Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 2

***

Chapitre 5 : Finition !

Partie 2

L’été était arrivé, tout le monde en classe sauf Ken m’avait acceptée. « Katsuragi, tu n’as postulé à aucun événement du festival sportif. Suis-moi et finalement écris ton nom sur la liste ! » Ce n’était pas la première fois que je le lui rappelais.

« Pourquoi n’écris-tu pas mon nom sur cette foutue liste ? Tu aimes tout décider de toute façon, fausse numéro 2, pourquoi devrais-je faire l’effort d’essayer de jouer le jeu ? »

« Tais-toi, c’est tout ! » J’étais très frustrée à ce moment-là. J’avais fait partie du comité des festivals sportifs, et les préparatifs avaient été nombreux et difficiles, et je devais encore m’occuper de Ken, qui n’avait même pas rempli ses obligations de base. « Et ne m’appelle pas Fausse numero 2 ! »

« D’accord, salope. » 

« Comment m’as-tu appelée !? » m’écriai-je. 

« Salope, ou comment tu appelles quelqu’un qui se prostitue avec presque tous les garçons de la classe pour obtenir des votes pour le conseil étudiant ? Peut-être que “prostituée” serait mieux, » déclara-t-il.

Oh, son visage. Je voulais le frapper si fort que ses dents s’envoleraient. Il était comme ça pour tout le monde en classe, mais contrairement à mes camarades de classe, je ne pouvais pas l’éviter à chaque occasion. J’étais la présidente de classe !

Mais chaque fois que je parlais avec Ken, je regrettais profondément d’en être un. « Appelle-moi par mon nom. »

« Ouf… Momokawa, écris mon nom n’importe où. » D’ailleurs, pendant toute la conversation, il n’y avait pas eu de contact visuel, mais la façon dont il avait regardé par la fenêtre, il était clair comme le jour qu’il me voyait comme une douleur.

Il n’y avait pas un seul souvenir positif de Ken dans toute ma vie au lycée. Il avait souvent été appelé par les enseignants et le principal, puisque son comportement avait causé de nombreux problèmes. Pas les plus importants, mais les gens n’aimaient pas qu’on les traite de tous les noms, qu’ils soient étudiants ou enseignants.

Cependant, pour une raison quelconque, il n’avait jamais été suspendu. Peut-être que son comportement n’était pas assez mauvais. Des rumeurs couraient que les parents de Ken étaient riches et faisaient des dons à l’école. Même Katsuo-kun, qui était dans le même collège que lui, ne connaissait pas la vérité, il était difficile d’obtenir de lui des informations sur Ken. Peut-être que Katsuo-kun en avait déjà tellement marre de lui qu’il ne voulait même pas en parler.

À un moment donné, même si j’avais cessé d’essayer d’être gentille avec Ken, j’étais seulement ennuyée de le voir offenser tout le monde chaque fois qu’il ouvrait sa bouche. Il était clair comme de l’eau de roche que celui-ci ne s’intégrerait jamais dans le reste de la classe, et bientôt plus personne ne se souciait vraiment de lui. La plupart avaient juste essayé de l’ignorer autant que possible.

Puis nous avions été transportés dans ce monde fantastique, et j’avais été abandonnée par mes amis.

Je me sentais frustrée par rapport à moi-même, par rapport à la situation de mes dépenses personnelles, par rapport aux perspectives, et j’étais lentement tourmentée.

Dans cette torture, j’avais revu Ken.

Il était un peu déprimé. Comme cela faisait deux mois que je ne l’avais pas vu la dernière fois, je lui avais parlé. Un visage connu, pendant un instant, j’avais même oublié à quel point il me rendait furieuse à l’école.

Il était maudit, et il m’avait proposé de m’aider si je l’aidais avec cette malédiction. C’était une offre intéressante, même si j’étais sceptique. C’était Ken, après tout.

La première partie du voyage jusqu’à Heissquellen s’était bien passée, bien qu’un peu dérangeante. Ken avait fait des efforts pour travailler avec moi. S’il l’avait fait à l’école, toute ma vie scolaire aurait été heureuse.

Tu sais à quel point c’était exaspérant ? J’avais essayé pendant des mois de lui faire me traiter un peu comme ça, mais maintenant, dans un monde imaginaire, il l’avait fait soudainement comme si c’était une tâche facile !

