J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 60 – Partie 2

***

Chapitre 60 : La rage d’Illsyore

Partie 2

Toc ! Toc !

« Monsieur Illsyore, il y a deux soldats qui vous cherchent. Je leur ai dit d’attendre dehors. Je ne veux pas d’ennuis ici, » déclara Tannaor de l’autre côté de la porte.

« Je vous remercie ! J’arrive tout de suite ! » avais-je répondu.

« Je leur ferai savoir, » il s’était éloigné.

Clignotant des yeux de surprise, j’avais regardé Nanya et puis Ayuseya.

« Savez-vous quelque chose à ce sujet ? » lui avais-je demandé.

Elles avaient haussé les épaules.

Avec derrière moi Nanya et Ayuseya, j’étais sorti de l’auberge pour rencontrer ces deux soldats. Ils portaient les armures typiques en cotte de mailles avec un rembourrage en cuir. Leurs têtes étaient protégées par un casque de fer et armées d’une épée courte et d’un bouclier. Rien de dangereux, vu que ces armures et ces armes n’étaient même pas enchantées.

« Oui ? » leur avais-je montré un sourire poli.

« Tu es Illsyore, le propriétaire de Nanya ? » demanda celui qui tenait une grande boîte.

« Je suis Illsyore, mais Nanya est ma femme, pas mon esclave, » avais-je répondu en me sentant un peu offensé par son choix de mots.

« Plus maintenant. Le prince t’envoie un cadeau. Si tu ne veux pas finir comme elles, tu vas nous la livrer, » déclara l’autre avec un air suffisant sur son visage pendant que son camarade me tendait la boîte.

L’odeur du sang venait de l’intérieur.

Après avoir dégluti, j’avais ouvert le couvercle. À l’intérieur, j’avais vu un bras de femme coupé au coude et une oreille poilue.

Je ne pouvais plus respirer.

Ce sont..., avais-je pensé qu’en regardant les parties coupées.

Comment ne pouvais-je pas reconnaître les oreilles qui tremblaient chaque fois que je les caressais ou quand je lui faisais signe avec un petit poisson devant son joli nez ? Comment ne pouvais-je pas reconnaître le bras qui m’enlaçait chaque soir ?

« Illsy ? » demanda Nanya, inquiète.

Elle ne pouvait pas voir ce que je tenais parce qu’elle était derrière moi, mais elle pouvait sentir que quelque chose n’allait pas, car mon Territoire de Donjon tremblait et s’étendait.

« Qu’est-ce que c’est que ça !? » cria l’un des aventuriers à l’intérieur de l’auberge.

« Un donjon ! Un donjon est apparu ! » cria un autre de l’autre côté de la rue en regardant sa pierre de détection de niveau donjon.

« Qu’est-ce qu’il se passe ? » s’était demandé l’un des soldats.

« Illsy ? Qu’est-ce que tu fais ? » demanda encore Nanya.

Elle s’était approchée et avait posé une main sur mon épaule. J’étais encore sous le choc, mais elle avait vu ce que je tenais.

« Par les dieux ! » elle avait mis une main sur sa bouche.

« Comme nous l’avons dit, donne-nous la blonde maintenant, et le prince promet que ta draconienne et toi ne finirez pas de la même façon, » déclara-t-il.

« Quoi ? » répondit Nanya en grognant.

« Recule..., » lui avais-je dit.

J’avais pris une grande respiration et j’avais absorbé les parties coupées.

« Eh bien ? » le soldat arrogant avait persisté avec ses absurdités.

Je l’avais regardé dans les yeux.

À quoi bon ? chuchota la Noirceur.

Les cristaux sur mes bras étaient passés du vert au rouge, de même que sur ma poitrine. Cela représentait ma fureur, ma colère, ma rage.

J’avais attrapé le visage du soldat.

« Hé ! Qu’est-ce que tu crois que tu es... ? » il avait essayé de lutter et de se libérer, mais j’avais libéré un rayon laser de ma paume.

Cela lui avait traversé la tête et avait frappé le sol derrière lui, vaporisant la chair et les os qu’il avait touchés.

Le corps sans vie avait ensuite été dépouillé de tout son mana et transformé en poussière.

Je l’avais tué.

L’autre m’avait regardé avec peur et avait dégainé son épée. Je l’avais attrapé et je l’avais jeté sur le côté, mais comme j’étais incroyablement fort, il s’était écrasé à travers un bâtiment.

« NON ! STOP ! » cria-t-il, mais je l’avais attrapé de la même façon que son ami.

Le regard dans mes yeux était probablement sans émotion ou froid. J’avais agi presque mécaniquement, par instinct, tandis qu’à l’intérieur, j’avais l’impression de déchirer le sol avec rage et fureur.

Comment osent-ils faire ça à Shanteya ? À Tamara ? Comment osent-ils réclamer ce qui m’appartient ? avais-je pensé. Et pendant un moment, j’avais voulu séparer la tête de ce soldat avec mon laser, mais j’avais fait autre chose, bien pire.

« AAARGH ! » l’homme cria de douleur quand j’avais commencé à absorber son mana... et ses souvenirs.

C’était un mystère même pour moi de savoir comment j’avais fait cela, mais cela avait probablement quelque chose à voir avec le fait que je l’avais touché directement et aussi avec le fait de l’avoir dans mon Territoire de Donjon parce que c’était là que l’énergie allait venir. Les cris du soldat avaient été entendus tout autour de nous jusqu’à ce que son corps se transforme en un pruneau ridé et meure. Comme l’autre, il s’était transformé en poussière dès que j’avais absorbé la dernière goutte de son mana.

« Hein ? Je suppose que maintenant je connais le Kalish..., » j’avais parlé, mais ma voix était vide, sans son énergie habituelle.

« Illsy ? » demanda Nanya.

« Protégez-moi, » leur avais-je dit en m’éloignant de l’entrée de l’auberge et en levant la main.

Devant moi, j’avais convoqué une de mes dernières créations. Cela s’inspirait des jeux auxquels j’avais joué un jour et des idées de technologie militaire avancée que j’avais vues sur le NET. En utilisant des Cristaux de Puissance et mes capacités pour façonner la matière comme je le voulais, j’avais créé une arme très dangereuse et puissante.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Nanya.

« Oh, cela a besoin d’un nom, non ? Voyons voir... Tourelle Laser Gatling. Oui, ça fera l’affaire, » avais-je souri. Puis j’avais sauté dessus.

La « chose » était classée comme un piège, mais il s’agissait essentiellement d’une chaise avec deux grands lasers à gatling fixés sur des supports métalliques rigides, l’un à ma gauche et l’autre à ma droite. Après m’être installé confortablement dans le fauteuil, j’avais élevé le sol sous moi jusqu’à ce que je sois à environ 100 mètres en l’air.

Avec un sourire sur les lèvres, j’avais saisi les commandes, deux joysticks reliés à un réseau de pistons en Cristaux de Puissance, et j’avais dirigé les lasers vers le grand palais au centre de cette ville. Grâce au soldat mort, je savais où se trouvait le donjon. Je savais où ne pas tirer, tout le reste, c’était un jeu. Quant aux autres souvenirs et pensées du soldat que j’avais absorbés, ils avaient été détruits parce que je n’en avais pas besoin.

Pour être honnête, en premier lieu, c’était un grand mystère pour moi de savoir comment j’avais réussi à absorber ses souvenirs en plus de son mana. J’avais l’impression qu’il me manquait une grande partie du puzzle. Était-ce l’influence des Ténèbres ? Ou une capacité que j’avais toujours eue, mais dont on ne m’avait jamais fait prendre conscience ? J’étais déterminé à le découvrir plus tard parce que maintenant j’avais d’autres choses à faire.

« Je ne veux pas tuer, mais je ferai une exception cette fois, » avais-je dit. Et j’avais appuyé sur la détente.

 

☆☆☆

[Point de vue de Shanteya]

Le palais tremblait, le prince n’avait aucune idée de ce qui se passait, personne ne le savait.

« Hahahaha ! » J’avais commencé à rire.

« Qu’est-ce qui se passe ? » demanda le prince.

« Toi ! Sais-tu quelque chose ? » Dragnov m’avait regardée fixement.

Quand ils avaient cautérisé ma blessure avec la lame chauffée d’une épée, ce n’était ni agréable ni joli. Tamara, la pauvre enfant, s’était évanouie après que le prince lui ait coupé l’oreille.

« Moi ? Eh bien... Je pourrais..., » j’étais un peu délirante à cause de la douleur et de la perte de sang. J’avais regardé l’homme en armure et je lui avais montré un sourire. « Vous n’avez aucune idée de qui est mon Maître, n’est-ce pas ? » J’avais ri.

« Je ne m’inquiète pas pour ceux que je considère comme insignifiants ! » cria le prince.

« Vous devriez... parce qu’il vient ici pour vous tuer... Même si vous envoyez un Suprême contre lui, il le vaincra ! Kukaka ! »

J’avais envie de rire quand j’avais réalisé à quel point le Maître devait être furieux quand il avait vu mon bras et l’oreille de Tamara.

Je suppose... qu’il m’aime vraiment ? Ou est-il furieux que quelqu’un ait touché à ses affaires ? Eh bien... Je suis un peu plus endommagée qu’avant... Je suis désolée, Illsy. En levant les yeux vers le plafond.

« Qui est ton maître ? REPONDS-MOI ! » cria Dragnov.

« Illsyore... le seul et unique..., » je l’avais regardé dans les yeux et lui avais montré un sourire. « Le Seigneur de Donjon Divin qui a vaincu le suprême draconien Dankyun. »

« Tu mens, » Dragnov ricanait.

« Alors qu’est-ce qui détruit votre palais en ce moment ? Des merions ? » J’avais incliné ma tête vers la gauche. « Vous savez, je suis techniquement une Suprême si je devais y aller par la force seule, mais Nanya, Ayuseya et le Maître sont au moins trois fois plus puissants que moi. Si vous implorez leur pitié... qui sait ? » J’avais souri et ri une dernière fois avant de sentir l’obscurité m’attirer.

J’étais fatiguée et j’avais mal... Je savais que le Maître arrivait, alors j’avais fermé les yeux et m’étais permis de m’évanouir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !
    J'en ai des frissons.

  2. Merci pour ce chapitre

  3. merci pour ce chapitre, plus de carnage, aucun d'eux ne mérite de vivre... j'espere que Shanteya survivra...

  4. Merci pour le chapitre! Vivement la suite.

  5. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire