Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 1

***

Chapitre 1 : Classe supérieure !

Partie 1

Et bien, revenons un peu en arrière, d’une vingtaine de jours.

À ce moment-là, j’avais vu Ara-san, la jeune fille aux cheveux blancs, qui me regardait avec émerveillement alors qu’elle était mal à l’aise. « Je suis mouillée. »

Non, pas à ce moment précis !

Et non pas le moment où Kyou-san s’était chargée — son visage était déformé par la colère — et m’avait crié dessus pour des raisons que je ne pouvais pas comprendre, car sa voix était trop aiguë.

Ou Rine, qui nous avait suivis peu après, mais c’était seulement pour poser quelques questions. Je ne savais même pas si elle était en colère, heureuse ou confuse.

Prenons le moment où nous nous étions tous calmés, et nous étions retournés à nos tâches respectives alors que nous nous occupions du village d’Aroahenn qui venait d’être attaqué. Nous étions retournés après ça chez Ara-san.

À ce moment-là, nous avions échangé toutes les informations que nous avions recueillies. En fin de compte, nous connaissions l’essentiel de ce qui s’était passé dans les coulisses. Une grande partie de l’information provenait de l’aîné, qui avait parlé aux personnes concernées, et aussi avec les personnes gravement blessées.

Pour résumer : Après que nous, Kyou-san, Rine et moi avions passé quelques jours à Aroahenn pour obtenir des informations sur les malédictions, les héros et une relique particulière, deux autres personnes étaient apparues à la limite de la forêt, nos anciens camarades de classe Yoshimura et Hoshibashi.

Nous avions maintenu les gardes alfar dans l’ignorance de leur identité, car nous pensions qu’ils nous visaient et surtout la princesse « kidnappée » de Feuerberg : Rine. Nous avions menti aux alfar et nous les avions laissés repousser ces deux-là plusieurs fois.

Puis le Jazzman de la garde alfr avait découvert que les intrus étaient en vérité des héros comme nous. Cela rendait notre ancienne déclaration douteuse. Pour prendre le dessus sur nous., il avait décidé d’amener Hoshibashi et Yoshimura au village pour qu’ils puissent parler aux anciens.

Il aurait dû appeler une escorte, mais il pensait que ce serait suffisant en comptant sur les alfar du village qui était avec lui.

Les autres héros avaient une carte qui les menait à la forêt d’Aroahenn. Depuis cette carte, une centaine de démons étaient apparus et c’était eux qui avaient attaqué le village. Même si la plupart d’entre eux étaient capables de se battre, il n’y avait qu’une vingtaine de vrais guerriers parmi l’ensemble de la colonie, et ils avaient donc été dominés en nombre.

Jazzman n’avait pas hésité et s’était battu contre le plus fort des démons invoqués, l’oni rouge. Il n’était pas de taille face à lui, alors Oro’hekk avait sauté dans la bataille, alors que notre groupe se battait encore contre quelques démons.

L’oni rouge avait également battu Oro’hekk, alors qu’il essayait de détourner une attaque de l’oni, qui aurait frappé un Jazzman surpassé. C’est ce qui s’était passé au moment où nous avions confronté Hoshibashi et Yoshimura pour la première fois. Quand ces deux-là s’étaient retirés, nous les avions suivis, tout comme l’oni, et il s’était frayé un chemin vers le trésor du village, l’endroit que Yoshimura et Hoshibashi visaient.

Nous avions donc divisé notre groupe, avec Rine et Kyou-san s’étaient occupés de l’oni, tandis qu’Ara-san et moi étions passés et nous avions suivi les deux héros allant vers le trésor.

Rine et l’oni avaient effectué un match brutal, et l’oni s’était toujours régénérée et c’est ainsi que l’oni s’était occupée de la princesse, la machine à meurtre pendant un moment. Mais grâce à la guérison de Kyou-san et à ses buffs, Rine avait lentement pris le dessus, tandis que notre membre inutile avait aussi obtenu un nouveau sort pour avoir endommagé l’oni.

En même temps, Ara-san et moi avions affronté Yoshimura et Hoshibashi, et même si leur augmentation de force avait été géniale, Ara-san avait été affectée positivement par cet endroit. C’était juste sous l’arbre Aeolferelda, qui était fondamentalement une source de magie. C’était surtout la [Magie Spiriturelle] que l’alfr utilisait qui avait été amplifié.

Après qu’Ara-san eut finalement décidé de recourir à la force meurtrière, même Yoshimura et Hoshibashi n’avaient évité que de peu la mort.

Puis l’oni était arrivée, alors qu’il avait pu fuir sa bataille après qu’une bande de démons avait attaqué Kyou-san et Rine depuis la zone extérieure. L’oni avait fait fondre une partie de l’arbre Aeolferelda, et ainsi, il avait pris quelques affaires et s’était enfui avec nos adversaires battus.

Parmi les objets volés, il y avait aussi la relique dont j’avais parlé plus tôt : Une plume d’oie, qui avait la capacité de te laisser désélectionner l’une de tes classes. Yoshimura et Hoshibashi l’avaient utilisé pour supprimer leur classe [Étudiant], ce qui était clairement un gros bonus.

Pour être honnête, si nous ne les avions pas battus à la première rencontre avant qu’ils ne suppriment [Étudiant], nous aurions aussi essuyés de le faire.

Après que l’oni eut emporté ces deux-là, nous étions retournés chez les alfar, qui étaient occupés à combattre les démons et à guérir Aeolferelda. Nous les avions soutenus et avions fait tout ce qu’il fallait pour les aider après la bataille. Kyou-san et Rine traitaient les blessés. Ara-san et moi enquêtions sur le trésor pour voir ce qui avait été volé.

Ara-san était devenue stupide. Si vous le dites positivement, elle avait été vaincue par la curiosité, car toutes les conditions étaient réunies pour participer à notre « malédiction ».

Elle croyait juste que ce n’était pas une vraie malédiction et maintenant nous avions ce désordre : un « mariage » avec quatre personnes !

« Permets-moi donc de résumer, » Kyou-san avait commencé sur un ton agacé. « Arako a trouvé comment elle peut être impliquée dans cette histoire de bague, non ? »

Ara-san ajouta d’un ton accusateur. « Vous avez caché des informations. Je pensais que la partie malédiction de l’anneau était quelque chose comme un effet secondaire puisque Kenta utilisait un système de groupe. Cela m’intéressait, car il s’agissait d’une ingérence importante dans le pouvoir des héros, une relique pas comme les autres. Même si les autres héros utilisent le système de héros, ils ne le changent pas. Si j’avais su pour le mariage… et que vous l’aviez tous déjà partagé, qu’en est-il des Dieux… ? » Elle avait cligné des yeux et tapé sur ses oreilles. « Oui, qu’en est-il de la loi divine dans un tel cas ? Puisqu’il s’applique habituellement à une seule espèce, est-ce que cela compte pour un alfr comme de la polygamie avec des humains ? »

Oui, les lois divines. L’un d’eux concernait la polygamie. S’il y avait trop de personnes mariées à plusieurs conjoints au sein d’une même espèce, cela signifierait un génocide.

J’étais très sérieux. C’était aussi stupide que ça.

« Cette loi est exactement la raison pour laquelle nous n’en avons pas parlé avant, Ara-san. Et je n’ai aucune idée si et comment tu es prises en compte ? » déclara Kyou-san.

« Si ? » demanda Ara-san.

« Techniquement, le message dit que vous êtes toutes blergh, “mariées” avec moi. Donc si on suit la lettre, on compte toujours pour un. » Puisque j’étais le seul à avoir plus d’une conjointe. « Mais sérieusement, il n’y a aucune revendication légale. Je ne sais pas pourquoi la malédiction a choisi de la déclarer “mariage”, mais je ne vais me marier qu’une seule fois, et je suis sûr que ce ne sera aucune de vous ! » Je les avais montrées du doigt toutes les trois. « Celle-ci est une salope, celle-là me tape sur les nerfs, et la seule acceptable d’entre vous est d’une autre espèce ! »

« Et toi, t’es un abruti ! » Kyou-san avait roulé des yeux. « Mais merci de ne pas t’intéresser à moi. » Ses yeux tournoyants s’étaient transformés en un sourire heureux… C’était dangereux ! Et totalement inapproprié !

« Kenta ! » Rine était sur le point de pleurer. « Qu’est-ce que j’ai fait pour t’énerver ? » Et le fait que tu essaies de me forcer à dire ce que tu veux que je dise avec tes pleurs ?

« Kenta-kun, suis-je acceptable ? » Les oreilles d’Ara-san rougirent. Attends ! Attends ! Pour une raison quelconque, j’étais étrangement conscient d’Ara-san depuis qu’elle avait été infectée par une malédiction. C’est comme si c’était une fille humaine.

Nous étions d’espèces différentes, alors s’il vous plaît, ne la rendez pas attirante à mes yeux, malédiction ! Essayez-vous de me diriger vers la bestialité ?

« Désormais, Ara-san fera partie de notre équipe. » Pour être honnête, elle s’ajoutait bien à nous avec sa classe de [Druide]. Et elle était toujours acceptable dans sa classe [Acrobate], donc nous avions un autre membre qui était plus utile que Kyou-san. « Cela signifie, Ara-san, qu’il est dans ton intérêt de trouver un moyen de supprimer cette malédiction ! »

« En fait, si je soupèse les avantages et les inconvénients, ce n’est pas si mal. » Non, ne fais pas ça, Ara-san, on est une équipe maintenant !

« Je sais, n’est-ce pas ? » Ne la soutiens pas, Rine ! « Mais… nous sommes des pécheurs… » Ah, elle est redevenue négative, alors bien qu’elle ait le droit, pour une raison ou une autre, de s’appeler ma femme, elle est déprimée chaque fois qu’on lui rappelle le fait, que nous violions la loi divine.

Je devais m’en souvenir pour pouvoir la faire taire, si elle était trop ennuyeuse.

« Arako, y a-t-il des avantages pour toi ? » Bon travail, Kyou-san !

« Plusieurs. Mais le plus intéressant, c’est que j’ai un bon aperçu du fonctionnement du système des héros. Saviez-vous que je peux voir vos statuts et qu’ils sont écrits en langue Alfr ? Cela signifie-t-il que le système du héros utilise notre compréhension du langage, au lieu de compter sur l’influence du dieu ? » Je pouvais voir où ça menait. En gros, elle était juste curieuse.

« Et pour le mariage ? » demandai-je.

« Si je dois le dire alors c’est un petit prix à payer. Le mariage n’est pas quelque chose que les gens font souvent, alors bien que je le sache, ce n’est pas comme si je comprenais vraiment son importance. Même si c’était le cas, ce n’est pas comme s’il y avait beaucoup de chances de rencontrer un homme selon mes critères. Au moins, Kenta est marrant, » déclara Ara-san.

« Ara-san…, » je m’étais creusé la cervelle pour trouver un moyen de la persuader de nous aider. Elle était vraiment un atout, intelligente et bien informée. Attends, il y avait un moyen. « Veux-tu analyser la malédiction, n’est-ce pas ? »

« Oui, » répondit-elle.

« Apprendre à la briser fait également partie de cette recherche. De plus, si tu nous aides à trouver un moyen de nous en débarrasser, tu pourras garder la bague. Marché conclu ? » J’avais tendu la main.

« Marché conclu ! » Elle avait accepté.

Nous avions tous les deux rétracté nos mains en moins d’une seconde. Il y avait une sorte d’électricité, ou plutôt, c’était étrangement… rose. Je ne pouvais décrire ce sentiment qu’avec une couleur.

« Qu’est-ce que c’était ? Arako ? Ken ? » demanda Kyou-san.

« Eh bien, Momo. Tu sais que Kenta-kun et moi sommes deux espèces différentes. Il n’y aurait donc normalement pas d’attirance physique l’un pour l’autre. » Ne le dis pas. « La malédiction a fait quelque chose et maintenant quand je vois Kenta-kun, je suis presque aussi excitée qu’une humaine. »

Ce qu’elle avait dit était encore pire que ce que j’imaginais !

Rine avait rougi. « Excitée… »

Les yeux de Kyou-san étaient grands ouverts, regardant entre Ara-san et moi, puis elle avait souri. « Cochon. »

Pourquoi es-tu si adorable ?

Après cela, nous étions passés à la phase de planification. Il y avait beaucoup de choses à discuter, donc je n’entrerai pas dans les détails, mais un certain commentaire de Kyou-san était très important.

« Dommage que la plume ne soit plus là, » déclara Kyou-san.

« Oui. Ça t’intéressait beaucoup, il y a une classe que tu voulais échanger, Momo ? » demanda Ara-san.

« [Guérisseur]. Je n’ai pas de potentiel d’attaque, » répondit Kyou-san.

« Si je me souviens bien, tu avais [Étudiant], [Guérisseur], [Prêtre] et [Cuisinier], non ? Alors pourquoi n’améliores-tu pas l’une de ses classes pour la transformer dans sa version supérieure ? » demanda Ara-san.

C’était une découverte qui nous avait époustouflés.

Il y avait un moyen de renforcer l’une de vos classes actuelles, appelé « Classe supérieure ». Et le pire dans tout ça : L’option d’améliorer une classe avait été mentionnée dans le manuel qu’Ara-san avait reçu quand elle avait été transportée dans ce monde, mais pas dans celui que Kyou-san et moi avions.

Le contenu des manuels diffère donc d’un lot à l’autre !

Alors que les nôtres allaient aller plus loin sur les fonctions essentielles du système de héros et sur des éléments spécifiques comme ces cristaux de PX que je n’avais pas encore vus, celui d’Ara-san concernait surtout tout sur les classes. L’un des sujets abordés avait été l’élévation de la classe.

Si vous aviez eu assez de PC dans plusieurs compétences et que vous aviez aussi appris une variété de choses, vous pourriez avoir une chance de progresser vers la classe supérieure. Mais pour ce faire, il fallait faire fonctionner mentalement le menu d’état d’une certaine manière, ce qui était tout sauf intuitif.

Même après l’ouverture de la fenêtre de la montée de classe, juste après l’avoir apprise, je n’avais rien pu faire progresser à ce moment-là. Et tout cela, parce qu’il y avait une condition supplémentaire : un déclencheur.

Il n’y avait que des sources limitées de classes à travers le monde, mais il semblerait que chaque espèce avait au moins cinq options de classes différentes, et le déclencheur habituel pour atteindre une classe supérieure était d’avoir un mentor de la classe supérieure spécifique qui vous enseignait.

Pour les alfar d’Aroahenn il y avait les options suivantes : [Druide], [Herboriste], [Ranger], [Mage Spirituel], et [Guerrier des Bois]. Ara-san avait commencé comme [Chaman] et avait progressé jusqu’à [Druide].

Jusqu’à présent, c’était assez facile, d’avoir de l’expérience dans votre classe et d’avoir quelqu’un pour vous enseigner. Mais il y avait quelques problèmes en cours de route.

Tout d’abord, votre classe devait correspondre à la classe que vous voulez faire, pour que je ne puisse pas, par exemple, faire la classe [Étudiant] à [Guerrier des Bois].

Deuxièmement, vous ne pouviez pas faire progresser votre classe deux fois en utilisant la même source. Donc, si je faisais montée de Classe avec l’aide des alfar d’Aroahenn, je ne pourrais pas le faire à nouveau. Un autre pays alfr serait correct, mais ils devaient être très éloignés l’un de l’autre.

Troisièmement, vous deviez être au moins au niveau 100 avant de pouvoir faire une deuxième fois une progression de classe dans le même arbre de classes. Il y avait des exigences de niveau plus élevées pour monter encore plus haut, et vous pouviez au total faire progresser votre classe trois fois.

Quatrièmement, il n’y avait pas vraiment d’ordre dans les classes, alors je pouvais faire progresser le [Lancier] à [Guerrier des Bois] par les alfar et par exemple vers [Chevalier] à Feuerberg par la suite. Ensuite, je deviendrais un [Chevalier] avec les [Capacités] de [Lancier] et du [Guerrier des bois] et des bonus de statut individuels, reflétant ces trois classes. C’était un vaste domaine de personnalisation ici.

Cinquièmement, si vous faisiez progressé votre classe initiale, comme ma classe [Étudiant], il y avait de grandes chances qu’elle affecte négativement votre esprit, effaçant tous les souvenirs d’avant de devenir un héros, tandis que le reste était retenu comme un livre que vous aviez lu. Vous n’alliez conserver que les connaissances, mais ni la mémoire émotionnelle ni la mémoire sensorielle. C’était la même chose que ce qui est arrivé à Hoshibashi et Yoshimura quand ils ont supprimé leurs classes [Étudiant].

Sixièmement, la classe que vous aimeriez faire progresser n’avait pas seulement besoin d’un peu d’expérience, mais pendant la formation, vous deviez suivre le cours qui allait vous être donné. Donc, même si vous appreniez plus rapidement que la normale en utilisant la compétence [Apprentissage rapide] de l’[Étudiant], cela ne vous rapprochera pas de la classe supérieure, si vous vouliez faire de même avec une autre classe supérieure qui ne l’avait pas.

Sachant cela, nous avions changé tout notre emploi du temps depuis que Kyou-san voulait faire progresser sa classe. Moi aussi, il n’y avait aucune chance que je rate cette occasion !

D’ailleurs, la [Princesse-Chevalière] de Rine était déjà la deuxième étape d’une classe, donc elle ne pouvait plus la faire progresser avant d’avoir atteint au moins le niveau 170. De plus, il s’agissait de sa première classe, de sorte que même si elle était irrégulière, il y avait certaines conditions à remplir pour que la progression de classe se déroule en toute sécurité. Mais expliquer ce qu’elle ne pouvait pas faire à ce stade serait pénible.

Au lieu de cela, elle avait décidé d’apprendre une nouvelle classe de base. Ou plutôt, elle avait vraiment insisté. Elle voulait apprendre une classe d’artisanat et m’avait demandé si elle pouvait. J’aime les classes d’artisanat, alors je lui avais permis de faire ce qu’elle voulait. Même si elle avait gaspillé ce créneau, elle en aurait eu deux de plus et serait au moins satisfaite de son seul choix qu’elle avait fait.

Pendant que nous étions tous les trois occupés à apprendre des leçons et les données de nos classes, Ara-san lisait les livres et les écrits sur la façon de briser les malédictions.

J’avais décidé de faire progresser ma classe préférée, Éclaireur. J’avais décidé de choisir cette dernière option, car elle m’avait permis d’améliorer ce que j’aimais dans la classe Éclaireur tout en étant très doué au combat.

Il semblerait qu’environ un tiers des gardes alfar étaient en fait des [Rangers], même si seul Oro’hekk était considéré comme un [maître ranger]. C’est ainsi que j’avais appris sous ses ordres avec l’aide des autres gardes.

Pendant ce temps, l’aîné nous avait permis d’entrer librement dans le village et j’avais trouvé un artisan, qui m’avait fabriqué un équipement personnalisé pour me remercier d’avoir combattu ces démons et mes compagnons-héros. Même le maroquinier était d’accord pour me faire une armure en peau faite de la peau de l’ours cramoisi que j’avais tué dans le gouffre, y compris un garde-bras avec un gant de tir à l’arc pour le côté gauche.

Suivant mon exemple, Kyou-san avait aussi commencé à organiser de nouveaux équipements.

Oro’hekk voulait mettre mes nouveaux pouvoirs à l’épreuve.

[Ranger] était une classe étonnante. Je n’avais pas seulement les [Capacités] de ma classe d’[Éclaireur], mais j’avais aussi acquis de nouvelles compétences pendant l’entraînement. J’avais donc la [Magie Spirituelle] et trois sorts, un pour bloquer, un pour détecter, et un pour se cacher. Je pouvais enfin utiliser mon mana pour changer !

Et le plus important : Je pouvais enfin utiliser les compétences de [Lance] dans ma classe d’exploration ! Je n’avais plus aucune dépendance avec le [Lancier] pour les batailles modérées.

Les bonus aux statistiques du [Ranger] étaient plus élevés que ceux du [Lancier] en général. [Lancier] ne l’emportait que par une marge médiocre sur [Force] et [Vitalité]. Donc, en gros, je pouvais ignorer cette classe pendant un moment, à moins que j’aie besoin de plus de puissance et de défense.

Je devrais aussi vraiment trouver un moyen d’arranger ça.

Mais [Ranger] était quelque chose comme ma classe idéale. Si je n’avais pas le titre de « Ranger Rouge », j’en serais parfaitement satisfait.

Merde, Alfar !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire