J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 32

***

Chapitre 32 : Feu, du Sang et de la Confiance

***

Chapitre 32 : Feu, du Sang et de la Confiance

Partie 1

[Point de vue d’Illsyore]

De voir Ayuseya vivante et en bonne santé m’avait presque fait fondre en larmes, et j’aurais pleuré aussi si j’avais eu des yeux. Bien qu’elle pleurait et étreignait mon corps de cristal, je ne pouvais même pas lui rendre son étreinte chaleureuse. J’étais froid et immobile comme un meuble, mais à l’intérieur, j’effectuais une vraie fête emplie de joie. Pendant un moment, j’avais même oublié le fait qu’un aventurier de Rang Suprême très en colère et ennuyeux s’approchait de moi à la vitesse de l’éclair.

« Je suis si content de voir que tu vas bien, Ayuseya ! » lui avais-je dit.

« Illsy ! Illsy ! Uhu ! » me criait-elle en pleurant.

C’était plutôt embarrassant de voir la femme draconienne adulte pleurer comme ça tout en étreignant mon corps de cristal froid, mais je n’étais pas non plus prêt à l’arrêter trop tôt. J’étais content qu’elle soit ici avec moi, j’étais content que mon sort ait fonctionné et maintenant elle était en sécurité.

Celle qui nous avait ramenés à la réalité à partir de ce moment de joie n’était autre que Nanya.

« Euh... Illsy ? » dit-elle et quand je l’avais regardée, je l’avais vue debout devant le trou ouvert de mon mur d’Inconel, regardant le ciel.

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je demandé.

« Dankyun vient d’utiliser sa compétence Suprême », avait-elle souligné, « Nous devons augmenter nos armures magiques et nous cacher ! Vite ! » déclara-t-elle avec un regard alarmé sur son visage.

« Quoi ? »

J’étais sorti de la pièce et j’avais regardé le ciel. C’est avec horreur que j’avais remarqué les boules de feu qui jaillissent de la stratosphère et qui venaient vers nous. J’avais dégluti et j’avais regardé autour de moi. Nous étions en plein milieu de la zone d’impact, et tout ce qui nous entourait était sûr d’être effacé de la surface du monde par la puissante attaque. Ce qui restait de l’académie et du dortoir allait être recouvert d’une mer de flammes. Une partie de la forêt était déjà brûlée à cause de mes propres attaques plus tôt, mais heureusement, les enseignants avaient réussi à l’éteindre avant que cela ne s’étende. Malheureusement, tout cela n’avait servi à rien.

Puis-je le faire ? m’étais-je demandé, mais j’avais secoué la tête.

C’était impossible de faire quelque chose comme ça. Si j’avais pu, je l’aurais fait dès le début et je n’aurais pas perdu mon temps avec la structure en Inconel, mais encore une fois, elle s’était avérée plutôt utile quand j’en avais eu besoin. Retenir l’attaque d’un Suprême n’était pas chose facile.

En me retournant, je m’étais concentré sur les signes de vie actuels et j’avais remarqué que les enseignants et les élèves étaient déjà sortis de la zone d’impact. Contrairement à la route empruntée par Dankyun, mon tunnel était un chemin rectiligne et nivelé. C’était comme une promenade dans une ville moderne. Une distance d’un kilomètre n’était pas si importante, surtout si vous connaissiez un bon chauffeur de taxi.

Mon donjon était également hors de la zone d’impact, ce qui signifiait que nous étions les seuls ici. En regardant les boules de feu et en revenant à l’académie, je savais que je ne pouvais rien faire pour la sauver. Le bâtiment et tout ce qui se trouvait dans un rayon de 1 km allaient être détruits par cette attaque impitoyable.

J’avais dégluti et j’avais volé vers le bas. Il n’y avait plus de temps pour le débat, nous devions agir.

« Ayuseya ! Shanteya ! Nanya ! Je vais toutes vous absorber et emmener mon corps dans mon donjon ! » Les avais-je appelées ainsi.

« Illsy, je suis désolée, mais tu ne m’absorbes pas ! Je vais rester dehors et m’assurer que tu ne te coinces nulle part », dit Nanya, en frappant sa paume avec son poing et en me montrant un large sourire.

« Je comprends, » avais-je hoché la tête. Puis j’avais regardé les deux autres.

« Je n’ai rien contre ça, » répondit Shanteya.

« Moi non plus, » déclara Ayuseya tout en secouant la tête.

Après avoir absorbé les deux femmes, j’avais volé vers le bas et j’avais ouvert le chemin pour ma chute dans le plan d’eau en dessous. Le mur d’Inconel en dessous de moi était la dernière partie à enlever, mais avant cela, j’avais volé jusqu’au tunnel de fuite et je l’avais rapidement recouvert. Je n’avais pas eu le temps de concevoir soigneusement le masquage, je l’avais juste bouchée avec un amoncellement de pierres et j’espérais qu’elle durerait. Je ne voulais pas que le tunnel soit englouti par les flammes, même s’il n’avait qu’une faible chance d’atteindre les élèves et les enseignants.

« Es-tu prête ? » avais-je demandé à Nanya après mon retour dans ma pièce.

« Oui ! Maintenant, vite ! » déclara-t-elle, et je hochai la tête.

Le mur d’Inconel en dessous de moi avait disparu, et mon corps était tombé comme un rocher dans l’eau. Cela avait stoppé la chute, mais dès que j’avais été submergé sous elle, je sentais que j’avais besoin d’air. Il était clair que j’avais besoin d’air pour respirer. J’avais poussé mon corps vers le haut avec les pistons, puis je l’avais poussé de nouveau sur mon mécanisme d’échappement rudimentaire utilisant des rouleaux de bois. En levant les yeux, j’avais vu Nanya sauter dans l’eau.

« Puha ! C’est profond », déclara-t-elle, puis elle était allée sur le bord.

« Allons-y ! » avais-je dit. Puis j’avais bouché le haut du tunnel avec un tas de pierres.

Heureusement, mon corps de cristal émanait constamment de la lumière, sinon, cela aurait été complètement sombre à l’intérieur. Sans plus attendre, j’avais utilisé la [Télékinésie] pour pousser mon corps de cristal sur les rouleaux de bois. La vitesse était bonne, mais je devais être plus rapide.

Un moment plus tard, le sol avait tremblé et une forte explosion avait pu être entendue au-dessus de nous ou plutôt de derrière nous. J’avais rapidement bougé, mais juste au cas où, j’avais fait un autre bouchon de pierre derrière moi. Malheureusement, la vitesse était beaucoup plus lente que ce que j’avais prévu au départ. J’allais à la vitesse d’un escargot.

« Pourquoi n’as-tu pas construit un chariot au lieu de ça ? » demanda Nanya un peu frustrée.

« J’ai eu un moment de lag, » avais-je répondu avec un grognement avant de couvrir une autre section du tunnel derrière nous.

« Tellement d’explosions..., » déclara Nanya avec un peu d’inquiétude, vu que pendant presque une minute entière, le sol avait grondé et les murs avaient tremblé tout autour de nous.

C’était une véritable horreur pour les nerfs, et plus nous allions loin, plus je sentais le besoin de creuser et de m’échapper à la surface. Pendant un moment, j’avais cru que c’était à cause du petit tunnel, mais ça n’aurait pas dû être comme ça. Je n’avais jamais été claustrophobe, mais j’étais sur le point de trembler.

Qu’est-ce que c’est ? J’avais réfléchi pendant un moment, alors qu’il devenait de plus en plus difficile de se concentrer sur mon sort.

Les explosions s’étaient finalement arrêtées au bout d’une minute ou deux, mais je ne me sentais pas mieux. J’étais sur le point de commencer à gratter les murs. Ce que je voyais, c’était des lignes parfaitement droites qui commençaient à se tordre et à tourner. La peur s’était précipitée à travers mon corps de cristal et cela m’avait fait perdre ma concentration, ce qui avait entraîné l’échec de mon sort.

« ILLSY ! » cria Nanya quand elle vit mon corps se retourner de façon incontrôlable, alors que je vacillais dans les airs.

« Je... Je ne sais pas ce qui se passe... J’ai besoin d’air... J’ai besoin qu’il existe... J’ai besoin d’ouvrir un chemin... pour revenir en haut, » avais-je dit en essayant de me concentrer, mais tout était flou et confus.

Il y a quelques instants, il n’y avait rien qui clochait chez moi, mais maintenant je me sentais comme un rat en cage qui mordait les barres de métal pour tenter de s’échapper. Ma cage, cependant, était bizarre. Je savais que je n’avais aucune raison de craindre mes conditions actuelles parce que les murs ne s’étaient pas effondrés et qu’il y avait de l’air à respirer.

« Illsy ! » cria Nanya encore une fois.

Je l’avais regardée et j’avais failli m’étaler sur le sol. J’essayais de savoir où se trouvaient les hauts et les bas.

« Illsy ! Va ouvrir ton donjon ! C’est la raison pour laquelle tu te sens comme ça ! Il n’y a pas d’entrée dans ton donjon ! » cria Nanya, mais j’avais eu l’impression qu’elle m’avait criée dessus plus d’une fois.

J’avais hoché la tête ou secoué la tête, enfin l’un des deux.

En volant vers le haut, je me dirigeais instinctivement vers l’entrée. C’était comme une goutte de lumière brillante qui m’appelait.

Il m’appelait... Il était là...

Un rayon de lumière... Le soleil de ma planète... L’appel de mon royaume... Il était là... Lumière...

Et puis c’était arrivé. Je me tenais devant l’entrée de mon donjon, déjà ouvert et bien conçu pour inviter les aventuriers à leur perte. En regardant autour de moi, j’avais reconnu la forêt et l’emplacement. J’étais là où j’avais d’abord placé l’entrée de mon donjon. L’arbre avec une seule racine arquée sortant du sol était à gauche, un rocher avec deuxième rocher plus petit à côté de lui était à droite. Derrière moi, j’avais vu le petit chemin que Nanya avait pris pour arriver ici quand elle était venue tester les deux premiers niveaux.

J’avais cligné des yeux, surpris et j’avais réalisé que je n’avais aucun souvenir d’être venu ici. Tout ce dont je me souvenais, c’était une lumière brillante et éclatante qui m’appelait. Il y avait de l’engourdissement et le sentiment d’être pris au piège, mais c’était tout. Je n’avais pas ressenti de douleur et j’étais certain de ne pas avoir jeté de sort.

« Menu du Statut, » avais-je appelé. J’avais regardé directement ma réserve de mana.

C’était en train de se régénérer, ce qui voulait dire que j’en avais utilisé une partie.

Étrange... Je ne m’en souviens pas. Oh ouais ! La compétence de Rang Suprême de Dankyun et Nanya ! J’étais ainsi revenu sur la question la plus urgente.

En me concentrant sur sa force vitale, je l’avais sentie se déplacer lentement dans mon tunnel, poussant probablement mon énorme corps vers la dernière pièce de mon donjon.

Je me demande quels sont les dommages causés à l’académie, m’étais-je demandé en volant dans le ciel et vers l’académie.

Je n’avais pas besoin de voler jusqu’ici. Je pouvais voir le résultat très bien d’où se trouvait mon donjon.

S’il y avait un mot pour le décrire parfaitement, c’était « enfer ».

La forêt brûlait dans un grand cercle de près de 3 km de diamètre, ce qui signifiait que le sort de Dankyun était plus grand que Nanya ne l’avait prévu. C’était 1,5 km de rayon, pas 1 km. La destruction était plus que ce qu’elle avait décrit parce que chacune de ces boules de feu qui étaient tombées du ciel était l’équivalent d’une [Boule de feu] ou peut-être plus. Il y avait des cratères positionné sur d’autres cratères éparpillés dans tout l’endroit et cela carbonisait le sol au point que plus rien n’y pousserait. Quant aux bâtiments eux-mêmes, aucun d’entre eux n’était resté debout. La seule chose qui avait à peine survécu, c’était mon carré d’Inconel, si la boîte noire que je voyais, c’était bien elle. La solidité et les enchantements à température réduite avaient fonctionné comme un charme, mais sans aucun doute, il faisait probablement plus de 100 degrés à l’intérieur. Ma pièce était devenue un four chauffé par les sorts de feu destructeurs.

En étendant mes sens, j’avais détecté les signes de vie indiquant la sécurité et la survie des élèves et des enseignants. Ils étaient encore en vie, ce qui était bien, mais ils n’allaient certainement jamais retourner à l’académie parce qu’il n’y avait plus d’académie où ils pouvaient retourner.

J’étais un peu triste d’en être témoin, mais mon lieu de naissance, ma maison, mon lieu d’origine dans ce nouveau monde n’était maintenant réduit à rien d’autre qu’un champ de cendres fumantes, de roches fondues et de cratères noirs. Le jardin où les étudiants passaient leur temps libre n’était plus là. L’endroit où j’avais rencontré Ayuseya et où je l’avais entendue jouer du violon pour la première fois avait également disparu. Le dortoir avait disparu, détruit par ma bataille avec Dankyun et sa compétence Suprême. Le bâtiment de l’académie avait été réduit à un tas de décombres après avoir été impitoyablement frappé par l’attaque. Maintenant, il ne restait plus qu’une grosse boîte noire : ma salle en Inconel. La forêt entourant l’académie était en flammes. Les créatures et les monstres avaient fui de la région.

« Il a disparu... Tout a disparu..., » avais-je dit en regardant le désastre causé par le sort d’un Suprême.

Bien que j’aurais aimé pouvoir verser une larme pour la dévastation devant moi, je savais que ce n’était pas encore le moment pour une telle chose. Je devais retourner à mon corps et me préparer à l’attaque impitoyable de Dankyun. Maintenant, il n’avait absolument aucune raison de se retenir, et il était sûr de m’attaquer sans pitié.

Je dois amener mon corps et Nanya à l’intérieur de la dernière pièce, et je dois relâcher Shanteya et Nanya... Puis-je ajouter d’autres pièges, je me demande quoi faire d’autre ? m’étais-je demandé en volant vers la force vitale de Nanya.

[Point de vue d’Elovier]

Notre maître temporaire, Dankyun, était rempli de rage et de haine pour celle qui s’appelait Ayuseya. Elle l’avait berné de la pire façon possible en s’enfuyant de lui et en lui refusant le trône, mais à mon avis, je n’avais jamais vu ce draconien comme un dirigeant ou un chef de quelque sorte que ce soit. D’autre part, le Maître de notre guilde assassin la Rage du Fantôme était une autre affaire. Cet homme était au niveau d’un dieu par sa force et sa sagesse. Pendant plus de deux cents ans, il avait échappé aux autorités et avait réussi à maintenir une organisation mourante comme la plus forte qui ait jamais existé.

Il était notre maître ultime, pas ce piètre déchet de draconien, Dankyun. Quoi qu’il en soit, nous étions employées par lui, et notre seul désir était de le servir comme notre Maître, du moins jusqu’à l’expiration du contrat.

La moitié du paiement avait déjà été reçue, la partie couvrant la valeur de nos vies et la formation. Le reste serait payé après que nous ayons accompli la mission d’escorte, de protection et de renseignement pour Dankyun Alttoros jusqu’à ce que nous atteignions la frontière du Royaume de Teslov. Une fois là-bas, notre contrat était terminé, et nous pourrions disparaître.

Cependant, une chose était à mentionner. C’était que nous avions toutes les deux menti à Dankyun quant à notre puissance réelle. Au niveau de la force, nous avions déjà atteint le niveau Divin et nous approchant du Suprême. Nous étions parmi les plus fortes de la guilde, mais ce n’était rien par rapport aux Ombres Noires.

« Ma sœur, qu’est-il arrivé à la femme de chambre ? » demanda Shenner, ma sœur.

En regardant à ma gauche, je lui avais affiché un sourire, puis je lui avais dit : « Elle est morte ou elle le sera bientôt. »

« Le maître ne sait pas encore, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle, et je secouai la tête.

Bien sûr, Dankyun ne savait pas que notre autre mission ici était celle qui nous avait été donnée par le maître de la guilde lui-même : Rechercher et assassiner l’albinos el’doraw.

« Ça me rend curieuse de savoir comment elle a réussi à le faire, » Shenner avait dit ça avec un rire.

« Chut, ma sœur ! Si nous devons trouver le moyen, nous devons le détruire ou le rapporter au maître ! On ne veut pas être les prochains sur la liste des cibles, n’est-ce pas ? » avais-je dit en la regardant fixement.

Ma sœur était parfois assez idiote et ne savait pas à quel point elle était proche des paroles de trahison qui pouvaient activer notre malédiction. Nous devions être très prudents parce que nous étions assez loin du Maître.

« Oui, oui ! » elle avait fait un signe de la main, et j’avais plissé les yeux vers elle. « Tu sais, il y a une chose qui me dérange..., » déclara-t-elle.

« Quoi ? » avais-je demandé en haussant les sourcils.

« Tu te souviens du groupe de morts-vivants qu’on a combattu il y a deux jours ? » demanda-t-elle.

J’avais hoché la tête.

« Ils étaient à moitié dévorés par les asticots, et la plupart d’entre eux n’étaient rien d’autre qu’un tas d’os noirs brûlés, mais..., » elle s’arrêta et regarda en bas « Ils étaient les assassins envoyés ici avant, n’est-ce pas ? »

« Oui, » avais-je dit.

Serrant les rênes, elle avait l’air d’être sur le point de tuer quelqu’un.

« Penses-tu que cela dérangera le Maître si nous tuons celui qui leur a fait ça ? » demanda-t-elle avec un regard fou dans les yeux.

Elle s’était empressée de passer d’une émotion à l’autre comme toujours, mais cette fois, c’était différent. Sa couleur de peau avait presque entièrement changé à un bleu foncé, presque noir pour exprimer sa colère, sa haine et son désir de tuer. Quant à savoir pourquoi elle était comme ça, alors que d’habitude elle ne montrait presque rien du tout. Parmi ces assassins morts, nous avions aussi trouvé son fils. Quand nous nous étions battus avec eux, c’était moi qui avais donné le coup fatal parce qu’elle avait refusé de le faire, elle s’était simplement tenue là, en état de choc.

En général, le Maître ne nous envoyait pas après les membres de notre famille parce qu’il craint que nous hésitions. Cela s’était produit une fois, et cela pourrait se reproduire, mais cette fois, nos espions avaient confirmé leur mort. Les découvrir sous la forme de morts-vivants était une rencontre inattendue. Pour nous, la mission de « chercher et détruire » avait été transformée en une mission de vengeance.

« Ne t’inquiète pas, ma sœur. Après avoir tué celle qui s’appelle Shanteya Dowesyl, nous traquerons celui qui lui a fait ça, et nous le tuerons aussi. » Je lui avais dit ça d’une voix calme.

« Oui ! Allons-y ! Et assurons-nous de prendre le temps d’éplucher la peau de leur chair et de la manger devant eux », avait-elle dit en souriant.

Contrairement à moi, Shenner avait une ou deux vis desserrées...

***

Partie 2

Après que Dankyun ait lancé sa compétence suprême, le ciel était rempli de boules de feu prêtes à pilonner le sol vers l’oubli. Elles visaient toutes l’Académie de Magie où se trouvait le noyau du donjon. En une seule frappe, il avait l’intention d’anéantir toute forme de résistance contre lui.

Excitée de voir cette compétence en action, j’avais grimpé jusqu’à un grand arbre et j’avais regardé la scène du haut. Lorsque les premières boules de feu avaient touché le sol, on avait entendu une série d’explosions retentissantes. Le vent soufflait fort de cette direction, apportant une vague de chaleur. Le sol tremblait, et toute la forêt tremblait devant la puissance du draconien. J’avais souri et j’avais vu la zone éclairée par l’attaque.

En un peu plus d’une minute, tout avait été réduit en cendres dans cette zone. La forêt était en feu et à cause des flammes, je ne pouvais pas vraiment voir la totalité des dégâts qu’il avait causés, mais sûrement rien n’aurait pu survivre à une telle attaque. Le noyau du donjon et la princesse pleurnicheuse avaient certainement péri brûlés vifs par ces flammes.

J’avais sauté en bas et j’avais sorti une pierre de détection de niveau de donjon. Il n’y avait aucun doute que le donjon avait disparu, et je m’attendais à ne voir aucune réaction de sa part, mais au lieu de cela, j’avais vu le nombre 86 apparaissant dans une lumière dorée.

« Impossible..., » avais-je dit.

« Qu’est-ce qui ne va pas, ma sœur ? » demanda Shenner.

« Le donjon... il a survécu à l’attaque, » j’avais dit ça et après avoir dégluti, j’avais regardé Dankyun.

Il souriait, non, il courbait ses lèvres comme un dément et regardait directement ma pierre. Il était tout à fait possible qu’il ne s’attende pas à ce que son attaque détruise le noyau du donjon, mais il voulait simplement anéantir toute la zone. J’avais encore dégluti.

« Vos ordres, Maître ? » lui avais-je demandé.

« Cherchez le noyau du donjon. IMMÉDIATEMENT ! » nous avait-il crié dessus.

J’avais hoché la tête et avec ma sœur, nous nous étions mises à courir. Pour trouver le noyau, nous devions utiliser un détecteur de noyaux de donjon ou un sort. Mais une fois utilisé, le donjon s’en rendrait compte. Si nous voulions l’attaquer, nous ne pourrions pas l’utiliser furtivement.

Mais où a-t-il caché son dernier donjon ? m’étais-je demandé. Je suis sûre que nous avons vérifié partout dans cet endroit... Non, attendez ! Nous n’avons pas pu trouver beaucoup de monstres dans cette zone, et il y avait des signes de combats partout, mais nous n’avons jamais trouvé celui qui a affronté ces monstres. Qui que ce soit, il est fort, avais-je pensé en traversant la forêt juste derrière Shenner, qui avait ouvert la voie.

« Là-bas ! » elle avait crié, et j’avais regardé dans la direction qu’elle montrait.

Nous nous étions arrêtées devant ce qui ressemblait à l’entrée d’un donjon.

« Il ne semblerait pas y avoir plus de quatre, peut-être, cinq niveaux..., » déclara-t-elle.

« Je vais faire connaître ce lieu à Dankyun, » j’avais levé ma main et relâché un sort de [Boule de Feu guidée], et je l’avais laissée exploser au-dessus de nous pour lui servir de signal.

« On l’attend ou on entre ? » demanda Shenner.

« Rentrons, » avais-je dit. Puis j’étais entrée à l’intérieur du donjon, en descendant prudemment la volée d’escaliers.

C’était une longue descente, mais elle était soigneusement éclairée, du moins, à l’entrée. L’utilisation d’une compétence ou d’une potion qui nous permettait d’avoir une vision nocturne nous permettrait de nous déplacer sans avoir besoin d’une torche. Ces choses étaient plutôt gênantes parce qu’elles limitaient votre champ de vision à la zone environnante.

Une fois au premier niveau, nous avions rencontré deux chemins. L’un était à gauche et l’autre à droite. Nous étions sur le point de nous diriger dans l’une des deux directions quand soudain le mur avait glissé vers la gauche, révélant un troisième couloir.

« Que s’est-il passé ? » demanda Shenner.

« Le donjon nous invite à entrer..., » avais-je répondu.

C’était inattendu, mais ça avait marché pour nous. Il y avait beaucoup d’adversaires qui étaient assez stupides pour nous sous-estimer. Cependant, une fois que nous étions passés par là, le mur nous avait à nouveau bloqués. Mais ça n’avait pas d’importance.

« De la lave ? Au premier étage ? » déclara ma sœur.

Quoi ? C’est impossible ! avais-je dit dans mon esprit en allant vers Shenner, mais elle n’avait pas menti.

Devant nous se trouvait un couloir de lave, et la seule façon de traverser était de sauter sur certaines plates-formes. Je pouvais voir la porte ouverte de l’autre côté. C’était un exploit facile que de sauter par-dessus ou d’utiliser les plates-formes.

« Sœur, regarde ! » Shenner avait montré ma gauche.

En regardant ce qu’elle montrait du doigt, j’avais remarqué avec une grande surprise le message suivant :

{Les faibles d’abord. Allez tout droit. Quelqu’un vous attend dans le labyrinthe. Prenez le chemin de droite si vous voulez mourir ou celui de gauche si vous voulez la rencontrer.}

« Qu’est-ce que c’est ? Le donjon se moque-t-il de nous ? Nous ne sommes pas des faibles ! » cria Shenner en tapant le message. Le mur s’était fissuré en raison de la force de son poing, mais il avait été immédiatement réparé.

« Faisons ce qu’il dit. Ce quelqu’un doit être Shanteya. Elle sait qu’on en a après elle, » je lui avais dit ça et j’avais sauté sur la première plate-forme.

Elle a l’air assez solide. Est-ce que c’est un piège ? m’étais-je demandé en me rendant jusqu’au bout du couloir.

Une fois que nous étions passés par la sortie, un autre mur avait surgi derrière nous. Maintenant, c’était clair. Le donjon avait désactivé ses pièges pour nous conduire à la zone de confrontation avec Shanteya. Il nous forçait à nous battre.

Pense-t-il vraiment que l’assassin de rang Avancé peut faire quoi que ce soit contre nous ? Elle est à peine un Maître inférieur, au mieux ! avais-je pensé en suivant le chemin à travers une pièce de forme bizarre. Il ne semblait pas y avoir quoi que ce soit, ce qui m’amenait à me demander si ce donjon était au départ sain d’esprit.

« Je pense qu’il y a des pointes en bas, » déclara Shenner.

« Quel idiot tombe sur un chemin comme celui-ci ? » avais-je dit en un murmure.

« Il y a peut-être des pièges inactifs ? » m’avait-elle demandé.

« Peut-être..., » répondis-je

Lorsque nous avions atteint la fin, nous avions découvert que pour atteindre l’étage suivant, nous devions sauter dans une fosse remplie d’eau. Bien sûr, nous n’avions pas sauté comme ça. Il y avait de fortes chances que le noyau du donjon ait placé des pointes au fond pour nous briser les pieds ou nous tuer.

Nous avions deux options pour atteindre le fond en toute sécurité. L’une d’elles consistait à fixer une corde au bord, puis à descendre lentement. L’autre option était un peu plus délicate et dépendait fortement de notre agilité. En gros, nous devions sauter d’un mur à l’autre. Shenner ne m’avait pas attendue pour voir s’il y avait un moyen d’attacher une corde ici, et elle avait sauté dedans, utilisant le mur à l’avant comme prise de pied pour sauter à l’opposé.

« Allez, la lente ! » cria Shenner depuis le bas.

« Argh..., » j’avais gémi et j’avais essayé de me rappeler de la punir plus tard pour avoir crié comme ça lors d’une mission de reconnaissance.

Et puis, dernièrement, elle semble apprécier mes punitions..., avais-je pensé et sauté en avant, en utilisant le même chemin qu’elle pour atteindre le fond.

Une fois là-bas, nous avions été confrontés à un dédale assez étrange et particulier. Les murs étaient faits de métal et présentaient de petites bosses comme des vagues de mer. Ils étaient partiellement réfléchissants aussi, mais pour quelle raison le donjon ferait des murs si compliqués, je n’arrivais pas à comprendre. Une chose était certaine cependant, étant donné leur aspect compliqué, le dédale ne pouvait pas être trop grand. Il avait probablement fallu quelques mois au donjon pour faire ces murs.

« Tch ! » avais-je fait claqué ma langue et j’avais sorti mon poignard.

« On y va, chère sœur ? » demanda Shenner.

« Attention aux pièges, » lui avais-je dit.

Ainsi, nous étions entrés dans ce labyrinthe bizarre avec un seul but en tête : trouver et tuer Shanteya Dowesyl, la traîtresse qui avait fui notre Maître.

[Point de vue de Rodérique]

Je crois que j’avais été parmi les premiers à voir le signal des deux éclaireurs envoyés par notre seigneur Dankyun. L’explosion de leur sort avait suivi peu de temps après, et nous avions dirigé nos chevaux dans cette direction. Il avait renâclé, mais le Seigneur Dankyun s’en fichait, il n’avait même pas rengainé son épée après la disparition de la princesse Ayuseya sous nos yeux. Il était fou furieux. Nous l’avions tous vu lancer sa compétence suprême pour détruire l’académie.

Honnêtement, je ne voyais pas la nécessité de détruire l’académie de cette façon, mais si c’était la volonté de notre supérieur, nous, ses soldats, devions rester silencieux et le suivre partout où il nous conduisait. Du moins, on pouvait dire qu’aucun des étudiants n’aurait pu survivre à une attaque aussi terrifiante. Même les enseignants du rang Empereur avaient probablement subi de lourds dommages, mais il était étrange de constater que le noyau du donjon n’était plus là. Il semblait avoir changé de position si les éclaireurs l’avaient vraiment trouvé.

Le pire qui puisse arriver maintenant serait que nous traversions un donjon. Selon le nombre d’étages, il se peut que nous ayons besoin de faire une route d’approvisionnement avec la surface. Les éclaireurs peuvent probablement s’en charger. Pourtant, il y a une chance que nous n’en ayons pas besoin, vu la furie du Seigneur Dankyun..., avais-je pensé en regardant le draconien portant une armure de plaques et tenant une épée noire avec des runes rouges gravées dessus.

Nous avions atteint l’entrée du donjon presque une heure après avoir vu le signal dans le ciel. Après cela, nous n’avions rien vu d’autre, mais le problème était la difficulté du terrain. Nous avions même trouvé un piège placé au hasard ici. Bien sûr, le Seigneur Dankyun l’avait écrasé d’un seul coup, mais les chevaux ne pouvaient plus bouger. Nous devions les laisser derrière nous, mais de cette façon, nous pouvions nous déplacer plus rapidement dans la forêt.

La plupart de nos soldats se situaient entre le rang de Maître et celui d’Empereur. J’étais dans de rang Empereur supérieur, et très proche du rang Divin, mais la différence de force et de vitesse était considérable. Cela dit, nous pouvions tous nous déplacer aussi vite ou même plus vite qu’un cheval en temps normal.

Mon frère m’avait dit un jour que beaucoup d’aventuriers de haut rang préféraient le rythme lent d’un cheval parce que cela les aidait à conserver leur mana, mais s’ils le désiraient, ils pourraient courir plus vite qu’un cheval.

Une fois que nous avions atteint l’entrée du donjon, quatre de mes soldats étaient partis en éclaireur. Le Seigneur Dankyun était à la fin, conservant son énergie pour la bataille finale, alors que nous étions censés nous occuper des défenses et des monstres du donjon.

Le premier piège que nous avions rencontré était un escalier qui nous avait conduits profondément à l’intérieur du donjon. Les marches étaient toutes couvertes d’huile glissante, ce qui avait fait que le premier avait marché dessus était tombé avant de descendre comme un tonneau en bas d’une pente jusqu’à ce qu’ils atteignent le fond. Afin d’éviter que cela n’arrive au reste d’entre nous, nous avions commencé à ramasser de la terre et à la répandre sur les marches. Avec l’aide du cristal de stockage, cela avait été fait rapidement avant que le Seigneur Dankyun ne se mette en colère contre nous.

Lorsque nous avions atteint le fond, nous nous étions retrouvés avec le type de piège suivant, une pièce remplie d’air empoisonné. Normalement, nous n’aurions pas pris la peine de faire quelque chose contre ça grâce à nos armures magiques, mais au moment où nous nous étions approchés de la sortie, le plafond nous avait fait pleuvoir des flèches. Elles étaient toutes passées directement à travers la plupart des armures magiques de Rang Maître, blessant deux d’entre nous et en tuant même un. Les flèches l’avaient frappé droit dans les yeux, et aucun d’entre nous n’avait pu faire quoi que ce soit pour le sauver.

Nous n’avions pas d’autre choix que de détruire les pièges au plafond et les pièges à poisons dans les murs. Pourtant, les hommes commençaient à s’inquiéter. Nous avions tous de l’expérience dans l’exploration de donjons, mais aucun d’entre nous n’avait entendu ou vu un donjon capable de tuer un aventurier de Rang Maître dans la toute première salle. Malheureusement, nous ne pouvions pas reculer. Le Seigneur Dankyun nous aurait tués sans même montrer une goutte de pitié.

Avec soin, et avec nos boucliers levés, nous étions allés plus profondément dans le donjon. Le corridor nous avait faits ressentis de la sécurité au début, mais ceux d’entre nous qui pouvaient détecter les pièges avaient trouvé les pièges à pointes cachés. Nous les avions détruits et nous étions arrivés au bout du couloir.

Deux chemins nous attendaient, et tous les deux étaient couverts d’huile embrasée et brûlant tout ce qui osait passer. Pourtant, tant que nous avions de la magie de l’eau, nous pouvions l’éteindre, et c’est ce que nous avions fait. Par conséquent, nous avions fini par utiliser un souffle de vent afin de pousser la fumée et la vapeur chaude hors du donjon.

Je me tenais à l’arrière et je dirigeais les soldats, mais il était clair pour Dankyun et moi que nous n’étions pas face à un donjon normal. Ceci n’avait pas été construit dans l’intention d’attirer les aventuriers et de saper leur mana. Non ! C’était quelque chose conçu afin de tuer et de torturer ceux qui osaient mettre un pied dedans. C’était un avertissement, une déclaration impudente qu’il pouvait nous détruire, cependant, nous étions un groupe de plus de 30 soldats de Rang Maître, trois commandants de Rang Empereur et un chef de Rang Suprême. Il n’y avait aucune chance que ce jeune noyau de donjon puisse survivre à notre attaque.

« Les feux sont éteints... GACK ! » déclara l’un de mes hommes, mais avant qu’il n’ait fini ses paroles, un pic avait traversé sa poitrine depuis le côté gauche.

L’homme était tombé par terre, mort. Le pic mesurait deux mètres de long, il avait une pointe métallique et avait environ 10 cm d’épaisseur.

Tout le monde s’était éloigné du corridor lorsque nous avions réalisé que nous venions de rencontrer un autre piège, l’un placé à l’autre extrémité du corridor. La peur avait commencé à se répandre à travers mes hommes, mais le regard de Monseigneur les avait tenus à distance.

« Enlevez cette mauviette de ma vue et dépêchez-vous ! » grogna le Seigneur Dankyun.

« Oui, Monseigneur ! » avions-nous répondu avec obéissance.

Le corps avait été déplacé et deux groupes de quatre personnes s’étaient déplacés vers la gauche et vers la droite. Nous avions attendu patiemment leur retour.

« GAAH ! » Un cri avait été entendu.

« AARGH ! » Un gémissement avait été entendu de l’autre côté.

J’avais fermé les yeux et j’avais attendu. Un autre cri avait été entendu et finalement, nous avions entendu un clic. Le mur devant nous s’était ouvert, et un autre pic était sorti directement sur Monseigneur. Il l’avait attrapée à mains nues et l’avait écrasée.

Après l’avoir jetée, j’avais ordonné à deux soldats d’avancer. Le premier avait glissé sur quelque chose et ne s’était pas arrêté jusqu’à ce qu’il atteigne l’autre côté. Le plancher était recouvert d’huile glissante et un peu incliné vers l’autre extrémité. C’était une petite rampe.

« AAA ! Ça brûle ! AAA ! » L’homme avait crié de douleur avant que tout ne se calme.

L’autre soldat avait dégluti puis il avait avancé, utilisant son épée pour stabiliser sa prise au niveau de ses pieds. Pour chaque pas qu’il faisait, il poignardait l’épée dans le sol puis en utilisait une autre après ça (merci au stockage magique). De cette façon, il était arrivé à la fin et avait pu effectuer son rapport.

« Sire ! Il y a de la lave ici ! » cria-t-il.

« Tu dois te tromper. La lave n’apparaît jamais avant le 100e étage ! » déclara Dankyun un peu fâché.

C’était compréhensible. Rencontrer de tels pièges au premier étage était absurde. Cela nous faisait seulement nous inquiéter de ce que nous allions rencontrer plus loin sur notre chemin. Ce donjon était anormal, contre nature, étrange et incroyablement mortel.

« Trouvez un moyen de traverser ! » avais-je ordonné.

« Sire Rodérique, nous ne trouvons pas d’indices sur l’emplacement des deux éclaireurs, » avait dit l’un de mes soldats.

J’avais hoché la tête et regardé Monseigneur Dankyun. Il n’avait rien dit et je n’avais pas fait pression sur lui à ce sujet. En voyant un donjon si étrange, il n’était pas improbable qu’elles soient déjà mortes ou qu’elles aient pu s’enfuir avant notre arrivée.

Même moi, je commençais à m’inquiéter et je ressentais les picotements de la peur qui me mettait à l’épreuve. Il était absurde après tout de croire qu’un Seigneur du Donjon qui gère une pathétique Académie de Magie humaine pouvait construire quelque chose d’aussi absurde que ce donjon.

J’avais secoué la tête. Non ! Ça doit être une sorte de piège ! avais-je pensé. Puis j’avais saisi la poignée de mon épée.

« Faites quelque chose pour l’huile et la rampe ! » avais-je ordonné.

« Oui, chef ! » m’avait répondu mes soldats.

En utilisant plus de terre, ils l’avaient recouverte et l’avaient rendue sans danger. Nous pouvions marcher dessus. Sans la graisse, la rampe n’était pas si importante. Nous étions allés dans le couloir, mais mes soldats ne s’étaient pas déplacés plus loin que le bord de la rampe. La raison en était simple. Il n’y avait nulle part où aller.

Bien qu’il y avait eu des plates-formes devant nous, elles s’étaient déplacées très rapidement, quittant la zone et sortant des murs en un clin d’œil. Il n’y avait même pas de porte visible à la fin, ce qui me faisait penser qu’il ne pouvait s’agir que d’une sorte de puzzle ou d’un levier caché.

« Monseigneur, que pensez-vous de ça ? » lui avais-je demandé.

« Détruis le mur », nous avait-il ordonné.

J’avais fait une révérence, puis je m’étais approché du bord de la rampe. Tenant ma main en l’air, j’avais visé le mur de l’autre côté, puis j’avais chanté la courte incantation pour le sort de [Boule de feu]. Je n’y avais ajouté qu’un peu de mon mana, mais l’effet aurait dû être celui désiré. Une fois le chant terminé, l’orbe de feu s’était formé devant ma paume. Elle s’était dirigée vers le mur et avait explosé à l’impact. Ce fut un succès ! Le mur avait été détruit, réduit en pièces.

En souriant, j’avais ordonné à deux de mes hommes d’utiliser les plates-formes et d’atteindre l’autre côté.

Cela s’est avéré être un obstacle assez facile à franchir, avais-je pensé dans mon esprit en les regardant sauter habilement d’une plate-forme à l’autre, mais au moment où ils avaient atteint le dernier saut, quelque chose s’était produit. Le mur avait été couvert d’une lumière brillante et le premier soldat à sauter avait fait une rencontre avec le mur entièrement réparé.

« Non ! Non, non ! » cria-t-il en essayant d’attraper quelque chose, mais il plongea dans la lave chaude et il s’était engouffré dedans. « YEARGH ! » hurla-t-il alors que son armure magique était brisée par la chaleur, et son corps avait rapidement pris feu.

L’autre avait connu le même sort lorsque la plate-forme avait été retirée de sous ses pieds.

« NOOOO ! » il avait crié de la même manière et il était tombé.

J’avais ainsi vu deux autres de mes soldats se faire dévorer par ce donjon.

« Qu’est-ce qui se passe avec ce donjon ? » avais-je dit à travers mes mâchoires serrées et j’avais regardé le mur de l’autre côté.

« Qu’est-ce que tu fais ? Ouvre le chemin ! » ordonna Monseigneur.

Ce n’était clairement pas ma faute si ce donjon maudit avait autant de pièges, mais l’échec de mes soldats était quand même tombé sur mes épaules. Aux yeux de Monseigneur, c’était de ma faute. Leur mort n’était qu’un témoignage de mon échec en tant que commandant.

Je ne laisserai pas un donjon me ridiculiser ! pensais-je.

***

Partie 3

Il devait y avoir un moyen de passer ce champ de lave, mais s’il y avait un mur de ce côté, il y avait sûrement un levier pour passer de l’autre côté. Chaque donjon en avait un. Chaque étage avait une logique, un labyrinthe avec une seule entrée et sortie, mais avec de multiples chemins d’un point à l’autre. C’était une règle à laquelle aucun donjon ne s’est éloigné, ce qui signifie qu’il devait y avoir un moyen de s’en sortir, un moyen d’ouvrir le chemin pour Monseigneur...

Mais quoi ? avais-je grincé des dents. Puis j’avais essayé d’analyser à nouveau la pièce. Où est-il ? J’avais regardé vers le haut, mais il n’y avait rien de spécial avec le plafond. Où l’avez-vous caché ? Il n’y avait rien sur les murs non plus. Où ? Derrière nous se trouvait un chemin dégagé. Cela signifie que... J’avais regardé à l’autre extrémité du couloir. Les plates-formes étaient identiques. Les murs étaient les mêmes, mais il devait y avoir quelque chose de désactivé, quelque chose de différent.

« Il doit y avoir un levier ou un bouton caché quelque part derrière ces murs. Commencez à chercher ! » avais-je ordonné.

Les soldats avaient fouillé tout autour de moi, tandis qu’un autre commandant s’était approché de moi et m’avait tapoté sur l’épaule.

« Détends-toi ou tu vas avoir des rides ! » déclara-t-il en souriant.

« Pas le temps de se détendre ou de faire grandir les rides ! Nous devons trouver où ce levier est caché, » avais-je dit en serrant la poignée de mon épée.

Hochement de tête, il m’avait tapoté sur l’épaule.

« Dois-je essayer d’en trouver un sur ces murs ? » me demanda-t-il en montrant du doigt les quais.

« Oui, » lui avais-je répondu.

Avec un sourire sur les lèvres, il s’était éloigné et avait fait le premier saut. Il avait atterri sur la première plate-forme et avait poinçonné le mur avec son épée. Il s’était fissuré, mais aucun compartiment caché ne pouvait y être vu. Sur chaque plate-forme, il avait répété le processus jusqu’à ce qu’il atteigne la dernière. Là, le morceau de mur cachant l’interrupteur était tombé, mais il ne s’était pas arrêté pour l’appuyer. Rien ne garantissait que les plates-formes resteraient à leur place s’il le faisait. Il avait sauté sur le mur à l’extrémité et il était remonté sur la plate-forme après qu’elle se soit de nouveau étendue. Après avoir tiré le levier, il avait sauté sur les plates-formes jusqu’à ce qu’il m’atteigne. Le mur au bout s’était ouvert.

« Bien ! Était-ce vraiment si difficile ? » Demanda Monseigneur en passant à côté de nous. Puis d’un saut, il avait atteint l’autre côté.

« Non, Monseigneur ! » avais-je répondu en inclinant la tête.

J’ai déjà sacrifié trois hommes, et nous n’avons même pas dépassé le premier étage ! pensais-je. Mais je ne pouvais pas dire des choses aussi traîtres à haute voix... Si c’était le cas, ma tête aurait été la prochaine à rouler.

Après avoir franchi la fosse de lave, nous avions atteint la prochaine partie ridicule du labyrinthe. C’était quelque chose de scandaleux, quelque chose que je n’avais jamais vu ou dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. Le chemin que nous devions prendre pour atteindre l’autre côté était un labyrinthe de plaques sur lequel marcher. Sous nous, seule une fosse remplie de pointes mortelles nous attendait. Il y avait aussi des monstres ici. C’était des harpies qui volaient et qui nous criaient dessus.

Deux monstres avaient attaqué notre Seigneur, mais il les avait attrapées par le cou et les avait écrasés dans ses mains. Elles n’avaient aucune chance contre lui, mais mes soldats avaient du mal à se défendre contre ces choses.

« Tuez ces choses avec des attaques à distance ! Formez de petits groupes ! Répartissez-vous sur les plaques ! Attention aux pièges ! » avais-je ordonné et les hommes s’étaient dispersés.

« Il y a trois chemins ici, » dit Theyon.

« Prends celui de droite. Je vais à gauche, et Zarus peut prendre celui du centre. Si nous trouvons la sortie, sortez et faites-le savoir à Monseigneur. Nous prendrons chacun un groupe de cinq soldats. Les autres resteront ici avec Monseigneur, » avais-je ordonné.

Zarus et Theyon hochèrent la tête, et chacun d’eux avait choisi ses cinq soldats. J’avais fait la même chose et l’un après l’autre, nous avions marché sur les plaques. Dès que nous avions fait notre premier pas, l’une des harpies avait attaqué mon groupe et avait poussé l’un de mes hommes. Le garçon était tombé en criant. Ses paroles avaient été coupées dès qu’il avait atteint le fond. Son corps avait été écrasé par la chute ainsi que percé par les pointes.

« Ne reculez pas et continuez de pousser ! » leur avais-je ordonné.

« Oui, monsieur ! », ils avaient répondu derrière leurs boucliers.

J’avais entendu un autre cri, mais je n’avais pas regardé quel groupe avait été confronté à cette perte malheureuse.

Quand je m’étais approché assez près du lieu d’invocation des harpies, je l’avais visée avec une [Boule de Feu guidée] en plein sur l’ouverture et je l’avais laissée exploser à l’intérieur. C’était fini avec les harpies. Nous n’avions qu’à tuer le reste, et nous étions en sécurité.

« GYAAH ! » avait crié un autre soldat derrière moi.

En regardant en arrière, j’avais vu l’homme cracher du sang et tomber du rebord. Son dos était percé de flèches enchantées qui ignoraient notre Armure Magique.

Ce donjon est terrifiant..., avais-je pensé en regardant le cadavre en dessous de moi. Il n’y avait rien que je puisse faire pour lui, alors j’avais continué à avancer. Nous avions aussi veillé à protéger nos arrières face à ce genre de pièges.

« NON ! » cria un autre soldat, et je ne pouvais que grincer des dents.

Celui-ci ne faisait pas partie de mon groupe, mais quand même...

Jusqu’à ce que nous atteignions cette satanée Académie de magie, nous n’avons même pas perdu un seul soldat sur l’ensemble de notre voyage jusqu’ici ! Nous avons combattu des bandits, des monstres, navigué sur les mers et volé à travers les cieux. Et pas même un seul de nos soldats n’est tombé en proie à ces dangers..., m’étais-je dit en me souvenant avec quelle facilité nous avions traversé un continent entier pour être frappés par une simple Académie de Magie humaine.

C’était honteux.

« C’est la fin ! » avais-je dit aux soldats derrière moi.

Nous nous étions hâtés et avions atteint la porte en toute sécurité.

D’une simple pression, nous l’avions ouverte et nous étions entrés. Ce que nous avions vu n’était pas une sortie. C’était une salle de Boss. Les harpies et les diablotins nous regardaient fixement, tandis que le Minotaure, au milieu, se levait et soulevait ses armes.

Vous devez vous moquer de moi..., m’étais-je dit. Mais au moins, c’était un adversaire que nous pouvions gérer.

« Tuez-les tous, » avais-je ordonné. Puis j’avais pointé mon épée vers les bêtes.

La bataille avait commencé. Mes soldats s’étaient éloignés et avaient attaqué les harpies et les diablotins. Les monstres étaient acceptables pour les premiers étages, mais toujours impossibles à trouver sur le premier étage d’un donjon.

Pendant que mes hommes s’occupaient du menu fretin, j’avais sauté sur le boss. Renforçant mon corps avec un Buff, j’avais utilisé Charge et j’avais plongé mon épée dans le ventre de la bête. La coupure était là, mais la créature n’avait pas abandonné. C’était que la première frappe. Le Minotaure avait reculé et avait essayé de bloquer avec ses armes, mais il n’avait aucune chance de réussir. Les cercles qui appelaient les bêtes avaient été brisés et en utilisant la Charge Éclair, j’avais glissé à travers ses défenses et j’avais atterri à côté de lui pour lui faire un coup en plein cœur.

La bête avait finalement été tuée.

Il s’agissait de notre victoire complète.

« Bon travail ! » avais-je dit en souriant en essuyant l’épée du sang du Minotaure.

« Monsieur ! Je crois qu’il y a quelque chose ici ! » déclara l’un de mes soldats.

« Faites attention où vous marchez là bas, » lui avais-je dit. Mais c’était la dernière fois que j’avais pu lui parler.

À son premier pas, d’innombrables petites flèches l’avaient frappé, perçant son armure magique comme si ce n’était rien et s’arrêtant à l’intérieur de sa chair. Elles avaient traversé les fissures de son armure et l’avaient tué. L’homme était tombé par terre sans même crier.

J’avais grincé des dents à l’idée de perdre un autre soldat.

« Laissez-le là. Nous reviendrons vers Monseigneur Dankyun et lui dirons que c’est une impasse, » je leur avais donné l’ordre de sortir de la pièce, le bouclier levé et préparé à une éventuelle attaque-surprise.

À notre retour, les autres groupes avaient aussi terminé. Le deuxième groupe avait perdu tous ses soldats, tandis que Zarus n’en avait perdu qu’un seul. C’était un retour pathétique, pas digne des commandants draconiens sous les ordres d’un draconien suprême.

« Je n’ai rien trouvé sur le chemin de gauche, Monseigneur, » j’avais fait mon rapport en m’agenouillant devant lui.

« Le bon chemin doit être celui du groupe de Zarus, » Theyon avait également effectué son rapport.

« Le chemin du centre mène à l’étage suivant, » annonça finalement Zarus.

« En avant, dans ce cas, » Dankyun hocha la tête et pointa sa main vers la sortie.

« Comme vous l’ordonnez, Monseigneur ! » avais-je dit.

Tout le groupe le suivait maintenant, tandis que les soldats blessés essayaient de panser leurs blessures du mieux qu’ils le pouvaient. Ceux qui avaient des compétences en matière de guérison s’étaient avérés utiles en ce moment.

Lorsque nous avions atteint la fosse menant à l’étage suivant, j’avais vu comment ils avaient perdu le reste de ses soldats. Ils avaient tous fini écrasés sous un rocher géant, maintenant fendu en deux par un puissant coup de poing. Je me demandais si nos hommes étaient vraiment pathétiques ou si ce donjon était vraiment si dangereux.

Nous avons perdu tant de choses et nous avons à peine commencé à explorer cet endroit..., avais-je pensé en regardant dans la fosse, où l’on pouvait voir une flaque d’eau tachée par le sang d’un draconien.

« Je vais installer une corde, » avait dit un soldat avant de prendre une corde de son cristal de stockage.

À l’aide de deux gros clous métalliques et de son propre poing, il l’avait fixé au sol et l’avait laissé s’étaler jusqu’en bas. C’était un peu plus long, alors cela avait atterri dans l’eau. Cinq soldats l’avaient d’abord utilisé pour s’assurer qu’il n’y avait pas de danger, puis Theyon avait suivi. Après ça, cinq autres soldats. Ils étaient tous descendus en toute sécurité et avaient aussi évité de tomber dans la fosse d’eau.

Quand c’était arrivé au tour de Dankyun, il n’avait pas besoin d’utiliser l’échelle de corde. Monseigneur avait sauté d’un mur à l’autre jusqu’à ce qu’il atteigne le fond, nous démontrant une fois de plus la différence de force et de vitesse. J’étais le dernier à sauter, m’assurant qu’aucun monstre ou piège n’était déclenché après nous.

Ce qui nous attendait, c’était un étrange labyrinthe tordu, et à l’entrée même, il y avait une scène digne de retourner l’estomac d’un guerrier ?

« Seigneur du Donjon ! Je vais TE TUER ! TU M’ENTENDS !? JE TE DÉTRUIRAIS POUR CELA ! » cria Monseigneur Dankyun.

« Hein ? Désolé ! Tu as dit quelque chose ? Je ne faisais pas attention. Quoi qu’il en soit, amuse-toi bien dans mon donjon ! » La voix du Seigneur du Donjon avait été entendue venant de derrière nous.

Nous nous étions tous retournés, mais nous n’avions rien vu là-bas. Cependant, notre échelle de corde avait disparu et de l’huile glissante s’était déversée sur les murs depuis le haut, ce qui avait rendu le voyage vers l’arrière très difficile. Il voulait nous piéger ici, nous tuer.

Par les dieux... dans quel genre de donjon sommes-nous arrivés ? m’étais-je demandé en ressentant un frisson de peur qui parcourrait tout mon corps.

En effet, pour la première fois depuis que j’avais pénétré dans ce donjon, j’avais eu peur...

[Point de vue d’Illsyore]

Cela s’était passé quelque temps avant que les deux assassins n’entrent dans mon donjon.

J’avais trouvé Nanya debout sur le dessus de mon corps en cristal vert et nous poussant tous les deux à travers le tunnel sur ces rouleaux de bois. Grâce à sa force inhumaine, l’exploit était beaucoup plus facile à accomplir qu’il ne l’aurait été autrement. Quoi qu’il en soit, il était clair qu’elle avait besoin de mon aide.

« Désolé d’être en retard ! » lui avais-je dit. Puis j’avais rapidement utilisé ma [Télékinésie] pour pousser mon corps et le guider sur le bon chemin.

« Bienvenue, Illsy ! J’étais à ça de briser ton corps inutile en morceaux ! Tu n’aurais pas pu construire un chariot de mine ou quelque chose comme ça ? » me demanda-t-elle en me regardant fixement.

« J’ai eu un moment de latence quand j’ai construit ça..., » avais-je avoué.

En effet, un chariot de mine aurait rendu les choses beaucoup plus faciles et plus simples, mais en toute honnêteté, je n’avais aucune idée de la façon dont je pouvais le construire. Mon esprit n’avait fait que contourner l’idée d’utiliser [Créer une pièce] pour créer chaque pièce individuelle et ensuite l’assembler. Cela semblait très gênant, mais pas impossible.

« Bref, j’ai ouvert le donjon, il ne me reste plus qu’à m’installer..., » lui déclarai-je.

« Je vais aussi défaire mon sceau. Cela va prendre un certain temps, malheureusement... », avait-elle dit en secouant la tête et en croisant les mains au niveau de la poitrine.

« Combien de temps ? » lui avais-je demandé.

« Je ne sais pas. Cela fait un certain temps que je ne l’aie pas fait la dernière fois, et plus on se scelle longtemps, plus il est difficile de se desceller soi-même », avait-elle incliné la tête vers la gauche, plissé son front et soupiré.

« Qui t’a scellée ? » demandai-je.

« Je l’ai fait... Je n’aime pas vraiment ma vraie forme..., » elle secoua la tête et baissa les yeux.

« Je vois..., » dis-je.

Il n’était pas nécessaire de pousser la question plus loin, il était clair que c’était quelque chose dont elle ne voulait pas parler, mais cela m’avait rendu curieux au sujet de sa forme réelle. Mon imagination était déjà en ébullition avec différentes versions d’elle, la plupart inspirées d’anime et de manga, mais je doutais fortement qu’aucune d’entre elles ne s’approche de la réalité.

Dix minutes plus tard, nous étions arrivés dans ma pièce. Nanya avait sauté et avait jeté un coup d’œil autour de nous. C’était une grande salle circulaire, assez spacieuse et avec mon corps positionné à l’arrière. De nombreux lasers étaient répartis dans la pièce, capables de viser n’importe quel point de la pièce. Ils étaient beaucoup plus puissants que ce que j’avais à l’académie. Une seule de ces choses était assez puissante pour déchiqueter l’armure magique d’un rang Maître en un seul coup. J’en avais probablement besoin de deux pour un Empereur. Ils étaient légèrement plus forts que les autres placés à l’intérieur du donjon dans le but d’abaisser l’armure de Dankyun. Une fois qu’il aura atteint le labyrinthe, j’avais prévu d’utiliser de petits sorts pour le forcer à attaquer et à utiliser son mana. Je n’avais aucune idée du nombre de cristaux qu’il avait sur lui, donc il valait mieux que je fasse tout ce que je pouvais pour l’affaiblir.

Après avoir placé mon corps à l’endroit désigné, j’avais revérifié toutes les défenses et les mécanismes d’attaque que j’avais conçus pour cette pièce. En plus des lasers, j’avais aussi des boucliers en Inconel enchanté qui surgissaient du sol devant mon corps. Un cristal de puissance électrique y avait été placé dans le seul but d’électrifier le sol.

Tout le reste dépendait de mes sorts. Cette fois, j’étais prêt à rencontrer Dankyun avec mes auras complètement chargées et des sorts prêts à exploser sur lui. Malheureusement, le labyrinthe de ce donjon n’était pas encore terminé. Je n’avais pas le temps de le faire, donc je devais faire quelque chose.

« Je vais augmenter la taille de la salle et créer un tas de cercles d’invocation avec [Créer un cercle d’invocation de base pour <Type> <Nombre> Monstres], mais d’abord, je vais améliorer cette compétence. Statut, » avais-je dit. Puis l’écran était apparu devant moi.

[Niveau] : 86

[Force] : 200 +1000

[Agilité] : 150 +1000

[Intelligence] : 225 +1000

[Mana] : 8120

[Régénération de mana] : 30 points de mana par seconde.

[Points disponibles] : 295

[Points de compétence disponibles] : 180

Sans délai, j’avais utilisé 250 points dans ma Régénération de Mana. Comme 25 points signifiaient 1 point par seconde, ce qui avait porté ma Régénération de Mana à 40 points par seconde. Tout le reste avait été ajouté à Intelligence, un total de 45 points, m’accordant 225 autres points de mana à ma réserve totale.

La dernière chose que j’avais faite, c’était d’utiliser mes points de compétence.

J’avais choisi [Glacier Infernal X10] pour l’améliorer.

Le prix était de 25 points de compétence pour chaque niveau.

[Glacier infernal X10] >[Glacier infernal X20] >[Glacier infernal X30] >[Glacier infernal X30] >[Glacier infernal X30] <Coût réduit de 25 % et Puissance augmentée de 10 %> >[Glacier infernal X50].

Ces quatre niveaux avaient épuisé 100 points de compétence, mais il m’en restait encore 80.

J’avais choisi de l’améliorer à nouveau, mais cette mise à niveau nécessitait 50 points de compétences.

J’avais accepté et j’avais reçu :

[Glacier infernal X60] <Dommages doublés. Surface d’éclaboussures de feu liquide doublée. Coûts réduits de 50 %>

Un large sourire était apparu sur mon visage au moment où j’avais vu cela. Je n’avais plus que 5 points de compétence, mais cela valait TOTALEMENT la peine.

Maintenant, la compétence m’avait dit la chose suivante dans la description :

[Glacier infernal X60] <Permet de créer 60 lances de glace avec une pointe dentelée et couverte de feu liquide. Le noyau de la lance est à 150 degrés sous le point de congélation de l’eau. Le feu liquide est à plus de 4500 degrés au-dessus du point de congélation de l’eau. Au moment de l’impact, le feu liquide se propage et adhère à la cible, tandis que la pointe dentelée de la lance de glace explose à l’intérieur. Capacité d’amélioration : Les dommages causés par chaque lance de glacier infernal sont doublés. Le Feu liquide se propage deux fois plus loin lors de la détonation. Coût : 100 points de mana>

L’un de ses sorts était l’équivalent de 6 invocations de [Glacier infernal X10] et deux fois moins cher.

Ainsi, je m’étais retrouvé avec les statistiques suivantes :

[Niveau] : 86

[Force] : 200 +1000

[Agilité] : 150 +1000

[Intelligence] : 270 +1000

[Mana] : 8345

[Régénération de mana] : 40 points de mana par seconde.

[Points disponibles] : 0

[Points de compétence disponibles] : 5

Ça en vaut la peine ! pensais-je avec un sourire.

***

Partie 4

« Eh bien ? » demanda Nanya en plissant les sourcils.

« J’en ai fini avec mes améliorations... Je vais aller rapidement améliorer ce niveau et me diriger vers l’intérieur pour parler avec Ayuseya et Shanteya au sujet de la bataille à venir. Qu’est-ce que tu vas faire ? » lui avais-je demandé.

« Je vais m’asseoir ici et méditer, car je veux neutraliser ce sceau avant de faire face à Dankyun », avait-elle dit avec un haussement d’épaules et c’était ce qu’elle avait fait ensuite.

Nanya s’était assise là où elle se tenait, croisant les jambes et entrant dans la position du lotus. J’avais cligné des yeux un peu surpris quand je l’avais vue agir ainsi, mais j’avais haussé les épaules et j’étais parti pour réparer ce niveau.

Comme je ne pouvais pas finir tous les murs et les pièges que j’avais initialement prévus, il ne restait plus qu’à balancer en masse les pièges et les monstres. Tout d’abord, j’avais augmenté la taille de la pièce en y ajoutant six mètres supplémentaires. Dans la zone située entre la zone optimale du laser et le mur, j’avais placé autant de cercles d’invocation que possible, versant au moins 2000 points de mana dans chacun d’entre eux. J’avais aussi fait en sorte que les cercles soient placés pour engendrer deux monstres d’une valeur de 1000 points chacun.

Sur le mur extérieur, j’avais relié les autres murs du labyrinthe et j’y avais rapidement ajouté quelques pièges. Avec l’augmentation de ma régénération de mana, cette action s’était déroulée beaucoup plus vite que je ne l’avais prévu au départ. C’était pratiquement le double par rapport au premier jour où j’étais venu au monde.

De mon point de vue, il était clair que j’avais précipité les choses ici, mais je doutais que quelqu’un comme Dankyun ou ses soldats puisse le remarquer. Au mieux, ils croiraient seulement qu’ils avaient atteint une partie beaucoup plus facile de mon donjon.

J’étais retourné à mon esprit intérieur et je m’étais dirigé directement vers Shanteya et Ayuseya. Elles étaient ensemble et parlaient de quelque chose.

« Maître ! Est-ce que ça va ? » demanda Shanteya inquiète dès qu’elle m’avait vu arriver.

« Je vais très bien. Nous avons réussi à fuir en toute sécurité, et nous sommes maintenant à l’intérieur de mon donjon, » leur avais-je dit avec le sourire.

« Je comprends. Maître, je..., » Shanteya s’était arrêtée quant à ce qu’elle allait me dire et elle avait regardé Ayuseya. « Non, il vaut mieux que vous lui parliez d’abord. Mon affaire peut attendre..., » la belle El’Doraw avait hoché la tête et s’était éloignée de moi.

Tout en clignotant des yeux en raison de la surprise, j’avais regardé Ayuseya et je m’étais approché d’elle.

« Désolé, je n’ai pas tenu parole..., » lui avais-je dit. Puis j’avais regardé vers le sol.

« Illsy..., » elle avait dit ça et quelque chose d’incroyable s’était produit.

Ayuseya s’était envolée vers moi, elle avait soulevé mon menton et m’avait embrassé. Elle était un peu maladroite avec son baiser, mais c’était un vrai baiser sincère, sans entraves, et sans chaînes pour la retenir. Elle m’avait enveloppé de ses bras et m’avait tiré plus près d’elle alors que nous partagions notre deuxième baiser, mais cette fois, c’était moi qui menais.

L’ambiance était si agréable et relaxante que j’avais complètement oublié Dankyun et sa bande de rats, mais ce n’était pas une mauvaise chose. J’avais découvert que j’aimais embrasser Ayuseya autant que Shanteya. La tenir dans mes bras et sentir sa grosse poitrine appuyée sur la mienne m’avait apporté un sentiment de confort. La draconienne était douce dans son étreinte, mais moi aussi.

Je m’étais ensuite souvenu de mon rêve où Alina m’avait montré cette photo avec elle, puis avec Ayuseya, Shanteya et Nanya. Je suppose que j’avais fait mon choix. J’aimais Alina, mais notre voyage ensemble était terminé. Elle était dans son monde, sur Terre, et j’avais trois charmantes femmes qui m’attendaient ici. Ce n’était pas difficile de choisir entre ces deux choix, c’était juste qu’au fond de moi, je maintenais toujours ma relation avec Alina, et cela ne m’avait pas permis de me consacrer complètement au nouvel amour que j’avais trouvé ici. En effet, cela n’avait pas mis des années à se former. Il y avait des circonstances très étranges et uniques, mais à la fin, ce qui comptait, c’était les sentiments purs et intacts entre nous.

Ce qui compte, c’est ce que tu as ressenti quand tu lui as ouvert les chakras du ton cœur... C’est ce que mon amie avait l’habitude de dire, bien que je n’ai jamais compris le sens de ces mots, avais-je pensé. Puis j’avais ouvert les yeux.

[Épouse : Ayuseya Drekar Pleyades — Admissibilité au [Lien de Confiance] confirmée.]

Souhaitez-vous appliquer [Lien de Confiance] sur Épouse : Ayuseya Drekar Pleyades ? O/N.

Oui..., avais-je pensé. Le message avait disparu.

En regardant maintenant dans les yeux d’Ayuseya, j’avais remarqué quelque chose d’étrange. Son expression mignonne avec un sourire doux sur ses lèvres était charmante et attirante.

« As-tu toujours été aussi belle ? » lui avais-je demandé ça quand j’avais bougé mes doigts dans ses cheveux roux.

C’était étrange que je n’aie jamais remarqué quelque chose comme ça jusqu’à maintenant.

« Peut-être, mais je suppose que ça le confirme..., » elle avait dit ça et regardé en bas.

« Quoi ? » avais-je demandé.

« Tu m’as demandé si je peux te faire confiance..., si je peux vraiment te faire confiance... Ce que tu as fait pour moi aujourd’hui. Ce que tu as fait pour moi depuis mon arrivée dans cette académie : me sauver des assassins, me guérir de mes malédictions et me protéger de Dankyun... Ce sont des choses que personne d’autre n’aurait osé faire même s’ils savaient qu’ils le pouvaient... », dit-elle en souriant doucement et en tenant mes joues dans ses paumes. « Illsy, je sais que je ne suis pas digne, mais je pense que je t'aime, et je souhaite devenir ta femme », elle avait secoué la tête. « Non, tu es le seul que je puisse accepter comme mari... Le seul à qui je souhaite me consacrer pleinement. Si cela signifie te confier tout mon être, alors qu’il en est ainsi », déclara-t-elle avec un doux sourire, et les larmes coulant sur ses joues.

Quand on se confesse comme elle, comment pourrais-je dire non ? J’avais hoché la tête et je l’avais embrassée à nouveau.

Un instant plus tard, nos lèvres se séparèrent, et je lui avais dit : « Alors je ferai tout ce que je peux pour accepter ton amour et y répondre avec le mien. »

En fin de compte, l’amour était de ressentir cette étrange attirance au fond de votre poitrine envers une autre. Le sentiment était comme un ouragan d’énergies positives, tourbillonnant et coupant constamment votre souffle. Vous vouliez être à côté de cette autre personne, et vous vous sentiez complètement ouvert envers elle. Une confiance et une compréhension mutuelle se sont épanouies à partir de cette énergie. La connexion avait été établie lorsque l’autre avait répondu.

Dans mon cas, Ayuseya l’avait commencé, et je lui avais répondu en le laissant apparaître aussi dans mon âme. J’avais ressenti la même chose pour Shanteya et peut-être même pour Nanya. Là où cela nous mènerait, cela restait à voir, mais pour l’instant, j’avais d’autres choses à régler.

« Ayuseya, je ne vais pas te rendre à Dankyun. Après ça, je n’y penserai même plus. Toi, Shanteya et Nanya..., » j’avais fermé les yeux un instant et pris une grande respiration alors que je me préparais à cette déclaration. « Vous êtes toutes mes femmes, les femmes que j’aime, mes amies, et je veux être avec vous toutes et ne pas laisser un autre homme vous toucher ! C’est peut-être égoïste de ma part de désirer une telle chose, mais si vous avez été amenés devant moi par le destin, alors les dieux approuvent sûrement mon amour envers vous trois ! Alors oui, je vous veux toutes ! »

« Cela me rendrait très heureuse », répondit Ayuseya.

« Moi aussi, Maître ! » déclara Shanteya.

Il ne restait plus que Nanya, mais je n’avais pas encore trouvé le moyen de la convaincre de me faire confiance ou plutôt du faire disparaître cette peur de moi.

« Maintenant que c’est réglé. Vous avez toutes les deux [Lien de Confiance] activé et réglé au maximum, ce qui signifie que Shanteya reçoit 50 % de mes statistiques, et Ayuseya 70 %. Cela signifie qu’Ayuseya a la même force et la même vitesse qu’un Suprême, et Shanteya un Suprême inférieur, » leur avais-je expliqué.

« Suprême ? Mais comment est-ce possible ? » demanda une Ayuseya confuse.

« C’est ma capacité. Mes épouses que j’aime et en qui j’ai confiance, et qui m’aiment naturellement et avec désintéressement et me font confiance en retour reçoivent l’équivalent de 70 % de ma puissance, » avais-je expliqué avec un sourire.

« Pour me confier un tel pouvoir..., » Ayuseya secoua la tête, « je ne sais pas si je suis digne... » dit-elle.

« Je ne vois aucune raison pour laquelle je devrais avoir peur ou refuser ça, » avais-je dit. Puis je l’avais prise dans mes bras. J’avais même tiré Shanteya dans une étreinte commune. « Vous êtes toutes les deux mes jolies femmes, en qui j’ai confiance avec ma vie et mon pouvoir ! Seul le temps nous dira si vous le serez, mais jusqu’à présent, je crois que vous convenez et j’espère que cela ne changera jamais ! »

« Merci..., » dit Ayuseya.

« Moi aussi..., » rougit Shanteya.

« En parlant de ça, qu’est-ce que tu voulais demander ? » j’avais regardé mon adorable esclave el’doraw.

« Maître, les deux sœurs el’doraw qui sont venues ici avec Dankyun... Je veux croiser les poignards avec elles. Elles sont après moi. Je suis leurs missions, et je tiens à préciser que je n’ai aucun désir de quitter vos côtés et de retourner à cet endroit », avait-elle déclaré avec la main sur son cœur.

« Je vois..., » j’avais baissé les yeux un instant, mais je savais que si elle voulait vraiment le faire, je n’avais pas le droit de lui dire « non ». En outre, j’avais confiance qu’elle avait à la fois la force et la capacité de vaincre ces deux-là. « Très bien ! Je le permettrai ! Mais si les choses tournent mal, appelle-moi. D’accord ? » lui avais-je dit.

Elle avait hoché la tête et embrassé ma joue.

« Illsy, je veux aussi me battre. » Ayuseya avait dit ça tout d’un coup.

« Euh, je ne pense pas que tu puisses vaincre Dankyun..., » lui avais-je répondu.

La dragonne secoua la tête.

« Pas Dankyun, mais ses commandants du rang Empereur. Ils n’ont aucune loyauté envers la famille royale Pleyades, et je crois qu’ils ont l’intention de nous détrôner. Si je le peux, je ne permettrai pas qu’une telle chose se produise, » avait-elle déclaré en serrant le poing.

« Je vois, mais il y a une grande différence entre vous deux. Au moins, Shanteya s’est entraînée pour bien contrôler sa soudaine augmentation de force, mais tu as été scellée toute ta vie..., » je l’avais prévenue ainsi.

« Oui, je sais. C’est pourquoi je ne demanderai pas d’y aller seul, mais que tu m’accompagnes aussi... Je veux prouver que je ne suis pas la même petite princesse faible... ou du moins essayer, » déclara-t-elle.

Franchement, je ne savais pas quoi lui dire. Si je disais oui, Ayuseya pourrait se retrouver dans un plus gros problème par le simple fait qu’elle ne pouvait pas contrôler sa force. Mais celle qui était venue à mon secours, c’était Shanteya.

« Princesse, avec tout le respect que je vous dois, je ne crois pas que vous puissiez le faire. Votre armure magique est bien plus faible que celle d’un rang Intermédiaire. Ces commandants ont à la fois la force et l’expérience militaires pour vous vaincre. Je parle par expérience parce que je sais aussi ce que cela signifie de recevoir le coup de pouce d’Illsy en force et en vitesse. Vous n’êtes pas encore prête, Ayuseya, » déclara Shanteya.

La princesse draconienne avait l’air un peu déçue, mais elle avait accepté son sort et avait hoché la tête. Ce n’était pas encore son heure. C’est tout ce que...

« Je comprends, j’étais peut-être un peu trop excitée à cause de la force dont tu m’as parlé... », m’avait-elle affiché un petit sourire.

« Quand tout ça sera fini, je prendrai mon temps et je vous formerai correctement, Princesse, » déclara Shanteya.

« Qu’il en soit ainsi ! », acquiesça-t-elle.

« Il est encore temps avant qu’ils arrivent ici. Je peux te laisser sortir et enchanter ta robe pour qu’elle ne se casse pas si tu t’en sers à fond, » lui avais-je dit.

« Très bien. Mais juste pour que tu saches, cela ne me dérange pas d’être vue nue par toi, mais je n’aimerais pas être regardée par d’autres hommes, » répondit-elle en riant.

Cela dit, j’avais libéré les deux femmes et j’avais enchanté les vêtements d’Ayuseya pour survivre à son soudain regain de force. Nanya n’avait même pas ouvert les yeux pour nous regarder, elle avait continué à méditer et à se concentrer sur la libération de son sceau.

« Quelqu’un s’approche de mon donjon..., » leur avais-je dit quand les deux assassins el’doraws avaient découvert l’entrée.

« Maître ? » demanda Shanteya avec un peu d’inquiétude dans les yeux.

« Je vais te préparer le terrain... Prépare-toi, » déclarai-je.

« Oui, Maître ! » répondit Shanteya.

Et ainsi, la bataille allait commencer... avec comme statistiques. C’est ce que j’ai vu dans leurs deux fenêtres d’état :

**********************************************

[Nom] : Ayuseya Drekar Pleyades

[Espèce] : Hybride de Draconien et Vrai Dragon

[Race] : Or

[Niveau] : 48

[Force] : 224 +840

[Agilité] : 200 +805

[Intelligence] : 216 +889

[Mana] : 5525 +5841,5

[Régénération de mana] : 0,33 +28 points par seconde.

[Lien de Confiance] <70 %> Changer ? O/N

[Points disponibles] : 0

[Compétences] > Énumérer toutes les compétences ? O/N

[Points d’aptitudes disponibles] : 0

[Allégeance] : Omniak Drekar Gladarash, Dieu des anciens dragons.

[Conjoints] : Illsyore

[Esclaves] : Aucun

[Animaux] : Aucun

[Larbin] : Aucun

*********************************************

[Nom] : Shanteya Dowesyl <Nom d’esclave non sélectionné> esclave de [Illsyore].

[Espèce] : El’doraw

[Race] : Albinos <Rare>

[Niveau] : 78

[Force] : 246 +600

[Agilité] : 321 +575

[Intelligence] : 144 +635

[mana] : 3895 +4172,5

[Régénération d’mana] : 1,5 +20 points par seconde.

[Lien de Confiance] <50 %> Changer ? O/N

[Points disponibles] : 0

[Compétences] > Énumérer toutes les compétences ? O/N

[Points de compétence disponibles] : 0

[Allégeance] : Brasil, Dieu des ombres ; Illsyore, Seigneur donjon divin.

[Conjoints] : Aucun

[Esclaves] : Aucun

[Animaux] : Aucun

[Minions] : Aucun

*********************************************

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire