Kimi kara Uketsugu Brave Chronicle – Chapitre 1 – Partie 2

Bannière de Kimi kara Uketsugu Brave Chronicle ***

Yukihime Yukigane : La fille la plus forte du monde

Partie 2

« Kokuya, n’as-tu pas oublié le déjeuner aujourd’hui ? » demanda Yukihime.

« Crois-tu que je puisse oublier ma propre petite sœur ? » dis-je.

Ce jour-là, à l’heure du déjeuner, Yukihime et moi devions organiser une classe spéciale afin d’aider les élèves du primaire et du collège à se battre en utilisant la Sorcellerie des Étoiles. Ma petite sœur, une collégienne, avait dit qu’elle se joindrait à nous, alors j’étais bien plus gonflé à bloc que d’habitude.

« Je suppose que non... Mais rappelle-toi de ça, cette classe n’est pas seulement pour elle, d’accord ? » déclara Yukihime.

« Je le sais. Ouais, je le sais, » dis-je.

***

À l’heure du déjeuner, Yukihime et moi nous nous étions dirigés vers l’école, là où trente élèves du primaire et du secondaire nous attendaient. Peut-être parce que c’était juste avant les vacances d’hiver, le taux de participation était un peu moins élevé que ce à quoi nous nous attendions.

Ma petite sœur, Towa, était également présente. Quand nos regards se rencontrèrent, un tendre sourire était alors apparu sur son visage, et elle s’était mise à courir vers moi.

Tellement mignonne...

« Grand frère ! J’étais tellement excitée en pensant au cours d’aujourd’hui. Oh ! Et merci beaucoup, Yukihime, d’avoir pris le temps de nous apprendre beaucoup de choses ! » Ses nattes brillantes et blondes avaient rebondi alors qu’elle parlait.

Elle était complètement à l’opposé d’une certaine fille arrogante, insensible, et ayant une poitrine plate que je connaissais... Remplis de miséricorde et de compassion, les seins voluptueux de Towa pourraient mettre à l’épreuve n’importe quel ange. Et malgré l’important développement de sa poitrine, elle était un peu petite pour son âge. Elle avait toujours l’air si adorable chaque fois qu’elle courrait après moi.

En d’autres termes, elle était une loli avec des seins énormes... le meilleur type de loli qui existait dans le monde.

Mais pour commencer, parlons de la partie loli. Bien sûr, les lolis étaient la meilleure des choses possibles. Innocence et pureté. Avec ses chuchotements constants emplis d’un amour véritable et aveugle, envers son frère, et cela sans avoir la présence du moindre soupçon de méfiance envers lui. Son amour envers moi était la seule chose pure que j’avais jamais trouvée dans ce monde de mensonges, et je savais que j’avais besoin d’être fort pour elle.

Viennent ensuite ses énormes seins. Il va sans dire que même maintenant, les seins énormes sont aussi les meilleurs. Tout homme serait d’accord avec ça. Ils sont un symbole de l’amour maternel... le symbole de la féminité elle-même ! Leur taille est proportionnelle à la grandeur de l’amour de leur propriétaire, et leur tendresse à la tendresse du cœur de leur porteur. Ils acceptaient, embrassaient et aimaient tout ce qu’ils touchaient. Voilà ce que faisaient les seins.

Combinez une loli avec des seins énormes..., et qu’est-ce que vous obtenez ? L’omnipotence. Rien ne pouvait battre ça. Il s’agissait d’une vérité absolue.

Par conséquent, ma petite sœur était indéniablement la chose la plus mignonne au monde.

« Oui, j’espère aussi que cette classe se passera bien... Kokuya, quelle est cette expression stupide sur ton visage ? » Les paroles d’Yukihime étaient emplies de froideurs et de sévérité. Mais avec Towa se trouvant en face de moi, j’étais imperméable face à ses épines.

« Eh bien ! Je ne veux pas me mettre en travers de votre chemin, alors je vais aller voir les autres, d’accord ? » déclara Towa, puis elle retourna auprès des autres. Non seulement elle était mignonne, mais en plus, elle était également très prévenante.

« Haaa, Towa est partie, » dis-je.

« Ouais, ouais... Tu devrais refroidir tes ardeurs avec ton truc lié à ton complexe vis-à-vis de ta sœur. Nous sommes sur le point de commencer, » déclara Yukihime.

Après que j’eus hoché la tête, Yukihime avait instantanément changé son regard froid en un sourire. Habituellement, son front tout plissé et son visage en colère étaient tout ce que je voyais, mais elle était étonnamment gentille avec les enfants.

« Bonjour à tous, » déclara Yukihime.

Les étudiants avaient répondu avec enthousiasme à ses salutations, avec une Towa qui semblait être aussi excitée qu’une enfant du primaire. Cette vision me faisait fondre le cœur.

Après une légère introduction, Yukihime avait commencé à expliquer ce qu’était la Sorcellerie des Étoiles, qui était au centre de ce cours particulier.

« Vous savez tous que la Sorcellerie des Étoiles est alimentée par la Puissance des Étoiles, n’est-ce pas ? Bon, alors essayons d’en apprendre un peu plus sur la Puissance des Étoiles, » déclara Yukihime.

Elle avait ensuite tourné sa paume droite vers le haut et l’avait légèrement levée. Une lumière bleue commencée à émaner de sa paume... puis, une belle fleur de glace avait fleuri en son centre.

« Wooow ! » « Cool ! » « C’est tellement joli ! » Les étudiants s’exclamèrent en raison de leurs admirations.

« La Puissance des Étoiles de chaque personne possède est en relation avec sa propre affinité élémentaire, » expliqua Yukihime. « Comme vous pouvez le voir, la mienne est la glace. La glace est un élément de base, et beaucoup de personnes possèdent cette même affinité. Je parie que certains d’entre vous ont également des éléments de glace, n’est-ce pas ? »

À ce moment-là, plusieurs étudiants avaient levé la main.

« Quel élément possède la personne à côté de vous ? » demanda l’un des étudiants.

« Dans son cas, c’est un peu inhabituel. Son élément est le temps. Il s’agit d’un élément temporel : une affinité spéciale connue sous le nom d’élément abstrait qui n’est pas inclus dans les éléments de base, » expliqua Yukihime.

Les éléments de base sont le feu, l’eau, le vent, la terre, la glace, le bois et la foudre. Tout le reste est catégorisé comme abstrait, tel que mon élément, le temps.

« Le temps ? Voulez-vous dire que vous pouvez affecter le temps ? Super ! » déclara l’un des étudiants.

« Arrêtez le temps pour nous ! » demanda l’un des étudiants.

« ... Désolé, je ne peux pas le faire. Je suis juste un Rang-G, » déclarai-je.

« Un G !? Il est vraiment trop nul ! » « Qu’est-ce qu’il est mauvais ! » « Je suis déjà au Rang D ! » Voici ce que furent les remarques effectuées par les étudiants se trouvant devant moi.

Tous les Sorciers des Étoiles étaient classés de G à A. Le Rang-G était le plus bas, et avait été attribué à des Sorciers des Étoiles qui avaient la Puissance des Étoiles, mais qui ne pouvaient pas l’utiliser librement, voire pas du tout. Ils n’étaient donc pas si différents des personnes normales. Viennent ensuite les Rang-F : des gens capables de faire des choses simples, comme un élémentaire de feu qui pouvait allumer une allumette. Les Rang-E pouvaient créer autant de chaleur qu’un briquet, mais n’étaient pas si différents des Rang-F. Les Rangs-D pouvaient créer des boules de feu dans leurs paumes, tandis que les Rangs-C étaient essentiellement des lance-flammes humains. Ils étaient à peu près aussi puissants qu’un civil lourdement armé. Les Rang-B pouvaient contrôler le feu sur une échelle encore plus grande que les Rangs-C, et un seul d’entre eux pouvait potentiellement faire plus de dégâts qu’un char d’assaut. Et finalement, il y avait Rang-A. Il n’y en avait que dix dans la ville et chacun possédait un pouvoir de première classe.

La plupart des premières années du secondaire étaient habituellement des sorciers de Rang-D ou de Rang-E. Le Rang avait été déterminé par la Puissance des Étoiles globale, la vitesse d’activation et la portée. Non seulement je possédais une faible quantité de Puissance des Étoiles, mais j’avais également un autre défaut critique : la portée de ma Puissance des Étoiles. Je ne pouvais pas utiliser ma capacité afin d’affecter autre chose que moi-même, ce qui signifie que je ne pouvais même pas arrêter le temps.

« C’est vrai qu’il est un Rang-G. Mais le rang ne fait pas tout quand il s’agit d’être un Sorcier des Étoiles, » déclara Yukihime.

« ... Hé, Yukihime ! » dis-je.

En ce moment, elle était exceptionnellement gentille envers moi.

« Bien sûr, n’oublions pas que je suis un Rang-S... La seule personne au monde qui a été capable de surpasser un Rang-A, » rajouta-t-elle.

« Whoaaaa ! » « Vous êtes vraiment incroyable, Directrice ! » furent les réponses des étudiants devant nous.

... C’était donc pour pouvoir dire ça qu’elle avait dit ça juste avant...

Cependant, elle avait raison. Même si les rangs allaient seulement de G à A, Yukihime était une exception vraiment très spéciale. Elle était un Rang-S, une classe au-dessus du reste. Elle avait même dépassé les dix Rangs-A qui vivaient dans la ville.

Et pourtant, moi, celui qui était vraiment tout en bas de l’échelle essayait quand même de la vaincre.

Depuis que j’avais décidé de la surpasser, j’avais continué à la défier et à perdre chaque fois que je le faisais. Mais peu importe combien de fois je devrais perdre, je n’avais jamais eu envie d’abandonner.

« Alors, allons-nous commencer la suite ? » demanda-t-elle après que l’enthousiasme se fut un peu calmé.

Après que l’explication préliminaire fut terminée, il était temps pour nous de continuer le cours pour passer au combat. Yukihime et moi étions à environ quinze mètres de distance sur une scène de 30 mètres pour chacune de ses dimensions. Cet espace amélioré par la Sorcellerie nous empêchait d’être blessés, mais les attaques allaient quand même faire mal. Une attaque particulièrement puissante pourrait même mettre hors d’état la personne qui la subissait.

« Les choses les plus importantes pour un Sorcier des Étoiles sont les éléments, et..., » Yukihime avait commencé la dernière partie de son explication.

« Libération — La Floraison des Neiges, » alors qu’Yukihime chuchotait ces paroles, une lumière bleue jaillit de la paume de sa main, révélant une lame dans un fourreau.

« Les Armements des Étoiles Libérés comme ceux-ci peuvent être invoqué quand vous le souhaitez, » Expliqua Yukihime en accrochant le fourreau à sa ceinture.

J’avais tendu ma main droite et pris une profonde inspiration. « Libération — Le Tueur du Temps, » murmurai-je.

Une lumière argentée éclata et se matérialisa en une double lame d’argent. Il s’agissait d’une épée inhabituelle avec deux lames s’étendant sur les deux côtés de la poignée. Le côté qui pointait vers le haut quand je le tenais dans ma main était un peu plus long — la longueur d’une épée longue, alors que la lame du bas ressemblait plus à une épée courte. Au moment où j’avais saisi mon Armement des Étoiles, ma Puissance des Étoiles avait été libérée et cela avait fait briller des modèles de cadran d’horloge dans mes yeux rouges.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

3 commentaires




  1. 0



    0

    Yep, elle ressemble plutot a la version large de celle-ci :
    https://vignette.wikia.nocookie.net/finalfantasy/images/4/43/FFAB_Fusion_Sword_2nd_SR.png/revision/latest/zoom-crop/width/240/height/240?cb=20141112041347
    Mais avec la description qu'il a donné, s'il y avait pas l'image, j'aurai trouvé.

Laisser un commentaire