Kimi to Boku no Saigo no Senjo – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 4

Bannière de Kimi to Boku no Saigo no Senjo ***

Chapitre 4 : Salinger, le sorcier transcendantal

Partie 4

Un ou deux des soldats pourraient poursuivre Néné, et les autres continueraient à fouiller les cellules.

« Penses-y : Moi, un gars avec une arme, qui saute vers eux. Pense juste à ce qui va attirer leur attention. »

« … M-Mais… Mais avec l’équipement que la capitaine et moi avons, nous aurons un mal fou à abattre toute cette escouade, même s’ils ne sont pas dans leur meilleur jour. Ils pourraient nous attraper, et si tu es attaqué pendant ce temps, alors c’est fini ! »

« Dans ce cas, tout ce que tu peux faire c’est prier pour que ça n’arrive pas. Hey, patron, es-tu d’accord avec ça, non ? »

« … »

« Patron ? » Le garçon tenait le fusil de sniper, et la fille son pistolet à électrochocs.

Sentant les regards de ses deux subordonnés, Mismis pinça les lèvres, puis les mordit en serrant fermement son épaule gauche.

J’ai peur.

Et je n’ai vraiment pas envie de faire ça. Mais… !

Mais elle s’était décidée.

Afin de protéger ses subordonnés, elle…

« Je serai le leurre. »

« Quoi ? »

« Hé, patron, tu m’écoutais ? Ce serait une chose si tu avais ton uniforme de combat, mais y aller comme tu es habillée maintenant ? Ils ne seraient pas du tout surpris. Tu ne peux rien faire pour attirer leur attention — . »

« Je peux… » Au lieu de dire le reste, Mismis avait fermement tranché sa veste avec une dague utilisée par les agents secrets. En coupant les manches, elle avait montré la peau nue de son épaule gauche.

Bien.

Elle ne voulait vraiment pas faire ça, car cela reviendrait à accepter qu’elle est une sorcière.

Mais…

« … Je suis une sorcière maintenant. »

Elle arracha le bandage de couleur chair, révélant la crête — la marque qui contenait le pouvoir astral — qui émettait une brillante lumière émeraude.

« Capitaine ? »

« Hé, patron, tu n’es pas sérieuse ! »

« Cette prison a une tonne de sorcières capturées, non ? Dans ce cas… »

Elle n’avait pas attendu la réponse de ses subordonnés. Jetant le sac qui contenait les épées astrales d’Iska, Mismis ne dit rien en sautant de l’ombre du passage…

… et elle avait délibérément montré sa crête.

 

 

« … Je me suis échappée ! » Mismis cria — s’assurant que son cri atteignait les oreilles des six personnes qui effectuaient une fouille au troisième étage et qui s’approchaient de l’extrémité du passage.

« Une évadée ? »

Le pari de la capitaine avait été payant.

« Il y en avait donc une ! »

« Cette femme a dû provoquer l’explosion. Il suffit de regarder la lumière astrale qui apparaît sur son épaule… C’est une sorcière forte. Tout le monde prêt ! »

Ils ont mordu à l’hameçon.

Le pari désespéré de Mismis avait fait changer l’objectif de l’équipe de neutralisation. Ils n’avaient aucun doute sur le fait que Mismis était une criminelle en fuite.

« Stop ! » Elle ravala le s’il vous plaît qu’elle avait été sur le point de dire. « M-Mon pouvoir astral… va tous nous faire sauter d’un seul coup ! P-Parce que j’ai vraiment des pouvoirs très puissants ! »

« … »

D’un côté du passage se trouvait l’escouade de neutralisation, armée de boucliers spécialement conçus pour les protéger des attaques utilisant le pouvoir astral. Les membres de l’escouade étaient eux-mêmes des mages astraux, des vétérans formés pour coincer et vaincre les prisonniers en fuite.

En revanche, Mismis ne pouvait pas utiliser une seule attaque astrale.

Il n’était pas clair jusqu’où irait ce bluff…

« As-tu fini de te vanter ? » murmura l’homme debout à l’avant. « Nous n’avons aucune pitié pour une sorcière en fuite. Conformément à l’article 19 de la loi sur l’emprisonnement, nous allons t’exécuter. »

« … »

« Allons-y. »

Le groupe costaud et lourdement armé était entré en action.

Le temps qu’ils commencent à bouger, Mismis leur avait déjà tourné le dos et sprintait dans le couloir. Si elle se faisait prendre, sa vie serait finie. Elle s’attendait naturellement à ce que les évadés soient exécutés sur le champ. C’était le pari de se faire passer pour un criminel en fuite. Les risques encourus par le leurre étaient incroyablement élevés.

Mais…

« C’est le seul moyen. » Mismis avait serré ses dents. Elle ne laissa pas ses jambes s’arrêter une seconde, se dirigeant vers le coin du couloir. Si elle y tournait, elle déboucherait à nouveau sur un long passage. « Parce que moi seule peux remplir ce rôle… ! »

La lumière scintillait toujours sur son bras gauche. La lueur des crêtes astrales artificielles sur les bras de Jhin et de Néné était trop faible. Si l’un d’entre eux devait prétendre être un puissant sorcier qui avait réussi à s’échapper de prison, le candidat le plus réaliste était Mismis, qui était une vraie sorcière avec un pouvoir astral visiblement plus fort. Elle pouvait attirer l’équipe de neutralisation.

Parce que je suis déjà une sorcière.

Tant que je continuerai à vivre comme une capitaine impériale, je devrai cacher le fait que je suis devenue une sorcière.

Dans ce cas, au moins tant qu’elle était dans ce Paradis des Sorcières, elle pouvait aussi bien embrasser son identité de sorcière.

Elle n’avait aucun scrupule si cela signifiait qu’ils pourraient rentrer chez eux en vie. Si elle le faisait pour protéger ses subordonnés, elle utiliserait pleinement son terrible coup de malchance.

« Après ça, il ne me reste plus qu’à m’échapper… ! »

Elle voulait garder leur attention sur elle, même si ce n’était que pour une seconde de plus.

Elle les guidera, menant l’équipe de neutralisation derrière elle jusqu’à sa destination cible.

Snap ! Un fouet de glace avait frappé le mur non loin d’elle.

« Une attaque de glace ? »

Il y avait six personnes dans l’équipe de neutralisation. C’était certainement un de leurs pouvoirs.

Le fouet de glace longea le mur avant de s’y enraciner, s’étirant pour s’emmêler dans les pieds de Mismis. Elle avait à peine réussi à s’en éloigner à temps.

Je dois rester calme. Le pouvoir astral de la glace n’est pas si inhabituel.

Qu’est-ce qu’il y a d’autre ? Voyons, Mismis. Tu as étudié ça à l’Empire.

Elle laissait généralement le combat à ses subordonnés, parce qu’elle finirait par les ralentir si elle se joignait à eux. Ce qui signifiait qu’elle ne faisait que regarder de loin.

D’un côté, elle était fière d’avoir des subordonnés sur lesquels elle pouvait compter, mais elle ne pouvait pas non plus se débarrasser du sentiment persistant d’inutilité.

Mais pour l’instant…

« Maintenant, vous venez vers moi avec du feu !? » Elle se retourna lorsqu’une vague de chaleur brûlante s’abattit sur sa nuque.

Un mur de flammes remplissait sa vision. Ils n’avaient pas l’intention de l’arrêter — c’était une tentative délibérée d’exécuter Mismis, le criminel en fuite.

« Je ne peux pas… me laisser mourir dans un endroit comme celui-ci ! » Elle avait pris un virage serré dans le couloir. Ce n’est qu’une seconde plus tard que tout le couloir sauf elle qui venait de sortir qui fut engloutie par les flammes.

Mais ce n’était pas encore fini. La flamme astrale disparut en un clin d’œil, et elle pouvait entendre les pas de l’équipe de neutralisation se rapprocher — et arriver devant elle.

« Ils sont allés dans l’autre sens !? »

Des deux côtés du passage, les officiers armés tenaient leurs boucliers antiémeute prêts à l’emploi, la bloquant sur place. Grâce à leur connaissance intime de la disposition de la prison, l’équipe avait prédit avec précision où elle se dirigeait, se séparant en deux équipes pour coincer Mismis.

« — Argh, alors je vais… ! » Même si elle était encerclée de l’avant et de l’arrière, il y avait un dernier endroit où aller à proximité. Si elle s’échappait par là…

Juste au moment où elle s’apprêtait à le faire…

… un coup de feu avait retenti. Le corps de Mismis s’était écrasé sur le sol et elle avait ressenti une douleur aiguë à la cuisse.

« Ne nous cause plus de problèmes, sorcière. »

Il y avait eu une autre détonation de coups de feu.

La balle suivante avait déchiré sa peau alors qu’elle essayait de se lever. La source était un gros pistolet, très probablement basé sur une arme impériale. Les concepteurs avaient dû imiter la structure après avoir récupéré un échantillon sur le champ de bataille.

« Un détenu évadé. Eh bien, je suppose que tu ne t’es pas échappée — tant que nous t’achevons ici même, bien sûr. » L’un de ses poursuivants l’avait poussée avec l’arme de poing, coinçant la pointe contre le front de Mismis qui restait en tas sur le sol.

Il y avait un homme tenant une autre arme qui venait la bloquer de l’autre côté.

« … »

« Pourquoi me regardes-tu comme ça ? Si tu vas supplier pour ta vie, tu dois travailler plus dur. »

Elle n’avait pas répondu à la provocation de l’homme. « … Allez-vous me torturer avant de me tuer ? »

Elle était plus que familière avec l’utilisation d’une arme à feu et elle avait compris exactement ce qui se passait. Il n’avait pas manqué les premiers coups : l’homme avait tiré légèrement hors cible pour l’effrayer.

Ou ils le faisaient pour l’humilier parce qu’elle était une femme. Quoi qu’il en soit.

« Amateurs. » Avec l’arme toujours pointée sur elle, Mismis avait regardé l’homme sans broncher. « Les bêtes blessées sont à craindre. Quiconque est lent avec une arme à feu est aussi bon pour moi qu’un amateur. Preuve que vous n’avez pas assez d’expérience. »

« On dirait que tu ne comprends pas la position dans laquelle tu te trouves. » La pointe froide de l’arme avait été poussée contre son front. « Une bête blessée ? Et qu’est-ce qui fait de toi une bête ? Cette crête astrale… Elle émet une forte lumière, mais tu ne vaudras pas grand-chose au combat. Si c’était le cas, tu l’aurais déjà utilisé. »

« Qui peut le dire ? »

« Je peux. Tu n’es pas une bête. Tu es juste un criminel en fuite qui est sur le point d’être exécuté. »

« … » Elle avait serré les dents.

Il n’y avait pas une seule personne au monde qui n’aurait pas eu peur d’un pistolet entre les yeux, mais…

« Allez-y. » Elle avait pris des risques pour en arriver là, c’est pourquoi elle allait gagner son pari. « Je n’ai jamais dit que j’étais la bête blessée. »

« Quoi ? »

« Regardez juste qui est derrière vous. »

« Ha. Maintenant, tu essaies de me tromper. Qui voudrait… ? »

Sa voix s’était figée. Il était impossible que quelqu’un soit là. En fait, lorsque l’homme de l’escouade de neutralisation avait vérifié sa périphérie, il n’avait vraiment vu personne… pas même ses propres collègues…

Les cinq autres avaient poursuivi le criminel en fuite. À ce moment, il s’était finalement rendu compte que les pas qui couraient à ses côtés s’étaient brusquement arrêtés à un moment donné — et qu’il était le dernier debout.

« Hein !? » Ses collègues étaient effondrés à l’arrière du passage tandis que d’autres étaient déjà face contre terre à l’avant.

« … Tout ce que j’avais à faire était de gagner du temps. Je n’arrive pas à croire que vous m’ayez sous-estimée — pensant que vous pouviez vous amuser avant de me tuer. Tant que mes subordonnés ont été capables d’abattre l’ennemi à temps, je ne m’occuperai pas des détails. » Tout en cachant sa marque de sorcière avec sa main droite, la capitaine impériale hurla : « Même si je suis devenue une sorcière, je fais toujours partie de l’Empire ! Je ne perdrai pas face à l’ennemi ! »

« Baisse toi, patron, » chuchota Jhin à travers le dispositif de communication.

Au même moment, Mismis s’était aplatie contre le sol et avait appuyé sa tête contre le sol.

Des tirs de sniper.

Le tir unique avait volé du fond du passage directement vers son but, plongeant dans le pistolet qui avait été pointé sur Mismis.

« Désolée pour l’attente, capitaine. »

De derrière le dernier homme debout, Néné s’était approchée silencieusement comme une bête féroce et avait déchargé son pistolet paralysant. Un courant à haute tension avait traversé les fibres balistiques, assommant sa victime en un seul coup.

Il s’était évanoui.

« … Ouf. Avec ça, je pense que nous avons nettoyé tous les ennemis à l’étage. » Néné avait pris l’arme des mains du garde et avait pris une profonde inspiration. « Je suis tellement soulagée. C’était serré, Capitaine. Une performance stellaire. Tu as fait un excellent travail en tant que leurre — . »

« Nénéeeeeeeeeeeeeeeee ! »

« Ah !? »

« J’ai eu tellement peur ! Si tu étais quelques secondes trop tard, je me serais certainement fait tirer dessus ! » Se jetant sur sa subordonnée, Mismis s’était accrochée à Néné.

« Là, là, Capitaine. Ta blessure par balle est-elle correcte ? »

« Y-yeah. C’était surtout une écorchure… Et vous deux ? »

« Ce n’est pas comme si nous allions être blessés. » Au fond du couloir, son fusil de sniper à la main, le jeune homme aux cheveux argentés était apparu. « Nous étions derrière les gars qui te poursuivaient. Aucune raison pour que nous soyons blessés. Vu leurs gilets pare-balles, je ne pense pas non plus qu’ils soient morts. »

« Devrions-nous les prendre en otage ? »

« Pour quoi faire ? On va juste monter directement. On a la marchandise, après tout. »

Il faisait référence aux armes et aux boucliers de l’escouade de suppression.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire