Kimi to Boku no Saigo no Senjo – Tome 2 – Chapitre 6 – Partie 2

Bannière de Kimi to Boku no Saigo no Senjo ***

Chapitre 6 : Un surhomme danse avec une sorcière

Partie 2

Bien que ce soit en soi un miracle d’avoir une réaction si rapide, c’était dans les limites des attentes d’Alice.

… C’est un Saint Disciple tout comme Iska.

… Bien sûr, il serait capable d’y échapper.

« Calamité de glace — Blizzard de mille épines. »

Fwhst. Elle pouvait entendre la glace se condenser pour former des lames.

Du sol gelé, de l’atmosphère environnante, et même des tentes militaires qui étaient couvertes de givre, toutes sortes de petites et grandes lames s’étaient formées les unes après les autres.

« Vous serez soit embroché sur les lames de glace, soit gelé à mort. Choisissez votre propre fin. »

« Haha. » Alors qu’il atterrissait sur le sol, le Saint Disciple riait, jetant un coup d’œil sur les lames de glace qui l’entouraient de toutes parts et, au lieu d’être intimidé, se précipita vers Alice. « Crois-tu que tu peux m’arrêter avec tes petits tours ? »

« … Percez-le ! » Elle avait levé les bras. À la suite de son ordre, les lames de glace s’écrasèrent sans discernement aux pieds du Saint Disciple Sans Nom, au-dessus de sa tête et sur son dos.

« Tu es lente. » Elles passèrent à côté de lui de moins d’un centimètre alors qu’il inclina la tête.

Il était allé jusqu’à lever son pied et à donner un coup de pied à une lame proche du sol, utilisant l’élan pour se retourner dans les airs, frappant ceux qui le harcelaient de derrière et de haut en bas.

« Et celles-ci sont fragiles. » Les glaçons s’étaient brisés en mille morceaux.

C’était une scène incroyable pour Alice. « … Pas possible. »

Elle avait créé de la glace plus résistante que l’acier. Bien sûr, tout cela dépendait de l’ampleur de son attaque, mais quelque chose d’aussi fin et tranchant que ses lames ne pouvait pas être brisé par un simple poing humain.

Elle l’avait su dès le moment où il avait détruit son mur de glace plus tôt.

Mais comment… ?

À quel point cet ex-assassin était-il plus fort qu’une personne normale ?

« Mais tout ça pour rien ! »

Du sang avait jailli de l’épaule de Sang Nom. Il pourrait briser une douzaine de lames — même plusieurs douzaines — mais il ne pourrait pas toutes leur échapper. Même Iska n’avait pas été capable de se défendre complètement de cette attaque astrale.

« Vous ne pouvez pas bouger quand vous êtes en échec et mat. »

Dans tout son arsenal, il y en avait un plus grand que les autres — de la longueur d’un javelot — qui volait vers le dos non défendu de Sans Nom.

… Ce morceau de glace est plus solide que l’acier.

… Essaie de voir si tu peux le détruire !

Tout ce qu’il pouvait faire, c’était de l’esquiver. Mais quand il sauta pour s’en éloigner, la lame changeait de trajectoire et elle visa Sans Nom.

La distance entre Sang Nom et Alice n’avait pas du tout diminué. Même s’il lui lançait une dague de verre, ses défenses astrales automatiques se déclencheraient à temps pour la protéger.

« C’est ma victoire —, » avait-elle commencé à dire.

« Si tu avais fait face à quelqu’un d’autre que moi… »

C’était Alice qui avait fini sans voix.

Sans Nom se retourna, tendant le bras vers le javelot de glace qui l’atteignit à la vitesse d’une balle.

« Et si je te le renvoyais ? » Il avait saisi le javelot, le faisant tourner dans sa main jusqu’à ce qu’il tourne la pointe vers Alice. C’était presque comme s’il disait qu’il avait le projectile parfait pour la viser.

… Il a anticipé le moment où un morceau de glace volant à la même vitesse qu’une balle allait le frapper et l’a arrêté.

… Il est fou. Non, pire… C’est un monstre !

S’il se comportait comme Iska, faisant face à ces attaques avec ses épées, elle l’aurait trouvé raisonnable. Mais cet homme utilisait ses mains nues. Elle n’avait jamais rencontré jusqu’à présent quelqu’un capable de faire face à ses attaques astrales par le biais des arts martiaux — ni dans l’Empire ni dans la Souveraineté.

« … Saint Disciple Sans nom. » Alice s’était mordu la lèvre.

Elle ne voulait pas reconnaître son pouvoir, mais cet homme était clairement le vrai.

« Gah ! » Alice avait sauté sur le côté, se mordant la lèvre par honte. Une princesse de Nebulis qui se retire ? Honteux. Elle était retournée voir Rin, qui l’avait attendue derrière elle.

… C’est mauvais.

… Les armes de poing ou les missiles impériaux ne me dérangent pas, mais ça… C’est la seule chose qui serait mauvaise !

« Disparais, sorcière. » Sans Nom lui avait lancé le javelot de glace. L’arme mortelle s’était arrêtée juste avant d’avoir transpercé Alice.

« Je suis désolée. Je suis allée trop loin. »

« Non, Rin. Tu m’as sauvée. » Alice avait remercié sa préposée, qui l’avait protégée.

Rin avait étendu sa jupe comme une cape afin d’arrêter le projectile que Sans Nom leur avait lancé. Le tissu avait été fait à partir de fibres anti-lames. Il n’avait eu aucun problème à arrêter les glaçons.

Le seul problème était qu’Alice avait fait promettre à Rin de ne pas intervenir dans la bataille.

Le fait que Rin ait enfreint ce principe signifiait qu’Alice était en grand danger.

« … »

« Qu’est-ce qu’il y a ? Où est ton énergie ? »

« … Je m’excuse de mon impolitesse. Saint Disciple du huitième siège, je doutais de votre force. » Elle avait pincé l’ourlet de sa robe avec sa main droite et l’avait remonté très légèrement.

C’était une étiquette commune dans tous les coins du monde. Dans la société aristocratique, on appelait cela la salutation qu’une jeune femme donnait à un gentilhomme qui se tenait au-dessus d’elle.

« C’est juste une légère expression de mes excuses. »

« On peut en rire. » Il gloussa avec mépris jusqu’à ce que ses épaules tremblent. « Une sorcière ? Une sorcière agissant comme un aristocrate humain ? »

« Oui, c’est ça. Mais il semble que mes intentions ne soient pas bien transmises. Laissez-moi vous expliquer. Ce n’est pas un bonjour, c’est un au revoir. »

« … Quoi ? »

« Je vais vous montrer ce que j’ai vraiment en moi. » Elle avait montré une hostilité froide avec un regard qui aurait pu geler n’importe quoi, en regardant le surhomme.

… Malheureusement pour vous…

… Vous m’avez convaincu de tout faire.

Le temps que Sans Nom réalise la signification du regard perçant, il était trop tard.

« Au revoir, Saint Disciple. »

 

« Grande calamité de glace — »

 

C’était un monde de gel.

Du sol au ciel. Les tentes et les véhicules militaires dans les campings, les lanceurs de missiles et tout le reste étaient couverts d’un brouillard blanc comme dans un rêve. Dans l’instant qui suivit, toute la zone du canyon qui comprenait les terrains du camp était recouverte de glace qui brillait d’un bleu éclatant.

Shhhk. De la boue s’était écrasée sous les pieds.

« Rin, ça va ? »

« Si je ne l’allais pas, alors ce serait un grave sujet de préoccupation. »

Seules Alice et Rin se tenaient au sommet de la colline de glace. Cette attaque astrale était la marque de fabrique — d’Aliceliese, la Sorcière de la Calamité Glaciale.

Cela avait frappé sans discernement et dans toutes les directions.

Son adversaire pourrait être des personnes, des chars ou des missiles, et elle pourrait encore les envelopper dans le froid maximum et les enfermer dans la glace — sans poser de questions. Même le Saint Disciple Sans Nom n’avait aucun moyen de s’en protéger, enfermé dans la glace.

… Le problème avec cette technique, c’est que c’est la seule que je ne peux pas affiner.

… Je ne peux pas l’utiliser quand mes propres parents sont là.

Si elle faisait un faux pas, elle gelait ses propres amis.

En plus de cela, Alice elle-même ne pouvait même pas dissiper automatiquement l’attaque. Il faudrait probablement plusieurs jours pour faire fondre toute la zone du canyon gelé.

« On rentre, Rin. Je voulais le capturer et rentrer chez moi, mais ce serait dur d’essayer de le déterrer. »

« Mais il aurait mieux valu qu’on en fasse un vrai prisonnier. »

« C’est… »

Si la chance le permet. Alice avait entendu un petit bruit avant de pouvoir finir sa phrase.

Était-ce des pas ? Elle s’était retournée pour voir un fragment de glace qui la frôlait.

« Argh ! »

« Lady Alice !? »

« Non… Je vais bien, Rin. Juste une petite égratignure. » Elle avait mis sa main sur sa joue, où elle avait mis un peu de sang sur le bout de ses doigts.

C’était un fragment de glace. Elle n’avait pu penser qu’à une seule personne qui aurait pu le lancer.

« … Hein. Je suppose que je n’ai pas été assez minutieuse. » En regardant le sang sur sa main, Alice avait laissé un sourire ironique se glisser sur sa bouche.

Sans nom. La performance surhumaine de l’homme s’était finalement effondrée. Néanmoins, elle avait fait une erreur en lui donnant un indice inutile.

« Je vais vous montrer ce que j’ai vraiment en moi, » avait-elle dit.

Le Saint Disciple avait probablement prévu sa prochaine attaque astrale à partir de sa déclaration. Parce qu’il avait réalisé qu’elle allait libérer la technique audacieuse pour laquelle elle était connue comme la Sorcière de la Calamité Glaciale, elle lui avait donné un moment pour se préparer.

« Lady Alice, retournons au campement des Nebulis le plus vite possible. Nous devons désinfecter la blessure sur votre joue. »

« Ce n’est rien. » Elle avait essuyé le sang sur sa joue avec le bout de ses doigts.

La coupure elle-même n’était rien. Le vrai problème était entièrement distinct.

« … Rin. »

« Oui ? »

« Crois-tu qu’il l’a découvert ? »

« Je suis prête à parier là-dessus, surtout si l’on considère qu’il s’est donné du mal pour lancer des éclats de glace au lieu de ses propres poignards. »

« … Je vois. »

La coupure sur sa joue. Si ça avait été un couteau impérial, l’énergie astrale d’Alice aurait détecté la menace et serait passée en mode d’autodéfense. Mais cette fois, il n’avait pas réagi, tout ça parce que Sans Nom avait jeté un morceau de glace. Et son énergie ne pouvait pas distinguer le danger qu’elle représentait, car elle avait été créée à partir de sa propre puissance astrale.

 

« Tu gagnes cette fois, Alice. »

« Mais j’ai vu ton point faible. Je t’arrêterai la prochaine fois. »

 

C’était comme si elle pouvait entendre Sans Nom rire pendant qu’il s’échappait.

« Lady Alice. »

« … Il n’y a pas de problème. »

Ce n’était pas comme si elle lui avait montré tout son arsenal d’armes.

« Retournons. J’ai bien peur que nous ayons fait une course folle pour venir ici. »

Les subordonnés de Shanorotte avaient probablement été transportés vers un autre camp.

Et elle n’avait toujours pas vu Iska.

… Je me demande si je me suis juste trompée.

… Peut-être que seule Mismis a été envoyée, et que ses subordonnés sont restés à la capitale impériale ?

Bien qu’elle ne puisse pas penser que c’était le cas, ce n’était pas comme si Alice avait une bonne compréhension des règlements de l’armée.

Où diable Iska aurait-il pu être ?

« Argh. Tout cela était inutile. Je ne sais pas si c’était à cause de cet astrologue ou autre, mais j’ai fait des choses en y croyant… comme le fait qu’il était en fait tout près ! » Alice avait crié en frappant la glace à ses pieds aussi fort qu’elle le pouvait.

« Où es-tu, Iska !? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire