J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 7 – Chapitre 138 – Partie 5

***

Chapitre 138 : Les horreurs de Drakaros

Partie 5

Ensuite, j’avais acheté de nouveaux vêtements chez le tailleur local. Après un bain chaud, Ayu ressemblait à une fille draconienne complètement différente. Ses cheveux étaient apparemment blonds, mais la saleté et la crasse qu’ils contenaient m’empêchaient de le voir. La couleur de ses écailles était d’un bleu pâle et non brun comme je l’avais d’abord pensé. La beauté blonde d’Ayu brillait comme une pierre précieuse fraîchement polie, et son sourire était absolument adorable. Pendant un instant, elle m’avait fait oublier la perte qu’elle avait subie aujourd’hui.

J’avais quitté Ayu avec un ensemble d’instructions claires sur la façon de se rendre à Illsyorea, puis j’étais retournée à la capitale. À partir de là, la chance de la petite fille allait déterminer son destin. J’étais entrée à Drakaros en sachant très bien qu’elle pourrait rencontrer de vils bandits en chemin ou se faire escroquer par des marchands et des aventuriers. Il pouvait lui arriver beaucoup de choses en chemin, mais ce n’était ni mon travail ni mon devoir de la surveiller à chaque étape du voyage.

J’avais fait ma part, et pour la paix de mon âme, j’avais fini par aider quelqu’un dans cette ville maudite aujourd’hui.

Avant de retourner au Palais des Pleyades, j’avais décidé de faire une visite à la Salle des Gardes sur le Deuxième Mur. J’avais marché le long de la route principale jusqu’à ce que je voie les gardes en armure qui défendaient la ligne qui séparait les nobles des roturiers, puis j’étais entrée dans une allée voisine et j’avais sauté sur le toit. En prenant la route principale, j’avais atteint le mur et j’avais gardé mes oreilles attentives à ce dont parlaient les gardes.

« Le capitaine Borgis n’a pas quitté la salle des gardes, n’est-ce pas ? », avait dit l’un des gardes à un moment donné.

« Non, il est trop occupé à avaler l’hydromel qu’il a reçu de ce gros commerçant. Il va nous donner un avant-goût de ses bouteilles supplémentaire plus tard, et tout ce que nous avons à faire, c’est de fermer les yeux quand il apporte les “marchandises” dans la région du noble, » avait-il répondu.

« Oh ! Est-ce que quelqu’un organise encore une fête ? Je dois dire que ça ne me dérangerait pas d’emmener une de ces femmes dans mon lit, » il avait souri.

Leur conversation avait dégénéré en une description douloureusement longue de leurs fantasmes sexuels. À mes yeux, ces hommes avaient déjà atteint un statut inférieur à celui des ordures ménagères. Au cas où je les rencontrerais dorénavant comme des ennemis, je n’allais pas regretter de leur avoir ôté la vie.

Il m’avait fallu encore une dizaine de minutes pour avoir l’occasion de me glisser dans la salle des gardes sans me faire remarquer. Après avoir verrouillé la porte derrière moi, j’étais entrée pour chercher le draconien qui avait osé faire honte à mon ancienne bonne, Soleya.

Très vite, le misérable draconien fit connaître sa présence.

« Valus ? Est-ce toi ? M’as-tu apporté la viande comme je te l’avais ordonné ? »

Il avait des écailles marron foncé et était un peu potelé. L’armure qu’il portait contenait à peine tout son lard, et on avait l’impression qu’elle allait se détacher à certains endroits. Même s’il avait un bon visage, le reste de son corps était abîmé.

« Êtes-vous par hasard le capitaine Borgis ? » avais-je demandé.

« Hein ? Oui, je suis Borgis. Qui es-tu ? » Il avait froncé les sourcils et m’avait jeté un regard laid.

« Moi ? Je suis l’ancienne maîtresse de Soleya, une ancienne servante du Palais des Pleyades. Ce nom vous dit-il quelque chose ? » lui demandai-je avec un doux sourire sur les lèvres.

« Hein ? Pourquoi devrais-je le faire ? C’est quelqu’un que tu connaissais ? » il avait plissé les sourcils et m’avait montré un sourire méchant. « Était-elle bonne au lit ? »

« C’est la femme draconienne que vous avez violée dans sa cellule. » Je lui avais dit cela sans effacer le sourire de mes lèvres.

« Violée ? Laquelle d’entre elles ? J’ai mis la main sur toutes les nanas que j’ai pu à l’époque. Et d’ailleurs, qu’est-ce que ça peut te faire ? Es-tu là pour quelques secondes ? » Il avait ri.

« Vous parlez comme si personne ne pouvait vous toucher même si vous avouez vos crimes ? »

J’avais été un peu perplexe devant son honnêteté brutale.

« Bien sûr ! Je n’ai fait que toucher ces humbles roturiers. Je suis un noble par le sang, c’était donc mon droit de faire ce que je voulais d’eux ! Kuhahaha ! »

« Je vois… » J’avais hoché la tête et j’avais jeté un sort de barrière autour de cette pièce pour empêcher les invités indésirables d’entrer.

« Alors, pourquoi me demandes-tu... » Ses mots avaient été coupés court quand il m’avait vue lancer une petite [boule de feu].

« Voyons si vous y survivez, » avais-je dit et je l’avais jetée devant lui.

Le sort avait généré une puissante explosion dont j’étais protégée par mon Armure magique. La sienne, cependant, s’était fissurée, mais pas brisée. Elle avait également fait beaucoup de bruit et avait détruit son bureau ainsi qu’une bonne partie des bouteilles qu’il avait en sa possession.

« Tu oses…, » une fois de plus il avait essayé de parler, mais j’avais bougé devant lui et je l’avais giflé.

Son armure magique s’était brisée et son corps s’était écrasé dans les caisses voisines. Les flammes qui avaient léché le bois avaient rapidement été attirées par ses vêtements. Lorsqu’il avait senti la brûlure, il avait sauté et avait crié en se débattant pour essayer de les éteindre.

« Oh, mon Dieu. Comme vous êtes bruyant, » avais-je dit et je l’avais frappé dans le ventre.

Avec le vomi qui sortait de sa bouche, son corps avait heurté le mur puis il était tombé sur le sol en gémissant. Il y a longtemps, j’aurais été révoltée par un tel spectacle, mais maintenant, j’avais l’impression de ne pas en faire assez.

En m’approchant de lui, je lui avais dit. « Vous savez, aujourd’hui, j’ai vu pas mal de choses désagréables et je suis assez stressée. » J’avais sorti un petit poignard de mon cristal de stockage.  « J’ai vu des enfants pleurer de douleur, des mères maltraitées et de pauvres gens mendier pour leur vie. » J’avais arrêté de marcher quand je m’étais retrouvée à côté de lui.

Borgis me regarda, et ses yeux étaient remplis de peur.

« Oh, les choses que j’ai vues et entendues ont fait hurler mon cœur de douleur… » J’avais poussé un soupir et j’avais planté le poignard dans sa jambe.

« GYAAA ! » il poussa un cri terrible.

« J’ai vu tant de choses terribles, et juste au moment où j’allais retourner au Palais, je me suis souvenue de la pauvre Soleya. Je voulais tenir ma promesse avec elle, alors je suis venue vous rendre visite. En outre, il y a tellement d’autres pauvres âmes que vous avez lésées que j’ai l’impression que les dieux me maudiraient si je ne vous punissais pas correctement. » Je lui avais montré un sourire.

« Qui es-tu ? » demanda-t-il dans la peur alors qu’il essayait de se défendre contre moi, mais sa force n’était rien comparée à la mienne.

« Moi ? Je ne vous l’ai pas dit ? » Je lui avais montré un sourire aimable en retirant le poignard de sa cuisse. « Je suis l’ancienne maîtresse de Soleya, cette petite princesse stupide et faible dont vous avez tous parlé dans son dos. Celle avec laquelle vous tous, nobles cupides et corrompus, vouliez vous amuser au Bal. » J’avais dit cela en souriant et je l’avais ensuite poignardé dans le dos.

« GAH ! Vous… vous êtes la princesse A-Ayuseya ? S’il vous plaît… p-pitié ! » Il m’avait suppliée.

Deux minutes plus tard, le draconien était mort dans la douleur, et les gardes frappaient sur la barrière, essayant de rentrer. Les cris de leur capitaine les avaient alertés.

« Je suppose que je devrais être en route. » J’avais dit cela et puis j’avais regardé cette pauvre excuse d’homme draconien. « Je me demande si j’aurais dû vous laisser intact. Hm, peut-être pas. » J’avais secoué la tête, puis j’avais sauté, en brisant le plafond au moment où j’annulais la barrière.

Alors que les gardes étaient occupés à se précipiter à l’intérieur, je m’étais glissée à travers leurs défenses et j’étais partie. Heureusement, j’étais encore assez près pour entendre leurs réactions après avoir découvert les restes de Borgis. Trois d’entre eux avaient vomi sur place.

En me glissant dans le palais des Pleyades, j’avais remarqué que l’agitation que j’avais provoquée au niveau du deuxième mur avait attiré l’attention de tous les gardes de la région. Cela avait rendu mon retour un peu plus difficile, mais rien que je ne puisse gérer avec ma vitesse et mon agilité.

Ce dont j’avais été témoin aujourd’hui était quelque chose que l’ancien moi n’aurait pas pu gérer. C’était plus qu’horrible, c’était écœurant. La quantité d’abus, de destruction et de torture dont avaient souffert les pauvres draconiens innocents de cette ville était trop importante. Mais d’une certaine manière, c’était une bonne chose parce que j’avais vu ce que je ne devrais jamais permettre à Illsyorea de devenir. Quoi qu’il en soit, lorsque je serais rentrée chez moi, je devais m’assurer que rien de tel ne se produise là-bas, même en l’absence de la famille Deus.

En entrant dans un des couloirs vides, j’avais remarqué une étrange porte en bois qui semblait un peu déplacée. Il y avait deux draconiens qui montaient la garde juste devant, et ils semblaient être beaucoup plus puissants que les autres. J’avais beau passer mes souvenirs au peigne fin, je ne me souvenais pas d’avoir vu quelque chose comme ça avant. S’il était vrai que je n’avais pas pris ce chemin pour quitter le palais plus tôt, quelles étaient les chances que je découvre quelque chose comme ça ici ?

Je dois voir ce qu’il y a derrière cette porte. J’avais réfléchi et j’avais cherché quelque chose qui pourrait les distraire. Ce vase devrait le faire. J’avais pensé cela et puis je l’avais pris d’une main et je l’avais écrasé contre le mur.

Le bruit était assez fort pour être entendu par les deux gardes, alors je m’étais rapidement cachée à proximité.

« Va vérifier, » l’un des gardes avait dit à l’autre.

J’avais attendu que le draconien fasse le tour du coin pour enquêter sur le bruit. Une fois que j’avais été sûre qu’il était assez loin, je m’étais précipitée derrière lui et je l’avais attrapé avec un étranglement. Son armure magique s’était brisée et peu importe combien il s’était débattu, il n’avait pas pu se libérer.

Après qu’il se soit évanoui, je l’avais relâché et je l’avais traîné jusqu’au coin du chemin. Je l’avais poussé le long du mur et j’avais agité son bras pour que l’autre garde puisse le voir. J’avais ensuite jeté ce draconien sur le côté et je m’étais cachée une fois de plus.

L’autre garde était venu ici comme je l’avais espéré. Quand il avait vu son ami, il s’était précipité vers lui, et j’avais profité de ce moment pour l’attraper aussi avec un étranglement.

Une fois que je m’étais occupée de ce garde, je les avais ramenés à la porte en bois et je les avais appuyés contre le mur d’une manière qui donnait l’impression qu’ils avaient juste décidé de faire une sieste confortable. Quant au vase brisé, j’avais décidé de le nettoyer.

Maintenant, voyons ce qu’il y a derrière cette porte, pensais-je…

J’avais d’abord vérifié la porte pour voir s’il y avait des pièges à magie supplémentaires. Il n’y en avait pas, alors j’avais ouvert la porte.

Ce qui était caché de l’autre côté était un escalier menant à un niveau souterrain.

C’est étrange, je ne me souviens pas que ce genre de chose soit fait ici. Est-ce que cela a été construit récemment ? me le demandais-je.

Toutes les entrées des sous-sols étaient généralement à l’extérieur et non à l’intérieur du palais.

Tout en faisant attention à l’endroit où je mettais les pieds, je descendais l’escalier jusqu’à ce que j’atteigne le bas. J’étais maintenant à plus de cinquante mètres sous terre. Devant moi, il y avait un grand et long couloir avec des portes métalliques à ma gauche et à ma droite qui menaient quelque part. Plutôt que de donner l’impression qu’il était de construction récente, on avait l’impression que c’était assez ancien.

Il y avait vraiment quelque chose d’étrange qui se passait ici, et ça m’avait faite rendue tendue.

Devant moi, j’avais vu deux gardes patrouiller dans le couloir. Ils s’éloignaient de moi, alors je m’étais dirigée vers la première porte sur la droite. Elle était faite d’un métal et présentait des signes de rouille ancienne.

D’une déglutition, j’avais poussé la poignée vers le bas et j’avais ensuite ouvert la porte. J’étais entrée et j’avais fermé la porte derrière moi. Ce que j’avais vu ici ne pouvait être décrit que comme quelque chose de monstrueux.

À ma gauche et à ma droite, il y avait des femmes draconiennes nues, piégées dans des piloris comme certains criminels de droit commun. Elles étaient d’âges différents, de l’adolescence à l’âge adulte, mais toutes avaient des écailles dorées et présentaient des signes de grossesse. Un étrange cristal violet était suspendu devant leur tête, éclairant leur front d’une lumière violette. Toutes ces femmes regardaient dans le vide comme si elles ne pensaient à rien ou plutôt comme si elles ne pouvaient penser à rien.

Qu’est-ce que c’est que ça, au nom des dieux ? pensais-je en me rapprochant d’une de ces pauvres âmes.

D’un seul regard, je pouvais dire que c’était une belle femme draconienne, qui aurait attiré les regards de beaucoup d’hommes, mais je ne voyais pas pourquoi elle était piégée comme ça.

Elle était enceinte de six mois et son pilori portait une étiquette avec son nom.

Prénom : 2224… Nom de famille : Pleyades… Éleveur : Le Roi… Après avoir lu ceci, j’avais pris du recul et j’avais failli trébucher sur mes propres pieds. Cela ne peut pas être possible…, avais-je pensé et puis j’avais regardé les autres femmes.

Toutes avaient comme prénom un numéro et leur nom de famille était indiqué comme Pleyades. Toutes avaient été fécondées par le même draconien… Le Roi.

Est-ce Braydan qui a fait ça ? Comment ? Pourquoi ? Quand ? J’avais réfléchi en essayant de comprendre ce qui se passait.

C’est… c’est tellement étrange… On dirait presque que c’est une… ferme. J’avais regardé toutes les autres femmes.

Elles se ressemblaient toutes beaucoup. Il était presque ridicule de voir à quel point elles se ressemblaient, presque comme si elles étaient toutes apparentées.

Une ferme pour enfants des Pleyades ? Mais… mais pourquoi ? J’avais réfléchi et puis je m’étais souvenue de la lettre de ma mère.

Je me souvenais encore de ses paroles. Ils me faisaient mal comme des poignards empoisonnés et m’avaient fait prendre conscience de la froide et brutale vérité sur ma propre mère. Elles m’avaient fait comprendre que pendant tout ce temps, je n’étais considérée que comme un outil par toute la famille des Pleyades et la noblesse qui les soutenait.

Ma chère fille, je suis désolée… Tu es née dans une famille maudite, que l’on croyait sans avenir ni espoir. J’ai laissé cette lettre en sachant que tu la liras après ton mariage avec un Suprême et que tu n’auras pas assisté à un bal, espérons-le. Tu as sans doute remarqué que ton nom est un peu différent de celui du premier prince. Le nom de Drekar passe inaperçu à beaucoup d’oreilles, mais ce n’est pas moi qui te l’ai donné, mais ton père. C’est son nom, et il était un Vrai Dragon.

Quand le moment sera venu, ma fille, sache qu’après la naissance de ton premier enfant, tu seras sacrifiée à nos dieux et qu’avec ta vie, la malédiction sur la famille sera coupée en deux.

J’écris ces mots pour te mettre en garde, mais je prie et souhaite que tu ne fasses pas la folie de fuir cette grande responsabilité ! Ton enfant et son enfant porteront le sang d’un Vrai Dragon et comme toi, ils seront eux aussi sacrifiés le moment venu. De cette façon, tes arrière-petits-enfants pourront nous libérer de cette terrible malédiction, et ils monteront sur le trône comme les souverains légitimes qu’ils devraient être ! Ayuseya Drekar Pleyades, tu as reçu un grand honneur, mon enfant ! Alors, ne crains pas ta mort et embrasse-la ! Porte au moins un enfant et sache que par leur mort, ils honoreront grandement notre lignée royale !

Ma fille, c’est avec une grande tristesse que je t’écris les prochains mots, et je prie pour que cela ne soit jamais le cas !

Si tu as fui cette responsabilité… que les dieux te damnent de leur colère éternelle ! Pour avoir ruiné cette chance pour nous, pour avoir détruit le seul espoir que cette famille avait ! Je prie pour que tu souffres de la douleur des mille morts !

Jusqu’à présent, cependant, je pensais que la partie sur le sacrifice n’était qu’un discours de fou, mais maintenant que j’avais regardé cette « ferme », je m’étais rendu compte que ma propre mère et ma famille pourraient être plus folles que je ne l’avais d’abord pensé.

Ils m’avaient laissée atteindre l’âge adulte et avaient cherché un Suprême prêt à me féconder pour que mon sang, plus fort que le leur, puisse les aider à se débarrasser plus rapidement de cette malédiction. Mais cette ferme n’était certainement pas le fruit de quelques années de travail, elle était ancienne.

« Combien de vies innocentes ont-ils... Urk ! » mon estomac s’était retourné, et j’y avais renversé le contenu de mon estomac.

Ces fous… Comment ont-ils pu ? Comment peuvent-ils faire ça ? J’avais l’impression que la colère et la fureur s’accumulaient dans mon cœur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Toujours aussi Féerique !

  2. vivement qu'elle crame cet endroit !

Laisser un commentaire