Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 6

***

Chapitre 1 : Classe supérieure !

Partie 6

Je pouvais profiter au maximum du temps seul, et il était presque midi, quand je passais la frontière de la forêt d’Aroahenn, disant bonjour à Oro’hekk et aux autres gardes, et retournant chez Ara-san.

En soupirant, j’avais regardé l’arbre qui servait de maison. « Pff, les bons moments sont finis. »

Quelque chose m’assaillit par-derrière. « KENTA !! »

 

Vous gagnez 1 PMA.

Après une longue période de séparation, vous êtes accueillis par une étreinte chaleureuse, n’est-ce pas géniale ?

 

Oui, ce n’est pas génial.

Rine, tu m’étrangles, tu sais ? Et arrête de pousser ces seins contre moi, car ils sont trop bien.

« Tu es de retour ! Tu es de retour ! Kenta *sniff* » Pourquoi y insères-tu ton propre mot sonore ? Et arrête de me sentir !

« Ouf… Rine, lâche-moi, » déclarai-je.

« Non, » répondit Rine.

« Rine, il n’y a que deux résultats à cela, si tu ne cèdes pas : soit tu me laisses partir, soit j’essaie de m’échapper, ce qui m’amène à me faire retourner l’épaule par toi, ce qui me cause beaucoup de douleur et de blessures. Si ça arrive, tu me rendras malheureux. Veux-tu me rendre malheureux ? » demandai-je.

« … Non…, » répondit-elle.

« Alors, laisse-moi partir. » Lentement et à contrecœur, Rine relâcha son étreinte. « Merci. Ouf, franchement, tu le fais chaque fois. » Au moins, cette stratégie fonctionnait toujours. « S’est-il passé quelque chose d’important ? »

« Je ne sais pas, » répondit Rine.

« … Pourquoi ? » demandai-je.

« Parce que je campe devant la maison. » Ce n’était donc pas la chance habituelle de Rine qui l’avait fait me rencontrer dès mon retour. Pourtant, je ne l’avais pas entendue venir alors qu’elle utilisait ses capacités habituelles.

La seule question demeurant était. « Pourquoi ? »

« Kyou étudie seulement maintenant, et Ara n’est pas marrante. Son état a empiré, » déclara Rine.

« Phew. » Peut-être que je ferais mieux de camper dehors aussi. Au moins jusqu’à ce que l’une d’elles s’en remette.

En regardant Rine, j’avais pensé qu’il vaudrait mieux camper ailleurs. Ses yeux étaient encore plus étincelants que d’habitude, et je pouvais voir comment ses mains tremblaient comme si elle était sur le point de me toucher à nouveau et n’y pouvait rien.

Franchement, pourquoi suis-je revenu ? Ah, ma vie en dépend à long terme, et même si cela pouvait prendre un mois pour que je meure dès que la malédiction s’activait, le chemin pour en arriver là était terrible.

D’habitude, j’y allais, car retarder des tâches importantes allait créer encore plus d’ennuis, mais si Rine en avait tellement marre, ça pourrait être vraiment critique à l’intérieur. Au moins, elle avait suivi son instinct.

En plus de ses espoirs, elle me regardait, comme si j’étais une sorte de sauveur. Je ne le suis pas. Je ne suis qu’un joueur qui aime éviter les problèmes avec les gens que je rencontre dans la vraie vie.

« Ouf… » Je pourrais rester loin de cette maison jusqu’à ce que Kyou-san ait eu son augmentation de classe ou qu’Ara-san ait fini ses règles. Nous avions encore quelques jours, jusqu’à ce que l’aîné nous demande de partir.

Nous avions peut-être aidé à protéger le village, mais avec Rine — la princesse fugitive de Feuerberg — ici, le territoire alfr sera confronté à d’autres types de problèmes à long terme.

C’était peut-être ingrat, mais ce n’est pas comme si je ne comprenais pas. Même moi, je jetterais Ara-san, Kyou-san et Rine si j’avais le choix. Eh bien, techniquement, Ara-san pourrait rester, mais il n’y a pas de données sur ce qui se passait si je me retrouvais qu’avec une seule « épouse ».

Attends un peu.

« Rine, déplaçons la position du camp. Je peux te guider à travers la forêt. » Sans la magie spirituelle, la forêt elle-même utilisera sa magie inhérente pour vous faire perdre la direction et vous mener dans un piège. Mais en tant que Ranger, j’avais la magie spirituelle, donc il n’y avait aucun problème avec moi. « On pourrait dormir chez ton mentor. »

L’ancienne princesse essayait maintenant d’obtenir la classe de Couturière, puisqu’elle voulait nous être utile, mais qu’elle aimait aussi obtenir un « emploi de roturière », ce qu’elle admirait depuis longtemps. Je ne savais même pas d’où ça venait, mais la classe de Couturière serait certainement utile, car les vêtements avaient tendance à se déchirer pendant les combats et les voyages, et même si j’avais quelques pièces de rechange, je me retrouvais pris dans des batailles plus meurtrières dernièrement.

« Elle ne sera pas contente, » déclara Rine.

« Je m’en fiche. Genre, pas du tout, » répondis-je.

―○●○―

Même après avoir retrouvé Katarine von Stolzherz, vous êtes toujours loin de vos autres femmes. La malédiction revient lentement. Vous avez été forcé à être dans votre classe d’Étudiant.

 

« Phew. » Quelle matinée ! Après m’être installé chez le tailleur, il avait fallu beaucoup de temps pour la convaincre de nous laisser dormir ici. L’endroit était minuscule, donc il n’y avait presque pas d’espace, ce qui nous faisait dormir dans le magasin sur le sol.

Même après que nous, c’est-à-dire Rine, ayons pu obtenir la permission, j’avais été bousculé par les questions concernant ma relation avec Rine. La première avait été. « Faites-vous les porcs tous les deux ? »

Je déteste les Alfar.

Rine était déjà debout. Je voyais comment elle travaillait sur un vêtement. Elle se concentrait vraiment dessus.

Elle mettait toujours tout son cœur dans ce qu’elle faisait, pour le meilleur et pour le pire.

Je m’étais levé et je m’étais pincé mon ventre. C’était vraiment la classe d’Étudiant. J’avais presque oublié ce que c’était que d’êtres à l’état naturel.

Donc retrouver Rine m’avait fait gagner moins d’une journée. J’étais allé dormir en tant que Ranger et la compétence Dormurnal était active, alors c’était peut-être douze heures environ, difficiles à dire. Mais le fait que je n’avais pas entendu Rine se réveiller me disait que j’avais changé de classe avant le matin.

C’était donc la limite. C’était mon degré de liberté. Trois jours tout seul, plus une demi-journée après en avoir retrouvé une. Être près des autres n’avait pas contré la malédiction, mais j’étais sûr qu’elles avaient reçu les messages de PMA. Donc elles savent déjà que j’étais dans le coin.

Quelqu’un frappa à la porte d’entrée du magasin. Rine était trop concentrée sur son travail pour le remarquer, alors j’avais jeté un coup d’œil par la fenêtre. C’était Kyou-san et Ara-san.

Ara-san semblait à court d’énergie comme si elle s’était remise d’une maladie mortelle. J’avais vérifié son état, l’hémorragie avait disparu, donc elle avait peut-être dépassé ses règles. Même si c’était visiblement éprouvant pour elle.

Kyou-san était également différente. Je ne pouvais pas dire pourquoi exactement.

J’avais aussi vérifié son statut. Il y avait la classe d’Herboriste. Je la regardai à nouveau, en inspectant ses bras et ses jambes, qui étaient en collants. Je pense qu’elle avait gagné un peu plus de muscle, rien de volumineux, plus comme une fille, qui faisait quelque chose comme un exercice léger régulier. Même pas tant que ça, c’était juste que Kyou-san était si faible avant, que cela se démarquait.

Elle l’avait enfin compris.

Attends, ne devrait-elle pas être moins forte là ou est-ce que d’autres règles fonctionnent pour elles ? Peut-être qu’elles n’auraient la malédiction qu’après qu’elle m’ait affecté à pleine puissance.

C’est injuste !

« KEN ! » Je suppose que soit les gardes avaient dit à Ara-san où j’étais, soit elles étaient arrivées à la conclusion par elles-mêmes. Au moins, Ara-san était un peu intelligente.

Je ne pouvais pas ouvrir la porte. J’étais un Étudiant, donc je n’avais pas de magie spirituelle et la tailleuse ne nous avait pas donné les mêmes permissions pour sa maison qu’Ara-san.

Je ne peux rien faire. Alors je vais rester là, à sourire.

« Momo, laisse-moi faire. » Cela se passa un peu après et la porte s’ouvrit tranquillement. Ara-san était entrée et m’avait trouvé tout de suite. Puis elle m’enlaça soudainement.

 

Vous gagnez 1 PMA.

Vous lui manquez vraiment et vous lui parlez de ses sentiments, tout en lui donnant un câlin.

 

« J’ai eu ce PMA. » Sans même rougir, elle se sépara de moi. Je ne ressentais que l’inconfort que je ressentais toujours après avoir eu trop de contact physique. D’une certaine façon, il s’agissait d’une relation professionnelle plutôt que d’une relation étroite.

« Ken. » Kyou-san me regarde avec son pire sourire. « J’ai gagné la classe d’Herboriste avec mes propres forces. » Ses yeux sont vraiment mauvais, un peu fiévreux. Y a-t-elle passé la nuit ? Si elle voulait me le montrer en pleine face, alors je la laisserais faire. Ce n’est pas que cela m’embête, qu’elle ait eu la classe ou pas.

L’agitation avait également attiré l’attention de Rine. « Super, Kyou ! »

« Merci, Rine-chan. Comment se passe ton cours de couture ? » demanda Kyou-san.

« … » Rine inclina la tête. « Ah ! » J’ai compris, elle a complètement oublié de vérifier si elle peut le sélectionner. Elle ne fait presque rien avec le système du héros, donc ça ne devrait pas me surprendre. Elle devait pouvoir choisir la classe de Couturière depuis des jours.

Bien que je le comprenne, je ne pouvais m’empêcher de grincer des dents.

Il était évident que Rine avait choisi la classe de Couturière, car ses muscles bien définis et difficiles à voir avaient disparu. Maintenant, Rine était toute douce et moelleuse, presque comme Kyou-san. Donc elle était aussi prête à progresser.

Il ne nous restait que peu de temps avant de devoir quitter Aroahenn, mais d’une certaine manière, nous étions presque à un nouveau point de départ.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire