J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 60 – Partie 1

***

Chapitre 60 : La rage d’Illsyore

Partie 1

[Point de vue de Shanteya]

Nous avions été emmenées au donjon du palais et enfermées dans une grande cellule destinée aux draconiens. Le sol était fait de pierres solides pour que les prisonniers ne puissent pas y creuser. Les murs et les barreaux étaient enchantés, donc elles ne pouvaient pas les briser. Pour faire bonne mesure, Tamara et moi avions été forcées à porter des menottes qui avaient réduit notre puissance à la moitié de ce qu’elle était, sinon moins. Dix gardes de rang Divin avaient été placés pour veiller sur nous.

Quand nous étions arrivées, j’avais rapidement remarqué les innombrables soldats Divins et Empereurs qui étaient stationnés ici. Certains gardes royaux avaient peut-être même la force de Suprêmes, mais aucun d’entre eux n’avait les compétences nécessaires pour rivaliser. En d’autres termes, il n’y avait aucun moyen pour moi de m’échapper de cet endroit en vie. J’étais forte, mais je n’avais pas les compétences et la force nécessaires pour vaincre d’innombrables adversaires de leur niveau. Pour empirer les choses, je n’aurais pas à m’inquiéter que de moi-même.

« Nya... Qu’avons-nous fait pour être enfermées ici ? » demanda Tamara en kalish.

« Rien, ma petite, rien, » je lui avais tapoté la tête et l’avais serrée dans mes bras.

Depuis qu’elle s’était réveillée, elle tremblait et regardait avec inquiétude les barreaux. Au début, elle pensait que c’était sa faute, mais j’avais réussi à la calmer et à chasser cette idée de son esprit.

Cela faisait presque 12 heures qu’on était enfermées ici, et il n’y avait aucun signe de ce soi-disant prince. Les gardes changeaient de quart toutes les six heures, et tous nous lançaient des regards de dégoût et de supériorité. Nous étions faibles, et ils étaient forts. Nous étions des esclaves, et ils étaient des gardes du palais, il n’y avait absolument aucune autre raison pour eux d’agir ainsi.

« Kukukuku ! »

Ce rire si important venait de la gauche. J’avais lentement levé l’œil et j’avais vu le prince pour la première fois.

C’était un humain avec une peau laiteuse, un peu plus petit que moi en taille, gras comme un porc, et bien qu’il avait l’air royal, son aura était semblable à ces nobles gras et corrompus que j’étais souvent envoyé tuer. D’un seul regard, je pouvais voir qu’il ne nous considérait même pas comme des êtres vivants. Nous étions des « objets », quelque chose qu’il pouvait détruire et jeter sans se soucier ou craindre une répercussion. Pourtant, qui pourrait punir quelqu’un dans sa position ? Le simple fait de lever la main sur lui pourrait vous envoyer à la potence et ensuite sur la plate-forme d’exécution.

À côté du prince se tenait un grand homme vêtu d’une armure en plaques d’acier. Il n’avait pas de casque, alors j’avais pu voir que c’était un humain à la peau bronzée, âgé d’environ 40 ans, avec des cheveux courts, et un regard sévère dans les yeux. D’innombrables années de combat pesaient sur ses épaules, une expérience qu’il offrait maintenant volontiers au prince humain qui se tenait à ses côtés. Comme armes, il portait deux épées courtes, leurs fourreaux suspendus à sa ceinture.

« Tu pensais vraiment être assez forte pour vaincre mes hommes ? » demanda-t-il en souriant.

« Je ne sais pas de quoi vous parlez, » avais-je répondu d’une voix calme.

« Je les ai simplement envoyés pour t’adresser une invitation amicale. Qui aurait cru que tu allais les attaquer ? En raison de ma puissance, je devrais te faire exécuter ! » déclarait-il en levant le petit doigt en l’air.

Ces mots n’étaient que des mensonges crachés par un cochon.

« Je ne le recommande pas, » avais-je rétorqué.

« Hm ? » cligna-t-il des yeux, surpris. « Hahahaha ! Dragnov, elle croit que je ne le ferai pas ! » le prince riait et tapotait l’épaule de l’homme à côté de lui.

« El’doraw, il serait sage de ne pas prendre les paroles de mon maître à la légère, » il m’avait regardée dans les yeux.

« Je ne le suis pas. Je dis juste la vérité, » avais-je répondu.

« Keh ! Penses-tu que ton maître viendra te sauver ? » demanda-t-il.

J’avais baissé les yeux et j’avais regardé Tamara. Elle avait peur et tremblait comme une enfant. En repensant au prince, je m’étais moi-même posé la question. Le Maître avait tout à fait le droit de nous abandonner ici, mais en même temps, après tout ce qu’il avait fait, je ne pouvais pas me résoudre à le considérer comme prêt à le faire.

Le maître peut s’enfuir. Il peut fuir, mais il ne le fera pas. Le maître est un donjon têtu qui nous sauvera. Pensais-je, mais je ne voulais pas que ces pensées soient entendues.

« Je m’en doutais, » dit le type Dragnov, prenant mon silence pour un « non ».

« Pourquoi nous avez-vous capturés ? » lui avais-je demandé.

« N’est-ce pas évident ? » le prince souffla.

« Je m’excuse de mon incapacité à voir les choses comme une affaire comme la vôtre, » avais-je parlé poliment, mais mes paroles n’étaient que des mensonges couverts de miel.

« Avec vous dans mes mains, je peux envoyer un message à votre maître et l’avertir de ce qui se passera s’il n’est pas prêt à me donner cette femme blonde ! » il m’avait montré un sourire victorieux.

« Donc, vous nous avez kidnappées, Tamara et moi, pour atteindre le Maître et Nanya ? » demandais-je en plissant les sourcils.

« Elle s’appelle Nanya ? Mignon ! Eh oui ! Plutôt malin, n’est-ce pas ? » dit-il en riant.

Je clignais des yeux, surprise. J’avais regardé Dragnov, il évitait mon regard.

Donc même ses partisans pensent que c’est une idée stupide, avais-je pensé.

Le plan logique aurait été d’obtenir directement Nanya, pas à travers ce plan compliqué qui avait plus de chances d’échouer que de réussir. Malgré tout, peut-être que le prince n’avait pas choisi ce genre de plan parce qu’il voulait gagner quelque chose d’autre ? Faire ça juste pour mettre la main sur Nanya n’avait aucun sens pour moi.

Qu’est-ce qu’il veut gagner ? Qu’aurait-il à gagner à part une démonstration de pouvoir ? Non, c’est peut-être exactement ce qu’il veut... montrer à tout le monde qui gouverne et qu’il peut faire absolument ce qu’il veut comme il le veut juste parce qu’il est le prince. Je suppose que l’esprit d’un roi peut facilement être compris quand on le regarde de cette façon ? avais-je pensé.

Si c’était comme ça, cet homme était plus dangereux que je ne le craignais. Avec le comportement stupide et trop zélé d’un roi, il ne pouvait en résulter que mort et souffrance. J’avais dégluti quand je m’étais souvenue des horreurs dont des individus comme lui étaient capables s’ils se déchaînaient sur des innocents. Pourtant, même alors, personne n’oserait se plaindre d’eux parce qu’ils étaient nés de sang royal. Par droit du sang, ils étaient différents des autres, plus que nous qui ne faisions pas partie de son royaume. Un roi avait le droit de vie et de mort sur ses sujets. C’était la loi.

« Hm, maintenant voyons voir... Que faut-il prendre ? Ah ! Prends l’oreille de la nekatare ! » ordonna-t-il. Puis il nous désigna.

Un frisson me parcourut la colonne vertébrale alors que je réalisais à quel point il avait l’intention de contraindre le Maître à abandonner Nanya.

« NON ! Je ne vous laisserai pas lui faire du mal ! » J’avais crié et j’avais marché pour me placer devant Tamara.

« Silence ! Retenez-la ! » Dragnov avait sorti son épée et était entré dans notre cellule.

« Si tu ne restes pas assis, je prendrai plus que son oreille, » m’avait-il prévenue.

« Je ne te laisserai pas toucher cette enfant ! » Je l’avais regardée fixement.

« Nyu... Shanteya..., » Tamara s’était cachée derrière moi, tremblante et enroulant sa queue autour de sa taille.

« Donne-moi ça ! » déclara le prince et il prit l’épée de la main de Dragnov. « Retenez-la ! »

L’homme m’avait attrapée par la main et m’avait éloignée.

« NON ! » avais-je crié, luttant pour me libérer de son emprise.

« Viens ici ! » le prince avait tiré Tamara par le cou et l’avait poussée par terre.

La nekatare essaya de se battre et de se frayer un chemin, mais l’armure magique du prince ou peut-être les vêtements enchantés étaient trop forts.

« NYA ! Lâchez-moi ! » elle se débattait et sifflait, mais le prince ne faisait que s’amuser.

« Argh ! Lâchez-moi ! » Je savais que j’étais affaiblie, mais m’en sortir sans ma dague était impossible.

Je dois l’arrêter ! pensais-je au moment où il allait couper Tamara.

« ARRÊTE, ESPÈCE DE SHIKAK AU VISAGE DE COCHON ! » avais-je crié à pleins poumons l’une des insultes les plus terribles que j’avais pu penser à ce moment-là.

L’épée du prince s’était arrêtée avant qu’il ne blesse Tamara, et sa colère était dirigée contre moi.

« Comment m’as-tu appelée ? » il m’avait regardé avec colère.

« Un shikak à visage de cochon, mais ce serait une insulte pour eux, » avais-je souri.

« Tu veux mourir, femme ? » demanda Dragnov.

« J’ai fait face à pire, » avais-je répondu.

Le prince resta silencieux et s’approcha de moi. Il était en colère, furieux.

Suis-je allée trop loin ? m’étais-je demandé.

« Tends-lui la main, » ordonna-t-il calmement.

Dragnov m’avait tiré la main gauche et le prince m’avait regardée.

« Je suis toujours un prince, et je sais quand on se moque de moi. Au début, je ne voulais que prendre un doigt, mais pour ton insulte, je vais prendre ton bras et l’envoyer à ton pathétique maître... à côté de l’oreille de la nekatare, » me déclara-t-il calmement, puis il leva son épée.

L’entaille était grossière. Dans les mains d’un expert, je n’aurais rien senti, mais dans les mains de ce prince, la lame s’était enfoncée dans ma chair comme une scie rouillée et dentelée. J’avais serré la mâchoire et refusé de crier. Ça m’avait fait très mal, très mal, mais ma bouche était fermée hermétiquement.

« Plutôt courageuse pour une femme. » Renifla le prince en marchant vers Tamara après qu’il en eut fini avec moi.

« Vous le regretterez..., » avais-je murmuré en tremblant de douleur.

« Regretter ? Haha ! J’aimerais voir comment ton Maître va me faire regretter ! » dit-il en riant.

Je ne pouvais que sourire.

Maître... En écoutant les cris de Tamara.

 

☆☆☆

[Point de vue d’Illsyore]

« Hm, elles devraient être ici..., » avais-je dit en entrant dans l’auberge.

Après avoir quitté Deusur, il m’avait fallu environ une heure pour arriver ici. Il était environ une heure et demie de l’après-midi, le soleil était encore levé et rien ne semblait sortir de l’ordinaire, d’après ce que j’avais pu voir. L’odeur de la bonne nourriture était dans l’air, et les aventuriers prenaient leurs repas le long d’une grande citerne d’hydromel.

« Illsyore ! Où étiez-vous passé ? » demanda Tannaor dès que j’étais passé devant le bar en allant vers l’escalier.

« Hein ? Oh ? Euh... dans le coin ? » avais-je répondu bêtement.

Je n’allais pas lui dire que je venais d’un donjon que j’avais secrètement construit pendant que tout le monde dormait.

« Vraiment ? Vous êtes parti depuis deux jours maintenant. Vos compagnes étaient toutes inquiètes pour vous, » dit-il en montrant du doigt.

« Je vous remercie, » avais-je hoché la tête.

Deux jours ? Je suis dehors depuis deux jours ? Je pensais qu’il s’agissait plutôt de donner la taille du donjon, ou moins de donner les compétences surpuissantes que j’ai. Les Ténèbres ont fait du bon travail pour finir les choses rapidement. Était-ce à cause du manque de complexité et de pièges simples et peu magiques ? m’étais-je demandé en montant.

Je me demande si elles sont furieuses. Je vais donner à Tamara une bonne caresse et un gros poisson. Je vais enlacer Shanteya et lui donner un baiser, quant aux deux autres, elles pourront choisir laquelle d’entre elles m’aura pour elle toute seule ! avais-je ricané et j’avais ouvert la porte.

« Je suis de retour ! » avais-je dit avec un sourire éclatant.

Au lieu d’être accueilli par quatre personnes, je n’avais été accueilli que par mes épouses. Elles avaient toutes les deux l’air inquiètes, mais dès qu’elles m’avaient vu, elles s’étaient mises à pleurer et avaient sauté dans mes bras.

« Illsy ! Espèce d’idiot ! Où étais-tu ? Où étais-tu ? Où étais-tu ? Où étais-tu ? » Elles n’arrêtaient pas de dire.

« Je suis désolé ! Je suis désolé... Je me suis endormi pour faire un donjon ? » avais-je répondu bêtement.

Elles se blottissaient contre moi et me brisaient presque la colonne vertébrale avec leur force monstrueuse. Je pouvais à peine enrouler mes mains autour d’elles, mais j’avais quand même essayé. Elles étaient vraiment inquiètes pour moi, et leurs larmes étaient sincères. Je sentais au fond de moi à quel point elles étaient heureuses de me revoir, même si je n’étais pas parti depuis si longtemps.

« C’est bon, je suis de retour, » leur avais-je murmuré. Et je les avais tenus dans mes bras.

Quelques instants plus tard, après qu’elles se soient calmées, nous étions à l’intérieur, assis sur le côté du lit.

« Je suis désolé de vous avoir tant inquiété. Au fait, où sont Tamara et Shanteya, » avais-je demandé avec un sourire idiot.

Elles sont probablement en train de me chercher ou d’acheter de la nourriture, m’étais-je dit.

« Tu es parti au milieu de la nuit sans rien nous dire. Si tu voulais construire quelque chose, tu aurais pu nous le dire, » déclara Nanya en serrant les poings et en regardant le sol.

« Je suis désolé... Honnêtement, je ne me souviens pas quand je suis parti, » avais-je dit et posé ma main sur son épaule.

En repensant à Ayuseya, je l’avais vue séparer ses lèvres comme si elle voulait me demander quelque chose, mais aucun son n’en était sorti. La princesse draconienne était la seule qui connaissait les Ténèbres en moi, et sa question avait probablement quelque chose à voir avec cela. Je lui dirais ce qui s’était passé plus tard, quand nous ne serions plus que tous les deux. Pour l’instant, je lui avais montré un sourire et un signe de tête.

Ou peut-être que je devrais leur dire la vérité à toutes ? Non... Je ne veux pas... mais pourquoi ? Oui... tais-toi, avais-je pensé, mais j’avais l’impression qu’il y avait quelque chose d’étrange qui m’empêchait de dire la vérité.

Peut-être qu’il y avait encore des craintes à propos de mon passé ? J’étais un être humain réincarné, pas un dieu parfait sans défauts de pensée ou de comportement. Même moi, j’avais mes peurs, mes soucis, mes pensées cachées que je ne pouvais dire à personne. Cela faisait partie de ma nature humaine, mais était-ce peut-être le problème en soi ?

En poussant un soupir, je leur avais tenu la main et leur avais dit : « Je suis désolé... Je le suis vraiment. »

« Nous savons, Illsy..., » Ayuseya avait parlé doucement et elle m’avait embrassé la joue. « Mais ça veut dire que Tamara et Shanteya ne sont pas avec toi, non ? » demanda-t-elle.

Ses paroles m’avaient fait froncer les sourcils.

« Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » avais-je demandé, confus.

« Hier soir, nous sommes partis à ta recherche. Nous pensions que tu avais trop bu et que tu étais tombé dans un fossé quelque part, mais... quand il était temps de retourner dans cette auberge, elles ne se sont jamais revenu. Je pense que ça a quelque chose à voir avec l’explosion près du marché. J’y suis allée pour vérifier dès que c’est arrivé, mais il n’y avait aucun signe d’elles ou de toi... Je suis revenue, on a attendu, mais elles ne sont jamais venues. Je suis allée les chercher ce matin, mais je ne les ai pas trouvés..., » Nanya m’avait tout expliqué.

J’avais dégluti.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Quelqu’un les a attaqués ? » lui avais-je demandé.

Elle avait secoué la tête. « Je ne sais pas, mais il y a de fortes chances que ce soit le cas, » elle poussa un soupir.

« Elles ne sont pas mortes... Au moins, j’en suis certain. Je l’aurais su s’il en avait été autrement, » avais-je dit, puis j’avais enroulé mon bras autour des épaules de Nanya et je l’avais tirée dans mon étreinte.

Ce n’était pas sa faute si elles étaient parties, et je n’allais pas la blâmer, elle ou Ayuseya. Même ainsi, si quelqu’un les attaquait, je n’allais pas leur montrer de pitié.

« Alors où peuvent-elles bien être ? » demanda-t-elle.

« Je ne sais pas, mais on va aller le découvrir. Je sais quelques trucs pour jouer au détective, » avais-je souri. Puis j’avais brossé doucement une mèche de cheveux rebelle de son visage.

« Détective... Qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-elle, confuse.

« Euh…, » j’avais levé les yeux en essayant de trouver un bon moyen de l’expliquer. « Euh, quelqu’un engagé par les gardes pour chercher des criminels ? » avais-je souri.

« Veux-tu dire un chasseur de primes ? » elle fronça les sourcils.

« Pas exactement, moins violent, » avais-je souri.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Je vois que dans un future proche un royaume va tombé.

  2. merci pour cette première partie... un millénaire de torture serait une punition approprié pour ce "prince"... (la mort serait une chose trop douce pour lui.) vivement la suite (je n'aime pas l'idée que se "prince" soit laisser tranquille...)

  3. Merci pour le chapitre

  4. Merci pour ce chapitre

Laisser un commentaire