Jinrou e no Tensei – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 7

***

Chapitre 3

Partie 7

Je vais vous le faire savoir, mais vous ne voudriez jamais être redevable à l’armée démoniaque. Mais c’est bon pour nous, alors continuez de nous demander des faveurs. Voyons maintenant à quel point il sera difficile de résoudre les problèmes de ces pirates.

Une fois les négociations terminées, Garsh avait dit quelque chose sur le fait que s’occuper des invités était le travail d’un vice-roi. Il avait ainsi ordonné à l’un de ses hommes de nous préparer des chambres. Pendant ce temps, il nous avait emmenés dans un restaurant voisin pour un repas. C’était plus un bar qu’un restaurant, mais l’odeur des fruits de mer grésillant était suffisamment délicieuse pour me laisser baver.

« Toutes ces négociations étouffantes peuvent venir plus tard. Pour l’instant, mangeons ! »

Garsh nous avait conduits à la plus grande table du restaurant. Voyant que le reste des tables était vide, j’avais supposé qu’il avait réservé toute la place pour la nuit. Moi compris, notre groupe était composé de 12 personnes. D’un autre côté, Garsh était venu ici seul. J’étais étonné qu’il ait pu agir si calmement à une table pleine de démons. Il semblait que ses gardes — qui attendaient près de l’entrée du restaurant — partageaient mon sentiment, car ils étaient devenus complètement pâles. Alors que je m’émerveillais du courage de Garsh, notre nourriture était arrivée.

« La plupart de ce que nous devons manger ici sont des fruits de mer, donc je ne sais pas si cela conviendra à vos goûts. »

Malgré ce que Garsh avait dit, toute la nourriture avait l’air délicieuse d’autant que je n’avais pas mangé de fruits de mer depuis longtemps. Des assiettes de crevettes et de champignons frits, de pétoncles sautés et de ragoût de poisson tapissaient la table. La plupart des plats ressemblaient à ceux que j’avais mangés au Japon.

« En tout cas, j’en ai assez de marchander et de négocier. Ma devise personnelle est “bien nourrir les diplomates, et tout se passera bien”. Qu’est-ce que vous en pensez ? Bonne devise, non ? »

« Absolument. »

J’avais pris une gorgée de soupe de crevettes à l’ail en donnant à Garsh une réponse enthousiaste. La plupart de la nourriture présentait une touche méditerranéenne. Hormis Mao, personne d’autre de la délégation de Ryunheit n’avait mangé de fruits de mer auparavant. Lacy et les autres loups-garous échangèrent des regards timides avant de goûter leur nourriture.

« Hé, Veight, je pense que cette soupe contient des insectes… »

« Ce sont des crevettes. Elles ont bon goût, je le promets. »

« Veight, quelles sont ces choses grumeleuses ? »

« Cela ressemble à des œufs de poisson pour moi. Cependant, je ne sais pas de quel poisson ils proviennent. »

Pourquoi tout le monde me pose-t-il toutes ces questions ? C’était la première fois que je mangeais des fruits de mer depuis ma réincarnation, alors je voulais en profiter sans être interrompu. Dieu merci, j’avais été réincarné en loup-garou. Je peux manger autant que je le veux sans être rassasié. J’avais mangé avec enthousiasme, toutes pensées de négociation disparues. Garsh sourit en me regardant avaler ma nourriture.

« Merde, gamin ! Est-ce que tous les loups-garous mangent autant que vous !? »

« Ouais. Nous pouvons manger beaucoup plus que cela aussi. Cette nourriture est excellente. »

« Hahaha! Alors que pensez-vous de mes chefs, gamin ? »

« Ils font partie des meilleurs que j’ai vus. »

J’avais pressé du citron sur un morceau de poisson frit et l’ai mangé entier.

« C’est la première fois que je goûte un poisson aussi bon. Apportez-moi encore plus ! »

« Mange autant que vous le voulez, gamin ! »

Juste à ce moment, le chef sortit de la cuisine et murmura quelque chose à Garsh avec une expression troublée. Garsh en soupirant avait répondu : « Vous êtes déjà à court de nourriture ? Mes invités ont encore faim, vous ne pouvez pas les laisser comme ça. »

« Désolé, patron. Nous avons les ingrédients, nous ne pouvons tout simplement pas tout cuire assez vite. »

Eh bien, il est assez difficile de nourrir neuf loups-garous à la fois. Même Monza, qui était un mangeur léger selon les normes des loups-garous était actuellement en train de dévorer un poulet entier. Pendant ce temps, les frères Garney avaient rangé une douzaine d’assiettes de nourriture. Il n’y avait aucun moyen pour les cuisiniers de suivre le rythme auquel nous mangions. Voyant l’expression troublée du chef, Garsh sourit tristement.

« Je suppose que nous ne pouvons pas les laisser manger du poisson cru comme nous. C’est dommage, mais nous devrons les faire attendre. »

Maintenant que j’y pense, toute la nourriture qu’ils servent avait été cuite. Le chef avait même utilisé des légumes et des assaisonnements pour effacer l’odeur de poisson de la plupart des choses. Il avait également utilisé des ingrédients avec lesquels les résidents de Ryunheit seraient plus familiers, comme le poulet et le fromage. Garsh essayait probablement d’être prévenant avec nous, puisque nous venions de partout sur le continent. Cependant, je n’avais besoin d’aucune telle considération. La déclaration précédente de Garsh impliquait que les Beluzans mangeaient du poisson cru, n’est-ce pas ?

« Hé, Garsh ? »

« Ouais ? »

Cela ne fait pas de mal de demander, au moins.

« Est-ce que vous mangez du poisson cru ? »

Le vieux vice-roi sourit et dit : « C’est ce que nous faisons, gamin. Il n’y a rien de mieux qu’un poisson cru fraîchement pêché. »

Ce type connaissait ses affaires. Techniquement, il était préférable de laisser le poisson réfrigérer pendant un certain temps, mais il n’y avait pas de réfrigération dans ce monde, donc il n’aurait aucun moyen de le savoir. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas ce qui était important en ce moment. Ce qui était important, c’était que je puisse manger du sashimi.

« Ça vous dérange de me laisser en essayer ? Je suis déjà là, alors autant goûté aux mets locaux. »

« Oh, vous avez du cran, gamin. » Souriant, Garsh s’était tourné vers le chef et il avait dit : « Apportez du poisson à notre invité. »

« Êtes-vous sûr, monsieur ? »

« Bien sûr, j’en suis sûr. Dans le pire des cas, nous finirons par le manger à la place. Maintenant, allez-y, nous ne voulons pas laisser nos invités attendre. »

Garsh me regarda avec un sourire méchant alors que le chef retournait dans la cuisine. Il s’attendait probablement à ce que je ne sois pas capable de le manger. Je ne m’attendais pas à voir un côté aussi immature de lui. Bientôt, un serveur apporta une grande assiette remplie de poisson frais.

« Il s’agit de notre assortiment le plus populaire. »

À première vue, c’était plus un carpaccio qu’un sashimi. Il était même venu avec une assiette séparée de vinaigrette. Je ne savais pas de quels types de poisson il s’agissait, mais ils avaient au moins de la viande blanche.

J’avais levé les yeux de l’assiette et réalisé que tout le monde me regardait. Ils étaient tous intéressés de voir comment je réagirais au poisson.

« Hey Veight… c’est juste du poisson cru haché, n’est-ce pas ? » Demanda le jeune frère Garney avec hésitation. Quand il l’avait dit de cette façon, je pouvais voir pourquoi cela n’avait pas l’air appétissant.

« Les sudistes mangent-ils vraiment ce truc ? Cela ne les rend-il pas malades ? »

J’avais arrêté Lacy avant qu’elle ne puisse accidentellement laisser échapper quelque chose de trop grossier. Insulter les habitudes culinaires d’une autre culture était un grand tabou. Le sourire de Garsh s’élargit. Lui et le reste de ses gardes m’observaient avec impatience. Ils voulaient voir comment je réagirais. Même si cela faisait des décennies que je n’avais pas mangé pour la dernière fois du sashimi, les regards curieux de tout le monde rendaient la nourriture difficile. J’avais versé un peu de vinaigrette sur le carpaccio et j’en avais pris avec une fourchette. Il avait un goût assez similaire à celui de la dorade. Il avait une saveur légère qui était facile en bouche. Mais surtout, c’était délicieux. J’étais tellement content d’être réincarné dans ce monde !

« Vas-tu bien, patron ? »

Monza a regardé avec une curiosité débridée pendant que je mâchais le poisson.

« Délicieux. »

« Tu es sûr que tu ne dis pas seulement ça ? »

« Ouais, c’est vraiment délicieux. »

Alors, ferme-la et laisse-moi manger. Garsh et ses hommes avaient regardé avec stupéfaction pendant que je mangeais le poisson. Mais même s’il avait plutôt bon goût, il manquait quelque chose. La sauce était trop légère. J’avais besoin de sauce soja. J’avais fouillé dans ma poche et en avais sorti une minuscule bouteille en porcelaine. Mes excuses au chef, mais je veux vraiment du sashimi en ce moment. Il y avait une raison pour laquelle j’avais apporté cette bouteille lors de notre voyage. Voyant la bouteille, Garsh plissa les yeux avec acuité.

« Attendez, qu’est-ce que c’est ? »

Les gardes debout derrière avaient dégainé leurs armes. Ils étaient armés d’épées courtes adaptées aux combats en salle. En réponse, les loups-garous s’étaient tous levés.

Bon sang, j’ai encore foiré. J’étais tellement obsédé par le fait d’en faire un sashimi que je n’avais pas arrêté de penser à quel point je cherchais une bouteille dans mes poches pour tout le monde.

« Calmez-vous, tout le monde. C’est juste un petit assaisonnement que j’ai apporté. Je voulais l’essayer avec votre poisson cru, c’est tout. »

J’avais fait sauter le bouchon de la bouteille et versé un peu de liquide noir dans un petit plat. Bien que mes mots aient calmé tout le monde, ils me regardaient maintenant avec une curiosité encore plus grande qu’auparavant. J’avais piqué un morceau de poisson avec une fourchette et l’avais trempé dans mon bol de sauce soja. J’avais lentement porté le morceau de sashimi à ma bouche.

Aaaaaaah… c’est ce que je voulais depuis si longtemps. C’est parfait. Je suis tellement content d’avoir vécu pour voir ce jour. Tout le monde m’avait regardé avec un léger dégoût alors que je me noyais dans la béatitude. Eh bien, c’est maladroit. Je suis venu ici pour négocier une alliance avec Beluza, mais ici je piétinais leur culture. Mais même si je me sentais mal, je ne pouvais pas m’empêcher d’en manger plus.

« Désolé, mais pourriez-vous m’offrir une autre assiette de ce poisson, sans la vinaigrette ? »

« U-Uhh… bien sûr. »

Après m’avoir regardé tremper du poisson dans la sauce soja à plusieurs reprises, Garsh avait finalement demandé : « De quel genre de sauce s’agit-il ? Je n’ai jamais vu ça avant. »

« Il est fait de haricots fermentés. Nous l’utilisons dans Ryunheit pour assaisonner les plats et comme sauce pour les brochettes. »

« Et qu’est-ce qui vous a donné envie de l’essayer avec nos poissons ? »

Parce que je suis japonais. De toute évidence, je ne pouvais pas dire cela, alors j’avais trouvé une autre excuse.

« Cela élimine bien l’odeur de la viande, alors j’ai pensé que cela pourrait aussi fonctionner sur le poisson. »

« Puis-je essayer ? »

« Bien sûr. »

Garsh prit un tout petit peu de sauce soja avec une cuillère en argent, puis l’amena à son nez et la renifla. Puis il versa une seule goutte sur sa paume et la lécha. Les gardes l’avaient regardé avec inquiétude, mais il avait simplement hoché la tête à quelques reprises et avait dit : « Puis-je en avoir ? Ce sera un succès à Beluza. »

Avant que je puisse même dire quoi que ce soit, Mao avait participé à la conversation.

« Lord Garsh, si vous le souhaitez, notre guilde serait heureuse de vous fournir cette sauce. »

« Parfait. Je dois montrer cela à tous les chefs que je connais. Cela fera la vinaigrette parfaite, et nous pourrons probablement l’utiliser aussi pour les grillades et les ragoûts. »

« Je ferai les préparatifs pour vous envoyer une expédition dès que possible. »

J’avais décidé de laisser ces deux-là à leurs affaires. En ce moment, tout ce qui m’intéressait était de savourer mon sashimi. Cependant, maintenant que j’y pense, ce serait bien d’avoir aussi du wasabi. Voyons si nous pouvons le trouver quelque part.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire