Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 1

***

Chapitre 4 : Suivi de la situation !

Partie 1

« Ara-san, c’est l’heure. » J’avais réveillé Ara-san, qui dormait à côté de moi comme une bûche. Notre « nouveau » camp n’était qu’une couverture et quelques fourrures sur le sol, avec nos sacs de couchage sur le dessus. Ou plus comme celles de Rine et Ara-san, vu que Kyou-san et moi étions restés éveillés la nuit. « RINE, RÉVEILLE-TOI ! » Je tirais un peu la couverture, et lentement Rine ouvrit les yeux.

Chacun d’entre nous avait l’air horrible et avait la condition « Privation : Sommeil ». Une légère diminution de tous les Attributs, en plus de la sensation de fatigue. Je suppose que moins on dort, plus la diminution était grande.

De plus, trois d’entre nous avaient encore « Maladie : rhume », Ara-san prenait actuellement une pilule. Nous n’en étions, plus ou moins, qu’à deux jours de notre voyage, mais nous étions déjà un peu touchés par la maladie et la fatigue.

Cependant, nous étions des héros, donc aussi longtemps que nous le voulions, nous pouvions continuer comme ça.

Non pas que ce soit ce que j’avais prévu. « Êtes-vous assez réveillées pour converser ? Kyou-san et moi avons eu une discussion ces dernières heures. » Après que Rine ait finalement décidé de suivre notre décision et de dormir un peu, Kyou-san m’avait demandé ce que je comptais faire. « Nous devons nous en assurer. »

« S’assurer de quoi ? » Rine enfila son armure, tout en posant cette question.

« Il n’y a que trois possibilités : soit les gens qui ont laissé ces traces nous cherchent spécifiquement, soit ils cherchent quelqu’un qui nous ressemble, soit ils ne nous cherchent pas. Nous avons besoin de savoir ce que c’est, » déclarai-je.

Ara-san apporta un bon argument dans la discussion. « Qu’en est-il d’une forme mixte ? Certains pourraient nous chercher, comme les écureuils, tandis que d’autres ne s’intéressent pas à nous. »

« Nous ne le savons pas et c’est pourquoi nous devons le découvrir, » répondis-je.

« Comment ? » demanda Ara-san.

« Nous avons trouvé deux options. La première serait de chercher un endroit pour se cacher, en essayant de couvrir nos traces et d’attendre ce qui vient nous chercher. Ou comme alternative, nous pourrions chercher un endroit facile à défendre, mais cela pourrait être difficile ici. Il n’y a rien ! » Dans ces moments-là, j’aimerais être de retour dans les montagnes, mais sérieusement : je n’ai aucune bonne expérience avec eux, vu le désastre des ss’raks et la chasse à la princesse.

J’avais appris à détester les montagnes, mais en ce moment, un peu de terrain rocheux avec un accès limité serait génial.

« L’autre option ? » demanda Ara-san.

« Je vais me séparer du groupe, en utilisant mes compétences de furtivité, et chercher ceux qui nous cherchent, » déclarai-je.

« Au fait, je suis pour la première. » Kyou-san bâilla ses mots, mais ses yeux étaient durs. Pour une raison ou une autre, elle voulait affronter ces ennemis inconnus, et ne céderait pas.

« Et je suis pour ce dernier. » Nous continuerions à faire des progrès, et cela nous donnait une approche plus agressive.

Rine se cognait la tête pendant un moment et déclara. « Je veux les attendre. »

Cette réponse m’avait surpris. « Pourquoi, Rine ? »

« Pour se reposer et avoir des conditions plus favorables. L’ennemi semble être autour de nous, donc nous ne savons pas dans quelle direction nous devons l’éviter ou l’affronter. Mais si nous pouvons au moins choisir le terrain, alors nous avons le minimum de contrôle. »

« Qui êtes-vous et qu’avez-vous fait de Rine ? » demandai-je.

Les yeux de Rine s’ouvrirent en grand et sa tête pencha. « Comment ça, Kenta ? » Ses yeux brillaient de confusion.

« C’était bien trop malin pour Rine ! » déclarai-je.

« Ken, ne sais-tu pas que Rine-chan a appris la stratégie ? » Kyou-san me regarda, comme si je venais de déclarer qu’un électricien ne connaissait rien à la loi d’Ohm.

« Allez, si elle est vraiment au courant de ce genre de choses, pourquoi est-ce que je me donne la peine de continuer à faire des projets !? » demandai-je.

« Parce que tu ne le lui as jamais demandé, non ? » demanda Kyou-san.

C’est… un peu vrai.

Si nous regardions objectivement l’éducation de Rine, elle devait savoir beaucoup de choses utiles, comme comment faire un inventaire, quels biens et provisions étaient nécessaires pour de longs voyages, ce que vous deviez garder à l’esprit pour la bataille, et beaucoup plus.

Je regardai à nouveau Rine, qui se grattait la tête des deux mains et parla d’une voix douce. « Quand je ne suis pas moi, qui suis-je ? Ah, c’est ce que Kenta veut savoir ! »

Et c’était la raison pour laquelle je ne le lui avais pas demandé avant.

« Ara-san ? Et toi, qu’en penses-tu ? » demandai-je.

Ara-san, qui regardait Rine avec intérêt, se tourna vers moi puis vers Kyou-san et de nouveau vers moi. « Si vous voulez attendre, je ne suis pas contre, mais j’aimerais que tu serves d’éclaireur. Nous avons toujours besoin d’un endroit viable, et d’ici là, tu peux continuer à chercher. Si nous trouvons quelque chose d’approprié, il ne faut pas s’arrêter là. Tu peux toujours sécuriser le périmètre, et le reste d’entre nous pourrait installer des pièges. »

J’étais le seul à avoir la compétence « Pose de Piège », mais cela ne faisait qu’accélérer le processus.

La classe Ara-san de Druide et la classe Kyou-san d’Herboriste avaient toutes deux la capacité de Survie, même si aucune d’entre elles n’avait jusqu’à présent de compétences en Survie.

« Ouf… alors on fait ça. » Ara-san savait vraiment comment je fonctionnais. Elle était capable d’apporter suffisamment de changements à un plan pour que je puisse aussi le trouver acceptable.

Dommage que la malédiction ait transformé cette relation amicale en désordre.

―○●○―

J’étais actuellement en reconnaissance, utilisant le Masque de la faune et mon Camouflage pour obtenir au moins un peu de couverture. Même si le Camouflage ne changeait pas de couleur, cela pourrait m’empêcher d’être remarqué d’en haut.

Je ne savais pas combien il y avait d’oiseaux dans le ciel avant, à quelques kilomètres au-dessus de nous. Chacun d’eux pouvait voir une souris sur le sol, ou nous regarder. Effrayant.

Un écureuil ! Il y avait donc des écureuils-pandas dans le coup ! C’était sur cet arbre isolé, regardant dans notre direction générale. Peut-être qu’il avait déjà repéré les filles, qui étaient à environ un kilomètre derrière moi. Mais cela ne regardait pas dans ma direction.

Serait-il alerté si je me rapprochais ? Peut-être. Je pourrais ajouter la Dissimulation et Cacher sa Senteur, mais peut-être qu’il pouvait sentir mon esprit. Ce terrain n’était pas adapté à la Masque de la faune, qui me permettait de me fondre plus ou moins avec l’esprit des plantes qui m’entouraient. Comme tous les sens, un sens spirituel dépendait de la distance, donc même s’il ne me détectait pas encore, il pourrait remarquer si je réduisais la distance.

Je pourrais lui tirer dessus. Peut-être, seulement le blesser et laisser Rine l’utiliser pour communiquer avec elle. Attends, ces écureuils détestent Rine.

Peut-être qu’il vaudrait mieux le laisser voir les filles et le suivre quand il fera son rapport. Oui, c’est une bonne idée.

Je pourrais le tuer à la place et empêcher qu’il raconte l’histoire, mais cela ne nous fera gagner qu’un peu de temps et ne nous apportera aucune connaissance.

En m’allongeant, j’observe l’écureuil, utilisant à nouveau mon Camouflage, alors qu’il ne regardait pas dans ma direction générale. Alors j’avais bu une potion d’Endurance pour faire le plein.

Chaque compétence me coûtait un peu de points d’endurance, sauf la Masque de la Faune, qui était techniquement un sort. Le Camouflage est un brûleur en Points d’Endurance et l’utiliser à la chaîne me viderait rapidement de ça.

L’écureuil-panda est toujours en train de regarder et d’attendre. Rien ne prouvait qu’il sache que j’étais ici.

Il grimpa sur une branche plus haute, en regardant un peu au loin, puis tourna de l’autre côté.

Il y avait quelque chose d’étrange. Je regardais l’écureuil, qui ne bougeait pas du tout, mais j’avais quand même l’impression que quelque chose bougeait en lui.

Attendez, il utilise la Magie Spirituelle ! Mais je ne pouvais pas détecter dans quel but. Il faisait juste quelques bruits étranges… un Chuchotement ? Est-ce le sort qu’Ara-san a utilisé ?

Cependant, il ne pouvait être utilisé que si le lanceur regardait le destinataire.

Lentement, mes yeux errèrent dans la direction que regardait l’écureuil, et j’avais utilisé la Vue de loin.

Il y avait un autre écureuil sur une petite colline.

Ils utilisent un système de relais !?

Dois-je rester ici en attendant de voir ce que fera l’écureuil ici ou dois-je essayer de savoir où le message est envoyé ?

Je ferais mieux de le découvrir.

Pour ne pas alarmer l’écureuil, j’attendis un moment, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus me voir et pouvoir me déplacer avec une marche rapide. Je ne savais pas à quel point les yeux d’écureuil étaient bons, mais tant que je n’étais pas trop évident, ça devrait marcher. Il ne m’avait pas vu avant non plus, après tout.

L’écureuil sur la colline bougeait déjà, mais j’avais de bonnes chances de le voir si je grimpais la colline moi-même.

Putain de merde ! Il y a de l’herbe haute derrière la colline. Pas d’écureuil visible.

J’avais alors utilisé Pistage, et il devint évident pour moi, où il était allé dans l’herbe, mais dois-je le suivre ? Contrairement aux alfar, les brins d’herbe ne m’éviteraient pas, si j’essayais de ramper à travers elles.

Reste calme !

Il faut que ça sorte. Je peux attendre que ça arrive.

Au bout d’une minute, oui. Alors qu’il pénétrait dans l’herbe vers l’est, il avait changé de direction et se dirigeait maintenant vers le nord.

Je l’avais suivi.

Pendant ce temps, j’avais pris du papier et j’écrivis une note. « Je vais suivre l’écureuil vers le nord. » C’était en japonais, car je ne connais pas assez l’alphabet de ce monde pour y écrire des notes rapides, et j’avais utilisé un bâton de charbon comme stylo. Mais Kyou-san devrait être capable de le lire même si c’était un peu précipité.

L’écureuil se déplaça à un rythme accéléré, mais je pouvais encore suivre.

L’écureuil avait-il déjà relayé son message en retournant au camp ? Ou cherche-t-il encore un destinataire ? Espérons que ce soit le premier.

Une autre parcelle d’herbe haute. J’avais juste besoin d’attendre et… quelque chose d’étrange… Une autre manipulation de l’esprit ?

J’avais alors utilisé Yeux Sauvages et mon sens spirituel, plutôt sous-développé, devint beaucoup plus aigu. Maintenant, je peux localiser cet écureuil !

Ou pas, parce qu’il y en a huit dans l’herbe, et ils se rapprochaient…

C’est une embuscade !

Trois d’entre eux se touchaient, leurs esprits s’entremêlèrent, et cela me toucha. C’était la raison pour laquelle j’avais senti que quelque chose n’allait pas !

Attends, ce n’est pas seulement ça…

« Montrez-vous. » Il y avait un autre esprit.

De l’intérieur de l’herbe, une personne avec une armure légère s’éleva. C’était une femme, elle avait l’air un peu plus jeune que moi, mais en réalité elle était plus vieille qu’Ara-san, je le voyais à la couleur de ses yeux jaune-vert.

Ses cheveux étaient courts et jaunes comme le pissenlit, mais pour les autres, ce n’était pas un problème. Elle avait utilisé le Masque de la faune et avait réussi à se dissimuler jusqu’à ce que j’utilise mes Yeux sauvages. Même avec ça, j’avais failli ne pas la sentir.

Les Alfar étaient injustes puisqu’ils n’avaient pas besoin d’être des héros pour utiliser la Magie Spirituelle.

« Montrez-vous aussi. » Elle me sentait peut-être par mon esprit, mais elle avait toujours du mal à voir le vrai moi.

J’avais annulé la compétence. « Êtes-vous un bandit ? »

Ses yeux vagabondèrent sur mon armure rouge, elle se demanda très probablement pourquoi je porterais quelque chose d’aussi coloré, même si j’étais du genre chasseur. « Un bandit ? Un alfr ne deviendrait jamais un bandit. »

« Alors, laissez-moi reformuler ça : vous êtes un travailleur indépendant, un acquéreur autodidacte, qui redistribue la richesse par la force ? » demandai-je.

« Non, je suis un mercenaire. Et vous êtes un Ranger ? » demanda-t-elle.

« Comment le savez-vous ? » demandai-je.

« La capuche, » répondit-elle.

« Oui, je suis un Ranger, » répondis-je.

« C’est mauvais, ça », déclara-t-elle.

« Pourquoi ? » demandai-je.

« Si vous êtes un ranger, alors vous êtes trop pour moi seule, » déclara-t-elle.

« Je suis encore un débutant. Enchevêtrement ! » Sans prévenir, j’avais utilisé un sort pour laisser pousser l’herbe et la capturer.

C’était encore de l’herbe, et c’était une alfr. Il y avait de fortes chances qu’elle s’échappe facilement, mais cela pourrait me donner quelques secondes.

Parce que les écureuils faisaient encore quelque chose d’étrange avec leur esprit, j’ouvris mon sac à dos. En allant chercher mon arc, j’ouvris mon carquois et je sortis quatre flèches. « Quadruple Tir ! »

Quatre flèches volèrent vers les écureuils dans l’herbe haute, mais soudain, l’herbe fouetta mes flèches, changeant leur trajectoire.

Mon Enchevêtrement s’annula, et la femme prit un arc dans l’herbe et me tira aussitôt dessus, mais j’étais déjà en train de courir en effectuant des changements de direction pour l’éviter.

Je ne voulais pas entrer dans l’herbe, car l’alfr allait sûrement me dominer en termes de Magie Spirituelle, alors j’avais plutôt utilisé l’arc : « Tir Chercheur ! » Je n’avais pas besoin de bien viser, ce qui permettait de faire ce tir en courant.

La femme sauta sur le côté, mais ma flèche adopta un autre cap et la frappa quand même sur le côté.

J’adore ce talent !

Maintenant, il était temps de… « Atchoo ! »… merde. Le médicament contre le rhume a cessé d’agir.

Ah, mal de tête. Mon corps est chaud, mon nez coule et mes membres souffrent.

J’avais quelque chose à apprendre. Même en héros, un rhume ne s’aggravait que si vous ne vous reposiez pas, malgré la prise du médicament.

Je trébuchais sur le côté pour éviter une autre flèche, mais mon corps me semblait étrange et mes sens ne fonctionnaient pas correctement. J’avais perdu les Yeux sauvages, je devais le réactiver et…

Je déteste ça.

Quoi que fassent les écureuils jusqu’à présent, ils étaient prêts.

Leurs esprits étaient réunis et envoyés à la femme alfr. Je n’avais jamais ressenti quelque chose comme ça avant, mais peut-être que seuls les écureuils pouvaient utiliser ce sort spécifique.

Soudain, l’herbe sous mes pieds commença à pousser. C’était Enchevêtrement, même si elle n’avait pas besoin de dire son nom pour une raison quelconque.

J’étais attaché de la tête aux pieds, incapable de bouger ou de voir quoi que ce soit. Cela montrait clairement que les écureuils en avaient amplifié la puissance.

Mais est-elle sérieuse ? Je changeai pour prendre la classe de Lancier et je détruisis les herbes avant qu’elles n’aient eu la chance de s’adapter à ma nouvelle masse musculaire.

C’est peut-être un sort renforcé, mais dès le départ, c’est un sort faible.

Il est temps pour moi de lui montrer mon sérieux !

Ou pas. Elle n’était plus là.

J’étais redevenu un Ranger. Ma tête était encore floue, mais je devrais être capable de suivre… Attends, alfr.

Pas de traces lors du passage dans les plantes. Elle était capable d’utiliser la Magie Spirituelle comme le Masque de la Faune. Et les écureuils m’avaient aussi démontré leur pouvoir.

Elle s’était sûrement enfuie. Néanmoins, je pris un autre médicament contre le rhume et je fis de mon mieux. Après tout, je l’avais frappée avec une flèche, donc elle devait un peu saigner…

Non. Disparu, sans laisser de traces. Les écureuils aussi.

Dois-je essayer de la trouver ? Si je suis assez près, je devrais être capable de la détecter avec les Yeux Sauvages.

Peut-être qu’elle se cachait juste sous mon nez, essayant de trouver une bonne occasion de m’attaquer.

Je m’étais donc déplacé d’une centaine de mètres, mais il n’y avait personne ici. Du moins, personne que j’avais pu détecter. Le Masque de la Faune était un sort puissant, car même si vous regardez quelqu’un, vous ne verrez tout simplement pas le lanceur s’il était assez bon. Une sorte d’intrusion de l’esprit sur tous ceux qui vous regardaient.

Un mercenaire, hein ?

Elle travaillait aussi avec les écureuils. Soit les écureuils avaient engagé ce mercenaire, soit les deux parties travaillaient pour les mêmes gars.

Je suppose que nous devons faire face à trois dangers : Démons, écureuils et mercenaires.

En plus, ils étaient organisés. En utilisant un système de relais et des éclaireurs pour savoir où nous allions, je m’étais retiré quand j’avais finalement réussi à confronter l’un d’eux.

La question importante est pour quelle raison ? J’avais raté l’occasion de poser cette question, mais il était fort probable qu’elle ne m’aurait pas donné de réponse de toute façon.

Je devais parler à Ara-san. À propos de l’alfr, de cette étrange magie des écureuils, et pourquoi elle avait pu utiliser l’Enchevêtrement sans dire un mot pendant qu’Ara-san et moi devions dire le nom du sort ?

J’avais besoin de plus d’infos.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.
    Ils sont vraiment perfides ces écureuils!

  2. Au moins, il est sera possible de communiqué avec cette mercenaire.

Laisser un commentaire