Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 5

***

Chapitre 1 : Classe supérieure !

Partie 5

« Miriam — dit. — Elle — puis — prit — la — fourche… » Je lisais le livre que Rine m’avait donné. Ou du moins, j’essayais. J’avais lu les lettres une par une et elles devenaient des mots. C’était vraiment éprouvant, mais je m’améliorais lentement. Merci à la classe Étudiant et à l’Apprentissage Rapide.

Dommage que le livre lui-même n’ait pas été particulièrement intéressant.

Qu’est-ce que c’est que ce vacarme ? Pourquoi cries-tu comme ça, Ara-san ? Sans ma capacité de perception, je ne pouvais pas entendre les mots exacts, mais pour une raison ou une autre, il semblerait qu’Ara-san soit dans une crise de colère ou quelque chose comme ça. Est-elle en danger ? J’avais ouvert son statut et j’avais vérifié ses conditions. Les PE étaient légèrement drainées, ainsi que les PV, et elle avait la condition Saignement, ainsi que — .

Ah, elle n’a que ses règles. J’avais déjà pu voir à quoi cela ressemblait sur un écran d’état, j’étais avec Kyou-san et Rine depuis plus d’un mois déjà, donc bien sûr je connaissais le sujet.

J’avais donc continué mes leçons de lecture. Je ne m’en mêlerai pas.

―○●○―

Le lendemain, petit-déjeuner.

Je tenais actuellement la main de Kyou-san en mangeant, ce qui allait certainement me faire gagner du temps, même si je n’étais pas très doué pour manger de la main gauche. Les deux autres étaient assises de l’autre côté de la table.

Ara-san s’en prenait à sa nourriture avec violence, elle était de mauvaise humeur aujourd’hui. Cela pourrait durer quelques jours. Ainsi, les règles variaient vraiment d’une personne à l’autre, Ara-san devenait lunatique après le début du saignement. J’étais un peu choqué de voir à quel point je pouvais comprendre cette information.

« Il y a quelque chose dont j’aimerais vous parler aujourd’hui. » J’avais posé mes couverts. « Maintenant, nous avons obtenu le “Gain de PX accru” du magasin PMA, et même si nous pouvons obtenir le “Gain PX accru II” après avoir accumulé plus de PMA, j’aimerais mettre un terme à l’accumulation de ceux-ci pendant un certain temps. Pour quelques tests, » déclarai-je.

D’habitude, Ara-san aurait sûrement coupé dans la conversation, mais je n’entendis qu’un petit gémissement venant d’elle.

Les yeux de Rine étaient grands ouverts, et elle me regardait comme un chiot abandonné. J’avais tourné la tête vers Kyou-san, qui était à côté de moi pour que je ne sois pas torturé par les yeux de Rine.

Kyou-san me regarda comme si j’avais dit que j’allais quitter l’école pour tenir un stand de restauration rapide. Je ne savais même pas d’où venait cette analogie. « Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« J’aimerais partir aujourd’hui à midi pour un petit voyage. Juste quelques jours, probablement. J’ai fait monter ma classe, et c’est la première vraie opportunité d’essayer certaines choses avec la malédiction, sans prendre de risques concernant Kyou-san, » expliquai-je.

« Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? » demanda Kyou-san.

« Que je ne peux m’empêcher de m’inquiéter de te laisser derrière puisque tu risques d’être kidnappée, » déclarai-je.

« C’est arrivé une seule fois, et tu étais pratiquement là, » répliqua Kyou-san.

« Oui. Et il s’est avéré que j’ai dû partir à ton secours, » déclarai-je.

« Dois-je vraiment t’expliquer à quoi ton “plan pour me sauver” a conduit ? » demanda Kyou-san.

« Eh bien, ce n’était pas optimal, mais —, » déclarai-je.

« Ça a empiré les choses ! » s’écria Kyou-san.

« Kenta, Kyou ! Arrêtez ! Vous allez faire pleurnicher Ara, » déclara Rine.

« Katarine-san… Ils sont trop bruyants. J’ai mal à la tête, mon endroit spécial est désagréablement mouillé, j’ai mal aux membres et je me sens mal. » S’il te plaît, pas de détails, Ara-san.

Mais Rine avait raison. Cela ne mènerait nulle part.

« … C’est de ma faute, » déclarai-je.

« Désolée…, » déclara Kyou-san.

Donc Kyou-san et moi nous étions excusés auprès de Rine. Pas l’un pour l’autre. Mais si on ne s’excusait pas, Rine ferait quelque chose qu’on n’aimera pas.

« Retour au sujet… Je veux me séparer de vous les filles pour un moment et simplement chasser quelques monstres par ici. Nous aurons un peu de PX dans le processus, et nous pouvons voir comment la malédiction nous affectera, » déclarai-je.

« Je suis pour… Je suis pour. » Ara-san ne dirait jamais non à une expérience.

« Vu que je ne verrai pas Ken dans quelques jours, c’est une bonne idée. » Kyou-san avait aussi approuvé.

« Je suis contre ! » Bien sûr. C’est après tout Rine.

« Donc trois pour ça, on a gagné démocratiquement, » déclarai-je.

« J’ai appris que la démocratie ne fonctionne que dans les petites communautés. »… J’avais complètement oublié que Rine avait reçu quelque chose comme une éducation et qu’elle avait peut-être raison, compte tenu du fait que nous vivons dans un autre monde.

Mais c’est Rine après tout. « Et nous sommes quatre personnes, une petite communauté par excellence. »

« Je vois, » Ouais, ça a marché.

Bien sûr, il y avait certains risques, mais Ara-san ne s’en souciait probablement pas, tant qu’il y avait de nouvelles connaissances et que Rine n’envisageait même pas les risques. Le plus gros problème qui pourrait survenir était un effet irréversible inattendu, mais lorsque Kyou-san avait été enlevée par les oiseaux à quatre ailes, il y avait eu un délai et un message pour l’annoncer. Mais cela nous amenait à une autre question.

« Kyou-san, à l’époque où tu as été prise par les quatroiseaux, avais-tu une fenêtre de message ? » demandai-je.

Kyou-san continua son repas. « Oui, » répondit-elle sèchement. Il y avait peut-être quelque chose qu’elle voulait cacher, mais elle me montrait qu’elle ne répondrait à aucune demande.

C’est une réponse suffisante : elle avait reçu un message et il y avait quelque chose, elle ne voulait pas me le dire. J’avais quelques idées, mais j’y réfléchirai une autre fois.

Je voulais juste manger mon repas, pour l’instant, prendre tous les PMA possibles pour aujourd’hui et faire mes préparatifs pour partir en voyage.

Quelques jours sans les filles. Ce sera le paradis !

―○●○―

Midi. Tout en laissant la forêt d’Aroahenn, j’avais pris une grande respiration. Puis j’avais commencé ma marche vers les autres forêts se trouvant dans cette région. C’est l’heure de chasser les mobs. J’en avais déjà chassé quelques-uns dans le cadre de mon entraînement de Ranger, mais c’était la première fois que j’allais explorer certaines forêts plus profondément.

Et à chaque pas, je sentais qu’une partie du poids était enlevé de mes épaules.

J’avais laissé plusieurs choses derrière moi : les insultes verbales constantes de Kyou-san, l’accroche de Rine, la mauvaise humeur d’Ara-san, tout était parti maintenant. Pas besoin d’être dérangé par les règles, les mauvaises habitudes d’apprentissage, l’enfantillage, c’est juste moi et la nature. Si j’échangeais la nature avec une pièce mal éclairée et un PC, ce serait vraiment le paradis.

Le premier jour, c’était pratiquement la chasse aux monstres et l’accumulation de PX. Ce n’était encore qu’une fraction puisqu’ils étaient divisés par quatre. Mais au lieu de 100 %, c’était maintenant 120 % grâce à « Gain en PX augmenté », donc j’obtenais 30 % des PX pour avoir tué un monstre.

De plus, quand je m’étais couché pour dormir, je n’avais pas eu besoin d’attendre Kyou-san, pour que nous puissions trouver une position de sommeil où nous étions tous les deux à l’aise, et il n’y avait aucune crainte de Rine se faufilant dans le lit.

Je m’étais allongé, j’avais utilisé le Dormunal et le lendemain matin, je m’étais réveillé sans personne à côté de moi. C’est presque un rêve !

Mais les repas n’étaient pas aussi bons. Il y avait une option pour laisser Kyou-san mettre un repas à l’intérieur de l’Inventaire, pour que je puisse le récupérer là-bas, mais je voulais faire ce premier test avec le moins d’interférence possible.

Il était environ midi le deuxième jour où j’avais reçu un message.

 

Vous n’avez aucune interaction avec vos femmes pendant toute une journée. Il reste deux jours, jusqu’à ce que la malédiction se réveille progressivement.

 

Donc, si quelqu’un vole une « femme », la première pénalité de la malédiction se manifestera en moins d’un jour, alors qu’être absent me donne trois jours pour nous réunir. Eh bien, Kyou-san était la seule « épouse » à l’époque, mais je suppose que la même chose arriverait si l’une des filles était enlevée. Ce serait typique de cette étrange malédiction.

J’avais écrit une note et je l’avais mis dans l’Inventaire. Dans l’après-midi, j’avais reçu un des repas de Kyou-san et une lettre d’Ara-san, qui me disait qu’il y avait un message ce midi, qui lui disait qu’elle serait affectée par la malédiction si je ne revenais pas dans deux jours.

J’étais sûr que Kyou-san avait reçu un message similaire, quand elle avait été kidnappée à l’époque. Pourquoi a-t-elle gardé le secret ?

Eh bien, c’était Kyou-san. Probablement qu’elle ne voulait pas me dire, qu’elle sera aussi fichu si elle était séparée de moi. C’était typique pour elle. C’était comme si elle était une sorte de droguée aux ordres.

Peu importe, j’étais au-dessus de ça. Ou plutôt, le fait d’être loin d’elle me permettait de m’en moquer.

Point suivant. Quand j’avais mangé le repas fait maison de Kyou-san, rien ne se passait. Pas de fenêtre de message, pas de gain PMA, rien. Ne s’active-t-il pas, à moins que Kyou-san ne soit à une certaine portée ? C’est loin d’ici ?

Il était temps de demander à Kyou-san quelque chose avec une autre note. La réponse était venue rapidement, alors elle se relâchait, même si elle devrait étudier. J’avais eu l’information dont j’avais besoin : aucune des filles n’avait reçu de message de PMA pour le repas de Kyou-san.

Je lui répondis qu’elle devait étudier correctement et que je savais, qu’elle avait gardé le fait, que la malédiction pouvait aussi l’affliger. Ça ne lui apprendrait rien, mais cela lui donnera une leçon.

Une certaine proximité était donc une condition pour obtenir le PMA, alors que les PX partagés n’étaient pas affectés. Il valait mieux ne pas s’égarer trop loin pour l’instant. Je ne voulais pas que la malédiction se réveille à nouveau, et plus vite je revenais, plus je pourrais obtenir des PMA. J’allais essayer d’en tirer le meilleur parti.

J’avais vérifié seulement s’il y avait un message demain matin et s’il avait changé.

Le résultat : Il y en avait un et les changements étaient mineurs.

 

Vous n’avez pas d’interactions personnelles avec vos femmes pendant deux jours. Il reste un jour, jusqu’à ce que la malédiction se réveille progressivement. Dépêchez-vous de retourner vers elles, vous leur manquez sûrement.

 

Eh bien, l’une d’entre elles certainement. L’autre peut-être. Et le troisième ne le ferait absolument pas.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire