J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 30

***

Chapitre 30 : Les cris de mes sorts

***

Chapitre 30 : Les cris de mes sorts

Partie 1

Avec une vitesse plus rapide que ce que l’œil humain ne pouvait voir, elle s’était précipitée vers Dankyun, qui avait remarqué le danger imminent et avait levé sa main pour bloquer la première frappe. Il n’avait même pas bronché quand il avait reçu le coup. L’onde de choc était si puissante qu’elle avait brisé la fenêtre derrière lui en une centaine de morceaux, puis l’impulsion l’avait fait passer à travers. Le cadre avait été défoncé et le mur s’était fissuré à cause de sa taille.

Même après un coup aussi puissant, il n’avait pas été blessé et avait atterri simplement sur ses pieds à la fin de son vol. Nanya s’était dirigée vers le trou dans le mur et avait sauté vers lui. Pendant ce temps, je me retrouvais avec la tête de la pauvre fille qui était morte à cause de lui.

Après avoir regardé vers le bas ce qui m’avait fait voir son expression déformée de peur et de douleur, j’avais plissé et fermé les yeux pendant un moment.

Elle ne méritait pas ça..., avais-je pensé. Puis je m’étais dirigé vers son corps déchiré.

Après avoir placé la tête au sol à côté du torse, j’étais allé à l’extérieur, où se déroulait une véritable bataille entre le Suprême draconien et l’enseignante Divine ressemblant à une adolescente. Les échos sonores de leurs chocs avaient fait résonner sur les murs du dortoir et du bâtiment académique voisin, alertant à la fois les soldats et les enseignants de la bataille en cours.

J’avais volé au-dessus d’eux et j’avais vu Nanya essayer de s’approcher assez près pour frapper avec ses gantelets d’acier sur ses points vitaux, mais l’épée de Dankyun était trop rapide et avait bloqué chacune de ses frappes. Derrière lui, je pouvais voir les effets de sa force. Les ondes de choc avaient fait trembler l’herbe et effrayé tout petit animal ou insecte qui se cachait dans la région. Les étudiants du dortoir essayaient déjà de sortir de là, se dirigeant vers le bâtiment de l’académie où les autres enseignants les attendaient.

Être observateur dans cette bataille n’était pas à mon goût, et je m’étais préparé à engager Dankyun. Je n’avais pas l’intention de voler le meurtre de Nanya, mais je voulais l’aider autant que possible.

« Shellur Sou Yar ! » J’avais chanté et j’en avais jeté quatre [Lance de Glace Barbelée Explosive X4].

Seize lances de glace dentelées s’étaient formées autour de moi et s’étaient envolées vers Dankyun. Il avait sauté en arrière et avait tailladé les cinq plus proche de lui. Deux avaient raté, frappant le sol à ses pieds. Deux autres avaient réussi à le toucher directement, mais elles n’avaient même pas réussi à l’égratigner. Quant au reste des lances, elles avaient continué à le poursuivre jusqu’à ce qu’il les engloutisse dans une tornade de vent, mais comme avant ça, je ne l’avais pas entendu lancer le sort. J’avais trouvé incroyablement étrange qu’il puisse faire une telle chose, mais je savais que ce n’était pas techniquement impossible. Tant que quelqu’un avait trouvé comment contrôler correctement le flux de magie dans son esprit et s’était concentré sur les paroles de l’incantation, il n’y avait aucun problème à utiliser n’importe quel sort. Malheureusement, j’étais loin de pouvoir utiliser une telle compétence.

Dès qu’il avait fini de lancer la tornade de vent, j’avais vu Nanya sauter vers lui. Elle avait utilisé la commande vocale pour [Boule de feu] et un autre sort que je ne pouvais décrire que comme un éclair directionnel. Dankyun avait réduit son premier sort en deux, l’annulant, mais il n’avait pas remarqué le second et avait reçu la totalité du coup. Cependant, son armure n’avait pas été endommagée. C’est à ce moment-là que Nanya l’avait de nouveau attaqué, essayant de le frapper avec ses poings.

Pendant qu’elle l’occupait, je n’avais pas hésité à charger 500 points de mana dans une [Boule de feu]. Les élèves étaient trop loin d’une zone d’impact possible, mais les dégâts seraient certainement considérables. J’espérais juste que Nanya esquive à temps.

« Ashur Nav Es ! » j’avais crié, et mon sort avait été lancé chez Dankyun.

« Hmph ! Pathétique ! » déclara le draconien, qui donna un coup de pied à Nanya dans la poitrine, l’envoyant s’écraser dans le mur du dortoir.

Avant que mon sort ne frappe, il s’était retourné et l’avait coupé en deux, provoquant une instabilité du mana. Bien que le sort n’ait pas explosé, la masse de feu s’était répandue sur le sol autour de lui comme l’eau sortirait d’un ballon éclaté. Les flammes avaient brûlé le sol, ne laissant que des cendres.

J’avais été stupéfait de voir à quel point il était facile pour Dankyun de détruire l’attaque qui avait coûté la vie à 24 assassins. Une fois de plus, j’avais réalisé la différence réelle de compétences et de pouvoir entre les rangs. Je ne pouvais pas comparer Dankyun, un Suprême, avec ces assassins, qui étaient tout au plus des Rangs Maître.

Nanya avait toussé et s’était levée. Le mur derrière elle s’était effondré, laissant derrière elle un trou.

