J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 39 – Partie 1

***

Chapitre 39 : Ma sorte de vengeance !

Partie 1

[Point de vue de Shanteya]

L’épée de Dankyun m’avait transpercé les entrailles et était sortie par l’autre côté. Je sentais la lame froide qui coupait profondément mon corps, me blessant, me faisant saigner, me faisant frissonner. La peur avait saisi mon cœur dans ses griffes mortelles, me rappelant ma faiblesse et mon inutilité. Cette fois, c’était différent. Cette faiblesse démontrée devant Dankyun était une preuve de mon incapacité à protéger mon Maître, mon manque de force et de compétence, mon manque de détermination à obtenir la puissance dont j’avais besoin et que je désirais afin de rembourser mon Maître pour toute la gentillesse qu’il m’avait offerte depuis cette nuit fatale.

Pourtant, malgré ces sentiments et ces émotions, il y avait un autre type de peur qui tourbillonnait au fond de mon cœur et me faisait frissonner comme une petite enfant sans défense. De toute ma vie, je n’avais jamais vécu l’étreinte d’un amoureux ou même, me permettre de ressentir le toucher d’un amoureux. J’étais la Poupée Brisée envers qui personne ne désirait être, et encore moins aider ou protéger. Personne sauf le Seigneur du Donjon qui m’avait libérée, qui m’avait guérie de mes blessures et de mes malédictions, qui m’avait étreinte et embrassée sans crainte ou dégoût de qui j’étais et de ce que d’autres hommes avaient fait de moi.

À cause de cette peur de perdre celui que j’aimais, mes derniers mots envers mon Maître furent : « Je suis désolée... Illsy. J’ai échoué... »

Des larmes s’étaient accumulées dans les coins de mes yeux lorsque du sang s’était répandu autour de mes lèvres et de ma plaie ouverte. J’étais en train de mourir avec lui. Au lieu de pouvoir le sauver, j’avais permis qu’il soit tué par ce draconien, et ça fait mal, ça fait tellement mal de savoir que je n’avais pas pu empêcher celui que j’aimais d’être blessé par son ennemi. Cette douleur était beaucoup plus grande que la douleur physique causée par l’épée empalée dans mon abdomen.

« Stupide shikak ! » maudit Dankyun en tirant sa lame.

« Arg... » j’avais gémi et j’étais tombée à genoux.

Mon corps était faible et tremblait de douleur et de peur, mais même ainsi, je le regardais encore fixement. Je ne voulais pas offrir à ce monstre la joie de nous avoir vaincus, de nous avoir frappés avec une telle facilité. Ceux qui, comme lui, savouraient les moments où leurs ennemis mendiaient pour leur vie ou criaient de douleur, je ne connaissais que trop bien son espèce, et la seule chose qu’ils détestaient tous, c’était de voir leurs victimes continuer à se battre alors que l’espoir avait disparu depuis longtemps de leur bataille.

« Quelle petite femme persévérante ! » Il avait craché et m’avait attrapée par le cou.

Avec une grande facilité, il m’avait soulevée du sol et m’avait affiché son sourire victorieux. J’avais essayé de lutter face à sa prise, de me libérer de son emprise, mais la blessure dans mon intestin avait sapé ma force, la réduisant à presque rien.

« Peut-être que je devrais te torturer avant de te tuer ? Te violer jusqu’à ce que tu n’arrives plus à réfléchir ? » m’avait-il menacée.

« Désolée, mais je préfère les hommes au lit, et non pas les femmes vierges..., » j’avais souri face à lui.

Il avait perdu la tête et m’avait jetée sur le côté. J’avais atterri sur le sol, cassant mon bras gauche et roulant plusieurs fois jusqu’à ce que je m’arrête non loin de l’endroit où Nanya s’appuyait avec son dos sur un morceau de mur émietté. J’avais craché du sang et toussé. Je ne pouvais pas bouger, et ça faisait mal partout.

Est-ce que c’est ça ? m’étais-je demandé avant que ma vision ne s’estompe. Puis j’avais perdu conscience...

[Point de vue de Nanya]

Les choses ne se présentaient pas très bien pour nous. Illsy venait d’être poignardé par Dankyun et était probablement mort à la suite de cette attaque. Shanteya avait été blessée et jetée comme un chiffon inutile. Ayuseya était inconsciente et perdait rapidement du sang. Est-ce qu’il lui restait encore une minute ? J’en doutais. Quant au monstre qui nous avait mis à genoux ainsi, le monstre draconien qui jouait avec nous comme si nous n’étions rien d’autre qu’une existence inutile pour lui, il se tenait là, riant et profitant de la vue de cette destruction présente autour de nous.

Quant à moi, mon corps était engourdi, rempli de douleur, et je n’avais plus beaucoup de sang dans mes veines afin d’éloigner le froid. Il s’était déjà étendu à mes membres inférieurs et à ma queue. Ma mâchoire et mes paupières avaient l’impression d’être tirées vers le bas par des montagnes. Je ne pouvais pas les garder ouverts. J’arrivais à peine à penser, et c’était si difficile de se concentrer. En toute honnêteté, je n’avais même pas remarqué quand Shanteya s’était retrouvée à mes pieds.

C’est ça... Eh bien, je pourrais utiliser ce cristal [Téléportation], mais à quoi cela sert-il ? Sans l’aide d’un guérisseur, je vais mourir de toute façon. Dankyun l’a finalement fait... il nous a tous tués et a gagné la bataille. En le regardant, j’avais réfléchi.

Un dernier coup était tout ce dont il avait besoin pour nous tuer. Un seul coup de poing au bon endroit ou un coup de poignard direct au cœur et cela seraient finis. La décapitation était également une option, car aucun d’entre nous n’avait la force de s’opposer à lui. Pourtant, j’avais le sentiment qu’il n’allait rien faire de tout cela. Dankyun allait nous laisser nous vider de notre sang tout en se vantant de sa puissance en tant que Suprême.

Rien que de penser au fait que j’aurais utilisé un truc si pathétique pour sauver ma vie m’avait rendu malade. Si seulement j’étais plus forte...

Quant à Illsy, ce pauvre Seigneur du Donjon n’était en vie que depuis quelques semaines. Mourir ainsi surtout quand il avait montré une telle différence entre lui et les autres donjons était une honte.

Je suppose que je ne saurai jamais s’il nous aimait vraiment ou pas..., avais-je pensé et au fond de moi, je m’étais retrouvée à le regretter un peu.

« Ah ! Quelle belle journée ! » déclara Dankyun en riant. Mais il s’était passé quelque chose d’étrange.

Une vague de force avait repoussé la poussière loin du corps d’Illsy, tandis que des étincelles d’énergie apparaissaient autour de lui.

« Que se passe-t-il ? » s’interrogea Dankyun en prenant du recul et en regardant les choses étranges qui étaient arrivées au noyau de cristal vert.

BADUMP !

Un fort battement de cœur avait été entendu en provenance de celui-ci, envoyant une onde de choc autour de lui.

BADUMP !

Un autre avait été entendu.

En regardant la façon dont la terre et la poussière étaient éloignées de lui, et en voyant comment les ondes de choc de pression étaient libérées à chaque battement de cœur, j’avais l’impression d’être sur le point d’assister au réveil d’un monstre. Un frisson était descendu le long de mon dos alors que les crépitements d’éclairs de son corps s’intensifiaient, frappant les pierres et le sol autour de lui. La pression était intense.

Dankyun avait aussi regardé à ce moment-là, mais il n’avait pas envie d’attendre la fin de ce qui arrivait à Illsy. Serrant la poignée de son épée, il la souleva et se précipita vers lui avec l’intention claire de le détruire.

« N-Non..., » j’avais réussi à dire ça avec une voix rude et essoufflée.

Je ne pouvais plus faire de bruit.

Je ne pouvais que regarder avec impuissance le draconien utiliser l’épée que mon père avait construite pour me protéger, avant de frapper celui que je voulais protéger. J’avais tenté d’étouffer les vrilles d’inquiétude et de peur qui avaient resserré leur prise autour de mon cœur et affectant mon souffle pendant que je regardais la lame noire retomber sur le corps de cristal. Il n’y avait aucun moyen de le protéger ou même de me déplacer pour me placer devant l’épée comme Shanteya l’avait fait. Je pouvais à peine respirer et garder les yeux ouverts, sans parler de marcher ou de courir jusqu’à cet endroit.

Illsy..., avais-je dit dans mon esprit en attendant d’entendre les bruits de son corps. Mais cela n’était jamais arrivé.

Comme Dankyun avait le dos tourné vers moi, je ne voyais pas ce qui était arrivé au noyau de cristal.

Illsy a fait quelque chose ? m’étais-je demandé.

BADUMP ! un autre battement de cœur fort avait été entendu.

« GAH ! » le draconien avait été renvoyé dans un vol plané, s’écrasant sur les décombres du bâtiment de l’école qui se trouvait ici.

Il avait été repoussé par l’onde de choc provenant du corps du donjon. D’une manière ou d’une autre, Illsy s’était défendu contre la frappe du Suprême, mais était-ce lui qui l’avait fait ou quelque chose de mauvais arrivait-il à son corps ? Je ne pouvais pas le dire, et j’avais l’impression que j’allais aussi m’évanouir.

« Espèce de salaud ! » cria Dankyun alors qu’il sortait des décombres.

BADUMP !

Un autre battement de cœur avait été entendu, et une autre onde de choc avait été envoyée à partir de celui-ci.

À l’instant suivant, quelque chose d’étrange se produisit. Le Territoire de Donjon d’Illsy avait donné l’impression qu’il était soudainement arraché à mes pieds, se retirant dans son corps de cristal. La sensation ne semblait pas avoir été remarquée du tout par Dankyun, alors peut-être que seuls ceux d’entre nous, qui étaient liés au Seigneur du Donjon d’une manière ou d’une autre, étaient capables de ressentir cela.

Après cela, toute la lumière autour du gros cristal vert s’était concentrée à l’intérieur, et la foudre avait cessé de se former. Le pouls et les ondes de choc s’étaient arrêtés, mais il ne semblerait pas qu’Illsy soit mort. Je le voyais comme s’il était prêt à exploser en raison d’une incroyable quantité d’énergie, comme une puissante [Boule de feu] prête à exploser.

J’avais dégluti et j’avais attendu pour voir ce qui allait se passer ensuite.

Quelques secondes s’étaient écoulées sans que le corps de cristal dévoile le moindre changement.

Est-ce fini ? m’étais-je demandé.

Dankyun ne laissait certainement pas sa garde ouverte.

« Arg. » J’avais gémi et j’avais regardé en bas.

Le sang séché avait taché mon armure et mes membres, mais je ne sentais pas son odeur métallique. Mes jambes et mes bras étaient également engourdis. Même si j’essayais de faire un poing ou de bouger un doigt, je ne pourrais plus. L’ordre pour qu’il bouge ne passait pas, ou plutôt les muscles ne répondaient pas à mes ordres.

Je ne serai plus en vie très longtemps..., avais-je pensé en essayant d’arrêter toute sorte de peur et d’horreur d’accélérer le rythme de mon cœur.

Si je n’avais pas fait cela, j’aurais perdu encore plus de sang, mais si on me regardait de l’extérieur, je dirais que j’avais l’air d’un monstre sans émotion qui ne se souciait pas de ce qui allait se passer ensuite. La vérité, c’était que j’avais très peur et je ne voulais pas encore mourir, mais toute mon expérience et mes connaissances m’avaient dit de rester immobile et calme. C’était ma seule chance. J’étais suspendue à un fil mince au-dessus des mâchoires affamées de la mort.

Soudain, le cristal d’Illsy avait craqué comme si quelqu’un l’avait frappé avec un énorme marteau.

J’avais dégluti.

Une présence stupéfiante émanait du corps de cristal craquelé. C’était sorti comme une onde de choc, repoussant toute personne trop près de lui. Le sol autour du cristal avait commencé à trembler, les roches et la poussière avaient été soulevées dans l’air pendant que les éclairs zappaient tout ce qui était proche. Une quantité incroyable de mana pouvait être ressentie autour d’elle.

BADUMP !

Le battement du cœur avait été entendu à nouveau.

BADUMP ! BADUMP ! BADUMP !

L’impulsion s’était intensifiée à mesure que plus d’éclairs crépitaient dans l’air.

La lumière émanant du corps avait commencé à briller avec plus de mana à l’intérieur. Puis, soudainement, une impulsion de lumière forte avait été libérée avec l’onde de choc la plus forte d’entre toutes. J’avais fermé les yeux, mais je pouvais entendre le sol gronder comme un monstre enragé. La poussière, la terre et les petits cailloux avaient été repoussés, certains m’avaient même frappée, mais tout s’était arrêté.

J’avais lutté pour rouvrir les yeux, bien que la pensée agréable de céder et de laisser aller mon dernier souffle m’avait tentée. Le désir de savoir ce qui était arrivé à Illsy était plus fort, alors j’avais poussé et forcé ces minuscules muscles à tirer mes paupières vers le haut pour que je puisse le voir.

Il y avait un cratère parfaitement rond où se trouvait avant ça son corps de cristal vert, et au milieu de celui-ci se trouvait un homme. Le cœur de donjon avait complètement disparu, et ce qui avait pris sa place était un humanoïde se tenant avec ces 194 cm de haut, avec une peau d’un blanc pâle et un grand cristal vert au milieu de sa poitrine. À en juger par les parties inférieures sous sa ceinture, cette entité était un homme. Il avait des cheveux courts de couleur jade-vert, des yeux d’un vert émeraude profond, un beau visage et un corps en forme affichant un peu de muscles. En plus du gros cristal au milieu de sa poitrine, il y en avait cinq plus petits sur chaque bras et jambe. Ils avaient tous la même taille et la même forme et brillaient d’une douce tonalité verte. De mon point de vue, il était plutôt attirant.

De toute ma vie, je n’avais jamais vu ou entendu parler d’un être comme lui, mais ce que je savais avec certitude, c’est qu’il n’était autre qu’Illsyore, mon mari. D’une manière ou d’une autre, il avait gagné un corps humanoïde, mais allait-il être assez puissant pour vaincre Dankyun ?

Illsy..., avais-je pensé et prié pour qu’il gagne.

[Point de vue d’Illsyore]

271 ans avaient été passés dans cette obscurité, travaillant constamment sur mon corps avec peu ou pas de temps pour quoi que ce soit d’autre. D’autres donjons en plus du Primordial s’étaient révélés à moi au fil du temps. C’était un travail difficile de construire mon corps tout en les écoutant constamment, toujours en fouillant dans mes souvenirs et en se moquant de moi. Le Primordial avait essayé à maintes reprises d’expliquer pourquoi on ne devrait pas faire confiance aux organiques humanoïdes et comment les donjons leur étaient supérieurs de quelque manière que ce soit.

Ces voix chantaient des chœurs pour les sourds et des cieux peints pour les aveugles parce que tout ce qui m’importait et ce à quoi je pensais étaient de rendre mon corps aussi fort que possible afin de sauver Nanya, Shanteya et Ayuseya.

Il y avait beaucoup de choses que je devais changer, beaucoup de choses que je devais ajouter. J’avais échoué à maintes reprises. J’avais sincèrement perdu le compte du nombre d’échecs que j’avais accumulés.

Pour commencer, mon premier corps avait été terminé après seulement 6 ans de conception et de planification minutieuse. C’était un succès record, mais comme il ne durerait pas, le Primordial avait décliné son existence, m’expliquant douloureusement comment il serait vaincu par Dankyun. Il avait raison. Cette chose... n’était pas différente d’un corps humain normal. Il lui manquait même la capacité de stocker le mana.

Après avoir échoué pendant encore une vingtaine d’années, le Primordial m’avait finalement expliqué un peu comment fonctionnait le mana. Dans l’idée, c’était un effet macroscopique généré par les interactions de particules élémentaires que je connaissais déjà comme les bosons et les fermions avec un autre type de particules appelées particules MT ou particules de type magique. Elles interagissaient avec la matière et la matière noire par le biais d’ondes et de champs capables de changer littéralement les lois de l’interaction entre les bosons et les fermions et, par conséquent, les structures microscopiques et macroscopiques. Bien sûr, on ne m’a pas donné l’explication complète et tous les détails à ce sujet puisque le Primordial les avait aussi oubliés, mais on m’avait offert assez pour que je commence à le comprendre et à sentir lentement le flux de la magie. En fait, je n’avais aucune idée de la façon dont les bosons et les fermions agissaient ensemble, mais j’avais compris que grâce à mana, j’avais un certain contrôle sur les lois de la physique et de la matière elle-même.

En toute honnêteté, c’était un gros mal de tête, et il était difficile de tirer l’information en provenance du Primordial, d’autant plus qu’il y avait des moments où il... oubliait de quoi nous parlions il y a des mois ou des années.

Quant à l’utilisation des nouvelles connaissances que j’avais acquises, cela s’était avéré encore plus difficile que ce à quoi je m’attendais. Si j’avais été physicien des particules ou du moins médecin dans ma vie antérieure, j’aurais peut-être eu un peu d’aide pour comprendre ce que je faisais dans le monde. Il y avait eu des mois ou même des années où j’avais envie de devenir fou parce que je cherchais quelque chose que je ne trouvais pas. En effet, j’avais manqué de beaucoup d’informations sur la façon dont une forme de vie biologique était censée fonctionner. C’est pourquoi le Primordial avait rejeté les autres corps que j’avais fabriqués par la suite. Ils étaient littéralement rapiécés et copiés des versions des corps des autres donjons.

Essai après essai, échec après échec, le corps sur lequel je travaillais progressait et avançait. Ce n’était pas facile de réaliser ce que je voulais : quelque chose d’assez puissant pour détruire Dankyun.

Le plus difficile avait été de trouver comment transformer les points de force, d’agilité et d’intelligence en interactions réelles au niveau élémentaire. Ils ne m’avaient jamais dit comment ça fonctionnait exactement. L’obscurité voulait que j’abandonne l’idée de le découvrir par moi-même et que je l’utilise à la place. Il voulait que je crée un lien de dépendance, mais je ne voulais rien de tout cela.

Ainsi, j’avais lutté et bataillé, devinant et essayant beaucoup de choses au fil des années.

Ce qui m’avait aidé à apprendre plus rapidement, c’était les restes des corps de tous les Seigneurs du Donjon qui avaient atteint la forme humanoïde ou semi-humanoïde. Inutile de dire que la forme du corps sur lequel je travaillais allait être très différente de mon corps humain. Il devait être puissant, solide, rapide et beau.

Une chose était de faire une belle femme, je connaissais les paramètres, mais faire un homme, c’était... et bien, c’était pour le moins difficile à dire. Du bon côté des choses, la façon dont je travaillais était similaire au moulage de l’argile. Il m’avait fallu environ 67 ans pour développer et apprendre cette capacité, mais c’était loin d’être parfait. C’était la même chose avec les objets de construction, je devais juste comprendre comment contrôler le flux de magie afin de lui faire changer les propriétés et la forme d’une substance.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

15 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Vivement Mardi pour la suite !!

    • On arrive bientôt à la fin du tome...

      À la fin du tome, il y aura des sorties supplémentaires annexes faisant partie d'Aca, mais qui annonce simplement la création d'un nouveau roman issu d'Aca, avec un MC différent, mais connu.

      Malheureusement, l'auteur l'a plutôt laissé tombé, et il y a moins de 10 chapitres.

  2. Merci pour le chapitre !

  3. Ahhhhhhhhhh ahhhhhh pourquoi POURQUOI!!! dieu des gros nichons dit moi pourquoi je n'ai pas pu attendre encore un petit peu avant de lire les chapitres ahhhh torture ! torture PSYCHOLOGIQUE !!! XD .

    UN énorme merci pour tous les chapitres et je ne l'avais pas encore dit BONNE ANNÉE 2019 A TOUS

  4. merci beaucoup pour ce chapitre, vivement la suite... mais franchement, c'est amusant de nous torturer ainsi???? toujours finir quand c'est intriguant.... vous êtes vraiment sadique...

    il vas gagné et les sauvé? qui contrôle le corps finalement? il c'est fait avoir? etc etc??? plein de question sans réponse!!! (vraiment hâte de lire la suite, merci.)

  5. Merci pour le chapitre

  6. Merci pour le chap ^^ C'est clair que j'ai hâte d'avoir la suite ! Mais c'est bientôt fini ? Je ne savais pas que c'était le même auteur que pour 100 en chance ! Je me demande si cela signifie que notre donjon est abandonné définitivement...

    • Si je me souviens biens, le prochain chapitre est deux ou trois fois plus long mais il sort en une fois et cela clot le combat.

      Après ça, c'est des annexes, et on commence le prochain tome. Il y a 7 tomes pour le moment et l'auteur continue que 100 en chance et Académie, une fois l'un, une fois l'autre.

Laisser un commentaire