Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 10 – Chapitre 283

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 283 : Un kidnapping raté

J’étais retourné dans la pièce où j’avais amené les religieuses.

Toutes les femmes avec qui j’avais couché, toutes les vingt étaient toujours inconscientes.

Leur apparence et leurs atours étaient revenus à ce qu’elles étaient avant.

Pendant qu’elles étaient évanouies, les servantes du palais nettoyaient leur corps et les habillaient.

C’était pourquoi elles étaient revenues dans l’état dont elles avaient l’air avant.

{Un ticket de loterie était tombé.}

« Oui. »

J’avais hoché la tête et je m’étais approché des femmes avec qui j’avais fait l’amour.

C’était des femmes avec qui j’avais eu des relations sexuelles pour la première fois, alors il y avait des billets de loterie qui étaient tombés. Je les avais ramassées et il y en avait juste une vingtaine.

Je les avais gardés dans mon entrepôt de dimension parallèle et j’avais sorti ma plume de téléportation.

J’avais enveloppé tout le monde avec mon aura de camouflage et je m’étais téléporté à l’église d’Ainon.

L’église semblait plus vide que d’habitude.

Les hommes étaient dehors pour enseigner et les femmes que j’avais apportées venaient de rentrer.

Au lieu de cela, il y avait une personne inattendue.

« Hikari »

C’était Hikari qui était là.

Elle serrait Chibi Dragon sur ses genoux et balança ses pieds alors qu’elle était assise sur le banc de l’église.

Elle avait l’air super mignonne... elle gagnerait sans aucun doute les meilleurs prix si je capturais ce moment avec une photo.

Cependant, Hikari n’avait pas réagi quand je l’avais appelée.

{Tu es vraiment un papa poule. Hikari ne peut pas te voir si tu ne retires pas l’aura.}

« Maintenant que tu l’as mentionné. »

L’aura de camouflage utilisait les pouvoirs d’Éléanore.

Il était impossible à quelqu’un de me voir à moins d’avoir un pouvoir égal ou supérieur à celui d’Éléanore.

Bien qu’elles soient mère et fille, ce n’était pas une exception.

Et Hikari n’avait pas encore atteint le niveau d’Éléanore, alors naturellement, elle ne pouvait pas voir à travers. J’avais enlevé mon aura de camouflage et j’avais appelé à nouveau Hikari.

« Hikari »

« Papa. Je pensais te rencontrer si je t’attendais ici. »

« Tu m’attendais ? »

« Oui ! Je suis venu jouer ici avec O-chan, alors j’attendais papa. »

« Est-ce vrai ? »

Cela devait être un voyage inimaginable quand vous pensiez à l’apparence de la jeune Hikari.

Il y avait une longue distance entre mon manoir à Reiusu et Ainon. Ce n’était pas à une distance où les enfants allaient et venaient par hasard.

Mais quand je pensais à ça, Chibi Dragon avait crié « myu~, myu~. »

« Je suis monté sur le dos d’O-chan. »

« Je vois. »

J’avais imaginé cette scène et je tapotais la tête d’Hikari.

Après notre voyage vers le passé, Hikari avait appris à rendre à Chibi Dragon sa forme originale, celle du Roi Dragon Olivia.

Le dragon qui était la vraie forme d’Olivia.

J’avais vu Hikari sur son dos ou accroché à son cou plusieurs fois.

Quand vous pensiez à quelle vitesse Olivia volait, on pouvait dire que le déplacement avait été très court

Et cette Olivia... Chibi Dragon avait l’air un peu différente que d’habitude.

Elle n’était pas nue, mais elle portait des vêtements.

Elle portait des vêtements pendant qu’elle était sous la forme Chibi Dragon.

C’était comme si un chien portait aussi des vêtements.

« Tu sais, O-chan a dit qu’elle voulait venir avec des vêtements de style occidental. Comment a-t-elle l’air, papa ? »

« Bien sûr, elle est très mignonne. »

{Hey, tapoter Hikari après ce que tu as dit est étrange}

Éléanore l’avait souligné, mais comme d’habitude je l’avais ignorée.

Après avoir tapoté la tête de Hikari pendant un moment.

« Maintenant, je devrais aller voir Caroline »

« Hikari viendra aussi. »

J’avais tenu la main d’Hikari et j’étais allé plus profondément à l’intérieur de l’église.

Je m’étais dirigé directement vers la chambre de Caroline et j’avais frappé à la porte.

Il n’y avait pas de réaction.

« Je me demande si Onee-chan dort ~ »

« Qui sait... je viens voir Caroline »

J’avais ouvert la porte après avoir dit ça.

Ce que j’avais vu était une scène inattendue.

Il y avait un trou béant dans l’espace au milieu de la pièce.

De l’autre côté du trou, comme un espace où il n’y avait que l’obscurité, j’avais vu Caroline dans ce trou.

« Caro ... »

J’avais tendu la main, mais c’était trop tard. Le trou qui avala Caroline s’était entièrement fermé.

« Hikari ! »

« Oui ! »

Hikari avait remis le Chibi Dragon à l’intérieur d’elle et se transforma en Épée Démoniaque.

« Éléanore, allons-y ! »

{Oui !}

Après ce court échange, j’avais lancé Éléanore en utilisant tout mon pouvoir.

Avec ma force à son maximum, j’avais assez de puissance pour franchir les limites de l’espace.

Cette force totale que j’avais autrefois utilisée dans le monde du passé.

Après avoir jeté Éléanore, sa lame avait percé l’espace et avait ouvert un trou.

Je n’avais pas hésité. Je tenais fermement la poignée d’Hikari et sautais dans le trou.

Le trou que j’avais fait s’était immédiatement fermé.

Arrivé dans cet endroit, il paraissait très semblable à celui où j’étais enfermé avec Éléanore. Un espace dans une dimension parallèle.

J’avais vu Éléanore, ainsi que Caroline.

J’avais ramassé Éléanore et m’étais approché de Caroline, effrayée.

« Caroline »

« Dieu ! »

Elle s’était accrochée à moi.

Sa main comme tout son corps tremblaient. On dirait qu’elle avait été effrayée par cet événement soudain.

« Ça va maintenant, Caroline »

« Oui, Dieu... »

« Pour l’instant, sortons d’ici. Faisons-le une fois de plus, Éléanore. »

{Il semblerait que quelqu’un ne prévoit pas de nous laisser partir facilement}

Après qu’Éléanore eut fini de parler, quelques silhouettes apparurent comme si elles avaient fondu dans l’espace.

J’avais déjà vu ça.

C’était la même forme que celle de cet être diabolique qui avait prêté main-forte au prince héritier d’Aegina, Kimon et qui avait créé des troubles à Calamba et à Siracuza.

L’atmosphère autour d’eux était également similaire. Il ne devrait y avoir aucun doute qu’ils étaient de la même race.

Mais ils avaient soudainement attaqué !

J’avais frappé avec Éléanore et hachais le plus proche qui avait été coupé en deux.

Une moitié était restée debout et l’autre moitié s’était effondrée.

Un autre avait rapidement suivi en attaquant. J’avais aussi balancé Éléanore et je tailladais l’ennemi.

Ils attaquèrent ici et là. Ils avaient continuellement attaqué. J’avais tiré Caroline dans une étreinte et je les avais tués un par un tout en la protégeant.

Il y en avait seulement plusieurs dizaines. Je pouvais les faire disparaître en quelques minutes.

{Il semblerait que ce ne soit pas si facile.}

« Quoi ? »

{Regarde là-bas}

J’avais regardé dans la direction qu’Éléonore pointait.

Le premier que j’avais coupé en deux avait commencé à se régénérer.

Son corps qui avait été divisé en deux se recollait ensemble et m’attaqua de nouveau.

Je lui avais coupé la tête et brûlé ses restes avec des flammes.

Cependant, il s’était ravivé après un certain temps.

« Ces gars-là sont si semblables à Opis. »

{C’est un peu différent. Ils se régénèrent en utilisant la puissance de cet espace}

« ... C’est vrai, je peux sentir les pouvoirs couler de cette façon. »

{Ils semblent se régénérer de la même manière que les humains respirent l’air. L’air ne disparaît pas seulement parce que les humains le respirent. Tant qu’ils sont dans cet endroit, il est impossible de les anéantir.}

{Q, que devrions-nous faire ?}

« Celui qui s’échappe gagne. Ouvrons un autre trou. »

Au moment où j’avais dit cela, les ennemis semblaient comprendre mon intention. Ils avaient augmenté la vitesse de leurs attaques.

Même si je les avais vaincus les uns après les autres, la vitesse à laquelle ils se régénéraient était assez rapide. Je ne pouvais pas « charger » Éléanore de toute ma force, celle qui était assez puissante pour ouvrir un trou dans l’espace.

Cette action prenait du temps, même pour moi. Une attaque qui pourrait casser les murs dimensionnels avait besoin de plus que de toute ma puissance... Bref, ça me demandait de dépasser mes limites.

Je ne pouvais pas faire ça quand j’étais continuellement attaqué.

{Papa, laisse-le ceci à Hikari}

« Hikari ? Qu’est-ce que tu vas faire ? »

{Hikari a un plan, est-ce bon ?}

« D’accord. Je compte sur toi, Hikari. »

Je n’avais pas réfléchi plus d’une seconde et j’avais tout confié à Hikari.

Bien qu’Hikari soit la plus mignonne au monde, elle n’était pas seulement cela.

C’était l’Épée Démoniaque Hikari. Une Épée Démoniaque qui était de la lignée d’Éléanore, l’une des épées les plus puissantes au monde.

Je faisais confiance à Hikari. Puisqu’elle avait un plan, alors je pouvais tout lui laisser.

{Mumumumu~... Eii~ !}

Après avoir fait ce cri de bataille adorable, la lame de Hikari lâcha une lumière, créant de nombreux clones d’elle.

C’était comme Éléonore l’avait déjà fait, les clones de l’Épée Démoniaque.

Un nombre d’Épée Démoniaque identique au nombre d’ennemis apparurent au-dessus des êtres pervers, puis tombèrent immédiatement.

Tous avaient été percés par les Épées Démoniaques, les neutralisant temporairement.

{C’est le moment ! Fais-le !}

« Entendu ! »

Je chargeais toute ma force dans mon bras et je jetais Éléanore.

Toute ma puissance et ma force dépassèrent même mes limites.

Éléanore avait percé le mur dimensionnel en faisant un trou. J’avais sauté par ce trou tout en serrant fermement Caroline.

Nous étions dehors quand nous étions revenus, et non pas dans la chambre de Caroline ou dans la ville d’Ainon. C’était quelque part dehors.

Cependant, il semblerait qu’il n’y avait aucun doute sur le fait que nous soyons retournés dans notre monde.

{C’est tellement incroyable, Papa. Tu peux probablement maintenant aller et venir dans cet endroit n’importe quand~}

« Je suppose que oui, bien que je ne veuille pas y aller autant. »

J’avais retrouvé Éléanore et je regardais Caroline qui tremblait encore.

« Une attaque juste à ce moment. »

{Kukuku, je me demande qui dans ce monde tire les ficelles}

Éléanore se mit à rire joyeusement.

Il semblerait que nous pensions à la même chose.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire