Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 4

***

Chapitre 1 : Classe supérieure !

Partie 4

Plus tard dans la soirée, Ken passait du temps seul dans le salon, tandis qu’Arako, Rine-chan et moi nous étions réunies dans la chambre d’Arako.

Arako commença la réunion. « La quatrième conférence des épouses commence. *Pachipachipachipachi* »

« … » Rine-chan et moi avions applaudi, même si je ne le faisais qu’à moitié. Pour une raison ou une autre, ces deux-là appréciaient plus ou moins le désordre dans son ensemble. C’était peut-être une façon de l’accepter.

« Cette réunion est présidée par Momokawa Kyou, » déclara Arako.

« Merci, Arako. » Mentalement, j’avais qualifié ces réunions de Sommet Anti-Katsuragi-Kenta, mais avec l’inclusion d’Arako, la nature même de ces conférences avait changé. C’était encore plus ou moins Ken, mais l’accent n’était plus mis sur le fait d’être sûre que nous agissions avec lui de la bonne façon, mais plutôt sur le fait de nous entendre avec lui maintenant.

C’était la graine que j’avais moi-même semée, en aidant Arako dans sa quête pour devenir l’amie de Ken. Elle avait tout simplement décidé de sauter quelques étapes et avait fini par aussi devenir sa « femme ».

« Le premier sujet serait, comme toujours, la question de savoir si quelqu’un a des problèmes et des ennuis avec Ken. »

« Moi. » Arako leva la main. « Je suis toujours sexuellement attirée par lui, et c’est toujours difficile pour moi. » S’il te plaît, pas encore. « Je pense que je pourrai mieux le contrôler à partir de maintenant, mais je pense que la soi-disant malédiction a changé quelque chose en moi pour toujours. » Arako pensait toujours à cette malédiction comme une forme de bénédiction cachée, mais je crois qu’elle était dans le déni. Elle agissait comme quelqu’un qui n’admettait pas qu’il avait tort, même à lui-même.

« Nous le savons déjà, ou y en a-t-il plus que ce que tu nous as déjà dit ? » demandai-je.

« Oui. Quand j’étais en saison des amours, mes mamelons enflent et mes oreilles deviennent roses, ce qui n’est pas le cas ici. De plus, le désir de reproduction est différent : alors que dans le cycle normal, je pense à quel point ce serait génial d’avoir des enfants, maintenant je me sens aussi excitée qu’un humain tout le temps. » Je lui avais tiré l’oreille. « Aïe ! » Toutes les oreilles étaient particulièrement sensibles. « Désolée, je ne voulais pas dire ça comme ça ! Ce n’est qu’un proverbe ! »

« Rine-chan, et toi ? » J’avais juste ignoré les mots d’Arako tout en continuant à tirer.

« Je vais bien. Il est plus amical qu’avant, » déclara Rine.

« C’est une chose que je voulais aborder. Pour la première fois, il m’a montré quelque chose qui ressemblait à de l’inquiétude pour moi. » C’était surprenant, Ken avait prêté attention à moi, même s’il n’y avait pas davantage direct pour lui.

« Je pense qu’il a toujours été gentil, » déclara Rine.

« Non, Rine-chan, il ne l’est pas, » répondis-je.

« Momo, j’aimerais approuver la déclaration de Katarine-san, mais j’ai peur que tu me tires l’oreille encore plus fort si je le fais, » déclara Arako.

« Soupir. » J’avais lâché Arako.

« Je te remercie. » Elle se frotta lentement l’oreille, qui était déjà rouge. « En général, Momo et Kenta-kun souffrent encore plus ou moins des conséquences d’avoir été convoqués. En général, il y a plusieurs problèmes et phases, mais contrairement aux états mentaux normaux, il y a des différences importantes. »

C’est la première fois que j’en entendais parler. Donc, j’étais actuellement en train de traverser une sorte de phases ? « Dis-m’en plus à ce sujet. »

« Tout est basé sur mes recherches sur les héros et ma propre opinion, mais je pense que lorsque tu es convoqué, quelque chose est fait à ton esprit. Jusqu’à présent, je n’ai entendu parler d’aucun cas de déni, de dépression ou de suicide comme conséquence à court terme d’avoir été convoqué. D’une façon ou d’une autre, les héros invoqués continuent toujours d’avancer, » déclara-t-elle.

« Ne compte pas sur moi pour cette conversation. » Rine-chan avait déjà jeté l’éponge. Elle n’avait presque aucun intérêt à étudier, même si je crois qu’elle était plus intelligente qu’elle ne le pensait, mais avec des choses compliquées comme ça, elle perdait toute motivation à essayer.

« Continue, Arako, » déclarai-je.

« Je pense que c’est fait pour qu’il n’y ait pas de héros incompétents. Nous sommes convoqués pour une raison, donc ce ne sera pas bon si nous ne pouvons même pas rassembler la volonté de l’accomplir. Mais cela ne veut pas dire que cette forme d’altération de l’esprit est saine. Peut-être que ces phases mentales après avoir été invoqué sont une réaction pour faire face à tout ce stress, et cela diffère d’une personne à l’autre, même si je les ai classées par catégories pour une meilleure compréhension. »

« Et en tant que quoi me classerais-tu ? » demandai-je.

« Ce n’est que mon opinion, mais je pense que tu es du genre à rester. Tu essaies plus ou moins de maintenir un statu quo, que tu connaissais de ton propre monde, tu t’adaptes lentement, mais tu es prête à faire à peu près tout, tant que tu as tes points d’ancrage, » répondit-elle.

Arako avait peut-être raison, ou peut-être pas. Quand j’y pensais à l’époque, j’avais été abandonnée par Masahiko-kun et les autres, j’avais ressenti perte et frustration. Quand Ken était revenu à Esse, j’étais prête à le rejoindre, c’était pour mon propre bénéfice, mais peut-être que j’avais essayé d’être au moins avec l’un de mes anciens camarades de classe ? « Pourquoi penses-tu cela ? »

« D’après ton comportement envers Kenta-kun et tes histoires sur l’époque d’avant. Tu m’as toujours dit que Kenta-kun était “plutôt cool” quand il combattait le patriarche ss’rak ou dans d’autres situations, mais tu le traites toujours mal. Même après tout ce temps, » déclara-t-elle.

« Eh bien, c’est Ken, » répondis-je.

« Mais ce n’est plus le Kenta-kun que tu connaissais à l’école. Alors peut-être que tu essaies de maintenir cette habitude ? Même si je n’allais pas plus loin, c’est comme si je n’avais dit que ma propre opinion, » déclara-t-elle.

Elle avait peut-être raison. Je ne sais pas si elle l’avait fait délibérément, mais Arako m’avait laissé le choix de ne pas poursuivre ce point de la discussion. « … Alors on en reste là. Quel genre de type serait Ken ? »

« Il est quelque part entre le type qui veut retourner et le type qui endure. Le premier type est motivé par la possibilité de rentrer chez lui, ce qui lui permet de s’adapter rapidement, alors que la plupart d’entre eux sont si prompts à accepter la convocation, qu’ils peuvent même oublier pourquoi ils le font. Le type endurant, par contre, est mentalement très enraciné à la maison, mais souvent prêt à s’adapter. Il y a une petite différence puisque le type endurer n’a pas nécessairement un but et qu’il agit plutôt en l’acceptant au lieu de s’adapter, » déclara-t-elle.

« Alors, comment Ken s’intègre-t-il exactement dans tout ça ? » demandai-je.

« Je pense qu’il a commencé comme un type voulant repartir, mais quand il a reçu la bague et s’est mêlé à toi, il a commencé à se transformer en un type endurant. Ce qui veut dire qu’il accepte la malédiction, qu’il accepte qu’il doive être avec nous, qu’il nous accepte en général et qu’il veut juste s’en remettre, » déclara-t-elle.

« Cela semble approprié. Mais pourquoi montrerait-il maintenant un côté “gentil” ? » demandai-je.

« Si tu mets des alfar — et des humains bien sûr — dans une situation extrême, ils changeront en fonction de cela. Pour autant que je sache, il n’avait pas d’amis à l’école et ses seules connaissances régulières à part sa famille étaient des gens qu’il connaissait grâce aux jeux auxquels il jouait, » déclara-t-elle.

« C’est à peu près ça, » répondis-je.

« Aujourd’hui, il vit à côté des autres, mange à côté des autres, se bat aux côtés des autres, et ses conversations interpersonnelles ont augmenté de façon exponentielle, » déclara-t-elle.

« Veux-tu dire qu’il a acquis des aptitudes sociales ? » demandai-je.

« Je n’oserais pas juger ça. Il s’entend assez bien avec nous, les alfar, mais c’est plus que nous savons, que les humains sont étranges en premier lieu, donc c’est plus facile de tolérer vos défauts, » déclara-t-elle.

« Ne trouves-tu donc pas que votre comportement immature et votre amour pour les farces et les blagues sexuelles ne sont pas étranges ? » demandai-je.

« Ce n’est pas comme si nous aimions particulièrement les blagues sexuelles, nous les faisons seulement quand les humains sont là, » déclara-t-elle.

« C’est mal à bien des égards… Mais tu as raison, dans la société humaine, Ken ne survivrait probablement pas tout seul. » Il était trop brutal, inamical et rapide pour lancer des insultes, qui n’étaient même pas intelligentes.

« Si nous considérons son type et l’évolution de son environnement, je dirais qu’il pourrait se remettre rapidement de ce désordre post-appel, » déclara-t-elle.

« Kenta sera-t-il heureux ? », interrompit Rine-chan. Elle penchait la tête, et je ne pouvais m’empêcher de la regarder. « Je n’ai jamais vu Kenta rire. »

J’avais déjà vu Ken rire. Comme dans le gouffre, après avoir découvert qu’il effrayait l’ours cramoisi. Ou quand nous installions des pièges pour Masahiko-kun et les autres, nous avions ri ensemble dès que j’étais sûre qu’ils avaient été pris.

… C’est tout. Il riait quand il était soulagé, et il riait du plaisir dans la perte. Qu’en est-il de moi ? Quand ai-je eu mon dernier vrai rire ?

« La seule fois où j’ai vu Kenta-kun rire, c’était quand je faisais quelque chose, ce n’était pas entièrement réfléchi. Mais Momo aussi rit à peine, » déclara Arako.

« Kyou rit beaucoup. » C’est parce que je discute avec toi. C’est la même chose pour Arako, mais elle est un peu plus enthousiaste que ça.

« Katarine-san, c’est lié à leur état. À l’époque, j’étais du genre obsessionnel, qui ne voulait que comprendre le plus possible sur les héros et tout, » déclara l’alfr.

« As-tu changé, Ara ? » Les questions honnêtes de Rine-chan pouvaient faire mal parfois.

« Un peu. C’est moins une obsession et plus d’intérêt maintenant. » Pour une raison quelconque, Arako leva le menton, et ses oreilles étaient en arrière près de la tête. Était-ce le seul moyen d’expulser l’air de la poitrine ?

« Je vois. » Rine-chan avait accepté ça.

« Donc en gros, » je me mêle de tout. « Nous pouvons dire que Ken est en train de changer et que ce sera peut-être pour le mieux. Y a-t-il autre chose ? »

« Moi ! » La main d’Arako se leva à nouveau.

« … » C’était sûrement encore à cause de son état physique. « Dis-le-nous. » Mais si elle avait quelque chose à dire, je ne pouvais pas le nier pour des raisons personnelles.

« Actuellement, Kenta-kun donne un peu de mou à Katarine-san, alors je lui suggère de ne pas dépasser certaines limites, » déclara Arako.

Rine-chan pencha la tête. « Quoi exactement. »

« Comme ramper la nuit ! » S’il te plaît Arako, non.

« C’est quoi, ramper la nuit ? » demanda Rine.

« Se glisser dans le lit de quelqu’un la nuit, » déclara Arako.

« Je l’ai déjà fait une fois. » Parle-t-elle d’une fois où elle s’est faufilée dans la literie de Ken et de la mienne, où les choses m’ont conduite à endommager légèrement la virilité de Ken ?

« Woooooooooooooon ! » Arako, s’il te plaît, arrête de faire ces bruits. Rine-chan ne comprend pas. « Comment était-ce ? »

« C’était génial aussi longtemps que ça a duré, mais quand je me suis réveillée le lendemain matin, il n’y avait personne. Je n’ai même pas remarqué comment il a disparu, » répondit Rine.

« Ah, Kenta-kun, tu as perdu ta virginité avant moi ! » Arako est-elle vraiment si heureuse qu’elle est sur le point de pleurer ou s’entend-elle simplement avec sa propre blague ? Souvent, je ne suis pas sûre de ce qu’elle pense.

« Vraiment !? » S’il te plaît Rine-chan, ne me regarde pas comme ça.

J’avais secoué la tête silencieusement tout en plaçant la main pour lui faire signe qu’Arako avait totalement tort et que je ne ferais jamais quelque chose comme ça avec Ken. Ma précieuse première fois appartiendra à une personne que j’aime.

La première fois… non, n’y pense pas. Ken n’en a plus jamais reparlé, alors c’est comme un accord silencieux : on fera de notre mieux pour l’oublier. Ce qui s’est passé dans la lutte avec le patriarche n’a jamais eu lieu officiellement !

« Quelque chose ne va pas, Momo. » Arako était très sensible à mes changements d’humeur, même si elle n’arrivait pas à les lire très bien. « Qu’est-ce que tu… »

« Rien dont je veux parler, » répondis-je.

« Kyou ? Tu n’as pas l’air en forme, » déclara Rine.

« Vraiment, ce n’est rien ! » déclarai-je.

« Il n’y a aucune raison de nous cacher quoi que ce soit, » les oreilles d’Arako tremblèrent. « Hmm ? » Elle baissa les yeux sur son corps et cligna des yeux. « Qu’est-ce que c’est ? » Elle souleva un peu sa jupe et plaça une main entre ses jambes. Après avoir senti quelque chose, elle retira sa main et regarda ses doigts. Ils étaient rouges. « Qu’est-ce que c’est !? » Elle souleva un peu sa jupe et confirma ce qui se passait en bas. « Je saigne ! Et ça coule sur mes cuisses ! »

Franchement, Arako ?

« Tu as juste tes règles. » Ce moment était malheureux, mais ne devrait-elle pas connaître son cycle ? Elle n’était vraiment pas préparée.

« Ce n’est pas mes règles ! J’ai déjà eu le mien pour l’année ! Le sang coule ! » Les menstruations d’une femme sont-elles donc différentes ? « Momo, s’il te plaît, guéris-moi ! Je suis blessée ! La masturbation m’a blessée ! » Arako était en pleine panique.

Sa panique contamina Rine-chan. « Je vais aussi aider. Guérison ! L’hémorragie ne s’arrête pas ! Que faire !? »

Bien sûr que non, ça n’arrêtait pas les fonctions corporelles normales. Il ne pouvait donc pas arrêter les saignements menstruels, il ne pouvait même pas atténuer l’inconfort ou la douleur. « Je ne peux pas voir ça comme autre chose qu’une chose normale. C’est peut-être une menstruation humaine, mais il n’y a pas de quoi perdre la tête.

« *Soupir*. »

Cette malédiction était vraiment en train de gâcher nos vies.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. Merci pour le chapitre.
    Je suis la seule qui à pouffé un rire à cette phrase ? "La masturbation m’a blessée ! "

Laisser un commentaire