Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Le Goupe !

Partie 1

Kyou-san, Rine, Ara-san et moi étions assis à la table à manger. Nous discutions de la façon de briser la malédiction de mariage. « Et il n’y a aucun moyen de le faire ici, Ara-san ? »

« Tout à fait. Tant que la soi-disant malédiction agit sur un principe de malédiction, il n’y a que trois sortes de magie, qui sont capables de la lever : La Magie Noire, qui utilise les malédictions, la Magie Divine, qui peut non seulement guérir les blessures, mais même purifier la magie, et enfin la Magie des Dieux, » répondit-elle.

« Y a-t-il une différence entre Magie divine et Magie des Dieux ? » 

« C’est la magie, faute d’un meilleur mot, qui est utilisée par les dieux, alors que la Magie divine est quelque chose qu’ils ont créé pour les mortels, » répondit Ara-san.

Kyou-san fronça les sourcils : « La magie n’est donc “des Dieux” que parce qu’elle a été faite spécialement par eux ? »

Rine inclina la tête. « N’est-ce pas évident ? » Elle utilisait aussi la Magie divine, en plus elle était originaire de ce monde, alors peut-être que c’était de notoriété publique pour elle.

« Je me sens trahi, » déclara Kyou-san.

« Phew. Donc les dieux utilisent une magie différente, Ara-san ? » demandai-je.

« Oui, même si je ne suis pas sûre qu’on puisse le qualifier de magie. Je crois que tout le système de héros est basé sur la magie des Dieux, ce qui fait de nous quelque chose entièrement diffère des gens ordinaires. De plus, il y a un détail qui pourrait s’avérer gênant lors de l’enlèvement des anneaux, » déclara Ara-san.

« Veux-tu parler du fait que la malédiction a aussi fait de Rine un héros, non ? Donc si ta théorie est correcte, l’anneau lui-même utilise la Magie des Dieux, » déclarai-je.

*Boom* Kyou-san venait de tomber sur la table. J’entendais quelque chose comme un gémissement. J’étais sûr que seuls Ara-san et moi entendions ça : c’était si doux que ça.

Kyou-san avait déjà compris l’essentiel du problème : si la Magie des Dieux était impliquée, il pourrait avoir besoin du pouvoir d’un autre dieu pour l’annuler.

« Kyou ! » Rine s’occupait de la fille. « Est-ce que ça va ? » Quelle question inappropriée !

« … Non, je me sens mal, » déclara Kyou-san.

Rine commença à compter sur ses doigts, puis secoua la tête, relâcha la tête de Kyou-san et vérifia la température. « Pas de fièvre. Mais ton visage est horrible. »

Elle avait raison. Le visage de Kyou-san était un mélange de désespoir et de douleur, et ce visage me rendait un peu heureux.

« Eh bien, continuons, Ara-san. » Ara-san me regarda avec une expression merveilleuse. « C’est encore une théorie, connais-tu un moyen d’en être sûr ? »

« Non. Mais si ce n’est pas le cas, nous pourrions trouver des experts en Magie noire et en Magie divine pour y jeter un coup d’œil. Puisqu’Esse à Feuerberg est exclue à cause de vos délits passés, nous avons besoin d’un autre endroit. Je sais que la ville de Zethtrin a beaucoup de temples, donc il y a de grandes chances que nous y trouvions un prêtre, capable d’avoir un regard plus profond, » déclara Ara-san.

« Pas encore des prêtres. Ces gens sont des bâtards qui arrachent de l’argent. » J’entendais que Kyou-san respirait fortement, puisqu’elle avait la classe Prêtre.

« Zethtrin est grand. J’y suis allée une fois, et je suis sûre qu’il y a aussi des magiciens noirs dans la communauté criminelle. De plus, même si nous n’y trouvons rien, nous aurions sans aucun doute une autre piste, » déclara Rine.

« Où est Zethtrin ? » demandai-je.

« C’est une ville-état dans les Terres Désolées, » déclara Rine.

« Doit-on donc aller vers le sud ? » demandai-je.

« Sud-ouest. La dernière fois, ça m’a pris un mois, » répondit-elle.

« Super. Vraiment génial ! » J’étais sarcastique.

« N’est-ce pas ? » Rine n’était pas sarcastique. « Nous voyagerons vers des royaumes lointains, nous vivrons plusieurs aventures et nous nous retrouverons plus proches les uns des autres que jamais. » S’il te plaît, non.

Pourquoi le système de héros ressemble-t-il tellement à un jeu, alors qu’ils n’avaient même pas implémenté une fonction de déplacement rapidement ? Nous perdions tellement de temps, si cela continuait, il nous faudrait des années pour rentrer au Japon.

Mais nous étions maudits, donc nous n’avions pas le choix, n’est-ce pas ? Les alfar ne pouvaient pas nous aider, et nous ne pouvions pas retourner à Feuerberg, alors n’importe quelle piste était mieux que rien.

Alors c’est Zethtrin. « Un mois, hein ? Alors, il faut qu’on commence à se préparer. Nous avons besoin de fournitures, comme des provisions et des biens de consommation. J’aimerais aussi faire le plein de potions et d’autres choses. Ara-san, puis-je te laisser la comptabilité ? » Ara-san était comptable avant d’être convoquée dans ce monde, donc elle était le choix le plus logique.

« Alors j’ai besoin de connaître le budget. Les biens dont nous avons aussi besoin, pour que nous puissions partager le budget et voir où nous devons faire des compressions, » déclara Ara-san.

« Ce qui veut dire ? » demandai-je.

« Nous dresserons une liste d’inventaire, nous examinerons ce dont nous avons besoin pour nous réapprovisionner, puis nous examinerons le budget et…, » Ara-san était une experte des voyages sur de longues distances. Il n’avait jamais vraiment été nécessaire de planifier exactement quand j’étais encore en train de farmer, mais ce qu’elle disait et expliquait avait du sens.

Un mois, hein ? Mieux valait s’y préparer.

C’est pourquoi les jeux étaient les meilleurs : si vous voyagez sur de longues distances, vous n’avez pas besoin de bien comprendre tous les détails. Vous commenciez juste à marcher !

En appuyant sur « up ».

 

―○●○―

 

Il était temps d’y aller. Nous étions sur la place du village, car les alfar voulaient nous dire au revoir. L’aîné Gaer’mon se tenait devant les alfar amassés. « Ça me fait mal, mais vous devez nous quitter, humains. Nous ne pouvons plus vous donner l’asile, même si vous nous avez aidés à sauver le village. » Au moins, nous avions obtenu la plupart des choses pour le voyage à des prix réduits et quelques cadeaux, donc il y avait un peu de gratitude ici. « Où que vous alliez, nous vous souhaitons bonne chance. Et prenez soin d’Ara-tan ! »

« Aîné ! » Ara-san portait un manteau de voyageur vert par-dessus sa robe et avait un sac à dos en forme de sacoche, son Inventaire, équipé. Elle utilisait son bâton comme bâton de marche. Elle donnait d’une façon ou d’une autre l’impression d’être un mage errant.

« Kenta’aihr ! » Oro’hekk s’approcha de moi et était sur le point de me frapper l’épaule. Je lui avais giflé le visage à la place. « C’était pour quoi faire ? » Il avait tourné la tête au dernier moment, donc ce n’était pas un coup parfait.

« J’étais juste irrité. » Kenta’aihr mon cul ! Tu me traites de gros ! Je suis juste un peu rond, espèce de maigre bâtard !

« Bon, revenons au sujet. » Oro’hekk recula de quelques pas, observant mes mouvements. « Tu n’es peut-être pas la première personne à qui j’ai enseigné les manières des rangers, mais tu es le premier héros et humain. J’avais un ss’rak avant quand j’étais plus jeune et plus stupide, et il y avait ce dari, contre qui j’avais perdu un pari, mais même là, tu étais unique en son genre. Personne n’avait autant de personnalité, autant de choses à remplir, et… hé, laissez-moi finir ! »

« Si tu fais un autre commentaire à propos de “ça”, j’utilise tout ce que tu m’as appris pour te tuer ! » Pourquoi mon « mentor » n’était-il que comme ça ?

J’avais jeté un coup d’œil à Kyou-san, qui était à côté de moi, dans sa nouvelle tenue de voyage et de combat. Elle était peut-être moins couvrante que son ancienne armure de tissu, mais les poils monstrueux qui avaient été utilisés pour ses vêtements étaient épais et résistants aux coupures.

Je suppose que moins de transpiration et plus de mobilité étaient au centre de l’attention, vu que j’avais tendance à recevoir la plupart des coups de toute façon. Pour une raison quelconque, elle avait quand même insisté sur le foulard.

Kyou-san venait de recevoir quelque chose de la dame herboriste, qui l’avait formée. « Contraception. Il suffit d’infuser du thé avec, et après une heure, il n’y aura plus de conséquences pour une journée entière. » Kyou-san la regarda, comme si la dame venait de lui dire qu’elle devrait prendre une pilule de suicide si elle était sur le point d’être capturée par l’ennemi.

Et Rine ? « Merci beaucoup, Zur'rea ! » Elle enlaça la couturière, qui n’avait aucune idée de comment gérer ce contact corporel.

« Katarine-san, je n’aime pas les filles humaines ! Laisse-moi partir ! » Pendant qu’elle proteste, elle tira sur les cheveux de Rine, mais Rine continua son étreinte, même avec des larmes dans les yeux.

Bien sûr, Rine n’avait pas pu s’équiper ici, car son équipement était déjà de première qualité, étant une princesse et tout ça.

Enfin, je m’étais tourné vers Ara-san et l’aîné : « Enfin, tu es sur le point d’entreprendre un voyage pour devenir le héros que tu étais déjà il y a 92 ans. Nous n’avons plus à nous soucier de ta santé physique ou de ta santé mentale. Personne n’a à te fournir de la nourriture, du thé et tout le reste. Ara-tan, même si tu ne deviens pas un membre productif de notre société, au moins nous t’avons perdu en tant que poids mort. »

« Mes recherches sont importantes pour tous les héros ! » déclara Ara-san.

« Oui, mais nous, Ara-tan ? Et nous, alors ? »

D’habitude, je pensais que nous devrions regretter d’avoir quitté cet endroit, mais avec un tel adieu, j’avais hâte de quitter les alfar et de ne plus jamais les revoir.

« Allons-y, » dis-je au reste du groupe.

« Avec plaisir. » Nous avions Kyou-san, la guérisseuse toujours mal dans sa peau, qui utilisait un langage abusif et ne montrait son faux côté gentil qu’à moi.

« Au revoir ! *sniff* » nous avions Rine, une machine de mort qui marchait, qui était toujours ennuyeuse et joyeuse et qui était toujours sur moi, sans se soucier du fait que je n’aimais pas ça.

« On se voit dans une centaine d’années. » Nous avions Ara-san, le personnage elfe, qui était peut-être plus âgée que le reste d’entre nous réuni, mais qui était à jamais coincé dans l’esprit d’une enfant de 13 ans !

« Phew. » Et il y avait moi, qui essayais juste de faire de son mieux pour que ça marche. Je voulais toujours rentrer chez moi, mais plus je le faisais, plus ça semblait s’éloigner.

Nous quittions la forêt d’Aroahenn et regardions une carte qu’Ara-san avait. « Pourquoi n’y a-t-il pas de boussole dans ce monde ? »

« Est-ce l’appareil qui est censé t’indiquer les quatre directions cardinales ? » Ara-san n’avait jamais entendu parler de quelque chose comme ça avant, on dirait que chaque personne avait une boussole intérieure, qui ne fonctionnait que dans son monde. Il n’y avait pas besoin d’un tel objet chez elle, et il n’y en avait pas dans ce monde. Je veux savoir pourquoi.

« Ah, je le sais ! » Quoi ? Rine sait quelque chose !? « C’était écrit dans un rapport sur les héros. Il manque quelque chose dans ce monde, c’est pourquoi aucun héros humain n’a été capable d’en faire une. »

Elle parlait du champ magnétique terrestre, non ? Comment ça fonctionne !?

Mais plus important encore. « Pourquoi sais-tu quelque chose comme ça ? »

« J’ai lu tout ce qui concerne les héros dans notre bibliothèque ! » déclara Rine.

J’avais oublié que Rine était plus intelligente qu’elle n’en avait l’air, ou se comportait bien. Elle ne prêtait pas beaucoup d’attention à quoi que ce soit, ce qui ne correspondait pas à ses intérêts ou à sa vision du monde.

Je devrais peut-être envisager d’inclure Rine plus souvent dans l’exposé intelligent.

« Kenta, on se tient la main pendant qu’on voyage ! » Tu m’as déjà pris la main, tu sais !? Et pourquoi tu me fais des câlins, arrête ! J’avais poussé sa tête vers l’arrière. Sérieusement, laisse tomber !

« J’ai l’idée que se tenir la main en faisant autre chose est efficace, mais ne reste pas près de moi, bon sang ! »

« Kyou ! » Et ne m’ignore pas, si je dis quelque chose que tu n’aimes pas ! « Prends son autre main ! »

« *soupire* Rine, il pourrait avoir besoin d’une main libre. »

« Alors tu es la prochaine ! » déclara Rine.

« D’accord. » Kyou-san montrait à quel point elle s’en fichait.

« Alors je suis troisième ! »

« Ara-san, tu aimes vraiment te moquer de nous, n’est-ce pas ? »

La fille Alfr pencha l’oreille avec un léger sourire. « Bien sûr. »

J’avais regardé à nouveau la carte, puis j’avais fait une estimation approximative de la direction cardinale en utilisant le soleil, tout comme Meldorn me l’avait appris. « À propos de cette direction. Ara-san, ton talent fonctionne comme ça en a l’air, n’est-ce pas ? »

« Oui. »

« Alors, on va dans cette direction et on corrige la nuit. Nous répétons ce processus jusqu’à ce que nous atteignions la route commerciale, puis nous la suivrons. » Je voulais le chemin le plus court, mais aussi le plus sûr, donc c’était un bon compromis. « Allons-y. »

Dès que j’avais dit que je sentais une goutte de pluie tomber sur mon nez, une autre goutte avait touché ma joue.

Il y avait une odeur de fer dans l’air et des nuages s’accumulaient au-dessus de nous. Le ciel n’était pas exactement clair avant, mais j’espérais que le temps resterait sans pluie.

Tant pis pour ça.

« Tout le monde en imperméable. » Nous avions pris nos manteaux de cire de l’inventaire et nous les avions mis. Le beau temps en voyage était seulement quelque chose que vous obtiendrez dans les jeux.

Putain de merde.

Hein ? Je me sens dévisagé.

J’avais regardé autour de moi. J’avais vu un écureuil tout seul avec une fourrure comme celle d’un panda.

Il ne regardait que nous. Mais je connaissais ces créatures. Elle appartenait à une tribu qui avait juré une sorte de vendetta contre Rine. Je n’en avais pas vu un seul depuis la lutte contre les démons.

Peut-être qu’ils avaient abandonné, après avoir vu Rine faire tout ça. Ou peut-être qu’ils complotaient quelque chose et qu’ils avaient réalisé que Rine quittait la forêt.

Il y a quand même quelque chose d’étrange.

Même si cet écureuil ne faisait rien, il ne faisait que regarder.

C’était peut-être mon imagination.

Je ferais mieux de garder l’œil ouvert. Ces types sont cinglés !

 

 

Personnage Momokawa Kyou (Herboriste)

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire