Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 3

***

Chapitre 2 : Soirée festive !

Partie 3

J’avais alors attaché mon arc. Je ne devrais pas l’utiliser sous la pluie autant que possible, mais si je voulais survivre, je ferais mieux de l’utiliser plusieurs fois, avant qu’ils ne viennent. Les coccinelles n’étaient pas si fortes. « La première ligne de défense sera là. » Je ne voulais pas qu’ils attaquent notre campement, alors choisissons la suite. « La deuxième ligne, là. » Une autre ligne défensive. « Kyou-san, tu vas à la deuxième ligne, tandis que le reste ira à la première, pour attaquer avec des attaques à distance. Ara-san et moi nous reculerons s’ils s’approchent. » Je n’avais pas à m’inquiéter pour Rine. Elle était probablement capable de se battre seule contre tout ça. « Et pas de manteaux, nous avons besoin de la mobilité. »

Rine pouvait s’occuper d’elle-même, tant qu’elle ne faisait rien de stupide, ce qui n’était pas vraiment improbable. Mais jusqu’à présent, cela ne s’est produit qu’une seule fois au combat, contre les oiseaux. En plus, c’est ma faute, car j’étais trop faible à cause de la malédiction.

Tout le monde s’était mis en position. J’avais mis une flèche sur mon arc et j’en avais enfoncé plusieurs autres dans le sol. Les coccinelles étaient déjà à porter, même s’il était difficile d’en viser une, elles étaient si nombreuses que j’allais quand même toucher quelque chose.

On va essayer. Prenez position, tirez la ficelle, visez et tirez.

Le parcours de la flèche n’était pas exactement droit et un peu plus court. Voilà donc l’effet de la pluie sur une flèche en vol, moins que je ne l’imaginais. « Ils ont besoin de s’approcher. Rine, tu attends aussi. » Le Croissant de Lune n’avait pas une grosse portée, et quand nous aurions un autre arc, il vaudrait mieux qu’elle nous couvre sans aucun retard avec. « Ara-san, fais-les sauter ! »

Ara-san commença à chanter. Ce sera un grand sort. Il y avait ceux qui étaient plutôt rapides et pouvaient être utilisés rapidement et ceux qui avaient besoin de chants, qui pouvaient durer plusieurs minutes.

Mais si c’est un sort d’eau, le temps de lancement devrait être raccourci sous la pluie.

Le voilà qui arrive ! « Vague de marée ! »

 

 

La pluie qui entourait les créatures commença à s’amasser et les éclabousser. L’impact dispersa les ennemis.

Même si c’était des monstres ressemblant à des poissons, les coccinelles devaient ici faire face à une force brutale. Je ne savais pas s’il y a quelque chose comme la résistance magique ou la résistance contre des éléments spécifiques, mais ce sort fonctionnait.

Ara-san répéta le processus, visant à diviser les coccinelles chargeantes en petits groupes. « Ne gêne pas les premiers. Continue à frapper les monstres derrière ! Rine, à nous ! » J’avais mis quatre flèches sur mon arc et j’avais utilisé un talent : « Quadruple Tir ! » Trois de mes quatre flèches avaient touché, deux dans l’une des coccinelles, et le troisième avait eu la jambe d’une autre, tandis que la dernière n’avait pas touché.

« Croissant de lune ! » Libéré de la pluie, l’épée de Rine dessina un arc, qui vola vers les ennemis, coupant certaines des coccinelles en deux.

J’avais attrapé encore plus de flèches au sol. C’était plus rapide de le faire comme ça au lieu de les prendre dans mon carquois. « Prochaine salve ! » Nous répétions le processus une fois de plus. Ils étaient sur le point de venir ici, le premier groupe était décimé, mais toujours fort. « Ara-san, on va se replier ! Rine, sois prudente ! »

« Je le ferai ! » Elle sauta sur la plante des pieds, se préparant.

La première phase avait été un succès, mais c’était aussi la partie facile. Le vrai problème était sur le point de commencer.

Avec leurs dents de requin, les coccinelles attaquèrent ! L’épée de Rine coupa par le haut, tandis que l’autre main attrapait l’une des dents qu’elle venait de couper, la jetant dans l’œil d’un deuxième monstre. Elle avait fait trébucher un troisième avec un coup de pied en balayage, qui se transforma en coup de pied circulaire tournant, et elle donna un coup de pied à la quatrième, sur le côté.

Elle va bien, mais il y en a trop pour elle. Des coccinelles faisaient un détour pour l’éviter et elles visaient Ara-san et moi.

« Frappe Soporifique, ! » Une rafale bleutée passa juste à côté de nous, le point d’origine était Kyou-san, qui tenait la paume de sa main juste sous ses lèvres. Elle y plaça de la poudre et répéta la même action.

Il s’agissait de l’une de ses nouvelles compétences qu’elle avait apprises dans sa classe d’Herboristerie. Sa nouvelle aptitude aux armes à base de plantes lui avait permis d’acquérir tout un éventail de nouvelles compétences, et comme c’était des compétences, des choses comme la pluie n’avaient pas d’importance. Les compétences étaient toujours quelque chose de spécial et pouvaient surmonter la physique avec facilité.

La Frappe Soporifique contournait le fait de faire un soporifique, elle ne faisait que broyer l’herbe nécessaire en une poudre et pouvait ainsi l’injecter par magie, pour produire un souffle somnolent. Mais l’effet était grandement affaibli par rapport à un médicament réellement fabriqué.

Au moins, c’était suffisant pour ralentir les premières coccinelles, j’avais fait demi-tour et j’avais pris ma lance dans l’Inventaire. « Ara-san, continue. Tourbillon ! » J’avais repoussé les précurseurs, créant une nouvelle ligne de défense entre la première et la seconde ligne déjà établie. « On va changer le plan ! »

Je n’avais pas l’intention de rester ici longtemps, mais Ara-san devait couvrir Kyou-san. Rine allait encore bien, mais les suivants arrivaient, et il y avait peut-être encore une demi-minute avant leur arrivée. Tout était encore bon.

Pourquoi n’ai-je aucune compétence, ce qui me fait attaquer plusieurs fois contre plusieurs ennemis ? Il s’agissait plus de gagner du temps que de faire d’énormes dégâts.

Tout en me tenant debout, j’essayais juste de frapper chacune des cinq coccinelles auxquelles j’étais confronté.

« Canon Fontaine ! Couteaux à glace ! » Grâce à des sorts rapides, Ara-san frappa sur l’une des coccinelles, tandis que son Couteau de Glace blessa une autre. « Enchevêtrement ! » L’herbe sous les pieds de l’une d’elles avait poussé. Elle ne sera tenue qu’un instant, mais c’était tout ce dont j’avais besoin.

« Perçage d’Armure ! » Ma lance pénétra les écailles, les os et les entrailles plus facilement qu’un couteau à beurre chaud. Elles semblent avoir une Défense modérée, mais une faible Vitalité, si de telles statistiques étaient même applicables aux monstres. « Ara-san, éloigne la prochaine vague ! » Suivant mon ordre, Ara-san commença à chanter une nouvelle Vague de marée.

Je ne pensais pas que j’avais encore besoin de son soutien face à mes ennemis. Je poignardai une coccinelle, directement dans le haut de son corps, il pouvait ne pas mourir immédiatement, mais elle était quand même gravement blessée.

« Respiration difficile ! » Kyou-san avait sorti de la poudre donnée par les alfar, donc son effet original était assez mauvais. Même dans son état affaibli, il faisait se tortiller les deux coccinelles qui avaient essayé d’atteindre mon flanc gauche, ce qui me permit d’utiliser facilement cette chance de tuer la première, en enfonçant ma lance directement dans son visage !

L’autre tenta de me frapper, mais elle convulsa, ce qui me donna l’occasion de dévier l’attaque avec mon protège-bras et de trancher la zone juste au-dessus des yeux.

Sérieusement, ces gars étaient assez faciles, juste un peu trop petits pour les frapper aux bons endroits. Mais bon, peut-être que Kyou-san était aussi un peu utile.

« Vague de marée ! » La prochaine vague de créatures avait été retardée, assez de temps pour que je finisse. Rine était aussi sur le point de mettre fin à ses ennemis, ou ce qu’il en restait.

« Ara-san, attends que la deuxième vague vienne, et entrave les suivantes. » Si une vague était d’une dizaine de coccinelles, il y en aurait trois autres.

J’utilisai mes talents de cachette : Camouflage, Masque de la faune et Cache l’odeur. Avec Camouflage, je changeai ma position, en attendant juste là, où les coccinelles, qui passaient autour de Rine viendraient.

Maintenant, elles étaient juste devant moi : « Tourbillon ! » Les dégâts étaient plus importants qu’auparavant, alors que l’effet de poussée était le même. Il s’agissait de la compétence Assassiner de Furtivité, une compétence passive qui augmentait les dégâts quand j’attaquais en me cachant. Si l’ennemi ne savait pas que j’étais là, je pouvais faire le double de dégâts.

Mais cette combinaison de compétences pour me cacher épuisait mes points d’endurance. Je ferais mieux — .

Qu’est-ce qu’elle fait, cette idiote ? « RINE ! RETOUR ! » Elle avait massacré trop d’ennemis et se tenait maintenant en équilibre sur leurs cadavres glissants, tandis qu’elle tentait d’en tuer encore plus. C’est dangereux ! Même elle va sûrement faire un faux pas là-bas ! Quand elle le fera, une meute de coccinelles l’attaquera, ce qui pourrait la tuer à la fin !

« OK ! » Elle répondit à voix haute, sans trop s’inquiéter.

Ma fille, surveille ce qui t’entoure !

« Vague de marée ! » Son effet était étonnant comme toujours, mais il ne retardera pas assez la prochaine vague avant qu’ils ne viennent vers nous.

Au diable cette pluie ! Mon armure me collait à la peau et je la sentais gratter mon entrejambe et mes mamelons. Ma lance, pleine de sang et d’eau glissés dans ma main. J’avais donc enlevé rapidement mon gant pour le tir à l’arc et je m’étais essuyé les mains sur mon pantalon pour avoir une prise plus ferme.

Rine se replia un peu vers l’arrière et se prépara. Elle avait déjà enlevé ses gants. Quand a-t-elle fait ça ?

« Ara-san, occupe la prochaine vague, Kyou-san, couvre-la ! » Je déteste ça ! Ce n’est pas comme si l’ancien plan avait été complètement renversé, mais nous perdions du terrain. Dès qu’Ara-san ne sera plus capable d’éloigner les prochains assez longtemps, nous devrons faire face à encore plus de créatures. C’est comme si le plan était défectueux dès le départ !

Nous n’avions eu que la moitié de la deuxième vague, et maintenant la troisième arrivait, battue par le raz-de-marée, mais capable de nous tuer, si nous étions négligents.

Ils chargent !

Rine était déjà très occupée, alors ils essaient de la contourner : « RINE, COMPÉTENCE ! »

« Croissant de lune ! » Certaines d’entre elles avaient coupé en tranches, mais elle avait encaissé un coup sur le côté. D’un autre côté, elle se contenta d’arracher les yeux de celui qui avait osé la frapper.

« Tourbillon ! » J’en avais touché trois et je les avais repoussées, mais cinq individus m’avaient sauté dessus en même temps. Elles me renversèrent, et je sentis le sol humide et ensanglanté, et une coccinelle me frappa droit dans le visage.

J’avais donc dégainé mon couteau d’acier et je l’avais poignardée sauvagement. Je sentis une autre de ces créatures et je le poignardais aussi. « Ah ! Meurs ! » J’étais un peu frénétique, mais c’était très efficace. Je m’étais retourné et m’étais levé, voyant les coccinelles mortellement blessées qui m’entouraient juste avant.

Merde, je les ai aussi laissées me contourner !

Kyou-san poignarda l’une d’elles avec son couteau, dernière moi. Sa main gauche erra vers sa poche de ceinture et *boom*, une bombe incendiaire lui fut lancée à la figure. Bien qu’il y en ait un autre, mais franchement, vous pouvez voir à quel point Herboriste lui consommait de l’endurance. Pour l’instant, Ara-san était couverte, ce qui était exactement l’inverse de ce que je pensais nécessaire.

Mais pas le temps de l’observer, je devais me battre ! J’avais couru vers les coccinelles blessées, les poignardant comme un fou avec mon couteau, ramassant ma lance avec mon autre main, la jetant dans un mob qui s’approchait.

La quatrième vague frappa.

Une, deux, trois attaques m’avaient frappé. J’étais entouré de coccinelles, certaines me sautaient dessus, s’attachaient à moi comme une sangsue. Seuls les Yeux Spirituels, qui permettaient de sentir les esprits, m’avaient permis de me faire une idée très approximative du champ de bataille, car ma vision était constamment bloquée par les coccinelles.

Mes Points d’Endurance étaient dangereusement bas, si je n’étais pas un héros, je serais sûrement parti depuis longtemps.

Les chiffres font peur ! S’attaquer à de grands nombres avec de petits nombres, c’est effrayant ! Les ennemis n’étaient pas si forts, mais je me sentais dépassé.

Aïe ! On enfonça des dents dans mon bras à peine protégé, et cela faisait mal ! J’avais essayé de m’en débarrasser, mais cela n’avait fait qu’élargir la blessure. Et j’avais besoin de mon bras avec le couteau pour en garder un autre loin de moi — tout en étant frappé par des coups venant de différentes directions.

À ce moment-là, j’avais vu ma barre d’Endurance se remplir. Kyou-san avait dû me lancer le sort d’Endurance depuis derrière moi. Je n’entendais plus rien, à part le grognement de ces bêtes. J’avais aussi été guéri, mais ce n’était pas encore nécessaire, alors pourquoi ?

Puis j’avais vu une Vague de marée surgir d’un coup. Avez-vous déjà sauté d’un plongeoir d’une hauteur de dix mètres ? Imaginez ce que ça fait, si la piscine venait à vous à la place. Cela allait vous enlever une bonne quantité de Points de Vie tout en étant emporté par les masses d’eau.

D’habitude, je me plaindrais à cause des tirs amis, mais pour commencer, je ne pouvais pas le faire, parce que je toussais comme un fou, et ensuite si c’était Ara-san qui l’avait fait, il y avait peut-être une raison à cela.

Au moins, je m’étais débarrassé des coccinelles, sauf celle qui avait encore les dents enfoncées dans mon bras. Je l’avais poignardée dans la nuque.

Je me sentais plutôt mal maintenant, mais j’étais toujours en vie.

J’avais alors cherché d’autres ennemis, mais c’était plus ou moins fini, il n’en restait que quelques-uns, et Rine s’en occupait déjà. Après la dernière, elle soupira et caressa ses cheveux mouillés. Elle sourit, même si je pouvais voir des marques rouges sur son visage.

Kyou-san tenait son bras avec l’autre, et elle semblait aussi avoir été mordue. Son œil gauche était enflé et dès qu’elle réalisa que c’était fini, elle tomba à genoux. « Bien, bienvenue dans un combat. Tu n’as que quatre mois de retard. »

L’une des manches d’Ara-san était déchirée, et elle avait quelques égratignures sur le bras, on dirait qu’elle s’était échappée de peu.

Je ne savais pas comment je m’en sortais, mais c’était probablement pire qu’elles.

La bataille n’avait probablement duré que quelques minutes, mais j’avais l’impression d’avoir combattu pendant des heures, même si je ne m’en souvenais plus, car j’étais tombé dans une furie meurtrière.

Mais regardons le bon côté des choses, nous avions eu de l’expérience, et on pouvait ramasser du matériel, donc tout allait bien.

Je suis sarcastique, tu sais ?

« Pheeeeeeeeeeeeeew… »

« C’était une grosse attaque, » commente Ara-san en souriant.

« La ferme ! » J’avais utilisé toute ma panoplie de compétences en perception et Yeux spirituels pour chercher d’autres ennemis. Il n’y en avait pas, seulement un écureuil. Cela avait une fourrure de panda et il s’était enfui.

Où est mon arc ? Là-bas ! Je l’avais ramassé, mais la ficelle avait cassé, et je n’aurai pas le temps d’en mettre une autre. Putain de merde !

Dois-je parler aux autres de l’écureuil ? Mais que faire ? Il n’y a nulle part où se cacher ici. Devrions-nous défaire le camp et essayer de partir d’ici ?

Non, ça ne servira à rien. Il y a peut-être un piège devant nous, et nous devons nous reposer.

Mais je pourrais leur dire.

« Kenta-kun, pourquoi te dépêchais-tu d’aller à ton arc ? » Donc Ara-san n’avait pas remarqué l’écureuil.

« Pour voir s’il est cassé. La pluie et tout ça, » déclarai-je.

Ara-san me regarda, ses oreilles tremblaient un peu comme si elle était émerveillée. Rine calma Kyou-san tout en la guérissant. Kyou-san était trop occupée à gérer sa douleur.

Je devais garder le secret pour l’instant. Je voulais que les filles se reposent, alors en faire tout un plat serait contre-productif. Heureusement qu’Ara-san était encore incapable de lire le visage d’un humain.

Tout est toujours en ordre, pour l’instant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire