Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 6

***

Chapitre 4 : Suivi de la situation !

Partie 6

J’avais fait une gaffe indigne d’une princesse de Feuerberg. J’avais perdu la trace de l’Oni.

Mais j’étais sûre qu’elle était encore là quelque part, c’est ce que mon instinct me disait.

J’aurais peut-être dû attendre Kyou et Ara. Aller de l’avant était un peu téméraire.

Maintenant, nous étions séparées, mais si j’étais rapide, je pourrais au moins rattraper l’Oni et la tenir occupée, assez longtemps pour qu’Ara et Kyou la rattrapent, mais je devais d’abord la trouver.

Je regardai le sol, mais je ne savais pas si ces petites gouges étaient des traces ou non. C’était censé être le travail d’un chasseur ou d’un éclaireur, et comme je n’avais jamais montré un intérêt pour la chasse aux animaux, je n’avais pas appris à suivre quelqu’un.

Un buisson bougea, et ma tête tourna comme ça, mais ce n’était qu’un lapin rouge. Il avait des yeux jaunâtres, de petites cornes blanches sur le nez et les oreilles étaient plissées vers le bas. On dirait un vrai lapin pour moi.

Kenta m’avait dit un jour que les animaux de son monde avaient l’air différents, mais je ne pouvais même pas imaginer un lapin aux oreilles droites.

Cependant, depuis que j’avais rencontré Kenta, certaines choses avaient changé. J’étais un héros maintenant, et je pouvais parler aux animaux.

C’était plus ou moins moi qui leur parlais, pendant qu’ils faisaient des gestes qui me disaient ce qu’ils avaient répondu. Ça s’appelle « Murmure ».

Je peux simplement demander au lapin pour l’Oni !

Oh, on dirait qu’il est blessé. Il a des égratignures sur toute sa fourrure. Peut-être que ça a un rapport avec l’Oni ? « Excuse-moi, cher lapin ? Je cherche un grand démon rouge. L’as-tu vu ? »

Le lapin se tourna la tête et retourna dans la brousse. Il veut que je le suive.

J’avais moi-même passé à travers la brousse et juste derrière, il y avait quelque chose qui gisait sur le sol. C’était une masse à pointes, la même que celle que l’Oni portait.

A-t-elle lâché son arme, puisqu’elle l’empêchait de courir ?

Danger derrière moi !

―○●○―

Arako et moi avions réalisé que nous avions rattrapé le temps perdu, mais il était déjà trop tard. L’avertissement que je voulais donner à Rine-chan ne put quitter ma gorge à temps. L’Oni la frappa avec tant de force que mon amie avait été jetée contre un arbre.

Comment cette Oni s’est-elle cachée dans ce buisson malgré sa taille ?

Un son laid vint de la direction de Rine-chan. C’était peut-être le bruit des os cassés. Elle serra les dents et, pendant que les larmes tombaient de ses joues, le feu dans ses yeux resta toujours allumé. Sa main droite tenait son épée si fort que ses articulations étaient blanches, mais son bras gauche était plié à un angle étrange.

Puis l’Oni avait lâché un « AAAAAAAAAAAARGH ! » Son épaule gauche s’ouvrit, et du sang coula dans toutes les directions. Même si ses yeux ne pleuraient pas, elle ressentait de la douleur, tandis que son bras gauche et une partie de sa poitrine tombaient, seulement reliés au corps par un peu de chair. La coupure elle-même descendait jusqu’à l’estomac. « C’est dingue ! Quelle folie ! Comment !? » Elle donna un coup de pied au sol et attrapa son épaule gauche avec sa main droite et la replaça à sa place.

Qu’est-ce qu’on doit faire ? Rine-chan semblait souffrir beaucoup, mais elle ne s’était cassé que le bras. L’avait-elle sacrifiée pour absorber l’impact de sa frappe, afin qu’elle puisse encore se battre ?

Si c’est vrai, alors cette fille est folle.

Pourtant, elle pouvait nous sauver. « Arako, occupe-la. » Rine-chan semblait incapable de bouger, la douleur était trop forte. Ses conditions étaient « Os brisé : Bras » et « Étourdi », mais je pouvais au moins calmer sa douleur et lui donner des analgésiques.

Arako ouvrit la bouche, mais après que ses oreilles bougèrent selon un schéma confus, elle la referma et souleva son bâton. « Canon Fontaine ! » Avec son sort, elle frappa l’Oni.

Pendant ce temps, j’avais couru jusqu’à Rine-chan et commençai mon traitement. Je m’étais changée en Prêtresse et je commençai par le choix évident. « Guérison ! » Puis j’avais pris un cataplasme dans mon sac à dos et je l’avais mis sur son bras cassé. J’utilisais également utilisée la compétence « Check-up » que j’ignorais habituellement, car jusqu’à présent, tout pouvait être guéri soit par magie, soit par médecine.

C’était parce que nous étions des héros, mais je connaissais déjà comment cela fonctionnait avec les os cassés. Ils ne guérissaient pas aussi facilement.

Quand Ken s’était cassé les côtes dans le combat d’Aroahenn, il lui avait fallu plusieurs heures pour guérir complètement, ce qui montrait à quel point les héros recouvraient la santé rapidement, mais c’était encore trop long pour la remettre au combat.

Le bras de Rine-chan était proprement cassé, il guérira après une semaine de repos, mais elle sera capable de se battre après quelques premiers soins.

Tout dépendait maintenant d’Arako.

Elle allait très bien. « Agh ! Flammes d’Oni ! » L’Oni faisait rage contre Arako, sa force brute avait brisé les sorts d’Arako, alors Arako était passée à sa classe d’Acrobate avant de se concentrer sur l’évitement des attaques, en utilisant des sauts en hauteur, des attaques rapides et autres mouvements.

Maintenant, elle sauta sur une branche au-dessus d’elle, puis ses petits muscles en tant qu’Acrobate disparurent. Elle était à nouveau une Druide. « Couteaux de glace ! » Elle lança des lames de glace vers l’Oni, qui les brisa avec son poing gauche.

Il semble que, bien que l’Oni ne puisse pas utiliser son bras gauche, son épaule s’était rattachée à nouveau. Heureusement, la régénération de cette Oni s’était ralentie.

J’avais besoin d’une minute pour ramener Rine-chan au combat.

L’Oni tira sa frappe de feu sur Arako, mais elle était déjà revenue à sa classe d’Acrobate et elle avait sauté sur un autre arbre.

Ses oreilles tremblaient. Peut-être qu’Arako en voulait à l’Oni d’avoir brûlé les arbres, ou peut-être à elle-même puisqu’elle devait utiliser une telle stratégie, mais cela marchait.

Arako était peut-être un peu rouillée, mais je voyais bien qu’elle était une héroïne avec presque cent ans d’expérience. Utilisez la magie pour attaquer de loin, éviter la contre-attaque, changer de position sur un autre arbre, c’est fluide !

« Ne bouge pas, gamine ! Flammes d’Oni ! » L’oni continue à tirer, même si cela n’avait pas d’effet.

Arako sauta de la branche sur laquelle elle se tenait, jusqu’à l’arbre suivant, mais… « … ? ». Au lieu d’atterrir sur cette branche, elle perdit de la hauteur et s’y cogna, tomba par terre et gémit.

Qu’est-ce qui vient de se passer !? J’avais vérifié son statut. État… Fatigué. C’était le malus qui se produisait, si vous ne vous reposez pas assez, en ne comptant que sur les potions, la magie, et d’autres moyens.

Arako… en avait trop fait. En premier lieu, c’était elle qui avait la constitution la plus faible. En plus, elle était malade, ce qui n’était réprimé que par les médicaments. Elle avait parcouru de longues distances à pied, elle avait porté Rine-chan et moi sur une longue distance. Et maintenant, elle se battait contre l’Oni. C’est tout simplement trop !

Maintenant, le système du héros frappait en retour après tous ces violences corporelles.

« Uhhhh… » Les doigts d’Arako avaient glissé sur son bâton. Elle essaya de le récupérer, et pendant que son visage avait une légère expression d’inconfort, ses oreilles devenaient folles. Elle devait avoir très mal, mais son corps ne semblait pas capable de bouger beaucoup.

« Haha ! Enfin ! » L’Oni lui donna un coup de pied. « Prends ça ! » Encore un coup de pied sur d’Arako.

« … uhhhhh… » Une seule larme coula de la joue d’Arako. Je n’avais jamais vu une larme d’alfr avant…

« Ara…, » Rine-chan à côté de moi essaya de se lever, mais ses jambes cédèrent. « Ara ! » Sa voix était rude. Elle rampa sur son bras sain plus près du combat, lentement mais sûrement.

Mais ce n’est pas nécessaire.

« LAISSEZ-LA PARTIR ! » Ces mots échappèrent à ma bouche, tandis que je me précipitais vers l’Oni.

La colère, la frustration, le désir de les sauver, chaque moment de désespoir, de peur et d’irritation que j’avais ressentis depuis que j’étais venue dans ce monde s’enflammèrent juste derrière mon ventre.

Comment ose-t-elle !?

Arako était peut-être incapable de prendre soin d’elle-même, mais elle faisait vraiment tout ce qui l’intéresse. Elle me suivait, malgré le fait que nous étions deux espèces totalement différentes, et qu’à l’origine elle ne voulait même pas devenir mon amie.

Maintenant, elle l’était, et personne n’était autorisé à faire quelque chose comme ça à mes amis. « EXORCISME ! » La lumière avait englouti l’Oni, alors que des flammes blanches l’engloutirent.

« … UUUUUARGHHHHHH ! » Comme cela ne suffisait pas, je sortis mon couteau, je passai à la classe d’Herboriste avant de la poignarder. « Arrête, ça fait mal ! Aïe ! Arrête, ça fait mal, je te dis ! Aïe ! » Sans même savoir exactement ce que je poignardais, j’enfonçais sans cesse mon couteau de la taille d’un poignard dans cette boule de flammes blanches.

Rine-chan était peut-être une fille stupide, mais elle faisait toujours de son mieux. Elle était si stupide qu’elle ne remarquait toujours pas que je la manipulais. Sans même se soucier d’elle-même, elle essayait toujours de faire ce qui était juste. Pourtant, Cette Oni lui avait fait très mal !

Je veux lui faire mal !

Puis l’Oni balaya ses bras, me renvoyant. Les flammes blanches s’éteignirent, et le visage déformé de l’Oni montrait de la colère.

Elle se précipita à sa massue, qui avait été abandonnée sur le terrain jusqu’à présent. « Je vais te tuer, sœurette ! Je te tuerai, puis je briserai les os de Katakata, puis je tuerai l’alfr, et puis j’en aurai fini avec toi ! J’aime les bagarres, tu sais, mais quand tu t’impliques, tu gâches la fête, sœurette ! »

Elle souleva la massue de la main gauche. Donc elle est gauchère, une pensée inutile. Je savais que même si je parvenais à échapper à la véritable attaque, l’air qu’elle déplaçait m’atteindrait, puis je serai au sol, de sorte que l’attaque qui suivra ne manquera pas de me toucher.

J’avais alors touché mon écharpe avec ma main. Il y avait une raison pour laquelle je portais une écharpe. Ça me donnait le sentiment d’être vraiment un héros. Maintenant, j’en avais besoin pour avoir du courage.

Le dernier Exorcisme était de trop, je n’avais plus assez de mana pour en faire un autre, les potions étaient loin à l’intérieur de mon sac à dos. Ma seule arme était mon couteau, et j’étais face à un ennemi qui était bien au-dessus de moi.

Avec un peu de courage, je serrais mon couteau. Désolée, Arako, Rine-chan. Je ne pourrai pas vous faire gagner beaucoup de temps.

Quelque chose m’animait, me donnant un peu de force. Ce n’était pas grand-chose, mais j’étais contente d’avoir cet élan.

J’étais sur le point de charger l’Oni, mais dès que je bougeais, j’avais vu rouge.

Littéralement.

Du sang éclaboussa mon visage et mes vêtements, et je voyais quelque chose sortir de la gorge de l’Oni. C’était un fer de lance courbé fait d’os.

Quelque chose apparut sur le dos de l’oni, quelque chose de rouge, quelque chose avec une cagoule et — « Un mage blanc est la bouée de sauvetage d’un groupe. » — une voix très familière qui donna à l’Oni une étrange menace calme frappa ses oreilles.

C’est Ken. Même s’il devrait être encore loin, il était là, et il parlait de ses jeux stupides.

Mage blanc ? Bouée de sauvetage ? Est-ce qu’il parle de moi ?

L’Oni, incapable de dire quoi que ce soit, se tourna vers Ken, mais il lui avait déjà sauté loin de là. Puis une petite explosion sortit du cou de l’Oni. C’était une bombe incendiaire. L’a-t-il mis dans le trou qu’il lui a percé dans la gorge ? « Non, ne fais pas ça. Putain de merde. Avec. Mon Dieu. Mage blanc. »

Au lieu d’une gorge, un trou béant se trouvait sous le menton de l’Oni. Elle crachait de grandes quantités de sang, puis ses mains errèrent vers l’avant et l’arrière de son cou, couvrant les trous tout en bougeant la chair. « Huuuuuaaaaah ! » Elle inspira profondément. Elle avait mal. « Hyrak, kakarhn ! » Sa toux fit remonter quelques gouttes de sang.

 

Vous gagnez 5 PMA.

Votre mari vous a sauvé la vie ! Comme c’est dramatique ! Quel timing !

 

Sérieusement, même si son timing était parfait, Ken n’avait pas l’air d’un héros. Au lieu de quelqu’un qui sauvait les autres, c’était comme s’il était un méchant.

Un héros aurait donné un coup de pied à l’Oni, mais au lieu de cela, il était allé jusqu’à lui percer la gorge par-derrière et y mettre une bombe.

Mais même moi, je ne pouvais pas nier à quel point c’était efficace, et à quel point j’étais heureuse qu’il soit ici maintenant.

Si tu viens, ne me fais pas attendre si longtemps, idiot ! J’allais mourir !

La massue de l’Oni avait été lâchée, alors elle donna un coup de pied à Ken, qui sauta vers l’arrière. « Kyou-san, soigne les autres. » Sa voix était toujours flippante, alors que ses yeux étaient fixés sur l’Oni. Ses muscles grandirent alors qu’il se transforma en Lancier.

Non seulement le soulagement revigora mon corps, mais aussi le fait que Ken se trouvait à moins de six mètres, la distance à laquelle nos Attributs — le coup de fouet donné par le bonus de mariage fonctionnait. Cela soulagea la douleur d’Ara, cela donna à Rine assez de force pour se relever, et cela nous donna un second souffle.

Ken est là, donc tout ira bien.

« Assure-toi juste que tu ne finisses pas aussi en tant que patient ! » déclarai-je. Je m’étais dépêchée d’aller voir Rine et de finir son traitement. Même si j’avais pitié d’Arako, son statut disait qu’elle était toujours stable, mais « Fatiguée », alors je devais donner la priorité à Rine-chan, qui pourrait ainsi rejoindre la bataille.

« Poussée Rapide ! » Ken se défendait contre l’Oni, qui avait toujours les mains qui couvraient les trous dans son cou. Il la dominait certainement et je ne saurais dire si ses blessures se refermaient toujours ou non.

« Merci, Kyou. » Le traitement de Rine-chan fut terminé. Un autre sort, et un autre cataplasme et cela seraient suffisants à ce stade. « Kenta, j’arrive ! HYAAAAAAA ! » Rine-chan chargea l’Oni avec un cri de guerre.

L’Oni regarda Rine-chan d’un air choqué et elle sauta au moins dix mètres en arrière. Puis elle courut entre les arbres.

Pour une raison quelconque, Ken ne l’avait pas suivie, il restait immobile et regardait fixement l’endroit où se trouvaient l’Oni.

Puis il tomba. J’avais couru vers lui, et il était toujours conscient. Mais comment... Attends.

J’avais alors vérifié son statut. Il était dans un sale état. Il avait lui aussi le statut : Fatigué. « Rine-chan, reste ici avec nous cette fois. Soigne Arako ! » La blonde était sur le point de recommencer la chasse, mais vu comment cela s’était passé la dernière fois, je ne voulais pas qu’elle le fasse, et nous avions besoin d’elle ici pour nous protéger.

« OK. » Elle semble un peu déprimée, mais Arako était importante, alors elle se dirigea vers elle et utilisa la magie pour la guérir.

J’examinerai moi-même Arako plus tard, mais pour les premiers soins, Rine devrait suffire.

Quelque chose d’autre avait préséance. « Ken. Comment cela se fait-il ? » Je posai juste la question, il pouvait sûrement comprendre ce que je voulais dire. Comment est-il arrivé ici et est-ce lié à son état d’usure ?

« J’ai… couru… tout… le… chemin…, » ses mots sortaient entre de courtes respirations emplies d’épuisement. « … en utilisant… des… pots… » J’avais vérifié l’inventaire, et oui, notre stock de potions d’endurance avait encore diminué d’un certain montant.

Mais avait-il vraiment couru tout le chemin ? « Pourquoi ? » Même s’il voyait notre statut, il ne serait pas en mesure d’arriver à temps en parcourant tout le chemin à ce moment-là tout en avalant des doses de potion d’endurance.

Il avait dû commencer à se précipiter après qu’on ait lu son mot, mais c’était il y a plus d’une heure !

« … La ferme. » Je suppose qu’il a un mauvais pressentiment, mais Ken aime penser que toutes ses actions sont tout à fait rationnelles, même s’il ne l’est pas chaque fois que les choses se compliquent.

Mais cette fois-ci, c’était pour le mieux qu’il ait couru jusqu’à nous, poussant son corps au-delà de ses limites.

Et puis il avait très probablement utilisé beaucoup de compétences pour nous trouver et se faufiler dans l’Oni afin de l’avoir pour de bon.

Quelque chose d’étrange m’arrive. Je souris à Ken. Ce n’est pas mon sourire d’affaires habituel, mais un vrai sourire.

Quelle idiote !

Il avait vraiment couru jusqu’ici, après s’être lui-même battu, puis il nous avait sauvées à temps.

Pour une raison stupide, je ne pouvais m’empêcher de lui sourire.

Non pas qu’il me regarde. Il était allongé sur le ventre et regardait le sol. Néanmoins, j’avais toujours envie de sourire.

―○●○―

L’Oni s’enfonça dans les buissons alors qu’elle regardait parfois en arrière. Elle n’avait pas peur. Malgré le comportement intimidant, une Oni était incapable de ressentir de la peur.

Mais elle pouvait encore ressentir l’inquiétude, la douleur et le désir de vivre, et, bien sûr, la douleur qu’elle ressentait quand on lui rappelait que le Maître lui avait ordonné de vivre.

Ce n’était pas loin.

Elle revint à sa vraie forme. Dans la forme géante rouge, elle aurait du mal à se régénérer à ce stade.

C’était la première fois qu’elle avait failli mourir. Ce n’était pas drôle du tout !

Maintenant qu’elle avait retrouvé sa vraie forme, tout le youki qu’elle utilisait pour maintenir sa forme géante pouvait s’écouler dans sa guérison naturelle.

Elle se concentra sur son cou. Elle avait de vilaines blessures au cou et, pour une raison ou une autre, Katakata avait pu la blesser en étant frappée depuis un angle mort. Tout son côté gauche avait été rattaché à son torse.

Cette alfr, qui avait sauté comme un singe et lui avait jeté de la magie, était un ennui. L’Oni aimerait la tuer, mais elle n’en avait pas besoin.

Katakata était amusante. L’Oni voulait la combattre à nouveau, mais elle devait la ramener au Maître pour qu’il puisse la ramener à la Dame.

La sœur était une emmerdeuse. Sa Magie divine fait vraiment, vraiment mal.

Même avec la condition spéciale de l’Oni, cela faisait mal, et c’était toujours à deux pas d’annuler son changement de forme. Cette fille doit mourir !

Et pourtant, le type était encore pire ! L’Oni avait été choquée, quand elle avait soudainement commencé à suffoquer parce qu’un trou était apparu dans son cou, ou plus exactement, que quelque chose à l’intérieur de son cou avait soudainement commencé à obstruer sa respiration.

Elle ne savait même pas comment fonctionnait sa respiration, mais son instinct l’avait amenée à couvrir ces trous et à faire quelques mouvements de doigts, et soudain elle avait pu respirer à nouveau.

Elle voulait torturer ce type.

L’Oni ne ressentait pas la peur, mais peut-être que l’Oni avait ressenti quelque chose d’aussi proche que possible, et qu’elle n’aimait pas ça.

Elle voulait que ce type ressente tellement de peur… que font les gens, alors qu’ils ressentent tant de peur ? … Elle voulait qu’il ait tellement peur et comme ça, elle pourra le découvrir !

Ah, son cou avait guéri. Maintenant que ses mains étaient libres, elle sortit un petit sifflet de son haut.

Elle avait tout fait foirer !

Même si le Maître lui avait dit de l’utiliser plus tard, elle l’utilisera maintenant ! Elle les fera tous payer, et ramassera une Katakata battue !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Cette Oni est vraiment extrémement coriace pour les moyens dont dispose nos protagonistes.

Laisser un commentaire