Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Extras – Partie 3

***

Extras

Partie 3

Extra 2 — Les filles là-haut ! — Partie 2

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » En fait, Mari savait déjà que c’était un monstre. Celui-ci avait à peu près la taille d’un bœuf, mais avait une carrure élancée, semblable à celui d’une libellule, et était tout simplement poilu avec ces ailes ressemblant à ceux d’un insecte.

Si elle demandait ça, c’était à cause du comportement de ce monstre. D’abord, il avait survolé les filles, mais au lieu d’attaquer, il avait atterri à quelques mètres devant elles, regardant les filles avec ses yeux de chiot.

« Comme c’est mignon ! » s’exclama Yuri, et Mari était d’accord. C’était peut-être bizarre, mais la façon dont il se tenait avait quelque chose d’adorable. Cela lui rappelait un chien.

Même Nao le regarda avec chaleur.

« J’essaierai de me lier d’amitié ! » Yuri commença à approcher cette créature. Elle tendit la main à la bête. « Sh … sh… Tout va bien, tout va bien. Je ne suis pas dangereuse. »

La créature bougea sa tête et se rapprocha lentement. Elle commença à se blottir contre la main de Yuri, et la fille commença lentement à le caresser. « C’est amical ! »

Avec toute méfiance jetée au vent, Nao et Mari s’approchèrent aussi et commencèrent à caresser la fourrure douce de cette créature. C’était tellement différent de tous ces oursons, chenilles de montagne et kobolds dans ces montagnes.

« Puis-je peut-être l’apprivoiser ? » Yuri était étourdie en pensant à cette possibilité. La créature acquiesça à ses paroles. « Vraiment ? Vous pouvez me comprendre ? » Un autre signe de tête. « Ça vous dérange si je vous donne un nom ? » Il secoua la tête. « Euh… Pochi ? Taro ? »

« Ce n’est pas un chien, » s’exclame Nao.

« Je sais… mais qu’est-ce que tu es ? Un monstre… Mon-chan ? »

« … sérieusement ? Appelons-le Tsubasa. »

« Juste parce qu’il a des ailes ? Ce n’est pas non plus un oiseau. »

« Alors Uingu. »

« Ça se prononce “aile”. »

Mari intervint entre les deux filles. « Allons-y avec un vrai nom. Et Ui ? » « Ui » était la façon très japonaise de dire « aile ». La créature acquiesça face à la suggestion.

« Ui... Ui-chan ! » Yuri s’accrocha autour de son cou. « Tu verras, Ui-chan, on va faire une super équipe. » Ui-chan ferma les yeux, se sentant à l’aise.

« Est-ce une fille ? » Nao n’était pas sûre de son sexe.

« Bien sûr qu’elle l’est. » Il n’y a aucune preuve, alors Yuri l’avait décidé. Mari ne pouvait s’empêcher de penser que c’était trop pratique, mais elle voulait laisser ce moment à Yuri.

Il y avait donc aussi des monstres amicaux. Le fait d’avoir été transporté dans ce monde avait peut-être déformé la façon de penser de Mari. À la fin, elle avait fini par croire que tous les monstres étaient mauvais. Elle aurait dû savoir qu’elle avait un tel préjugé. Le bien, le mal, était relatif, c’est un trope commun dans les livres et à la télévision.

Il y avait une certaine beauté dans ce monde, et même des montagnes comme celles-ci lui donnaient l’atmosphère d’une aventure. Oui, Mari aimait peut-être un peu ce monde. Ces derniers temps, elle pensait rarement à ce qu’elle avait laissé au Japon.

Elle était sûre que c’était pareil pour Nao et Yuri. Alors que la situation actuelle semblait terrible sans leurs sacs à dos, les difficultés leur donnaient encore la force et la puissance nécessaires pour surmonter leur future tâche de tuer le Roi-Démon.

Oui, Mari et ses amies étaient les personnages principaux de cette histoire. Ce revers n’était qu’un défi pour les forger à ce qu’elles devaient être.

Des moments magiques comme se lier d’amitié avec un monstre, c’était tout ce dont Mari avait besoin pour se ressourcer. Sa motivation était à nouveau au top !

« Il ne nous reste plus qu’à récupérer nos sacs à dos ! » Mari pompa ses poings en se redressant. Elle ne pouvait pas abandonner maintenant, elle devait être en pleine forme ! Rencontrer Ui-chan était un tournant, tout allait s’arranger à partir de maintenant.

Pour une raison quelconque, Ui-chan acquiesça intensément de la tête. « Qu’est-ce que c’est Ui-chan ? » lui demanda Yuri. « Veux-tu nous dire quelque chose ? »

Le corps d’Ui-chan se tortilla, essayant de dire aux filles quelque chose avec des gestes, mais bien sûr, un monstre en forme de libellule n’était peut-être pas le meilleur mime du coin. Mari et les deux autres filles n’avaient aucune idée de ce qu’Ui-chan essayait de leur dire.

« Désolée, Ui-chan. » Yuri chouchouta son nouveau compagnon, en essayant de le calmer. « Je ne vois pas ce que tu veux dire. Peux-tu nous le montrer ? »

Le monstre y pensa pendant une seconde, puis il s’était effondré au sol. « C’est moi, » murmura Nao, « ou elle veut qu’on lui remonte le dos ? »

Oui, on dirait qu’Ui-chan leur propose de faire que toutes les trois lui montent dessus. « Pouvons-nous vraiment le faire toutes les trois ? »

« Je pense que oui ? »

Donc, à la fin, elles avaient toutes grimpé à l’arrière d’Ui-chan. L’avant était pour Yuri, l’arrière Nao, et le milieu Mari. Puis le monstre s’en alla.

Le vent souffla sur les visages des trois filles, alors qu’Ui-chan commença à prendre de plus en plus de hauteur. C’était l’aventure que Mari cherchait, enfin ! Elle rit, Yuri et Nao aussi.

« Super ! Comme c’est génial ! »

« Plus haut, Ui-chan ! »

« Woooohooo ! »

Pendant que toutes les filles applaudissaient, Ui-chan monta de plus en plus haut. La chevaucher semblait étrange, mais comme les filles n’avaient monté que les chevaux du monde fantastique auparavant, elles n’avaient qu’une expérience limitée avec les montures.

Tout le corps d’Ui-chan bougea pendant qu’elle vole, son dos se faufila dans le vent, les ailes envoyaient de l’air supplémentaire aux cavaliers, et il y avait un bourdonnement d’air.

D’en haut, Mari pouvait voir tant de choses. Ces montagnes étaient vastes, elle s’en doutait, après s’y être perdue pendant un certain temps, mais maintenant elle pouvait voir l’immensité de ce paysage.

Puis elle put voir quelque chose en bas, ça ressemble à un campement. « Regardez ! » Ses mots ne menaient pas loin, alors elle le répéta beaucoup plus fort en le montrant du doigt.

« Je le vois, » cria Nao en retour : « Peut-être qu’on devrait vérifier ! »

« Ui-chan, terre ! »Yuri, qui était assise à l’avant, demanda à leur monture de les laisser aller en bas. Elle le fit, en tournant soudainement.

Comme Ui-chan n’avait ni harnais ni selle, bien sûr, toutes les filles tombèrent de son dos. Pendant une seconde, tout ce que Mari pouvait penser : Ui-chan, connasse !

La tête de Mari était légère, elle était en état de choc. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était sentir à quel point la pesanteur faisait des ravages. Soudain, une angoisse monta en elle dès qu’elle se rendit compte qu’elle était à des dizaines de mètres dans les airs avant d’être lâchée, et que seule une roche dure l’attendait en bas.

Elle vit Yuri, dont les yeux étaient grands ouverts et en larmes. Yuri était toujours dans le déni, elle se mit alors à pleurer. « Ui-chan, s’il te plaît, UI-CHAN ! »

Soudain, Mari sentit une main saisir son épaule : C’était Nao. À la fin, Nao n’avait pas abandonné. Mari se sentait mal d’être en colère parce que Nao avait l’habitude de gaspiller des munitions. Nao était une fille tellement géniale… Elle essaya même d’atteindre Yuri-chan, mais se déplacer en chute libre était plus difficile que dans les films. « YURI ! MAGIE !! COUSSIN DE VENT !! »

La voix de Nao réveilla Yuri, qui changea sa classe en Sorcier. « Coussin de vent ! » C’était juste en dessous d’elles, et c’était comme frapper un oreiller tendu, mais après ce choc initial, la chute commença à nouveau. « Coussin de vent ! »

En utilisant le même sort quatre fois au total, la chute des filles avait ralenti peu à peu. Chaque fois qu’on les arrêtait, cela engourdissait de plus en plus les sens de Mari. C’était comme être frappé par un monstre. La quatrième fois, Mari avait perdu connaissance.

 

―○●○―

 

Quel spectacle. Le roi des bandits autoproclamé Wiho regardait comment trois humains tombaient du ciel, déposés par un charmwinger. Ces monstres étaient dangereux, surtout si quelqu’un ne connaissait pas leurs phéromones, ce qui les rendait plus mignons et entravait le jugement.

Il chassait habituellement les gens et d’autres monstres. Wiho avait déjà perdu certains de ses hommes à cause d’eux, donc il ne pensait pas à ces bâtards des choses amicales. C’était la raison pour laquelle il attrapa une arbalète et se servit de sa compétence de tireur d’élite pour lui tirer un carreau dans la tête, pendant qu’il essayait de récupérer ce qui reste de ses victimes.

Affaire classée.

« Toi, toi, toi et toi. Oui, toi, Hannes ! Je veux jeter un coup d’œil, alors venez avec moi. » Bien sûr, c’était lui le patron, alors ses sous-fifres avaient suivi ses ordres. Surtout s’il s’agissait de pillage et de viol, mais ils savaient aussi que leur roi était capable de prendre les mesures nécessaires pour garder la plupart d’entre eux en vie.

Au fait, le roi des bandits régnait en étant le plus fort. Il était déjà dans la trentaine, mais cela signifiait seulement qu’il avait été capable d’affiner ses compétences dans une certaine mesure. Donc utiliser des compétences comme Sniper n’était pas un problème, il avait appris cinq compétences ! C’était beaucoup pour un non-héros.

Se grattant la barbe rude, il s’approcha des individus tombés. Ils étaient tous assommés. C’était des humains, et même des jeunes filles… ah, cheveux noirs, couleur de peau étrange ! « Hannes, sont-elles... »

« … pas ceux que j’ai vus… La crevette n’est pas là, et la queue de cheval de l’autre était plus longue… » Hannes avait eu une mauvaise rencontre avec un groupe de jeunes comme eux. Il s’était enfui avant d’être descendu par l’un de leurs compagnons masculins.

De la façon dont il les avait décrits, c’était peut-être des héros. Wiho savait que Feuerberg en avait convoqué quelques-uns, et il était sûr que ceux que Hannes avait rencontrés en faisaient partie. Maintenant, ces trois filles avec une apparence similaire étaient ici.

Bien que le roi des bandits soit sûr de pouvoir maîtriser certains héros naissants, il ne pouvait pas en dire autant de ses hommes. C’était tout à fait naturel puisque, comme cela avait été déjà dit, il régnait par la force. Donc, bien sûr, tous ses sous-fifres devaient être beaucoup plus faibles que lui, il n’oserait même pas les envoyer contre les soldats de Feuerberg.

C’est mauvais, tellement mauvais.

Il pourrait les tuer, ici et maintenant, mais il n’y avait aucun avantage. Ce n’était pas comme s’il devait craindre des représailles du royaume, qui saurait que c’était lui qui les avait tués ? Cependant, s’il n’y avait pas de profit, il devrait envisager ses options.

Les laisser ici ne servirait à rien non plus.

Cela signifie qu’il devait s’occuper d’elles d’une façon ou d’une autre. L’invocation du héros avait eu lieu il y a environ trois mois, serait-il suffisant pour les rendre trop forts pour qu’ils puissent déjà y faire face ? Peut-être que les tuer pour avoir l’esprit tranquille serait la meilleure option après tout.

« On les emmène. Hannes, va chercher de la corde. Nous demanderons aux femmes de s’occuper d’elles. » Bien sûr, les femmes devenaient aussi des bandits. Bien qu’elles ne soient généralement pas aussi capables physiquement que leurs homologues masculins, elles étaient souvent plus vicieuses et brutales. De plus, avec la faible proportion d’hommes, elles pouvaient plus ou moins choisir leur partenaire pour des nuits solitaires, bien qu’ils soient tous des bandits sales. À moins, bien sûr, qu’ils n’attaquassent une ferme ou une caravane et qu’ils n’emmènent de jeunes captifs mâles frais et jeunes.

Pour l’instant, le roi des bandits voulait ces jeunes, des héros captifs. Peut-être demandera-t-il aux femmes de leurrer les filles, leur faisant croire qu’elles étaient une sorte de rebelles contre la tyrannie du roi de Feuerberg. Oui, elles croiraient sûrement ça.

Dans des moments comme celui-ci, avec une guerre entre Feuerberg et les démons à l’est, et quelques compagnies de mercenaires à l’ouest à la recherche de quelqu’un et la collecte de primes sur les bandits sur le chemin, Wiho pourrait avoir besoin d’aide.

Alors peut-être que faire de ces filles de bons bandits pourrait être le moyen de sortir de cette situation difficile.

Même le roi des bandits avait besoin d’amis, non ?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Et bien, de désastre en désastre...

Laisser un commentaire