombre de billets de loterie que j’avais était de 20.

20 tickets que j’avais collectés en achetant beaucoup de choses, et en faisant que les esclaves-soldats se battent contre l’armée des morts-vivants.

Je serai donc capable de jouer 22 fois.

J’avais encore regardé la liste des prix.

Quand je pensais à la scène avec la mère et la fille qui se trouvait à côté de moi, cela me réchauffait le cœur.

– Prix de participation : Boule magique (Blanche)

– Cinquième Prix : Boule magique (Noire)

– Quatrième prix : Attaque supplémentaire 1 %, 3 fois

– Troisième prix : Attaque supplémentaire 3 %, 3 fois

– Deuxième prix : Attaque supplémentaire 10 %, 3 fois

– Premier prix « — » : Attaque supplémentaire 100 %, non inclus dans les 3 fois

Il y avait un signe « — » au niveau du premier prix que j’avais déjà obtenu la dernière fois.

Comme il s’agissait du premier prix, cela voulait probablement dire qu’il n’y avait qu’un seul en stock, et qu’il n’y en avait plus depuis que je l’avais obtenu.

Si c’était le cas, celui que je devrais viser devrait être le deuxième prix.

Je ressentais déjà la force de l’attaque supplémentaire. Cela avait plus d’effets que ce que le pourcentage indiquait.

Je voulais vraiment en donner un à Nana qui attaquait souvent.

Le 100 % serait encore mieux, mais je ne pouvais pas y faire grand-chose vu qu’il n'y en avait plus. Je devrais probablement jouer maintenant, et voir avec dix essais.

J’avais alors réfléchi à cela. Et quand j’étais sur le point de donner les billets de loterie.

« Je suis de retour ! » l’homme aux tentacules était apparu à ce moment-là. « Salut, cela fait un moment depuis la dernière fois. »

« Bonjour, tout à fait, » répondis-je.

« Êtes-vous venu vous aussi pour jouer ? » demanda-t-il.

« Tout à fait, car après tout, c’est le dernier jour, » dis-je. « Vous allez l’air de vouloir effectuer beaucoup de tirages à la loterie cette fois encore ! »

« Vous avez raison. J’en ai préparé 300, » tout en disant ça, l’homme avait sorti une très grosse liasse de billets de loterie. C’était même plus à ce niveau-là, cela ressemblait plus à un bloc de papier.

Comme d’habitude, cette personne était fantastique.

« Qui va jouer en premier ? » demanda l’homme.

J’avais jeté un coup d’œil à Éléanore et Hikari qui étaient encore dans leur charmante scène familiale.

« Aller en premier si vous le voulez. C’est mieux que je sois le dernier, » dis-je en pointant du doigt Éléanore et Hikari.

Elles seraient en mesure d’avoir une réunion réconfortante plus longtemps si je jouais plus tard.

L’homme avait compris ce que je sous-entendais, et la femme du personnel avait eu une expression amère.

« Alors, jouons sans retenue, » annonça l’homme en tendant les trois cents billets de loterie.

La femme se mit alors à tous les compter.

« C’est parfait. Il y a bien trois cents billets. Vous pouvez donc jouer 330 fois, » annonça la femme.

« Super ! Allons-y ! » dit-il.

L’homme avait très rapidement fait tourner la machine de loterie.

Les boules sortaient à vive allure hors de cette machine.

La plupart d’entre elles étaient des boules de magie blanche, et il y avait parfois un troisième prix et un quatrième prix.

« UOOOOOOOOO!! »

Quand il avait passé à travers une centaine d’essais, pour une raison inconnue, la vitesse de fonctionnement de l’homme avait augmenté.

« Awawawawa, C-Cher client, je ne peux pas compter si c’est comme ça, » déclara la femme.

« Ne vous inquiétez pas ! » répondit l’homme. « Je compte correctement le nombre de mes essais. Je ne joue pas pour le spectacle. » L’homme avait dit cela puis il avait encore augmenté sa vitesse.

Les balles étaient continuellement sorties... et sa main s’était finalement arrêtée.

« Cela fait 329 fois avec celle-là, qu’en pensez-vous ? » demanda l’homme.

« Euhh..., » la femme du personnel comptait le nombre de boules sorties.

« Oui... il y a bien 329 boules là, » dit-il après avoir vu la femme manipuler les boules.

« Hehe, vous êtes fantastique de compter si vite, » déclara-t-elle.

« Je m’y suis habitué. Mais je n’ai toujours pas eu le deuxième prix, » déclara l’homme.

« Je l’ai vu, » déclara la femme.

« Bon, faisons le dernier tirage ! » annonça-t-il en tirant sur le levier.

*GaraGaraGara*ーー*Poton !*

« Toutes nos félicitations ! Voici le deuxième prix ! » annonça la femme.

« UOOOOOOO!! Je l’ai eu !!!! » cria l’homme. L’homme était très heureux et il quitta la zone de la loterie après avoir reçu les différents prix.

En y pensant, c’était peut-être la première fois que je le voyais aussi heureux.

Et après tout, il y avait quelque chose de négatif qui se produisait chaque fois qu’il était venu jusqu’à maintenant

Après le départ de l’homme, le personnel avait écrit quelque chose sur la liste des prix.

– Deuxième prix « — » : Attaque supplémentaire 10 %, 3 fois

« Lui aussi est-il épuisé ? » demandai-je.

« Tout à fait. C’était le dernier disponible, » répondit-elle.

« Je vois, » dis-je.

Je ne pouvais pas y faire grand-chose. Le troisième prix était quand même pas mal.

Pour Nana, la partie la plus importante était après tout la partie « additionnelle ».

20 billets de loterie, et 22 tirages.

En regardant la manière dont les 330 essais de l’homme avaient fonctionné, il y avait eu un moment où des boules magiques étaient sorties des dizaines de fois consécutivement, alors j’avais prié pour que cela ne soit pas comme ça pour moi.

« Hikari, Éléanore, voulez-vous jouer ? » demandai-je.

« Qu’est-ce que tu en penses ? » demanda Éléanore.

« J’y vais ! » déclara Hikari avec un sourire innocent.

Comme d’habitude, la femme du personnel avait préparé un petit escabeau, puis Éléanore et Hikari étaient allées ensemble avant d’attraper toutes les deux le levier.

Et ainsi, elles firent tourner la loterie.

*GaraGaraGara*ーー*GaraGaraGara*...

La balle n’était pas sortie de là.

« Hein !? » s’exclama Hikari.

« Que se passe-t-il ? » demanda Éléanore.

Après avoir dit ça, elles avaient toutes les deux regardé la femme du personnel. Quand elle vit ça, la femme se mit à vérifier la machine. Et d’un coup, elle fit un visage montrant sa grande surprise.

« Je suis désolée, mais c’est vide, » répondit-elle.

« Hein !? Alors ça veut dire que la personne d’avant a tout obtenu ? » demandai-je.

« Oui, » répondit-elle.

« Oi, oi... eh bien, on aurait pu s’y attendre après 330 essais, » dis-je.

« Je suis vraiment désolée, je vais rapidement aller le réapprovisionner, » déclara-t-elle.

« D’accord, » dis-je.

Après qu’elle eut dit ça, elle partit remplir la machine. Après ça, Éléanore et Hikari purent à nouveau jouer.

*GaraGaraGara*ーー*Poton !*

Une balle était sortie, la cloche avait alors sonné.

« Félicitations, vous avez obtenu le premier prix, » annonça-t-elle.

« ... Hein !? » j’étais vraiment surpris d’avoir obtenu le premier prix.

Le premier prix qui était épuisé était bel et bien sorti.

... était-ce parce que la machine avait été réapprovisionnée ?

Alors que j’étais confus, Hikari était très heureuse d’avoir obtenu le premier prix.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

10 commentaires




  1. 0



    0

    Mais lol merci au Ghana tellement le ticket




  2. 2



    0

    Merci pour le chapitre. Et comme d'habitude le héros à trop de chance.

  3. kurokagespirit



    0



    0

    Merci pour le chapitre.




  4. 0



    0

    Merci pour le chapitre
    Ps:peut être un coup de la femme pour l'adorable hikari




  5. 0



    0

    Merci pour le chapitre !




  6. 0



    0

    Merci pour le chapitre.




  7. 0



    0

    En saura t'on un peu plus sur l'organisation et but de cette loterie dans le futur ?




    • 0



      0

      Malheureusement on en sait pas plus là ou j'en suis aussi, mais je ne me suis jamais penché sur cette question non plus. Il y a plein de point d'ombre dans ce LN (même si j'ai quelques débuts de réponse)

      Parmi ces points
      - Quel est le rôle de l'homme aux tentacules
      -Qui est derrière la tentative d'enlèvement de la Princesse Héléna, de la trahison de son armée, des trois eunuques et de la fauuse reine
      -Quel est le passé de Myu la servante
      -Ou se situe la loterie, dans quel monde parrallèle, et pourquoi on ne peut voir Eleanore se changer que là bas
      -Si Eleanore devient humaine, sera t'elle la reine de tous les royaumes existants avec Kakeru ??

      Voilà




  8. 0



    0

    Merci pour le chapitre 🙂




  9. 0



    0

    merci pour le chapitre

Laisser un commentaire