Il était aussi fiable ! Il était maudit, mais c’était quelqu’un qui pouvait combattre ces monstres, qui savait camper dehors et qui savait comment devenir un meilleur héros. Tandis que je dégénérais en une fille sans défense dans un pays inconnu, il était passé d’un crétin à un crétin avec des compétences utiles !

Mais dès que les ss’raks nous avaient attrapés à Heissquellen, il s’était déchaîné contre eux et les avait vraiment mis en colère. Cela les avait poussés à nous jeter dans le gouffre.

J’étais perdue. Tout s’était mal passé, et il semblait que nous allions mourir. Je devais faire quelque chose, je ne voulais pas mourir, mais tout semblait inutile.

Pendant que j’étais piégée dans ce cycle, Ken avait pris les choses en main. Je l’avais laissé faire, car je n’avais pas été capable de rassembler beaucoup de motivation. Je me concentrais sur la façon de rester en vie, tandis que les yeux de Ken étaient toujours fixés sur autre chose.

Sans Ken, je serais morte. Je devais le garder dans les parages.

Je détestais combien j’avais besoin de lui, mais cette haine m’empêchait de penser à notre destin. J’avais peur qu’il aille quelque part, alors je ne l’avais pas laissé partir, en lui mettant la main dessus pendant qu’il dormait dans cette grotte, en le gardant à proximité quand je prenais un bain dans cette source chaude…

Il ne m’avait pas laissée tomber. Quand les oiseaux nous avaient poursuivis avec leurs becs tranchants, il ne m’avait pas laissée partir.

Il ne m’avait jamais laissée tomber.

Ironiquement, être si près de la mort m’avait fait me sentir vivante. De la panique pure. Puis j’avais été infectée par sa malédiction. Une autre chose qui m’avait empêchée de penser à notre perte, une malédiction de mariage. Il ne le savait pas, mais je lui en avais voulu, parce que c’était facile de le détester.

Il en méritait un peu, mais pas à cause de la malédiction. Rationnellement, ce n’était la faute de personne, mais je n’étais pas rationnelle à l’époque. J’avais l’impression que le monde entier était contre moi, se moquant de moi en me faisant épouser la personne que je méprisais le plus.

Mais sans lui, je serais morte, alors je devais le garder en vie. Même quand il avait attaqué l’ours cramoisi. Même après avoir failli être tué par ss’rak quand il avait réalisé qu’il venait de commettre un meurtre.

Je devais le garder en vie. Alors j’avais tué celui qui avait failli le tuer.

J’étais d’accord avec ça. Je pourrais dire que je l’avais fait pour le sauver. Je pourrais dire que c’était nécessaire. Vraiment, j’avais peur de ce qui arriverait si Ken mourait. J’étais dépendante de lui, même si je détestais ça.

Dans le gouffre, j’avais vu beaucoup de côtés de Ken que je ne connaissais même pas. Il était égoïste, mais fiable et vulnérable. Il avait autant besoin de moi que j’avais besoin de lui, non seulement en raison de mes sorts, mais parce que j’étais une autre personne.

Ça aurait pu être n’importe qui, mais c’était moi.

On ne s’entendait vraiment pas. À l’époque, on se battait presque tous les jours, maintenant il ne se défend plus autant qu’avant.

C’était un peu triste.

Il avait vaincu le patriarche et je lui avais donné mon premier baiser. Rien que cela me fait sourire, chaque fois que j’y pense, j’ai l’habitude de mettre ce souvenir de côté, pour m’en souvenir chaque fois qu’il n’était pas là.

Ken n’était pas un héros. Il n’en avait pas l’air quand il avait combattu le patriarche, mais à la fin, je l’avais embrassé. Maintenant, je pouvais l’accepter, mais cela m’avait énervée pendant si longtemps.

Après tout ça, je le voyais sous un meilleur jour. C’était toujours un con, mais au moins c’était un con que je pouvais supporter. J’avais même l’intention de lui demander de rester avec moi pendant un certain temps, afin que nous puissions augmenter mon niveau, pendant que je trouverais quelque chose qu’il voulait aussi. À ce moment-là, j’étais vraiment prête à travailler avec lui, après que nous nous soyons débarrassés de la malédiction, comme de vrais partenaires.

Un espoir qui avait été trahi.

Nous étions revenus à Esse, et la malédiction n’avait pas pu être enlevée. D’une façon ou d’une autre, Ken avait perdu tout ce pouvoir divin qu’il avait rassemblé. Nous apprendrions beaucoup plus tard qu’il avait été utilisé en m’infectant avec la malédiction, mais à ce moment, quand j’avais entendu dire qu’il l’avait perdu, je ne pensais qu’à la façon dont il m’avait mise en grand danger plusieurs fois pour rien !

Tout le positif était devenu négatif, complètement dénué de sens. Non ! Tout était encore pire.

Peut-être que cela m’avait rendue plus forte en tant que héros, mais on ne m’avait pas donnée le choix de travailler avec lui ou non. Au lieu de cela, j’avais été forcée, la description de ma bague m’avait dit que je devais rester près de lui ou la malédiction s’activerait sur moi.

En plus de ça, j’étais mariée avec lui !

Vous ne pouviez pas forcer quelqu’un pour un baiser ou un mariage ! Ce n’est pas exactement quelque chose que vous avez Gagné, mais ce qu’on vous accordait. Sérieusement, j’avais mes propres plans, et ils avaient été piétinés !

Je savais que le mariage n’était qu’une étrange malédiction. Mais si ces stupides popups vous le rappellent toujours, alors n’importe qui aurait l’impression qu’il n’y avait plus beaucoup de différence.

Surtout quand vous deviez coopéré pour rassembler ces PMA. Il était trop tard pour retirer ma permission, et c’était logique, mais avec le temps, cela avait transformé quelque chose de spécial en quelque chose de trivial. Toute mon histoire d’amour avait été brisée par cette malédiction, et Ken était au centre de tout ça.

Je détestais cette malédiction, et je détestais Ken, alors les mettre tous les deux dans le même sac n’était peut-être pas juste, mais je m’en fichais à ce point.

Cela, et d’autres questions très privées avaient fait de moi une râleuse, mais j’étais dans une situation où le sol s’était soudainement effondré sous mes pieds.

J’en avais marre de ne pas avoir le choix et j’avais besoin d’un exutoire. Ken était le seul disponible.

D’autant plus quand nous avions rencontré nos camarades de classe à Wächter, où j’avais pu voir comment c’était censé être. J’aurais dû en faire partie, mais j’étais isolée. J’étais différente de mes amis, et la raison était la malédiction de Ken. Je me sentais encore plus seule, et toute cette escalade n’avait pas amélioré mon humeur.

Quand les oiseaux à quatre ailes m’avaient prise, j’avais peur. Si effrayée. S’ils me laissaient tomber, je tomberais par terre et mourrais, mais s’ils me portaient à leur nid, ils me mangeraient. À ce moment-là, j’étais seule dans le vrai sens du terme, et j’avais souhaité que Ken meure aussi, car il était l’objet de toute ma haine. Cette journée avait été la pire depuis le réveil !

En y repensant, j’avais peut-être peur d’être la seule à mourir, mais les émotions n’étaient pas si simples. Vous pouviez ressentir les choses d’une façon, penser d’une autre et arrivé à la conclusion que vous vouliez qu’une troisième chose se produise.

Dans cet état agité, j’avais été sauvée par Masahiko-kun. Je devais retourner voir Ken, qui était encore en vie, sinon la malédiction m’affecterait aussi. Je ne voulais pas parler de la malédiction à mes amis, car… Je ne savais même pas comme le faire.

Était-ce, car c’était embarrassant ? Était-ce parce que je ne voulais pas qu’ils s’inquiètent ? Était-ce parce qu’Eri-chan se serait moqué de moi, rendant impossible de revenir vers eux, et m’en aurait tenu rigueur pour toujours ?

Je n’avais toujours pas de précisions à ce sujet, mais cela avait causé des malentendus que je n’avais pas pu résoudre. Qui d’autre que Masahiko-kun ferait confiance aux paroles de quelqu’un qui pourrait avoir subi un lavage de cerveau ?

J’avais donc utilisé leur malentendu pour les mener à Ken, qui s’était retrouvé dans une rencontre avec l’araignée singe.

J’étais vraiment contente quand Ken avait décidé d’aider Masahiko-kun et les autres, même s’il était redevenu un crétin. Aussi ennuyeux qu’il soit en général, il était toujours fiable quand il s’agissait de combattre quelque chose.

Mais pourquoi avait-il ramassé cet arc ? Pourquoi m’avait-il forcée à m’enfuir avec lui ? Avec tous ces malentendus que j’aurais dû au moins essayer de dissiper, nous avions tous les deux porté un coup fatal à mon amitié.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Être renfermé, ok, mais la, il est simplement injurieux 😵

Laisser un commentaire