Le regardant, elle leva la main et cria « Erater Elf Es ! »

À ce moment-là, quinze lances à glace dentelées s’étaient formées autour d’elle et avaient ensuite volé vers le draconien suffisant. Il avait sauté hors du chemin, laissant deux projectiles percer le sol, tandis qu’il utilisait son épée pour dévier et détruire les autres. Un seul avait réussi à percer sa garde, mais il avait été dévié avec aisance par son armure. Je n’avais aucune idée de comment elle était faite, mais cela avait produit la même chose pour mes Lances de Glace Barbelées Explosives. Ils avaient été déviés et n’avaient même pas explosé à l’impact. Pendant un moment, j’avais même cru que j’avais échoué dans mon sort.

« Il semble que ce n’est pas ce que j’appellerais un combat loyal. Il y a un partenaire invisible qui t’aide, n’est-ce pas ? » demanda Dankyun avec un sourire confiant.

« Pourquoi ? Pourquoi l’as-tu tuée, Dankyun !? » cria Nanya à l’homme.

« Hm ? Oh ? Cette petite idiote ? C’est simple. Je l’ai considérée comme une traîtresse envers moi et le genre draconien. Nous n’avons pas besoin d’une femme comme elle », haussa-t-il les épaules alors qu’il répondait ça.

« Quoi ? Une traîtresse ? Comment Zoraya pourrait-elle être une traîtresse ? Tu mens, tas de merde ! C’était une fille simple qui voulait devenir guérisseuse et retourner dans son village ! Elle n’a jamais eu l’intention de s’engager dans l’armée ! Grrr ! » cria Nanya, laissant sortir un grognement à la fin. Cela semblait un peu animal, mais cela prouvait à quel point l’enseignante était en colère.

« Oh, quels mots dégoûtants ! Hélas, je ne peux pas m’attendre à mieux de la part de personnes comme toi. Quant à cette draconienne, je peux te garantir qu’elle a bien trahi son royaume et son espèce ! Après tout, je lui ai demandé si elle savait où se trouve Ayuseya, et elle a osé répondre que même si elle savait, elle ne me le dirait jamais ! Je me suis senti insulté ! D’ailleurs, il est dans l’intérêt du Royaume Teslov que je la trouve aussi vite que possible. Dieu m’en garde si quelque chose lui arrivait dans ce royaume parce qu’elle m’a caché des informations précieuses ! C’est pour ça que je l’ai déclarée traîtresse. Au moins, je lui ai offert la caresse d’un homme avant de la tuer. Ne t’inquiète pas, je dirai à sa famille qu’elle a trahie. Ils perdront certainement leur rang de noblesse à cause de cela, mais je crois que c’est une punition plutôt appropriée pour des gens comme eux, n’est-ce pas », avait-il demandé en regardant le bout de son épée.

« Vous êtes un fou ! » avais-je déclaré avant que Nanya ne puisse ouvrir sa bouche, tandis que le brouillard noir provenant de mon intention meurtrière s’intensifiait sur tout mon territoire et présentait la zone la plus sombre autour de Dankyun.

Peu importe ce qu’il avait dit, Nanya et moi connaissions déjà la vérité, et cette fille n’avait rien fait pour mériter un destin aussi cruel. Dankyun n’avait fait cela que pour satisfaire sa soif tordue de sang, une soif qui se répandrait sur mes amis et sur ceux que j’aime dans ce monde si nous ne l’arrêtions pas.

« Moi ? Un fou ? C’est un peu absurde ! Je m’inquiète juste pour le bien-être de mon espèce ! Les draconiens sont beaucoup plus avancés et puissants que les humains, les elfes, ou le pathétique homme-bête sur le troisième continent ! Pourtant, nous nous dégradons constamment en travaillant avec eux et même en les aidant... Arg ! C’est pourquoi j’ai simplement offert à tous ces élèves draconiens mal avisés la possibilité de devenir mes subalternes et d’apprendre ce qu’il faut faire ! Au lieu de voir l’offre généreuse que je leur ai faite, ils ont osé refuser et dans le cas de cette fille, elle a même désobéi à mes ordres en tant que Suprême et futur membre de la famille royale ! C’est la définition même de la trahison », avait-il déclaré en regardant Nanya, puisqu’il n’avait pas pu me voir.

« Dankyun, tu es la définition même du méprisable et du fou ! » répliqua Nanya.

Je ne pourrais pas discuter avec ça.

« Dommage ! De toute façon, je ne t’ai jamais demandé ton opinion », dit-il en souriant et en l’accusant.

Nanya avait sauté en arrière, mais elle était trop lente. La main de Dankyun s’était déplacée plus vite que les yeux ne pouvaient voir, et l’avait tailladée avec son épée. Cette attaque était passée directement à travers son armure magique et cela s’était enfoncé dans son armure physique. Des étincelles volaient dans toutes les directions et Nanya se dirigeait vers le dortoir en « volant ».

Je n’avais même pas eu le temps de réagir. Un instant, je l’avais vu sauter en arrière et, l’instant d’après, j’avais vu Dankyun juste devant elle. Les fenêtres de toute cette aile gauche avaient été brisées en petits morceaux, et tout le bâtiment avait tremblé. Le côté du dortoir entre le premier et le deuxième étage avait été fortement endommagé par l’impact de son corps dans le plancher entre eux. Heureusement, la structure n’était pas faite de béton, alors elle avait été fissurée et brisée avec facilité, ce qui avait atténué une partie de l’impact. Malheureusement, cela avait fait que tout ce côté de la structure était en danger de s’effondrer.

La plupart des dommages s’étaient produits là où Nanya avait frappé le bâtiment, laissant la pièce du haut et celle du bas partiellement visible. À l’intérieur, il y avait un désordre total, avec des morceaux de murs qui s’étaient écrasés sur les meubles et les vitres des fenêtres brisées éparpillées dans tout l’endroit. Quant à Nanya, elle s’était arrêtée près de la dernière pièce, tombant sur le sol avec un « obrrrrr ». Le mur à peine suspendu s’était effondré sur elle, la recouvrant partiellement de décombres. D’après ce que j’avais pu voir, elle était encore en vie, mais après un coup aussi puissant, j’avais soupçonné qu’elle avait au moins une ou deux côtes cassées.

« Nanya ! » J’avais crié instinctivement, mais au lieu de m’y précipiter, j’avais ciblé Dankyun et avais créé un barrage de [Boule de Feu guidée X18]. « Zir Navian Esy ! »

L’une après l’autre, de grosses boules de feu d’au moins un demi-mètre de diamètre le poursuivaient. Le draconien avait vu l’attaque qui arrivait et avait immédiatement essayé de les esquiver et de les bloquer, mais je contrôlais chacune d’elles. Après que les deux premières aient été coupées en deux par son épée, j’avais commencé à profiter de leur effet explosif et je l’avais utilisé comme un Effet de Zone. J’avais ordonné aux boules de feu d’exploser dès qu’elles touchaient son armure magique ou à quelques centimètres du bord de son épée.

Les premières fois l’avaient pris par surprise, l’envoyant en arrière d’un mètre environ. Les suivants, il avait essayé de les couper, mais l’effet avait été le même. Cependant, c’était encore loin de lui causer des dommages. En fait, je ne pouvais même pas voir une seule égratignure sur son armure, mais la bataille était loin d’être terminée. Ma réserve de mana était loin d’être épuisée, et je n’avais pas encore utilisé ma compétence de rang Empereur. Mon seul souci était s’il utilisait sa compétence suprême.

« Quelles attaques pathétiques ! Mais je dirai que cela m’amuse un peu ! Je suppose que c’est toi qui m’attaqué, Seigneur du Donjon ? » demanda-t-il en souriant, tout en évitant ou en encaissant les explosions de mes boules de feu.

Je n’avais pas répondu. Je m’étais concentré sur la bataille, espérant qu’elle offrirait à Nanya suffisamment de temps pour récupérer.

« Nya Nya Niku ! » J’avais crié la commande vocale pour créer un piège.

Sous les pieds de Dankyun, un piège à pointes s’était formé, mais comme il n’avait pas l’enchantement pour ignorer une partie de l’armure magique, cela l’avait simplement frappé quand cela s’était déclenché.

« Des pièges à pointes ? Contre moi ? Vraiment ? » déclara-t-il en riant.

« Eshun Naer Es ! Jend Ashur Elf Es ! Zir Navian Esy ! » J’avais crié les commandes vocales pour la [Faux de Vent], la [Lance de Glace Barbelée Explosive], et la [Boule de Feu guidée X18].

La première avait coupé l’air et l’avait frappé, envoyant le draconien voler vers l’académie, et la lance de glace déchiquetée avait volé dans l’air et avait visé son dos. Il s’était retourné en plein vol et l’avait coupée en deux, mais je l’avais fait exploser et de minuscules pointes de glace avaient pilonné son armure magique. J’avais fini par le bombarder avec des boules de feu chercheuses selon un schéma aléatoire. Il s’était défendu contre quelques-unes, mais pour le reste il était presque impossible de le faire.

« Serus Kar ! » J’avais chanté la commande vocale de la [Télékinésie] et j’avais ciblé Dankyun.

J’avais essayé de l’entourer de ce sort, mais je n’arrivais pas à bien l’agripper parce que son armure magique était trop dense. Mettre plus de mana dans ce sort n’avait pas non plus fonctionné. Il essayait encore de savoir où j’étais, ignorant complètement mes attaques sur lui, mais j’étais invisible pour tout le monde sauf Nanya et Ayuseya.

Sans autre alternative, j’avais essayé de l’entourer de mon sort. Ça avait marché, et j’avais ralenti sa chute.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-il, surpris.

Il n’avait pas l’air d’avoir reconnu le sort. En me retournant, j’avais fait semblant d’être un joueur de baseball et j’avais utilisé Dankyun comme une balle. Je l’avais jeté aussi fort que possible vers la forêt de l’autre côté de l’académie. Son corps avait volé dans les airs à une vitesse incroyable, franchissant le mur du son et créant un bang sonique. L’onde de choc s’était répandue, et la chose suivante que j’avais vue était les effets de l’écrasement de son corps dans les arbres. Il était passé directement à travers plusieurs arbres, écrasant leurs écorces en petits morceaux et en brisant la moitié des autres.

Mon intention initiale était de le survoler pour évaluer les dommages et donner le coup de grâce, mais j’avais entendu l’un de ses soldats.

« Tuez-les tous ! » cria-t-il.

En regardant en bas, j’avais vu les élèves et les enseignants se battre contre l’armée de Dankyun. Les trois commandants retenaient les enseignants pendant que les soldats tentaient de s’introduire dans l’école. En me concentrant sur le groupe d’hommes draconiens qui se conduisaient mal, j’avais créé un trou sous eux, puis j’avais invoqué de la lave sur le dessus. Ce n’était pas grand-chose, juste assez pour bloquer l’entrée de l’académie. Je n’allais pas les laisser tuer les étudiants.

« AAARGH ! Ça brûle ! » cria l’un d’eux.

« Reculez ! C’est le Seigneur du Donjon ! » cria un autre en sautant hors du trou.

J’avais probablement tué certains des soldats, mais les autres avaient reculé. Juste pour être sûr, j’avais créé quelques pièges à flèches supplémentaires à côté des fenêtres de l’académie, les laissant déclencher au moment où ils se seraient trop rapprochés. Créer des enchantements aurait été trop dur pour moi à ce moment-là, alors j’espérais que les enseignants et les élèves seraient capables de s’occuper maintenant des soldats. Une alternative était d’utiliser les lasers sur le toit, mais les déplacés l’un après l’autre auraient pris trop de temps. Je devais aller tuer Dankyun.

Maudits soient mon manque de mana et mon manque de pièges sûrs ! avais-je pensé en vérifiant combien il me restait. Je ne m’étais même pas concentré sur le nombre de niveaux que Shanteya avait gagné pour moi jusqu’à maintenant.

Après avoir fermé ma fenêtre de statut, j’avais regardé Dankyun. Il y a un instant, il était là, mais il avait disparu. Il se dirigeait rapidement vers Nanya, qui n’avait réussi qu’à sortir des décombres. La blessure qui lui avait été infligée n’était pas si dangereuse d’après ce que j’avais pu voir, mais elle saignait un peu et tenait sa poitrine d’une main. Le pire scénario était que sa blessure soit interne.

« Attention ! Il arrive ! » Je lui avais crié dessus quand je l’avais survolée.

J’avais essayé de créer des pièges collants entre elle et lui, mais il avait simplement sauté par-dessus.

« HA ! » Nanya avait essayé de le frapper, mais il avait évité le coup et avait saisi sa main.

En se retournant, il avait écrasé Nanya dans le sol et lui avait donné un coup de poing dans l’estomac. Je lui avais tiré dessus, mais dès qu’il l’avait vue, il avait déplacé Nanya sur le chemin, et j’avais dû dévier mon attaque vers le dortoir. L’aile droite du bâtiment était maintenant engloutie par les flammes.

« Lâche... Prends ça ! » elle avait essayé de le frapper à l’estomac avec son genou, mais ça n’avait pas traversé son armure magique.

En la soulevant d’une main, Dankyun avait ri.

« Si pathétique ! Je n’arrive pas à croire que tu sois si pathétique, Nanya ! Hahaha ! Et ce Seigneur du Donjon est encore plus ridicule ! Croit-il vraiment qu’un Suprême comme moi peut être blessé par ses attaques pathétiques ? Hahaha ! » dit-il en riant et en frappant Nanya dans l’estomac, lui faisant cracher du sang.

Le brouillard noir sur mon territoire montrait à quel point mon intention meurtrière était terrifiante à ce moment-là, mais il n’y avait rien d’autre à faire que de tenter d’alimenter ma compétence de rang Empereur avec tout mon mana et de risquer de m’évanouir à cause de l’utilisation.

« Nanya..., » avais-je dit.

J’avais fermé les yeux un instant.

Dankyun va tuer Nanya à ce rythme... Il va la tuer, puis moi... puis Ayuseya, puis Shanteya..., avais-je pensé. J’avais laissé la princesse draconienne à l’intérieur de moi aussi entendre mes pensées.

***

Partie 2

[Point de vue d’Ayuseya]

Quand j’avais entendu sa voix, un frisson de peur était descendu le long de ma colonne vertébrale et s’était terminé au bout de ma queue. J’avais levé les yeux et j’avais vu une étrange peinture en mouvement entourée d’un cadre d’éclairage rouge. J’avais vu Dankyun tenir la jeune enseignante qui était aussi la première épouse d’Illsy.

J’avais alors dégluti et j’avais tenu un poing serré contre ma poitrine.

Ça ne finira pas bien..., avais-je alors pensé.

En regardant vers le bas, j’avais remarqué que j’étais encore en chemise de nuit. Après mon réveil, je n’avais pas vraiment pris la peine de me changer, je n’en ressentais pas le besoin, mais je ne voulais pas non plus que Dankyun me voie comme ça. Illsy le pouvait, car c’était mon ami et mon mari, mais pas ce bâtard draconien.

*Soupir*. Pourquoi ne suis-je pas restée avec Illsy hier soir ? Moi et ma fierté royale... Arg ! Je me demande si... c’était ma dernière chance de sentir son étreinte. Pensais-je en m’envolant vers ma commode.

Quant à savoir pourquoi j’avais pensé qu’Illsy allait me livrer à lui. C’était simple... Pour sauver sa vie. Pour sauver Nanya. Pour sauver Shanteya et cette école, c’était le seul choix logique possible, le seul moyen d’apaiser Dankyun.

Mais s’il ne veut pas le faire, que va-t-il se passer ? pensais-je. Puis je m’étais arrêtée de bouger, regardant vers le bas la robe blanche que je voulais porter. C’était simple et clair.

Est-ce que je veux qu’Illsy se sacrifie pour moi ? m’étais-je demandé.

En secouant la tête, j’avais refusé une telle pensée et j’avais retiré la robe de ma commode.

Je ne peux pas en arriver là ! Je ne peux pas faire tuer Illsy à cause de moi ! S’il me laisse partir, il faudra un certain temps avant que Dankyun ne réalise la connexion entre nous. Illsy pourra utiliser ce temps pour fuir d’ici... Oui, c’est comme ça que ça va être..., m’étais-je dit, en essayant de me débarrasser de toute peur que j’avais de mon avenir tragique.

[Point de vue de Nanya]

Je ne pouvais même pas réagir quand Dankyun m’avait attaquée...

La douleur que j’avais ressentie était terrible. La meilleure façon de le décrire était le sentiment d’être empalé par des milliers d’aiguilles dans l’intestin. La lame de l’épée avait été arrêtée par la couche de cotte de mailles cachée dans mon armure. Bien qu’à l’extérieur, elle ressemblait à une vieille armure de cuir ordinaire, toutes ses couches présentaient de puissants enchantements qui réduisaient les dégâts. Ma ceinture contenait un enchantement de guérison, donc je me rétablissais plus vite que d’habitude, mais je devais quand même infuser une bonne quantité de mana dans mon corps pour arrêter mon hémorragie interne.

Quand j’étais sortie du tas de débris, j’étais au courant de la bataille qui se déroulait à l’académie. Tuberculus et Paladinus étaient très probablement sur les lignes de front, essayant de retenir ces soldats. Les trois commandants étaient le plus gros problème, mais à eux seuls, ils pouvaient tous être traités avec aisance.

Quant à moi, mon problème était Dankyun. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si puissant. Non, il n’était pas puissant, mais son armure et son épée sortaient de l’ordinaire. Elles avaient considérablement renforcé ses capacités et offraient un facteur de protection accru. Avec certitude, elles lui avaient permis de dépasser les 1200 points de force. Je soupçonnais qu’il avait encore plus d’agilité, mais pas tant d’intelligence. Si seulement ces points reflétaient à quel point on était intelligent et non à quel point ses attaques magiques pouvaient être puissantes. Une chose dont j’étais sûre était que mon épée seule pouvait augmenter la force de base de l’utilisateur de 500 points supplémentaires. Si son armure pouvait faire quelque chose de similaire, alors il n’y avait aucun moyen de gagner contre lui, mais je doutais fortement qu’il fût capable d’activer pleinement cette capacité. Il y avait des chances qu’il ne puisse utiliser l’épée qu’à 25 % de son véritable potentiel, mais même à ce moment-là, elle était incroyablement dangereuse.

Franchement, cela avait l’air très mauvais. Je pouvais à peine me tenir debout en raison de ses coups. Mon armure était à peine présente sur moi. Mes gantelets étaient cassés. Trois côtes avaient été fêlées et un poumon avait été écrasé, d’après ce que j’avais pu voir. Je guérissais, mais ça s’était arrêté après qu’il m’ait frappée à l’estomac.

Bref, j’en avais fini pour...

J’ai été une idiote de le charger comme ça... Je n’arrive pas à croire que je me sois laissée gouverner par les émotions. Si seulement j’avais essayé de libérer mon sceau et de l’attaquer. Alors j’aurais pu avoir une chance de me battre..., avais-je pensé qu’en sentant les griffes de Dankyun se serrer autour de ma gorge, coupant mon alimentation en air.

Je suis désolée, Illsy..., avais-je pensé en fermant les yeux.

[Point de vue d’Illsyore]

Nanya était en train de mourir...

J’avais 4865 points de mana.

Je n’avais qu’une seule cible.

C’était maintenant ou jamais...

« Neru Am Ur, » avais-je chuchoté la commande pour le sort.

Le mana s’était déversé dans le sort, et je ne m’étais pas arrêté jusqu’à ce que cela se coupe automatiquement. C’était à 465 points de mana. J’avais ensuite relâché le sort dans la direction de Dankyun. Autour de moi, 220 lances de glacier infernal s’étaient formées, chacune d’entre elles était beaucoup plus forte que la version originale, mais ce que cela signifiait exactement, je ne le savais pas. Je voulais seulement tuer Dankyun.

Je les avais toutes relâchées avec lui en tant que cible principale, et elles avaient toutes volé aussi vite qu’elles le pouvaient dans sa direction.

Remarquant le danger imminent, il avait libéré Nanya de son emprise et avait sauté en arrière, elles l’avaient suivi avec des angles parfaits contrairement à la [Boule de Feu guidée] et à la [Lance de glace dentelée]. Les [lances de glacier infernal] avaient suivi mes directions exactes : gauche, droite, haut, haut, bas, gauche, gauche, gauche, droite, droite, partout où je les dirigeais et où j’avais pensé qu’elles devaient volés.

« Petites choses ennuyeuses ! » déclara Dankyun avant d’essayer d’en couper une.

La lance avait explosé à l’impact, l’éclaboussant d’un feu liquide. Je ne pouvais pas dire si cela avait fait de sérieux dégâts sur son armure magique, mais il avait essayé de s’en débarrasser rapidement. Cela l’avait distrait pendant un moment, et une autre avait réussi à le frapper. Après cela, il avait été bombardé par bon nombre d’entre elles, martelant son armure physique et son armure magique.

Je n’avais aucune idée des dommages qu’il avait subis, mais je pouvais voir des fissures dans son armure physique, et j’étais certain qu’il versait aussi beaucoup de mana dans sa magie.

Puis-je gagner avec ça ? m’étais-je demandé.

78 de ces lances de glacier infernal l’avaient frappé, et il en restait 142.

Il avait sauté à gauche et quatre de ces flèches avaient heurté le sol, laissant un énorme cratère. D’autres lances avaient réussi à toucher le toit du dortoir et avaient explosé, en arrachant une bonne partie. Maintenant, le tout était à moitié en flammes et dangereusement près de s’effondrer. Une autre de ces lances avait frappé un arbre, et cela l’avait simplement coupé avant de s’empaler à la racine de l’arbre derrière lui. La lance avait explosé, et le feu liquide avait englouti la zone, l’enflammant.

Ces ratés n’étaient pas à cause du sort lui-même. C’est à cause de mon manque de concentration et de mon incapacité à garder le contrôle de tous ces éléments en même temps. Je restais à peine éveillé. Chacune de mes paupières avait l’impression d’être tirée vers le bas par le poids d’un tank. Toute ma perception me semblait léthargique et j’avais beaucoup de difficulté à me concentrer.

Cela m’avait rappelé l’époque où, à l’université, j’avais dû passer un examen de génie mécanique et je n’avais pas dormi pendant plus de deux jours d’affilée à essayer de faire mon rapport et mes devoirs à temps. Ma note dépendait surtout de ces deux-là, alors j’avais dû les terminer. Grâce à ces nuits blanches, je m’étais senti comme un zombie pendant tout l’examen. Je voulais juste en finir et dormir dans mon lit.

En y pensant, on pourrait dire que j’avais reçu une formation décente de mes années d’études en ce qui concerne le fait de garder les yeux ouverts pendant si longtemps. Même ainsi, dans ces conditions infernales, je gardais le contrôle de 130 Lances du Glacier Infernal qui volaient à grande vitesse dans les airs.

« Seigneur du Donjon, tu es un petit bâtard persistant ! » déclara Dankyun après avoir été jeté sur un côté par l’explosion induite par l’une de ces lances.

Un incendie se propageait dangereusement déjà à travers la forêt, menaçant de la brûler jusqu’au sol, mais je m’en fichais. Je me concentrais seulement à me débarrasser de Dankyun. Je n’avais besoin que d’une seule de ces lances pour toucher directement sa chair, et cela aurait été suffisant pour le tuer.

Quatre autres étaient passés à travers les arbres et avaient visé ses pieds. Il ne pouvait pas les éviter. Deux autres fissures étaient apparues sur son armure. Huit autres avaient explosé derrière lui, au-dessus de sa taille, tandis que deux devant lui, à ses pieds. Cela l’avait fait tomber. Une autre fissure était apparue sur son armure.

Je n’en pouvais plus.

« AAARGH ! » J’avais gémi et crié, lui envoyant les 100 lances restantes.

Avec chaque goutte de ma concentration et de mon énergie, je les avais toutes dirigées vers sa tête et sa poitrine. Si seulement une seule d’entre elles pouvait le toucher directement, ce serait ma victoire !

« ARGH ! » cria Dankyun alors qu’il essayait de se défendre contre l’avalanche soudaine d’attaques.

Les explosions avaient rapidement suivi, répandant du feu liquide partout, se propageant sur les arbres, la terre et les rochers. Des flammes infernales se dispersaient partout, brûlant tout ce qu’elles touchaient. Les roches avaient fondu, la terre avait été brûlée, tout autour de Dankyun brûlait.

Tout... sauf Dankyun.

« Non... », déclarai-je d’une voix tremblante quand je le voyais encore debout au milieu de toutes ces flammes.

Il respirait durement, son armure était en lambeaux, des morceaux tombaient sur le sol, mais il n’avait qu’une petite coupure sur la joue gauche. Rien d’autre, il n’était pas mort...

« Comment oses-tu… ? » déclara-t-il. J’avais cligné des yeux en raison de la surprise « Comment oses-tu me blesser ? »

« Quoi ? » Je n’arrivais pas à y croire.

Il peut encore se battre…, pensais-je.

***

Partie 3

« Je vais te tuer ! » hurla-t-il. Puis il avait pris un petit cristal violet dans sa poche gauche. « Réparation, » déclara-t-il simplement, et le cristal était passé du violet au transparent.

Sous mon regard étonné, j’avais vu son armure réparée par la magie de ce cristal. Elle était revenue à son état initial et elle semblait comme neuve. Il n’y avait même plus une seule égratignure dessus. C’était comme si mon attaque n’avait même pas eu lieu.

« Non ! Tu ne peux pas faire ça ! C’est de la triche ! » avais-je crié.

« Tricher ? Haha ! N’importe quel aventurier Suprême et Divin qui se respecte utilise ces choses. Eh bien, tout le monde sauf cette STUPIDE Nanya ! Elle n’a jamais voulu toucher le cristal d’un donjon, même après qu’il ait été transformé en ce cristal », avait-il crié avec un sourire puis il avait sorti un autre cristal, cette fois de couleur marron. « Régénération ! »

Le sort du cristal avait disparu, et sa couleur était passée du marron à la transparence. Après ça, les blessures de Dankyun avaient toutes été guéries en un clin d’œil. Il était naturel de penser qu’un aventurier respectable ait toujours une potion à portée de main pour guérir leurs blessures et restaurer leur énergie, mais même moi je savais que leur réaction n’était pas instantanée.

Non, ça doit être un sort... Peut-être qu’il peut stocker des sorts à l’intérieur de ces cristaux, avais-je pensé en le regardant avec horreur.

Y avait-il autre chose que je pouvais faire à ce moment-là ? Je pouvais à peine garder les yeux ouverts à cause de ma fatigue, et je ne pouvais pas jeter un autre sort assez vite. J’avais besoin d’au moins une demi-heure pour récupérer complètement, mais si je fermais les yeux maintenant, il était certain que je ne me réveillerais pas avant plus d’une heure ou deux. Quoi que je fasse, je devais rester éveillé et retourner à mon corps de cristal. Avant tout, je devais l’envoyer à l’intérieur de mon donjon, où il pouvait être protégé. C’était ma seule chance, mon seul moyen de survie.

Je détestais ça, mais il n’y avait pas d’autre moyen.

« Réapprovisionnement en mana, » déclara Dankyun derrière moi.

Ces satanés cristaux l’avaient guéri et lui avaient redonné toute sa force. Je ne savais même pas que de telles choses existaient et encore moins qu’il en avait tant. Je détestais mon manque de connaissance de ce monde, mais ce n’était pas le moment de me plaindre.

Bien que j’avais volé aussi vite que possible vers mon corps de cristal, Dankyun avait été le premier à y arriver. Il avait pointé son épée sur le mur d’inconel, et pendant un moment, j’avais cru qu’il allait le briser en une seule frappe, mais la lame s’était arrêtée dans la première couche. L’onde de choc avait fissuré et brisé les murs extérieurs, révélant l’éclat métallique de ma défense.

Je dois me dépêcher ! pensai-je en me précipitant à l’intérieur pour préparer ma défense laser.

« Intéressant. Un métal qui peut résister à ma frappe ? » déclara-t-il quand j’étais passé à côté de lui.

« Serus Kar » j’avais donné l’ordre pour la [Télékinésie].

Les lasers de ma chambre se déplaçaient et le visaient, tandis que le cristal de puissance électrique était activé. J’avais attendu patiemment et regardé Dankyun alors qu’il préparait une deuxième frappe. Il voulait couper directement à travers les murs de métal, mais ils étaient beaucoup plus solides qu’il ne le croyait au départ.

Dans tous les cas, j’avais découvert qu’un superalliage était assez fort pour arrêter les super-psychopathes, au moins pour un certain temps.

La lame était tombée contre mon mur en inconel et avait traversé les deux premières couches, mais pas la troisième. Comme il n’y avait pas d’isolation électrique entre eux, l’énergie électrique de mon cristal de puissance avait été déchargée par son épée et directement dans son corps. Il avait crié une fois et avait sauté en arrière.

« Ça fait mal ! », se plaignait-il.

La charge électrique n’était pas assez puissante pour lui faire du mal, mais elle l’avait arrêté assez longtemps pour que je puisse appliquer la compétence [Réparation de Pièce]. Les coupures dans les murs de métal en inconel avaient été réparées en un clin d’œil, mais cette utilisation constante de mon mana ne m’aidait pas du tout avec mon épuisement.

Je... J’ai besoin de tenir bon..., pensais-je.

Illsy, si vous voulez l’arrêter, vous devez m’offrir à lui... C’est la seule chance que nous avons de lui faire arrêter cette folie ! déclara Ayuseya du fond de mon esprit intérieur, mais je ne voulais pas la laisser faire, j’avais nié de telles pensées.

Non... jamais..., lui avais-je dit.

J’étais si fatigué que je pouvais à peine parler ou penser correctement.

Je dois... Je dois rester éveillé..., avais-je pensé et j’avais fermé les yeux un moment pour être réveillé par un autre bruit fort.

Dankyun avait encore essayé de couper à travers mes murs, mais la charge électrique et l’épaisseur de l’alliage d’inconel enchanté l’avait tenu à distance. Il avait presté et avait frappé de nouveau les murs. Le cube en entier dans lequel j’étais tremblait en raison de ses frappes.

Que... qu’est-ce que j’essayais de faire ici ? pensais-je.

La fatigue était si grande que j’avais même oublié la raison pour laquelle j’étais retourné à mon corps de cristal.

Oh, oui... fuite..., je m’étais souvenu et j’avais regardé en bas.

Paladinus et dix autres étudiants se tenaient juste en dessous de moi. Je ne pouvais pas laisser tomber mon corps, sinon je risquais de les écraser ou de me faire attaquer accidentellement par le professeur. Je devais penser à autre chose ou leur dire de s’éloigner, mais envoyer ma voix m’avait semblé si dur.

« Tu commences vraiment à m’énerver, Seigneur du Donjon ! » cria Dankyun, et je le sentais s’éloigner.

Qu’est-ce qu’il fait maintenant ? avais-je pensé en le regardant de loin.

Un instant plus tard, toute ma pièce avait tremblé et les élèves avaient crié en raison de la peur. J’avais cligné des yeux emplis de surprise. Pendant un moment, j’avais cru qu’il avait relâché son attaque Suprême, mais la seule zone touchée était ma pièce en inconel.

En me concentrant un peu, j’avais réalisé pourquoi c’était ainsi. Les faux murs qui le recouvrent avaient été détruits par la puissante boule de feu que Dankyun m’avait envoyé. Le métal avait survécu aux températures élevées, mais cela n’avait fait qu’énerver encore plus le Suprême.

Le draconien était venu me charger, tailladant ma pièce avec son épée aussi fort et aussi vite qu’il le pouvait. Quelques morceaux s’étaient envolés et étaient réapparus quand je l’avais réparé, mais je n’arrivais pas à suivre ses dégâts. Frappe après frappe, il avait pilonné le superalliage jusqu’à ce qu’il cède et permette à Dankyun de s’y glisser.

« Enfin... » déclara-t-il avec un soupir.

Il était à l’intérieur.

Dankyun était passé devant mon mur en inconel et s’était tenu à quelques mètres de moi.

Je l’avais maudit dans mon esprit et j’avais allumé les lasers autour de moi. Six faisceaux de lumière concentrée et amplifiée avaient frappé le draconien, rongeant son armure magique. Si un rang Maître ou un rang Empereur s’étaient tenus à cet endroit, je doutais qu’ils aient pu résister à plus de quelques secondes de cette attaque continue.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Dankyun en regardant les étranges rayons.

Il avait sauté à gauche dès qu’il s’était rendu compte de la vitesse à laquelle ils épuisaient son armure magique. Mes rayons le suivaient partout où il sautait, mais il était difficile de le coincer. Le laser s’était déplacé trop lentement pour le rattraper, une grave erreur de calcul de mon côté.

Je m’étais encore maudit dans mon esprit et j’avais essayé de le coincer, mais il s’était mis à rire de mes tentatives. Le plancher électrifié ne semblait même pas le déranger.

« Et ça ? », avait-il demandé, et il avait pointé sa main vers moi.

Instinctivement, j’avais créé un mur en inconel devant moi avec la compétence [Faire une pièce]. Cela avait bloqué mes rayons, mais j’avais entendu quelque chose exploser de l’autre côté, et une puissante flamme avait englouti toute la pièce. Mon armure magique avait résisté à la chaleur jusqu’à ce qu’elle disparaisse, mais le mur s’était plié vers moi comme si une boule de démolition géante qui l’avait frappé de l’autre côté.

Dankyun avait ri.

Alors que j’essayais de préparer mes lasers, j’avais vu le mur coupé en morceaux par son épée. Il se tenait à un pas de moi.

Relâchez-moi, Illsy ! cria Ayuseya.

Non ! lui avais-je dit.

« Eshun Naer Zer Zer ! » j’avais chanté, et une puissante rafale avait repoussé Dankyun.

J’avais encore pointé mes lasers sur lui. Les rayons n’avaient été gardés sur lui qu’une seconde avant qu’il ne saute hors de leur trajectoire.

Relâchez-moi ! C’est le seul moyen ! S’il vous plaît…, déclara Ayuseya.

Elle me suppliait maintenant, mais j’avais trouvé ça bizarre. Ne voulait-elle pas s’enfuir et se libérer de Dankyun ?

Non... Je ne peux pas…, avais-je dit.

L’utilisation constante de mes sorts épuisait mon mana assez rapidement. L’un des lasers avait perdu de la puissance, et les faisceaux des autres s’affaiblissaient.

« Hm ? Est-ce déjà fini ? » demanda Dankyun avec un regard suffisant sur son visage.

Il avait sauté en avant et avait entaillé jusqu’à la moitié l’un de mes lasers. Les morceaux étaient éparpillés sur le sol. J’avais essayé de focaliser les rayons sur lui, mais le draconien s’était écarté.

Mes mouvements et mes pensées étaient léthargiques. Je pouvais à peine garder les yeux ouverts. Ça commençait à faire mal, mais je savais que je ne pouvais pas me permettre de m’endormir ou de m’évanouir.

Il devait y avoir quelque chose que je pouvais faire, quelque chose que je n’avais pas remarqué, quelque chose à laquelle je n’avais pas pensé jusque-là.

Illsy, s’il vous plaît... Si vous me voyez vraiment comme une amie, alors s’il vous plaît... abandonnez-moi. Avait déclaré Ayuseya.

Je ne peux pas... vous êtes mon amie... Dankyun vous fera du mal, avais-je répondu en le voyant couper un autre laser. Ce salaud s’amusait à me dépouiller de mes derniers éléments de défense. Je n’avais même pas remarqué quand il avait détruit le cristal de puissance électrique.

Illsy, vous avez fait tout ce que vous pouviez, mais Dankyun vous tuera à ce rythme. Il tuera Nanya et tous les autres ici... Si vous me libérez maintenant, peut-être que je pourrai le convaincre de ne pas le faire. Peut-être que je pourrais au moins essayer de vous sauver... Tout cela était de ma faute au départ. Je pensais que Dankyun partirait en paix, qu’il partirait une fois qu’il aurait vu que je n’étais plus là... J’avais tort. Je suis désolée... C’est pourquoi, s’il vous plaît, libérez-moi ! Une fois que je suis prise par lui, vous pouvez fuir et devenir plus fort, ou vous pouvez reconstruire et peut-être, un jour, venir à mon secours, mais maintenant... vous êtes trop faible Illsy... Vous êtes trop faible pour faire face à quelqu’un comme Dankyun…, avait déclaré Ayuseya, mais je ne pouvais même pas comprendre la moitié de ce qu’elle avait dit, ses mots avaient été confondus avec mes propres pensées et la fatigue.

Dankyun avait détruit mon dernier laser. Les restes de ma défense étaient éparpillés. Il n’y avait rien que je pouvais faire pour l’empêcher de me détruire. Il ne restait rien d’autre que de libérer Ayuseya, mais comment pourrais-je faire cela alors que cela signifierait certainement sa perte ?

Malheureusement, je n’arrivais pas à comprendre à quel point j’étais fatigué.

Je ne pouvais plus résister.

Mon mana était à peine dans les centaines maintenant. C’était difficile de garder les yeux ouverts, et il était difficile de penser à quoi que ce soit. Même Dankyun disait quelque chose, mais je ne comprenais pas un mot de ce qu’il disait.

Ayu... se... ya... Je... Je... la pensée avait été à peine formée.

Illsy, c’est le seul moyen... Vous en avez fait assez. Vous avez fait de votre mieux…, elle avait dit quelque chose d’autre que ces mots, mais je n’avais pas pu les entendre.

C’était difficile de se concentrer.

Devant moi, Dankyun avait levé son épée et était prêt à lancer la frappe finale, le coup fatal sur moi.

Ayuseya... Je vous libère...

C’était mes dernières paroles avant que tout devienne noir, et que je ne perde connaissance...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire