J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 31 – Partie 2

***

Chapitre 31 : Je fais ce que je veux, car je suis comme Divin !

Partie 2

Trois autres heures s’étaient écoulées. Rien n’avait changé, et nous étions presque au bord du territoire d’Illsy. Quant à la façon dont je le savais, c’était plutôt étrange, mais je le sentais tout simplement. C’était le même sentiment qu’on ressentait quand on se préparait à quitter sa propre maison. Je ne savais pas combien de temps il nous restait jusqu’à ce que nous le dépassions, je savais juste que ça se rapprochait.

Dans un effort pour essayer d’oublier Illsy et d’accepter ma nouvelle vie, j’avais essayé de fermer les yeux et d’arrêter de penser à lui.

Des flashs de lui me souriant, me serrant dans ses bras, m’embrassant, l’instant de notre étreinte..., ils me revenaient tous avec une obstination accrue chaque fois que j’essayais de les repousser. J’avais pu me vider l’esprit pendant un moment, mais ensuite, j’avais repensé à lui et mon cœur avait commencé à battre plus vite. Mon estomac m’avait fait ressentir une drôle de sensation. Je n’arrivais pas à sortir Illsy de mon esprit.

M’a-t-il maudite ? avais-je pensé, mais j’avais poussé un soupir. Je savais ce que c’était. Je suis la seule à pouvoir avoir la « chance » de tomber amoureuse d’un homme après l’avoir quitté, mais je pense... Je crois que c’est un homme dont il vaut la peine de tomber amoureux, surtout quand on regarde l’alternative, Dankyun. Soupir... S’il y a un dieu en haut, s’il vous plaît, écoutez ma prière et assurez-vous que l’Illsy et les autres soient en sécurité. S’il vous plaît..., avais-je pensé en regardant le ciel.

« Nous ne sommes maintenant pas si loin que ça, princesse, » déclara Dankyun, croyant que je m’ennuyais juste avec le voyage.

Bien sûr, cet homme ne connaissait que l’Ayuseya calme et facile à intimider. Illsy connaissait mieux le vrai moi et s’en souciait davantage.

Rien à faire maintenant... rien d’autre qu’attendre et... avais-je pensé, mais quelque chose m’avait frappé et m’avait fait tomber du cheval.

Dankyun avait sauté vers l’arrière et m’avait attrapée avant que je ne touche le sol. Tous les soldats s’étaient arrêtés.

« Que s’est-il passé ? » demanda-t-il, surpris, mais il me serrait trop fort. Ça faisait mal.

J’avais secoué la tête.

« On aurait dit qu’elle a été frappée par quelque chose, » déclara Tuberculus qui avait rapproché son cheval.

« Frappé par quelque chose ? » Dankyun plissa son front et il regardait les arbres autour de nous.

Sa première réaction avait été de parcourir les environs à la recherche d’un ennemi caché. Il avait même fait un signe à deux de ses soldats de vérifier. Ils avaient fait ce qu’on leur avait ordonné et avaient sauté de leurs chevaux. Pendant qu’ils cherchaient, les autres soldats avaient formé un mur autour de nous.

Même moi, j’étais confuse par ce qui se passait.

« Je ne crois pas que ce soit quelqu’un de mon académie, » déclara Tuberculus, en s’assurant qu’il n’avait pas encore enflammé la colère de Dankyun.

« J’espère que non, » déclara Dankyun.

J’avais dégluti et j’avais attendu patiemment à genoux que quelque chose se produise, mais la forêt était silencieuse. Une deuxième attaque n’était jamais venue, mais tout le monde était resté sur ses gardes, car ils ne pouvaient pas m’expliquer ce qui m’était arrivé. Même moi, je ne savais pas.

« Il n’y a personne dans la forêt, Maître, » déclara l’un des soldats après leur retour, mais c’est seulement à ce moment-là que j’avais remarqué ce qu’ils étaient.

Les deux soldates étaient en fait deux très belles femmes el’doraw. Leur peau sombre qui changeait avec leurs émotions, leurs cheveux foncés et leurs longues oreilles pointues comme celles de Shanteya définissaient leur espèce, mais elles portaient une armure similaire à celle des soldats réguliers. Ce fut une surprise de voir qu’il avait des adeptes d’une autre espèce.

« Soit ils sont partis, soit le Seigneur du Donjon est venu après nous. Je doute que ce soit le cas, mais je l’ai vu utiliser un sort capable de s’emparer de quelqu’un, et cela, quelle que soit la puissance de son armure magique, » nous avait-il dit en me tirant vers le haut et en regardant sur la route que nous venions de parcourir.

Je ne pense pas qu’Illsy soit ici..., avais-je pensé en cherchant un signe, mais il n’y avait rien là-haut entre les branches des arbres ou dans le ciel.

« Bougez avec prudence, » avait ordonné Dankyun et m’avait tiré vers le haut.

Ça fait mal…, pensais-je, mais je ne pouvais que grimacer et le suivre.

J’avais fait deux pas et je m’étais cognée contre un mur invisible. Il n’avait été appliqué que sur moi, les autres n’avaient pas été affectés par cette force.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Dankyun, surpris.

J’avais secoué la tête. Moi non plus, je n’en avais aucune idée.

Il avait agité la main, mais il n’y avait rien, mais quand il m’avait tirée vers lui, j’avais heurté une surface plane. Il y avait quelque chose, mais aucun d’entre nous ne savait ce que ça pouvait être.

« Comme c’est étrange, » déclara Tuberculus en se frottant le menton.

« Que signifie ce vieil homme ? » demanda Dankyun alors qu’il dégainait son épée et la pointait vers lui.

« Il n’y a pas besoin d’être violent, je n’en ai non plus aucune idée. C’est la première fois que je vois une barrière aussi particulière, » avait-il répondu calmement.

« Tsk ! Avez-vous déjà vu ou entendu parler de quelque chose comme ça avant ? » il avait regardé les deux femmes el’doraw.

Elles se regardèrent un instant, puis le regardèrent et secouèrent la tête. Je commençais à avoir l’impression qu’il s’agissait d’un autre des mystérieux pouvoirs d’Illsy. S’il pouvait dissiper mes malédictions, qui savaient ce qu’il pouvait faire d’autre.

Pas bon ! Je pense encore à lui ! avais-je fermé les yeux et j’avais essayé de le sortir de mon esprit.

« Princesse Ayuseya ? Te sens-tu bien ? » demanda Dankyun.

Il m’avait fait sursauter et j’avais rapidement ouvert les yeux. Ma réponse avait été un sourire forcé et un signe de tête. Après cela, j’avais regardé autour de moi et j’avais touché la barrière, essayant de voir où elle pourrait commencer ou se terminer, mais elle était allée du sol jusqu’au ciel. Le fait d’aller à gauche ou à droite n’avait pas résolu le problème. C’était comme un mur invisible géant.

« Hm, je me demande... » déclara Dankyun en sortant une pierre de détection du niveau d’un donjon.

Là où il se tenait, la pierre n’avait pas réagi, mais dès qu’il s’était approché de moi, la pierre s’était activée et avait montré le chiffre 86. Illsy n’avait pas pu monter aussi rapidement de niveau, alors comment cela pourrait-il être possible ?

« Ce maudit Seigneur du Donjon ! Il t’a liée d’une façon ou d’une autre à son Territoire de Donjon ! AAARGH ! » Dankyun avait crié et avait frappé un arbre.

Le tronc ne pouvait pas supporter une telle force et il s’était fissuré au milieu. Le sol avait tremblé, et il avait été déraciné. Après un autre moment, l’arbre entier était tombé à cause du cratère laissé à la base. Les deux femmes el’doraws avaient sauté vers le haut et avaient donné un coup de pied à l’arbre en même temps, changeant sa chute vers l’autre côté.

J’avais été surprise de les voir abattre à mains nues un arbre de plus de 20 mètres de haut et avec un tronc épais de plus d’un mètre de diamètre. C’était incroyable, mais en même temps effrayant. Dans toute ma vie, j’avais eu du mal à casser une branche en deux et encore moins à faire tomber un arbre de cette taille en un seul coup.

J’avais dégluti et je l’avais regardé.

« Qu’est-ce qu’il a fait ? » m’avait-il demandé alors qu’il me regardait.

Faire ? Qu’est-ce qu’il..., avais-je pensé, et j’avais regardé vers le sol.

L’anneau de tatouage noir était venu dans mon champ de vision, me rappelant que j’étais l’une des femmes d’Illsyore. J’étais l’épouse d’un Seigneur du Donjon Divin.

Est-ce... Est-ce la raison ? avais-je réfléchi et j’avais regardé Dankyun.

Il avait remarqué la bague.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? QU’EST-CE QUE C’EST QUE ÇA ? » hurla-t-il. Puis il avait saisi ma main si fort qu’il me faisait mal.

« Arrêtez ça. S’il vous plaît, vous faites du mal à la pauvre fille, » Tuberculus avait essayé de m’aider.

« Reste en dehors de ça, vieil homme... En fait..., » il l’avait regardé et avait vu qu’il était hors du territoire du donjon.

Avec un sourire sur les lèvres, Dankyun avait claqué des doigts et l’une des El’Doraws était apparue derrière lui. Tuberculus n’avait pas eu le temps de réagir, et la femme l’avait poignardé dans le dos avec un couteau. Elle l’avait sorti et lui avait donné un coup de pied dans la plaie, l’envoyant s’envoler du cheval, vers le sol, loin de nous.

Tuberculus avait gémi et avait essayé de se lever, mais la femme s’était rapidement déplacée et l’avait durement frappé au milieu de sa poitrine, brisant l’armure qu’il avait mise en place et l’envoyant voler dans un arbre voisin. Son sang rouge avait taché le tronc et le sol en dessous.

En regardant mon visage surpris, Dankyun m’avait dit : « Quoi ? Je n’ai jamais eu l’intention de le laisser vivre. Il allait mourir, soit maintenant, soit dans une demi-heure environ, » puis il avait regardé les deux femmes et avait parlé calmement. « Poignardez-le encore une fois et jetez-le quelque part par là. Oh, mais pas dans le Territoire de Donjon. Je veux qu’il souffre. Si l’hémorragie ne va pas tuer, le poison le fera, » avait-il ordonné, et l’El’Doraw avait fait ce qu’on lui avait dit.

J’avais vu avec horreur comment la femme passait devant Dankyun, et sans aucun remords avait poignardé Tuberculus avec le même poignard dans l’estomac et l’avait ensuite traîné par les cheveux, tandis qu’il se tortillait d’agonie.

Il n’y avait aucun doute à ce sujet, le directeur, le vieil homme qui m’avait gentiment accueillie dans son académie, allait mourir maintenant. Je me sentais mal pour lui et j’aurais aimé qu’il y ait un moyen de l’aider, mais devant Dankyun et son armée, que même Illsy ne pouvait pas vaincre, que devais-je faire ?

Mon corps tremblait de peur rien qu’en y pensant. J’avais essayé de me calmer, de paraître inébranlable et digne devant eux, mais quand Dankyun s’était accroupi devant moi, mon cœur s’était contracté. Il m’avait regardée dans les yeux et avait ensuite touché la joue qu’il avait coupée plus tôt, maintenant guérie de toute blessure. Ma peur de ce monstre était aussi claire que le jour pour tous ceux qui me regardaient.

« Maintenant, je vais te donner ta planche et ta craie, et tu vas me dire ce que le Seigneur du Donjon t’a exactement fait et comment je peux le défaire ? » sourit-il.

J’avais eu un frisson dans la colonne vertébrale.

Comment puis-je lui mentir maintenant ? Ça ne faisait pas partie de mon plan... Ça..., avais-je pensé en le regardant avec peur.

« Tiens, » il m’avait offert le tableau noir.

« Je n’en ai pas besoin, » j’avais dit et je l’avais regardé en réponse.

De toute façon, c’est fini…, pensais-je.

« Q-Quoi ? » déclara-t-il, surpris.

Même les soldats m’avaient regardée avec surprise. Tout le monde savait que j’étais muette, y compris Dankyun, qui était celui qui m’avait maudite au départ. Il était évident que ce n’était pas quelque chose qu’il s’attendait à ce que cela se produise. Une chose était d’enlever l’engagement entre nous et une autre était d’enlever la malédiction qui faisait que je ne pouvais même pas parler.

J’avais souri.

« Il y a quelqu’un avec un plus grand pouvoir que le tien, Dankyun..., » lui avais-je dit.

Même s’il avait vaincu Illsy une fois, je considérais toujours le donjon comme beaucoup plus fort que le monstre devant moi pour la simple raison qu’à mes yeux, Illsy avait tout ce qui manquait à Dankyun : la bonté, la compassion, la modestie, et surtout... l’amour. C’était peut-être idiot de le croire, mais sincèrement, je m’en fichais.

« Princesse, je suis content que tu puisses parler, mais comment ? » demanda-t-il avec un sourire forcé, mais son trouble était à son comble.

Il avait été ébranlé par cela, il avait même ignoré mes paroles, mais peut-être que je pourrais utiliser son moment de confusion à mon avantage ? C’était difficile, mais je devais essayer.

Si cela fonctionne, il devrait commencer à craindre ce « quelqu’un » qui peut facilement enlever de telles malédictions extrêmes parce qu’elles pourraient le surpasser en tant que Suprême. Si ce n’est pas le cas, je suis morte de toute façon. Je ne peux pas quitter le territoire d’Illsy. Et maintenant que je suis débarrassée de mes malédictions... il n’y a aucune raison pour que mon pays souhaite me marier à lui maintenant, et il le sait, avais-je pensé.

Puis, après avoir dégluti, je lui avais dit les mots suivants : « Oui. La malédiction que tu m’as mise sur moi a été enlevée en quelques secondes. »

« S-Secondes !? » il avait bégayé.

« Tout comme la malédiction de ma famille, » avais-je ajouté. Et j’avais regardé fixement ses yeux.

Tous les soldats autour de moi avaient commencé à chuchoter entre eux quand ils avaient entendu cela. Même les deux femmes el’doraw qui étaient revenues d’aller déposer Tuberculus quelque part dans la forêt avaient eu une réaction similaire. On savait déjà que même les meilleurs guérisseurs des trois continents ne pouvaient rien faire pour éliminer cette malédiction, mais ici, je proclamais qu’elle avait disparu. La preuve en était le fait que je pouvais parler, prouvant que mon autre malédiction avait été enlevée. Pourtant, je m’étais demandé combien de personnes autour de moi savaient que j’avais deux malédictions au lieu d’une seule. Pour Dankyun, c’était clair, mais les autres ne faisaient que suivre les ordres.

« BUHAHAHHaha ! » il avait éclaté de rire, faisant taire toutes les voix autour de lui.

J’avais cligné des yeux de surprise et je m’étais éloignée de lui. Il riait comme un fou.

« Toi... Haha ! Tu dis que tu t’es débarrassée de tes malédictions ? » avait-il demandé après qu’il se soit arrêté de rire.

« Oui, » avais-je répondu.

« Alors... si tu revenais, le royaume serait sauvé comme on dit, n’est-ce pas ? Je veux dire que tu serais capable de renforcer à nouveau la famille royale. Soupir ! C’est une bonne journée ! Une bonne journée en effet ! » déclara-t-il en souriant en regardant le ciel.

Pendant un moment, j’avais cru que mon plan avait réussi. Si à ses yeux, j’arrêtais d’être une disgrâce et devenais plutôt une princesse draconienne, peut-être qu’il arrêterait son comportement fou et essaierait de travailler avec moi pour restaurer Teslov jusqu’à sa gloire d’autant. Malheureusement, j’avais oublié que Dankyun avait peut-être des plans différents quant à la façon dont il pourrait restaurer le pouvoir sur le trône.

« Je vois, alors... Tu as été guérie de tes malédictions... Je vois, alors... Je dois juste te tuer et prendre une autre princesse pour épouse, » déclara-t-il.

Ces mots prononcés avec un calme effrayant avaient fait frissonner ma colonne vertébrale jusqu’au bout de ma queue. J’avais fait un pas en arrière, je voulais fuir, mais les soldats avaient formé un mur derrière moi.

« Qu’est-ce que c’est ? Trahissez-vous votre princesse ? » avais-je demandé.

« Ils n’ont jamais été les vôtres, Princesse Ayuseya, » déclara Dankyun en s’approchant de moi.

« Pourquoi ferais-tu ça, Dankyun ? Pourquoi ? » avais-je demandé en serrant ma robe.

Mes mains tremblaient, et mon cœur battait plus vite que jamais. Je regardais la mort dans les yeux, et il n’y avait aucun moyen pour moi d’échapper à ses terribles griffes.

« Je déteste simplement la famille royale actuelle et je veux le trône », avait-il dit en haussant les épaules. Puis il avait pointé son épée noire vers moi. « J’ai juste une dernière question. Que veux-tu que soient tes dernières paroles ? » demanda-t-il en souriant.

Mes dernières paroles ? Comme c’est cruel..., avais-je pensé. Puis j’avais fermé les yeux un instant. Oui. Quels seraient les mots qui seraient bien pour être mes dernières paroles... ? J’avais ouvert les yeux et en lui souriant, j’avais dit : « Je n’ai que deux choses à te dire. Dankyun, tu es un idiot, et l’homme que j’aime est Illsyore. »

« Comme c’est idiot. » Il avait secoué la tête et s’était préparé à m’attaquer.

J’avais fermé les yeux. C’était ça... Peu importe à quel point j’essayais de m’éloigner de lui, peu importe à quelle vitesse j’allais, peu importe, où j’allais, et qui essayait de me protéger, Dankyun réussissait toujours à me rattraper. C’était peut-être mon destin ? Au moins, je mourrais en sachant que j’avais dit ces mots qui avaient libéré mon cœur de toute douleur et de ses lourdes chaînes...

« Ayuseya ? » J’avais entendu sa voix. Cependant, je n’arrivais pas à y croire.

« Ayuseya ? Est-ce que ça va ? » Je l’avais encore entendu.

C’était sans doute la voix d’Illsy. J’avais ouvert les yeux, mais au lieu de la forêt, j’avais vu la pièce métallique où se trouvait son corps de cristal. Shanteya et Nanya étaient là aussi, mais ce qui était important, c’est qu’Illsy était là !

« Je... » ma voix ne voulait pas sortir. Mes yeux s’étaient remplis de larmes, et sans me soucier de qui m’avait vue, j’avais sauté vers l’avant et j’avais pris dans mes bras ce grand cristal vert. « Illsy ! » Puis j’avais pleuré.

« Oui ! Je suis là... Je suis... Ne vous inquiétez pas. Vous êtes en sécurité, Ayuseya, » m’avait-il parlé d’une voix gentille et douce.

[Point de vue d’Illsyore]

Une heure environ avant de convoquer Ayuseya à l’académie, je m’étais réveillé de mon sommeil.

« NON ! Ayuseya ! » j’avais crié et je lui avais tendu la main, mais elle n’était plus là.

Partout où je regardais, tout ce que je pouvais voir, c’était l’obscurité de mon esprit intérieur, mais Shanteya n’était pas là pour me saluer comme d’habitude, ce qui m’avait rendu confus et effrayé pendant un moment.

Est-ce juste un cauchemar ? Je me demandais ça alors que j’essayais de calmer mon souffle et mon cœur qui battait vite.

C’était trop réel pour être un rêve, même si la dernière partie était incroyablement brumeuse. La seule façon d’en être certain était de chercher Ayuseya à l’intérieur de l’obscurité de mon esprit intérieur. Ma peur et mon inquiétude étaient venues de la dernière chose que j’avais dite avant de m’évanouir. Ces mots que j’avais prononcés avaient été fortement gravés dans ma mémoire.

« Ayuseya ? Êtes-vous là ? » J’avais crié, mais aucune réponse n’avait été retournée.

La lumière au loin qui apparaissait normalement lorsque je vérifiais où elle se trouvait n’apparaissait pas.

Ayuseya n’était pas dans mon esprit intérieur...

« Non ! Non ! C’est impossible ! » avais-je dit en secouant la tête.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Vivement jeudi pour la suite !

  2. Merci pour le chapitre putains j'adore ce roman

  3. Merci pour le chap ^^ "Dankyun, tu es un idiot..." Je pense qu'elle aurait pu y aller plus franco franchement ! Ah et j'adore Illsyore, le donjon faiseur de miracles ~

  4. Merci pour le chapitre, ha je me disait aussi que le mariage n'avait pas montré tout son pouvoir 🙂

  5. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire