J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 31 – Partie 3

***

Chapitre 31 : Je fais ce que je veux, car je suis comme Divin !

Partie 3

Comme j’avais essayé de nier le fait que j’avais échoué et que maintenant Dankyun l’avait emmenée, j’étais sorti dans le monde réel.

En effet, ce n’était pas un rêve.

Ma pièce était en piteux état. Les signes de ma lutte et de ma bataille avec Dankyun étaient visibles partout. Les restes des lasers que j’avais utilisés comme dernier moyen de défense avaient été dispersés sur le sol, des éclats de cristal de puissance avaient été mélangés avec des morceaux de boîtiers en acier et des parois en Inconel découpées. Ne portez pas de bottes et vous seriez obligé de devoir en retirer de votre pied.

En regardant vers le haut, j’avais vu le grand trou dans le mur à travers lequel le Suprême draconien s’était frayé un chemin à l’intérieur, laissant la lumière du soleil inonder ma pièce. J’avais réfléchi sur tous les éclats éparpillés sur le sol.

Malgré toutes ces destructions, malgré le souvenir de ce dernier moment avant de m’évanouir quand Dankyun était sur le point de me tuer, j’étais encore en vie et sans une seule égratignure sur mon corps de cristal.

Ayuseya l’a arrêté..., avais-je pensé, mais le fait de le savoir m’avait mis en colère.

Finalement, je n’avais pas pu tenir ma promesse. J’avais donné Ayuseya à ce monstre et même si je devais attribuer ça à la fatigue et au manque de concentration, ce n’était rien d’autre qu’une excuse simple et pathétique. C’était moi qui l’avais relâchée à la fin, juste devant la mâchoire du lion.

Et si je mourais ? m’étais-je demandé.

J’avais secoué la tête. Je ne voulais même pas penser à cette possibilité.

En ouvrant ma fenêtre d’état, j’avais regardé ma réserve de mana. Elle était pleine, mais il restait encore des traces de fatigue mentale, même si ce n’était pas aussi grave qu’avant. Il y avait une autre chose que j’avais remarquée : mes auras divines.

Pourquoi n’ont-elles pas affecté Dankyun ? m’étais-je demandé.

[Protection Divine] <en tant qu’entité divine, vous êtes protégé par la plupart des attaques magiques et physiques. Les attaques primaires infligent 95 % moins de dégâts. Les attaques intermédiaires infligent 90 % de dégâts en moins. Les attaques avancées infligent 80 % de moins de dégâts. Les attaques des maîtres infligent 70 % de moins de dégâts. Les attaques héroïques infligent 60 % de moins de dégâts. Les attaques divines et les armes infligent 50 % moins de dégâts>.

Que signifient les attaques héroïques et divines ? Empereur et Divin ? avais-je pensé et puis j’avais regardé l’autre.

[Aura Divin] < vous êtes enveloppé dans une aura de guérison divine avec un rayon de dix mètres autour de votre corps pour tous ceux que vous percevez comme un Allié ou Neutre. Vous êtes enveloppé d’une aura de Dommage Divin avec un rayon de cinq mètres autour de votre corps pour toute personne que vous percevez comme un ennemi. Les dommages induits sont déterminés par la quantité de mana déversée dans l’Aura et le désir de l’entité divine ou le dieu. >

Quand Dankyun était entré, j’étais plus concentré sur ma défense que sur l’infusion de mana dans [Aura Divine]... C’était probablement si faible qu’il ne l’a même pas sentie, avais-je pensé en essayant de me souvenir de toute la bataille, mais il n’y avait que des bribes. Ma mémoire était floue, et seul le dernier moment avant que je m’évanouisse était clair comme le jour.

Avec si peu de mana, il n’y avait aucun moyen pour moi d’espérer que cette capacité lui causerait des dommages significatifs. J’avais probablement fait une terrible erreur en le combattant ici, mais il nous avait pris au dépourvu, Nanya et moi. Je suppose que cela avait démontré la différence entre la vie réelle et les innombrables jeux auxquels j’avais joué, où le héros avait toujours réussi à trouver un moyen de gagner.

C’est à ce moment-là que je m’étais souvenu à quel point cette enseignante adolescente aurait pu être blessée, et je me plaignais d’être une mauvaise excuse pour un héros et de perdre mon premier combat.

« Et alors ? Je vais gagner le prochain ! » avais-je dit en m’envolant.

Même s’il était vraiment difficile de croire en ces mots, j’avais essayé de me souvenir d’un bon conseil que mes parents m’avaient donné : « Chaque fois que tu fais face à un problème dans ta vie, qu’il soit grand ou petit, aborde-le toujours avec la mentalité que tu seras capable de le résoudre ou de le surmonter à la fin. Croire le contraire ne fera que t’alourdir et t’éloigner encore plus du succès. »

En d’autres termes, il était plus efficace de penser que l’on gagnerait à la fin que de s’inquiéter de perdre avant même que la bataille ne commence. C’est ainsi que je devais penser et continuer à me dire, mais c’était plus facile à dire qu’à faire. Les peurs intérieures étaient difficiles à surmonter, même lorsque vous aviez le pouvoir d’un donjon divin.

Pendant que je volais à travers l’académie vers l’endroit où j’avais senti la force vitale de Nanya, je n’avais même pas prêté attention à l’état dans lequel se trouvaient les élèves et les enseignants. Peut-être que je n’avais pas envie d’être témoin des conséquences de la bataille. Ainsi j’avais tout simplement survolé, ignorant tout, sauf le faible pouls que je savais provenir de ma femme.

« Nanya ! » J’avais crié en entrant dans la salle de classe.

Cet endroit avait aussi été détruit. Les fenêtres avaient été barricadées avec des bureaux et des chaises, afin d’éloigner les soldats. Il n’y avait aucun signe de bris, ce qui signifiait qu’ils n’avaient pas essayé d’entrer par ici. La salle de classe se trouvait de l’autre côté de l’académie, en face de l’entrée arrière où les soldats avaient essayé d’entrer de force.

Dans tout cet endroit, il n’y avait qu’un seul bureau comme avant, le bureau du professeur, et à côté se trouvait la femme de rang Divin.

« Illsy ? » demanda-t-elle, surprise et elle se retourna rapidement.

Son armure avait l’air horrible, et son sang l’avait taché là où elle avait été blessée par ce bâtard, Dankyun. Cela ressemblait à une vilaine coupure, mais elle ne semblait pas saigner, mais j’avais dû vérifier. J’étais inquiet.

« Nanya ! Tu es vivante ! Je suis si content ! Est-ce que ça va ? Tu saignes ? Quelque chose de cassé ? As-tu toujours ta culotte ? » avais-je demandé en étant inquiet et en volant autour d’elle comme une luciole agaçante.

Elle m’avait affiché un doux sourire et m’avait dit. « Hehe ! Je ne pense pas que cette dernière question était nécessaire, mais je vais bien, Illsy. Tuberculus m’a laissé un cristal de guérison, et je suis revenu à 100 %. Malheureusement, j’ai pris une sacrée raclée..., » avait-elle dit. Puis elle avait poussé un soupir.

« Tuberculus ? » je m’étais arrêté devant elle.

« Oui. Hm ? Tu viens de te réveiller, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle en me regardant et en inclinant un peu la tête vers la gauche.

« Oui, » répondis-je.

« Je vois..., » ses yeux regardaient le sol en ayant un peu de tristesse en eux. « Alors tu ne sais pas, n’est-ce pas ? »

« Je ne sais pas quoi ? » avais-je demandé en étant surpris. Puis un frisson avait parcouru le long de ma colonne vertébrale.

Oh non ! Il est arrivé quelque chose à Ayuseya ? Dankyun l’a tuée ? avais-je pensé.

« Dankyun et son armée de crétins ont pris Ayuseya et sont partis une heure ou deux après la fin de la bataille avec toi. Pour une raison inconnue, il pensait que tu avais reçu des ordres directs de Tuberculus, que tu es sous son contrôle ou quelque chose comme ça. Alors il l’a pris avec lui pour s’assurer que nous n’allons rien tenter de stupide. Après qu’ils soient arrivés à la cité de Therion, il va le laisser retourner à l’académie... », me regarda-t-elle. « Je ne pense pas qu’Ayuseya reviendra... un jour. »

Entendre cela avait été un peu choquant. J’étais content de savoir que Dankyun était parti, mais entendre qu’il avait pris Tuberculus et Ayuseya avec lui était un peu trop. Je voulais récupérer ma femme draconienne, et je pouvais facilement le faire en l’absorbant, mais ils tueraient le vieil homme.

« Je ne peux rien faire, n’est-ce pas ? » avais-je demandé.

« Non..., » elle secoua la tête et regarda le bureau.

Il y avait deux cristaux, l’un blanc et l’autre brun. Ils étaient les mêmes que ceux que Dankyun utilisait pour récupérer sa force lors de notre bataille. Sans ces cristaux, j’aurais pu gagner.

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je demandé.

« Il y a beaucoup de noms... Les Cristaux Magiques, les Cristaux de Sort et les Conteneurs de Sorts sont les plus couramment utilisés, » avait-elle dit en prenant le marron. « Tuberculus les a laissés ici pour moi. Apparemment, j’ai besoin de les utiliser au cas où quelque chose arriverait..., » m’avait-elle dit.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » avais-je demandé, mais j’avais le sentiment que je n’allais pas aimer la réponse.

« Il m’a laissé une note disant qu’au cas où Dankyun changerait d’avis quant au fait de le laisser partir, il me rend ces deux-là. L’un contient Régénération et l’autre Téléportation, mais il y a trop peu de mana, et je ne sais pas où cela peut nous mener, » avait-elle expliqué.

« Alors, s’il meurt... » avais-je dit.

« Ça pourrait être la façon de Dankyun de “nous remercier” pour son séjour ici. Peut-être qu’il croit que s’il le tue, tu vas devenir fou et qu’il pourra ainsi nous tuer », avait-elle dit. Puis elle avait ramassé les cristaux et elle les avait mis dans ses poches.

« Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » avais-je demandé.

« Retournons dans ta pièce... Où est Shanteya ? » me demanda-t-elle.

En me concentrant sur sa force vitale, j’avais découvert qu’elle était à l’intérieur de l’académie, debout devant la porte menant à ma pièce. Paladinus, Angius et Rufus étaient là aussi.

« Elle est déjà là..., » avais-je dit puis j’avais suivi Nanya.

Est-ce que je suis passé à côté d’elle sans m’en rendre compte ? m’étais-je demandé.

Alors que nous y retournions, nous avions vu la dévastation laissée par les soldats de Dankyun. De nombreux élèves présentaient des signes de blessure et de saignement. Ceux qui pouvaient se tenir debout essayaient de réparer l’académie au mieux de leurs capacités, essentiellement en déplaçant les décombres et en dégageant les blocs de meubles.

Certains des enseignants réguliers avaient également été blessés. Ils étaient à peine des aventuriers du rang Maître. L’un d’eux était un débutant, mais ils avaient tous un rôle dans l’académie. Les plus faibles étaient les cuisiniers. Il y en avait deux. C’était difficile à admettre, mais pendant ma bataille avec Dankyun, quelques autres étudiants étaient morts aussi, tués par les soldats qui avaient réussi à se faufiler ou par des tirs errants. Les commandants de Dankyun étaient probablement beaucoup plus forts qu’on ne le croyait au départ et avaient pris les vieux aventuriers par surprise.

La vraie vie n’était pas comme un anime où les forts pouvaient facilement sauter devant une balle et l’arrêter avec leurs dents. Il était possible que les étudiants aient été tout simplement malchanceux. Même un tir ami était une possibilité, mais je n’avais aucun doute que les enseignants faisaient de leur mieux pour assurer la sécurité des 420 élèves.

« Nanya ! Enfin ! Dis à cette folle de dégager le passage, ou bien je la ferai ! » avait avertit Angius alors qu’il pointait son épée vers Shanteya, mais elle ne bronchait même pas.

« Tu ne pourras même pas la toucher. Je te le garantis », dit Nanya en soupirant.

« Comment le sais-tu ? » avais-je demandé par curiosité.

« Tu m’en as donné la raison », répondit-elle calmement, sans donner aucune information sur ma compétence [Lien de Confiance].

« Oh ! »

« J’en doute ! Cette fille est à peine un Rang Maître ! C’est toi qui l’as testée ! » cria Angius.

« Tu devrais peut-être te calmer un peu ? » demanda Paladinus.

« Me calmer ? L’académie est un désastre ! L’un de mes élèves est mort, et c’est la FAUTE du Seigneur du Donjon ! » cria-t-il.

« Le maître n’est pas à blâmer pour la destruction de votre académie. Il l’a défendue. » Shanteya avait déclaré ça.

« Non ! Il a accueilli cette princesse draconienne et nous a tous mis en danger ! Depuis que toi et tes potes avez essayé de l’assassiner, tout a mal tourné ! Je le savais ! Je savais simplement que nous n’aurions pas dû suivre l’idée de Tuberculus ! Maintenant, regardez-nous ! » cria Angius.

« Je suis d’accord. Rien de tout cela ne serait arrivé si le Seigneur du Donjon n’était pas là », dit Rufus.

« Toi aussi, hein ? » déclara Nanya en le fixant du regard.

« Il n’y a aucun doute là-dessus ! Le Seigneur du Donjon est à blâmer pour ce gâchis. C’est pourquoi... euh... c’est pourquoi..., » Paladinus essayait de dire quelque chose, mais il hésitait.

« C’est pourquoi, quoi ? » demanda Nanya en levant un sourcil.

« C’est pourquoi nous avons décidé de détruire son noyau ! » cria Angius, mais dès qu’il avait dit cela, Shanteya avait bougé.

Avec un coup de pied plus rapide que ce à quoi il pouvait réagir, elle l’avait envoyé voler dans mon mur d’Inconel. Il avait toussé, mais elle s’était approchée et lui avait donné un coup de poing dans la poitrine, brisant son armure magique. Avant qu’il ait eu la chance de se rétablir, Angius avait un couteau au niveau du cou.

« Je vous défie de le dire à nouveau », déclara Shanteya calmement, mais son intention de tuer était si forte que je pouvais pratiquement la sentir, et Angius aussi.

« Calme-toi, Shanteya, il ne va pas le faire, » déclara Nanya.

L’El’Doraw n’avait pas battu en retraite.

« En effet, » avais-je dit. « Un suprême peut à peine couper à travers mes murs, et s’ils le voulaient, ils auraient pu utiliser la porte de derrière. Je veux dire qu’il y a un grand trou dans le mur juste là ! » avais-je dit, mais j’avais oublié que j’étais invisible.

« Nyahahahaha C’est vrai ! » Nanya semblait amusée par cela.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chap ^^ On sent que ça devient plus sombre

  3. Merci pour le chapitre.

  4. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire