Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 2

***

Chapitre 4 : Suivi de la situation !

Partie 2

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » Dès que j’avais trouvé les filles, Kyou-san m’avait mis un bout de papier dans la figure. C’était un papier alfr, fait par les feuilles tombées des arbres d’Aroahenn. Ara-san l’avait fait, et j’avais écrit dessus.

« C’est un mot. »

« J’étais sûre que c’est le cas, mais je ne peux pas le lire. » Elle n’avait pas tort. Maintenant que je le revoyais, je pouvais dire que la note rapide était à peine lisible, même pour moi, qui l’avais écrite.

« J’étais pressé, » déclarai-je.

« Tu as inquiété Rine-chan et aussi Arako ! Tu n’es pas arrivé à l’heure, il n’y avait pas de panneau sur notre chemin, rien ! Puis on a trouvé le mot, mais tu l’as si mal écrit en japonais que je n’ai pas pu le déchiffrer ! Quand nous avons vérifié ton statut, il était évident que tu étais dans une bagarre, et nous ne pouvions pas dire où tu étais ! » déclara Kyou-san.

Ah, si ennuyeux. Je me grattais la tête en évitant les yeux accusateurs de Kyou-san. « Ara-san, il faut qu’on parle. »

« C’est à moi que tu parles, maintenant ! » Kyou-san avait pris ma tête dans ses deux mains et me tira le visage dans sa direction. « Et tu me parleras. »

Je n’avais certainement pas peur de Kyou-san, mais si je considérais son expression faciale et son ton de voix actuel, je pense que je ferais mieux de travailler avec elle ici. « Arrête de râler et j’y réfléchirai. » Ou quelque chose comme ça.

Kyou-san voulait me tuer. Ses yeux et ses doigts qui creusèrent profondément dans ma peau me le disaient.

« Kyou, Kenta ! » Rine posa ses mains sur nos deux épaules et nous sépara avec aisance. « Kenta, Kyou était inquiète, alors tu devrais t’excuser auprès d’elle, et aussi auprès de nous. » Elle me lâcha et se tourna vers Kyou-san. « Kyou, ne coince pas Kenta dès son retour, il s’est battu ! »

Je voulais dire quelque chose à ce sujet, mais quand Rine en avait assez de nous, elle pouvait nous faire obéir sans effort avec sa force, alors je m’étais tu.

« Kenta ! Tes excuses ! » Elle insistait vraiment là-dessus, hein ?

« Pourquoi ? J’ai même écrit ce mot. C’est peut-être difficile à lire, mais —, » quelque chose m’était passé par la tête. C’était la main de Rine, mais je ne pouvais même pas voir ça.

Elle l’abaissa lentement et accrocha sa main derrière mon dos, me tirant un peu plus près d’elle. Je pouvais voir directement dans ses yeux de braise, et j’avais l’impression qu’ils allaient me réduire en cendres. « On était morte d’inquiétude ! »

Je n’avais peut-être pas peur de Kyou-san, mais j’allais me pisser dessus à cause de Rine. « … Désolé. » Alors je m’étais excusé sans vergogne, même si je refusais d’être désolé.

« C’est “Je suis profondément désolé, Rine !” » Ai-je un peu laissé fuir  ? Non, je ne crois pas. Mais son visage fait peur !

Si elle ressemblait à ça, en faisant son massacre habituel parmi les monstres, je serais en proie à des cauchemars. Maintenant, elle me regardait avec cette expression dans le visage.

« Je suis profondément désolé, Rine, » déclarai-je.

« Et maintenant, c’est au tour de Kyou. » Elle m’orienta dans la direction de Kyou-san, qui avait un regard compliqué sur son visage.

Est-ce de la compassion ?

« Je suis profondément désolé, Kyou-san. » Elle hocha la tête en silence.

« Enfin Ara ! » Maintenant, je regardais Ara-san, qui s’était rendue toute petite. Ses oreilles se mettaient à trembler, quand on l’appela par son nom.

« Je suis profondément désolé, Ara-san. » Ses oreilles tremblèrent encore, je ne pense pas qu’elle veuille en faire partie.

Moi aussi, Ara-san.

« Bien. » Rine avait changé d’emprise et se jeta soudain sur moi. « Je suis si contente que tu ailles bien ! » Sa voix était quelque chose entre le rire et les pleurs.

 

Vous gagnez 2 PMA.

Après un combat, on peut toujours se réconcilier. Quand ça se termine par un câlin, ça montre à quel point vous tenez l’un à l’autre.

 

Je n’aime vraiment pas les câlins. « Rine, arrête ça. »

« OK. » Elle me libéra et se frotta les yeux mouillés avec sa manche. Même si je ne me sentais pas coupable avant, cela m’avait fait penser que j’étais peut-être un peu coupable.

Non, c’est juste Rine, qui me fait chanter émotionnellement.

« Ouf… Continuons, on parlera en chemin, » déclarai-je.

Je leur parlai de ma rencontre avec la femme alfr et les écureuils. « J’ai quelques questions, Ara-san. Qu’ont fait les écureuils ? »

L’oreille droite d’Ara-san se souleva un peu. « Je crois que c’est un sort de Synchronisation. C’est un sort de la Magie spirituelle. On ne peut pas l’apprendre si on n’est pas des héros. Pourtant, c’est quelque chose que certains animaux éveillés apprennent, surtout les rongeurs. »

« Qu’est-ce qu’un animal éveillé ? » demandai-je.

« Certains alfar apprennent ce sort de Magie spirituelle, qui change quelque chose dans l’esprit des animaux et des plantes, leur donnant une conscience semi-intelligente. Pratiquement, les ancêtres des écureuils étaient des écureuils éveillés. C’est un sort compliqué. À moins d’être un héros, il est peu probable que vous puissiez le maîtriser tant que vous n’êtes pas un arboriculteur ayant de l’expérience dans ce domaine depuis plus d’un millénaire. »

« Arboriculteur est un boulot, non ? » Ara-san acquiesça. Probablement les gars, qui changent les arbres d’une manière ou d’une autre, afin qu’ils puissent servir de bâtiments pour les alfar. « Que fait exactement la Synchronisation ? »

« Dans ce monde, il relie l’esprit des individus, ce qui renforce le pouvoir de cet ensemble en tirant du pouvoir de chacun pour vos sorts. Ça ne marche que pour la Magie spirituelle. »

« Cela marchait-il différemment à Alfarheim ? » Un sort qui a changé sa mécanique en changeant de monde ?

« La magie ici est en général différente de celle d’Alfarheim, » répondit-elle.

« Ah, tu me l’as déjà dit. » Dans le monde d’origine d’Ara-san, il y avait ce qu’on appelait une aura, qui entourait plus ou moins chaque alfr, nourrie par les arbres d’Aeolferelda. Ici, la magie était beaucoup plus directe, et les Aeolfereldas n’étaient pas nécessaires. « Mais pour dire les choses simplement, cela renforce la Magie spirituelle d’un groupe. »

« Oui, et tu es censé pouvoir partager des sorts. Par exemple, si vous êtes sous une Synchronisation et que vous utilisez le Masque de la faune, alors tout le monde pourrait l’utiliser en même temps, » déclara-t-elle.

« Je vois. » Je me tournai vers Kyou-san et Rine, qui nous avaient écoutés attentivement. « D’autres questions, vous deux ? » Pour commencer, Kyou-san voulait que je l’inclue plus souvent avec Rine et il y avait une chance que l’une ou l’autre de ces deux personnes puisse avoir une bonne question.

Cependant, les deux secouèrent la tête. Aussi inutile que je l’imaginais.

« Point suivant sur la liste : Pourquoi l’alfr mercenaire a-t-elle pu utiliser l’Enchevêtrement sans utiliser de mots ? » Je pouvais comprendre que vous n’ayez pas besoin de prononcer les noms des compétences passives et qu’aucune compétence de perception, de furtivité et de survie n’en avait pas non plus besoin.

Mais l’Enchevêtrement étant un sort actif, donc il était différent d’eux.

« En fait, tu peux normalement utiliser la Magie spirituelle sans chants. Cela ne dépendait que de ton esprit et de ton sens spirituel, » déclara-t-elle.

J’étais sûr que dans la langue originale de l’Alfr, il existait un mot individuel pour « sens spirituel », comme le goût, l’odorat, la vue ou l’ouïe.

Même si tout ce que j’entendais, c’est du « sens spirituel », il était fort probable que le système du héros me le traduise d’une certaine manière, afin que cela ait facilement un sens.

Cependant, normalement, il n’est même pas nécessaire d’appeler le nom du sort ? « Eh bien, les Yeux sauvages et le Masque de la faune n’ont pas non plus besoin de chanter, alors que je ne peux pas utiliser l’Enchevêtrement sans lui. Et en y pensant, tu cries aussi beaucoup de noms, » déclarai-je.

« Parce que je les ai appris après être devenu un héros. Dans une société normale, qui utiliserait quelque chose comme l’Enchevêtrement ? Et le Murmure est compliqué, je n’avais que 52 ans lorsque j’ai été transportée et que j’ai appris les opérations quotidiennes et certains usages avancés, mais pacifiques. Mais caresser son esprit et provoquer en lui une vibration qui se traduira par une vibration des tympans est un processus très délicat, » déclara-t-elle.

« … Est-ce ce que tu fais avec le Murmure ? » demandai-je.

« Oui. Mais en utilisant le système du héros, je ne dois penser qu’à ce sort, la cible, et prononcer son nom. Mon corps fait le reste tout seul, » déclara-t-elle.

« Ça me rappelle comment je suis capable d’utiliser mes compétences en Lance. OK, disons que c’est un truc étrange de héros. Donc si vous utilisez la Magie spirituelle sans être un héros, il n’y a pas d’avertissement préalable, hein ? » demandai-je.

« Tu peux toujours lire l’esprit, » répondit-elle.

« Eh bien, c’est comme si je n’avais pas été prévenu. Qu’en est-il des autres magies ? Rine, tu as appris la Magie curative avant de devenir un héros, faut-il chanter son nom ? » demandai-je.

Un peu déconcertée que je me tourne soudainement vers elle, Rine semblait agitée. « Ah… Euh… oui, tu dois envoyer un pouvoir de prière dans l’Immensité, pour canaliser la bonne énergie divine, puis tu dois changer cette énergie dans le sort spécifique en récitant le bon psaume dans ta tête, tout en utilisant la bonne quantité de magie, puis terminer et laisser le sort circuler en disant son nom. »

… « Qu’est-ce que l’immensité ? » C’était la première fois, j’en avais même entendu parler.

« C’est le lieu qui sépare le monde des mortels de celui où vivent les dieux. C’est là que se trouve l’énergie divine, qui est utilisée pour la magie divine. Quand vous utilisez la Magie divine, vous devenez plus ou moins un médium pour cette énergie, » répondit Rine.

« Kyou-san. » Je m’étais tourné vers elle. « Est-elle sérieuse ? »

« C’est ce que les prêtres m’ont dit. Normalement, il faut des années pour le ressentir, mais après avoir appris la classe de Prêtresse, je me sentais comme une sorte de valve, chaque fois que j’utilise un sort, » répondit-elle.

« … » J’avais vraiment sauté le tutoriel et maintenant je ne savais plus comment fonctionne la magie.

Peut-être que chaque magie a une façon spécifique d’être utilisée ?

J’avais l’intention de demander à Ara-san plus tard, elle savait sûrement certaines choses à ce sujet, mais pour l’instant, concentrons-nous sur les mercenaires. « Ara-san, dernière question : La raison pour laquelle les Alfar ne laissent pas de traces dans l’herbe est-elle aussi liée à la Magie spirituelle ? »

« C’est l’une des premières choses que l’on apprend de ses parents quand on est enfant. Je l’utilise inconsciemment tout le temps, mais techniquement, c’est toujours de la magie, même si vous récupérez votre magie plus rapidement que vous avez dépensé pour son application, » répondit-elle.

« Tu fais ça sans même y penser ? Comment… non, peu importe. » À un moment donné, les gens apprenaient à marcher avec différents types de chaussures, comme des pantoufles, des baskets, des bottes, des talons hauts, et plus encore, qui avaient tous besoin d’un peu d’adaptation, mais à un moment donné, vous pouviez simplement le faire sans même y penser. Je suppose que c’était pareil.

Ce qui signifiait qu’il pouvait y avoir une petite erreur ici et là, mais qu’en général, il y avait peu ou pas de chance de la trouver.

Combien de faux pas dois-je faire en marchant ? Trop peu pour compter.

Ah, ça me fait mal à la tête ! Nous savions maintenant qu’il ne s’agissait pas seulement de bandits, mais de mercenaires, ce qui était bien pire, car ils gagnaient leur vie au combat.

Au moins certains d’entre eux l’étaient, mais qui savait qui était le deuxième groupe qui avait laissé des traces ?

C’était probablement quelque chose comme une escouade de scouts, vu que c’était juste des hynoars.

Nous devions tenir compte d’un certain nombre d’humains et il y avait encore une chance que nous soyons attaqués par des monstres, non seulement les monstres ordinaires, mais aussi par des Mobs qui étaient entraînées vers nous.

Que devrions-nous faire ?

Puis quelqu’un avait mis fin à mes réflexions désespérées. « Kenta ? » Rine s’approcha de moi et posa sa main sur mon épaule. « Détends-toi. » Cela me rappelle la fois où j’avais essayé de sauver Kyou-san d’une bande d’oiseaux à quatre ailes. « Tu trouveras une réponse si tu te souviens de ce que nous savons faire. »

Inspire. « Ouf. » Expire.

Elle avait raison.

Il n’y avait aucune chance que je meure ici. Je ne savais pas ce qui m’arriverait si l’une de mes « femmes » mourait, alors je devais juste trouver une solution qui nous permettrait de survivre.

Nous n’avions pas besoin de gagner.

Nos points forts… Et la survie…

Quelque chose comme une image était apparut, toutes les possibilités que j’envisage, toutes les heures que je passais à ruminer en secret sur le statut des filles, tout étaient devant mes yeux, j’avais besoin de relier les points.

Nous devions juste survivre. On pouvait le faire en combattant les mercenaires ou en s’enfuyant. Les filles voulaient les combattre, mais l’ennemi ne nous attaquait pas. Ils ne faisaient que nous observer, peut-être essayer de nous affaiblir, en nous fatiguant.

Attends, est-ce une forêt au maximum de la portée de ma Vue de loin ? Quelque chose s’était déclenché. « J’ai une proposition. »

« On dirait que tu as une bonne idée, » répond Kyou-san. « Ton sourire me rend malade. » Elle souriait aussi, mais contrairement à moi, elle était soulagée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire