J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 63

***

Chapitre 63 : Je renonce à mon El’Doraw

***

Chapitre 63 : Je renonce à mon El’Doraw

Partie 1

Un vent faible soufflait à travers les feuillages denses des arbres. Leurs feuilles bruissaient doucement, ajoutant quelques notes au chant de la forêt, tandis que les créatures remplissaient le reste de la partition. Entourés par l’obscurité de la nuit, avec à peine quelques rayons de lune pour nous guider, nous avions parcouru notre chemin vers l’inconnu.

Le terrain était traître, avec des pentes abruptes et glissantes, et des racines jaillissant du sol pour tenter de nous faire trébucher. Les arbres tombés et les rochers recouverts de mousse avaient constitué des obstacles gênants sur notre chemin. Les insectes et les prédateurs qui se cachaient dans la nuit avaient les yeux rivés sur nous, suivant nos mouvements soit par curiosité, soit avec l’intention de nous attaquer.

Derrière moi, Ayuseya et Nanya marchaient prudemment, surveillant chacun de leurs pas. La draconienne avait quelques difficultés à garder son équilibre sur le terrain glissant, mais la démone était là pour lui donner un coup de main quand elle en avait besoin. Elles ne m’avaient rien demandé ni dit un seul mot depuis que nous avions quitté la capitale. Non, c’était faux, vu que Nanya m’avait demandé comment je savais maudire quelqu’un.

À un moment donné, je m’étais demandé si Ayuseya était dérangée par ce que je faisais au prince ou par ce que je disais de la noblesse. Quand j’y avais réfléchi, j’avais réalisé qu’il serait peut-être extrêmement improbable qu’un donjon de ce monde possède des informations aussi sensibles à leur sujet. Dans mon cas, je croyais que c’était quelque chose que tout le monde savait parce que très peu de pays avaient conservé un gouvernement basé sur la monarchie sur Terre. Noble ou pas, cela n’avait pas d’importance dans un pays démocratique.

Malheureusement, il n’y avait pas de démocratie dans ce monde. Était-ce peut-être une bonne chose ?

Je ne pouvais pas le dire… Je manquais tellement d’informations sur ce monde et même sur mon ancien que je serais un véritable hypocrite de dire que je savais comment le rendre meilleur. Je ne connaissais que des idées, des concepts, des pensées… pas des faits. Ce monde avait quelque chose que mon précédent n’avait pas… d’autres espèces humanoïdes intelligentes, et avec cela avaient apporté un autre tas de problèmes.

Si je restais comme ça, faire une Académie de Magie ne serait qu’un rêve idiot. C’est pourquoi je devais en apprendre davantage sur ce monde et sur son fonctionnement en général. Ou peut-être même que c’était une pensée idiote ? Je ne le savais plus.

En soupirant, je m’étais arrêté et j’avais regardé mes femmes.

« Quelque chose ne va pas, Illsy ? » demanda Ayuseya.

« Non… peut-être, » j’avais regardé vers le bas.

« Parle plus fort alors ! » déclara Nanya en souriant.

En la regardant dans les yeux, j’avais poussé un petit soupir et je lui avais dit. « À propos de ce qui s’est passé… Ce que j’ai fait… »

« Ça n’a pas d’importance, Illsy. D’autres auraient fait pire à ta place, » déclara Nanya en secouant lentement la tête.

« En effet, bien que j’aie été un peu surprise de ce que tu as dit sur la noblesse. C’est sorti… un peu comme un choc. Je n’ai même pas pensé une seule fois qu’il pouvait en être ainsi, mais après y avoir repensé, je n’ai pas trouvé cela si improbable. Après tout, le roi a le pouvoir de faire élever le rang d’une famille, de la paysannerie à la noblesse. Ainsi, avec le temps, cette famille pourrait un jour accéder au trône. » Ayuseya avait baissé les yeux quand elle avait dit cela, ce qui signifiait qu’elle n’était toujours pas sûre si accepter cette idée était une bonne ou une mauvaise chose.

« Et la malédiction ? » avais-je demandé après une minute de silence.

« Tu as fait ce que tu pensais être le mieux, Illsy. Ça n’a pas vraiment d’importance maintenant si l’un d’entre nous pense que c’était bon ou mauvais. » Nanya avait dit, mais d’après ses paroles, j’avais compris une chose, elles n’étaient pas d’accord à 100 %.

« Ouais… c’est vrai…, » avais-je dit. Puis j’avais baissé la tête.

Après un autre moment s’écoula, puis j’avais relâché mon Territoire de Donjon et l’avais laissé s’étirer jusqu’à environ 30 mètres de rayon.

« Je vais construire une maison temporaire ici. C’est un bon endroit comme un autre, » déclarai-je.

Nettoyer une parcelle d’arbres et enlever tous les gros rochers autour de nous ne m’avait pas pris plus de deux minutes. Il y avait deux options pour moi maintenant : Je pourrais soit niveler toute la zone complètement, soit créer une plate-forme au-dessus. J’avais choisi cette dernière option. Il s’agissait d’une surface carrée en acier d’un mètre d’épaisseur, avec des piliers de soutien à tous les coins et un au milieu enfoncé dans le sol à environ un mètre de profondeur. Une fois que j’avais fini cette partie, j’avais placé ma maison d’une pièce sur le dessus de la plate-forme.

« Rentrons, » avais-je dit.

Mes deux femmes hochèrent la tête et entrèrent. Je les avais suivies et, par mesure de sécurité, j’avais soulevé la plate-forme d’un mètre environ pour éloigner les monstres ou les animaux curieux. J’avais aussi ajouté un enchantement de solidité à la plate-forme parce que je ne voulais pas sous-estimer la force des créatures d’ici.

Une fois à l’intérieur, Nanya avait sorti du bois coupé de son esprit intérieur et l’utilisa pour allumer un petit feu. Ayuseya s’était approchée du lit et s’était assise sur le bord.

Aujourd’hui… ce que j’ai fait aujourd’hui…, avais-je pensé. Puis j’avais regardé mes mains.

Le sang du prince était partout sur moi, et de nous tous, j’étais le seul à en être souillé. Je me sentais sale et dégoûté par moi-même, et tout était de ma faute en premier lieu parce que je l’avais laissé passer à travers mon armure magique.

Je n’aime pas ça…, avais-je pensé.

« Je vais prendre un bain. Vous voulez vous joindre à moi ? » leur avais-je demandé.

« Ça ne me dérange pas, mais ne devrions-nous pas d’abord nous occuper de Shanteya et Tamara ? » demanda Nanya.

« Bien sûr ! Je voulais dire après les avoir guéris, » je leur avais montré un petit sourire.

Je ne les avais pas juste oubliées, n’est-ce pas ? m’étais-je demandé.

En parlant de ça, j’avais aussi déclaré un petit mensonge au palais. Au lieu de rester à l’auberge de Tannaor, j’avais immédiatement quitté la ville. Cela n’avait pas d’importance de toute façon.

J’avais été me placer au fond de la pièce et j’avais créé une porte. Par la suite, j’avais agrandi la plate-forme et j’avais ajouté deux autres pièces. À ma gauche, il y avait une autre chambre et à ma droite, le bain. Pour simplifier les choses, la baignoire et la toilette avaient des drains dans le même trou profond sous le sol, mais il y avait un autre tuyau d’aération qui s’ouvrait à l’extérieur de la maison parce que l’odeur aurait fini par tous nous tuer. Quant à l’autre chambre, elle avait deux lits, un pour chacune d’elles. Je les avais rendus aussi confortables que possible et j’avais même enchanté les murs pour maintenir la pièce à une température confortable d’environ 22 degrés Celsius. Une seule fenêtre de l’autre côté de la pièce permettait à la lumière extérieure d’entrer, mais des barres métalliques robustes et enchantées empêchaient les monstres d’entrer. Pour la lumière, j’avais utilisé l’un de mes cristaux de puissance, que j’avais fixé au plafond. En l’alimentant avec un peu de mana, juste quelques points, pas plus, cela pouvait produire de la lumière dans cette pièce pendant des jours, voire des semaines à venir.

« Ceci devrait le faire…, » avais-je dit après avoir tout vérifié deux fois.

Pendant que je m’occupais de la guérison et de tout le reste, Nanya et Ayuseya restaient seules dans l’autre pièce. Elles n’avaient pas besoin de rester assises pendant que je faisais ça.

J’avais commencé avec Tamara. Après l’avoir sortie de mon esprit intérieur, j’avais soigneusement placé le chaton sur l’un des lits mous et j’avais regardé sa blessure. C’était méchant, mais pire que tout, ces salauds avaient brûlé la blessure pour l’empêcher de saigner.

J’avais enlevé l’oreille coupée et j’avais commencé l’opération. Nettoyer la plaie et drainer le sang coagulé de l’oreille était la partie la plus facile. Reconnecter et ranimer les tissus morts était un peu plus difficile, mais pas impossible. Techniquement, je pouvais appliquer ce processus pour ressusciter quelqu’un, mais comme j’avais appris de ma propre expérience, le corps n’était qu’une coquille, et sans âme, ce n’était rien de plus qu’un automate biologique.

Une fois que j’avais rattaché son oreille et que j’avais laissé circuler le sang, j’avais restauré sa fourrure, lui donnant l’impression que la blessure ne s’était jamais produite. Le petit chaton pouvait maintenant dormir un peu plus paisiblement, sans ressentir de douleur au niveau du cuir chevelu, mais avant de commencer avec Shanteya, j’avais fait une rapide vérification pour voir si elle avait d’autres blessures à part celle-là.

J’avais découvert trois côtes cassées et un tas de bleus.

Mon pauvre chaton…, avais-je pensé en caressant sa tête poilue et en la guérissant complètement.

Alors que Tamara dormait paisiblement dans le lit, je m’étais occupé de Shanteya. Après l’avoir sortie de mon esprit intérieur, je l’avais couchée sur le lit et j’avais procédé à la fixation de son membre coupé. C’était le même processus que j’avais appliqué à la nekatare, mais contrairement à elle, Shanteya n’avait pas d’autres blessures sur son corps.

Après avoir terminé l’opération, je leur avais laissé un petit mot sur le mur et j’étais entré dans l’autre pièce, où j’avais trouvé mes deux femmes qui m’attendaient.

« Comment vont-elles ? » demanda Ayuseya.

« Je les ai complètement guéries. Maintenant, nous devons juste les laisser se reposer, » avais-je répondu avec un sourire.

« Tu devrais te changer, » déclara Nanya.

J’avais regardé en bas et j’avais remarqué mes vêtements tachés de sang. Ils étaient vraiment horribles à voir. Sans y penser, je m’étais déshabillé et j’avais tout mis en tas dans un coin, comme à l’époque où j’étais à l’université. J’avais aussi sorti le coffre d’Ayuseya si elle voulait se changer.

« Je les laverai après mon bain…, » avais-je dit

« Vas-y ! On te rejoindra après nous être déshabillées, » dit Nanya en souriant.

« Le bain sera prêt d’ici là, » je lui avais fait un sourire, mais avant de partir, j’avais ajouté. « Ce soir, je ne suis pas d’humeur à…, » j’avais regardé en bas.

« Tout va bien, Illsy, » Ayuseya m’avait dit ça avec un sourire.

J’avais hoché la tête et j’étais allé remplir la baignoire. Quand elles m’avaient rejoint, bien que j’étais excité de voir leurs corps nus, nous n’avons rien fait d’autre que nous laver. Je les avais aidées à se laver le dos, elles m’avaient aidé, et puis nous étions sortis de là.

Après avoir vidé le bain, je m’étais changé en pyjama de coton et je m’étais glissé dans le lit avec elles. Ayuseya m’avait enlacé depuis la droite et Nanya depuis la gauche. Elles m’avaient toutes les deux embrassé pour me souhaiter bonne nuit, et c’était ainsi que la journée s’était terminée pour moi.

***

Partie 2

[Point de vue d’Ayuseya]

Quand Illsy était allé guérir Tamara et Shanteya, j’avais fait venir Nanya avec moi et j’étais sortie de la maison.

« Hé !? De quoi s’agit-il ? » demanda-t-elle en plissant son front.

J’avais pris une grande respiration et je lui avais dit. « Nanya, je veux te parler d’Illsy. »

« Qu’est-ce qu’il a ? » demanda-t-elle en plissant ses sourcils.

C’était un peu difficile à dire, surtout que je ne savais pas comment elle réagirait, mais après ce qui s’était passé aujourd’hui, après l’avoir vu comme ça, je savais que je ne pouvais pas lui cacher ça.

« Il t’a paru un peu… étrange, non ? » lui avais-je demandé.

« Étrange ? Hm…, » elle croisa les bras au niveau de sa poitrine et ferma les yeux un instant. « Oui, il l’a fait… Surtout quand il battait le prince Reynolds. Ce sourire sur son visage était un peu effrayant et sadique. Je savais qu’il ne nous ferait pas de mal, mais en le voyant comme ça, j’avais l’impression de regarder une autre personne. Trouvais-tu aussi ce changement chez lui un peu étrange, non ? »

Je hochai la tête en silence.

« Sais-tu quelque chose à ce sujet ? Sais-tu pourquoi il a agi comme ça ? » me demanda-t-elle.

J’avais encore hoché la tête.

Le visage de Nanya était devenu sérieux.

« Dis-le-moi, » demanda Nanya.

J’avais poussé un autre soupir.

« Quand il a étendu son Territoire de Donjon de retour à l’auberge de Tannaor, j’ai senti un étrange changement, un changement violent et maléfique… Au début, je pensais que je ne faisais que l’imaginer, mais ensuite il a tué ces soldats, et j’ai eu l’impression que l’effusion de sang avait réjoui son Territoire de Donjon. Puis je l’ai vu sourire quand on tuait quelqu’un, » je l’avais regardée dans les yeux.

« Moi aussi, j’ai remarqué ce changement dont tu parles, mais était-ce peut-être juste sa colère ? Il était furieux de ce qui est arrivé à Shanteya et Tamara. Quant à son sourire, je suppose que tu l’as vu aussi, n’est-ce pas ? »

« Oui, mais je ne pense pas que sa colère en soit la cause, » j’avais secoué la tête.

« Alors qu’est-ce que ça aurait pu être ? Je ne comprends pas…, » elle avait plissé son front.

« Quand j’ai passé ma première nuit avec Illsy, il m’a dit quelque chose, » j’avais dégluti.

« Qu’est-ce qu’il t’a dit ? » demanda-t-elle.

« Il m’a dit qu’il y avait une obscurité en lui, » répondis-je.

« Une obscurité ? Tu veux dire comme un mauvais côté ? Un côté maléfique ? » demanda-t-elle, confuse.

« Non, je m’excuse, laisse-moi reformuler ça. Je vais commencer par le début. Quand Tuberculus a fait son corps, des parties de l’esprit des anciens Donjons sont restées à l’intérieur de ces morceaux de cristal. Quand il est né, ces pièces sont devenues quelque chose qu’il en est venu à appeler les Ténèbres. C’est comme un autre esprit à l’intérieur de son esprit, mais celui-ci lui dit d’agir comme un donjon, de tuer les aventuriers, de construire des pièges, de ne pas montrer ses émotions envers nous et d’autres choses, » avais-je expliqué du mieux que j’avais pu.

« Je n’ai jamais entendu parler de quelque chose comme ça… Mais encore une fois, je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un créant un donjon comme Tuberculus l’a fait. Tu dis donc que ce… Les Ténèbres sont capables de le contrôler d’une façon ou d’une autre ? » demanda-t-elle, mais même elle avait du mal à le croire.

Contrairement à ce à quoi s’attendait Illsy, Nanya semblait plutôt calme, ou du moins pour l’instant.

« Moi non plus, mais c’est vrai… Tu as toi-même vu Illsy, la façon dont il a agi, ce qu’il a fait, ce qu’il a dit… Ça ne lui ressemblait pas. Sans l’influence des Ténèbres, je ne pense pas qu’il aurait tué autant d’innocents, » j’avais secoué la tête, croyant fermement que mon mari n’était pas comme Dankyun, quelqu’un qui aimait prendre la vie des autres.

« Non, je suppose que non, mais…, » elle s’était gratté la tête. « Comment ça peut le contrôler ? »

« Je ne sais pas…, » j’avais secoué la tête. « Peut-être quand il dort ou quand son état mental est faible. Quoi qu’il en soit, nous avons vu clairement aujourd’hui que les Ténèbres essaient de prendre le contrôle. La malédiction a probablement été faite par elles, mais quand Illsy était sur le point de tuer le prince, il s’est arrêté. Il ne voulait pas le faire, il ne voulait pas le tuer, » avais-je dit.

« Oui, si quelqu’un doit le faire, ce devrait être Shanteya ou Tamara, mais je ne sais pas si je pourrais me permettre de laisser la nekatare le tuer, » soupira-t-elle.

« Même là, je ne pense pas que ça aurait été bien. Même les vies que j’ai tuées ou qu’Illsy a tuées avec son arme, peut-être aurions-nous pu trouver un moyen de les contourner… Quand je me souviens des visages de ces hommes. Quand je pense au fait que si j’avais été un peu plus habile, j’aurais pu les assommer, ou… J’aurais pu l’éviter… J’aurais pu…, » je commençais à paniquer.

Mon cœur battait vite, mes mains tremblaient et mes yeux pleuraient. J’avais envie de crier, mais Nanya avait saisi mes mains et m’avait regardée dans les yeux.

« Arrête, Ayuseya ! Ce n’est ni ta faute ni celle d’Illsy ! Tu as fait ce que tu pouvais à l’époque. Certains ont survécu, d’autres n’ont pas eu de chance. Ce n’était pas comme si tu avais le choix. Certes, si tu étais plus habile que tu ne l’es maintenant, tu aurais pu éviter de les tuer…, » elle baissa les yeux. « Mais crois-moi, ce n’est pas drôle de se culpabiliser après l’avoir déjà fait. Les forts auront toujours le choix entre sauver ou tuer… Les faibles tuent habituellement parce qu’ils n’ont pas le choix, mais les forts ne sont pas aussi privilégiés. Ma mère me l’a dit, et au début, je ne l’ai pas crue, mais en grandissant et en devenant plus forte, j’ai compris ce qu’elle voulait dire par là…, » elle poussa un soupir.

« Mais quand même… J’ai tué…, » avais-je dit en tombant à genoux.

« Non, tu t’es défendu, » me déclara-t-elle en secouant la tête.

J’avais envie de pleurer et je tremblais encore.

« Et pour Illsy ? » lui avais-je demandé.

« Illsy a fait son choix en ne tuant pas le prince. Lui montrer, à lui et à tous les autres, qu’il était si puissant qu’il n’avait pas peur qu’ils ripostent. Une autre façon de voir les choses serait de croire qu’Illsy lui a montré qu’il était si puissant qu’il n’était pas prêt à souiller ses mains avec son sang même après ce qu’il a fait à Shanteya et Tamara, » sourit-elle.

J’avais baissé les yeux et essuyé mes larmes.

« Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » lui avais-je demandé.

« Maintenant, on passe à autre chose et on surveille Illsy. Faisons comme si tu ne me l’avais jamais dit, pour que ni lui ni les Ténèbres ne me surveillent. De cette façon, je pourrai faire un peu de recherche de mon côté, » elle acquiesça d’un signe de tête.

« De la recherche ? » avais-je demandé, un peu confuse.

« Oui, je vais voir s’il y a une mention de deux esprits dans le même corps dans les documents de la prochaine bibliothèque que nous rencontrerons, » sourit-elle.

« Je vois. Je suppose que cette obscurité explique pourquoi son esprit intérieur est comme ça. C’est comme si on se tenait dans un abîme de noirceur, » j’avais poussé un soupir.

« Attends, quoi !? » Nanya m’avait saisi l’épaule et m’avait regardée avec un front plissé.

« Euh… Son Esprit Intérieur est très sombre, mais Illsy lui-même est comme un soleil brillant là-dedans, » je ne voyais pas pourquoi c’était si surprenant pour Nanya.

« Ce n’est pas possible… Chaque donjon dans le monde possède un esprit intérieur lumineux et de couleur claire, peu importe à quel point il est mauvais. Le mien est jaune clair, donc Illsy est censé être vert clair. Pourquoi fait-il nuit noire ? Si c’est vrai… alors les Ténèbres pourraient avoir une plus grande emprise sur lui que nous ne l’avions supposé au départ, mais… Tu as dit qu’il était brillant comme un soleil, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« Oui… »

« Alors les Ténèbres ne l’ont pas complètement sous leur emprise. Tant qu’il s’en rendra compte, il aura peut-être encore une chance, mais… si nous lui disons cela directement, alors les Ténèbres pourraient intervenir et empêcher nos paroles de lui parvenir. ARGH ! Je n’arrive pas à comprendre à quel point cette chose est profondément enracinée dans le contrôle de mon mari ! » Nanya s’était gratté la tête, exaspérée.

Elle commençait à me perdre dans ses propos, mais si j’avais bien compris, le fait même que le corps d’Illsy dans son Esprit Intérieur n’était pas sous le contrôle des Ténèbres signifiait qu’il n’était pas encore contrôlé à 100 % par elles. À cause de l’apparence de son Esprit Intérieur, les Ténèbres avaient peut-être eu plus de contrôle sur son corps qu’il ne l’avait imaginé.

« Qu’est-ce qu’on fait alors ? » lui avais-je demandé.

Nanya m’avait regardée et avait poussé un soupir.

« D’abord, on te remet sur pied et on essuie tes larmes. Tu as l’air un peu désordonné là ! » Elle m’avait souri et m’avait tapoté la tête. « Alors, je vais essayer de trouver quelque chose. Quoi qu’il en soit, c’est du jamais vu… du moins pour moi. Mais euh ! Stupide ILLSY ! » s’exclama-t-elle.

Avec la façon dont les choses se déroulaient, je ne pouvais qu’espérer et prier pour que nous trouvions quelque chose pour aider Illsy avant que les Ténèbres ne l’envahissent complètement. En même temps, j’espérais qu’il n’aurait jamais vent de notre petit complot et qu’il ne tenterait jamais de nous enlever Illsy ou de nous faire quelque chose.

« Nanya ? Que se passe-t-il quand un Donjon n’aime pas la femme qu’il a choisie ? » lui avais-je demandé.

« Le Donjon tuera probablement la femme et il en trouvera une autre. Pourquoi ? » demanda Nanya.

J’avais dégluti et j’avais dit. « Eh bien, j’espère que les Ténèbres ne penseront pas à nous remplacer si elles découvrent que nous complotons contre elles…, » j’avais souri un peu maladroitement.

« Espérons-le…, » soupira Nanya.

 

☆☆☆

 

[Point de vue de Shanteya]

Je m’étais réveillée dans un lit confortable dans une chambre chaude. Même si je ne savais pas où j’étais, l’énergie de cet endroit m’était quelque peu familière. Par la petite fenêtre à ma droite, je pouvais voir une forêt infinie et la lumière du soleil qui la traversait.

Tamara était là aussi, dormant profondément dans l’autre lit. Elle était roulée en boule et couverte de sa couverture, ne laissant sortir que son petit nez. En la regardant, j’avais eu un petit sourire sur les lèvres, mais mon cœur était vide.

Je m’étais poussée vers le haut et j’avais pris une position assise. Sur le mur devant moi, il y avait un petit mot écrit en Shorayan. C’était d’Illsy. Il était venu nous sauver.

« Je savais que le Maître ne nous abandonnerait pas…, » avais-je murmuré. Puis j’avais fermé les yeux un instant.

Quand je les avais rouverts, je m’étais retrouvée en train de pleurer. Je ne pouvais m’empêcher de verser des larmes, mais j’avais fait de mon mieux pour garder mes gémissements aussi bas que possible.

Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi je pleure comme ça ? m’étais-je demandée en essayant d’arrêter, de garder l’apparence d’une femme sans défaut, mais même ma mâchoire tremblait.

J’avais peur de quelque chose, mais je n’avais aucune idée de quoi jusqu’à ce que je jette à nouveau mes yeux sur la note.

Maître… non… Illsy… J’aime Illsy, mais… Je ne suis pas…, pensai-je, mais les mots ne s’étaient pas formés dans mon esprit.

La peur de la vérité m’empêchait de l’accepter. Même maintenant, alors que j’aurais dû lui être reconnaissante de m’avoir sauvée, d’avoir tant fait pour moi, je m’étais retrouvée à vouloir plus de lui.

Je suis dégoûtante…, pensai-je. Puis j’avais serré les draps du lit pendant que mes larmes coulaient sur ma mâchoire tremblante.

C’était difficile de garder mes gémissements sous contrôle, mais j’avais fait de mon mieux.

Après m’être calmée un peu, je regardais le mot et je me demandais ce que je pouvais faire d’autre.

Illsy avait deux femmes, et j’étais là en tant qu’esclave. J’aurais dû me rendre compte que la seule raison pour laquelle je voulais rester son esclave, c’était parce que je l’aimais et que je savais que ma relation avec Illsy ne pouvait pas s’arrêter là. Je voulais plus, plus que ce qu’on me permettait. J’agissais comme une femme sans vergogne qui, après avoir goûté un morceau d’un délicieux gâteau, voulait tout avoir.

Même maintenant, alors que je me tenais dans cette pièce en pleurant toute seule, Illsy était dans l’autre pièce avec ses vraies épouses. Il avait couché avec elles, s’était occupé d’elles. Il était devenu un homme avec elles, mais avec moi, qui dès le début s’était offert à lui… avec moi, il m’avait à peine enlacée et embrassée. Au mieux, j’étais une amie, pas une femme ou même… une amoureuse.

Je suis une imbécile… une imbécile sans vergogne, avais-je pensé en essuyant mes larmes.

Illsy voulait me libérer, mais par peur de le perdre, j’avais continué à refuser cette opportunité. Je ne pouvais pas le lâcher, je ne pouvais pas lâcher la seule chose qui me reliait à lui. Même ce [Lien de Confiance] n’était qu’une décoration, vu la rapidité avec laquelle Tamara l’avait obtenue.

Est-ce que le fait d’avoir été kidnappée par le prince m’avait amenée dans cet état ? Non… C’était en me réveillant seule dans cette pièce, sans lui à mes côtés, que j’avais réalisé la vérité de mon propre égoïsme. Illsy était là avec ses deux femmes, au lieu d’être ici avec moi… Il ne m’avait même pas gardée dans la même pièce que lui.

Pourquoi n’a-t-il pas pu dormir à mes côtés ? S’il l’a fait, alors…, j’avais essayé de ne pas penser à la suite.

J’avais fait empirer les choses, alors je m’étais glissée dans mon lit, retenant du mieux que je pouvais mes larmes et mes pleurs.

***

Partie 3

[Point de vue d’Illsyore]

Il était grand midi quand je m’étais réveillé. Nanya était déjà debout et préparait le petit déjeuner, pendant qu’Ayuseya nettoyait mes vêtements… ou essayait de le faire.

Ah ! Ça me fait penser que j’ai oublié de laver mes vêtements hier soir…, avais-je pensé.

« MAÎTRE ! » Tamara avait crié et m’avait sauté dessus.

« OMF ! » J’avais gémi pendant que la nekatare riait.

« Le maître s’est occupé de Tamara ! Le Maître a réparé l’oreille de Tamara ! » dit-elle en Shorayan.

« Oui, je sais… aussi, c’est bien maintenant de parler en kalish, » lui avais-je dit en la caressant.

« Vraiment ? C’est un soulagement…, » elle avait poussé un soupir et m’avait donné un baiser de chat sur la joue.

« Je vois que tu es très vive. Comment te sens-tu ? » lui avais-je demandé en me levant.

« Je vais bien ! Mon corps ne me fait pas mal, et mon oreille fonctionne bien ! Le prince Reynolds a été si brutal quand il l’a coupé que je me suis évanouie, mais… il a aussi été brutal pour Shanteya…, » déclara-t-elle en baissant les oreilles.

« Je sais, je l’ai aussi guérie. S’est-elle réveillée ? » avais-je demandé à la nekatare, mais je n’avais pas vu l’El’Doraw arriver.

« Ouaip ! Mais elle a dit qu’elle ne sortait pas encore. Je crois qu’elle a pleuré. Quand je lui ai léché la joue, c’était salé, » répondit-elle en frottant sa joue sur ma paume.

« Pleuré ? » avais-je dit.

Cette nouvelle m’avait inquiété.

Pourquoi Shanteya pleurerait-elle ? m’étais-je demandé.

« Je vais aller la voir, » avais-je dit quand j’avais mis Tamara sur le côté et que j’étais sorti du lit.

« Nyu ? » le chaton pencha la tête et me regarda avec curiosité.

En entrant dans la chambre, j’avais trouvé Shanteya assise dans son lit et regardante par la fenêtre. Elle ne me regardait pas comme si elle avait pleuré, mais elle n’avait pas l’air d’être comme d’habitude. Il y avait quelque chose qui n’allait pas chez elle, mais je ne pouvais pas dire quoi.

J’avais fermé la porte derrière moi et je m’étais approché d’elle.

« Bonjour, Shanteya. Comment te sens-tu ? » J’avais demandé avec un sourire en m’asseyant sur le bord du lit.

Elle n’avait pas répondu.

« Shanteya ? » lui avais-je demandé quand elle avait tendu la main et que je l’avais prise dans la mienne.

Je m’inquiète pour toi…, avais-je pensé.

Après quelques secondes, elle m’avait regardé avec des yeux vides.

« Illsyore, puis-je vous demander de me libérer de l’esclavage ? » demanda-t-elle.

« Quoi ? » demandai-je avec un sourire embarrassé.

Ses paroles m’avaient surpris, elles m’avaient même choqué. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle me demande une telle chose. C’était bizarre, et je m’étais retrouvé à court de mots.

Comment pourrais-je expliquer quelle sorte d’émotion j’avais ressentie à ce moment où elle m’avait pour ainsi dire demandé de rompre le lien entre nous ? Je savais qu’elle avait droit à sa liberté, mais sans ce contrat d’esclavage, elle ne pourrait recevoir le bonus offert par le [Lien de Confiance].

Que compte-t-elle faire après ça ? Va-t-elle me quitter ? Pourquoi ? Qu’est-ce que j’ai fait ? m’étais-je demandé alors que j’essayais désespérément de trouver une réponse à ces questions, à cette peur qui ne cessait de grandir dans mon cœur.

Je ne voulais pas la laisser partir. Je ne voulais pas être séparé d’elle, mais si c’était son désir, je n’avais d’autre choix que de le faire.

« Pourquoi ? » avais-je demandé d’une voix tremblante quand j’avais baissé la tête.

« Parce que si je reste à vos côtés, je serai toujours dans l’ombre. Je sais que c’est égoïste de ma part, mais… Je ne veux pas continuer comme ça. Je ne ferai que continuer à souffrir…, » répondit-elle en me caressant doucement la main.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? » avais-je demandé parce que je ne comprenais pas.

« Je ne peux pas vous dire…, » déclara-t-elle.

Je l’avais regardée en état de choc et j’avais ressenti une douleur aiguë à la poitrine. Comment a-t-elle pu dire une chose pareille ? Comment a-t-elle pu me laisser comme ça ? Je ne connaissais ni ne comprenais cette situation douloureuse. Tout ce que je savais, c’est que j’allais perdre Shanteya MAINTENANT.

Nos chemins se séparaient, et nous prenions nos propres chemins…

« Illsy, s’il vous plaît, laissez-moi partir…, » avait-elle ajouté.

J’avais baissé les yeux.

Te laisser partir ? Ça veut dire que j’abandonnerai mon esclave ? Quoi ? Quoi ? Attends… non… Ce n’est pas une esclave. Techniquement, oui, mais ce n’est pas une esclave… Elle est… Qu’est-ce qu’elle est ? Une amie ? Peut-être… C’est une amante ? Non, mais c’est une… elle était… la… la… Je n’arrivais pas à penser correctement.

Toutes mes pensées s’embrouillaient et je sentais mes larmes couler le long de mes joues.

« Vraiment ? » lui avais-je demandé.

« Oui…, » répondit-elle.

« Shanteya Dowesyl… Je te libère du contrat d’esclave avec moi. Thor or non…, » avais-je dit d’une voix tremblante, mais j’avais senti mon mana en action.

« J’accepte, » répondit-elle.

[Shanteya Dowesyl a accepté d’être libérée du contrat avec le Seigneur de Donjon Illsyore]

L’anneau d’esclave autour de son cou avait disparu.

« Tu es libre…, » avais-je murmuré.

« Merci…, » déclara-t-elle. Puis elle était sortie du lit. « Je ne vous imposerai plus rien, » elle s’était approchée de la porte.

Est-ce que c’est ça ? Notre voyage s’arrête ici ? Après tout ça ? Qui suis-je à blâmer ? C’est ce stupide prince ? J’aurais dû le tuer ? Sans lui, Shanteya n’aurait pas voulu me quitter… Mais… ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait ruiner… Ce… C’est quelque chose que j’ai cassé…, j’avais réfléchi, et pendant que j’étais en pleine réflexion, je l’avais entendue fermer la porte derrière moi.

« Que va-t-il se passer maintenant ? Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? » avais-je demandé en regardant par la fenêtre.

Ma voix tremblait, mes larmes coulaient sur mes joues, et je ne pouvais m’empêcher de me demander pourquoi je pleurais si elle n’était qu’une esclave pour moi, une amie. Quelle était la raison de cette douleur dans ma poitrine quand je la voyais comme une simple amie… ou une esclave ?

« Même penser à toi comme une amoureuse est douloureux… Haha… ha, » avais-je dit avec les larmes aux yeux.

J’avais repensé à ce qu’elle m’avait dit et je m’étais souvenu mot pour mot : Parce que si je reste à vos côtés, je serai toujours dans l’ombre. Je sais que c’est égoïste de ma part, mais… Je ne veux pas continuer comme ça. Je ne ferai que continuer à souffrir.

« Qu’est-ce qu’elle veut dire par être laissée dans l’ombre ? Les ombres de qui ? Nanya et Ayuseya ? Tamara ? » j’étais tombé sur le dos et j’avais regardé le plafond.

Ses mots n’arrêtaient pas de me traverser l’esprit. Je les entendais encore et encore comme un fou entend les voix de son imagination. Ce n’était pas comme si ma question avait une réponse ou plutôt qu’il s’agissait d’une réponse si évidente, mais je n’avais pas été capable de la voir, comme un véritable idiot.

Pourquoi souffrirais-tu si on te gardait dans l’ombre ? Quelles ombres ? Qui a osé jeter une ombre sur vous ? Pourquoi es-tu partie, Shanteya ? Qu’est-ce que j’ai fait ou pas ? avais-je alors pensé à tout ce qui s’était passé entre nous, dès le premier instant où je l’avais rencontrée.

Je m’étais souvenu comment je l’avais trouvée dans cette forêt en feu, comment j’avais lutté pour la garder en vie, comment j’avais dormi dans ses bras pour la première fois, notre premier baiser, tout. Toutes nos aventures ensemble avaient continué à s’écouler dans mon esprit, me permettant de les revivre.

En faisant cela, je m’étais retrouvé blessé parce que dans ces moments-là, j’avais vu à quel point j’étais venu à chérir cette femme, à quel point je l’aimais. Puis je m’étais souvenu du moment où j’avais fait de Nanya et Ayuseya mes épouses…

« Ce n’est pas possible… n’est-ce pas ? » me demandais-je à voix haute en essuyant mes larmes de mes yeux.

C’était peu probable. Je pourrais échouer, mais… ce n’était pas comme si j’avais autre chose à perdre.

J’avais couru vers la porte, je l’avais ouverte et je l’avais littéralement arrachée de ses charnières. Juste avant qu’elle ne sorte d’ici, j’étais entré dans la pièce principale.

« SHANTEYA ! » avais-je crié.

Elle s’arrêta et me regarda, surprise. J’ignorais Nanya, qui me fixait comme si elle voulait m’étrangler à mort, et Ayuseya, qui voulait la rejoindre dans son entreprise.

« Qu’est-ce qu’il y a, Illsyore ? » demanda Shanteya, surprise.

J’avais dégluti, mais je n’avais pas reculé. C’était la seule réponse que mon stupide cerveau pouvait trouver. Si ce n’était pas ça, alors je voulais demander une greffe ou quelque chose comme ça !

En m’arrêtant devant elle, j’avais pris sa main dans la mienne et je m’étais agenouillé devant elle.

« Shanteya Dowesyl, veux-tu être ma femme ? Veux-tu m’épouser ? » lui avais-je demandé.

Pour la première fois de ma vie, j’avais posé cette question avec le sérieux requis. Je n’avais jamais eu le courage de demander à Alina. J’avais fait un « ne pas » comme blague avec Nanya et Ayuseya, mais avec Shanteya, j’avais versé mon âme et chaque goutte de mon être dans cette question.

Il y eut un moment de silence, qui me donna l’impression de m’étrangler et de me tuer petit à petit.

« Est-ce ce que tu veux vraiment ? Même si je suis un ancien assassin ? » demanda-t-elle au moment où elle commençait à pleurer.

« Oui. Je veux t’épouser même si tu es un ancien assassin ! » avais-je déclaré.

« Même si j’ai été maltraitée et utilisée par d’autres hommes et femmes ? » demanda-t-elle, les larmes aux yeux.

« Celle que je souhaite épouser est Shanteya Dowesyl, aussi sanglante ou sombre que son passé ait pu être. Je me fiche de savoir combien d’hommes ou de femmes t’ont utilisé et de quelle manière, mais s’ils essaient de te toucher à nouveau, je vais leur faire manger leurs propres membres ! » avais-je déclaré avec véhémence.

« Tu m’accepterais, celle qu’on appelle la poupée cassée de la guilde des assassins de la Rage Fantôme ? » demanda-t-elle alors que des larmes s’écoulaient le long de ses joues, les larmes tombaient les unes après les autres.

« Oui, je te veux comme épouse, Shanteya Dowesyl ! » avais-je déclaré une fois de plus.

Elle ferma les yeux un moment, laissant couler ses larmes, mais sans se replier ni s’enfuir. J’espérais qu’elle n’allait pas faire ça, mais à la fin, tout dépendait d’elle. Si elle s’enfuyait ou pas, c’était son choix, et cette fois… Je n’avais aucun moyen de l’arrêter.

Ce moment de silence, alors que j’attendais sa réponse, m’étouffa plus que Nanya n’aurait jamais pu le faire. J’avais si mal à la poitrine, mais je savais que c’était une douleur que je ne pouvais pas fuir. Des moments comme celui-ci, c’était ce que cela signifiait d’avoir des émotions, d’apprécier et de se sentir à la fois heureux et malheureux. Parfois, je fuyais les mauvais, mais je me réjouissais quand j’étais touché par les bons. C’était un tour de montagnes russes avec des hauts et des bas, et maintenant… J’étais à un point de rupture.

« Oui…, » elle m’avait répondu en chuchotant, mais le message affiché devant moi était fort et clair.

[La poupée cassée Shanteya Dowesyl est maintenant votre épouse !]

Je vais me débarrasser de ce titre un jour…, avais-je murmuré dans mon esprit, mais après.

« Hein ? Oui ? » j’avais cligné des yeux de surprise et je l’avais regardée.

« Oui… Je serai ta femme ! » déclara mon El’Doraw avec un doux sourire sur les lèvres et des rivières de larmes qui s’écoulent sur son beau visage.

La bague noire semblable à celles sur les doigts de Nanya et Ayuseya était apparue sur son doigt, scellant le marché et faisant officiellement d’elle ma troisième épouse. Si j’étais en Roumanie, j’aurais été emprisonné pour cela, mais bon sang, comme si je me souciais de ce monde ! Si je pouvais toutes les aimer de la même façon et avec la même passion, pourquoi pas moi ?

Ainsi, je m’étais levé et je l’avais embrassée tendrement, tandis que nos lèvres se rejoignaient dans un beau baiser.

Pourtant, je n’arrivais pas à croire que j’avais dû abandonner mon esclave el’doraw pour réaliser que je la voulais vraiment comme épouse.

« Nya ! Tout est bon qui finit bon ! » déclara Tamara.

« Veux-tu dire “bien”, n’est-ce pas ? » Nanya l’avait corrigée.

« Qu’est-ce que j’ai dit ? » elle avait incliné la tête vers la gauche, mais je l’avais ignorée.

En prenant Shanteya dans une portée de princesse, je m’étais retourné et j’avais regardé les trois.

« Hmm… Euh…, » j’avais essayé de dire quelque chose avec mes joues rouge vif.

« On s’en occupe. On va aller attraper du poisson ou quelque chose comme ça… Mais ne casse pas l’endroit, » déclara Nanya d’un signe de tête.

« Nya ? » Tamara n’avait pas compris.

« Allez, viens, » déclara Nanya.

Le chaton avait été attrapé par la démone pendant qu’elles passaient devant nous et quittaient notre petite maison.

Ayuseya s’était approchée de moi et, en riant, elle avait dit à Shanteya : « Déchaîne-toi, » et puis elle était partie.

« Illsy ? » demanda Shanteya avec une expression mignonne et timide.

Je l’avais embrassée et j’étais allé au lit avec elle. Je n’avais plus l’intention de me retenir ! Shanteya était maintenant ma femme tout comme Nanya et Ayuseya !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire