Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Extra Anniversaire – Partie 2

***

Extra Anniversaire

Partie 2

Anniversaire Extra — Suivi de l’évolution ! — Partie 2

Katarine von Stolzherz : Jouer avec des bâtons

Six ans

 

Katarine jouait les chevaliers avec son frère, Eberhardt. Tous deux utilisaient des bâtons comme des épées, alors qu’ils faisaient de leur mieux pour frapper le bâton de l’autre. C’était un duel sérieux en ce moment, montrant lequel d’entre eux était le meilleur combattant et donc le meilleur chevalier.

La blonde étudiait déjà pour devenir une belle princesse, mais lorsqu’elle jouait avec son jeune frère, elle était exactement ce qu’ils voulaient qu’elle soit. Ses longs cheveux étaient en une tresse, et un cercle d’or était présent autour de son front pour garder les dernières mèches de cheveux hors de son visage.

« J’ai reçu le nom de Kati, chevalier de Feuerberg. Bien que nous soyons tous les deux chevaliers du royaume, je ne peux ignorer que vos paroles m’ont insulté, moi et mon honneur. Soyez prêts à être traduits en justice devant ma lame. Hiyaaaaa ! » Katarine avança, essayant de frapper l’épée d’Eberhardt, mais Eberhardt sauta en arrière d’une manière trop dramatique.

« Au nom de Feuerberg, moi, Sire Eber, je vous amènerai, vous et votre insolence, au jugement de l’épée. Hé ! » Son attaque avait été une grande frappe, que sa sœur avait bloquée sans effort.

« Prenez ça, monstre ! »

« Prenez ça, porc ! »

Les serviteurs, incapables d’interférer avec les deux aînés des héritiers de Feuerberg, regardaient les deux enfants, qui jouaient assez fort l’un avec l’autre pour se faire mal.

Mais sur ordre du roi, ils n’avaient qu’à se méfier des blessures mortelles, car la famille royale de Feuerberg était du sang de Hagen von Stolzherz, un guerrier et héros suprême.

Bien sûr, ses descendants ressentiraient le besoin de faire leurs preuves au combat, même à cet âge. Le temple principal de Feuerberg était également proche, ce qui facilitait l’accès à la magie de guérison en cas d’urgence.

Après avoir combattu et s’être frappé les armes l’une contre l’autre pendant un certain temps, un autre homme était entré dans la cour. C’était un vieil homme, dont la posture et les yeux étaient plutôt jeunes et pleins d’énergie. « Vous regardez me fait mal physiquement. »

« Ah, c’est Gottfried, le monstre des légendes, le diable déviant, l’abominable aberration ! »

« Lady Kati, il faut qu’on se serre les coudes, qu’on abatte ce vil méchant ! »

« Voulez-vous me faire tomber ? » Gottfried ouvrit sa ceinture d’épée et la jeta sur le côté, juste pour attraper l’un des bâtons de remplacement de Katarine et d’Eberhardt. « Je suis sérieux à propos de chaque défi. Alors vous feriez mieux de vous excuser et de le retirer, sinon, je vais vous faire pleurer. »

*Gulp*

Les deux enfants étaient des membres de la famille royale, il ne devrait y avoir personne d’autre que les membres de leur famille, qui avait le droit de les faire pleurer.

Mais Gottfried était l’ami de leur grand-père. Il parlait même parfois à leur père d’en haut, même si leur père était le roi !

« Eber, il est temps de le faire payer ! »

« Oui ! »

« Je vais aller de l’avant, essayer de prendre son dos ! »

« Oui ! »

Gottfried resta immobile, en regardant les deux enfants se mettre en position. « Je n’utiliserai que ce bâton. Même Heinrich sera furieux si je commence à me bagarrer avec ses gosses. »

Les deux enfants chargèrent en même temps.

Eberhardt leva son bâton au-dessus de sa tête, pour sentir comment le poids s’était soudainement allégé. Soudain, la partie supérieure de son arme tomba. C’était coupé, bien qu’il l’ait fait basculer sans effort dans sa direction.

Ne sachant pas comment le traiter, les genoux d’Eberhardt s’affaissèrent, ses yeux se fermèrent et une odeur désagréable s’échappa de lui. Mais il n’avait que cinq ans et n’avait jamais la frontière entre la mort et la vie.

Katarine, toujours en mouvement et furieuse contre Gottfried, qui avait dévasté son petit frère, attaqua Gottfried de toutes ses forces. Elle balança son bâton au-dessus de sa tête, comme son petit frère.

« Manipuler une épée sur la tête est souvent une mauvaise idée, » expliqua Gottfried, car son bâton se trouva soudain aux chevilles de Katarine, les tirant vers le haut et lançant ainsi tout son corps en l’air. « Une vraie lame est lourde, elle perturbe votre équilibre, » sans casser le mouvement, son bâton traça un cycle pour ensuite être posé sur le torse de la princesse. « et l’intérêt d’avoir une épée est d’avoir un gros morceau de métal entre vous et votre adversaire pour vous protéger. »

Le corps de Katarine frappa durement le sol, son dos d’abord, puis sa tête et enfin ses membres. Son bâton s’était échappé de ses mains à un moment donné.

La douleur s’installa et il n’y avait qu’une seule réaction qu’un enfant de six ans pouvait faire dans cette situation. « Whhhyaaaaaaaaaaaauhaaauhauuuu ! » Pleurer.

« Allez, ne soyez pas un bébé — . » D’un mouvement rapide de son bâton, il avait coupé à travers un autre bâton, qui était sur le point de tomber sur sa tête. L’arme de Katarine, elle avait perdu pendant le combo rapide de Gottfried. « C’est une coïncidence ou tu as… Arrête de pleurer ! »

« … Sire Gottfried ? » Une autre voix se fit entendre, une voix forte qui servait à donner des ordres. « Pourquoi Kati pleure-t-elle par terre ? Et Eber a aussi l’air dévasté. »

Gottfried était un chevalier assermenté de Lidwiga von Stolzherz, l’arrière-grand-mère de Katarine, un ami de Meinolf, son grand-oncle, et de Kormin, son grand-père qui s’était marié dans la famille.

Quand il était jeune, il était devenu un serviteur extraordinaire et un ami de la famille royale.

Mais cela ne pouvait pas étancher la soif de sang d’un père inquiet, dont les enfants venaient de recevoir une précieuse leçon.

 

Dix ans

« Adi, tu dois essayer plus fort. » Katarine venait d’envoyer Adelbert von Stolzherz au sol avec facilité.

Adalbert était aussi le frère de Katarine. Elle était l’aînée de sept frères et sœurs, suivie d’Eberhardt, Yvonne, Teresia, Adalbert, Karlmann et Innozenz.

Adalbert et Karlmann étaient maintenant les enfants qui jouaient avec des bâtons, mais Katarine fit une pause et les aida à « pratiquer », bien qu’elle soit toujours une disciple. Ses longs cheveux étaient bloqués loin de son visage par un bandana.

Après avoir commencé la formation formelle de combat, elle avait été rapidement prise par Gottfried pour un tutorat direct, en particulier dans le maniement de l’épée.

Gottfried était une légende, bien que n’étant pas un héros, il s’était battu depuis toujours et avait acquis une certaine réputation. Parfois les gens voyageaient de loin pour défier le chevalier à la retraite en duel.

D’habitude, ça ne se passait pas bien pour eux. Gottfried pouvait se retenir contre des adversaires faibles, mais il avait une façon brutale de donner une leçon à ses adversaires.

Il en allait de même pour ses disciples.

Adelbert se leva, essayant de transmettre à Karlmann la prochaine étape de leur stratégie pour vaincre leur grande sœur. Bien sûr, ils avaient déjà tout un pan.

« Kati, Adi, Karl, » la princesse Yvonne se promena dans la cour pour leur transmettre un message.

« Qu’y a-t-il, Wonne ? » Katarine baissa son épée pour écouter sa jeune sœur.

C’était précisément le moment que ses frères et sœurs attendaient. Ses frères attaquèrent tous les deux en même temps, tandis qu’Yvonne sortit un petit bâton de sous sa robe pour poignarder sa sœur aînée (de façon ludique).

D’abord, Yvonne encaissa un poing directement sur son visage, suivi d’un genou dans l’estomac.

Deuxièmement, le bâton d’Adelbert avait été frappé par celui de Katarine, ce qui le fit rebondir sur son propre visage.

Troisièmement, le bras armé de Karlmann fut touché par l’épée de Katarine, qui venait de dévier l’attaque d’Adelbert, lui faisant perdre son arme et laissant une marque sombre sur son bras.

Les serviteurs qui regardaient ça furent choqués de voir cette soudaine démonstration de mouvements, tandis que les victimes s’unifièrent pour une autre activité : « Aaahaaaaaaaaauuuuuuuuuhurghhgh ! » Il pleurait.

Quelqu’un sauta de la balustrade d’une tour, une chute libre de douze mètres (40 pieds), atterrissant sur ses pieds comme si ce n’était pas un gros problème. C’était Heinrich von Stolzherz V, le père des quatre enfants ici présents, qui les observait dans le cadre de sa pause.

Être roi ne voulait pas dire qu’il ne pouvait pas être un père inquiet lui aussi.

 

Quinze ans

Katarine von Stolzherz quittera Esse pour se rendre à Wächter demain matin. Elle était devenue une dame élégante, bien qu’elle ait maintenant une coupe de cheveux beaucoup plus courte. Elle voulait être plus prête que jamais pour les batailles à venir.

C’était aussi pour ça qu’elle avait réuni ses frères et sœurs cette nuit. Pendant qu’Eberhardt, Yvonne et Teresia étaient absents pour des raisons éducatives, Adelbert, Karlmann et Innozenz étaient toujours là.

« C’est la dernière nuit. J’aimerais bien jouer une dernière fois avec chacun d’entre vous. Ici. » Elle montra à ses frères et sœurs les épées en bois qu’elle avait prises sur les terrains d’entraînement. « La dernière dispute entre frères et sœurs. »

Son sourire radieux montrait sa sincérité à se battre une dernière fois avec leurs frères et sœurs avant qu’elle ne s’engage sur un autre chemin.

« « Non, je te remercie. » » Bien que ses frères et sœurs soient plus intelligents que ça.

 

Ara’ainn : Toujours la même chose ?

Six ans

Ara n’était pas comme les autres enfants. Son comportement était inquiétant, les choses qu’elle aimait étaient étranges, la façon dont elle parlait ne convenait pas à son âge.

Ses yeux d’enfant, presque noirs, regardaient sa mère, tandis que ses longues oreilles montraient qu’elle ne comprendrait pas pourquoi, soudain, la même chose avait fait irruption dans sa chambre.

« S’il te plaît, Ara-tan. Ça ne peut pas continuer ! » Sa mère, Kae'ovar, était particulièrement inquiète pour son enfant. Elle en avait parlé à ses amis et en était venue à la conclusion suivante : cette fille ne suit pas le développement normal.

« Maman, ça ne te dérange pas ? Je suis en train d’étudier. » Bien qu’elle n’ait ni livres ni papier.

Ara, comme tous les alfar étaient connectés à un grand système construit par la magie, ce qui lui donnait accès à de nombreuses informations avec son esprit. Pensées, images, impressions sensorielles, tout ce qui était vécu par un alfr pouvait être partagé grâce au réseau et apporté à chaque alfr, qui aimerait le vivre lui-même.

Il existait un programme de scolarisation pour les enfants, avec un apport supplémentaire pour les étudiants particulièrement enthousiastes.

« Mais c’est le problème ! »

« Qu’est-ce que tu racontes ? »

« Ara, quand as-tu mis le feu pour la dernière fois ? »

« Je n’ai jamais mis le feu à quelque chose. »

« C’était quand la dernière fois, tu as mis de la poudre de démangeaisons dans le cou de quelqu’un. »

« La semaine dernière, pourquoi cette question ? »

« La semaine dernière !? »

« Désolée, la semaine d’avant. »

« Et si on volait ses possessions ? »

« Je voulais vraiment cet insecte. »

« Pour quoi faire ? »

« Expériences. »

« Ara, je ne sais plus quoi faire. Tu es… parfois j’ai l’impression que j’ai besoin de te rappeler de glisser tes cheveux dans les boissons de nos invités. »

« Mais couper quelques cheveux est trop fatigant. »

« Tu es sûre que c’est la raison ? Je l’espère bien, parce que tu m’inquiètes. Tu n’agis pas comme si tu avais ton âge ! »

« Tu exagères, mère. »

« Ara-tan, s’il te plaît ! Va dehors, brûle quelque chose, fais en sorte que les autres enfants se sentent mal à l’aise, peut-être fais une descente dans une maison ou deux, si tu en as besoin, tu peux même essayer de jouer avec d’autres enfants, mais arrête d’étudier ! »

« Mais j’aime étudier. »

« Aucune chance pour aujourd’hui ! » En utilisant sa propre magie, Kae'ovar avait coupé la connexion d’Ara au réseau.

« Hé ! » L’enfant était encore trop jeune et inepte en magie pour le restaurer par elle-même. « Je te le ferai payer au dîner ! »

« S’il te plaît, faites-le ! Je t’en supplie. Mais pour l’instant, sors et fais du mal ! »

« … »

Certains parents s’inquiétaient exagérément, chaque fois que leurs enfants s’éloignaient du chemin qu’on considérait normal pour leur âge.

 

Dix ans

« Maman, j’en ai fini avec le programme d’éducation. »

Kae'ovar l’avait appris en mangeant et laissa ses couverts tomber alors qu’elle était en état de choc. « Ne me dis pas — . »

« Oui, j’ai enfreint la règle de ne pas étudier la nuit et je l’ai terminée trois ans à l’avance, » répondit-elle.

« Ara-tan… Je ne sais pas quoi dire. J’adore comment tu as enfreint la règle que j’ai établie, mais pour faire quoi ? »

« J’étudie. »

« Souhaites-tu devenir chercheur ? Est-ce tout ? »

« Je ne sais pas ? »

« Mais pourquoi étudies-tu alors ? »

« Parce que c’est amusant ? »

« Essaies-tu de recevoir un “ainn” comme nom de titre ? »

« Ara’ainn a l’air élégante. »

« Ah, c’est ça, hein ? Tu veux juste un nom cool, c’est ça ? »

« Pas particulièrement. »

« TU as enfreint mes règles et tu es allée de l’avant dans le domaine de l’éducation sans raison, n’est-ce pas ? »

« C’est tout à fait exact. »

« En plus, tu parles comme un gros bonnet, parce que tu te crois si intelligente. »

« Ahem. »

« J’espère que tu utiliseras ta tête intelligente pour faire de belles farces. Je veux me vanter à propos de mon enfant. »

« Non. »

« Pourquoi, Ara-tan !? Pourquoi !?? »

« Parce que tu es ma mère. »

Ces mots avaient frappé fort. Kae'ovar s’était soudain rendu compte que sa fille, sa propre fille, avait mis en place un plan pour la faire souffrir au fil des ans. Toutes ces études, toutes ces farces et espiègleries, tout avait été mis en place pour zapper les jambes de Kae'ovar pour de bon.

« Ara-tan, » Kae'ovar ne pleura pas facilement comme tout le monde, mais ses oreilles frémirent, ce qui montrait à quel point elle était devenue émotive. « Selon moi, tu es la meilleure fille du monde ! »

Affectueusement, Kae'ovar commença à masser les oreilles d’Ara. Cette enfant était déjà une adulte.

Parfois, un parent était ravi de voir à quel point ses enfants grandissaient en caractère et ne pouvait s’empêcher d’admirer comment ils pouvaient agir en adultes.

 

Quinze ans

Déjà adulte depuis un certain temps, Ara’ainn était maintenant une membre à part entière de la société alfr. Elle avait un travail de comptable, et suivant le moral au travail, elle ne faisait pas de blagues sur son travail, comme beaucoup de ses collègues.

Bien sûr, le fait d’être chercheuse lui avait peut-être été bénéfique, mais en tant que comptable, elle avait plus de facilité à se détendre, car la recherche avait une valeur beaucoup plus grande que la gestion.

Les chercheurs avaient à craindre les rivaux et les choses politiques, tandis que les comptables avaient une vie facile, car les usines et le réseau faisaient la plupart du travail qui s’y rattachait.

Le commerce lui-même était négligeable, car les gens avaient tout ce dont ils avaient besoin pour survivre en ne faisant presque rien.

Être comptable, c’était avoir un emploi à peine rémunéré, mais qui valait la peine d’être paresseux.

D’un autre côté, elle pouvait étudier ce qu’elle voulait, tandis que d’autres essayaient de faire des recherches sur un plan professionnel, toujours se méfier de ceux qui essayaient de les dépasser.

Une vie belle et calme. C’est tout ce qu’Ara voulait.

Parfois, les enfants devenaient des adultes, qui utilisaient à peine tout le travail, les soucis et les ressources que les parents mettaient en eux.

Donnez-leur quelques années, et ils pourraient être convoqués dans un monde imaginaire, ce qui leur ferait utiliser tout ce que vous aviez essayé de leur apprendre pour trouver leur chemin dans ce style de vie unique.

Mais tout ceci c’était seulement pour devenir encore plus dérangé par un certain demi-alfr mythologique à un moment donné.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre. Je signale un mot oublié et un lapsus :
    * Mais il n’avait que cinq ans et n’avait jamais .... la frontière entre la mort et la vie.
    * Elle avait un travail de comptable, et suivant le moral (la morale) au travail, elle ne faisait pas de blagues sur son travail
    Si quelqu'un peut l'indiquer depuis son pc directement sur le texte, merci par avoir.

Laisser un commentaire