J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 63 – Partie 2

***

Chapitre 63 : Je renonce à mon El’Doraw

Partie 2

[Point de vue d’Ayuseya]

Quand Illsy était allé guérir Tamara et Shanteya, j’avais fait venir Nanya avec moi et j’étais sortie de la maison.

« Hé !? De quoi s’agit-il ? » demanda-t-elle en plissant son front.

J’avais pris une grande respiration et je lui avais dit. « Nanya, je veux te parler d’Illsy. »

« Qu’est-ce qu’il a ? » demanda-t-elle en plissant ses sourcils.

C’était un peu difficile à dire, surtout que je ne savais pas comment elle réagirait, mais après ce qui s’était passé aujourd’hui, après l’avoir vu comme ça, je savais que je ne pouvais pas lui cacher ça.

« Il t’a paru un peu… étrange, non ? » lui avais-je demandé.

« Étrange ? Hm…, » elle croisa les bras au niveau de sa poitrine et ferma les yeux un instant. « Oui, il l’a fait… Surtout quand il battait le prince Reynolds. Ce sourire sur son visage était un peu effrayant et sadique. Je savais qu’il ne nous ferait pas de mal, mais en le voyant comme ça, j’avais l’impression de regarder une autre personne. Trouvais-tu aussi ce changement chez lui un peu étrange, non ? »

Je hochai la tête en silence.

« Sais-tu quelque chose à ce sujet ? Sais-tu pourquoi il a agi comme ça ? » me demanda-t-elle.

J’avais encore hoché la tête.

Le visage de Nanya était devenu sérieux.

« Dis-le-moi, » demanda Nanya.

J’avais poussé un autre soupir.

« Quand il a étendu son Territoire de Donjon de retour à l’auberge de Tannaor, j’ai senti un étrange changement, un changement violent et maléfique… Au début, je pensais que je ne faisais que l’imaginer, mais ensuite il a tué ces soldats, et j’ai eu l’impression que l’effusion de sang avait réjoui son Territoire de Donjon. Puis je l’ai vu sourire quand on tuait quelqu’un, » je l’avais regardée dans les yeux.

« Moi aussi, j’ai remarqué ce changement dont tu parles, mais était-ce peut-être juste sa colère ? Il était furieux de ce qui est arrivé à Shanteya et Tamara. Quant à son sourire, je suppose que tu l’as vu aussi, n’est-ce pas ? »

« Oui, mais je ne pense pas que sa colère en soit la cause, » j’avais secoué la tête.

« Alors qu’est-ce que ça aurait pu être ? Je ne comprends pas…, » elle avait plissé son front.

« Quand j’ai passé ma première nuit avec Illsy, il m’a dit quelque chose, » j’avais dégluti.

« Qu’est-ce qu’il t’a dit ? » demanda-t-elle.

« Il m’a dit qu’il y avait une obscurité en lui, » répondis-je.

« Une obscurité ? Tu veux dire comme un mauvais côté ? Un côté maléfique ? » demanda-t-elle, confuse.

« Non, je m’excuse, laisse-moi reformuler ça. Je vais commencer par le début. Quand Tuberculus a fait son corps, des parties de l’esprit des anciens Donjons sont restées à l’intérieur de ces morceaux de cristal. Quand il est né, ces pièces sont devenues quelque chose qu’il en est venu à appeler les Ténèbres. C’est comme un autre esprit à l’intérieur de son esprit, mais celui-ci lui dit d’agir comme un donjon, de tuer les aventuriers, de construire des pièges, de ne pas montrer ses émotions envers nous et d’autres choses, » avais-je expliqué du mieux que j’avais pu.

« Je n’ai jamais entendu parler de quelque chose comme ça… Mais encore une fois, je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un créant un donjon comme Tuberculus l’a fait. Tu dis donc que ce… Les Ténèbres sont capables de le contrôler d’une façon ou d’une autre ? » demanda-t-elle, mais même elle avait du mal à le croire.

Contrairement à ce à quoi s’attendait Illsy, Nanya semblait plutôt calme, ou du moins pour l’instant.

« Moi non plus, mais c’est vrai… Tu as toi-même vu Illsy, la façon dont il a agi, ce qu’il a fait, ce qu’il a dit… Ça ne lui ressemblait pas. Sans l’influence des Ténèbres, je ne pense pas qu’il aurait tué autant d’innocents, » j’avais secoué la tête, croyant fermement que mon mari n’était pas comme Dankyun, quelqu’un qui aimait prendre la vie des autres.

« Non, je suppose que non, mais…, » elle s’était gratté la tête. « Comment ça peut le contrôler ? »

« Je ne sais pas…, » j’avais secoué la tête. « Peut-être quand il dort ou quand son état mental est faible. Quoi qu’il en soit, nous avons vu clairement aujourd’hui que les Ténèbres essaient de prendre le contrôle. La malédiction a probablement été faite par elles, mais quand Illsy était sur le point de tuer le prince, il s’est arrêté. Il ne voulait pas le faire, il ne voulait pas le tuer, » avais-je dit.

« Oui, si quelqu’un doit le faire, ce devrait être Shanteya ou Tamara, mais je ne sais pas si je pourrais me permettre de laisser la nekatare le tuer, » soupira-t-elle.

« Même là, je ne pense pas que ça aurait été bien. Même les vies que j’ai tuées ou qu’Illsy a tuées avec son arme, peut-être aurions-nous pu trouver un moyen de les contourner… Quand je me souviens des visages de ces hommes. Quand je pense au fait que si j’avais été un peu plus habile, j’aurais pu les assommer, ou… J’aurais pu l’éviter… J’aurais pu…, » je commençais à paniquer.

Mon cœur battait vite, mes mains tremblaient et mes yeux pleuraient. J’avais envie de crier, mais Nanya avait saisi mes mains et m’avait regardée dans les yeux.

« Arrête, Ayuseya ! Ce n’est ni ta faute ni celle d’Illsy ! Tu as fait ce que tu pouvais à l’époque. Certains ont survécu, d’autres n’ont pas eu de chance. Ce n’était pas comme si tu avais le choix. Certes, si tu étais plus habile que tu ne l’es maintenant, tu aurais pu éviter de les tuer…, » elle baissa les yeux. « Mais crois-moi, ce n’est pas drôle de se culpabiliser après l’avoir déjà fait. Les forts auront toujours le choix entre sauver ou tuer… Les faibles tuent habituellement parce qu’ils n’ont pas le choix, mais les forts ne sont pas aussi privilégiés. Ma mère me l’a dit, et au début, je ne l’ai pas crue, mais en grandissant et en devenant plus forte, j’ai compris ce qu’elle voulait dire par là…, » elle poussa un soupir.

« Mais quand même… J’ai tué…, » avais-je dit en tombant à genoux.

« Non, tu t’es défendu, » me déclara-t-elle en secouant la tête.

J’avais envie de pleurer et je tremblais encore.

« Et pour Illsy ? » lui avais-je demandé.

« Illsy a fait son choix en ne tuant pas le prince. Lui montrer, à lui et à tous les autres, qu’il était si puissant qu’il n’avait pas peur qu’ils ripostent. Une autre façon de voir les choses serait de croire qu’Illsy lui a montré qu’il était si puissant qu’il n’était pas prêt à souiller ses mains avec son sang même après ce qu’il a fait à Shanteya et Tamara, » sourit-elle.

J’avais baissé les yeux et essuyé mes larmes.

« Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » lui avais-je demandé.

« Maintenant, on passe à autre chose et on surveille Illsy. Faisons comme si tu ne me l’avais jamais dit, pour que ni lui ni les Ténèbres ne me surveillent. De cette façon, je pourrai faire un peu de recherche de mon côté, » elle acquiesça d’un signe de tête.

« De la recherche ? » avais-je demandé, un peu confuse.

« Oui, je vais voir s’il y a une mention de deux esprits dans le même corps dans les documents de la prochaine bibliothèque que nous rencontrerons, » sourit-elle.

« Je vois. Je suppose que cette obscurité explique pourquoi son esprit intérieur est comme ça. C’est comme si on se tenait dans un abîme de noirceur, » j’avais poussé un soupir.

« Attends, quoi !? » Nanya m’avait saisi l’épaule et m’avait regardée avec un front plissé.

« Euh… Son Esprit Intérieur est très sombre, mais Illsy lui-même est comme un soleil brillant là-dedans, » je ne voyais pas pourquoi c’était si surprenant pour Nanya.

« Ce n’est pas possible… Chaque donjon dans le monde possède un esprit intérieur lumineux et de couleur claire, peu importe à quel point il est mauvais. Le mien est jaune clair, donc Illsy est censé être vert clair. Pourquoi fait-il nuit noire ? Si c’est vrai… alors les Ténèbres pourraient avoir une plus grande emprise sur lui que nous ne l’avions supposé au départ, mais… Tu as dit qu’il était brillant comme un soleil, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« Oui… »

« Alors les Ténèbres ne l’ont pas complètement sous leur emprise. Tant qu’il s’en rendra compte, il aura peut-être encore une chance, mais… si nous lui disons cela directement, alors les Ténèbres pourraient intervenir et empêcher nos paroles de lui parvenir. ARGH ! Je n’arrive pas à comprendre à quel point cette chose est profondément enracinée dans le contrôle de mon mari ! » Nanya s’était gratté la tête, exaspérée.

Elle commençait à me perdre dans ses propos, mais si j’avais bien compris, le fait même que le corps d’Illsy dans son Esprit Intérieur n’était pas sous le contrôle des Ténèbres signifiait qu’il n’était pas encore contrôlé à 100 % par elles. À cause de l’apparence de son Esprit Intérieur, les Ténèbres avaient peut-être eu plus de contrôle sur son corps qu’il ne l’avait imaginé.

« Qu’est-ce qu’on fait alors ? » lui avais-je demandé.

Nanya m’avait regardée et avait poussé un soupir.

« D’abord, on te remet sur pied et on essuie tes larmes. Tu as l’air un peu désordonné là ! » Elle m’avait souri et m’avait tapoté la tête. « Alors, je vais essayer de trouver quelque chose. Quoi qu’il en soit, c’est du jamais vu… du moins pour moi. Mais euh ! Stupide ILLSY ! » s’exclama-t-elle.

Avec la façon dont les choses se déroulaient, je ne pouvais qu’espérer et prier pour que nous trouvions quelque chose pour aider Illsy avant que les Ténèbres ne l’envahissent complètement. En même temps, j’espérais qu’il n’aurait jamais vent de notre petit complot et qu’il ne tenterait jamais de nous enlever Illsy ou de nous faire quelque chose.

« Nanya ? Que se passe-t-il quand un Donjon n’aime pas la femme qu’il a choisie ? » lui avais-je demandé.

« Le Donjon tuera probablement la femme et il en trouvera une autre. Pourquoi ? » demanda Nanya.

J’avais dégluti et j’avais dit. « Eh bien, j’espère que les Ténèbres ne penseront pas à nous remplacer si elles découvrent que nous complotons contre elles…, » j’avais souri un peu maladroitement.

« Espérons-le…, » soupira Nanya.

 

☆☆☆

 

[Point de vue de Shanteya]

Je m’étais réveillée dans un lit confortable dans une chambre chaude. Même si je ne savais pas où j’étais, l’énergie de cet endroit m’était quelque peu familière. Par la petite fenêtre à ma droite, je pouvais voir une forêt infinie et la lumière du soleil qui la traversait.

Tamara était là aussi, dormant profondément dans l’autre lit. Elle était roulée en boule et couverte de sa couverture, ne laissant sortir que son petit nez. En la regardant, j’avais eu un petit sourire sur les lèvres, mais mon cœur était vide.

Je m’étais poussée vers le haut et j’avais pris une position assise. Sur le mur devant moi, il y avait un petit mot écrit en Shorayan. C’était d’Illsy. Il était venu nous sauver.

« Je savais que le Maître ne nous abandonnerait pas…, » avais-je murmuré. Puis j’avais fermé les yeux un instant.

Quand je les avais rouverts, je m’étais retrouvée en train de pleurer. Je ne pouvais m’empêcher de verser des larmes, mais j’avais fait de mon mieux pour garder mes gémissements aussi bas que possible.

Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi je pleure comme ça ? m’étais-je demandée en essayant d’arrêter, de garder l’apparence d’une femme sans défaut, mais même ma mâchoire tremblait.

J’avais peur de quelque chose, mais je n’avais aucune idée de quoi jusqu’à ce que je jette à nouveau mes yeux sur la note.

Maître… non… Illsy… J’aime Illsy, mais… Je ne suis pas…, pensai-je, mais les mots ne s’étaient pas formés dans mon esprit.

La peur de la vérité m’empêchait de l’accepter. Même maintenant, alors que j’aurais dû lui être reconnaissante de m’avoir sauvée, d’avoir tant fait pour moi, je m’étais retrouvée à vouloir plus de lui.

Je suis dégoûtante…, pensai-je. Puis j’avais serré les draps du lit pendant que mes larmes coulaient sur ma mâchoire tremblante.

C’était difficile de garder mes gémissements sous contrôle, mais j’avais fait de mon mieux.

Après m’être calmée un peu, je regardais le mot et je me demandais ce que je pouvais faire d’autre.

Illsy avait deux femmes, et j’étais là en tant qu’esclave. J’aurais dû me rendre compte que la seule raison pour laquelle je voulais rester son esclave, c’était parce que je l’aimais et que je savais que ma relation avec Illsy ne pouvait pas s’arrêter là. Je voulais plus, plus que ce qu’on me permettait. J’agissais comme une femme sans vergogne qui, après avoir goûté un morceau d’un délicieux gâteau, voulait tout avoir.

Même maintenant, alors que je me tenais dans cette pièce en pleurant toute seule, Illsy était dans l’autre pièce avec ses vraies épouses. Il avait couché avec elles, s’était occupé d’elles. Il était devenu un homme avec elles, mais avec moi, qui dès le début s’était offert à lui… avec moi, il m’avait à peine enlacée et embrassée. Au mieux, j’étais une amie, pas une femme ou même… une amoureuse.

Je suis une imbécile… une imbécile sans vergogne, avais-je pensé en essuyant mes larmes.

Illsy voulait me libérer, mais par peur de le perdre, j’avais continué à refuser cette opportunité. Je ne pouvais pas le lâcher, je ne pouvais pas lâcher la seule chose qui me reliait à lui. Même ce [Lien de Confiance] n’était qu’une décoration, vu la rapidité avec laquelle Tamara l’avait obtenue.

Est-ce que le fait d’avoir été kidnappée par le prince m’avait amenée dans cet état ? Non… C’était en me réveillant seule dans cette pièce, sans lui à mes côtés, que j’avais réalisé la vérité de mon propre égoïsme. Illsy était là avec ses deux femmes, au lieu d’être ici avec moi… Il ne m’avait même pas gardée dans la même pièce que lui.

Pourquoi n’a-t-il pas pu dormir à mes côtés ? S’il l’a fait, alors…, j’avais essayé de ne pas penser à la suite.

J’avais fait empirer les choses, alors je m’étais glissée dans mon lit, retenant du mieux que je pouvais mes larmes et mes pleurs.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour ce chapitre

  2. merci pour cette deuxième partie, hâte d'en connaitre la suite.

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire