J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 4 – Chapitre 53 – Partie 2

***

Chapitre 53 : Ayuseya fait un pas en avant

Partie 2

[Point de vue d’Illsyore]

Nous avions choisi un petit restaurant que nous avions trouvé après avoir marché à une certaine distance de là qui fut à mon goût trop spécifique. J’étais à deux doigts de tout construire à partir de rien, avec de l’or pur et du platine, juste pour ennuyer tous ces ingrats humains.

L’endroit où nous avions dîné n’était pas très chic, c’est sûr, mais il faisait une bonne soupe et un bon steak. Ils avaient même servi du poisson à Tamara, qu’elle avait avalé en quelques secondes.

Il semblait que les draconiens étaient le plus souvent considérés comme des ennemis dans la zone, alors que les nekatars, eux, avaient deux statuts distincts : esclave ou libre. Ce dernier ne leur offrait cependant pas tous les droits. Ils pouvaient être libérés, c’est vrai, mais ils n’étaient pas traités sur un pied d’égalité, ce qui m’avait beaucoup énervé... beaucoup.

L’un d’eux avait même eu le courage de me dire les mots suivants :

« Mais ils ne nous ressemblent pas ? Ce sont des bêtes, nous devons donc leur apprendre leur place. Après tout, l’homme est supérieur à n’importe quelle bête ! »

L’homme l’avait déclaré comme s’il en était fier. Si Ayuseya et Nanya n’avaient pas été là, je l’aurais frappé jusqu’au palais. L’idée qu’un roi puisse diriger un pays avec tant de préjugés et de discrimination m’avait rendu malade.

C’est pourquoi quand j’avais trouvé le petit restaurant qui servait toutes les espèces, j’avais décidé de leur donner un gros pourboire. Le repas était de 3 silverettes et 4 copperettes, mais j’avais payé 4 goldiettes. Le propriétaire m’avait remercié en étant en larmes. Cet argent aurait été suffisant pour l’aider à payer les impôts et à rénover un peu.

La nourriture était bonne aussi, donc je ne m’en étais pas plaint.

Après un bon repas, nous avions fait une promenade dans la ville. Nous avions regardé autour de nous et vérifié tous les magasins que nous trouvions intéressants. C’était une grande ville, mais pas autant que celles de la Terre. Pour être honnête, toutes les choses que j’avais vues ne m’avaient pas plu, et les filles n’avaient rien acheté non plus. Il y avait de jolies dames, mais quand je les avais vues traîner des esclaves derrière elles, qui étaient clairement à peine nourries et même surmenées, tout cela s’était rapidement transformé en dégoût.

Étonnamment, il n’y avait pas de mendiants dans les rues. Quand j’avais posé la question à propos de ça, la réponse avait été donnée par la princesse draconienne.

« Dans les pays qui dépendent de l’esclavage, si tu deviens mendiant, tu es immédiatement pris comme esclave par l’État et vendu sur les marchés publics. Le fait de ne pas posséder une maison ne signifie pas nécessairement que tu es un mendiant. Tant que tu as encore de l’argent pour payer le moins d’impôts possible, tu peux vivre en homme libre. Ici, il devrait s’agir d’une somme à payer chaque mois d’une silverette. Pour nous, qui venons d’arriver dans cette ville, nous ne sommes pas obligés de payer quoi que ce soit avant la fin du mois, ou si un chevalier nous le demande. »

Son explication était longue et déclarée sur un ton digne et adapté à son rang, mais elle révélait l’affreuse façon dont le système traitait les pauvres. Pour être honnête, je savais comment la démocratie et le communisme les traitaient, mais jusqu’à présent, je n’avais pas encore vu un système qui prenait autant parti pour les pauvres que pour les riches. C’était l’une des choses qui m’agaçait. J’avais vu le problème, mais je n’avais aucune idée de la façon de le résoudre... mais le plus important, étais-je la bonne personne pour le régler ?

En fin de compte, tout changement qui s’était produit dans un système, quel qu’il soit, s’était produit avec les individus qui en faisaient partie. En tant qu’étranger, je ne croyais pas que mon opinion comptait vraiment.

Au moment où nous étions arrivés aux bains publics, j’avais vu à quoi ressemblait la capitale, du moins dans cette région. Les rues étaient pour la plupart propres, mais les ruelles étaient remplies d’ordures. On m’avait dit qu’ils ne restaient pas longtemps comme ça parce que les elfes et les El’Doraws locaux avaient le nez sensible. Les humains pourraient plus ou moins vivre avec ça sous le leur.

Il n’y avait pas de mendiants, c’est vrai, mais il y avait beaucoup d’esclaves et de gardes qui patrouillaient dans l’endroit. Le taux de criminalité était probablement faible en raison de cela, mais je doutais fort qu’il n’y ait pas de mafia par ici. Peu importe le monde ou l’endroit, il était très peu probable que l’on ne trouve aucune forme de crime organisé dans l’ombre. La Tête de Godet, par exemple, pourrait être considérée comme le début d’un groupe d’extorsion ou de bandits. Le plan était facile pour lui. À la guilde, il pouvait repérer les cibles potentielles et déterminer leur force approximative, une chose sur laquelle il avait manifestement échoué avec moi, et une fois qu’il les avait forcées à quitter la ville, il était libre de les traquer.

Quant aux nobles et aux riches, ils pouvaient faire à peu près tout ce qu’ils voulaient ici, à condition d’avoir les bonnes connexions pour les soutenir, comme le gars que j’avais « doucement » poussé hors de mon chemin.

Bref, c’était une ville avec beaucoup de problèmes, mais que seuls le roi et les individus d’ici pouvaient régler.

Tandis que je n’arrêtais pas de penser à ce genre de choses, nous étions finalement arrivés aux bains publics. C’était un bâtiment assez grand d’où beaucoup d’hommes et de femmes entraient et sortaient. Quand je l’avais vu, je m’étais tout de suite souvenu du bain public de l’Académie Fellyore dans le dortoir des étudiants, celui où j’avais surpris le vieux Tuberculus qui essayait de jeter un coup d’œil aux charmantes filles à l’intérieur.

« On te laisse ici, Illsy. Se retrouve-t-on à l’auberge ? » demanda Nanya.

J’avais haussé les épaules. « Bien sûr, je vais voir si je peux trouver une carte ou quelque chose... Voici la clé. »

Elle avait absorbé la clé pour être en sécurité.

« Ne t’attire pas d’ennuis, d’accord ? » déclara Nanya.

« D’accord ! » j’avais fait un petit signe de la main et j’étais parti.

En descendant la rue, j’étais passé devant le bain public, et au premier croisement, j’avais tourné à gauche. J’avais continué à marcher, puis j’avais tourné à droite, puis j’avais pris à gauche, et je m’étais essentiellement déplacé en zigzag. À un moment donné, un type en armure de cuir était passé devant moi et avait atterri la tête la première sur le sol.

J’avais cligné des yeux en raison de la surprise.

Il gémissait et il déclarait quelque chose en kalish. Ça aurait pu être un juron ou une malédiction, mais je n’avais pas pu le dire.

Avec une joue meurtrie, il s’était éloigné.

« Qu’est-ce que c’était que ça ? » m’étais-je demandé à voix haute. Puis j’avais regardé à ma gauche.

Sur le panneau, j’avais lu... Je n’avais rien lu parce que je n’avais aucune idée de comment lire ces gribouillis de poulet.

« Une façon de le savoir..., » avais-je dit. Puis j’étais entré dans le magasin.

L’endroit était rempli de cartes de haut en bas, très bien dessinées et remplies de détails. Il s’agissait de cartes de ce continent et même d’une partie d’Allasn et de Thorya. J’avais été très impressionné, alors j’avais jeté un coup d’œil rapide à certains d’entre eux, bien sûr, je n’avais aucune idée de comment les lire.

Soudain, j’avais senti quelqu’un derrière moi et je m’étais retourné. Il y avait un homme d’une trentaine d’années qui me regardait avec des yeux bruns aiguisés et des mains derrière le dos. Il avait une moustache courte et une coupe courte avec des cheveux noirs.

« Allô ? » avais-je dit. Et j’avais forcé un sourire.

Il avait parlé en charabia.

« Désolé, je ne comprends pas... Je vais partir et peut-être revenir avec un traducteur. Je suis intéressé par vos cartes..., » j’avais souri. Puis je m’étais tourné pour partir.

« Attendez, » déclara-t-il soudain en Shorayan.

« Connaissez-vous ma langue ? » lui avais-je demandé, surpris.

« Quel genre de cartographe pensez-vous que je suis ? Je m’appelle Cairen Talcaea ! » déclara-t-il fièrement.

« Je suis Illsyore, enchanté de vous rencontrer, » j’avais hoché la tête et offert ma main.

Il m’avait regardé, puis il avait regardé ma main.

« Je ne vais pas embrasser votre main. Êtes-vous fou ? » déclara-t-il.

« Euh... Désolé, une vieille coutume... Et ce n’est pas un baiser, mais une poignée de mains, » j’avais souri maladroitement.

« Oh ! Je vois. Drôle de coutume. Qu’est-ce que vous faites si l’autre vient de chier ? » demanda-t-il avec curiosité.

« Je prie les Dieux qu’il se lave les mains ? » J’avais souri en disant ça.

« Ha ! Et moi qui croyais être le seul à avoir fais ça ! » il avait souri et m’avait serré la main avant que je me retire.

« Je présume que le lavage à la main n’est pas une coutume dans ces régions ? » demandai-je.

« Malheureusement, non, » il secoua la tête.

« Eh bien, à propos de vos cartes. Puis-je en acheter ? » lui avais-je demandé.

« Certains ? » il m’avait regardé dans les yeux.

« Oui, » j’avais hoché la tête.

« Elles ne sont pas bon marché, » m’avait-il prévenu.

« Je peux payer, » avais-je répondu.

« Très bien alors. De quoi voulez-vous une carte ? Des donjons récemment découverts ? Je peux dessiner un étage entier si vous me le faites traverser une seule fois ! Que diriez-vous de quelques cartes des capitales ? Ou le monde entier ? » Il avait souri, puis il avait montré la plus grande carte, une avec les trois continents, et il m’avait dit qu’il n’y en avait pas d’autres.

« J’aimerais une carte de chaque capitale que vous avez, cette grande carte du monde entier, une carte détaillée de chaque continent, et je pense que c’est à peu près tout, » lui avais-je dit.

« Bien ! Bien ! » Il avait souri et il alla vite chercher les cartes que je lui demandais.

Pendant qu’il faisait cela, j’avais fait un arrêt rapide à la montagne d’or locale, l’emplacement, mon esprit intérieur. De là, j’avais ramassé quelques lingots d’or et je les avais transformés en boules de fantaisie avec des dessins dessus. J’avais déjà le modèle, donc en faire d’autres ne m’avait pas dérangé. Cette fois, j’avais essayé de faire raconter en gros l’histoire d’un vautour qui s’était envolé dans le ciel et était devenu une étoile, puis était retourné à la surface du monde en homme. C’était une façon simple et facile d’augmenter le prix d’une pièce de métal inutile.

Après avoir terminé, j’étais sorti de là et j’avais préparé les sphères comme paiement. Il y en avait trois, mais j’avais aussi fait un disque d’or plat à offrir en premier. J’avais prévu de l’utiliser d’abord pour lui faire savoir que je voulais faire du commerce avec de l’or, ensuite je pourrais marchander avec les sphères. Ces cartes ne peuvent pas être très chères, n’est-ce pas ?

« Voilà ! » Cairen avait dit ça après avoir roulé la dernière carte et l’avoir placée sur une pile de 26 autres.

« Combien ? » lui avais-je demandé.

« Toutes ces choses ? 146 Goldiettes ! » sourit-il.

Je pourrais avoir besoin de plus de sphères..., pensais-je alors avoir placé le disque sur le comptoir.

« Combien cela vaudrait-il ? » lui avais-je demandé.

« Hm ? Vous paierez ça en échange ? Eh bien... Voyons voir... Ça fait environ 12 Goldiettes, peut-être 14 ? » déclara-t-il.

Pour être honnête, c’était beaucoup.

« Et ça ? » J’avais ensuite placé la sphère sur la table.

« Hm ? Oh mon Dieu ! Qu’est-ce que c’est que ça ? Quelles belles inscriptions ! Est-ce une histoire ? Ces détails sont extraordinaires ! Où l’avez-vous eu, si je peux me permettre ? » il m’avait regardé avec des yeux curieux.

« Euh... Je l’ai trouvé dans un donjon, » avais-je dit avec un sourire maladroit.

« Intéressant ! Ça vaudrait environ 60 goldiettes ! » Il acquiesça d’un signe de tête.

« Alors, voici les deux autres. Avons-nous un marché pour les cartes ? » avais-je demandé avec un sourire en les plaçant sur son comptoir.

« Il y en a d’autres ? Mais avec le disque, ce sera plus cher que le prix que j’ai demandé ! Je ne peux pas les prendre..., » déclara-t-il en secouant la tête.

« Prenez-les, ça ne me dérange pas, » j’avais souri et j’avais pris les cartes au comptoir.

Ces morceaux de papier étaient beaucoup plus importants que certaines sphères que j’avais faites en un clin d’œil. D’une certaine façon, j’avais l’impression de tricher, mais c’était lui qui fixait le prix, donc gagnant-gagnant ?

« Très bien, si vous insistez, » il hocha la tête et prit les sphères et le disque sur le comptoir, les rangeant dans un cristal de stockage qu’il portait autour de son cou.

« Au fait, c’était quoi tout ça ? Je parle de l’homme qui a été jeté dehors tout à l’heure ? » lui avais-je demandé.

« Oh, ça ? Il est venu me demander une carte comme vous, mais il s’est moqué de mon nom. Par ici, Talcaea est aussi le nom d’une femme, » déclara-t-il.

« Alors, on a quelque chose en commun, Illsyore est aussi un nom de femme. Quoi qu’il en soit, merci encore pour les cartes. J’espère que nous nous reverrons de temps en temps, monsieur Cairen ! » lui avais-je dit en souriant.

« Bien sûr ! Quand vous voulez ! Pour les bons clients, ma boutique est toujours ouverte ! Et si jamais vous avez besoin de cartographier un donjon, je suis l’homme à appeler ! » déclara-t-il en riant.

« Je m’en souviendrai ! » j’avais ensuite quitté le magasin et j’avais absorbé les cartes.

Je voulais lui demander une chose, mais cela m’avait échappé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour ce chapitre

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre.

  4. merci pour cette deuxième partie^^.

Laisser un commentaire