Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 1

***

Chapitre 4 : Comment résoudre les problèmes relationnels

Partie 1

Quelques jours passèrent. Certaines petites choses avaient changé, comme la relation entre Kyou-san et Ara-san. Les deux filles traînaient ensemble, parfois Ara-san appelait Kyou-san pour l’entretien quotidien à ma place.

Quand elle l’avait fait, j’avais appris les lettres de ce monde avec Rine.

« C’est un *Guyu*, comme dans le bois, » déclara Rine.

Peux-tu me dire, s’il te plaît, comment ce son étrange se trouve dans le mot « bois » ? Je comprends maintenant pourquoi Ara-san est ennuyée quand on parlait de langue, car cela me donnait mal à la tête d’établir un lien entre des choses qui ne peuvent pas être reliées pour moi.

J’étais actuellement dans la classe [Étudiant], je compte sur la compétence d’Apprentissage Rapide pour y arriver, mais je devais apprendre chaque lettre séparément sans avoir une cohérence logique avec ce que m’enseignait Rine.

Mais quand je lisais un mot, son sens me venait à l’esprit, alors au moins cela marchait bien. Mais écrire… ce n’était pas tant que ça. Je pouvais écrire des mots pour lesquels je connaissais les lettres, mais seulement si je vidais mon esprit et ne me concentrais pas sur ce que j’écrivais. Ainsi c’était assez difficile.

Le moment où je pense, « Je veux écrire “poisson” », c’était une situation où cela devenait « 魚 ». J’avais passé des années d’efforts pour apprendre le kanji et maintenant tout se retournait contre moi. Ainsi, aujourd’hui, des années d’études n’étaient pas seulement inutiles, mais nuisibles si jamais vous vous retrouviez transporté dans un monde imaginaire.

Alors mieux valait s’en souvenir : Ne vous laissez pas transporter dans un monde imaginaire. Ça craint en général.

Des choses qui n’avaient pas changé jusqu’ici : Ara-san s’occupait toujours de nous, la relique qui permettait de désélectionner une classe était toujours dans le village que nous ne pouvions pas encore visiter, et nous étions encore loin de défaire la malédiction. Kyou-san et Rine étaient encore en train d’acquérir des connaissances de base sur les malédictions pour qu’elles puissent comprendre les choses difficiles.

Une autre chose qui n’avait pas changé : Nos niveaux. Nous avions acquis des PC, mais c’était pour élever le rang de nos Capacités et nous en gagnions toujours en utilisant des compétences qui était liées à ces Capacités. Ainsi, mon rang dans la Perception était assez élevé parce que je ne pouvais pas arrêter de regarder autour de moi.

C’était quelque chose de moins fantastique que les PX, mais ils étaient aussi importants, surtout parce qu’ils avaient un rapport avec les compétences.

Mais pendant que les PC se débrouillaient assez bien en termes de gain, nous manquions clairement de PX acquis en tuant des monstres et ce statu quo était frustrant. Mais si nous sortions de la forêt pour chasser, les alfar pourraient ne plus jamais nous laisser entrer.

C’était pour des raisons de sécurité.

Même si Ara-san était un peu importante ici, elle n’était qu’une personne seule avec peu de moyens politiques. Elle était peut-être favorisée, mais il était clair qu’elle n’était responsable de rien d’autre que de son foyer. Donc elle ne pouvait rien décider à ce sujet. Elle ne pouvait que demander pour nous.

C’était la raison pour laquelle elle pouvait passer ses soirées à parler avec Kyou-san ou à discuter avec moi du système de héros pendant la journée. Pour une raison inconnue, elle m’avait demandé mon opinion sur certains détails et sur mes propres théories.

Ara-san, en tant que héros-sage, avait beaucoup d’hypothèses sur le pouvoir des héros. Mais il lui manquait encore des chiffres et des données expérimentales pour les prouver. Par exemple, elle était certaine que les Attributs ne dépendaient pas seulement du niveau, mais aussi de la base. Ainsi, quelqu’un qui était athlétique avant de devenir un héros devrait avoir des statistiques plus élevées avec la même classe et au même niveau que quelqu’un qui n’avaient pas pratiqué un seul jour. Un humain aurait des statistiques différentes d’un alfr avec la même classe et le même niveau puisque leurs corps de base étaient différents.

Entendre et contribuer à toutes ces idées était amusant d’une certaine façon. Cela me rappelait des fois, quand je discutais des « builds » et des stratégies sur des chats vocaux de MMORPG.

Et aujourd’hui, nous faisions une expérience sur des données de combat. Cela signifiait qu’Ara-san et moi allions nous battre dans un combat d’entraînement.

― ○●○ ―

Il était midi et Ara-san, Kyou-san, Rine et moi étions dans une clairière. Il y avait quelqu’un d’autre ici aussi : Jazzman ! Il nous surveillait tous les jours, et chaque fois, il me regardait comme si j’avais commis un crime capital.

Les spectateurs nous entouraient, Ara-san et moi. Elle s’était changée dans sa classe d’Acrobate, je serai sur celle de Lancier. Toutes les compétences étaient permises dans nos classes, mais pas de Changement de Classe, ce qui rendrait les données peu fiables. Nous voulions avoir une idée plus précise de la façon dont la différence dans les Attributs fonctionnait.

La meilleure classe d’Ara-san pour le combat en mêlée, Acrobate, avait des statistiques élevées en Dextérité, Agilité et Chance, modérées en Force et Persuasion, et est faible en Vitalité et Intelligence.

Ma classe de Lancier était concentrée sur Force et Vitalité, modérée dans la Dextérité, Agilité et Chance et faible dans Persuasion et Intelligence.

Donc, elle se battait vite et moi, j’étais un combattant de base, d’un point de vue statistique.

Son niveau était au-dessus du mien, mais pas tant que ça. Du point de vue des chiffres, nous devrions presque être jumelés, de sorte que nous puissions réellement essayer, comment cette différence dans la build et donc les Attributs influenceront réellement la bataille. Elle avait déjà quelques données d’autre affrontement entre d’autres héros, mais plus il y en avait, mieux c’était.

Ara-san portait toujours sa robe, qui ressemblait à celle d’un Cheongsam chinois et était capable de suivre ses mouvements excessifs d’Acrobate. Elle maniait aussi un étrange bâton, qui était fait de trois branches entrelacées. Une extrémité était épaisse et lourde, tout comme une massue, l’autre avait des rameaux et des feuilles.

« À mon signal. » Rine était l’arbitre. « Commencez ! »

Sans hésitation, j’avais commencé par une Poussée Rapide. Les oreilles d’Ara-san tremblèrent, signe d’égarement, mais après le choc initial de ce geste audacieux, elle avait réagit et avait également utilisé une compétence : Vent violant.

Elle avait sauté en l’air, s’était servie de sa perche pour se tenir debout et se dérober à mon attaque. J’avais balancé ma lance pour faire tomber cette perche, mais elle la souleva au même moment pour faire un saut périlleux et m’attaquer d’en haut.

C’était une attaque avec un grand mouvement, donc je pouvais facilement l’éviter. Mais au lieu de ça, j’avais contre-attaqué, en enfonçant le côté émoussé de ma lance dans son estomac, avant que le bâton ne descende.

Les grognements d’Ara-san étaient très différents de ce que j’aurais pensé. Ce n’était certainement pas un son normal qu’un elfe ferait, mais les alfar étaient vraiment différents. En perdant de l’élan de ma contre-attaque, l’extrémité du bâton de sa perche me frappa l’épaule, mais bien qu’elle ait fait quelques dégâts, ce n’était pas grave.

« Tu es morte, » si j’avais utilisé le bout pointu de la lance comme d’habitude, je t’aurais sérieusement blessée, la rendant très probablement incapable de se battre.

« Un autre round ? » Ara-san utilisa son léger sourire, mais elle semblait souffrir. « Après un peu de guérison, je veux dire. » Bien sûr, nous avions notre infirmière, Kyou-san, qui l’avait guérie en me jetant des regards hostiles.

C’était comme Jazzman, qui semblait prêt à me tuer en me fixant.

Hé, c’est une bataille fictive. Je ne me retiendrai donc pas plus que nécessaire.

« Deuxième round. Prêt… combat ! » cria Rine.

Au signal de Rine, Ara-san sauta. Et c’était haut de plusieurs mètres. Comment est-ce possible ? Ah, Acrobate, hein ? Et maintenant, elle commençait à briller, tandis qu’elle commençait à tourner dans les airs.

Eh bien, c’était peut-être atypique pour moi, mais si Ara-san semblait préparer une sorte d’attaque aéroportée, j’allais agir en conséquence. J’avais lancé ma lance, côté émoussé en premier encore une fois.

Aïe, c’était une attaque en plein dans le mille. Ou plutôt l’œil d’un Alfr. J’avais visé son visage, mais le fait de frapper son orbite n’était pas intentionnel.

Si c’était possible de perdre l’équilibre dans les airs, alors c’était ce qu’Ara-san avait fait. Je n’avais pas seulement perturbé sa capacité de charge, elle était aussi tombée comme une brique.

Et la deuxième douleur.

On dirait qu’elle n’avait pas pu amortir sa chute. Kyou-san avait couru vers elle et avait jeté à nouveau un sort de guérison pendant que je récupérais mon arme.

Rine s’agenouilla aussi devant elle et jeta un sort ou deux. « Ara’ainn, sois sérieuse, » Rine l’avait grondée. Jusqu’à présent, c’était un peu pathétique. Il semblerait qu’Ara-san préférerait le spectaculaire, et cela l’amenait à faire ces mouvements vraiment tape-à-l’œil, mais c’était des attaques qui étaient faciles à contrer.

Jazzman caressa l’épée courte présente sur sa taille.

S’il te plaît, arrête ça, ça me rend nerveux.

« Troisième round. Prêt… à vous battre. »

Cette fois, Ara-san s’engagea dans un combat serré. Je déteste ça ! La seule chose que vous pouviez faire était d’essayer de faire face coup après coup tout en étant vous-même battu à mort et en réagissant en moins d’un instant en cas de danger imminent. Son Agilité était plus élevée que la mienne, donc ça devrait bien servir notre expérience. Elle devrait pouvoir me vaincre ainsi.

Mais face à cela, elle pouvait être battue par des coups puissants. Une poussée avec ma lance ferait saigner son nez avant qu’elle ne puisse tomber et gémir.

Et c’était exactement ce qui s’était passé.

« Arako ! » Kyou-san était de nouveau à ses côtés. « Ken ! Qu’est-ce que tu as fait ? »

« Kyou, ne lui en veux pas. Il est juste meilleur qu’elle, » déclara Rine.

« Vraiment ? » demandai-je.

« Pas tant que ça. Vous bougez tous les deux mal, mais Kenta est plus audacieux et c’est pourquoi il brise ses défenses si facilement, » expliqua Rine.

« Katarine-san, j’ai fait de mon mieux, » Ara-san semblait un peu mortifiée. « Je le bloque, puis je le frappe, mais là, il me repousse et il me frappe après ça. C’est comme s’il n’y réfléchissait même pas. »

Suis-je donc en fait un meilleur combattant qu’Ara-san, qui vit dans ce monde depuis environ un siècle ? Est-ce du talent, ou le fait qu’elle ait passé la plupart de ces années sans se battre ?

Probablement ce dernier.

« Hé, humain ! » Ah, Jazzman est enfin énervé. « Battez-vous contre moi. »

Je ne voulais vraiment pas faire ça. « Non. Va-t’en ! »

Ara-san était du même avis : « Tu n’es pas un héros, Aera’jos, donc il n’y a rien à y gagner. Même si je ne suis pas la bonne personne pour parler, » elle était amère de la facilité avec laquelle je l’avais vaincue.

« Je vais combattre Kenta à la place, » déclara Rine

… Non, Rine. Juste non.

Kyou-san avait souri. C’était son sourire agréable qui me faisait un peu peur. « C’est une idée géniale. Rine est aussi un héros, ce qui lui donnera des données très intéressantes, je veux dire précieuses. »

Non, Kyou-san. Putain, non !

Ara-san avait réfléchi. « Même si leurs niveaux sont très différents, je pense que cela me donnerait un aperçu du potentiel de combat de Katarine-san. »

Non, Ara-san. S’il te plaît, non !

Mais il y avait peut-être un moyen de s’en sortir ! « Vous savez, mon cher alfr. » J’avais mis mes mains sur les épaules de Jazzman. « Vous avez de la chance. Vous ne m’aurez pas, mais le meilleur de nous tous, donc vous aurez l’honneur de combattre notre précieuse Rine, » ne m’en veut pas de mettre ce duel sur ton dos, Jazzman !

Si vous combattez Rine sérieusement, c’était une exécution courte et brutale. Même le fait de penser à elle se retenant, en utilisant le côté émoussé de son épée, ne pouvait être que comme une longue et lente sorte de torture, qui vous brisera les os et vous laissera saigner à mort.

Je ne veux vraiment pas me battre contre Rine sous aucun prétexte. J’ai bien trop peur.

« Espèce de voyou, je veux me battre ! Je me fiche de vos femmes, mais c’est vous qui avez blessé Ara’ainn ! » cria Jazzman.

« Il m’a appelée “la femme de Kenta” ! » Rine avait un peu rougi, pendant qu’elle souriait comme le soleil.

Mais l’autre fille en question était restée calme. « Aera’jos, c’était une expérience. Donc même si ça fait mal, tout va bien pour moi. »

Ara-san, tu es de mon côté.

« Alors, écarte-toi et laissez Katarine-san et Kenta-kun se battre, » déclara Ara-san.

… vers mon site d’exécution.

Rine était sortie de son illusion et son visage se transforma en mode combat.

« Prêt…, » Kyou-san, arrête de vouloir un tel combat, ça n’arrivera pas, et ne me sourit pas comme ça, ça me donne des frissons. « Fi — »

J’avais mis une main dans mon sac à dos, j’avais sorti une bombe fumigène, je l’avais jetée par terre et j’avais utilisé la fumée pour m’enfuir.

C’était du moins ce que je pensais faire.

« — ght ! »

Même si j’avais la couverture de fumée parfaite, j’avais senti quelque chose me donner un coup de pied dans le genou et plier, tandis qu’une main avait saisi mes cheveux et avait tiré ma tête en arrière. Ah, je vois le pommeau, qui est sur le point de me frapper le visage…

Ça va faire mal.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire