Je suis un bâtard mais tu es pire – Tome 1 – Chapitre 23

+++

Chapitre 23 : Le jour où le palais royal a tremblé et le début d’une époque turbulente

« J’ai dit lâchez-moi !! »

« Votre Majesté, s’il vous plaît, calmez-vous ! »

« Silence ! Vous osez donner des ordres à votre roi !? »

Ce jour-là, le palais royal était en proie à l’agitation.

Dans la salle du trône, le roi fulminait. Ses serviteurs et les nobles, ses subordonnés, tentaient désespérément de le contenir.

Le roi, normalement calme — ou plutôt, docile — était maintenant furieux.

Quelques jours auparavant, une lettre était arrivée d’une grande maison noble de la province de l’est — la maison Maxwell.

La lettre expliquait comment l’ancien prince héritier Sullivan, qui avait quitté la famille royale pour entrer dans la maison Nommes, une maison de barons de la province orientale, avait comploté l’assassinat de l’héritier de la maison Maxwell, avait échoué et avait été tué dans la foulée.

Après avoir lu la lettre, le roi, qui éprouvait encore des sentiments pour le fils qu’il avait laissé partir, eut un haut-le-cœur et s’effondra instantanément.

Il avait fini par dormir pendant plusieurs jours, mais, dès son réveil, il avait déclenché cette agitation.

« Mon précieux Sullivan a été tué !? Balivernes ! Tout ceci est une conspiration de la maison Maxwell ! !! Informez immédiatement les généraux ! La maison Maxwell doit être détruite… gwah ! ? »

« Sa Majesté ne pensait pas ces mots ! Le roi est simplement terriblement épuisé ! Vous n’avez rien entendu, c’est clair ? »

Le duc Rosais s’empressa de fermer la bouche du roi avec ses mains, pour arrêter son ordre incroyable, et aboya à toutes les personnes présentes d’oublier ce qu’elles venaient d’entendre.

Le roi rejeta les mains du duc et protesta avec colère.

« Chancelier ! Est-ce que cela signifie que vous êtes du côté de la maison Maxwell !? Ces sales traîtres traitent Sullivan comme un criminel, sans l’ombre d’une preuve ! Comment pouvez-vous permettre cela ? Où est votre loyauté ? »

« Votre Majesté, je vous supplie de vous calmer. La maison Maxwell a envoyé des preuves ! »

La maison Maxwell avait en effet envoyé des preuves concrètes montrant que Sullivan avait tenté l’assassinat.

Il y avait un contrat signé et scellé par Sullivan. En le comparant aux documents conservés dans la maison royale, on avait pu confirmer que l’écriture correspondait parfaitement et que le sceau était bien le sceau royal de Sullivan.

La culpabilité de Sullivan était si incontestablement claire que personne ne pouvait soupçonner qu’il s’agissait d’un coup monté.

« La compensation détaillée dans le contrat correspond également à la somme d’argent que le Seigneur Sullivan a emprunté à ses amis de la capitale. Je suis désolé de dire que les accusations portées contre lui sont incontestables. »

« Taisez-vous, taisez-vous ! Même si c’était vrai, il y a assez de raisons valables pour exterminer ces rebelles de Maxwell !!! Nous allons sauver Sullivan !!! Maintenant !! »

« Quelle absurdité… !! »

Le visage du Duc Rosais se tordit d’indignation.

Outre le roi et le duc, plusieurs nobles centraux et fonctionnaires travaillant dans le palais royal étaient également présents.

Qualifier publiquement une grande maison noble telle que les Maxwells de « rebelles » dans une telle situation pourrait même déclencher une guerre civile.

Le roi, cependant, ne semblait plus se soucier de telles implications, car ses remarques incendiaires continuaient.

« Levez les troupes et envoyez-les au secours de Sullivan !!! Maintenant ! J’ai demandé à Sullivan d’emporter le bracelet immortel avec lui !!! Il est certainement encore vivant et en bonne santé !! »

« Le bracelet immortel… “Herakles” !? »

Le duc Rosais était choqué, les yeux écarquillés.

« Vous n’allez pas me dire que vous l’avez donné à Sullivan !? Vous avez donné un si précieux trésor à un prince déshérité !? »

Le bracelet immortel, « Herakles », était un trésor inestimable transmis par des générations de rois de Lamperouge. Il était le symbole de l’autorité royale, et seul le roi était autorisé à le porter.

« Il n’y a rien de mal à ce que Sullivan, le prochain en lice pour le trône, ait la preuve de la royauté ! Sullivan est le prochain roi !! Il est mon fils unique ! Je ne permettrai jamais à quelqu’un d’autre de prendre le trône, surtout ce petit bâtard !! »

« Quoi !? »

Les mots du roi avaient provoqué l’agitation des nobles.

L’actuel prince héritier, le deuxième fils né, ressemblait beaucoup à sa mère, mais ne ressemblait pas du tout au roi ou à Sullivan.

Cependant, qui se serait attendu à ce que le roi déclare publiquement qu’il ne le reconnaissait pas comme son fils ?

« Fermez votre gueule !!! »

« Gwah !? »

Le duc Rosais ne pouvait pas permettre au roi de dire quelque chose de pire, il avait donc eu recours à des mesures drastiques.

Le poing du duc frappa l’estomac du roi et son vieux corps frêle se plia facilement.

Aucun des nobles ni même les gardes royaux n’avaient tenté d’arrêter le duc Rosais.

« … Le roi s’est effondré de fatigue. Amenez-le rapidement dans les chambres royales. Et ne le laissez pas sortir avant que je ne le dise. Tous les serviteurs qui entreront dans la chambre devront porter des bouchons d’oreille. »

« O-oui ! Tout de suite, monsieur !! »

« Tout ce qui s’est passé ici aujourd’hui doit rester ici. Sinon… vous me comprenez, oui ? »

Le Duc Rosais regarda les visages de tous les présents, un par un.

Aux yeux de tous, il était vraiment la personne le plus à craindre dans la salle.

« Oui !! Naturellement ! »

« Nous n’avons rien entendu ! »

Personne n’avait osé objecter, car toutes les personnes présentes avaient violemment secoué la tête.

+++

Une demi-journée plus tard, le roi s’était réveillé et recommença à faire du grabuge, se déchaînant dans la pièce où il était enfermé.

Pour le meilleur ou pour le pire, le roi s’était soudainement tenu la tête et s’était à nouveau effondré, mettant ainsi fin à l’agitation.

La vie du roi avait été sauvée par la « Potion » secrète de la famille royale, mais fut victime de son effet secondaire. Il se mit à souffrir d’une forte paralysie, qui ne lui permettait même pas de se lever de son lit tout seul.

Pour cette raison, le prince héritier — bien qu’il n’ait que 12 ans — monta sur le trône, assisté du duc Rosais comme régent.

Le trésor national était perdu en même temps que Sullivan.

La confiance des nobles dans la famille royale était également perdue.

Le nouveau roi n’était pas reconnu par l’ancien roi comme son fils légitime.

Ainsi, le royaume de Lamperouge entra dans une nouvelle ère, portant en elle de tels enjeux.

La direction vers laquelle le royaume turbulent se dirigeait — était encore un mystère pour tous.

+++

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci. Qui va être roi à la place du roi ? J'ai une petite idée 😉

Laisser un commentaire