J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 7 – Chapitre 123 – Partie 2

***

Chapitre 123 : Une fois de plus, nous nous rencontrons

Partie 2

[Le point de vue de Dankyun]

J’avais attendu si longtemps, m’entraînant et me perfectionnant dans cette cellule pourrie !

Mon armure magique était désormais plus puissante que celle de n’importe quel autre Suprême sur les trois continents ! J’en étais certain ! Rien qu’en regardant ces imbéciles pathétiques qui osaient se tenir si calmement en ma présence, je pouvais dire que je pouvais facilement survivre à d’innombrables coups de poing de leur part, alors qu’ils pouvaient à peine tenir quelques coups des miens.

Mes griffes, mes sorts, ce n’était rien comparé à l’époque où j’ai été humilié par ce donjon ! Peu importe le nombre de vies, de siècles et de millénaires qui allaient s’écouler, peu importe ce que j’aurais à sacrifier, je lui ferais payer l’humiliation et la torture qu’il m’avait fait subir !

Tous ces monstres et sous-fifres qui se cachent dans l’ombre, je les tuerais tous. TUEZ-LES TOUS !

Cette bande d’idiots qui naviguait avec moi, Brakhian Zarkhol, Varidan Legos et Ashavar Naska formait l’équipe spéciale des élites suprêmes de Teslov. Les plus puissants du Royaume Draconien, et ils étaient tous sous la domination de l’Empire du Paramanium. Ou du moins, il semblait l’être.

Selon toute vraisemblance, nous nous déplacions sous les ordres de l’empereur ou de l’un de ses frères et sœurs royaux, mais de temps en temps, nous recevions des missions spéciales du roi de Teslov. Nous devions faire ceci et cela, surtout des tueries et un peu de pillages. Une fois, nous avions dû violer une des femmes nobles de la faction draconienne adverse. C’était agréable !

Pour moi, il n’y avait rien de plus satisfaisant que de voir une femme ramper à mes pieds en léchant mes bottes. Leur genre ne valait que pour satisfaire les besoins des hommes. Leur corps n’était conçu par les dieux que dans ce but. Leur esprit, leur volonté, leur individualité et leur personnalité étaient autant de défauts. De la camelote qui était passée sous silence à cause de la corruption des mœurs de la forme parfaite.

Ah, mais une fois que j’aurais pu me venger de ce donjon, j’allais tuer ces trois-là et ensuite toute la famille royale des Pleyades. Cela allait être facile pour moi. Non, ça aurait été ridiculement facile pour n’importe quel Suprême. Ils n’étaient rien d’autre qu’une honte pour le nom des draconiens. Régner sur nous, c’était comme se faire ordonner et ridiculiser par des shikaks stupides qui étaient en train de servir leurs « clients ».

Cette seule pensée me dégoûtait au plus haut point.

Oui… tuer… Je tuerai tous ceux qui s’opposeront à moi, c’est simple, pensais-je…

Mais je n’étais pas dupe. Je ne pouvais pas agir comme ça, je devais agir de manière plus… subtile. J’avais entendu dire qu’il y avait encore une princesse vivante ou qu’elle venait de naître ? Cela n’avait pas d’importance. Si la famille royale n’agissait pas correctement, alors je pouvais déclencher une rébellion de l’intérieur. Quelques mots gentils et un cadeau généreux au nouvel empereur stupide allaient faire en sorte que je n’aie pas de problèmes de ce côté-là. Le quatrième prince me devait encore ce qu’il m’avait fait. J’allais lui rendre une visite secrète à minuit et lui montrer ce que signifiait que de me contrarier.

Les corps humains, contrairement aux corps draconiens, étaient aussi fragiles qu’un bâton séché. Il suffisait d’un peu de force pour les briser, mais le vrai plaisir venait de le faire d’une manière plus… destructrice. J’avais déjà pensé à la façon dont je voulais faire souffrir tous ceux qui s’opposaient à moi.

À ce propos, quelle était notre mission ici, déjà ? Enquêter sur les rumeurs concernant le pouvoir du Donjon Illsyore et si possible l’éliminer ? Non, ce n’était pas ça… Qu’est-ce que c’était ? Violer ses femmes et tuer ses enfants ? Cela semble mieux, mais non…, pensais-je, mais je ne me souvenais pas.

Si c’était le cas, alors cette mission était définitivement ennuyeuse.

« Hé, patron ? » j’avais demandé, mais je n’avais certainement pas gardé une seule goutte de respect pour ce lézard « Quelle est notre mission déjà ? »

Celui qui avait des écailles rouges me regardait et me fixait.

« N’avez-vous pas fait attention ? Êtes-vous à ce point idiot ? » grogna-t-il.

« Ah, peut-être ? » répondis-je en souriant.

Il avait poussé un soupir et avait secoué la tête. Pour cette remarque de sa part, j’allais lui faire manger ses propres entrailles après lui avoir pissé dessus.

« Nous devons enquêter sur l’île. Découvrons ce que nous pouvons sur le donjon nommé Illsyore et ses femmes : Tamara Deus, Nanya Deus, Shanteya Deus, Ayuseya Deus et Zoreya Deus. Trouvons les éventuelles faiblesses qu’elles pourraient avoir, qu’elles soient politiques, physiques ou psychologiques, puis signalons-les immédiatement à notre contact sur l’île. Vous ne devez PAS vous éloigner de nous, prononcer des paroles inutiles ou vous comporter d’une manière qui exposerait notre identité à nos cibles, » Brakhian avait répondu par un grognement, mais ce qu’il disait était déjà impossible, n’est-ce pas ?

Rien qu’en me voyant, Nanya et Ayuseya trembleront de peur comme des petits lapins. Hm, devrais-je encore essayer d’utiliser Ayuseya comme épouse ? Non, je l’utiliserai juste comme mon trou de secours, avais-je réfléchi et puis je m’étais mis à rire.

Le patron m’avait regardé en plissant les sourcils.

Ils savaient tous que j’avais une vis desserrée, alors ils n’avaient pas fait attention à moi. C’était bien, ça m’avait permis de travailler sur mon complot en paix.

« Êtes-vous sûr que les cibles ne reconnaîtront pas ce mufle ? » demanda Varidan sur un ton moqueur.

Il avait de très belles écailles bleues que j’allais prendre plaisir à arracher de son corps.

« Peut-être, mais je les connais mieux que vous deux, surtout Nanya et Ayuseya. Ma misérable sœur est également là, mais je ne peux pas croire que Shikak ait survécu à mon attaque. Est-ce que le donjon l’a guérie ? Impressionnant, » avais-je dit et ensuite j’avais haussé les épaules.

« Shikak ? Vous feriez mieux de surveiller votre langage là-bas. J’ai entendu dire que le Donjon n’aime pas beaucoup que les gens insultent ses femmes. Gardez une distance avec elles et ne les laissez pas vous repérer. Ils sont tous bien plus puissants qu’ils n’en ont l’air, » déclara Brakhian.

« Oh s’il vous plaît ! La dernière fois que je les ai vus, ils n’avaient aucune chance contre moi ! Et c’était sans [Boosteur]. Le Donjon leur a probablement juste donné quelques beaux objets, c’est tout, » j’avais haussé les épaules.

Je n’étais pas inquiet. J’avais appris à la dure le désavantage de se fier à des objets. Ils avaient été ma perte dans ma bataille contre lui, mais maintenant j’avais largement dépassé cet état. Si je devais utiliser des objets maintenant, je serais imbattable. C’est la raison pour laquelle j’étais si confiant de pouvoir gagner contre ces imbéciles dans une bataille 3v1.

Si c’était le moi de l’époque où j’étais enfermé, je ne pense pas que je pourrais tenir la chandelle à l’un d’entre eux, mais maintenant les choses étaient bien plus différentes qu’elles ne l’étaient à l’époque. Avec un entraînement quotidien et la persistance à aller mieux, j’étais bien plus puissant qu’aucun d’entre eux ne l’avait imaginé.

À ce moment-là, on avait entendu un coup à notre porte.

« Nous arriverons à Port Illsyorea dans quelques minutes, » avait déclaré le capitaine.

Après son départ, Brakhian s’était levé et était allé chercher son manteau. Contrairement aux autres passagers de ce bateau, nous n’avions que nos manteaux hors de nos cristaux de stockage. Tout le reste avait été placé là pour ne pas l’oublier accidentellement en cas de naufrage du bateau ou après l’accostage.

Une fois que le navire avait jeté l’ancre à la jetée, nous étions sortis de notre chambre. Avec Varidan et Ashavar, j’avais suivi Brakhian sur le pont, mais ce qui nous attendait était plutôt… inattendu.

« Ah ! Dankyun ! Ça fait un moment ! » déclara quelqu’un.

Cette voix… Ce visage ! Je ne pourrais jamais les oublier ! J’avais laissé échapper un grognement mental en regardant le bâtard qui m’avait tant humilié ! « Illsyore…, » j’avais craché son nom comme un morceau de pain moisi.

[Le point de vue de Brakhian]

Pour atteindre notre objectif de cette manière, et surtout pour qu’il identifie immédiatement cet idiot de Dankyun, c’était certainement une situation imprévue.

Ce donjon avait des cheveux et des yeux vert jade. Ses vêtements ressemblaient à ceux d’un seigneur en termes de qualité, mais il leur manquait les bijoux de fantaisie qu’un noble porterait sur lui. Il n’avait pas d’armes sur lui, mais les cristaux sur ses paumes me faisaient me demander s’il en avait vraiment besoin. Tout dans ce personnage était différent de ce que nous connaissions des Donjons standards, de la façon dont il se comportait à la façon dont il ressemblait.

Nous avons deux choix ici. Soit nous nous battons et nous le vaincrons, soit nous tentons de fuir. Je ne pense pas qu’il soit ici juste pour parler, avais-je pensé…

Bien sûr, j’avais immédiatement soupçonné que cette créature avait également pris conscience de mon identité et peut-être même de notre mission ici. Aucun Donjon ne resterait immobile à regarder ses ennemis rassembler des informations sur lui. Il essaierait certainement de nous tuer avant que nous ayons une chance de nous enfuir.

Le fait est que les Donjons n’avaient pas une grande expérience des combats en dehors de leurs labyrinthes complexes remplis de pièges et de monstres. Une fois qu’on avait obtenu un corps humanoïde, ils étaient généralement victimes de leur propre stupidité. Mais comme ils étaient très précieux, la tendance était d’essayer de les capturer vivant pour pouvoir faire des expériences. Le soutien de l’Empire du Paramanium avait cependant épargné à ce donjon ce genre de tracas.

Cela étant, nous pourrions probablement gagner contre lui tant qu’il ne se repliait pas dans son donjon.

« Je vous suggère de ne pas toucher à votre épée et de ne pas essayer d’utiliser de magie, sinon vous serez tué sans remords là où vous vous trouvez, » annonça la femme el’doraw aux cheveux blancs en nous montrant un sourire calme.

Cela m’avait donné des frissons.

Cette femme… elle est dangereuse, j’avais réfléchi et j’avais soigneusement retiré ma main de la poignée de mon épée.

« N’attaquez pas, » avais-je donné l’ordre à mes hommes.

« Patron ? Vous êtes sérieux ? » demanda Dankyun.

« Oui. Ne faites rien de stupide, » je l’avais regardé fixement.

Dankyun avait craché sur le côté, puis avait levé les deux mains en l’air.

Ce draconien problématique allait me faire tuer un de ces jours avec ses actions stupides. Il avait à peine écouté mes paroles et avait toujours eu tendance à agir de son propre chef. Plus d’une fois, je l’avais trouvé abusant de son statut pour s’amuser dans des bordels. Ce ne serait pas un problème s’il ne laissait pas plusieurs de ces prostituées enceintes. Le nombre de morts n’avait fait qu’augmenter inutilement à cause de lui.

« Bien ! Maintenant, laissez-moi me présenter, car je vois que mon “vieil ami” Dankyun ne souhaite pas me présenter. Ah ! Je suis triste, » Le Donjon avait fait semblant d’essuyer une larme. « Maintenant, je m’appelle Illsyore Deus. Si vous vous demandez pourquoi le nom de famille, rassurez-vous, c’est Melkuth lui-même qui m’a nommé, » il m’avait montré un sourire.

Un frisson m’avait parcouru la colonne vertébrale.

Le Dieu de la guerre a fait quoi ? Non, ce doit être un mensonge, pensais-je, mais quelque chose comme ça ne pouvait pas être possible. Seuls les héros recevraient un nom d’un dieu, c’est ce que disaient les légendes.

« Cette charmante femme est mon épouse, Shanteya Dowesyl Deus, et cette charmante femme ici présente est mon autre épouse, Zoreya Eleanor Alttoros Deus. Oui, la polygamie est autorisée sur l’île d’Illsyorea si elle remplit certaines conditions. Maintenant, voulez-vous bien me suivre, messieurs ? Je tiens à vous rappeler que si vous osez faire des mouvements brusques ou suspects, vous mourrez plus vite que vous ne pouvez cligner des yeux. Pour preuve…, » il avait souri et avait claqué des doigts.

Mon armure magique et celles de mes hommes avaient subi une petite fissure à la base du cou. Aucun de nous ne pouvait dire qui ou quoi nous attaquait. C’était trop rapide pour moi aussi, mais en regardant les autres, je pouvais voir dans les yeux de Dankyun qu’il avait aperçu l’attaquant. Son regard était dirigé vers la femme el’doraw, elle portait maintenant une paire de poignards jumeaux avec une étrange lame rougeoyante.

« Comme je l’ai dit, ne faites pas de folies ou vous mourrez avant de vous en rendre compte, » il nous l’avait dit.

Nous avions tous hoché la tête.

Quelle vitesse monstrueuse, pensais-je en le suivant silencieusement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Une petite visite guidée de l’académie par le directeur en personne, quelle honneur !

  2. Merci pour le chapitre!
    Je suis tout excité de connaître la suite!!!

Laisser un commentaire